Tous les articles par jbernard

Compte rendu de l’Arkhéoconf “Il faut sauver le soldat Hinard : une enquête archéologique” par Martin Jaillet

Martin Jaillet, doctorant de l’EPHE, est venu présenter un travail collectif de recherche et d’édition d’une correspondance complète d’un soldat du Premier Empire, pour la 1e mini-Arkhéoconf d’ArkhéoPSL (club d’archéologie de PSL).


Un corpus inattendu

C’est par une découverte fortuite que cette grande enquête sur un soldat de la Grande Armée a commencé. En juin 2018 Martin Jaillet s’est rendu compte qu’il avait fait l’acquisition d’un lot de papiers de famille, essentiellement constitué de lettres :

  • 51 lettres écrites par D.-F. Hinard à R. Passelais (1803-1807)
  • 1 lettre de H. Hinard (1877-1954) à sa femme et à son fils du 10/06/1936
  • 1 lettre d’A. Hinard (1912-2010) du 27/06/1936
  • Plusieurs faire-part de décès des années 1950-1960

L’examen matériel des lettres datées de la fin du Consulat et du Premier Empire montre qu’il s’agit de lettre-enveloppes, de quatre pages (dont une pour l’adresse), avec une écriture particulièrement soignée et régulière, généralement cachetées et timbrées. La plupart sont datées, et leur régularité prouve qu’il s’agit bien d’une correspondance suivie (bien qu’à sens unique).

Fig. 1 – Vue d’une lettre, dont l’une des quatre pages mentionne l’adresse (Photo Martin Jaillet).

Trois perspectives

Dès lors se posent trois questions (et se dessinent autant d’axes de recherche) :

  • Qui sont les acteurs impliqués dans ces lettres ? (Biographie)
  • Quelle est leur place dans l’Histoire ? (Histoire militaire, histoire des circulations postales, des sociabilités en contexte conflictuel…)
  • Existe-t-il des descendants ? (Généalogie)

Un travail collectif

Dès l’été 2018 se constitue un groupe de recherche, qui se répartissent les 53 lettres pour les transcrire (selon des normes communes : une version avec l’orthographe originale, et une version modernisée), et rédiger l’apparat critique. Ce travail commun permet notamment, par la superposition des images des fragments de cachets, de reconstituer le cachet utilisé par D.-F. Hinard.

Fig. 2 – Accueil du site “Mémoire des hommes” du Ministère des Armées (en ligne).

Des ressources en ligne

La recherche d’identité est facilitée par la base de données « Mémoire des Hommes » du Ministère des Armées, qui donne accès à des informations essentielles : le prénom (Dominique-François), le régime (40e régiment d’infanterie), le grade (officier) et surtout la date et le lieu de naissance (25 janvier 1780 à Coutances).

Ces deux derniers éléments permettent de chercher des actes dans l’état-civil. Le site des Archives départementales de la Manche, comme la plupart des autres services d’archives, donne accès à l’état-civil en ligne, et si l’acte de naissance n’est pas conservé (les archives ont été partiellement détruites pendant la Deuxième Guerre Mondiale), l’acte de baptême et les tables décennales sont disponibles, ainsi que l’acte de mariage avec Rosalie Passelais le 16 septembre 1799 (elle a 24 ans, et lui 19). Cet acte précise la formation de Dominique-François Hinard : employé au greffe du tribunal civil.

Fig. 3 – Formulaire de recherche dans l’état-civil des Archives départementales de la Manche (en ligne).

Une fin en suspens

La dernière lettre, datée du 7 janvier 1807, laisse les chercheurs sur leur faim, et leurs espoirs : Hinard est-il mort en campagne, ou a-t-il poursuivi sa carrière dans l’armée, à moins qu’il ne soit retourné à Coutances ? Mais un document inattendu révèle une fin prévisible : un acte de décès dressé à Coutances le 27 février 1830 seulement, à l’initiative de Rosalie Passelais, précise que celle-ci apporte un acte de décès du 12 février 1807. Dominique-François Hinard est mort à Varsovie, hôpital de Poniatowsky où il était rentré le 27 janvier, des suites d’une fièvre. Dans sa dernière lettre datée, il annonçait pourtant qu’il venait d’être nommé sous-lieutenant.

