Archives par mot-clé : Afrique

Publication du rapport sur le patrimoine bâti d’époque classique de Ngazidja (COMORES)

Un rapport de synthèse et de prospection sur le patrimoine bâti de l’époque classique de Ngazidja (Grande Comore, Union des Comores) vient d’être publié. Il fait suite à une prospection menée en 2019 sur place à Ngazidja. Ce rapport est librement téléchargeable sur la plateforme HAL.

Continuer la lecture de Publication du rapport sur le patrimoine bâti d’époque classique de Ngazidja (COMORES)

La diplomatique contemporaine de Dakar à la Sorbonne : Itinéraire franco-africain d’une science des archives

Article rédigé par Yaboul Banwame, archiviste diplômé de l’École de Bibliothécaires, Archivistes et Documentalistes (EBAD) de l’Université cheikh Anta Diop de Dakar et étudiant en Master Technologies numériques appliquées à l’histoire (TNAH) à l’École nationale des chartes.


Science de la critique interne et externe des actes sous le rapport de leur forme, de leur tradition et de leur genèse1, la diplomatique née en 1681 à l’issue de controverses entre Dom Jean Mabillon2 et Daniel Van Papenbroeck sur l’authenticité ou non de certaines chartes de l’abbaye de Saint-Denis, a été appliquée exclusivement à des sources d’archives médiévales à ses débuts. C’est dire en termes clairs que pendant au moins les deux premiers siècles suivant la naissance de la diplomatique, le discrimen veri ac falsi3 ne portait que sur des corpus médiévaux4. Cependant, la diplomatique sortira peu à peu de sa médiévalité exclusive et s’intéressera aussi à des sources d’archives issues de l’époque moderne avant de s’étendre lentement et progressivement aux archives contemporaines. Ainsi, pouvons-nous distinguer trois grandes branches de la science diplomatique si nous nous basons sur des considérations purement temporelles : il s’agit des diplomatiques médiévale, moderne et contemporaine.

Si de nos jours toutes ces branches de la diplomatique sont inclues dans les curricula de formation des archivistes-paléographes diplômés de l’École nationale des chartes, il n’en demeure pas moins que leur intégration auxdits curricula n’est pas faite au même moment. En effet, les diplomatiques médiévale et moderne ont su très vite se gagner une place à la Sorbonne ; ce n’est que plus tard, dans les années 1980, que la diplomatique contemporaine, bien que contestée par certains universitaires à cette époque, aura droit à une partie de la nouvelle chaire consacrée à l’histoire des institutions et à l’archivistique contemporaines confiée à un éminent chartiste connu de la majorité des archivistes africains. Qui est cet éminent chartiste en question ? Qu’est-ce qui pourrait bien expliquer son intérêt vis-à-vis de la diplomatique contemporaine ? Comment est née cette branche de la diplomatique et que dire de son extension à l’échelle mondiale ?

Dans le présent article consacré à l’histoire de la diplomatique contemporaine, il sera essentiellement question de retracer succinctement l’itinéraire franco-africain suivi par ladite science, de ses origines à nos jours.

Continuer la lecture de La diplomatique contemporaine de Dakar à la Sorbonne : Itinéraire franco-africain d’une science des archives

  1. Définition donnée par le Vocabulaire international de la diplomatique : https://www.cei.lmu.de/VID/ []
  2. Delumeau (Jean), « Dom Mabillon, le plus savant homme du royaume. » In: Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 151ᵉ année, N. 4, 2007. pp. 1597-1604, www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_2007_num_151_4_91566 []
  3. Distinguer le vrai du faux, finalité première du diplomatiste. []
  4. Guyotjeannin (Olivier), « La diplomatique médiévale et l’élargissement de son champ. » In: La Gazette des archives, n°172, 1996. De la diplomatique médiévale à la diplomatique contemporaine (actes du colloque organisé par l’École nationale des chartes et la Bentley historical Library de l’université de Ann-Arbor [Michigan, États-Unis], Paris, 6-10 juillet 1992 et Ann-Arbor, 5-9 juillet 1993) pp. 12-18. www.persee.fr/doc/gazar_0016-5522_1996_num_172_1_3386 []

Les papyrus mythologiques égyptiens

Entretien avec Emil Joubert, élève archiviste paléographe de quatrième année, qui va bientôt soutenir sa thèse portant sur l’édition de deux papyrus égyptiens de la XXIe dynastie, issus des manuscrits funéraires inspirés du Livre des morts de livres funéraires royaux du Bas Empire, sous la direction de Chloé Ragazzoli (Sorbonne Université) et François Ploton-Nicollet (École nationale des chartes). Propos recueillis par Max Hello.


