Archives de catégorie : Articles

Corps sacrés : une histoire des textiles liturgiques à la fin du Moyen Âge

Entretien avec Julie Glodt, archiviste paléographe, qui a soutenu le 7 juin 2019 sa thèse intitulée Carne amictus. Vêtir le prêtre, parer l’autel au temps de l’hyperréalisme eucharistique (fin XIIIe-début XVIe siècles), sous la direction d’Alain Rauwel (EHESS, Université de Bourgogne) et de Philippe Plagnieux (Paris 1, École nationale des chartes). À cette occasion, Julie Glodt a été distinguée par le prix Lasalle-Serbat, qui récompense la meilleure thèse d’École en histoire de l’art. Propos recueillis par Loïc Pierrot.


Comment et pourquoi as-tu choisi ce sujet ?

En entrant en première année, je voulais étudier l’histoire de l’art médiéval. J’avais une certaine appétence pour les objets mobiliers, notamment ceux pris dans leur contexte. Ce goût me vient notamment de l’observation d’un encensoir mosan conservé au Palais des Beaux-Arts de Lille et sur lequel figure le groupe de trois Hébreux. Cet objet ne prend son sens que pris dans un contexte : c’est la fumée de l’encens qui fait la fournaise dans laquelle sont pris les trois Hébreux. De là, j’ai voulu travailler sur un objet pris dans un contexte d’usage particulier : celui de la liturgie. Et puis, par un goût pour la « bizarrerie » et pour ce qui n’a été que très peu étudié, j’ai voulu travailler sur les textiles.

Continuer la lecture de Corps sacrés : une histoire des textiles liturgiques à la fin du Moyen Âge

Stratégie familiale, religion et diplomatie dans la construction de l’État au XVIe siècle : l’exemple de la famille Marillac

Entretien avec Edward J. Gray, doctorant de Purdue University située dans l’État de l’Indiana, invité à l’École des chartes, pour mener ses recherches dans le cadre de sa thèse intitulée « Les Marillac : La stratégie familiale, la religion et la diplomatie dans la construction de l’État français au XVIe et XVIIe siècles » sous la direction de James R. Farr, de Marc Smith et d’Olivier Poncet. Propos recueillis par Léo Davy1.


This dissertation examines and explains the importance of the interaction of familial alliances, religion and diplomacy in the making of the state in France during the early modern period. The expansion of family strategy, and its interplay with religion and diplomacy, drove the ongoing construction of the early modern state, which was born out of an accretion of policies formed by politically important clans working to advance their familial interests. By closely tracing the fortunes of the Marillac family between 1500 and 1650, this study will disclose the nature of power in early modern Europe in its daily, practical manifestations. My project will interrogate structuralist narratives and reaffirm the agency of the family and the individual in the making of the state. My research will therefore contribute to the fields of early modern state-building, diplomacy, religious politics, and women and gender through the prism of Marillac family strategy.

Peux-tu nous présenter ton sujet de thèse ?

Ma thèse s’intéresse à l’histoire d’une famille noble, la famille de Marillac, dont plusieurs de ses membres occupèrent des positions importantes au cours de l’histoire de Frances des XVIe et XVIIe siècles. Mon projet consiste à comprendre les stratégies d’ascension, de conservation du pouvoir et de disgrâce d’une famille en prise avec les enjeux politiques, religieux et diplomatiques. Cette époque est également marquée par l’approfondissement important des pouvoirs et des compétences de l’État royal.

