Archives de catégorie : Thèses d’École des chartes

La thèse pour le diplôme d’archiviste paléographe est un travail mené pendant trois à quatre ans, soutenu au terme de leur formation par les élèves archivistes paléographes. Cette formation ne s’inscrit pas dans le système Licence-Master-Doctorat, mais est souvent accompagnée, à l’initiative des élèves, d’une inscription à l’université, donnant lieu à la rédaction d’un mémoire d’études, distinct de la thèse d’établissement.
Les thèses d’archivistes paléographes sont systématiquement consultables aux Archives nationales (à condition de l’absence d’embargo prononcé par leur auteur), et peuvent en outre faire l’objet d’un dépôt électronique (voir le portail HAL de l’ENC). On peut en revanche consulter les positions de thèses, résumés d’une dizaine de pages, en version papier ou, un an après les soutenances, sur une plateforme électronique dédiée.

Soutenances des thèses de la promotion 2024

Les soutenances des thèses de la promotion 2024 des archivistes-paléographes auront lieu entre le 27 mai et le 6 juin. Elles seront présidées par Mme Nicole Bériou, professeure émérite d’histoire médiévale à l’Université de Lyon 2, directrice d’études émérite à l’EPHE, membre de l’Institut.

Les soutenances sont ouvertes à tous. Elles se tiendront au 65 rue de Richelieu, dans la salle Léopold-Delisle. Vous pouvez y assister selon le programme ci-dessous :

Lundi 27 mai

14H – 15H30 Mme. Clémentine SABOURET  : “Ipse dabo vati chartacea munera vates“. Amitiés étudiantes et sodalitas humaniste dans les alba amicorum sur livres d’emblèmes interfoliés (deuxième moitié du XVIe siècle) Mme. Christine BÉNÉVENT & Mme. Elsa KAMMERER

Mardi 28 mai

9H – 10H30 M. Mattéo VIERLING : Les Nations dans les universités européennes (XIIe – XVIe siècles). Nations de France en Occident et nations parisiennes autour de 1500 Mme. Christine BÉNÉVENT & M. Thierry KOUAMÉ
10H30 – 12H Mme. Geneviève VERNET : Manuscrits musicaux liturgiques enluminés en Méditerranée : les livres des Ménées enluminés aux XIIe-XIIIe siècles à travers l’étude du ms. grec 1561 de la BnF Mme. Ioanna RAPTI & M. Christian FÖRSTEL & M. Philippe PLAGNIEUX
14H – 15H30 Mme. Ombeline CHABRIDON : L’art et les provinces : une mosaïque nationale. Henry Jouin (1841-1913) et l’administration des beaux-arts au début de la IIIe République (1870-1879) M. Édouard VASSEUR & M. Arnaud BERTINET
15H30 – 17H M. Louis MOLINIER : La représentation de la souffrance dans la Pharsale de Lucain Mme. Régine UTARD &  M. François PLOTON-NICOLLET

Mercredi 29 mai  

10H30 – 12h Mme. Inès GABILLET : Les textes latins des pièces sacrées de Marc-Antoine Charpentier : édition, analyse, mise en contexte M. François PLOTON-NICOLLET & M. Emmanuel BURY & M. Jean DURON

Jeudi 30 mai 

9H – 10H30 Mme. Pauline Van-Thienen :Se jouer des frontières : le XVIe siècle de Jean Stuart, duc d’Albany (1482-1536) M. Olivier PONCET & M. Jean-Marie LE GALL
10H30 – 12H Mme. Manon  RABILLARD : Plus malheureux que coupables ? Les grâces judiciaires organisées à l’occasion des réjouissances dynastiques sous le règne de Louis XV (1722-1729) M. Olivier PONCET & M. Reynald ABAD
14H – 15H30 M. Emmanuel DOMERGUE : Traduction et commentaire des traités d’astronomie de Théodose M. François PLOTON-NICOLLET & M. Didier MARCOTTE & M. Victor GYSEMBERGH
15H30 – 17H M. Vadim BOEHM : Édition d’Auberi le Bourguignon Mme. Géraldine VEYSSEYRE & M. J.-B. CAMPS

Vendredi 31 mai

10H30 – 12h Mme. Emma Claverie : De Jessé aux pèlerins d’Emmaüs, de l’Incarnation à la Réincarnation: le programme iconographique des vitraux romans de la cathédrale de Chartres Mme. Karine BOULANGER & Mme Anne-Orange POILPRÉ & M. Philippe PLAGNIEUX

