Archives de catégorie : Professionnel

Parcours d’une étudiante, du berceau des civilisations aux outils numériques – Léa Maronet (Humanités Numériques)

Depuis leur création, les Chroniques chartistes se proposent de créer des liens entre les promotions, en favorisant les partages d’expériences préprofessionnelles ou de recherches, et en incitant les échanges entre jeunes chercheurs. Il est pourtant parfois difficile de trouver un premier terrain d’entente, lorsque l’on connait encore mal son interlocuteur : et pour cause, nos étudiants en Master proviennent souvent d’horizons tout à faits variés… En vous proposant la présente série d’articles, nous cherchons à tracer quelques-uns de ces Parcours d’étudiants, dont la diversité étend les perspectives de la recherche dans les murs de l’école des chartes1.

Ce premier Parcours résulte d’une rencontre avec Léa Maronet, étudiante en Master 2 Humanités numériques (HN). Portrait réalisé par Vincent Sarbach-Pulicani.


Actuellement étudiante en deuxième année de Master « Humanités numériques » (HN), Léa Maronet se distingue par un parcours universitaire déjà bien rempli. Titulaire d’un baccalauréat économique et social (Bac ES), elle a accompli une année préparatoire en arts (Prépa Arts) à l’Atelier de Sèvres. Elle a par la suite intégré une licence en Histoire de l’art et en archéologie, à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, où elle a entamé une spécialisation en archéologie de l’Extrême-Orient.

Continuer la lecture de Parcours d’une étudiante, du berceau des civilisations aux outils numériques – Léa Maronet (Humanités Numériques)

  1. Image de bannière : intérieur de l’une des grottes de Kānherī, Mahārāṣtra. Source : L. Maronet []

La bibliothèque numérique de Paris, une alliée pendant la pandémie

Hugo Forster (AP3) a réalisé au printemps 2021 un stage de deux mois au sein du Service du Document et des Échanges (SDE), rattaché au Bureau des Bibliothèques et de la Lecture (BBL) du réseau des 72 bibliothèques publiques de la Ville de Paris. Profitant de cette occasion pour explorer les enjeux que soulève un service central tel que le SDE, il propose ici une présentation de la jeune Bibliothèque Numérique parisienne,  base de prêt dont les usages connaissent de profondes mutations depuis le début de la pandémie de Coronavirus.


Dans la conjoncture inédite du confinement du printemps 2020, les pratiques culturelles des Français ont connu des mutations dont on ne sait pas encore à quel point elles s’avèreront pérennes, mais qui auront au moins eu le mérite de mettre au jour quelques clés de lecture des dynamiques en cours, notamment dans le domaine de la lecture numérique.
Sans surprise, la lecture – numérique ou non – a durant la crise sanitaire confirmé sa place centrale dans les loisirs culturels des Français. Là où il y a du nouveau, c’est dans la diversification des usages de la lecture : 20% des « lecteurs » actuels de livres audio numériques ont inauguré leur pratique dans le premier semestre de 2020, et 20% des personnes qui incluaient déjà le livre dans leur paysage culturel habituel ont acheté au moins un équipement permettant la lecture numérique pendant la durée du confinement1.
Continuer la lecture de La bibliothèque numérique de Paris, une alliée pendant la pandémie

  1. Pour plus de données statistiques sur la lecture numérique pendant le confinement du printemps 2020 : Baromètre sur les usages du livre numérique : édition spéciale « confinement », enquête menée par OpinionWays et dirigée par le SNE, la SOFIA et la SGDL. []

Publication du rapport sur le patrimoine bâti d’époque classique de Ngazidja (COMORES)

Un rapport de synthèse et de prospection sur le patrimoine bâti de l’époque classique de Ngazidja (Grande Comore, Union des Comores) vient d’être publié. Il fait suite à une prospection menée en 2019 sur place à Ngazidja. Ce rapport est librement téléchargeable sur la plateforme HAL.

Continuer la lecture de Publication du rapport sur le patrimoine bâti d’époque classique de Ngazidja (COMORES)

Les archives de la DST aux Archives nationales, l’enjeu très actuel des archives secrètes de la Seconde Guerre mondiale

Lisa Lafontaine (AP3) a réalisé en 2019 un stage de trois mois au sein du Département de la Justice et de l’Intérieur (DJI) aux Archives nationales. Au cours de ses activités, elle a travaillé sur les fonds de la Direction de la Surveillance du Territoire (DST) et a été confrontée aux questions d’accessibilité des documents classifiés. Elle a accepté de rédiger un compte-rendu de son travail et des enjeux majeurs qu’il présente.


