Archives de catégorie : Actualités

Appel à communication journées des jeunes chercheurs ENC-EPHE 2021

DES SOURCES À SAISIR :
TEMPORALITÉS ET USAGES DE SOURCES À LA MARGE

 

Les sources représentent le support de toute entreprise de recherche en sciences humaines et sociales. Elles désignent l’ensemble des documents sélectionnés par le chercheur qui lui permettent de construire et étayer son discours scientifique, en tant qu’ils permettent l’émission d’hypothèses ou qu’ils apparaissent comme des preuves permettant de les confirmer ou de les réfuter[1]. Dans un souci d’objectivité et de scientificité, le chercheur croise ses sources et en questionne aussi bien le contenu que la forme, multipliant ainsi ses approches méthodologiques. Parmi ces sources, certaines semblent a priori insaisissables ou à la marge du fait de leur nature et des usages particuliers qu’elles supposent. Pourtant, les traces orales, sonores, visuelles, éphémères, rares et uniques nous proposent, pour toutes les périodes historiques, de nouvelles réflexions et interprétations des passés et de la manière dont ils nous parviennent. Ainsi, cette rencontre organisée entre les jeunes chercheurs de l’École nationale des chartes et de l’École pratique des hautes études se propose-t-elle d’interroger ces sources à saisir au prisme de leurs temporalités multiples, des moyens et des méthodes qu’elles supposent. Le caractère insaisissable de ces sources peut leur être intrinsèque – ainsi en est-il de l’éphémère ou de la source immatérielle. Mais il peut aussi être le fait des différences d’usage qu’implique l’inscription de la source dans des temporalités diverses, et notamment de la divergence des regards que portent sur elle les hommes du passé et les chercheurs. Ces usages sont historiquement situés et constituent un marqueur du rapport particulier d’une société à sa propre histoire. Il s’agit, en outre, de questionner les outils et les méthodologies auxquels ces derniers peuvent recourir pour les saisir ou, autrement dit, les définir, les collecter, les appréhender, les comprendre et les exploiter.

L’histoire se définit comme discipline scientifique au XIXe siècle en fondant sa légitimité sur l’étude de la source écrite. Ce n’est que tardivement que les sources orales sont invoquées dans le paysage historiographique états-unien, anglais, puis français au début du XXe siècle[2]. Ces sources peuvent être orales par leur nature même – lorsqu’elles sont le fruit d’enregistrements – ou, pour des périodes plus anciennes notamment, prendre la forme d’une trace écrite ou visuelle derrière laquelle l’oralité est parfois perceptible. Dans ce second cas, tout le travail de l’historien consiste à croiser des sources de types différents afin de saisir une culture orale disparue[3]. Quant aux sources issues d’enregistrement, elles demeurent longtemps l’apanage des ethnologues, sociologues, géographes et historiens de la culture populaire[4], avant d’intéresser, à partir des années 1970-80, les institutions, les administrations, les ministères ou les associations[5]. L’oralité pose néanmoins des problèmes d’objectivité, de juridiction et d’éthique, en tant qu’elle pose la question de la variabilité et de la subjectivité du témoignage (lui-même provoqué ou non) et celle des collecteurs et conditions de collecte (enregistrement, vidéo) qui dépendent de la pérennité ou de l’obsolescence des outils techniques employés (magnétophone, caméra, outils numériques et informatiques). L’ajout de l’image au son a, en outre, permis d’apporter des connaissances factuelles sur l’environnement du témoin, sur sa personnalité et sur les conditions de son témoignage et ainsi « d’affiner la “critique de sincérité” appliquée aux témoins[6] ». Ces sources orales, sonores et audio-visuelles, se doivent d’être analysées avec un certain recul critique à l’aune d’un système de référentiels[7] qui garantira une certaine « stabilité[8] » des documents de travail.

