Archives de catégorie : Thèses d’École des chartes

La thèse pour le diplôme d’archiviste paléographe est un travail mené pendant deux à trois ans, soutenu en quatrième année. La scolarité chartiste ne s’inscrivant pas dans le système Licence-Master-Doctorat, cette travail de recherche est en général une version plus poussée d’un mémoire de master 2 mené à l’Université en parallèle de la formation.
Les thèses d’École des chartes ne font pas encore l’objet d’un dépôt électronique et sont consultables aux Archives nationales. On peut en revanche consulter les positions de thèses, résumés d’une dizaine de pages, sur le site de l’École.

Positions des thèses 2022

Comme il est de coutume annuellement, les Éditions de l’École nationale des chartes publie les Positions des thèses soutenues par les élèves pour obtenir le diplôme d’archiviste paléographe. L’ouvrage est disponible à l’achat, en format papier.

Il inclut les résumés longs d’une dizaine de page des 17 élèves qui ont soutenu leur thèse cette année. Vous en trouverez la liste au lien ci-présent.

Une année après leur publication, les positions de thèse sont publiées en format électronique sur une plateforme dédiée. Vous pouvez ainsi, à ce jour, consulter les positions de thèse publiées de 1849 à 2021.

Continuer la lecture de Positions des thèses 2022

Soutenances des thèses de la promotion 2022

Les soutenances des thèses de la promotion 2022 des archivistes-paléographes auront lieu entre le 30 mai et le 9 juin. Elles seront présidées par M. Jacques-Olivier Boudon, professeur à Sorbonne Université.

Les soutenances sont ouvertes à tous. Vous pouvez y assister selon le programme ci-dessous :

Continuer la lecture de Soutenances des thèses de la promotion 2022

Le naturel inimitable : Les origines de la photographie au muséum d’histoire naturelle (1840-1880)

Entretien avec Lisa Lafontaine (prom. 2021) qui a soutenu en juin dernier sa thèse d’école intitulée “Le naturel inimitable : les origines de la photographie au Muséum d’histoire naturelle (1840-1880)”, sous la direction de Christophe Gauthier, professeur d’histoire du livre et des médias contemporains à l’École nationale des chartes (ENC), et d’Éléonore Challine, maître de conférences en Histoire de la photographie à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne1. Propos recueillis par Max Hello.


Qu’est-ce qui t’as motivée à te lancer dans ce sujet-là ?

On m’a très souvent demandé si c’était mon goût et mes connaissances en histoire de la photographie qui m’avaient poussée dans un tel projet ; en réalité, c’est plutôt l’inverse. En première année, je savais que je souhaitais travailler en histoire contemporaine, et le XIXe siècle m’a toujours intéressée. En revanche, je ne savais pas encore dans quelle direction je souhaitais m’orienter. J’avais déjà une certaine appétence pour les sciences et je dirais, plus globalement, que je voulais faire de l’histoire des sciences. Je trouve qu’il y a un côté très rationnel et très méthodique dans ce domaine, que l’on peut retrouver dans l’expertise chartiste, et c’est ce que je désirais rapprocher, mais appliqué à un sujet et à des sources qui sortent quelque peu des sentiers battus.

Continuer la lecture de Le naturel inimitable : Les origines de la photographie au muséum d’histoire naturelle (1840-1880)

  1. Image de couverture : PHO41(23), Bisson frères (photographes), Louis Amédée Mante et Pierre Riffault (photogravure sur acier), « Mollusques et Zoophytes », 1853-1855, planche tirée de l’album de Louis Rousseau et Achille Dévéria, La Photographie zoologique, photographie sur acier tirée sur papier salé, contrecollée sur carton, 190 × 270 mm, © Muséum national d’histoire naturelle. []

“Conserver la santé des gens de mer”. La littérature médicale française sur les marins à la fin de l’époque moderne.

Entretien avec Alexandre Couturier (prom. 2021), qui a soutenu en juin dernier sa thèse  intitulée« “Conserver la santé des gens de mer”. La littérature médicale française sur les marins (XVIIIe siècle – début du XIXe siècle) », sous la direction d’Olivier Poncet, professeur d’histoire des institutions, diplomatique et archivistique modernes à l’École nationale des chartes (ENC), et de Joël Coste, directeur d’études d’histoire de la médecine à l’École pratique des hautes études (EPHE). Propos recueillis par Giulia Ceccarelli.


Comment et pourquoi as-tu choisi ce sujet de thèse ?

Je souhaitais travailler sur l’histoire de la médecine, sans avoir de prédilection pour une période. Lors d’une visite à Rochefort, au Musée de médecine navale, j’ai discuté avec les conservateurs sur place et j’ai pu entrevoir un sujet. Au départ, je voulais travailler sur l’école de chirurgie de Rochefort, qui était un centre de formation dès le début du XVIIIe siècle pour les chirurgiens embarqués sur les navires du Roi. Je voulais m’intéresser au fonctionnement et à la pédagogie de ces écoles, inédites à l’échelle européenne. Toutefois, plusieurs travaux avaient déjà été consacrés à ce sujet et les archives étaient ténues sur ces aspects, ce qui m’a beaucoup fait hésiter. J’ai décidé de continuer de travailler sur la médecine des marins à l’époque moderne et, pour des raisons archivistiques, mes recherches se sont concentrées sur le XVIIIe siècle : les sources sont en effet plus rares et parcellaires pour les périodes antérieures.

Continuer la lecture de “Conserver la santé des gens de mer”. La littérature médicale française sur les marins à la fin de l’époque moderne.

Le château de Montceaux-lès-Meaux : architecture, ameublement et vie sociale sous Catherine de Médicis, Gabrielle d’Estrées et Marie de Médicis (1556-1642)

Entretien avec Marguerite-Marie Luquet (prom. 2021), qui a soutenu en juin dernier sa thèse intitulée « Le château de Montceaux-lès-Meaux : architecture, ameublement et vie sociale sous Catherine de Médicis, Gabrielle d’Estrées et Marie de Médicis (1556-1642) », sous la direction de Thierry Crépin-Leblond, chargé de cours à l’École des chartes et conservateur en chef du patrimoine, directeur du Musée de la Renaissance au château d’Écouen, ainsi que Guillaume Fonkenell, chargé de cours à l’Ecole des Chartes et conservateur chargé de la sculpture et architecture au château d’Écouen. Propos recueillis par Giulia Ceccarelli (AP2).


Pourquoi as-tu choisi ce sujet de thèse ?

Tout est parti d’abord d’une envie : je rêvais de pouvoir travailler dans un domaine touchant à l’histoire de l’art. Après les écrits du concours, un voyage m’a ouvert les yeux : j’ai visité les châteaux de la Loire et j’ai rapidement compris que je voulais travailler dans le domaine de l’architecture ou bien sur un sujet qui touche à la vie de château. A la rentrée à l’École des Chartes, j’ai immédiatement voulu en parler avec M. Crépin-Leblond, qui connaît parfaitement le champ d’étude que je voulais traiter. Par un coup de chance, j’ai rencontré le fils des propriétaires du château de Monceaux-lès-Meaux à l’orchestre de PSL qui m’a ébloui avec l’histoire de cette demeure dont je n’avais entendu parler que pour la surprise de Meaux qui s’y est déroulée en 1567.

Continuer la lecture de Le château de Montceaux-lès-Meaux : architecture, ameublement et vie sociale sous Catherine de Médicis, Gabrielle d’Estrées et Marie de Médicis (1556-1642)