Archives par mot-clé : Archéologie

Compte rendu de l’arkhéoconf “Voyage en Perse : l’architecture achéménide” par Ehsan Behbahani-Nia

Ehsan Behbahani-Nia, étudiant de l’EPHE, est venu parler de l’architecture de la Perse achéménide pour la 8e mini-Arkhéoconf d’ArkhéoPSL (club d’archéologie de PSL), à partir de ses recherches pour son mémoire de M2 à l’EPHE.


Résumé

L’empire perse achéménide constitue un tournant dans l’histoire de l’humanité. Les palais des Grands Rois achéménides en sont l’expression la plus connue, mais ils ont été finalement peu étudiés, dans le cadre d’une approche comparée avec l’architecture gréco-romaine et les autres architectures de l’époque, ainsi qu’en adoptant une démarche d’archéologie du bâti. Nous avons tous entendu le nom Persépolis, et pas uniquement pour le dessin animé: l’architecture de l’ensemble palatial, la grandeur et l’esthétique du site ont attiré l’attention des voyageurs depuis le XVIIe siècle. Quelle est l’origine de cette architecture impressionnante, dont tous les vestiges sont concentrés dans la région de Fars en Iran ? Comment des peuples perses semi-nomades, qui n’étaient pas familiers avec l’architecture en pierre, ont pu faire sortir de terre ces immenses palais au Ier millénaire av. J.-C ? Comment ont-ils construit ces bâtiments dont les vestiges impressionnent encore, 2500 plus tard, et ce malgré plusieurs destructions ? À quoi ressemblaient les chantiers de construction ? La conférence du 24 mai est essentiellement consacrée à la naissance de l’architecture achéménide, pour répondre à ces interrogations.

Abstract

The Achaemenid Persian Empire is a turning point in the history of mankind. The palaces of the Achaemenid Great Kings are the most famous expression, but they were finally little studied, as part of a comparative approach with the Greco-Roman architecture and other architectures of the time, as well as by adopting an architectural archeology approach. We have all heard the name Persepolis, and not just for the cartoon: the architecture of the palatial ensemble, the grandeur and the aesthetics of the site have attracted the attention of travelers since the seventeenth century. What is the origin of this impressive architecture, all vestiges of which are concentrated in the region of Fars in Iran? How semi-nomadic Persian peoples, who were not familiar with the stone architecture, were able to bring out these immense palaces in the first millennium BC? How did they build these buildings whose remains still impress, 2500 later, despite several destructions? What did the construction sites look like? The conference of May 24 is essentially devoted to the birth of the Achaemenid architecture, to answer these questions.

Continuer la lecture de Compte rendu de l’arkhéoconf “Voyage en Perse : l’architecture achéménide” par Ehsan Behbahani-Nia

Sandby Borg. Archéologie d’un massacre

Charles Viaut (prom. 2018) a effectué son stage de 4e année d’École des chartes, entre août et octobre 2017, au département d’archéologie du musée du comté de Kalmar, Museiarkeologi Sydost. Il a notamment participé à une fouille sur le site exceptionnel de Sandby Borg, situé sur l’île d’Öland.

L’île d’Öland, située dans la mer Baltique et séparée des terres par le détroit de Kalmar, (Kalmarsund) est un haut lieu de l’archéologie scandinave. Et pour cause : sur cette île, dont la moitié sud est classée au patrimoine mondial de l’UNESCO pour ses paysages culturels, abondent les monuments préhistoriques et les sites archéologiques. Parmi ceux-ci, de nombreux habitats fortifiés datés de la période des Migrations (folkvandringstid, ca. 400-550 ap. J.-C.) parmi lesquels les célèbres sites d’Ismantorp et d’Eketorp, ce dernier totalement reconstruit. Le site de Sandby Borg est lui resté jusqu’à une date récente dans un anonymat relatif.

Continuer la lecture de Sandby Borg. Archéologie d’un massacre

La restauration et l’étude de la Maestà de Simone Martini : une collaboration entre conservation et archéologie

Jean Bernard a effectué son stage de 4e année d’École des chartes, en octobre-novembre 2017, à la Soprintendenza Archeologia, Belle Arti e Paesaggio per le province di Siena grosseto e Arezzo (Italie).