À ces sources s’ajoutent, au rang des sources à saisir, les éphémères, que John E. Pemberton définit en 1971 comme des « documents dont la production est liée à un événement particulier ou à une question d’actualité, et qui ne sont pas destinés à survivre aux circonstances de leur message[9] », et que Nicolas Petit rapproche de l’occasionnel et du « non-livre » puisqu’ils ne sont pas destinés à passer à la postérité mais bien plutôt, en tant qu’« imprimés jetables[10] », à être détruits ou recyclés[11]. Il peut s’agir de documents volants (prospectus, tracts), ou de l’ordinaire (journaux, faire-part, cartes postales, almanachs mais aussi affiches ou graffitis). Scripturaux quoique liés à l’oralité, les éphémères troublent le chercheur puisqu’ils programment par essence « [leur] propre oubli[12] ». Néanmoins, force est de constater que malgré leur évanescence, les éphémères témoignent massivement de la culture visuelle, de la vie sociale et des soulèvements populaires dans un temps et un espace donnés. Par des choix de collecte, de conservation, d’archivage et de catalogage, certains éphémères se patrimonialisent[13]. Ces fossiles d’éphémères sont issus d’une sédimentation opérée par ceux qui sont à l’origine de cette patrimonialisation (collectionneurs, archivistes…) : le message immédiat est cristallisé et les chercheurs peuvent le saisir, modifiant son horizon temporel. À l’heure du numérique, une réflexion doit également être menée sur les moyens contemporains des chercheurs pour collecter et conserver la trace de nouveaux éphémères, instantanés et dématérialisés – comme les tweets ou stories des réseaux sociaux – et qui constituent toujours une source féconde pour écrire une histoire politique et sociale.

Enfin, ces sources à saisir peuvent se définir par leur rareté, voire leur caractère unique. Ainsi, certaines sources tiennent-elles leur rareté du fait qu’elles ont été particulièrement confrontées à la destruction accidentelle ou intentionnelle. Sans pour autant trahir une mauvaise intention, c’est plutôt l’évolution du rapport des hommes à leurs documents que révèlent ces actions de destruction, dont résulte un paysage documentaire parcellaire que l’historien peine à rendre intelligible. D’où la nécessité pour le chercheur, au-delà des biais suscités par les aspects quantitatifs, de se poser la question de la raison de la conservation des sources auxquelles il s’intéresse. La source rare ou unique peut aussi l’être parce qu’elle a été conçue pour être unique dans sa forme ou pour être originale dans sa conception. Il faut alors tenter de ressaisir l’intention perdue des hommes du passé, voire de reconstruire la raison de documents parfois délaissés[14]. Ces sources peuvent par conséquent surprendre le chercheur autant qu’elles le désarment. Marginales tant par leur forme que leur contenu, elles sont parfois le fruit de découvertes fortuites[15], des rescapées de la destruction ou des accidents de conservation, et contrastent avec notre « obsession contemporaine de la conservation[16] » où tout est désormais susceptible de devenir un objet patrimonial.

En s’appuyant sur ce corpus de sources à saisir – dont la définition n’est ici volontairement pas exhaustive – et sur les problématiques temporelles et méthodologiques qu’elles soulèvent, cette journée d’étude invite les jeunes chercheurs à exposer, à partir de leurs travaux, leurs propres sources à la marge, leurs approches scientifiques et leurs utilisations des outils méthodologiques pour s’en saisir. Quels ont été les critères de définition, de sélection et de hiérarchisation de son corpus de sources ? Quelle proportion occupent les sources à la marge dans ce corpus ? Peuvent-elles se substituer complètement aux sources textuelles ou nécessitent-elles un croisement des sources ? Le jeune chercheur doit-il élaborer une nouvelle grille de lecture, un nouveau questionnaire et de nouveaux outils méthodologiques pour les définir, les collecter, les appréhender et les exploiter ? Quel rôle les sources à la marge ont-elles joué dans la problématisation de leur objet d’étude ? Ont-elles déconstruit des a priori et sont-elles à l’origine de remises en perspective de sujets de recherche ? Peuvent-elles être un objet d’étude en soi pour pallier les manques de l’histoire sociale minoritaire ? Comment les humanités numériques peuvent-elles contribuer à intégrer les sources à la marge dans l’écriture des sciences sociales ? A contrario, quel rôle peut avoir l’évolution des outils numériques pour saisir les sources à la marge et quels problèmes cela pose-t-il ?

