Archives de catégorie : Articles

Appliquer le ‘machine learning’ à la littérature de science-fiction pour écrire une histoire des représentations futuristes

Léo Dray, diplômé du master « Humanités Numériques » (HN) de l’École des Chartes (prom. 2021), a soutenu en septembre dernier un mémoire intitulé Représentations et projections dans la littérature d’anticipation : une approche textométrique pour explorer l’histoire des futurs envisagés. Son travail a été dirigé par Mme. Dinah Ribard (directrice d’études à lEHESS) et M. Jean-Baptiste Camps (maître de conférences en HN à lENC) . Léo Dray expose dans cet entretien les enjeux de son travail de recherche, liant histoire littéraire et outils numériques. Propos recueillis par Vincent Sarbach-Pulicani (M1 HN) et Hugo Forster (élève archiviste-paléographe en 3è année)1.


Quel rôle ont joué tes appétences personnelles dans la définition de ton sujet d’études ? Tes-tu fondé sur des lectures de textes littéraires, avant de temparer davantage de textes critiques et scientifiques sintéressant à leur analyse ?

J’ai intégré le master “Humanités Numériques” de l’ENC en m’intéressant avant tout aux problématiques techniques que soulèvent les outils numériques. Je n’avais encore jamais engagé de véritables recherches scientifiques, et encore moins sur le sujet particulier de la littérature de science-fiction (SF).

Continuer la lecture de Appliquer le ‘machine learning’ à la littérature de science-fiction pour écrire une histoire des représentations futuristes

  1. Image en bannière : James Rosenquist, U-turn into Tomorrow, 1974. © ADAGP – Paris 2017 / Bridgeman Images) []

Baudelaire : la modernité mélancolique

Dans le cadre du bicentenaire de la naissance de Charles Baudelaire (1822 – 1867), la Bibliothèque nationale de France a consacré ses espaces, du 3 novembre 2021 au 13 février 2022, à cette figure centrale du tournant littéraire du XIXe siècle, poète et critique littéraire, avec l’exposition Baudelaire, la modernité mélancolique.

L’intention primordiale du commissaire principal de l’exposition, Jean-Marc Chatelain1, directeur de la réserve des Livres rares, a été celle de réaliser une exposition qui permettrait de donner une forme visuelle à un propos littéraire.2

Continuer la lecture de Baudelaire : la modernité mélancolique

  1. Commissaires associés : Sylvie Aubenas, directrice du département des Estampes et de la photographie (BnF) ; Julien Dimerman, conservateur du département Littérature et art (BnF) ; Andrea Schellino, maître de conférence (Université de Rome III []
  2. Image de bannière : Charles Baudelaire, Autoportrait, vers 1860. Plume et crayon rouge. Paris : Bibliothèque de l’Institut de France, Collection Spoelberch de Lovenjoul. © RMN – Grand Palais (Institut de France) / Gérard Blot []

Lire Bergson par l’œil de la textométrie ; une analyse des concepts de ‘possible’ et de ‘virtuel’

Michel Capot, diplômé du master « Humanités Numériques » (HN) de l’École des Chartes (prom. 2021), a soutenu en juin dernier un mémoire intitulé Possibilité et virtualité dans l’œuvre d’Henri Bergson : approche textométrique. Son travail a été dirigé par M. Dan Arbib (maître de conférences en philosophie à l’ENS) et M. Jean-Baptiste Camps (maître de conférences en HN à l’ENC) . Michel Capot revient dans cet entretien sur son travail, et sur les enjeux d’une approche interdisciplinaire recourant aussi bien aux méthodes de la philosophie qu’aux outils numériques. Propos recueillis par Émilien Arnaud (M2 HN) et Hugo Forster (élève archiviste-paléographe en 3è année (AP3)).


Dans quel parcours d’études ton intégration au master Humanités Numériques de l’École des chartes s’insère-t-elle ? Quelle réflexion as-tu suivie pour définir ton sujet de recherches ?

