Archives de catégorie : Thèses d’École des chartes

La thèse pour le diplôme d’archiviste paléographe est un travail mené pendant deux à trois ans, soutenu en quatrième année. La scolarité chartiste ne s’inscrivant pas dans le système Licence-Master-Doctorat, cette travail de recherche est en général une version plus poussée d’un mémoire de master 2 mené à l’Université en parallèle de la formation.
Les thèses d’École des chartes ne font pas encore l’objet d’un dépôt électronique et sont consultables aux Archives nationales. On peut en revanche consulter les positions de thèses, résumés d’une dizaine de pages, sur le site de l’École.

La pourpre et la mort. Les tombeaux des prélats de la papauté d’Avignon, de 1309 à 1403

Entretien avec Adrien Isnel, archiviste-paléographe (promo. 2022), qui a soutenu le mercredi 9 juin 2022 sa thèse d’École des chartes intitulée La Pourpre et la mort. Les tombeaux des prélats de la papauté d’Avignon, de 1309 à 1403. Cette thèse a été dirigée par M. Philippe Plagnieux, professeur de d’histoire de l’art médiéval à l’École Nationale des Chartes (ENC) et à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne, et Mme. Dominique Vingtain, conservatrice en chef du Palais des Papes et directrice du musée du Petit Palais d’Avignon1Propos recueillis par Max Hello (AP4).


Qu’est-ce qui t’a motivé à te lancer dans ce sujet-là ?

C’est un ensemble de facteurs. Je savais que je voulais faire de l’histoire de l’art et je n’étais pas du tout certain de la période, beaucoup de pays m’intéressaient et j’avais une hésitation entre d’un côté la fin du Moyen Âge et le début de la Renaissance et de l’autre côté quelque chose autour du XXe siècle, voire contemporain, donc vraiment deux extrêmes. Après m’être entretenu avec mes professeurs, en particulier MM. Crépin-Leblond et Plagnieux, ces derniers m’ont suggéré de faire un classement des siècles et des types d’art ce que je voulais et c’est comme cela que je suis progressivement arrivé à la sculpture du XIVe-XVe siècle. J’ai ensuite commencé à explorer les sujets qui pouvaient être traités et il y a eu plusieurs pistes que j’ai commencé à étudier avant de trouver celle-ci. Il a notamment été question des stalles de l’abbaye de la Chaise-Dieu, de la sculpture sur bois donc : ça aurait été un beau sujet, qui vaudrait la peine d’être traité ! Il est vrai aussi que je viens du Sud, j’ai grandi à Marseille, mais une partie de ma famille vient d’Avignon et est vraiment ancrée dans cette ville, encore aujourd’hui. C’est une ville que j’aime beaucoup : j’aime son patrimoine et j’aime l’histoire de la papauté d’Avignon, donc quand M. Plagnieux m’a dit qu’il y avait peut-être un sujet à y traiter, cela m’a intéressé.

Continuer la lecture de La pourpre et la mort. Les tombeaux des prélats de la papauté d’Avignon, de 1309 à 1403

  1. Image de bannière : gisant d’Hugues de Castillon, évêque de Comminges de 1336 à 1352 dans la cathédrale Notre Dame de Saint-Bertrand-de-Comminges (en Haute-Garonne). []

Faire l’histoire d’un genre : le documentaire historique de télévision

Entretien avec Adrien Julla-Marcy, archiviste-paléographe, qui a soutenu le 7 juin 2022 sa thèse d’École des chartes intitulée L’histoire commence à vingt et une heure. Le documentaire historique à la télévision française (1949-1989). Cette thèse a été dirigée par M. Christophe Gauthier, professeur d’histoire du livre et des médias contemporains.1 Propos recueillis par Giulia Ceccarelli (AP3).


Comment as-tu abouti au choix de ce sujet ?