Ce décalage de 23 ans pour dresser l’acte de décès pose question, peut-être s’agissait-il d’une démarche administrative (obtention d’une pension ?). Rosalie Passelais est en tout cas décédée le 25 octobre 1850 à 77 ans, en vivant comme couturière-lingère.

Un corpus cohérent et précis, qui ouvre différentes pistes d’analyse

Il n’est pas courant de disposer d’un ensemble de lettres aussi complet, de la première (lors du départ de Coutances) à la dernière (quinze jours avant l’entrée d’Hinard à l’hôpital, et un mois avant sa mort). La deuxième moitié de la correspondance, c’est-à-dire les réponses de Rosalie Passelais, manquent cependant cruellement.

Si cette matière est sensible et intime, et pose la question du rapport entre le chercheur et son sujet, elle se prête également à des analyses plus larges. La précision des lieux et des dates permet ainsi de cartographier les déplacements d’Hinard, mais aussi d’étudier les circulations postales, grâce à l’étude des timbres.

Il est également possible d’étudier la sociabilité de Coutances, qu’Hinard maintient en donnant systématiquement des nouvelles de ses compagnons, présents dans le même régime que lui, mais ne sachant pas tous lire et écrire.

Fig. 4 – Vue d’une lettre, calligraphiée avec soin (Photo Martin Jaillet).

Quel avenir pour cette mémoire ?

Si la recherche des descendants vise à recréer une mémoire familiale, il s’agit surtout de donner une autre dimension à ces textes par leur édition et valorisation, afin d’offrir à un public varié un nouveau témoignage de la vie en campagne entre 1803 et 1807 (descriptions de batailles comme Austerlitz, vie militaire quotidienne, sociabilité entre l’armée et les familles…), qui présente de plus pour l’historien l’intérêt de voir un soldat du rang gravir les échelons. La publication papier, plus difficile, présente des avantages de diffusion et de visibilité, mais la possibilité d’une publication en ligne, avec l’aide de la Fondation Napoléon, garantit l’exhaustivité du texte et facilite les liens vers d’autres ressources.

Une dimension créative est également donnée par un projet envisagé avec l’École Estienne, l’École des arts et industries graphiques (imprimerie, typographie, arts du livre, photographie, design de communication…). Les étudiants pourraient travailler, dans le cadre de leurs travaux annuels, sur des lettres, prises comme objets graphiques (travail sur la calligraphie, la signature, le cachet, le tampon, la tache d’encre, le portrait…).

Quel bilan pour cette aventure en cours ?

En décembre 2019, presque toutes les lettres étaient transcrites, scannées, et dotées d’une version modernisée et d’un apparat critique. Le lot sera à terme versé aux Archives départementales de la Manche, et les projets d’édition avec la Fondation Napoléon et de création avec l’École Estienne sont en cours.

Au 20 février 2020, l’intégralité des lettres a été transcrite !

Cette aventure collective est donc le fruit de la rencontre entre un groupe de recherche (Corentin Hamet, Martin Jaillet Ladislas Latoch, François Mathou, Claire Mercier, Nils Renard, Julie Richard d’Alsace, Clémence Roger) et 3 institutions : les AD de la Manche, l’École Estienne, et la Fondation Napoléon.

 

Compte rendu de l’arkhéoconf “Voyage en Perse : l’architecture achéménide” par Ehsan Behbahani-Nia

Ehsan Behbahani-Nia, étudiant de l’EPHE, est venu parler de l’architecture de la Perse achéménide pour la 8e mini-Arkhéoconf d’ArkhéoPSL (club d’archéologie de PSL), à partir de ses recherches pour son mémoire de M2 à l’EPHE.


