Archives de catégorie : Articles

Soutenances des mémoires de master « Technologies numériques appliquées à l’histoire » 2020

Les soutenances des mémoires de master « Technologies numériques appliquées à l’histoire » de la promotion 2019 se dérouleront du vendredi 16 octobre au vendredi 23 octobre 2020.  Les soutenances sont accessibles en ligne via le lien indiqué dans le planning.

Vendredi 16 octobre

10h-11h30 : Gwenaëlle Patat, sous la direction de Jean-Baptiste Camps et de Dominique Stutzmann, « L’étude des livres d’heures à la lumière du numérique. Le cycle de vie des données et des métadonnées – Analyser, Modéliser, Structurer, Visualiser ».

14h-15h30 : Maxime Challon, sous la direction de Thibault Clérice et de Gautier Poupeau, « Les référentiels en institutions patrimoniales : évolution des pratiques et repositionnement. L’exemple des référentiels de l’Institut national de l’Audiovisuel ».

16h-17h30 : Agathe Floderer, sous la direction de Thibault Clérice et de Bernadette Litzschgi,  » La valorisation numérique du fonds patrimonial d’une bibliothèque municipale – Le cas du Fonds patrimonial de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg ».

Lundi 19 octobre

9h30-11h : Jean-Damien Généro, sous la direction de Vincent Jolivet et d’Alix Chagué, « Valoriser le traitement automatique des données : le cas des Ouvriers des deux mondes« .

10h30-12h : Chloé Fize, sous la direction de Jean-Baptiste Camps et de Christopher Kermovant, « Archives et intelligence artificielle : pour un traitement inédit des données historiques, application à la recherche et au patrimoine privé ».

11h15-12h45 : Lucas Terriel, sous la direction de Thibault Clérice et d’Alix Chagué, « Représenter et évaluer les données issues du traitement automatique d’un corpus de documents historiques. L’exemple de la reconnaissance des écritures manuscrites dans les répertoires de notaires du projet LectAuRep ».

10h30-12h : Rebacca Britstow, sous la direction de Gautier Poupeau et d’Oliver Marlet, « Conserver et diffuser les données de la recherche archéologique : le cas de la base de données ICERAMM et
l’application des principes FAIR ».

 

Mardi 20 octobre

15h-16h30 : Caroline Corbières, sous la direction de Thibault Clérice et de Béatrice Joyeux-Prunel,  » Du catalogue au fichier TEI : Création d’un workflow pour encoder automatiquement en XML-TEI des catalogues d’exposition ».

 

Vendredi 23 octobre

10h-11h30 : Alexandre Bartz, sous la direction de Thibault Clérice et de Simon Gabay, « Un corpus de textes français classiques à l’épreuve de la philologie numérique ».

13h-14h30 : Paul Robert, sous la direction de Thibault Clérice et d’Ammar Ayoub, « Le traitement automatique du langage chez Google. Word2vec, un algorithme de machine learning ».

 

Soutenances privées

Morgane Rousselot sous la direction de Thibault Clérice et de Louisa Torres, « Décrire et étudier des collections de collectionneurs. Élaboration d’un modèle de données à partir des manuscrits du marquis de Paulmy. »

Lucie Slavik, sous la direction de Thibault Clérice, Arthur Provenier, Rémy Heme de Lacotte, « L’édition numérique de correspondance, à travers deux applications sur des corpus du XIXe siècle : la correspondance de Frédéric Le Play (CRHXIX) et ELICOM (Labex
OBVIL) ».

Auriane Quoix, sous la direction d’Ariane Pinche et de Béatrice Joyeux-Prunel, « Interopérabilité et diffusion de données en histoire de l’art : implémentation de IIIF au sein du projet VISUAL CONTAGIONS ».

Anne Brunet, sous la direction de Vincent Verdese et de Fabien Zepparelli, « La (ré)informatisation des services d’archives : enjeux et améliorations des reprises de données ».

Mathilde Daugas, sous la direction de Vincent Verdese et d’Isabelle Dion, « Le projet de base de données sur le personnel colonial français des archives nationales d’outre-mer : classement et harmonisation des données ».