À la fin de ma troisième année de classe préparatoire au lycée Pierre de Fermat, à Toulouse, c’est l’expérience du festival L’histoire à venir qui m’a donné des idées pour la recherche. Cette année-là, le livre collectif Histoire mondiale de la France qui venait de sortir était présenté au festival et j’ai eu la possibilité d’assister à des conférences de Patrick Boucheron, et des historiens et historiennes qui y avaient participé à l’écriture collective du livre, ou à d’autres sommités comme Michèle Zancarini-Fournel. Il y avait comme thématique principale une réflexion sur les enjeux de l’écriture de l’histoire et ces rencontres m’ont permis de m’intéresser pleinement à l’historiographie pour la première fois ; on y discutait des différentes manières de raconter l’histoire, ce qui constitue une des bases du métier d’historien. Après la prépa, j’ai lu un certain nombre de travaux qui traitent des différentes manifestations du roman national et de son écriture, depuis le Dimanche de Bouvines de Duby au Mythe national de Suzanne Citron. L’enseignement de Laurent Avezou, qui est un spécialiste du sujet, a sans doute aussi pesé dans la balance. Une fois à l’école des chartes, lors de mes premiers échanges avec Christophe Gauthier, mon directeur de recherche, nous avons discuté, entre autres sujets toujours liés à cette notion d’écriture, de la possibilité de travailler sur les représentations audiovisuelles de l’histoire, en incluant le cinéma mais aussi les jeux vidéo. C’est finalement l’absence d’une étude exhaustive sur les documentaires historiques à la télévision qui m’a convaincu de choisir ce sujet. L’idée de départ était de travailler sur les représentations historiques, les discours et la mise en image, dans une perspective critique ; au fur et à mesure de mon travail, cet aspect s’est estompé pour s’inscrire plus pleinement dans une histoire institutionnelle et médiatique.

Continuer la lecture de Faire l’histoire d’un genre : le documentaire historique de télévision

  1. Image de bannière: Rue des Archives, “Une Année comme les autres : 1963”, FR3, 19 novembre 1978. Images de l’Institut national de l’Audiovisuel (INA) []

À la découverte d’un manuscrit inédit : une histoire retrouvée de la Custodie franciscaine de Terre sainte à la fin du Moyen-Âge

Entretien avec Geneviève Roumier (Alday), archiviste-paléographe, qui a soutenu le 30 mai 2022 sa thèse d’École des chartes intitulée Défense et illustration de la Custodie de Terre sainte à la fin du XVe siècle. Les privilèges pontificaux au prisme d’un traité juridique. Cette thèse a été récompensée par le prix Molinier. Elle a été dirigée par M. Olivier Guyotjeannin, professeur de diplomatique et d’archivistique médiévales à l’ENC, et Mme Catherine Vincent, professeure d’histoire médiévale à l’université Paris-Nanterre.1 Propos recueillis par Giulia Ceccarelli (AP3).


Comment as-tu choisi ce sujet ?

Lors de mon stage aux archives historiques de la Custodie de Terre sainte (ASCTS), à Jérusalem en février 2020, l’archiviste de l’institution m’avait demandé la transcription d’un manuscrit latin inédit2, dont il voulait avec sa communauté découvrir le contenu. En l’étudiant de plus près, je me suis rapidement rendu compte de son intérêt. J’ai ainsi pris la décision, à la fin de la deuxième année de ma scolarité, de changer de sujet de recherche pour me consacrer à l’édition de ce manuscrit. Ce stage au sein même des archives m’a également permis d’effectuer des rencontres personnelles enrichissantes, d’échanger avec les frères qui se trouvent encore aujourd’hui à Jérusalem et de pouvoir finalement mieux cerner le document sur lequel je comptais travailler. Du fait de l’intérêt croissant que je trouvais à ce document inédit, j’ai ensuite décidé d’enrichir l’édition critique que constituait mon mémoire de master 2 par une étude du manuscrit mis en relation avec le fonds de bulles pontificales et de bullaires conservés aux archives de la custodie.

Continuer la lecture de À la découverte d’un manuscrit inédit : une histoire retrouvée de la Custodie franciscaine de Terre sainte à la fin du Moyen-Âge

  1. Image de bannière: Première page du Codice A où commencent les copies des bulles pontificales, après les pages de garde du manuscrit faites de parchemins de remploi : sur cette page figure l’introït grégorien de la messe de la nativité de saint Jean-Baptiste, fêtée le 24 juin ; la partition musicale est décorée d’une belle initiale “d” onciale ornée de rouge et de bleu. Photographie : Geneviève Roumier []
  2. ASCTS, CC, Copiari pontifici, 1 []

Espace et mémoire dans l’Ordre franciscain à la fin du Moyen Âge. Le “Provinciale ordinis fratrum Minorum” de Paolino da Venezia

Entretien avec Loïc Pierrot, archiviste-paléographe, qui a soutenu le 30 mai 2022 sa thèse d’École des chartes intitulée Espace et mémoire dans l’Ordre des frères mineurs à la fin du Moyen Âge. Étude et édition critique du Provinciale ordinis fratrum Minorum de Paolino da Venezia. Cette thèse a été dirigée par M. Olivier Guyotjeannin, professeur de diplomatique et d’archivistique médiévales à l’ENC, et Mme. Isabelle Heullant-Donat, professeure d’histoire du Moyen Âge à l’Université de Reims Champagne-Ardennes.1 Propos recueillis par Hugo Forster (AP4).


