Archives de catégorie : Recherche

Orner le manuscrit à l’époque mérovingienne (VIIe-VIIIe siècle)

Entretien avec Max Hello, archiviste paléographe (promo. 2023), prix Lasalle-Serbat, qui récompense la meilleure thèse d’École en histoire de l’art, pour sa thèse intitulée « Orner le manuscrit à l’époque mérovingienne (VIIe-VIIIe siècles) », sous la direction de Charlotte Denoël (BnF, conservatrice en cheffe au département des manuscrits) et Anne-Orange Poilpré (Professeur des universités à Paris 1 Panthéon-Sorbonne). Propos recueillis par Louis Cheminot, AP21.


Pourquoi ce sujet ?

Pour commencer, j’étais très attiré par le haut Moyen Âge de façon générale. Je savais que je voulais faire un sujet “histoire de l’art”, même si je cherchais un sujet un peu hybride – et il s’est avéré hybride en l’occurrence – d’où le choix de travailler plutôt sur des manuscrits. C’est un médium qui m’intéressait beaucoup, qui est très compliqué à aborder – ça rajoute un challenge supplémentaire – et j’ai estimé que, dans le cadre d’un travail de chartiste, c’était intéressant de se confronter à ce type de sources. Puis je suis allé voir Charlotte Denoël, conservatrice en cheffe au Département des Manuscrits médiévaux ; nous avons fait le tour des productions du haut Moyen Âge, ce qui n’est pas compliqué puisqu’il n’y en a que quatre : mérovingienne, insulaire, carolingienne et ottonienne. La production carolingienne est déjà très étudiée ; je ne suis pas germaniste, ce qui rend l’étude des manuscrits ottoniens plus délicates ; quant à la production insulaire, c’est surtout l’apanage des chercheurs anglo-saxons. Il ne restait plus que la production mérovingienne, qui s’est imposée d’elle-même puisque, mine de rien, beaucoup de sources se trouvent en France – c’est quand même plus simple pour un jeune chercheur – et notamment à la BnF. Surtout, il s’agissait de la production la moins connue des quatre, celle qui méritait le plus de recherche finalement, et qui connaissait un certain regain d’intérêt : quand j’ai choisi mon sujet, vers 2019, on était trois ans après la grande rétrospective sur l’art mérovingien du musée de Cluny, codirigée par cette même Charlotte Denoël2. Continuer la lecture de Orner le manuscrit à l’époque mérovingienne (VIIe-VIIIe siècle)

  1. Image de couverture : Varia opera (Wolfenbüttel, Herzog August Bibliothek, Cod. Guelf. 99 Weiss., fol. 1r), Luxeuil, c. 720-730. []
  2. Les Temps mérovingiens. Trois siècles d’art et de culture (451-751) [cat. expo.], Paris, musée de Cluny – musée national du Moyen Âge, 26 octobre 2016 – 13 février 2017, dir. Isabelle Bardiès-Fronty, Charlotte Denoël et Inès Villela-Petiy, Paris, 2016. []

Des tribus de Dana au peuple de saint Patrick : confluence et défluence de deux religions

Entretien avec Gwendoline Lemaitre, archiviste-paléographe (promo. 2023), qui a soutenu le 31 mai 2023 sa thèse d’École des chartes intitulée Des tribus de Dana au peuple de saint Patrick : confluence et défluence de deux religions. Étude des liens entre paganisme et christianisme irlandais dans les Vies de la triade thaumaturge (VIIe et VIIIe siècles). Cette thèse a été dirigée par M. François Ploton-Nicollet, professeur d’Histoire des textes à l’École Nationale des Chartes (ENC), M. Bruno Dumézil, professeur d’histoire médiévale à Sorbonne-Université, et Immo Warntjes, professeur associé en histoire du haut Moyen Âge irlandais à Trinity College1Propos recueillis par Max Hello, archiviste paléographe (promo 2023).


Qu’est-ce qui t’a motivée à te lancer dans ce sujet-là ?

