Archives de catégorie : Articles

Le retour des “fonds de Moscou” en France

Les Presses universitaires de Rennes et le Service historique de la Défense ont publié en 2019 un ouvrage consacré aux archives françaises désignées sous le nom des « fonds de Moscou ». Il s’agit de sept km d’archives saisies en France durant la Seconde Guerre mondiale par l’Allemagne nazie, puis par les armées soviétiques, et conservées en URSS pendant près de quarante ans. Leur restitution et leur rapatriement en France se sont étalés sur plusieurs années, entre 1991 à 1998, à cause de différentes péripéties, coups d’arrêt et reprises. Les auteurs de cette synthèse sont autant des archivistes que des historiens, ce qui rend leurs contributions croisées d’autant plus intéressantes pour apporter un éclairage neuf sur les conditions de saisie et de traitement par les autorités allemandes et russes, et surtout sur les choix de traitement effectués par les autorités françaises à leur retour.


Continuer la lecture de Le retour des “fonds de Moscou” en France

L’avènement des hephtalites et la première diffusion des étriers en fer vers l’Asie centrale 嚈噠的興起鐵馬鐙初傳中亞

Le 4 octobre 2018, Maliya AIHAITI a, dans le cadre des conférences Arkhéo PSL, présenté ses recherches. Cet article est issu de sa conférence. Il a été rédigé par LIN Meicun (林梅村), Professeur à l’Institut d’archéologie et de muséologie de l’Université de Pékin, et Maliya AIHAITI (馬麗亞·艾海提), Doctorante en recherche à l’Institut d’archéologie et de muséologie de l’Université de Pékin, et traduit par Adrien DUPUIS (顔典)


Les Hephtalites (Yeda 嚈噠) et les Xianbei du Liaodong 遼東鮮卑 partagent des origines communes. Ils proviennent des peuples dits Donghu 東胡 et parlent une langue altaïque de branche mongole. Ils se firent connaître des sources occidentales sous le nom de « Hephthalitai »1. À la fin du premier siècle ap. JC, suite à leur défaite contre la coalition formée entre les Han de l’Est et les Xiongnu du Sud, les Xiongnu du Nord se déplacèrent vers l’ouest, en Asie centrale. Les tribus Hephtalites et Xianbei du Liaodong en profitèrent pour migrer vers l’ouest et s’installer dans les steppes du Saibei (actuellement au nord de la Grande Muraille en Mongolie Intérieure). En 126, les huit grandes tribus hephtalites migrèrent des steppes du Saibei au piedmont septentrional des Tianshan. Ils assistèrent les Han de l’Est dans leur contre-attaque contre la tribu Huyan 呼衍 des Xiongnu du Nord aux monts Altaï. Ils étaient alors connus sous le nom de « huit Hua » (Ba Hua 八滑). Au piedmont septentrional des Tianshan, les Hephtalites côtoyèrent longtemps leurs voisins les tribus arrières des Jushi 車師, ce qui amena les chroniques historiques à décrire les Hephtalites comme une « autre sorte de Jushi ». Alors que les forces principales des Hephtalites se soient déplacées à l’ouest, des tribus résiduelles étaient restées dans les steppes du Saibei. Ceux-là étaient devenus, avec les tribus Gaoche 高車 de la vallée Chilechuan 敕勒川 des monts Yangshan 陽山 (actuels monts Daqingshan 大青山 en Mongolie Intérieure), des voisins de longue date, pour cela ils furent désignés dans les chroniques historiques comme une « autre sorte de Gaoche »2 . En 235 les Hephtalites quittèrent le piedmont septentrional des Tianshan pour migrer au sud des Jinshan 金山 (piedmont méridional des Altaï). Vers 460 ils s’imposèrent, depuis les monts Altaï, sur la vallée de l’Oxus (Amu-Daria) en Asie centrale. Étant alors la garde rapprochée du khagan des Rouran, les Hephtalites firent de nombreuses expéditions armées en Asie centrale, ils y prirent le contrôle de la route de la soie. Ainsi, les verres centrasiatiques offerts par les émissaires rouran aux Yan du Nord (Beiyan 北燕) provenaient des Hephtalites. Dans le même temps, au travers du khaganat rouran ou des échanges commerciaux de la route de la soie, ces derniers mirent la main sur les étriers, une invention xianbei. Ceux-ci permirent ainsi de renforcer considérablement la force de frappe de leur cavalerie. Cet article s’appuie sur les découvertes archéologiques et les recherches déjà menées. Il discute des vestiges laissés par les Hephtalites dans les monts Altaï et de la première diffusion des étriers en fer dans les steppes d’Asie centrale.

