Archives de catégorie : Articles

Histoire et architecture des commanderies en Franche-Comté

Entretien avec Jean Bernard, élève archiviste paléographe de quatrième année, à propos de la thèse qu’il soutiendra au mois de juin prochain : Visites et « améliorissements ». La gestion des biens des ordres militaires dans le diocèse de Besançon, réalisée sous la direction de Philippe Plagnieux, professeur d’histoire de l’art du Moyen Âge, et de Michelle Bubenicek, directrice de l’École nationale des chartes. Propos recueillis par Léo Davy.

Continuer la lecture de Histoire et architecture des commanderies en Franche-Comté

Les archives notariales de La Nouvelle-Orléans

Au cours de mon stage à la Historic New Orleans Collection, il m’a été donné l’occasion de visiter les archives notariales (Notarial Archives) de la Nouvelle-Orléans1. Ce service est absolument unique aux États-Unis, à la fois au vu de l’ancienneté des archives, du volume conservé et de l’organisation de leur conservation2.

Ces fonds d’archives représentent environ 45 000 volumes d’actes notariés. Les plus anciens documents remontent à 1733 mais deviennent réguliers à partir des années 1760. La principale partie est constituée d’actes de nature immobilière et financière : 800 volumes concernent des transports de ventes (conveyance) de 1827 à 1989 et 4 000 des hypothèques (mortgage) de 1788 à 1987. Mais les archives notariales représentent également des sources importantes pour la généalogie et l’histoire sociale, grâce évidemment aux contrats de mariage, d’adoptions, et aux inventaires après décès.

Continuer la lecture de Les archives notariales de La Nouvelle-Orléans

  1. Que soient remerciés Chelsey Richard Napoleon, Clerk of Civil District Court for the Parish of Orleans, Sally Sinor, archiviste des archives notariales, et Howard Margot, conservateur au Williams Research Center hébergé par l’Historic New Orleans Collection, qui nous ont permis cette visite. Les photographies ont été publiées avec l’autorisation des archives notariales de La Nouvelle-Orléans. []
  2. Pour en savoir plus : cf le site internet de l’institution :  http://www.orleanscivilclerk.com/research.htm []

Germain, évêque de Paris (v. 496/500-576), de l’aristocrate burgonde au saint parisien

Rencontre avec Clara Germann (prom. 2018), qui a soutenu en juin sa thèse intitulée Germain, évêque de Paris (v. 496/500-576), de l’aristocrate burgonde au saint parisien. Parcours, réseaux et mémoire (début VIe-fin VIIIe siècle), sous la direction de Josiane Barbier (Université Paris Nanterre) et d’Olivier Guyotjeannin (École nationale des chartes). Propos recueillis par Alice Laforêt1.

Tes recherches ont porté sur Germain, évêque de Paris au VIe siècle. Avant toute chose, peux-tu nous en dire un peu plus sur Germain et son parcours ?

Né autour de l’an 500 à Autun, au cœur du royaume burgonde, Germain est issu d’une famille de l’aristocratie éduenne. Il gravit tous les échelons de la hiérarchie ecclésiastique : diacre puis prêtre de l’église d’Autun, il est ensuite nommé abbé de Saint-Symphorien d’Autun, l’une des plus importantes abbayes du royaume burgonde. C’est en 555 qu’il devient évêque de Paris, position majeure pour laquelle il est encore connu aujourd’hui : il laisse en effet son nom à Saint-Germain des Prés.

Pourquoi avoir choisi de travailler sur Germain ? Peut-on encore envisager un sujet biographique portant sur un personnage du haut Moyen Âge ?

Je souhaitais travailler sur Paris au haut Moyen Âge. Or la figure de Germain est mentionnée dans de nombreux travaux sur Paris au cours de la période : Jacques Dubois, un érudit bénédictin, pointe par exemple dans un article de 19852 les nombreux axes d’études potentiels sur Germain et s’étonne que si peu d’historiens se soient penchés sur le personnage.

Continuer la lecture de Germain, évêque de Paris (v. 496/500-576), de l’aristocrate burgonde au saint parisien

  1. Illustration de couverture : page d’incipit dans un encadrement orné d’une frise à la grecque contenant un médaillon avec saint Germain entouré de deux officiants à demi-dissimulé. Bnf Latin 12610, f.40v. []
  2. Dubois Jacques (Dom), « Saint Germain, évêque de Paris (552-576), pasteur itinérant pour la gloire des saints. Sa malle de voyage. », dans Bulletin de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France, t. 112, 1985, p. 27-47. []

Gouverner au nom du roi entre Renaissance et Guerres de Religion : Guy Chabot de Jarnac, gouverneur de La Rochelle

Élisabeth Sosson, archiviste paléographe (prom. 2018), a soutenu en juin dernier, sous la direction de MM. Olivier Poncet (Énc) et Laurent Bourquin (Le Mans Université), une thèse d’École des chartes consacrée à l’édition et à l’étude de la correspondance de Guy Chabot de Jarnac, protestant et gouverneur de La Rochelle (1559-1572). Propos recueillis par Claire Daniélou. 

Pour commencer : Qui est Guy Chabot de Jarnac ? Quelle a été sa formation ? Quels sont ses réseaux (familiaux, politiques…) ?

Guy Chabot serait né en 1508 et mort en 1584. Pour l’anecdote, il est l’auteur du « coup de Jarnac », expression qui l’a fait passer à la postérité. Il est issu d’une vieille famille de l’Ouest de la France, qui a connu une ascension sociale au cours des derniers siècles du Moyen Âge au service des princes locaux et des rois de France. Il fait ainsi partie de ce qu’on appelle la noblesse seconde, groupe à part d’envergure provinciale mais à l’influence importante.

C’est Philippe Chabot, amiral de Brion (v. 1492-1543), son oncle, qui devient son mentor. Guy Chabot effectue auprès de lui son apprentissage politique et guerrier. Il le suit sur les champs de bataille comme dans les intrigues de la Cour et assiste même son oncle en Angleterre où ce dernier est brièvement ambassadeur. Cette formation lui permet donc de s’intégrer dans un réseau de compagnons de guerre, notamment à la faveur des guerres d’Italie de François Ier et d’Henri II.

Continuer la lecture de Gouverner au nom du roi entre Renaissance et Guerres de Religion : Guy Chabot de Jarnac, gouverneur de La Rochelle