Cette journée d’étude interdisciplinaire s’adresse à tous les jeunes chercheurs, masterants ou doctorants, issus de toutes les disciplines des sciences humaines et sociales, de la littérature et des langues, sans restriction temporelle ou géographique. Elle se tiendra le 23 juin 2021 à l’École nationale des chartes. Les propositions de communication doivent comprendre un titre et un résumé (350-500 mots en anglais ou en français), une brève bio-bibliographie et des informations de contact. Elles doivent être envoyées au plus tard le 21 février 2021 à l’adresse : chroniques.chartistes @ chartes.psl.eu

Le comité d’organisation répondra aux propositions avant le 1er mars 2021. Une aide financière peut être proposée aux participants afin de couvrir les frais de voyage et d’hébergement dans la mesure du possible. La publication d’un volume des actes de la journée est prévue.

Comité d’organisation sous le comité scientifique de Christine  Bénévent, professeur d’histoire du livre et de bibliographie à l’École nationale des chartes : Émilien Arnaud (ENC), Juliette Curien-Mangel (ENC), Lucence Ing (ENC, ED 472 – Centre Jean Mabillon), Mélisande Krypiec (ENC), Camille Napolitano (EPHE, ED 472, EA 7347) et Loïc Pierrot (ENC/ENS).


[1] Se référer aux actes des journées d’études Formuler l’hypothèse, établir la preuve : du travail sur les sources à l’écriture de l’histoire, organisées les 28 et 29 octobre 2020 au Campus Condorcet et à l’École nationale des chartes.
[2] Descamps Florence, L’historien, l’archiviste et le magnétophone. De la constitution de la source orale à son exploitation, Paris, Institut de la gestion publique et du développement économique, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2005, p. 29-147.
[3] Voir notamment Waquet Françoise, Parler comme un livre. L’oralité et le savoir (XVIe-XXe siècles), Paris, Albin Michel, 2003 ; Corbin Alain, Les Cloches et la terre : paysage sonore et culture sensible dans les campagnes au XIXe siècle, Paris, Albin Michel, 1994 ; de manière plus générale, se référer au développement du mouvement des sound studies décrit dans Le Guern Philippe, « Sound studies. Sons de l’histoire et histoires du son », Revue de la BNF, 2017/2 (n°55), p. 21-29.
[4] Waquet Françoise, op. cit. p. 8.
[5] Songeons, notamment, au Act Up Oral History Project débuté en 2002. Voir également Descamps Florence, « Et si on ajoutait l’image au son ? Quelques éléments de réflexion sur les entretiens filmés dans le cadre d’un projet d’archives orales », La gazette des archives, n°196, 2004, p. 95-122, p. 95-96.
[6] Ibid.
[7] Descamps Florence, « Archives orales et histoire des organisations », Annuaire de l’École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 151 | 2020, mis en ligne le 09 juillet 2020, consulté le 09 novembre 2020. DOI : https://doi.org/10.4000/ashp.3921
[8] Waquet Françoise, op. cit., p. 27.
[9] Belin Olivier et Ferran Florence, « Les éphémères, un continent à explorer », dans Belin Olivier et Ferran Florence Les éphémères, un patrimoine à construire, Fabula/Colloques, 2016 [En ligne], mis en ligne le 24 janvier 2016, consulté le 12 novembre 2020. URL : https://www.fabula.org/colloques/document3097.php
[10] John Lewis, Collecting printed ephemera (1976) cité dans Ibid.
[11] On sait que certains éphémères, mis au rebut, ont été utilisés pour renforcer des plats de reliures dont la restauration a permis la mise au jour.
[12] Petit Nicolas, L’éphémère, l’occasionnel et le non-livre (xve-xviiie siècles), Paris, Klincksieck, 1997, p. 16.
[13] Belin Olivier et Ferran Florence, « Le fonds Deloyne… », dans Belin Olivier et Ferran Florence Les éphémères, un patrimoine à construire, op. cit.
[14] C’est ainsi, par exemple, que le projet interdisciplinaire POLIMA (« Pouvoirs des listes au Moyen Âge »), lancé en 2014, s’attache à étudier l’écriture médiévale des listes en tentant de caractériser des formes de classement du savoir et de contribuer à une histoire des rationalités pratiques et intellectuelles.
[15] On pense notamment aux inscriptions du menuisier Joachim Martin sous le plancher du château de Picomtal dans les Hautes-Alpes, retrouvées au début des années 2000 à l’occasion de travaux de rénovation, qui constituent pour l’historien une forme de témoignage unique de la vie quotidienne d’une société villageoise montagnarde au début de la IIIe République (Boudon Jacques-Olivier, Le plancher de Joachim. L’histoire retrouvée d’un village français, Paris, Belin, 2019).
[16] Morsel Joseph, « Ce qu’écrire veut dire au Moyen Âge… Observations préliminaires à une étude de la scripturalité médiévale », Memini. Travaux et documents, Société des études médiévales du Québec, 2000, p. 4.

