Tous les articles par Loïc Pierrot

L’apparition des vedettes sportives dans la France de l’Entre-deux-guerres

Entretien avec Pierre-Marie Bartoli, élève archiviste paléographe en quatrième année, qui vient d’achever sa thèse d’École intitulée Les dieux du kiosque. L’apparition des vedettes sportives et les enjeux de leurs représentations dans la presse illustrée française de 1924 à 1939, sous la direction de Christophe Gauthier (École nationale des chartes) et de Bertrand Tillier (Université Paris I Panthéon-Sorbonne). Propos recueillis par Loïc Pierrot.

Continuer la lecture de L’apparition des vedettes sportives dans la France de l’Entre-deux-guerres

La rédaction du testament canonique au Moyen Âge

Entretien avec Sarah Rigaudeau, élève archiviste paléographe en quatrième année et doctorante en histoire du droit à l’Université Paris II Panthéon-Assas, qui achève sa thèse d’École intitulée La rédaction du testament en droit canonique (XIIe-XVe siècle), sous la direction de Franck Roumy (Université Paris II) et de Patrick Arabeyre (École nationale des chartes). Propos recueillis par Loïc Pierrot.


Comment et pourquoi as-tu choisi ce sujet ?

Ma thèse d’École est une partie de la thèse de doctorat que j’achève à Paris II. Mon directeur, Franck Roumy, m’a proposé de travailler sur les testaments canoniques pour mettre de l’ordre dans ce champ d’étude. En parallèle de mes recherches sur le testament canonique, j’ai voulu proposer une édition de texte. En effet, il y a très peu de sources éditées en histoire du droit, ce qui pose problème : les mêmes auteurs sont toujours cités et des auteurs importants sont négligés. En outre, l’absence de traduction fait que le droit médiéval – ou pour le moins le droit romano-canonique – est négligé. Travailler sur le Moyen Âge en l’absence d’édition critique et de traduction demande des compétences en paléographie et en latin, ce qui rebute beaucoup de jeunes chercheurs en droit. A l’heure actuelle, une réflexion est en cours sur l’avenir de la réserve héréditaire et notamment son imbrication avec le droit. Il n’est donc pas inutile de rappeler les racines juridiques de cette technique. En fait, contrairement à ce que l’on pense, les règles actuelles en matière de testament nous viennent plus du jus commune médiéval que du droit révolutionnaire.

Ton travail est donc le reflet d’une certaine actualité historiographique ?

Pas vraiment. Mon sujet est d’actualité du point de vue juridique, mais il a été clairement délaissé par les historiens du droit. Il n’y a pas eu d’étude globale sur le testament médiéval depuis la thèse de Robert Caillemer en 1901 sur l’exécution testamentaire. Il y a eu des études plus précises comme celles de Michel Petitjean sur les substitutions ou de Giovanni Chiodi sur le testament dans la pensée des glossateurs. Des articles plus précis commencent à être publiés, mais j’essaie de combler un vide historiographique. Bien sûr, les historiens se sont intéressés aux testaments en étudiant la question du salut de l’âme, la représentation de la mort ou le contenu de l’acte.

Continuer la lecture de La rédaction du testament canonique au Moyen Âge

Bertillon ou la naissance de la police scientifique aux Archives nationales

Depuis le 14 septembre 2019 et jusqu’au 18 janvier 2020, les Archives nationales consacrent une exposition à Alphonse Bertillon et à ses inventions sur le site de Pierrefitte-sur-Seine. Intitulée « La science à la poursuite du crime : Alphonse Bertillon, pionnier des experts policiers », cette manifestation se donne pour but de retracer l’évolution des pratiques policières et des méthodes d’identification des individus au tournant des XIXe et XXe siècles. C’est en effet à ce moment que naît la police scientifique en France. Le commissariat scientifique de l’exposition est assuré par Pierre Piazza, maître de conférences en sciences politiques à l’Université de Cergy-Pontoise.