Comment définirais-tu un papyrus mythologique égyptiens ?

La majorité des études actuelles soutiennent que c’est une catégorie qui n’existe pas, mais globalement c’est une appellation sous laquelle on regroupe des manuscrits qui sont caractérisés par une très forte prédominance de l’image sur le texte et par leur mélange entre plusieurs composition différentes. Ils sont assez spécifiques à la XXIe dynastie, donc entre 1069 et 945 avant Jésus Christ.

Comment et pourquoi avoir choisi ce sujet ?

J’avais envie de changer de l’histoire de France que l’on a étudiée en classe prépa et j’aimais bien l’Antiquité. Par ailleurs la seule langue morte que je maîtrisais, à part le latin, c’était l’égyptien et comme j’étais en égyptologie à l’École du Louvre, j’ai essayé de m’en aider pour mon sujet.

Continuer la lecture de Les papyrus mythologiques égyptiens

« Voyages et dialogue interculturel ». Programme du séminaire ENC/IESA

L’École nationale des chartes et l’Institut d’études supérieures des arts (Iesa) co-organisent le séminaire annuel « Voyages et dialogue interculturel ». Le séminaire se compose de 4 demi-journées, les vendredis matin 13 et 27 octobre, 8 et 15 décembre, de 9h30 à 13h à l’École nationale des chartes.
Les sessions associeront différents domaines d’études : histoire, histoire de l’art, économie, politique, création artistique.
Avec les interventions d’archivistes paléographes :
  • 13 oct. : Blandine Husser (prom. 2017), « Equi sine froenis. Les Chevaux Barbes entre France et Afrique du Nord (1542-1789) ».
  • 27 oct. : Christophe Gauthier (prom. 1997), professeur d’histoire du livre et des médias contemporains à l’École, et Claire Daniélou (prom. 2017), « Berlin, une capitale du cinéma français ? Films et acteurs français en Allemagne, 1930-1942 ».
  • 27 oct. : Arnaud Ramière de Fortanier (prom. 1965), « L’inauguration du Canal de Suez : le jour où le terre est devenue ronde ».
  • 8 déc. : Louis Bergès (prom. 1980), conservateur général du patrimoine, membre du Cths, « La guerre d’indépendance grecque sur la scène littéraire française, vestiges du récit romantique (1820-1840) ».
  • 8 déc. : Jean-Pierre Bat (prom. 2006), « La politique française en Afrique » (à confirmer).
  • 15 déc. : Julie Duprat (prom. 2017), « Africains et afro-descendants à Bordeaux à la fin du XVIIIe : des passeurs culturels ».
  • 15 déc. : Juliette Gaultier (4ᵉ année), « Achille Murat, un citoyen américain en Europe (1830-1833) ».

Plus d’informations : http://www.enc-sorbonne.fr/fr/actualite/plusieurs-chartistes-interviennent-lors-journees-etude-iesa

Les minorités noires à Bordeaux au XVIIIe siècle

Pour le début de ce carnet de recherche chartiste, Julie Duprat (élève en fin de deuxième année) a accepté de répondre à quelques questions et de nous présenter sa thèse sur les Minorités noires à Bordeaux au XVIIIe siècle (1763-1792). Direction l’Aquitaine et les Antilles à la fin de l’époque moderne pour cette étude prosopographique. Propos recueillis par Claire Daniélou.

Pour commencer, Julie, peux-tu nous expliquer à quoi correspondent les dates qui bornent ton sujet ?

Mon étude commence en 1763, c’est-à-dire au moment de la signature du Traité de Paris à l’issue de la Guerre de Sept Ans. Les Antilles à l’époque avaient un statut assez flou : il s’agissait de colonies espagnoles mais depuis environ 150 ans il y avait une prédominance française sur la région. Le Traité de Paris vient confirmer que les Français règnent véritablement sur les îles à sucre. Cela concerne des îles comme l’actuel Haïti, La Martinique, Sainte-Lucie… Quant à 1792, c’est l’année où un décret du 28 mars 1792 de l’Assemblée nationale établit l’égalité entre les blancs et « les hommes de couleur & nègres libres », avant que l’esclavage soit aboli en pleine révolution1 et que Napoléon ne le remette en place.

Cette période correspond à un essor des plantations sucrières et de l’esclavage.

Continuer la lecture de Les minorités noires à Bordeaux au XVIIIe siècle

  1. Par un décret de la Convention du 16 pluviôse an II (4 février 1794) []