Image de couverture : The Circulating Library (1830), lithographie de George Spratt imprimée à Londres chez G. E. Madeley  © The Board of Trustees of the Science Museum, London.

Publication du rapport sur le patrimoine bâti d’époque classique de Ngazidja (COMORES)

Un rapport de synthèse et de prospection sur le patrimoine bâti de l’époque classique de Ngazidja (Grande Comore, Union des Comores) vient d’être publié. Il fait suite à une prospection menée en 2019 sur place à Ngazidja. Ce rapport est librement téléchargeable sur la plateforme HAL.

Gerezani, citadelle du XVIIIe siècle. Itsandra, Grande Comore. Crédits photo Ch.Viaut

Ce travail a été mené par Mohamed Hamadi, consultant UNESCO, doctorant en droit public à l’Université de Reims Champagne-Ardennes, ainsi que trois chartistes, Charles Viaut (prom. 2018), Jean Bernard (prom. 2019) et Léo Davy (prom. 2019).

Une conférence de présentation de ce rapport aura lieu à l’Institut national du patrimoine le 15 avril 2021.

Photo de couverture : Cénotaphe « shirâzi », Ivoini, Grande Comore. Crédits photo Ch. Viaut.

Soutenances des mémoires de master « Technologies numériques appliquées à l’histoire » 2020

Les soutenances des mémoires de master « Technologies numériques appliquées à l’histoire » de la promotion 2019 se dérouleront du vendredi 16 octobre au vendredi 23 octobre 2020.  Les soutenances sont accessibles en ligne via le lien indiqué dans le planning.

Vendredi 16 octobre

10h-11h30 : Gwenaëlle Patat, sous la direction de Jean-Baptiste Camps et de Dominique Stutzmann, « L’étude des livres d’heures à la lumière du numérique. Le cycle de vie des données et des métadonnées – Analyser, Modéliser, Structurer, Visualiser ».

14h-15h30 : Maxime Challon, sous la direction de Thibault Clérice et de Gautier Poupeau, « Les référentiels en institutions patrimoniales : évolution des pratiques et repositionnement. L’exemple des référentiels de l’Institut national de l’Audiovisuel ».

16h-17h30 : Agathe Floderer, sous la direction de Thibault Clérice et de Bernadette Litzschgi,  » La valorisation numérique du fonds patrimonial d’une bibliothèque municipale – Le cas du Fonds patrimonial de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg ».

Lundi 19 octobre

9h30-11h : Jean-Damien Généro, sous la direction de Vincent Jolivet et d’Alix Chagué, « Valoriser le traitement automatique des données : le cas des Ouvriers des deux mondes« .

10h30-12h : Chloé Fize, sous la direction de Jean-Baptiste Camps et de Christopher Kermovant, « Archives et intelligence artificielle : pour un traitement inédit des données historiques, application à la recherche et au patrimoine privé ».

11h15-12h45 : Lucas Terriel, sous la direction de Thibault Clérice et d’Alix Chagué, « Représenter et évaluer les données issues du traitement automatique d’un corpus de documents historiques. L’exemple de la reconnaissance des écritures manuscrites dans les répertoires de notaires du projet LectAuRep ».

10h30-12h : Rebacca Britstow, sous la direction de Gautier Poupeau et d’Oliver Marlet, « Conserver et diffuser les données de la recherche archéologique : le cas de la base de données ICERAMM et
l’application des principes FAIR ».

 

Mardi 20 octobre

15h-16h30 : Caroline Corbières, sous la direction de Thibault Clérice et de Béatrice Joyeux-Prunel,  » Du catalogue au fichier TEI : Création d’un workflow pour encoder automatiquement en XML-TEI des catalogues d’exposition ».

 

Vendredi 23 octobre

10h-11h30 : Alexandre Bartz, sous la direction de Thibault Clérice et de Simon Gabay, « Un corpus de textes français classiques à l’épreuve de la philologie numérique ».

13h-14h30 : Paul Robert, sous la direction de Thibault Clérice et d’Ammar Ayoub, « Le traitement automatique du langage chez Google. Word2vec, un algorithme de machine learning ».