Edward Gray, sous la direction de Julien Pilla et de Viviane Cattane, « La conservation et la valorisation du patrimoine audiovisuel dans les bibliothèques des écoles d’art : le cas des captations des ateliers de rencontres de l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs ».

Jean-Luc Mirepoix, sous la direction de Thibault Clérice et de Padraic Moran, « Gloss Engine: Construire un projet d’étude collaborative des gloses. »

La Compagnie de Fives-Lille : heurs et malheurs d’un fleuron de l’industrie mécanique et métallique française (1861-1958)

Entretien avec Clémence Becquet, archiviste paléographe (promotion 2020), qui a soutenu en juin dernier sa thèse portant sur « La Compagnie de Fives-Lille. Heurs et malheurs d’un fleuron de l’industrie mécanique et métallique française (1861-1958) » sous la direction d’Édouard Vasseur, professeur d’histoire des institutions, diplomatique et archivistique contemporaine à l’École des chartes, et Dominique Barjot, professeur d’histoire émérite de Sorbonne Université. Propos recueillis par Léo Davy.


Comment et pourquoi as-tu choisi un sujet de thèse en histoire économique ?

En entrant à l’École des chartes, je me suis installée dans un petit studio près des grands boulevards, en plein cœur du Paris haussmannien. Sur mon chemin, j’admirais tous les jours le Palais Brongniart, le siège du Comptoir national d’escompte de Paris dans la rue Bergère, et les superbes façades d’immeubles sur lesquelles sont encore parfois gravés les noms de sociétés aujourd’hui disparues. Je me souviens aussi avoir été particulièrement marquée plus jeune par la lecture de La Curée de Zola, qui dépeint le bouillonnement de la sphère financière parisienne dans les années 1870. En cherchant un sujet de recherche, je me souviens avoir exprimé mon intérêt pour l’histoire des transports, l’histoire des banques et du commerce international, ou encore celle de l’industrie dans la deuxième moitié du XIXe siècle. C’est ainsi que j’ai été amenée à rencontrer M. Dominique Barjot, professeur émérite d’histoire économique à Sorbonne Université, qui connaissait par ailleurs très bien l’école. Il y avait en effet été chargé de cours en histoire économique quelques années auparavant, et avait déjà dirigé de ce fait plusieurs thèses d’école.

Continuer la lecture de La Compagnie de Fives-Lille : heurs et malheurs d’un fleuron de l’industrie mécanique et métallique française (1861-1958)

Crimes sexuels et société à la fin de l’Ancien Régime. Le viol à Auxerre et à Sens au XVIIIe siècle

Entretien avec Enora Peronneau Saint-Jalmes, archiviste paléographe (prom. 2020), qui a soutenu sa thèse intitulée « Crimes sexuels et société à la fin de l’ancien régime. Le viol à Auxerre et à Sens au XVIIIe siècle », soutenue sous la direction d’Olivier Poncet, professeur d’archivistique et de diplomatique de l’époque moderne à l’École des chartes, et de Reynald Abad, professeur d’histoire moderne à Sorbonne Université. Propos recueillis par Léo Davy.


Comment et pourquoi as-tu choisi ce sujet de thèse ?

