Soutenances des thèses de la promotion 2023

Les soutenances des thèses de la promotion 2023 des archivistes-paléographes auront lieu entre le 25 mai et le 8 juin. Elles seront présidées par M. Franck Collard, professeur d’histoire médiévale à l’Université Paris 10 – Nanterre, et directeur de l’UFR Sciences Sociales et Administration.

Les soutenances sont ouvertes à tous. Elles se tiendront au 65 rue de Richelieu, dans la salle Léopold-Delisle. Vous pouvez y assister selon le programme ci-dessous :

Continuer la lecture de Soutenances des thèses de la promotion 2023

Appel à communication : Journées d’études des jeunes chercheurs 2023, in memoriam Louis Holtz

La grammatica et les différentes facettes de la transmission du savoir.
In memoriam Louis Holtz (1929 – 2023)

L’édition annuelle de la journée d’études des jeunes chercheurs et chercheuses (JEJC), organisée par l’association Chroniques chartistes en collaboration avec l’ENC, le centre Jean-Mabillon, les laboratoires IRHT et HTL du CNRS, et le Comité International de Paléographie Latine, aura lieu les 27 et 28 juin 2023 à l’École nationale des chartes. Cette journée est l’occasion pour les étudiant·e·s de master, doctorant·e·s et post-doctorant·e·s de se réunir autour d’une thématique commune. En hommage à Louis Holtz, les JEJC 2023 seront consacrées à l’exploration des liens entre grammaire, transmission des textes et des savoirs et humanités numériques.

chroniqueschartistes.jejc23@gmail.com

Continuer la lecture de Appel à communication : Journées d’études des jeunes chercheurs 2023, in memoriam Louis Holtz

La pourpre et la mort. Les tombeaux des prélats de la papauté d’Avignon, de 1309 à 1403

Entretien avec Adrien Isnel, archiviste-paléographe (promo. 2022), qui a soutenu le mercredi 9 juin 2022 sa thèse d’École des chartes intitulée La Pourpre et la mort. Les tombeaux des prélats de la papauté d’Avignon, de 1309 à 1403. Cette thèse a été dirigée par M. Philippe Plagnieux, professeur de d’histoire de l’art médiéval à l’École Nationale des Chartes (ENC) et à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne, et Mme. Dominique Vingtain, conservatrice en chef du Palais des Papes et directrice du musée du Petit Palais d’Avignon1Propos recueillis par Max Hello (AP4).


Qu’est-ce qui t’a motivé à te lancer dans ce sujet-là ?

C’est un ensemble de facteurs. Je savais que je voulais faire de l’histoire de l’art et je n’étais pas du tout certain de la période, beaucoup de pays m’intéressaient et j’avais une hésitation entre d’un côté la fin du Moyen Âge et le début de la Renaissance et de l’autre côté quelque chose autour du XXe siècle, voire contemporain, donc vraiment deux extrêmes. Après m’être entretenu avec mes professeurs, en particulier MM. Crépin-Leblond et Plagnieux, ces derniers m’ont suggéré de faire un classement des siècles et des types d’art ce que je voulais et c’est comme cela que je suis progressivement arrivé à la sculpture du XIVe-XVe siècle. J’ai ensuite commencé à explorer les sujets qui pouvaient être traités et il y a eu plusieurs pistes que j’ai commencé à étudier avant de trouver celle-ci. Il a notamment été question des stalles de l’abbaye de la Chaise-Dieu, de la sculpture sur bois donc : ça aurait été un beau sujet, qui vaudrait la peine d’être traité ! Il est vrai aussi que je viens du Sud, j’ai grandi à Marseille, mais une partie de ma famille vient d’Avignon et est vraiment ancrée dans cette ville, encore aujourd’hui. C’est une ville que j’aime beaucoup : j’aime son patrimoine et j’aime l’histoire de la papauté d’Avignon, donc quand M. Plagnieux m’a dit qu’il y avait peut-être un sujet à y traiter, cela m’a intéressé.