Lundi 3 juin

9H – 10H30 M. Théo MÉRAND : « Bien servir aux deux grands roys » ? Le prince Xavier de Saxe et le corps de troupes saxonnes au service du royaume de France durant la guerre de Sept Ans (1758-1763) M. Olivier PONCET & M. Olivier CHALINE
10h30 – 12h Mme. Lucie GUILLEMER : Édition de L’Indicateur du réseau (1977-1980), “contre-Mémoires” topographiques de Françoise d’Eaubonne M. Édouard VASSEUR & M. Christophe GAUTHIER

Mardi 4 juin

10H30 – 12h Mme. Margot PAGET : Le marché des fleurs à Paris dans la seconde moitié du XVIIIe siècle Mme. Anne CONCHON & Mme Pauline LEMAIGRE- GAFFIER & M. Olivier PONCET
14h-15h30 Mme. Charlotte CARON :  Les Écoles d’art américaines de Fontainebleau (1921-1961) Mme Pascale GOETSCHEL & M. Édouard VASSEUR

Mercredi 5 juin

10H30 – 12h M. Nathanaël LAFFONT : La Semaine des Enfants (1857-1876) : un journal pour la jeunesse ancré dans le Second Empire M. Christophe GAUTHIER & M. Jean-Charles GESLOT
14h-15h30 Mme. Marie-Astrid PAGE : Le procureur des Missions Étrangères de Paris à Rome. Édition de la correspondance de Pierre-Xavier Cazenave de 1883 à 1911 M. Édouard VASSEUR & M. Matthieu BREJON de LAVERGNÉE

Jeudi 6 juin

10H30 – 12h Mme. Anaïs Jacques : Une garantie de bon ordre. Inspecter les bibliothèques populaires, des origines à 1939 Mme. Christine BÉNÉVENT & Mme. Agnès SANDRAS & M. Jean-Charles GESLOT
14h-15h30 Mme. Clotilde EUZENNAT : Vivre du portrait au XVIIIe siècle. Louis Tocqué (1696-1772), peintre du roi. Mme. Christine GOUZI & M. Guillaume FONKENELL

Vendredi 7 juin, après la réunion plénière du jury et la tenue du conseil scientifique,  aura lieu la proclamation des résultats, suivie de la remise de leurs diplômes aux archivistes-paléographes de la promotion 2024.

Le volume des “Positions de thèse“, résumant l’ensemble des travaux soutenus par les élèves de la promotion 2024, sera disponible en format papier à partir du 1er juin. Sa publication en accès libre, en ligne, est prévue courant 2024.

La France de l’entre-deux-guerres à l’épreuve de la peste blanche

Entretien avec Julie Faget, archiviste paléographe (prom. 2023), auteure d’une thèse d’École des chartes intitulée La France de l’entre-deux-guerres à l’épreuve de la peste blanche. Étude de cas d’un réseau de lutte antituberculeuse dans les Basses-Pyrénées. Son travail a été dirigé par Mme Anne Rasmussen, directrice d’études à l’EHESS et M. Edouard Vasseur, professeur d’archivistique, diplomatique et d’histoire des institutions de l’époque contemporaine à l’École nationale des chartes (ENC). Propos recueillis par Giulia Ceccarelli, élève archiviste paléographe en quatrième année.1

 Comment as-tu abouti au choix de ce sujet ?

Depuis le lycée, j’ai toujours eu une passion pour la biologie, ce qui m’avait poussée à choisir un baccalauréat scientifique. Au moment du choix de la thèse de l’École nationale des chartes, j’ai souhaité garder cet aspect scientifique et le combiner avec l’histoire, dont j’ai le goût depuis la classe préparatoire. L’histoire de la médecine à l’époque contemporaine laissait de la place à de nouveaux travaux et j’ai rapidement trouvé des idées de sujet de recherche dans le domaine des épidémies. Je jouissais d’une grande liberté de choix, car il reste beaucoup à faire là-dessus. Rapidement, je me suis intéressée à la tuberculose et à ses aspects culturels. Quand on pense à cette maladie, nous en avons immédiatement une image romantisée : la pâleur qui caractérise les malades a inspiré les écrivains romantiques, qui ont dessiné tout un imaginaire de la tuberculose et des malades qui en sont atteints. Ces aspects certes captivants avaient déjà été traités par deux chercheuses, Isabelle Grellet et Caroline Kruse, sous la direction de Roland Barthes, et il paraissait difficile de pouvoir en dire plus. Avec l’aide de mes professeurs, j’ai alors choisi de m’intéresser à l’aspect plus institutionnel de la maladie et à la manière dont les malades étaient traités. Il me fallait donc un fonds d’archives assez complet, qu’il soit possible d’exploiter aussi à distance. En effet, les débuts de mes recherches ont été marqués par la crise du COVID, qui restreignait particulièrement l’accès aux salles de lecture.