Continuer la lecture de L’avènement des hephtalites et la première diffusion des étriers en fer vers l’Asie centrale 嚈噠的興起鐵馬鐙初傳中亞

  1. Yu Taishan, Yeda shi yanjiu, Ji’nan, Jilu shushe, 1986, p. 10. []
  2. Maliya Aihaiti et Lin Meicun, « Saibei Yedaren mudi kao. Jianlun Hua Mulan de minzu guishu », Zhongyuan wenwu, n°5, 2017. []

« Le design turinois de 1964 à 1974 : une histoire politique »

Entretien avec Pia Rigaldiès, élève archiviste paléographe de quatrième année, qui vient de soutenir son mémoire portant sur le design italien des années 1964-1974, sous la direction de Philippe Plagnieux (École nationale des chartes), Agnès Callu (Institut Interdisciplinaire d’Anthropologie du Contemporain, EHESS / CNRS) et Pascal Rousseau (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne). Propos recueillis par Max Hello.


Comment définirais-tu le design italien des années 1964-1974 ?

Je dirais que c’est un design contestataire, une culture où la politique et le design sont très liés. On pourrait ajouter que c’est un art pop dans le sens où il est très influencé par le mouvement du Pop art, sans être fondamentalement populaire étant donné que l’on parle ici de pièces de collections et non pas d’un mobilier bon marché. Je trouve que cette ambivalence correspond bien au sujet que j’ai traité.

Comment et pourquoi avoir choisi ce sujet ?

J’ai choisi ce sujet car j’aime le design et les questions qui en découlent. J’aime me demander pourquoi les différents objets sont conçus comme cela, dans quel but et par quel cheminement intellectuel le créateur est passé pour arriver à ses fins. J’ai également eu le sentiment que ce sujet pouvait s’inscrire dans une véritable démarche de recherche historique en partant notamment du contexte de la ville de Turin, marquée par une très forte industrialisation. Le design et ses enjeux sont littéralement ancrés dans l’ADN de cette ville.

J’avoue avoir aussi été séduite par le lien très fort existant à cette période entre le design et la politique, deux questions qui ne peuvent être dissociées l’une de l’autre ici. Enfin, je cherchais un sujet fortement pluridisciplinaire. Or, le design allie par essence l’histoire de l’art, l’histoire industrielle, sociale et culturelle.

La recherche est aussi une bonne occasion de voyager : j’ai passé six mois à Turin dans le cadre de ma thèse, ce qui a constitué une prise de risque stimulante et le moyen de me créer un réseau de recherche sur place. J’ai été invitée à deux reprises à m’exprimer lors de colloques à Turin1, ce qui est une expérience toujours très enrichissante.

Continuer la lecture de « Le design turinois de 1964 à 1974 : une histoire politique »

  1. « Il 68’ alla facoltà di architettura negli archivi della prefettura », conférence inaugurale de la revue Histories of Postwar Architecture, 17 décembre 2018 et «STRUM = “strumento” per la lettura del progetto politico nell’Italia della contestazione» séminaire de l’association italienne des historiens du design (AIS/D), juin 2019 (publication des actes à venir). []

Le « Palais des fées » : le Palais-Royal, centre des amusements de la capitale de 1780 à 1815

Entretien avec Florence Köll, archiviste paléographe qui a soutenu en juin 2019 sa thèse intitulée « “Le résumé de Paris” ? Le Palais-Royal de 1780 à 1815 : commerces, logements, divertissements », sous la direction de Dominique Massounie (Paris X Nanterre) et de Guillaume Fonkenell (École nationale des chartes). Entretien recueilli par Hugo Forster.1


Comment en es-tu arrivée à travailler sur ce sujet ?

J’avais envie de travailler sur l’histoire des divertissements ainsi que sur celle de l’architecture, et mes sensibilités personnelles me poussaient vers le XVIIIe siècle. J’ai interrogé M. Fonkenell, mon directeur de thèse, à propos de ces pistes, et il m’a indiqué une très riche bibliographie en la matière. Parmi ces travaux, aucun ouvrage ne traitait le Palais-Royal en tant que centre de divertissements à part entière. Il existait bien un ouvrage en deux volumes de Victor Champier et Roger Sandoz publié en 19002, mais on y décèle d’importants biais, la lecture des sources – qui d’ailleurs y sont très rarement référencées avec clarté – étant orientée a priori par l’image stéréotypée du Palais-Royal comme lieu de débauche. Des caricatures y sont interprétées comme des sources objectives, et des erreurs de lectures accusent encore plus le trait : il y est affirmé qu’après le célèbre incendie de l’Opéra jouxtant le palais princier, le duc d’Orléans aurait demandé à ses jardiniers que les feuilles des arbres du jardin soient nettoyées une à une, alors que l’ordre n’appelait bien sûr qu’à ramasser les feuilles noircies tombées à la suite de l’incendie…

PalaisRoyal01
Robert, Hubert (1733-1808), L’incendie de l’Opéra, vu des jardins du Palais-Royal, le 8 juin 1781, ca. 1781, huile sur toile, 84,5x114cm, Musée Carnavalet, Histoire de Paris, P1081

Le Musée Carnavalet avait quant à lui organisé une exposition sur le sujet en 19883, mais celle-ci abordait la parcelle avec un point de vue fort généraliste qui laissait champ libre à une nouvelle étude sur le Palais-Royal comme centre d’attractions. Tout un fonds d’archives n’avait pas été exploité (la sous-série DQ10 aux archives de Paris) : j’ai pu prendre ces nouvelles informations en compte pour étayer ou au contraire infirmer des hypothèses tenues jusqu’ici. La connaissance des années 1790 à 1810 manquait en grande partie à l’étude du Palais-Royal.