La question des crimes sexuels marie des disciplines qui m’intéressent tout particulièrement, en raison de leurs méthodes, de leurs objets respectifs et de la multitude de thèmes et de champs scientifiques qu’elles permettent de croiser : l’histoire du droit, l’histoire sociale et culturelle, l’histoire des femmes, voire du genre et, plus à la marge finalement dans ma thèse, ce qu’on appelle la civilisation matérielle. Faire du viol et des autres formes de violences sexuelles les principaux enjeux de ma thèse s’est donc fait assez naturellement. J’ai cependant eu quelques hésitations au moment de formuler mon titre. Non pas que l’aspect potentiellement polémique de mon sujet m’ait rebutée, bien au contraire. On ne peut nier en effet qu’il s’agit d’un thème délicat à aborder en histoire puisqu’il semble presque omniprésent dans le paysage médiatique contemporain. J’ai pris garde néanmoins à ce que mon travail ne verse ni dans le politique, ni dans le militantisme. Mon intérêt pour le sujet est d’ailleurs antérieur au mouvement #MeToo, qui a pris de l’ampleur à partir de 2016-2017, au moment même où j’ai dû officiellement arrêter mon sujet de thèse. Mon mémoire de master, rendu l’année dernière, tournait autour de ce que j’avais appelé « les archives du viol ». Mon principal objectif était alors de redessiner les représentations judiciaires et sociales de ce crime. Le terme de représentations, qui peut être considéré comme relativement passe-partout, a toutefois le mérite de lier, grâce aux archives judiciaires, des points très concrets et terre-à-terre et des éléments plus abstraits, relatifs aux mentalités individuelles et collectives. Ma thèse brasse aussi ces deux visions des crimes sexuels : d’une part un regard très institutionnel, fondé sur les enjeux juridiques et la place de ce type de crimes au sein du système judiciaire, et d’autre part une volonté de démontrer le rôle crucial de la communauté tout entière – je me risquerais même à employer la notion d’opinion publique – dans la considération et le traitement des affaires sexuelles. J’ai par conséquent décidé, dans le titre de ma thèse, de placer la société au centre de ma problématique, à égalité avec les crimes sexuels. Bien que je me tourne également vers d’autres formes de violences qui étaient poursuivies devant les tribunaux de l’époque, comme l’inceste spirituel, la sodomie, la séduction suivie de grossesse, etc., le viol, qu’il soit tenté ou consommé, occupe une place centrale au cœur de ma réflexion. La première partie de mon travail s’avère très institutionnelle et juridique. J’y inscris le viol et les autres crimes de nature sexuelle dans le paysage judiciaire d’Ancien Régime. Ma deuxième partie démontre le rôle crucial de la communauté dans le traitement des affaires sexuelles, tant au niveau local qu’à l’échelle plus abstraite des représentations collectives. Ma troisième et dernière partie dépasse les cadres temporel et archivistique du procès et s’enquiert du destin des justiciables.

Continuer la lecture de Crimes sexuels et société à la fin de l’Ancien Régime. Le viol à Auxerre et à Sens au XVIIIe siècle

Programme de la journée d’étude ENC/EPHE 2020

Formuler l’hypothèse, établir la preuve :
du travail sur les sources à l’écriture de l’histoire

Journées de jeunes chercheurs
28 et 29 octobre 2020

 

MERCREDI 28 OCTOBRE

Centre de colloques du Campus Condorcet
salle 100, place du Front Populaire, 93322 Aubervilliers cedex

9h : Accueil des participants

9h30 : Introduction par Michelle Bubenicek, directrice de l’ENC ; Présentation générale par les organisateurs

10hConférence inaugurale par Xavier Prévost (Université de Bordeaux, Institut universitaire de France)

 

10h45 : L’historien face à la question de la preuve juridique

Modérateur : Xavier Prévost (Université de Bordeaux, Institut universitaire de France)

10h50 : Enora Peronneau Saint-Jalmes : Les archives du viol au XVIIIe siècle : de la preuve juridique à   l’hypothèse historique.

11h25 : Allan Deneuville : Forensic Architecture, constituer l’archive, établir la preuve.

11h50   : Discussion

12h20  : Pause déjeuner

 

14h30 : Les interprétations à l’épreuve de la recomposition et du silence des documents

Modérateur : Marc H. Smith (ENC/EPHE)

14h35 : Pierre Fabry : De l’usage des preuves juridiques comme sources historiques.   Écriture et réécriture de l’histoire en Provence médiévale.

15h00 : Nadège Corbière : La question in aula et le problème d’identification des questions   universitaires médiévales.

15h25 : Rémi Demoen : Consigner la parole municipale : les registres délibératifs   amboisiens face aux évènements de la Conjuration de 1560.

15h50  : Discussion

16h20 : Fin de la première journée

 

JEUDI 29 OCTOBRE

École nationale des chartes
salle Léopold-Delisle
65 rue de Richelieu, 75002 Paris

9h30 : Accueil

9h55 : Quelles hypothèses et preuves possibles en histoire de   l’art ?