Résumé

L’empire perse achéménide constitue un tournant dans l’histoire de l’humanité. Les palais des Grands Rois achéménides en sont l’expression la plus connue, mais ils ont été finalement peu étudiés, dans le cadre d’une approche comparée avec l’architecture gréco-romaine et les autres architectures de l’époque, ainsi qu’en adoptant une démarche d’archéologie du bâti. Nous avons tous entendu le nom Persépolis, et pas uniquement pour le dessin animé: l’architecture de l’ensemble palatial, la grandeur et l’esthétique du site ont attiré l’attention des voyageurs depuis le XVIIe siècle. Quelle est l’origine de cette architecture impressionnante, dont tous les vestiges sont concentrés dans la région de Fars en Iran ? Comment des peuples perses semi-nomades, qui n’étaient pas familiers avec l’architecture en pierre, ont pu faire sortir de terre ces immenses palais au Ier millénaire av. J.-C ? Comment ont-ils construit ces bâtiments dont les vestiges impressionnent encore, 2500 plus tard, et ce malgré plusieurs destructions ? À quoi ressemblaient les chantiers de construction ? La conférence du 24 mai est essentiellement consacrée à la naissance de l’architecture achéménide, pour répondre à ces interrogations.

Abstract

The Achaemenid Persian Empire is a turning point in the history of mankind. The palaces of the Achaemenid Great Kings are the most famous expression, but they were finally little studied, as part of a comparative approach with the Greco-Roman architecture and other architectures of the time, as well as by adopting an architectural archeology approach. We have all heard the name Persepolis, and not just for the cartoon: the architecture of the palatial ensemble, the grandeur and the aesthetics of the site have attracted the attention of travelers since the seventeenth century. What is the origin of this impressive architecture, all vestiges of which are concentrated in the region of Fars in Iran? How semi-nomadic Persian peoples, who were not familiar with the stone architecture, were able to bring out these immense palaces in the first millennium BC? How did they build these buildings whose remains still impress, 2500 later, despite several destructions? What did the construction sites look like? The conference of May 24 is essentially devoted to the birth of the Achaemenid architecture, to answer these questions.

Continuer la lecture de Compte rendu de l’arkhéoconf “Voyage en Perse : l’architecture achéménide” par Ehsan Behbahani-Nia

Compte rendu de l’arkhéoconf “Les commanderies des Templiers et Hospitaliers en Franche-Comté” par Jean Bernard

Jean Bernard, élève archiviste paléographe de quatrième année, est venu parler du patrimoine des ordres militaires pour la 7e mini-Arkhéoconf d’ArkhéoPSL (club d’archéologie de PSL), à partir des résultats de sa thèse d’École des chartes, sous la direction de Philippe Plagnieux et François Blary. Loin des fantasmes sur les Templiers guerriers et leurs frères Hospitaliers, l’étude de l’architecture des commanderies met en évidence une organisation très structurée, des croisades à la Révolution française. La mise en relation du patrimoine bâti et du patrimoine écrit (archives médiévales et modernes) révèle une seigneurie moins militaire qu’économique, religieuse et judiciaire. L’enjeu de la gestion rigoureuse de l’architecture, tant pragmatique que symbolique, est le maintien d’une seigneurie féodale et souveraine, bien que contestée, sur la longue durée, jusqu’à la Révolution. L’utilisation de différents ornements, formes et techniques, répond à cet objectif.


Carte des sièges successifs des Templiers et des Hospitaliers.

Introduction :
Les ordres militaires, de l’exception à la légende

Les Templiers sont aujourd’hui connus à travers une production pléthorique d’essais et de fictions, plus ou moins délirants, tant cet ordre religieux de « moines soldats » nourrit les fantasmes. Dès leur création en 1120-1129, le moine cistercien Bernard de Clairvaux en fait des « super-chevaliers » pour promouvoir leur statut inédit de moine-soldat, et leur donne ainsi une aura exceptionnelle. Mais les légendes trouvent surtout leurs sources dans leur procès retentissant et très politique, à l’instigation du roi de France Philippe le Bel. Ce procès déboucha sur la suppression de l’ordre du Temple en 1312, et l’exécution du grand maître Jacques de Molay en 1314. Dès l’instruction du procès, de nombreuses rumeurs circulèrent pour les défendre ou condamner, en les accusant de blasphème, sodomie, etc., et surtout leur prêter un grand pouvoir et d’immenses trésors. Ils furent ensuite érigés en héros face à l’injustice du roi, en figures fondatrices de mouvements ésotériques, ou en démons machiavéliques. Il n’en fallait pas davantage pour en faire des personnages épiques, et leurs attribuer complots et conspirations millénaires, d’Ivanhoé à Da Vinci Code en passant par Assassin’s Creed.