Sur quelles sources as-tu construit ta recherche ?

Un grand arc de mon travail a consisté à établir un état exhaustif de l’iconographie du Palais-Royal entre 1780 et 1815. J’ai pour cela utilisé des ressources en ligne basiques type Gallica, mais ai surtout exploré les recueils topographiques d’estampes de la BnF. Les papiers des princes aux Archives Nationales (R4 281 à R4 299) m’ont fourni de très nombreux documents de gestion : entre autres, des baux permettant de connaître les loyers pratiqués, ou bien des états des lieux d’un grand intérêt pour comprendre l’évolution des immeubles et des appartements qu’ils abritent. La sous-série Z1J, qui contient les mémoires, expertises, toisés et devis des greffiers des bâtiments du Roi, a quant à elle été précieuse pour les descriptions de l’avancement des travaux ou l’évolution de l’état de délabrement de certaines parties des bâtiments. Aux archives de Paris, les archives des Biens nationaux, plus particulièrement la sous-série DQ10, fut extrêmement riche en informations pour ce qui est du fonctionnement quotidien de l’enclos après la mort du prince à son origine.

Continuer la lecture de Le « Palais des fées » : le Palais-Royal, centre des amusements de la capitale de 1780 à 1815

  1. Illustration d’en-tête : Anonyme, [Façade du Palais-Royal sur le jardin avec les galeries de bois], [1800], dessin à la plume et lavis à l’encre de Chine, aquarelle; 20 x 27,6 cm, Bibl. nat. de France Est. RESERVE FOL-VE-53 (G) ; Citation du titre : F.-M. Mayeur de Saint-Paul, Tableau du nouveau Palais-Royal, en deux parties, Londres, Paris, Maradan, 1788, p. 21. []
  2. V. Champier, G.-R. Sandoz, Le Palais-Royal d’après des documents inédits (1629-1900), deux volumes, Paris, Société de propagation des livres d’art, 1900. []
  3. Le Palais Royal, Paris, Edition Paris-Musées, 1988 (Catalogue d’exposition : Paris, musée Carnavalet, 9 mai-4 septembre 1988). []

Amateur ou connoisseur ? Louis Petit de Bachaumont et le monde des arts au XVIIIe siècle

Entretien avec Léo Davy, archiviste paléographe, qui a soutenu le 4 juin 2019 sa thèse intitulée Devenir connoisseur : figures, stratégies et pratiques de l’amateur non académique chez Louis Petit de Bachaumont (1690-1771), sous la direction de Dominique Poulot (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et de Guillaume Fonkenell (École nationale des chartes). Propos recueillis par Loïc Pierrot.


Comment et pourquoi as-tu choisi ce sujet ?

Le choix du sujet s’est effectué au cours de la première année de scolarité à l’École des Chartes. J’avais le projet de travailler sur l’époque moderne et d’allier à la fois l’histoire de l’art, l’histoire sociale et l’histoire culturelle. J’avais aussi le souvenir des cours d’histoire de l’art que j’avais suivi lors de la préparation du concours d’entrée de l’École, qui portaient sur la couleur. J’avais alors lu des ouvrages de Jacqueline Lichtenstein, La Couleur éloquente et Les Raisons de l’art, qui m’avaient beaucoup plu1. Elle y traitait notamment des discours prononcés par les honoraires amateurs de l’Académie royale de peinture et de sculpture. Ces amateurs, sans jamais avoir été ni des artistes ni des praticiens, ont pourtant produit des discours théoriques et pratiques sur les arts. J’ai ensuite lu la thèse de Charlotte Guichard sur les amateurs d’art parisiens au XVIIIe siècle2. Comme cet ouvrage présentait déjà la qualité d’être une référence sur le sujet, il m’était nécessaire de trouver un autre objet de recherche. J’ai prospecté sur ce qui pouvait se faire en matière d’étude prosopographique ou d’étude d’un amateur d’art en particulier et j’en suis arrivé à Louis Petit de Bachaumont. Il avait la particularité d’avoir laissé un nom parmi les amateurs du Siècle des Lumières sans avoir été membre de l’Académie royale de peinture et de sculpture. Il se trouvait aussi qu’il y avait suffisamment de documentation conservée pour produire un travail et que les études à son sujet n’avaient pas été renouvelées depuis les années 1960 et 1970. Continuer la lecture de Amateur ou connoisseur ? Louis Petit de Bachaumont et le monde des arts au XVIIIe siècle