Continuer la lecture de Bertillon ou la naissance de la police scientifique aux Archives nationales

Amateur ou connoisseur ? Louis Petit de Bachaumont et le monde des arts au XVIIIe siècle

Entretien avec Léo Davy, archiviste paléographe, qui a soutenu le 4 juin 2019 sa thèse intitulée Devenir connoisseur : figures, stratégies et pratiques de l’amateur non académique chez Louis Petit de Bachaumont (1690-1771), sous la direction de Dominique Poulot (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et de Guillaume Fonkenell (École nationale des chartes). Propos recueillis par Loïc Pierrot.


Comment et pourquoi as-tu choisi ce sujet ?

Le choix du sujet s’est effectué au cours de la première année de scolarité à l’École des Chartes. J’avais le projet de travailler sur l’époque moderne et d’allier à la fois l’histoire de l’art, l’histoire sociale et l’histoire culturelle. J’avais aussi le souvenir des cours d’histoire de l’art que j’avais suivi lors de la préparation du concours d’entrée de l’École, qui portaient sur la couleur. J’avais alors lu des ouvrages de Jacqueline Lichtenstein, La Couleur éloquente et Les Raisons de l’art, qui m’avaient beaucoup plu1. Elle y traitait notamment des discours prononcés par les honoraires amateurs de l’Académie royale de peinture et de sculpture. Ces amateurs, sans jamais avoir été ni des artistes ni des praticiens, ont pourtant produit des discours théoriques et pratiques sur les arts. J’ai ensuite lu la thèse de Charlotte Guichard sur les amateurs d’art parisiens au XVIIIe siècle2. Comme cet ouvrage présentait déjà la qualité d’être une référence sur le sujet, il m’était nécessaire de trouver un autre objet de recherche. J’ai prospecté sur ce qui pouvait se faire en matière d’étude prosopographique ou d’étude d’un amateur d’art en particulier et j’en suis arrivé à Louis Petit de Bachaumont. Il avait la particularité d’avoir laissé un nom parmi les amateurs du Siècle des Lumières sans avoir été membre de l’Académie royale de peinture et de sculpture. Il se trouvait aussi qu’il y avait suffisamment de documentation conservée pour produire un travail et que les études à son sujet n’avaient pas été renouvelées depuis les années 1960 et 1970. Continuer la lecture de Amateur ou connoisseur ? Louis Petit de Bachaumont et le monde des arts au XVIIIe siècle

Corps sacrés : une histoire des textiles liturgiques à la fin du Moyen Âge

Entretien avec Julie Glodt, archiviste paléographe, qui a soutenu le 7 juin 2019 sa thèse intitulée Carne amictus. Vêtir le prêtre, parer l’autel au temps de l’hyperréalisme eucharistique (fin XIIIe-début XVIe siècles), sous la direction d’Alain Rauwel (EHESS, Université de Bourgogne) et de Philippe Plagnieux (Paris 1, École nationale des chartes). À cette occasion, Julie Glodt a été distinguée par le prix Lasalle-Serbat, qui récompense la meilleure thèse d’École en histoire de l’art. Propos recueillis par Loïc Pierrot.


Comment et pourquoi as-tu choisi ce sujet ?

En entrant en première année, je voulais étudier l’histoire de l’art médiéval. J’avais une certaine appétence pour les objets mobiliers, notamment ceux pris dans leur contexte. Ce goût me vient notamment de l’observation d’un encensoir mosan conservé au Palais des Beaux-Arts de Lille et sur lequel figure le groupe de trois Hébreux. Cet objet ne prend son sens que pris dans un contexte : c’est la fumée de l’encens qui fait la fournaise dans laquelle sont pris les trois Hébreux. De là, j’ai voulu travailler sur un objet pris dans un contexte d’usage particulier : celui de la liturgie. Et puis, par un goût pour la « bizarrerie » et pour ce qui n’a été que très peu étudié, j’ai voulu travailler sur les textiles.

Continuer la lecture de Corps sacrés : une histoire des textiles liturgiques à la fin du Moyen Âge