Tous les articles par Léo Davy

Petit panorama des services d’archives de La Nouvelle-Orléans

Grâce à Howard Margot, conservateur au William Research Center, il m’a été donné l’occasion de visiter différents services d’archives implantés aux quatre coins de La Nouvelle-Orléans. Ces visites ont été permises par les conservateurs de ces différentes institutions1. Les magasins de conservation et les documents n’ont pu être photographiés pour des raisons de sécurité2.

La Historic New Orleans Collection

La HNOC est une fondation privée créée en 1966 par le Général L. Kemper Williams (1887-1971) et son épouse Leila (1901-1966) au service de la connaissance de l’histoire de la ville et des États américains du Golfe du Mexique. Elle est à la fois un musée, un centre de recherche et un éditeur d’ouvrages scientifiques. Le musée occupe un bâtiment situé sur Royal Street et présente une exposition permanente de documents et objets originaux développant l’histoire de la ville. Le centre de recherche en occupe un autre, sur Chartres Street, et possède plusieurs niveaux de magasins de conservation, où sont mélangés archives, peintures, documents figurés, cartes, objets.

Cette collection a d’abord été formée par les époux Williams, tous deux passionnés d’histoire de cette région aux cultures métissées par les différentes influences européennes, africaines et nord et sud-américaines. La fondation n’a cessé de l’enrichir par des acquisitions. La collection comprend aujourd’hui près d’un million d’items dont 35 000 ouvrages imprimés, plus de 3 km linéaires de documents manuscrits rédigés à la fois en français, en espagnols, en allemands, et en anglais, 350 000 photographies, imprimés, dessins, peintures, et artefacts. Elle constitue ainsi l’une des plus importantes collections de documents et objets historiques relatifs à La Nouvelle-Orléans et à l’État de Louisiane.

Continuer la lecture de Petit panorama des services d’archives de La Nouvelle-Orléans

  1. Que soient ainsi remerciés : Howard Margot, Christina Bryant, Sally Sinor, Sarah-Elizabeth Gundlach, Jennifer Waxman, et Emilie Gagnet-Leumas []
  2. Photo de couverture : Reconnaissance de dette du soldat Poulousat envers Delauze, capitaine de son régiment, 7 février 1714. Numéro 1714_01_07_01. Document en ligne sur le Louisiana Colonial Documents Digitization Project []

Les archives notariales de La Nouvelle-Orléans

Au cours de mon stage à la Historic New Orleans Collection, il m’a été donné l’occasion de visiter les archives notariales (Notarial Archives) de la Nouvelle-Orléans1. Ce service est absolument unique aux États-Unis, à la fois au vu de l’ancienneté des archives, du volume conservé et de l’organisation de leur conservation2.

Ces fonds d’archives représentent environ 45 000 volumes d’actes notariés. Les plus anciens documents remontent à 1733 mais deviennent réguliers à partir des années 1760. La principale partie est constituée d’actes de nature immobilière et financière : 800 volumes concernent des transports de ventes (conveyance) de 1827 à 1989 et 4 000 des hypothèques (mortgage) de 1788 à 1987. Mais les archives notariales représentent également des sources importantes pour la généalogie et l’histoire sociale, grâce évidemment aux contrats de mariage, d’adoptions, et aux inventaires après décès.

Continuer la lecture de Les archives notariales de La Nouvelle-Orléans

  1. Que soient remerciés Chelsey Richard Napoleon, Clerk of Civil District Court for the Parish of Orleans, Sally Sinor, archiviste des archives notariales, et Howard Margot, conservateur au Williams Research Center hébergé par l’Historic New Orleans Collection, qui nous ont permis cette visite. Les photographies ont été publiées avec l’autorisation des archives notariales de La Nouvelle-Orléans. []
  2. Pour en savoir plus : cf le site internet de l’institution :  http://www.orleanscivilclerk.com/research.htm []

Un romancier aux archives

En août 2017 est paru aux éditions Julliard le nouveau roman de Philippe Jaenada, La Serpe, ayant obtenu le Prix Femina. L’auteur revient sur l’assassinat non élucidé de trois personnes dans un château du Périgord une nuit d’octobre 1941, au moyen d’une serpe. Il endosse les habits d’enquêteurs en retournant sur les lieux du crime et aux archives de l’affaire. La lecture de cet ouvrage est ainsi l’occasion d’exposer les liens entre roman et archives1.

