Archives de catégorie : Articles

Une confrérie d’excommuniés ? L’église et hôpital Saint-Julien-des-ménétriers à Paris (1331-1520)

« Habent spem joculatores ? — Nulla ». Par cette formule lapidaire, Honorius d’Autun affirme l’impossibilité pour les saltimbanques de faire leur salut et témoigne de l’ampleur du rejet de ceux-ci par toute une frange de la société du XIIe siècle1. S’ils sont généralement bien acceptés dans les milieux laïcs, ceux qui divertissent le public par leur musique, leurs danses ou leurs acrobaties et qu’on nomme généralement jongleurs ou ménestrels, sont fermement condamnés par les clercs. Ils ne peuvent ni témoigner ni accuser en justice et sont privés de l’accès aux sacrements, notamment l’eucharistie ; enfin, des canons de conciles rappellent régulièrement l’interdiction pour le public de donner de l’argent à ces « ministres de Satan », ce qui indique par ailleurs que cette disposition n’est guère respectée et que le rejet est loin d’être généralisé.

Malgré la rigueur du discours clérical et le refus de l’Église d’accepter les jongleurs et les ménestrels dans la Societas Christiana, des confréries religieuses réunissant spécifiquement ces individus voient le jour à partir du XIVe siècle. Elles complètent des corporations, fondées à la même époque, et donnent ainsi une tournure religieuse à un phénomène professionnel qui constitue les jongleurs et les ménestrels en corps social. Cela n’est pas le moindre des paradoxes qu’un groupe social d’anciens excommuniés puisse se constituer en communauté religieuse autour de l’identité professionnelle-même qui justifiait leur rejet. C’est que la condamnation et l’exclusion ne sont pas monolithiques et surtout qu’elles ont été largement pondérées au cours des XIIe et XIIIe siècles, par des théologiens comme Rufin, Pierre le Chantre ou Thomas d’Aquin2. Avec le développement d’une casuistique du péché, le discours clérical s’assouplit, et cherche à distinguer de bons et de mauvais jongleurs. Ce sont notamment ceux qui se consacrent à dire des chansons de gestes, à chanter et à jouer de la musique qui sont reconnus et peuvent avoir une chance de sauver leur âme. À cela s’ajoute une légitimation des aumônes qui leur sont faites. Ce mouvement s’insère dans le cadre plus large d’un élargissement du panel des activités licites et d’un discours plus bienveillant à l’égard des métiers3. Continuer la lecture de Une confrérie d’excommuniés ? L’église et hôpital Saint-Julien-des-ménétriers à Paris (1331-1520)

  1. Honorius Augustodunensis, Elucidarium, II, 18, dans Patrologia Latina, t. 172, c. 1148. []
  2. Carla Casagrande et Silvana Vecchio, « Clercs et jongleurs dans la société médiévale (XIIe et XIIIe siècles) », Annnales. Economies, Sociétés, Civilisations, 1979, 34ème année, no 5, p. 913‑928. []
  3. Jacques Le Goff, « Métiers licites et illicites dans l’Occident médiéval » dans Pour un autre Moyen Âge, Paris, Gallimard, 1978, p. 89‑103. []

La vie d’un service d’archives : immersion au sein des archives départementales de la Côte-d’Or

De retour d’un stage de quatre mois aux Archives départementales de la Côte d’Or, Léo Davy, élève de 2e année, présente le service qu’il a découvert, les missions variées qui lui ont été données, et quelques documents emblématiques.

Les archives départementales de la Côte-d’Or conservent près de 30 km linéaires de documents, couvrant une période ininterrompue de 836, date du document le plus ancien, un diplôme de Louis le Pieux1, à nos jours. Elles ont pour siège l’hôtel particulier construit par le chancelier du duc de Bourgogne Philippe le Bon, Nicolas Rolin, situé au cœur du centre ville historique, qui a été racheté par la ville de Dijon à ses héritiers en 1500 pour en faire l’hôtel de ville. En 1832, le conseil départemental le rachète pour y installer les archives qui ne l’ont plus quitté. La salle de lecture est décorée d’une cheminée et de boiseries réalisées dans les années 1680, et a servi de chambre du Conseil pour les édiles et de salle de concert pour Mozart , invité en 1766 par le prince de Condé sur le chemin du retour de sa tournée européenne. Les magasins d’archives occupent les ailes construites en 1707-1714, celle de 1758 conçue par l’architecte Gabriel, et une autre aile construite dans les années 19502. Une annexe pour les archives contemporaines a été aménagée dans des entrepôts à quelques kilomètres du centre-ville. Continuer la lecture de La vie d’un service d’archives : immersion au sein des archives départementales de la Côte-d’Or