 

Soutenances privées

Morgane Rousselot sous la direction de Thibault Clérice et de Louisa Torres, « Décrire et étudier des collections de collectionneurs. Élaboration d’un modèle de données à partir des manuscrits du marquis de Paulmy. »

Lucie Slavik, sous la direction de Thibault Clérice, Arthur Provenier, Rémy Heme de Lacotte, « L’édition numérique de correspondance, à travers deux applications sur des corpus du XIXe siècle : la correspondance de Frédéric Le Play (CRHXIX) et ELICOM (Labex
OBVIL) ».

Auriane Quoix, sous la direction d’Ariane Pinche et de Béatrice Joyeux-Prunel, « Interopérabilité et diffusion de données en histoire de l’art : implémentation de IIIF au sein du projet VISUAL CONTAGIONS ».

Anne Brunet, sous la direction de Vincent Verdese et de Fabien Zepparelli, « La (ré)informatisation des services d’archives : enjeux et améliorations des reprises de données ».

Mathilde Daugas, sous la direction de Vincent Verdese et d’Isabelle Dion, « Le projet de base de données sur le personnel colonial français des archives nationales d’outre-mer : classement et harmonisation des données ».

Edward Gray, sous la direction de Julien Pilla et de Viviane Cattane, « La conservation et la valorisation du patrimoine audiovisuel dans les bibliothèques des écoles d’art : le cas des captations des ateliers de rencontres de l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs ».

Jean-Luc Mirepoix, sous la direction de Thibault Clérice et de Padraic Moran, « Gloss Engine: Construire un projet d’étude collaborative des gloses. »

Soutenances des thèses de la promotion 2020

Les soutenances des thèses de la promotion 2020 des archivistes paléographes auront lieu entre le 2 et le 10 juin 2020. Elles seront présidées par Pascal Ory, professeur émérite à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Contrairement aux années précédentes, elles ne seront pas publiques en raison du contexte sanitaire actuel, mais elles se tiendront à distance, en visioconférence.

Mardi 2 juin

9h-10h30 Mme Sarah Rigaudeau : Rédiger son testament selon le droit canonique au Moyen Âge (XIIe-XVe siècle) MM. Patrick Arabeyre et Franck Roumy
11h-12h30 Mme Louise Gousseau-Kotwica : Le Décor et le Métier. Lucien Aguettand-Blanc, architecte-décorateur de cinéma (1901-1969) M. Christophe Gauthier et Mme Pascale Goetschel
14h15-15h45 Mme Clémence Becquet : La Compagnie de Fives-Lille. Heurs et malheurs d’un fleuron de l’industrie mécanique et métallique française (1861-1958) MM. Édouard Vasseur et Dominique Barjot
16h15-17h45 Mme Claire Colin-Bazin : Une épopée jésuite sur la Genèse. Traduction et commentaire des trois premiers livres de la Sarcotide de Jacob Masen parue en 1654 MM. François Ploton-Nicollet et Marc Smith

Jeudi 4 juin

9h-10h30 M. Julien Portal : Une paraphrase poétique des miracles du Christ à l’époque de la Réforme catholique : le Thevrgicon sive de miracvlis Christi (1644) de François Vavasseur M. François Ploton-Nicollet et Mme Émilie Seris
11h-12h30 M. Quentin Schoumacher : Le Duc, le Châtelain et le Territoire. La châtellenie d’Allinges-Thonon sous le règne du duc de Savoie Charles II (1504-1536) MM. Guido Castelnuovo et Laurent Perrillat
14h15-15h45 Mme Pia Ragaldiès : Italie, design et politique : fabrique d’un modèle et transferts culturels vers la France (1964-début des années 1990). Étude fondée sur les archives de Gruppo Strum et Studio 65 à Turin  Mmes Agnès Callu et Elena Dellapiana

Vendredi 5 juin

9h-10h30 Mme Alice de Brémond d’Ars : Eugène Renduel : parcours d’un éditeur au siècle des Romantiques MM. Christophe Gauthier et Jean-Charles Geslot 
11h-12h30 M. Pierre-Marie Bartoli : Les Dieux du kiosque. L’apparition des vedettes sportives et les enjeux de leurs représentations dans la presse illustrée française de 1924 à 1939 MM. Christophe Gauthier et Bertrand Tillier
14h15-15h45 Mme Alissar Lévy : Du quadrivium aux disciplinae mathematicae : histoire éditoriale d’un champ disciplinaire en mutation (1480-1550). Une recherche de bibliographie matérielle et d’histoire sociale du livre à Paris au XVIe siècle Mmes Christine Bénévent, Joëlle Ducos et Isabelle Pantin