Continuer la lecture de Compte rendu de l’arkhéoconf “Les commanderies des Templiers et Hospitaliers en Franche-Comté” par Jean Bernard

La restauration et l’étude de la Maestà de Simone Martini : une collaboration entre conservation et archéologie

Jean Bernard a effectué son stage de 4e année d’École des chartes, en octobre-novembre 2017, à la Soprintendenza Archeologia, Belle Arti e Paesaggio per le province di Siena grosseto e Arezzo (Italie).

La Maestà de Simone Martini, située dans la salle principale du Palazzo Pubblico de Sienne, a fait l’objet d’une restauration sous la surveillance de la Surintendance pour les biens culturels des provinces de Sienne, Grosseto et Arezzo, 25 ans après une restauration structurelle très importante qui a stabilisé les principaux facteurs de dégradations. La restauration de 2017 s’inscrit dans une continuité, avec le suivi d’Alessandro Bagnoli déjà présent lors de la précédente restauration, tout comme le restaurateur Massimo Gavazzi, qui avait alors travaillé avec son père Giuseppe Gavazzi. On retrouve également la même ambition de renouvellement des connaissances, à travers une collaboration entre services de la conservation et de la recherche1. La particularité de la restauration de 2017 est toutefois d’avoir ouvert davantage le chantier lui-même à des visiteurs (parfois illustres), mais surtout à des chercheurs, notamment dans le cadre d’une collaboration avec les départements d’archéologie et de sciences physiques de l’université de Sienne, dans le cadre de l’étude des poinçons utilisés pour la décoration de cette peinture murale.

Simone Martini, Maestà, 1312-1315, fresque, 7,63 × 9,70 m, Palazzo Pubblico de Sienne (détail)

Continuer la lecture de La restauration et l’étude de la Maestà de Simone Martini : une collaboration entre conservation et archéologie

  1. BAGNOLI A., La maestà di Simone Martini, Cinisello Balsamo (Milano), 1999 ; Simone Martini e « chompagni. », Pinacoteca Nazionale Di Siena, 1985 ; Simone Martini. Atti del convegno (1985), Firenze, 1988. []

Compte rendu de l’arkhéoconf “Le long voyage d’Epona, des plaines Gauloises au delta du Danube” par Henri de Mégille

Henri de Mégille, enseignant d’histoire-géographie, diplômé de l’ENS et Paris I (master PISA), est venu parler du long voyage d’Epona pour la 5e mini-Arkhéoconf d’ArkhéoPSL (club d’archéologie de PSL). Protectrice des cavaliers et des chevaux d’où elle tire son nom, Epona est une divinité gallo-romaine qui émerge entre le Ier et le IIIe siècle ap. J.-C. Des régions éduennes et Trévires jusqu’aux confins du limes danubien, Epona est connue par 438 attestations de culte. Comment expliquer la success story d’une divinité rustique d’origine celte qui, arrivée à Rome, est admise parmi le panthéon impérial ?


Introduction : Le fabuleux destin d’Epona

Epona est une déesse protectrice des cavaliers et des chevaux, qui émerge entre le Ier et le IIIe s. ap. J.-C, et tire son nom du cheval même (du grec ἵππο-, latin equus, celtique epos). Le suffixe -ona serait quant à lui la marque du sacré, d’après le Pseudo-Plutarque, en tant que « déesse qui veille sur les chevaux ». Epona est toujours représentée avec eux, plus que les Dioscures eux-mêmes. Son culte est attesté de la Bourgogne et la Belgique jusqu’au limes danubien en Roumanie, et trouverait son origine dans les régions d’élevage de chevaux de la Gaule lyonnaise, chez les Éduens où il émerge au IIe s.

Statuette d’Epona en bronze, Franche-Comté, époque impériale (Bnf, département des Monnaies, médailles et antiques)

Continuer la lecture de Compte rendu de l’arkhéoconf “Le long voyage d’Epona, des plaines Gauloises au delta du Danube” par Henri de Mégille