Le Département de la Justice et de l’Intérieur (DJI)1 a, pendant que j’y effectuais mon stage de deuxième année au printemps 2019, reçu, conditionné et inventorié, un nouveau versement des archives de la Direction de la Surveillance du Territoire datant des années 1945-1950. Une série encore jamais consultée de dossiers d’enquête sur des individus soupçonnés de collaboration au sortir de la Seconde Guerre mondiale est dorénavant mise à disposition des lecteurs en salle de consultation de Pierrefitte-sur-Seine. Petite mise en perspective de ce travail discret, qui met en jeu soif de découvertes historiques, débats politiques sur la sécurité nationale, mobilisation des archivistes pour améliorer leurs pratiques et fantasmes d’archives défendues.

Les marquages témoignent du haut niveau de confidentialité et les inscriptions manuscrites sur les archives de la DST s’accumulent. L’archiviste doit veiller à en respecter l’intégrité car ce sont des témoignages du processus de travail des agents de la DST. Fléchant et numérotant chaque nom propre, ils recréent les liens entre individus et donc entre dossiers de leur fichier central.

Continuer la lecture de Les archives de la DST aux Archives nationales, l’enjeu très actuel des archives secrètes de la Seconde Guerre mondiale

  1. Il comprend trois pôles : pôle Justice, pôle Intérieur et pôle Outre-mer et coopération. []

La diplomatique contemporaine de Dakar à la Sorbonne : Itinéraire franco-africain d’une science des archives

Article rédigé par Yaboul Banwame, archiviste diplômé de l’École de Bibliothécaires, Archivistes et Documentalistes (EBAD) de l’Université cheikh Anta Diop de Dakar et étudiant en Master Technologies numériques appliquées à l’histoire (TNAH) à l’École nationale des chartes.


Science de la critique interne et externe des actes sous le rapport de leur forme, de leur tradition et de leur genèse1, la diplomatique née en 1681 à l’issue de controverses entre Dom Jean Mabillon2 et Daniel Van Papenbroeck sur l’authenticité ou non de certaines chartes de l’abbaye de Saint-Denis, a été appliquée exclusivement à des sources d’archives médiévales à ses débuts. C’est dire en termes clairs que pendant au moins les deux premiers siècles suivant la naissance de la diplomatique, le discrimen veri ac falsi3 ne portait que sur des corpus médiévaux4. Cependant, la diplomatique sortira peu à peu de sa médiévalité exclusive et s’intéressera aussi à des sources d’archives issues de l’époque moderne avant de s’étendre lentement et progressivement aux archives contemporaines. Ainsi, pouvons-nous distinguer trois grandes branches de la science diplomatique si nous nous basons sur des considérations purement temporelles : il s’agit des diplomatiques médiévale, moderne et contemporaine.

Si de nos jours toutes ces branches de la diplomatique sont inclues dans les curricula de formation des archivistes-paléographes diplômés de l’École nationale des chartes, il n’en demeure pas moins que leur intégration auxdits curricula n’est pas faite au même moment. En effet, les diplomatiques médiévale et moderne ont su très vite se gagner une place à la Sorbonne ; ce n’est que plus tard, dans les années 1980, que la diplomatique contemporaine, bien que contestée par certains universitaires à cette époque, aura droit à une partie de la nouvelle chaire consacrée à l’histoire des institutions et à l’archivistique contemporaines confiée à un éminent chartiste connu de la majorité des archivistes africains. Qui est cet éminent chartiste en question ? Qu’est-ce qui pourrait bien expliquer son intérêt vis-à-vis de la diplomatique contemporaine ? Comment est née cette branche de la diplomatique et que dire de son extension à l’échelle mondiale ?

Dans le présent article consacré à l’histoire de la diplomatique contemporaine, il sera essentiellement question de retracer succinctement l’itinéraire franco-africain suivi par ladite science, de ses origines à nos jours.

Continuer la lecture de La diplomatique contemporaine de Dakar à la Sorbonne : Itinéraire franco-africain d’une science des archives

  1. Définition donnée par le Vocabulaire international de la diplomatique : https://www.cei.lmu.de/VID/ []
  2. Delumeau (Jean), « Dom Mabillon, le plus savant homme du royaume. » In: Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 151ᵉ année, N. 4, 2007. pp. 1597-1604, www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_2007_num_151_4_91566 []
  3. Distinguer le vrai du faux, finalité première du diplomatiste. []
  4. Guyotjeannin (Olivier), « La diplomatique médiévale et l’élargissement de son champ. » In: La Gazette des archives, n°172, 1996. De la diplomatique médiévale à la diplomatique contemporaine (actes du colloque organisé par l’École nationale des chartes et la Bentley historical Library de l’université de Ann-Arbor [Michigan, États-Unis], Paris, 6-10 juillet 1992 et Ann-Arbor, 5-9 juillet 1993) pp. 12-18. www.persee.fr/doc/gazar_0016-5522_1996_num_172_1_3386 []