Modérateur : Nathalie Montel (École des Ponts Paris Tech)

10h00  : Baptiste Roelly : La preuve par le style ? Histoire de l’art et probatio diabolica à l’exemple de Hans Leu le Jeune.

10h25  : Olimpia Ratto Vaquer : Les dessins de Giuliano Da Sangallo comme source d’investigation pour les antiquités : relecture et re-analyse des   reliefs et des représentations.

10h50 : Joséphine Grimm : Éclairer la réalité d’une pièce : démystifier et redéfinir le boudoir du XVIIIe siècle.

11h15 Camille Napolitano : Écrire une histoire de l’architecture à l’épreuve de l’éphémérité. Les pavillons d’expositions universelles et internationales.

11h40  Discussion

12h10  Pause déjeuner

 

14h30 : Réécriture de l’histoire et déconstruction des preuves

Modérateur : Jean-Marie Moeglin (EPHE)

14h35 : Julien Régibeau et Alexandre Goderniau : Méthode indiciaire et cas limite : deux approches des sources de la   première Modernité pour faire pièce à l’usage de la source comme exemple.

15h00 : José Simoes : Déconstruire la mémoire des espaces. Approche scientifique et méthodologique d’un travail autour de l’historiographie médiévale.

15h25  : Discussion                    

15h55  : Conclusion

 

Comité d’organisation sous le contrôle scientifique de d’Olivier Poncet, professeur à l’École nationale des chartes : Marie Bolot (ENC); Alice Crowther (EPHE) ; Léo Davy (INP) ; Elisa Lonati (EPHE) ; Camille Napolitano (EPHE) ; Loïc Pierrot (ENC) ; Andrea Pistoia (EPHE) ; Olimpia Ratto Vaquer (EPHE) ; Emmanuel Roumier (CJM).

Image d’illustration : Portrait d’un chercheur ou Archimède, Domenico Fetti, 1620, Dresde, Musée Alte Meister.

Sur les traces d’un lignage médiéval

Entretien avec Pierre Fabry, archiviste paléographe (prom. 2020), qui a soutenu le 9 juin 2020 sa thèse intitulée « La maison de Baux. Construction politique et culture lignagère (milieu XIIe – début XIVe siècle) », rédigée sous la direction d’Olivier Guyotjeannin, professeur d’histoire des institutions, diplomatique et archivistique médiévales (ENC), et de Jacques Chiffoleau, directeur d’études émérite de l’EHESS et titulaire de la chaire d’histoire de la religion, du droit et des institutions médiévales. Pierre est lauréat du prix Auguste-Molinier, qui récompense la meilleure thèse de la promotion. Propos recueillis par Hugo Forster[1].


Tes recherches portent sur l’histoire des Baux, une maison aristocratique provençale. Comment t’es-tu porté vers ce sujet d’études ?

Je savais que je voulais travailler sur l’histoire de la Provence au Moyen-Âge, du fait d’attaches personnelles. Ma première approche était celle d’une histoire religieuse et sociale. Quand M. Jacques Chiffoleau a accepté de suivre mes travaux, nous avons essayé de repérer des fonds documentaires, inédits et intéressants, qui pourraient être exploités dans ce domaine.
Je me suis ainsi porté, dans un premier temps, vers un corpus de testaments relativement nombreux de la maison de Baux. Un travail in situ, aux Archives Départementales des Bouches-du-Rhône et dans les bibliothèques locales, m’a permis de prendre connaissance des difficultés auxquelles j’allais me confronter dans la recherche documentaire. De là, mon sujet a extrêmement évolué.
Mon premier travail a été une prospection : il s’agissait de pister les testaments des Baux, dispersés au cours de l’histoire entre de très nombreux fonds d’archives.
Très progressivement, au fil de mon enquête, l’idée de reprendre à fond l’histoire de la maison de Baux m’est venue, en exploitant des filons archivistiques prometteurs.

Continuer la lecture de Sur les traces d’un lignage médiéval