Tous les articles par Hugo Forster

La bibliothèque numérique de Paris, une alliée pendant la pandémie

Hugo Forster (AP3) a réalisé au printemps 2021 un stage de deux mois au sein du Service du Document et des Échanges (SDE), rattaché au Bureau des Bibliothèques et de la Lecture (BBL) du réseau des 72 bibliothèques publiques de la Ville de Paris. Profitant de cette occasion pour explorer les enjeux que soulève un service central tel que le SDE, il propose ici une présentation de la jeune Bibliothèque Numérique parisienne,  base de prêt dont les usages connaissent de profondes mutations depuis le début de la pandémie de Coronavirus.


Dans la conjoncture inédite du confinement du printemps 2020, les pratiques culturelles des Français ont connu des mutations dont on ne sait pas encore à quel point elles s’avèreront pérennes, mais qui auront au moins eu le mérite de mettre au jour quelques clés de lecture des dynamiques en cours, notamment dans le domaine de la lecture numérique.
Sans surprise, la lecture – numérique ou non – a durant la crise sanitaire confirmé sa place centrale dans les loisirs culturels des Français. Là où il y a du nouveau, c’est dans la diversification des usages de la lecture : 20% des « lecteurs » actuels de livres audio numériques ont inauguré leur pratique dans le premier semestre de 2020, et 20% des personnes qui incluaient déjà le livre dans leur paysage culturel habituel ont acheté au moins un équipement permettant la lecture numérique pendant la durée du confinement1.
Continuer la lecture de La bibliothèque numérique de Paris, une alliée pendant la pandémie

  1. Pour plus de données statistiques sur la lecture numérique pendant le confinement du printemps 2020 : Baromètre sur les usages du livre numérique : édition spéciale « confinement », enquête menée par OpinionWays et dirigée par le SNE, la SOFIA et la SGDL. []

Sur les traces d’un lignage médiéval

Entretien avec Pierre Fabry, archiviste paléographe (prom. 2020), qui a soutenu le 9 juin 2020 sa thèse intitulée « La maison de Baux. Construction politique et culture lignagère (milieu XIIe – début XIVe siècle) », rédigée sous la direction d’Olivier Guyotjeannin, professeur d’histoire des institutions, diplomatique et archivistique médiévales (ENC), et de Jacques Chiffoleau, directeur d’études émérite de l’EHESS et titulaire de la chaire d’histoire de la religion, du droit et des institutions médiévales. Pierre est lauréat du prix Auguste-Molinier, qui récompense la meilleure thèse de la promotion. Propos recueillis par Hugo Forster[1].


Tes recherches portent sur l’histoire des Baux, une maison aristocratique provençale. Comment t’es-tu porté vers ce sujet d’études ?

Je savais que je voulais travailler sur l’histoire de la Provence au Moyen-Âge, du fait d’attaches personnelles. Ma première approche était celle d’une histoire religieuse et sociale. Quand M. Jacques Chiffoleau a accepté de suivre mes travaux, nous avons essayé de repérer des fonds documentaires, inédits et intéressants, qui pourraient être exploités dans ce domaine.
Je me suis ainsi porté, dans un premier temps, vers un corpus de testaments relativement nombreux de la maison de Baux. Un travail in situ, aux Archives Départementales des Bouches-du-Rhône et dans les bibliothèques locales, m’a permis de prendre connaissance des difficultés auxquelles j’allais me confronter dans la recherche documentaire. De là, mon sujet a extrêmement évolué.
Mon premier travail a été une prospection : il s’agissait de pister les testaments des Baux, dispersés au cours de l’histoire entre de très nombreux fonds d’archives.
Très progressivement, au fil de mon enquête, l’idée de reprendre à fond l’histoire de la maison de Baux m’est venue, en exploitant des filons archivistiques prometteurs.