La Maestà de Simone Martini, située dans la salle principale du Palazzo Pubblico de Sienne, a fait l’objet d’une restauration sous la surveillance de la Surintendance pour les biens culturels des provinces de Sienne, Grosseto et Arezzo, 25 ans après une restauration structurelle très importante qui a stabilisé les principaux facteurs de dégradations. La restauration de 2017 s’inscrit dans une continuité, avec le suivi d’Alessandro Bagnoli déjà présent lors de la précédente restauration, tout comme le restaurateur Massimo Gavazzi, qui avait alors travaillé avec son père Giuseppe Gavazzi. On retrouve également la même ambition de renouvellement des connaissances, à travers une collaboration entre services de la conservation et de la recherche1. La particularité de la restauration de 2017 est toutefois d’avoir ouvert davantage le chantier lui-même à des visiteurs (parfois illustres), mais surtout à des chercheurs, notamment dans le cadre d’une collaboration avec les départements d’archéologie et de sciences physiques de l’université de Sienne, dans le cadre de l’étude des poinçons utilisés pour la décoration de cette peinture murale.

Simone Martini, Maestà, 1312-1315, fresque, 7,63 × 9,70 m, Palazzo Pubblico de Sienne (détail)

Continuer la lecture de La restauration et l’étude de la Maestà de Simone Martini : une collaboration entre conservation et archéologie

  1. BAGNOLI A., La maestà di Simone Martini, Cinisello Balsamo (Milano), 1999 ; Simone Martini e « chompagni. », Pinacoteca Nazionale Di Siena, 1985 ; Simone Martini. Atti del convegno (1985), Firenze, 1988. []

Museiarkeologi Sydost : le département d’archéologie du musée de Kalmar

Charles Viaut (prom. 2018) a effectué son stage de 4e année d’École des chartes, entre août et octobre 2017, au département d’archéologie du musée du comté de Kalmar, en Suède, Museiarkeologi Sydost. Il a notamment participé à la fouille du site exceptionnel de Sandby Borg, situé sur l’île d’Öland.

La ville de Kalmar, située dans la région historique du Småland au sud de la Suède, est une des plus anciennes villes du royaume. Port de la Baltique, elle possède notamment un château prestigieux où fut signée en 1397 l’union des royaumes de Suède, Norvège et Danemark, ainsi qu’un port industriel faisant face à l’île d’Öland, séparé par le détroit de Kalmar, (Kalmarsund). En tant que chef-lieu de comté (län), Kalmar possède également un institut dédié à l’étude, à la conservation et à la valorisation du patrimoine du comté tout entier : le Kalmar Länsmuseum1.

Le port de Kalmar et l’île d’Öland à l’horizon. Photo Charles Viaut

Installé dans un ancien moulin industriel bâti au XIXe siècle sur le port, le musée du comté de Kalmar abrite des expositions permanentes et temporaires dédiées à l’histoire et à l’archéologie de la région, notamment les vestiges du Kronan, navire de guerre suédois coulé au XVIIe siècle au large de la ville, qui fait encore aujourd’hui l’objet de la plus vaste fouille sous-marine au monde. Mais contrairement à ce que l’on peut observer en France, les missions du musée vont bien au-delà de la conservation et de la valorisation de collections : en effet, le musée gère également des missions de protection et de restauration des monuments historiques et d’archéologie préventive et programmée à l’échelle du comté de Kalmar. Contrairement à ce que son nom pourrait laisser penser au lecteur francophone, Museiarkeologi Sydost, où j’ai effectué un stage entre août et octobre, est ainsi un service de recherche archéologique situé dans les locaux du musée de Kalmar.

Comptant une douzaine d’archéologues à temps plein, Museiarkeologi Sydost effectue des missions similaires à celles de ses homologues français. En tant que service d’archéologie rattaché à une institution publique, il a notamment la responsabilité des diagnostics chargés de déceler le potentiel archéologique d’un site avant certains chantiers de construction. Très récemment, le chantier d’une voie rapide en périphérie de Kalmar a ainsi permis la mise au jour d’une route et de vestiges d’habitat d’époque viking (Vikingatid, ca. 800-1100 en Suède). Lors de la prescription d’une fouille archéologique après un diagnostic positif, le service peut également s’occuper de la fouille préventive des sites, sous réserve de remporter l’appel d’offres lancé par l’aménageur du terrain à fouiller. Le service s’occupe également de la post-fouille, qui comprend l’étude du mobilier, la formalisation des données de terrain et la rédaction du rapport final d’opération. Là encore, les systèmes d’archéologie préventive suédois et le système français sont très similaires, à ceci près que la Suède ne possède pas d’établissement national comparable à l’Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives). Le Museiarkeologi Sydost peut en revanche être comparé à un service d’archéologie préventif de collectivité territoriale, comme il en existe plusieurs en France, notamment dans les départements et les métropoles.