Depuis très longtemps je suis passionnée par l’Irlande et en rentrant à l’Ecole je voulais absolument travailler sur cette région, tout en restant dans la période médiévale qui est la période que je préfère. J’ai commencé à chercher un sujet autour de ces thématiques et j’en ai parlé à plusieurs professeurs à l’École qui m’ont dit que l’Irlande n’était vraiment pas leur domaine de prédilection, jusqu’à en parler à François Ploton-Nicollet qui m’a dit que ce n’était pas son domaine de spécialité mais que, comme il s’agissait du Moyen Âge, a priori mes sources devaient être en latin, et qu’en tant que professeur de latin à l’École il acceptait de me suivre.

En parallèle j’en ai parlé à plusieurs universitaires français et j’ai eu quelques refus, quelquefois un peu virulents d’ailleurs, car ils m’ont dit que ce n’était pas leur sujet. J’ai aussi écrit à un professeur à Trinity College à Dublin, Sean Duffy, et à un professeur à Oxford, Richard Sharpe, qui est décédé aujourd’hui, mais qui m’avait fait une réponse très peu encourageante, et donc sur le coup j’étais un peu refroidie. Puis j’ai reçu une réponse de Dublin, qui, eux, étaient enthousiastes et cela m’a remotivée.

Au départ j’étais partie sur un travail autour de l’identité irlandaise au Moyen Âge, avant l’invasion anglaise, et puis je me suis rendu compte que les sources pour travailler sur ce sujet- là étaient en vieil-irlandais, ce que je ne maîtrisais pas absolument pas à l’époque et que je maîtrise encore très peu aujourd’hui, et j’en ai parlé avec les professeurs de Trinity qui m’ont dit que j’étais peut-être un petit peu jeune et pas assez expérimentée pour un tel travail ; ce sont donc eux, en fait, qui m’ont suggéré de travailler sur les liens entre paganisme et christianisme à partir d’un corpus hagiographique, donc un corpus en latin, qui est une langue beaucoup plus accessible pour moi, et voilà comment j’en suis arrivée à ce sujet.

Continuer la lecture de Des tribus de Dana au peuple de saint Patrick : confluence et défluence de deux religions

  1. Image de bannière : statue en bronze de sainte Brigit inaugurée le 1er février 2006 sur le site du monastère de Kildare []

Installation et affirmation d’un administrateur général (1915-1922)

Entretien avec Anne Jérôme, archiviste paléographe (prom. 2023), auteure d’une thèse d’École des chartes intitulée Emile Fabre : installation et affirmation d’un administrateur général (1915-1922). Son travail a été dirigé par Mme Pascale Goetschel, professeure d’histoire contemporaine à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne et M. Christophe Gauthier, professeur d’histoire de l’édition et des médias contemporains à l’École nationale des chartes (ENC). Propos recueillis par Colette Loutrel, élève archiviste paléographe en troisième année.


Comment as-tu trouvé ce sujet ?

La réponse est facile. Quand je suis arrivée à l’École des chartes, à la rentrée 2019, j’ai tout de suite pris contact avec la bibliothécaire-archiviste de la Comédie-Française, Mme Agathe Sanjuan. J’avais découvert son métier un peu par hasard sur le site internet de la Comédie-Française et je l’avais trouvé assez formidable. Je l’ai rencontrée au départ pour qu’elle me parle de sa carrière dans la conservation des bibliothèques, des problématiques propres à la Comédie-Française et à son histoire. Elle a terminé le rendez-vous en me disant : « comme vous êtes à l’École des chartes, vous allez bientôt être amenée à choisir un sujet de thèse ». J’étais en début de première année donc la problématique était encore assez lointaine pour moi, mais elle m’a indiqué un fonds autour d’un manuscrit d’un administrateur, d’environ 2000 pages et d’une écriture assez rapide et elle avait envisagé d’en faire un sujet d’École des chartes. Comme je n’avais pas encore grande idée de ce qu’était une thèse d’École des chartes et encore moins de ce qu’était une thèse d’édition par rapport à une thèse de recherche, j’ai laissé s’écouler quelques mois avant de revenir à son idée et de vraiment consulter le manuscrit. J’ai finalement décidé de travailler dessus.

Continuer la lecture de Installation et affirmation d’un administrateur général (1915-1922)

Imaginer le Grand Nord depuis Strasbourg. Pratiques d’un philologue comparatiste

Entretien avec Hugo Forster, archiviste paléographe (promo. 2023), auteur d’une thèse d’École des chartes intitulée Frédéric-Guillaume Bergmann (1812 – 1887). Une pratique strasbourgeoise de la philologie comparée. Son travail a été dirigé par M. Thomas Mohnike, professeur d’études scandinaves à l’Université de Strasbourg et Mme Christine Bénévent, professeure d’histoire du livre et de bibliographie à l’École nationale des chartes (ENC). Propos recueillis par Colette Loutrel, élève archiviste paléographe de troisième année.