  1. 1 H 11, n°1 []
  2. Joyaux d’archives, jalons d’histoire. Les Archives départementales de la Côte-d’Or à l’aube du troisième millénaire : onze siècles d’histoire, Éditions de l’Armançon, 2001, p 10-34. []

La station radioastronomique de Nançay

Au cours de son stage de quatre mois à la Conservation Régionale des Monuments Historiques du Centre-Val-de-Loire, Julie Glodt, élève de 2e année, a découvert à Nançay un site exceptionnel, tant par son caractère scientifique que par le processus de patrimonialisation qu’il a connu. Un travail mené conjointement par le service départemental de l’Inventaire et par les Monuments Historiques a permis de protéger et de restaurer le site, afin d’en faire profiter le public.

Situé aux confins de la Sologne, le site de Nançay1 est un vaste terrain de recherche scientifique de l’Observatoire de Paris et de l’ENS, dédié à l’observation des ondes extra-terrestres. Dans la station de radioastronomie, s’épanouissent aussi bien les lichens que les antennes aux formes diverses : de la classique parabole, au réseau de spirales pointées vers le ciel, sans oublier le grand radiotélescope. Désert technologique et monumental, choisi paradoxalement au lendemain de la Seconde Guerre mondiale pour devenir une des stations pionnières en France, le site pose aujourd’hui la difficile question de la patrimonialisation d’instruments désaffectés, dont la valeur première est pourtant celle de leur usage scientifique. Continuer la lecture de La station radioastronomique de Nançay

  1. Nançay, Cher, cant. Aubigny-sur-Nère. []

À propos du « Dictionnaire des gens de couleur dans la France moderne » (dir. Erick Noël)

Présentation par Julie Duprat, élève archiviste paléographe en quatrième année,  dont la thèse d’École est intitulée « Présences noires à Bordeaux : passage et intégration des gens de couleur à la fin du XVIIIe siècle », contributrice du volume.


Le dernier tome du Dictionnaire des gens de couleur dans la France moderne vient de paraître aux éditions Droz. Après un premier volume consacré à Paris et son bassin1 et un deuxième dédié à Nantes et à la Bretagne2, cet ultime volume s’attaque à un espace géographie souvent délaissé dans l’étude des populations noires en France, le Midi (cette dénomination rassemble une vaste zone géographique, allant de Bordeaux à Marseille). Ce dictionnaire, édité sous la direction d’Erick Noël3, enseignant-chercheur à l’Université des Antilles-Guyane, a nécessité le concours de plusieurs chercheurs : ce dernier volume bénéficie ainsi de l’apport de 18 contributeurs.

Continuer la lecture de À propos du « Dictionnaire des gens de couleur dans la France moderne » (dir. Erick Noël)

  1. Noël, Erick (dir.), Dictionnaire des gens de couleur dans la France moderne (fin XVe s. – 1792), vol. I — Paris et son bassin, Genève, Droz, 2011, 578 p. []
  2. Noël, Erick (dir.), Dictionnaire des gens de couleur dans la France moderne, vol. II — La Bretagne, Entrée par année, début XVIe siècle-1792, Genève, Droz, 2013, 964 p. []
  3. Et auteur, notamment, d’Être Noir en France au XVIIIe siècle, Paris, Tallandier, 2006, 320 p. []

Édouard Bouyé, « L’archiviste dans la cité. Un ver luisant ». Compte rendu de lecture

Édouard Bouyé, conservateur général du patrimoine et directeur des archives départementales de la Côte-d’Or, a publié en février 2017 un essai sur le métier d’archiviste.  Reposant sur de nombreux extraits d’archives et anecdotes, collectés au fil de plus de vingt années de pratique professionnelle au contact des professionnels, des producteurs, et des lecteurs des archives, Édouard Bouyé tire des considérations à l’attention de l’ensemble de ces acteurs.

Empruntant la métaphore du ver luisant qu’Honoré de Balzac a utilisé à l’endroit du personnage de l’archiviste dans son roman Ferragus (1833), Édouard Bouyé s’interroge sur la place et le rôle que tient et que doit s’efforcer de tenir l’archiviste dans la société. Tout comme ce coléoptère visible uniquement une partie de l’année et de plus en plus rare au milieu des campagnes, le travail de l’archiviste n’est remarqué et reconnu que de manière furtive dans la vie de la cité, alors que ses missions le portent à exercer une attention constante sur les trésors du patrimoine et la production contemporaine et future de celui-ci.

Continuer la lecture de Édouard Bouyé, « L’archiviste dans la cité. Un ver luisant ». Compte rendu de lecture