Les activités du service s’étendent désormais non seulement au comté de Kalmar, mais également à d’autres régions de la Suède. Le service possède en effet des antennes à Växjö, dans le comté voisin du Kronoberg, ainsi qu’à Uppsala, dans le centre de la Suède, et travaille en étroite collaboration avec le musée du Småland à Växjö ; de plus des agents du service fouillent actuellement des vestiges médiévaux à Göteborg, deuxième ville du pays, sur la côte ouest de la Suède. La concurrence imposée sur le marché de l’archéologie préventive par des sociétés privées pousse en effet les services rattachés aux musées à diversifier leurs activités et leurs zones d’action.

Mais l’archéologie préventive n’est que la principale activité de Museiarkeologi Sydost. En effet, son rattachement à un musée et la présence d’une importante université dans la ville de Kalmar (Linnéuniversitetet-Université Linné) lui permettent une implication directe dans la valorisation des résultats de l’archéologie grâce à la présentation d’expositions temporaires et programmées, ainsi que dans la formation des étudiants. Helena Victor, directrice du service, et Ludvig Papmehl-Dufay, archéologue, animent un séminaire universitaire dédié à la fouille d’un site devenu la vitrine du service : Sandby Borg. Un pommeau d’épée découvert sur ce site est ainsi devenu le logo de Museiarkeologi Sydost.

Pommeau d’épée, site de Sandby Borg. Photo Daniel Linskog.

 

Museiarkeologi Sydost, logo.

Ce site de l’île toute proche d’Öland est daté du Ve siècle de notre ère, soit l’ère des Migrations (folkvandringstid) selon la chronologie de l’âge du fer scandinave. Il est déjà surnommé « le petit Pompéi suédois » par certains ; en effet, les circonstances peu communes de l’abandon de ce site vers l’an 480, mises au jour depuis le début de la fouille en 2010, en font un site exceptionnel à tout point de vue, tant en ce qui concerne les vestiges mis au jour que les méthodes d’études employées et les questionnements historiques, éthiques et méthodologiques qui en découlent. La campagne 2017 a été effectuée entre le 18 septembre et le 14 octobre.

Sandby Borg, état actuel (cliché Sebastian Jakobsson)
 

Pour en savoir plus :
-Site internet du musée : http://kalmarlansmuseum.se/
-Site internet de l’université Linné : https://lnu.se/
-Site internet de Museiarkeologi Sydost : http://kalmarlansmuseum.se/arkeologi/
-Site internet du projet Sandby Borg : http://www.sandbyborg.se/en/home/
-Article de la revue Archaeology Magazine, par Andrew Curry, consacré à Sandby Borg : « Öland, Sweden. Spring, A.D. 480 » : https://www.archaeology.org/issues/207-1603/features/4158-sweden-sandbyborg-massacre

 

  1. Illustration de couverture : Photo Charles Viaut []

Compte rendu de l’arkhéoconf “Le long voyage d’Epona, des plaines Gauloises au delta du Danube” par Henri de Mégille

Henri de Mégille, enseignant d’histoire-géographie, diplômé de l’ENS et Paris I (master PISA), est venu parler du long voyage d’Epona pour la 5e mini-Arkhéoconf d’ArkhéoPSL (club d’archéologie de PSL). Protectrice des cavaliers et des chevaux d’où elle tire son nom, Epona est une divinité gallo-romaine qui émerge entre le Ier et le IIIe siècle ap. J.-C. Des régions éduennes et Trévires jusqu’aux confins du limes danubien, Epona est connue par 438 attestations de culte. Comment expliquer la success story d’une divinité rustique d’origine celte qui, arrivée à Rome, est admise parmi le panthéon impérial ?


Introduction : Le fabuleux destin d’Epona

Epona est une déesse protectrice des cavaliers et des chevaux, qui émerge entre le Ier et le IIIe s. ap. J.-C, et tire son nom du cheval même (du grec ἵππο-, latin equus, celtique epos). Le suffixe -ona serait quant à lui la marque du sacré, d’après le Pseudo-Plutarque, en tant que « déesse qui veille sur les chevaux ». Epona est toujours représentée avec eux, plus que les Dioscures eux-mêmes. Son culte est attesté de la Bourgogne et la Belgique jusqu’au limes danubien en Roumanie, et trouverait son origine dans les régions d’élevage de chevaux de la Gaule lyonnaise, chez les Éduens où il émerge au IIe s.

Statuette d’Epona en bronze, Franche-Comté, époque impériale (Bnf, département des Monnaies, médailles et antiques)

Continuer la lecture de Compte rendu de l’arkhéoconf “Le long voyage d’Epona, des plaines Gauloises au delta du Danube” par Henri de Mégille