Continuer la lecture de La France de l’entre-deux-guerres à l’épreuve de la peste blanche

  1. Image mise en avant : Carte postale présentant la cour du sanatorium de Larressore et plusieurs malades prenant la pose, [1920]. Main privée, tous droits réservés. []

Orner le manuscrit à l’époque mérovingienne (VIIe-VIIIe siècle)

Entretien avec Max Hello, archiviste paléographe (promo. 2023), prix Lasalle-Serbat, qui récompense la meilleure thèse d’École en histoire de l’art, pour sa thèse intitulée « Orner le manuscrit à l’époque mérovingienne (VIIe-VIIIe siècles) », sous la direction de Charlotte Denoël (BnF, conservatrice en cheffe au département des manuscrits) et Anne-Orange Poilpré (Professeur des universités à Paris 1 Panthéon-Sorbonne). Propos recueillis par Louis Cheminot, AP21.


Pourquoi ce sujet ?

Pour commencer, j’étais très attiré par le haut Moyen Âge de façon générale. Je savais que je voulais faire un sujet “histoire de l’art”, même si je cherchais un sujet un peu hybride – et il s’est avéré hybride en l’occurrence – d’où le choix de travailler plutôt sur des manuscrits. C’est un médium qui m’intéressait beaucoup, qui est très compliqué à aborder – ça rajoute un challenge supplémentaire – et j’ai estimé que, dans le cadre d’un travail de chartiste, c’était intéressant de se confronter à ce type de sources. Puis je suis allé voir Charlotte Denoël, conservatrice en cheffe au Département des Manuscrits médiévaux ; nous avons fait le tour des productions du haut Moyen Âge, ce qui n’est pas compliqué puisqu’il n’y en a que quatre : mérovingienne, insulaire, carolingienne et ottonienne. La production carolingienne est déjà très étudiée ; je ne suis pas germaniste, ce qui rend l’étude des manuscrits ottoniens plus délicates ; quant à la production insulaire, c’est surtout l’apanage des chercheurs anglo-saxons. Il ne restait plus que la production mérovingienne, qui s’est imposée d’elle-même puisque, mine de rien, beaucoup de sources se trouvent en France – c’est quand même plus simple pour un jeune chercheur – et notamment à la BnF. Surtout, il s’agissait de la production la moins connue des quatre, celle qui méritait le plus de recherche finalement, et qui connaissait un certain regain d’intérêt : quand j’ai choisi mon sujet, vers 2019, on était trois ans après la grande rétrospective sur l’art mérovingien du musée de Cluny, codirigée par cette même Charlotte Denoël2. Continuer la lecture de Orner le manuscrit à l’époque mérovingienne (VIIe-VIIIe siècle)

  1. Image de couverture : Varia opera (Wolfenbüttel, Herzog August Bibliothek, Cod. Guelf. 99 Weiss., fol. 1r), Luxeuil, c. 720-730. []
  2. Les Temps mérovingiens. Trois siècles d’art et de culture (451-751) [cat. expo.], Paris, musée de Cluny – musée national du Moyen Âge, 26 octobre 2016 – 13 février 2017, dir. Isabelle Bardiès-Fronty, Charlotte Denoël et Inès Villela-Petiy, Paris, 2016. []

Des tribus de Dana au peuple de saint Patrick : confluence et défluence de deux religions

Entretien avec Gwendoline Lemaitre, archiviste-paléographe (promo. 2023), qui a soutenu le 31 mai 2023 sa thèse d’École des chartes intitulée Des tribus de Dana au peuple de saint Patrick : confluence et défluence de deux religions. Étude des liens entre paganisme et christianisme irlandais dans les Vies de la triade thaumaturge (VIIe et VIIIe siècles). Cette thèse a été dirigée par M. François Ploton-Nicollet, professeur d’Histoire des textes à l’École Nationale des Chartes (ENC), M. Bruno Dumézil, professeur d’histoire médiévale à Sorbonne-Université, et Immo Warntjes, professeur associé en histoire du haut Moyen Âge irlandais à Trinity College1Propos recueillis par Max Hello, archiviste paléographe (promo 2023).


