Tous les articles par Léo Davy

La vie d’un service d’archives : immersion au sein des archives départementales de la Côte-d’Or

De retour d’un stage de quatre mois aux Archives départementales de la Côte d’Or, Léo Davy, élève de 2e année, présente le service qu’il a découvert, les missions variées qui lui ont été données, et quelques documents emblématiques.

Les archives départementales de la Côte-d’Or conservent près de 30 km linéaires de documents, couvrant une période ininterrompue de 836, date du document le plus ancien, un diplôme de Louis le Pieux1, à nos jours. Elles ont pour siège l’hôtel particulier construit par le chancelier du duc de Bourgogne Philippe le Bon, Nicolas Rolin, situé au cœur du centre ville historique, qui a été racheté par la ville de Dijon à ses héritiers en 1500 pour en faire l’hôtel de ville. En 1832, le conseil départemental le rachète pour y installer les archives qui ne l’ont plus quitté. La salle de lecture est décorée d’une cheminée et de boiseries réalisées dans les années 1680, et a servi de chambre du Conseil pour les édiles et de salle de concert pour Mozart , invité en 1766 par le prince de Condé sur le chemin du retour de sa tournée européenne. Les magasins d’archives occupent les ailes construites en 1707-1714, celle de 1758 conçue par l’architecte Gabriel, et une autre aile construite dans les années 19502. Une annexe pour les archives contemporaines a été aménagée dans des entrepôts à quelques kilomètres du centre-ville. Continuer la lecture de La vie d’un service d’archives : immersion au sein des archives départementales de la Côte-d’Or

  1. 1 H 11, n°1 []
  2. Joyaux d’archives, jalons d’histoire. Les Archives départementales de la Côte-d’Or à l’aube du troisième millénaire : onze siècles d’histoire, Éditions de l’Armançon, 2001, p 10-34. []

« L’archiviste dans la cité. Un ver luisant »

Édouard Bouyé, conservateur général du patrimoine et directeur des archives départementales de la Côte-d’Or, a publié en février 2017 un essai sur le métier d’archiviste.  Reposant sur de nombreux extraits d’archives et anecdotes, collectés au fil de plus de vingt années de pratique professionnelle au contact des professionnels, des producteurs, et des lecteurs des archives, Édouard Bouyé tire des considérations à l’attention de l’ensemble de ces acteurs.

Empruntant la métaphore du ver luisant qu’Honoré de Balzac a utilisé à l’endroit du personnage de l’archiviste dans son roman Ferragus (1833), Édouard Bouyé s’interroge sur la place et le rôle que tient et que doit s’efforcer de tenir l’archiviste dans la société. Tout comme ce coléoptère visible uniquement une partie de l’année et de plus en plus rare au milieu des campagnes, le travail de l’archiviste n’est remarqué et reconnu que de manière furtive dans la vie de la cité, alors que ses missions le portent à exercer une attention constante sur les trésors du patrimoine et la production contemporaine et future de celui-ci.

Continuer la lecture de « L’archiviste dans la cité. Un ver luisant »