Mon analyse des concepts de virtuel et de possible dans l’œuvre de Bergson découle avant tout d’une volonté personnelle de combiner astucieusement la recherche entre sciences humaines et mathématiques. Le lien entre ces disciplines peut ne pas paraître évident ; pour le comprendre, il faut connaître les possibilités qu’offre la recherche en humanités numériques.

Continuer la lecture de Lire Bergson par l’œil de la textométrie ; une analyse des concepts de ‘possible’ et de ‘virtuel’

Parcours d’une étudiante, du berceau des civilisations aux outils numériques – Léa Maronet (Humanités Numériques)

Depuis leur création, les Chroniques chartistes se proposent de créer des liens entre les promotions, en favorisant les partages d’expériences préprofessionnelles ou de recherches, et en incitant les échanges entre jeunes chercheurs. Il est pourtant parfois difficile de trouver un premier terrain d’entente, lorsque l’on connait encore mal son interlocuteur : et pour cause, nos étudiants en Master proviennent souvent d’horizons tout à faits variés… En vous proposant la présente série d’articles, nous cherchons à tracer quelques-uns de ces Parcours d’étudiants, dont la diversité étend les perspectives de la recherche dans les murs de l’école des chartes1.

Ce premier Parcours résulte d’une rencontre avec Léa Maronet, étudiante en Master 2 Humanités numériques (HN). Portrait réalisé par Vincent Sarbach-Pulicani.


Actuellement étudiante en deuxième année de Master « Humanités numériques » (HN), Léa Maronet se distingue par un parcours universitaire déjà bien rempli. Titulaire d’un baccalauréat économique et social (Bac ES), elle a accompli une année préparatoire en arts (Prépa Arts) à l’Atelier de Sèvres. Elle a par la suite intégré une licence en Histoire de l’art et en archéologie, à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, où elle a entamé une spécialisation en archéologie de l’Extrême-Orient.

Continuer la lecture de Parcours d’une étudiante, du berceau des civilisations aux outils numériques – Léa Maronet (Humanités Numériques)

  1. Image de bannière : intérieur de l’une des grottes de Kānherī, Mahārāṣtra. Source : L. Maronet []

Le naturel inimitable : Les origines de la photographie au muséum d’histoire naturelle (1840-1880)

Entretien avec Lisa Lafontaine (prom. 2021) qui a soutenu en juin dernier sa thèse d’école intitulée “Le naturel inimitable : les origines de la photographie au Muséum d’histoire naturelle (1840-1880)”, sous la direction de Christophe Gauthier, professeur d’histoire du livre et des médias contemporains à l’École nationale des chartes (ENC), et d’Éléonore Challine, maître de conférences en Histoire de la photographie à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne1. Propos recueillis par Max Hello.


Qu’est-ce qui t’as motivée à te lancer dans ce sujet-là ?

On m’a très souvent demandé si c’était mon goût et mes connaissances en histoire de la photographie qui m’avaient poussée dans un tel projet ; en réalité, c’est plutôt l’inverse. En première année, je savais que je souhaitais travailler en histoire contemporaine, et le XIXe siècle m’a toujours intéressée. En revanche, je ne savais pas encore dans quelle direction je souhaitais m’orienter. J’avais déjà une certaine appétence pour les sciences et je dirais, plus globalement, que je voulais faire de l’histoire des sciences. Je trouve qu’il y a un côté très rationnel et très méthodique dans ce domaine, que l’on peut retrouver dans l’expertise chartiste, et c’est ce que je désirais rapprocher, mais appliqué à un sujet et à des sources qui sortent quelque peu des sentiers battus.

Continuer la lecture de Le naturel inimitable : Les origines de la photographie au muséum d’histoire naturelle (1840-1880)

  1. Image de couverture : PHO41(23), Bisson frères (photographes), Louis Amédée Mante et Pierre Riffault (photogravure sur acier), « Mollusques et Zoophytes », 1853-1855, planche tirée de l’album de Louis Rousseau et Achille Dévéria, La Photographie zoologique, photographie sur acier tirée sur papier salé, contrecollée sur carton, 190 × 270 mm, © Muséum national d’histoire naturelle. []