Continuer la lecture de Sur les traces d’un lignage médiéval

Le « Palais des fées » : le Palais-Royal, centre des amusements de la capitale de 1780 à 1815

Entretien avec Florence Köll, archiviste paléographe qui a soutenu en juin 2019 sa thèse intitulée « « Le résumé de Paris » ? Le Palais-Royal de 1780 à 1815 : commerces, logements, divertissements », sous la direction de Dominique Massounie (Paris X Nanterre) et de Guillaume Fonkenell (École nationale des chartes). Entretien recueilli par Hugo Forster.1


Comment en es-tu arrivée à travailler sur ce sujet ?

J’avais envie de travailler sur l’histoire des divertissements ainsi que sur celle de l’architecture, et mes sensibilités personnelles me poussaient vers le XVIIIe siècle. J’ai interrogé M. Fonkenell, mon directeur de thèse, à propos de ces pistes, et il m’a indiqué une très riche bibliographie en la matière. Parmi ces travaux, aucun ouvrage ne traitait le Palais-Royal en tant que centre de divertissements à part entière. Il existait bien un ouvrage en deux volumes de Victor Champier et Roger Sandoz publié en 19002, mais on y décèle d’importants biais, la lecture des sources – qui d’ailleurs y sont très rarement référencées avec clarté – étant orientée a priori par l’image stéréotypée du Palais-Royal comme lieu de débauche. Des caricatures y sont interprétées comme des sources objectives, et des erreurs de lectures accusent encore plus le trait : il y est affirmé qu’après le célèbre incendie de l’Opéra jouxtant le palais princier, le duc d’Orléans aurait demandé à ses jardiniers que les feuilles des arbres du jardin soient nettoyées une à une, alors que l’ordre n’appelait bien sûr qu’à ramasser les feuilles noircies tombées à la suite de l’incendie…

Continuer la lecture de Le « Palais des fées » : le Palais-Royal, centre des amusements de la capitale de 1780 à 1815

  1. Illustration d’en-tête : Anonyme, [Façade du Palais-Royal sur le jardin avec les galeries de bois], [1800], dessin à la plume et lavis à l’encre de Chine, aquarelle; 20 x 27,6 cm, Bibl. nat. de France Est. RESERVE FOL-VE-53 (G) ; Citation du titre : F.-M. Mayeur de Saint-Paul, Tableau du nouveau Palais-Royal, en deux parties, Londres, Paris, Maradan, 1788, p. 21. []
  2. V. Champier, G.-R. Sandoz, Le Palais-Royal d’après des documents inédits (1629-1900), deux volumes, Paris, Société de propagation des livres d’art, 1900. []

Le boudoir, une pièce bien connue ?

Entretien avec Joséphine Grimm, élève archiviste paléographe en quatrième année, qui soutiendra en juin 2019 sa thèse intitulée Entre pièce intime et espace fantasmé : formes, décor et usage du boudoir de 1726 à 1802, sous la direction de Dominique Massounie (Paris X Nanterre) et de Guillaume Fonkenell (École nationale des chartes). Propos recueillis par Hugo Forster.1


Comment et pourquoi as-tu choisi de travailler sur le boudoir ?

Le XVIIIe siècle était une période qui m’intéressait particulièrement et, souhaitant intégrer le corps des conservateurs de musée, je me suis rapidement tournée vers le champ de l’histoire de l’art. Mais j’ai voulu que mon sujet soit transversal, qu’il ne se limite pas à cette première discipline et qu’il ait aussi trait à l’histoire sociale ainsi qu’à l’histoire des idées.
S’est alors rapidement imposée l’idée de travailler sur une pièce en particulier, et de m’inscrire ainsi dans une branche relativement récente de l’histoire de l’architecture qui intègre à la fois une analyse purement formelle et l’étude des pratiques d’habitation. D’abord intéressée par des travaux sur les cabinets scientifiques, j’ai été découragée par la complexité des sources et par la bibliographie existante. Grâce à mon directeur de recherche, je me suis alors plutôt tournée vers le boudoir qui, malgré sa grande notoriété, n’avait jamais bénéficié d’une étude approfondie. Continuer la lecture de Le boudoir, une pièce bien connue ?

  1. Illustration d’en-tête : Boudoir d’argent de Marie-Antoinette au Château de Fontainebleau, 1786. []