Continuer la lecture de Stratégie familiale, religion et diplomatie dans la construction de l’État au XVIe siècle : l’exemple de la famille Marillac

  1. Photo de couverture : Armes de Guillaume II de Marillac, bas-relief en calcaire, Église Notre-Dame d’Aigueperse. Photo Edward J. Gray. []

Mémoires de master 2 des élèves archivistes paléographes 2019

Les élèves archivistes paléographes de troisième année ont soutenu ou vont soutenir prochainement leur mémoire de master 2, propédeutique à la thèse d’école. Voici la liste des sujets d’une partie d’entre eux :

· Arnaud (Aurélien), « Du palais au château, l’évacuation des collections publiques françaises dans les musées du Nord pendant la Seconde Guerre mondiale : l’exemple du Palais des Beaux-Arts de Lille » sous la direction de Christine Nougaret (ENC) et d’Arnaud Bertinet (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

· Bartoli (Pierre-Marie), « Les dieux du kiosque. L’apparition des vedettes sportives et les enjeux de leurs représentations dans la presse illustrée omnisports française de 1924 à 1939 », sous la direction de Christophe Gauthier (ENC) et de Bertrand Tillier (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

· Bouquet (François), « Hercule dans la librairie des ducs de Bourgogne (1363-1477) : un héros retrouvé » sous la direction de Philippe Plagnieux (ENC) et de Chrystèle Blondeau (Université Paris-Nanterre)

· Bremond d’Ars (Alice de), « Eugène Renduel, parcours d’un éditeur (1798-1874) », sous la direction de Christophe Gauthier (ENC) et de Jean-Charles Geslot (Université de Saint-Quentin-en-Yvelines)

· Charron (Élisabeth), « Le Lion et la Couronne : la famille d’Estouteville, le roi et la guerre de Cent Ans (vers 1350 – vers 1460) » sous la direction d’Olivier Guyotjeannin (ENC) et d’Olivier Matteoni (Université Paris I Panthéon-Sorbonne)

· Fabry (Pierre), « Recherches d’histoire politique et religieuse sur la maison de Baux (mi XIIe – mi XIIIe siècles) » sous la direction d’Olivier Guyotjeannin (ENC) et de Jacques Chiffoleau (EHESS)

· Gousseau-Kotwica (Louise), « Le décor et ses fantômes. Lucien Aguettand-Blanc, architecte-décorateur de cinéma (1901-1948) » sous la direction de Christophe Gauthier (ENC) et de Pascale Goetschel (Université Paris I Panthéon-Sorbonne)

· Jaosidy (Florine), « Une mystique du cœur à l’âge baroque : les Exhortations du père Joseph de Tremblay » sous la direction d’Olivier Poncet (ENC) et de Benoist Pierre (Université François Rabelais de Tours)

· Luquet (Marguerite-Marie), « Séjours et occupations au château de Montceaux-lès-Meaux (1556-1643) : demeure royale ou maison de plaisance ? », sous la direction de Thierry Crépin-Leblond (ENC) et d’Alexandre Gady (Sorbonne Université)

· Peronneau-Saint-Jalmes (Enora), « Les archives du viol : représentations judiciaires et sociales d’un ‘crime’ au XVIIIe siècle », sous la direction d’Olivier Poncet (ENC) et de Reynald Abad (Sorbonne Université / Centre Roland Mousnier)

· Rigaldiès (Pia), « Le Design Radical Pop à Turin entre 1964 et 1974. Studio 65 et Gruppo Sturm » sous la direction de Pascal Rousseau (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et d’Agnès Callu (EPHE)

· Schoumacher (Quentin), « Le Chablais savoyard au XVIe siècle : administrer un territoire sous la domination de trois gouvernements successifs (1504-1580) » sous la direction d’Olivier Poncet (ENC) et de Guido Castelnuovo (Université d’Avignon)

· Valdman (Nathanël), « Sur les chemins de l’Empire. Les voyages des princes-électeurs de Brandebourg dans le Saint-Empire (1535-1688) » sous la direction d’Olivier Poncet (ENC) et de Christophe Duhamelle (EHESS)

Le musée historique de Louis-Philippe : genèse et transformation d’un musée du XIXe siècle

Entretien avec Marion Lavaux, archiviste paléographe (prom. 2019), qui a soutenu sa thèse d’école en juin dernier intitulée Une aventure artistique “à toutes les gloires de la France” : préfiguration, mise en place et postérité du musée historique de Louis-Philippe (1794-1892) sous la direction d’Alexandre Maral, conservateur général du patrimoine et directeur du Centre de recherche du Château de Versailles, et d’Alexandre Gady, professeur d’histoire de l’art moderne à Sorbonne Université. Propos recueillis par Léo Davy1.