Parmi les victimes figurent Georges Girard (1891-1941), chartiste devenu archiviste du Ministère des Affaires étrangères et écrivain ayant connu quelques succès d’éditions2, sa sœur non mariée, et leur domestique. Le fils de Georges, Henri Girard, le seul survivant à avoir été sur lieux pendant la nuit du crime, est la première personne vers qui les soupçons se tournent. Ses démêlés avec son père et sa tante pour des affaires d’argent et de mariage sont les principaux mobiles avancés. Il est défendu par l’un des avocats les plus médiatiques de l’époque, Maurice Garçon (1889-1967), qui parvient à le faire acquitter de façon surprenante à l’issu du procès de 1942, sans qu’aucun autre coupable ne soit trouvé dans les décennies suivantes. Le crime restait donc encore officiellement non élucidé.

La couverture du livre le présente comme étant un roman, l’inscrivant ainsi dans le registre de la narration d’histoires fictives. La synonymie des termes – une histoire, l’Histoire dont la première lettre peut s’écrire en majuscule ou en minuscule – suggère leur proximité au sein de la famille des études littéraires, bien que leur différence de nature ait été clairement distinguée parmi les sciences humaines. La citation de Paul Veyne, « L’histoire est un roman vrai », exposait déjà le parallèle entre les deux3.

Continuer la lecture de Un romancier aux archives

  1. Que soit remercié M. Édouard Bouyé, directeur des Archives départementales de la Côte-d’Or, qui nous a donné l’idée de lire le livre de Philippe Jaenada et d’en faire un article consacré à cette question. []
  2. Son parcours professionnel est retracé dans la nécrologie qui lui est consacrée au numéro 104 de la Bibliothèque de l’école des chartes, 1943, p. 389-390. []
  3. Veyne (Paul), Comment on écrit l’histoire, Paris, Éditions du Seuil, 1971, p. 10. []

La Tenture de saint Étienne

À l’occasion de la réouverture du Musée de Cluny après plusieurs mois de travaux, une exposition est consacrée à la figure magique de la licorne1.  L’une des pièces qui y est exposée est issue du cycle de l’histoire de saint Étienne dont cet article fait découvrir l’histoire2

La Tenture de saint Étienne désigne un ensemble de douze tapisseries historiées. Ses 23 scènes successives racontent l’histoire du saint : son martyre par lapidation, la découverte miraculeuse de son corps en 417 par le prêtre Lucien, les miracles post mortem qui lui sont attribués et la translation de son corps de Jérusalem à Constantinople puis à Rome.

Elle a été commandée par l’évêque Jean III Baillet, évêque d’Auxerre entre 1477 et 1513, dont Étienne est le saint patron, pour orner le chœur de sa cathédrale. Elle y demeure jusqu’en 1777, date à laquelle le chapitre de la cathédrale décide de vendre la tenture à l’Hôtel Dieu d’Auxerre. En 1838, l’Hôtel Dieu vend deux pièces de la tenture qui sont achetés par le Louvre. En 1880, les 10 autres tapisseries sont mises en vente mais l’État s’oppose à ce que la tenture entre dans le domaine privé, c’est donc le Musée de Cluny qui l’achète. Enfin en 1897, le Musée du Louvre met en dépôt ses deux pièces au Musée de Cluny pour recréer le cycle complet3.

Continuer la lecture de La Tenture de saint Étienne

  1. Exposition « Magiques licornes » du 14 juillet 2018 au 25 février 2019 []
  2. Cet article fait suite à un dimanche des étudiants organisé par le musée le 6 mars 2016. Photographies utilisées avec l’aimable autorisation du musée de Cluny []
  3. JOUBERT (Fabienne), La tapisserie médiévale, p. 36-59, 2002, 3e édition, Réunion des Musées nationaux []

68 les archives du pouvoir

Parmi les nombreuses manifestations commémoratives des cinquante ans des événements de mai 68, les Archives nationales organisent simultanément deux expositions anniversaire. Ces deux expositions sont organisées de manière complémentaire sur les deux sites : « L’autorité en crise » du 3 mai au 17 septembre 2018 à l’hôtel de Soubise et « Les voix de la contestation » du 24 mai au 22 septembre 2018 à Pierrefitte-sur-Seine.

Tracts et affiches placardés à l’entrée des Archives nationales, rue des Francs-Bourgeois

Continuer la lecture de 68 les archives du pouvoir