Comment en es-tu arrivé à étudier Frédéric-Guillaume Bergmann ?

J’ai construit mon objet de recherche très progressivement. Dès les prémisses de mon travail, j’ai souhaité aborder une thématique culturelle sous l’angle d’une certaine problématique, celle de l’histoire des représentations, ou autrement dit, de la réception culturelle. L’idée m’est venue de lectures faites à la fin de mes classes préparatoires, notamment La Culture au pluriel de Michel de Certeau, qui m’est resté comme boussole méthodologique. Dans ce recueil de textes publiés autour de Mai-68, le philosophe évoque en particulier la métamorphose que font subir le folkloriste ou l’anthropologue aux faits de cultures vivants qu’ils examinent et dissèquent, ce que de Certeau appelle « la beauté du mort ». Ce type de mutations d’objets intangibles, représentations variant selon la période ou le groupe social qui en est le réceptacle, me fascinent. C’est d’ailleurs du fait de cette curiosité que je me suis engagé, il y a désormais sept ans, sur la voie professionnelle de la conservation en bibliothèque. J’ai essayé de conjuguer cet intérêt conceptuel à ce qui était pour moi une forme de tropisme touchant à la Scandinavie. J’allais donc travailler sur les représentations du « grand Nord ». Il m’a fallu, au fil du temps, analyser mes motivations pour évacuer la part de fantasmes qui interférait avec mon travail de recherche. En m’établissant en examinateur critique des imaginaires, je devais évidemment prendre en compte ma propre subjectivité. Du reste, dans un premier temps, il me fallait au moins un référent attirant pour me donner le courage de me lancer.

Continuer la lecture de Imaginer le Grand Nord depuis Strasbourg. Pratiques d’un philologue comparatiste

Les boulangers de Toulouse au XVIe siècle

Entretien avec Martin Bugnicourt, archiviste paléographe (promo. 2023), auteur d’une thèse d’École des chartes intitulée Du pain sur la planche. Les boulangers à Toulouse au XVIe siècle. Ce travail a été dirigé par MM. Jean-Marie Le Gall, professeur d’histoire moderne à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, et Olivier Poncet, professeur d’archivistique, diplomatique et histoire des institutions de l’époque moderne à l’École nationale des chartes (ENC). Propos recueillis par Louis Cheminot, élève archiviste paléographe en deuxième année.


Pourquoi ce sujet ? Pourquoi Toulouse ? Pourquoi le XVIe siècle ?

Pourquoi Toulouse ? Parce que j’ai une affinité avec la ville : j’y ai fait ma prépa. Et comme je viens du Gers… De même pour le XVIe siècle : comme c’est une période charnière entre Moyen-Âge et Époque Moderne, il y a beaucoup de continuités, en particulier dans l’histoire toulousaine. La ville est particulièrement dynamique à ce moment-là : le commerce du pastel a repris depuis le milieu du XVe siècle, puis fait la fortune de la ville jusqu’au début du XVIe siècle ; il s’effondre avec l’arrivée de l’indigo et des Guerres de Religions. La ville a donc amorcé son « déclin ». C’est aussi une période de grandes constructions architecturales avec de magnifiques hôtels particuliers. Enfin, rappelons que Toulouse forme un bastion catholique dans un pays acquis au protestantisme.

Je voulais d’autre part m’intéresser à l’histoire de l’alimentation, sujet qui me tient à cœur ; étudier un métier précis permettait de concilier ce goût-là avec celui que j’avais pour l’histoire des villes. Un métier de l’alimentation était parfait, car je pouvais parler de nourriture et surtout de nourriture quotidienne, car l’histoire de la gastronomie n’est pas ce qui m’intéresse le plus. Et comme il est impossible d’étudier un métier comme celui des boulangers sans parler de la ville elle-même, je retrouvais mon appétence pour l’histoire urbaine.

Continuer la lecture de Les boulangers de Toulouse au XVIe siècle