Le château de Versailles a été l’objet de plusieurs thèses d’école (Alexandre Maral, Fabien Oppermann, Vivien Richard, Gabrielle Boreau de Roincé). Comment et pourquoi as-tu choisi ce sujet ?

Au cours d’une présentation du Centre de recherche du château de Versailles au cours de la première année d’École des chartes, Alexandre Maral nous a présenté la journée d’études qui aura lieu en octobre 20192. J’avais alors des intérêts très divers, sans idée très précise sur un sujet de thèse. J’ai trouvé ce projet passionnant et je l’ai contacté. Il m’a reçu à Versailles où il m’a fait visiter la galerie des Batailles et m’a ensuite proposé de me lancer dans ce sujet de recherche.

Continuer la lecture de Le musée historique de Louis-Philippe : genèse et transformation d’un musée du XIXe siècle

  1. Photo de couverture : De Paris à Versailles pour les grandes eaux (1842), Albert Feuillastre, vers 1920, lithographie, Château de Versailles et de Trianon, numéro d’inventaire V.2017.25.4 []
  2. Journée d’études « Les galeries historiques de Versailles au XIXe siècle : origine, organisation, réception », 9 octobre 2019, Versailles. []

Compte rendu de l’arkhéoconf “Voyage en Perse : l’architecture achéménide” par Ehsan Behbahani-Nia

Ehsan Behbahani-Nia, étudiant de l’EPHE, est venu parler de l’architecture de la Perse achéménide pour la 8e mini-Arkhéoconf d’ArkhéoPSL (club d’archéologie de PSL), à partir de ses recherches pour son mémoire de M2 à l’EPHE.


Résumé

L’empire perse achéménide constitue un tournant dans l’histoire de l’humanité. Les palais des Grands Rois achéménides en sont l’expression la plus connue, mais ils ont été finalement peu étudiés, dans le cadre d’une approche comparée avec l’architecture gréco-romaine et les autres architectures de l’époque, ainsi qu’en adoptant une démarche d’archéologie du bâti. Nous avons tous entendu le nom Persépolis, et pas uniquement pour le dessin animé: l’architecture de l’ensemble palatial, la grandeur et l’esthétique du site ont attiré l’attention des voyageurs depuis le XVIIe siècle. Quelle est l’origine de cette architecture impressionnante, dont tous les vestiges sont concentrés dans la région de Fars en Iran ? Comment des peuples perses semi-nomades, qui n’étaient pas familiers avec l’architecture en pierre, ont pu faire sortir de terre ces immenses palais au Ier millénaire av. J.-C ? Comment ont-ils construit ces bâtiments dont les vestiges impressionnent encore, 2500 plus tard, et ce malgré plusieurs destructions ? À quoi ressemblaient les chantiers de construction ? La conférence du 24 mai est essentiellement consacrée à la naissance de l’architecture achéménide, pour répondre à ces interrogations.

Abstract

The Achaemenid Persian Empire is a turning point in the history of mankind. The palaces of the Achaemenid Great Kings are the most famous expression, but they were finally little studied, as part of a comparative approach with the Greco-Roman architecture and other architectures of the time, as well as by adopting an architectural archeology approach. We have all heard the name Persepolis, and not just for the cartoon: the architecture of the palatial ensemble, the grandeur and the aesthetics of the site have attracted the attention of travelers since the seventeenth century. What is the origin of this impressive architecture, all vestiges of which are concentrated in the region of Fars in Iran? How semi-nomadic Persian peoples, who were not familiar with the stone architecture, were able to bring out these immense palaces in the first millennium BC? How did they build these buildings whose remains still impress, 2500 later, despite several destructions? What did the construction sites look like? The conference of May 24 is essentially devoted to the birth of the Achaemenid architecture, to answer these questions.

Continuer la lecture de Compte rendu de l’arkhéoconf “Voyage en Perse : l’architecture achéménide” par Ehsan Behbahani-Nia