Continuer la lecture de La pourpre et la mort. Les tombeaux des prélats de la papauté d’Avignon, de 1309 à 1403

  1. Image de bannière : gisant d’Hugues de Castillon, évêque de Comminges de 1336 à 1352 dans la cathédrale Notre Dame de Saint-Bertrand-de-Comminges (en Haute-Garonne). []

La Bibliothèque royale danoise : le Diamant Noir et les autres pierres de la couronne

Hugo Forster (AP4) a réalisé à l’automne 2022 un stage de deux mois au sein de la Bibliothèque Royale Danoise (Det Kongelige Bibliotek). Basé dans le monumental « Diamant Noir » (Den Sorte Diamant) de Copenhague, son stage lui a donné l’opportunité de découvrir les nombreuses adresses de cette bibliothèque désormais présente dans l’ensemble du pays.


Aux prémices de mon voyage d’études au Danemark, il y a la préconception, partagée parmi les bibliothécaires français·e·s, d’un certain « idéal scandinave ». Animé en France par une volonté de faire évoluer la philosophie institutionnelle des bibliothèques vers une ouverture plus grande, à la fois en termes de supports culturels, de variété d’usages ou de publics – ou même plus trivialement d’horaires d’ouverture –, ce discours tient les politiques culturelles des pays scandinaves comme pourvoyeuses de fonds larges, qui permettent aux bibliothécaires de remodeler leurs services en fonction des usages réels qu’en ont les lecteurs·ices.

Un stage de deux mois à la Bibliothèque Royale du Danemark m’a permis d’interroger la pertinence et les fondements d’une telle idée. Au fil d’un dense programme de visites dans l’ensemble du pays, et d’entretiens avec les directeurs·ices des principaux départements de la Bibliothèque, j’ai été mis en contact avec des professionnels issus d’horizons variés, dans un paysage institutionnel tout récemment remodelé.

Continuer la lecture de La Bibliothèque royale danoise : le Diamant Noir et les autres pierres de la couronne

Faire l’histoire d’un genre : le documentaire historique de télévision

Entretien avec Adrien Julla-Marcy, archiviste-paléographe, qui a soutenu le 7 juin 2022 sa thèse d’École des chartes intitulée L’histoire commence à vingt et une heure. Le documentaire historique à la télévision française (1949-1989). Cette thèse a été dirigée par M. Christophe Gauthier, professeur d’histoire du livre et des médias contemporains.1 Propos recueillis par Giulia Ceccarelli (AP3).


Comment as-tu abouti au choix de ce sujet ?

À la fin de ma troisième année de classe préparatoire au lycée Pierre de Fermat, à Toulouse, c’est l’expérience du festival L’histoire à venir qui m’a donné des idées pour la recherche. Cette année-là, le livre collectif Histoire mondiale de la France qui venait de sortir était présenté au festival et j’ai eu la possibilité d’assister à des conférences de Patrick Boucheron, et des historiens et historiennes qui y avaient participé à l’écriture collective du livre, ou à d’autres sommités comme Michèle Zancarini-Fournel. Il y avait comme thématique principale une réflexion sur les enjeux de l’écriture de l’histoire et ces rencontres m’ont permis de m’intéresser pleinement à l’historiographie pour la première fois ; on y discutait des différentes manières de raconter l’histoire, ce qui constitue une des bases du métier d’historien. Après la prépa, j’ai lu un certain nombre de travaux qui traitent des différentes manifestations du roman national et de son écriture, depuis le Dimanche de Bouvines de Duby au Mythe national de Suzanne Citron. L’enseignement de Laurent Avezou, qui est un spécialiste du sujet, a sans doute aussi pesé dans la balance. Une fois à l’école des chartes, lors de mes premiers échanges avec Christophe Gauthier, mon directeur de recherche, nous avons discuté, entre autres sujets toujours liés à cette notion d’écriture, de la possibilité de travailler sur les représentations audiovisuelles de l’histoire, en incluant le cinéma mais aussi les jeux vidéo. C’est finalement l’absence d’une étude exhaustive sur les documentaires historiques à la télévision qui m’a convaincu de choisir ce sujet. L’idée de départ était de travailler sur les représentations historiques, les discours et la mise en image, dans une perspective critique ; au fur et à mesure de mon travail, cet aspect s’est estompé pour s’inscrire plus pleinement dans une histoire institutionnelle et médiatique.

Continuer la lecture de Faire l’histoire d’un genre : le documentaire historique de télévision

  1. Image de bannière: Rue des Archives, “Une Année comme les autres : 1963”, FR3, 19 novembre 1978. Images de l’Institut national de l’Audiovisuel (INA) []

Carnet des élèves et étudiants de l'Ecole nationale des chartes

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search