Lundi 8 juin

9h-10h30 M. François Mottais : Haec qvaliacvmqve svnt […] pvblicvm accipiant : la réception des Silves de Stace chez les poètes de l’Antiquité tardive MM. François Ploton-Nicollet et Vincent Zarini

Mardi 9 juin

9h-10h30 M. François Bouquet : L’Avènement du chevalier à la massue. Écriture, incarnations et appropriation de l’Hercule bourguignon de Philippe le Hardi à Philippe le Beau (1363-1506)  M. Philippe Plagnieux et Mme Chrystèle Blondeau
11h-12h30 Mme Hortense de Reviers de Mauny : Le Maître du retable de Beaussant. Redécouverte d’un enlumineur angevin du XVe siècle M. Philippe Plagnieux et Inès Villela-Petit
14h15-15h45 M. Pierre Fabry : La Maison de Baux, construction politique et culture lignagère (milieu XIIe – début XIVe siècle) MM. Olivier Guyotjeannin, Florian Mazel et Jacques Chiffoleau
16h15-17h45 Mme Élisabeth Charron : Le Lion et la Couronne. Les Estouteville, le roi et le royaume de France, vers 1350 – vers 1480  MM. Olivier Guyotjeannin et Olivier Mattéoni

Mercredi 10 juin

9h-10h30 M. Aurélien Arnaud : Les Chemins de l’exode : l’évacuation des collections publiques françaises pendant la Seconde Guerre mondiale. L’exemple des musées des beaux-arts de Lille, Cambrai et Valenciennes Mme Laurence Bertrand-Dorléac et M. Arnaud Bertinet
11h-12h30 Mme Enora Peronneau-Saint-Jalmes : Crimes sexuels et société à la fin de l’ancien régime. Le viol à Auxerre et à sens au XVIIIe siècle MM. Olivier Poncet et Reynald Abad
14h15-15h45 Mme Florine Jaosidy : Une mystique du cœur à l’âge baroque. L’exercice des dix jours du père Joseph du Tremblay M. Olivier Poncet et Benoist Pierre
16h15-17h45 M. Nathanaël Valdman : Sur les chemins de l’Empire. Voyages princiers, politique et lien social dans le Saint-Empire (XVIe-XVIIe siècles)  M. Olivier Poncet et Christophe Duhamelle

Mise en ligne et valorisation des thèses d’École des chartes : où en est-on ?

Dans un article précédent, nous présentions les modalités d’accès aux thèses d’École des chartes. Ces conditions de consultation vont très bientôt évoluer grâce aux efforts de la Bibliothèque pour mettre à disposition plus aisément tant les travaux récents que les thèses les plus anciennes1.

Comme nous l’avions déjà mentionné, la typologie des thèses d’École constitue, pour l’heure, une limite à leur diffusion : ni mémoires de master (aujourd’hui archivés dans DUMAS), ni thèses de doctorat (archivés dans HAL), ces travaux passent sous le radar des dispositifs nationaux d’archives ouvertes. Ils représentent pourtant une manne non négligeable à exploiter pour la communauté scientifique : depuis 1849, 2 864 thèses ont été soutenues.

Logo-HAL

En coopération avec le Centre Jean-Mabillon, l’Urfist de Paris, le CTHS, mais aussi avec les Archives nationales, la Bibliothèque est actuellement engagée sur plusieurs chantiers, comme celle d’une archive ouverte institutionnelle. Cela consistera, pour l’année 2020, en deux portails, un portail HAL-ENC, permettant le dépôt de tout type de production scientifique réalisée à l’École des chartes, l’autre en un portail d’accès dédié exclusivement aux thèses d’École.

Continuer la lecture de Mise en ligne et valorisation des thèses d’École des chartes : où en est-on ?

  1. Je remercie Mesdames Camille Dégez-Selves, directrice de la bibliothèque, et Amandine Postec, adjointe de la directrice,  de m’avoir reçue afin de mettre à jour ces renseignements sur les thèses []