Le titre de ta thèse montre un objet d’études circonscrit à l’extrême, que l’on pourrait hâtivement résumer à une seule source. Peux-tu, en guise d’introduction, nous expliquer comment ton parcours de formation t’a amené à traiter ce document particulier dans le cadre de ta thèse d’École ?

En entrant à l’École des chartes (ENC) et à l’École normale supérieure (ENS) en 2018, je n’avais pas fait beaucoup de latin mais je savais que je voulais travailler sur l’histoire du Moyen Âge. J’étais prêt à me former rapidement, ce que me permettait mon parcours. Sur la suggestion de ma directrice de recherche, j’ai d’abord choisi de travailler sur les origines de la custodie franciscaine de Terre sainte. Après quelque temps, j’ai finalement voulu changer de sujet. Isabelle Heullant-Donat, ma directrice de recherches, m’a alors proposé d’éditer et d’étudier le Provinciale ordinis fratrum Minorum, un texte dont elle avait eu connaissance en préparant sa thèse de doctorat consacrée aux chroniqueurs franciscains Paolino da Venezia et Elemosina da Gualdo. Ce sujet m’a séduit parce qu’il touchait à l’histoire culturelle et religieuse du Moyen Âge et à l’histoire de la réception et de l’érudition moderne. C’était aussi l’occasion de mettre en application les savoirs critiques enseignés à l’École des chartes.

Continuer la lecture de Espace et mémoire dans l’Ordre franciscain à la fin du Moyen Âge. Le “Provinciale ordinis fratrum Minorum” de Paolino da Venezia

  1. Image de bannière : Staatsbibliothek Bamberg. Msc.Hist.4/2, fol. 13r. Détail. Photographie : Gerald Raab. []

Innovations pédagogiques et formation des élites à la fin de l’époque moderne : le collège bénédictin et l’école militaire de Sorèze (1759 – 1796)

Entretien avec Juliette Curien–Mangel (prom. 2022) qui a soutenu en juin sa thèse d’école intitulée « Le collège bénédictin et l’école militaire de Sorèze (1759-1796). Innovations pédagogiques et formation des élites », sous la direction de M. Olivier Poncet, professeur d’histoire d’histoire moderne à l’École nationale des chartes (ENC), et de M. Boris Noguès, maître de conférence à l’ENS Lyon.1 Propos recueillis par Arsène Donada–Vidal (élève archiviste-paléographe en 2e année).


Tu as changé de sujet en cours de route, passant d’une étude sur le collège de Juilly au collège de Sorèze. Pourquoi, et comment as-tu vécu ce changement ? Qu’est-ce qui t’a amenée à travailler sur ce sujet ?

Au moment de choisir un sujet de recherche au courant de la première année du cursus d’archiviste-paléographe (AP1) dès novembre 2018, je pensais travailler sur quelque chose de complètement différent : les voyages d’exploration en Afrique au XIXe siècle. J’avais rencontré une professeure et j’étais même allée aux Archives nationales d’outre-mer à Aix-en-Provence, au printemps, pour y consulter les carnets de voyage de l’explorateur Alfred Dyé (1874 – 1926). J’envisageais donc dans un premier temps de travailler sur le personnage, voire d’éditer ses carnets. En fin de compte, au terme de l’année d’AP1, j’ai un peu regretté d’avoir délaissé la période moderne, avec laquelle j’avais le plus d’affinités.

Continuer la lecture de Innovations pédagogiques et formation des élites à la fin de l’époque moderne : le collège bénédictin et l’école militaire de Sorèze (1759 – 1796)

  1. Image de converture : le clocher Saint Martin et la cour des Rouges de l’abbaye-école de Sorèze en 2008. Photo JYB Devot – Wikimedia Commons []