Qu’est-ce qui t’a motivée à te lancer dans ce sujet-là ?

Depuis très longtemps je suis passionnée par l’Irlande et en rentrant à l’Ecole je voulais absolument travailler sur cette région, tout en restant dans la période médiévale qui est la période que je préfère. J’ai commencé à chercher un sujet autour de ces thématiques et j’en ai parlé à plusieurs professeurs à l’École qui m’ont dit que l’Irlande n’était vraiment pas leur domaine de prédilection, jusqu’à en parler à François Ploton-Nicollet qui m’a dit que ce n’était pas son domaine de spécialité mais que, comme il s’agissait du Moyen Âge, a priori mes sources devaient être en latin, et qu’en tant que professeur de latin à l’École il acceptait de me suivre.

En parallèle j’en ai parlé à plusieurs universitaires français et j’ai eu quelques refus, quelquefois un peu virulents d’ailleurs, car ils m’ont dit que ce n’était pas leur sujet. J’ai aussi écrit à un professeur à Trinity College à Dublin, Sean Duffy, et à un professeur à Oxford, Richard Sharpe, qui est décédé aujourd’hui, mais qui m’avait fait une réponse très peu encourageante, et donc sur le coup j’étais un peu refroidie. Puis j’ai reçu une réponse de Dublin, qui, eux, étaient enthousiastes et cela m’a remotivée.

Au départ j’étais partie sur un travail autour de l’identité irlandaise au Moyen Âge, avant l’invasion anglaise, et puis je me suis rendu compte que les sources pour travailler sur ce sujet- là étaient en vieil-irlandais, ce que je ne maîtrisais pas absolument pas à l’époque et que je maîtrise encore très peu aujourd’hui, et j’en ai parlé avec les professeurs de Trinity qui m’ont dit que j’étais peut-être un petit peu jeune et pas assez expérimentée pour un tel travail ; ce sont donc eux, en fait, qui m’ont suggéré de travailler sur les liens entre paganisme et christianisme à partir d’un corpus hagiographique, donc un corpus en latin, qui est une langue beaucoup plus accessible pour moi, et voilà comment j’en suis arrivée à ce sujet.

Continuer la lecture de Des tribus de Dana au peuple de saint Patrick : confluence et défluence de deux religions

  1. Image de bannière : statue en bronze de sainte Brigit inaugurée le 1er février 2006 sur le site du monastère de Kildare []

Installation et affirmation d’un administrateur général (1915-1922)

Entretien avec Anne Jérôme, archiviste paléographe (prom. 2023), auteure d’une thèse d’École des chartes intitulée Emile Fabre : installation et affirmation d’un administrateur général (1915-1922). Son travail a été dirigé par Mme Pascale Goetschel, professeure d’histoire contemporaine à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne et M. Christophe Gauthier, professeur d’histoire de l’édition et des médias contemporains à l’École nationale des chartes (ENC). Propos recueillis par Colette Loutrel, élève archiviste paléographe en troisième année.


Comment as-tu trouvé ce sujet ?

La réponse est facile. Quand je suis arrivée à l’École des chartes, à la rentrée 2019, j’ai tout de suite pris contact avec la bibliothécaire-archiviste de la Comédie-Française, Mme Agathe Sanjuan. J’avais découvert son métier un peu par hasard sur le site internet de la Comédie-Française et je l’avais trouvé assez formidable. Je l’ai rencontrée au départ pour qu’elle me parle de sa carrière dans la conservation des bibliothèques, des problématiques propres à la Comédie-Française et à son histoire. Elle a terminé le rendez-vous en me disant : « comme vous êtes à l’École des chartes, vous allez bientôt être amenée à choisir un sujet de thèse ». J’étais en début de première année donc la problématique était encore assez lointaine pour moi, mais elle m’a indiqué un fonds autour d’un manuscrit d’un administrateur, d’environ 2000 pages et d’une écriture assez rapide et elle avait envisagé d’en faire un sujet d’École des chartes. Comme je n’avais pas encore grande idée de ce qu’était une thèse d’École des chartes et encore moins de ce qu’était une thèse d’édition par rapport à une thèse de recherche, j’ai laissé s’écouler quelques mois avant de revenir à son idée et de vraiment consulter le manuscrit. J’ai finalement décidé de travailler dessus.

Continuer la lecture de Installation et affirmation d’un administrateur général (1915-1922)