Tous les articles par Hugo Forster

Président de l'association Chroniques chartistes depuis mai 2021.

Goscinny, un “Pilote” de la bande dessinée franco-belge

Entretien avec Flavien Piovano (prom. 2021), qui a soutenu en juin dernier sa thèse d’École des Chartes intitulée « Goscinny aux commandes : la politique rédactionnelle du journal Pilote (1959 – 1974) », sous la direction de Christophe Gauthier, professeur d’histoire du livre et des médias contemporains à l’ENC, et de Bertrand Tillier, professeur d’histoire contemporaine à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne1. Propos recueillis par Hugo Forster.


Comment as-tu défini ton sujet d’études, et par quels fonds archivistiques as-tu décidé de l’aborder ?

C’est d’abord avec mon directeur de recherches à l’ENC, M. Christophe Gauthier, que j’ai travaillé à la définition de mon objet de recherche. Ma première idée portait sur un sujet polémique, celui de la caricature : je souhaitais à travers ce dernier étudier l’image et sa portée politique. De là, nous avons parlé de bande dessinée, et notamment de la BD des années 60-70 dont j’avais déjà une connaissance assez pointue, qui allait jusqu’à ses domaines plus alternatifs.
J’ai alors lu deux ouvrages de généralités, l’un sur la caricature2, l’autre sur la BD3. J’ai alors fait le constat de thématiques communes à ces deux médias – dont les frontières sont sensiblement poreuses –, comme celle de l’enjeu de l’évolution graphique et humoristique, ou encore celle de l’usage de la dérisions, qui m’ont amené à m’interroger plus particulièrement sur une période qui était présentée comme un tournant dans l’histoire de la bande dessinée, et dans laquelle René Goscinny (1926 – 1977) et le périodique Pilote (1959 – 1989) semblaient avoir joué un rôle majeur, sans pour autant que les ouvrages que j’avais consultés ne s’avancent plus dans l’analyse de ce tournant.
Mon directeur de recherches m’a alors indiqué l’existence d’archives personnelles de René Goscinny, toujours conservées par ses ayants-droits, à savoir l’Institut René Goscinny, dans le 16e arrondissement de Paris. Ces archives n’avaient pas encore été beaucoup exploitées, sinon par Pascal Ory, spécialiste de l’histoire culturelle, aujourd’hui Académicien. Les conditions étaient donc rassemblées pour un travail de thèse d’École des chartes, qui demande précisément, entre autres, l’exploitation d’un fonds documentaire inédit et peu connu.

Continuer la lecture de Goscinny, un “Pilote” de la bande dessinée franco-belge

  1. Image de bannière : illustration tirée du n°188 de “Pilote”. Photo personnelle []
  2. Bertrand Tillier, Caricaturesque. La caricature en France, toute une histoire… De 1789 à nos jours, Paris : Éd. de la Martinière, 2016. []
  3. L’art de la bande dessinée, dir. Pascal Ory, Laurent Martin, Jean-Pierre Mercier, Sylvain Venayre, Paris : Citadelles & Mazenod, 2012. []

Appliquer le ‘machine learning’ à la littérature de science-fiction pour écrire une histoire des représentations futuristes

Léo Dray, diplômé du master « Humanités Numériques » (HN) de l’École des Chartes (prom. 2021), a soutenu en septembre dernier un mémoire intitulé Représentations et projections dans la littérature d’anticipation : une approche textométrique pour explorer l’histoire des futurs envisagés. Son travail a été dirigé par Mme. Dinah Ribard (directrice d’études à lEHESS) et M. Jean-Baptiste Camps (maître de conférences en HN à lENC) . Léo Dray expose dans cet entretien les enjeux de son travail de recherche, liant histoire littéraire et outils numériques. Propos recueillis par Vincent Sarbach-Pulicani (M1 HN) et Hugo Forster (élève archiviste-paléographe en 3è année)1.


Quel rôle ont joué tes appétences personnelles dans la définition de ton sujet d’études ? Tes-tu fondé sur des lectures de textes littéraires, avant de temparer davantage de textes critiques et scientifiques sintéressant à leur analyse ?

J’ai intégré le master “Humanités Numériques” de l’ENC en m’intéressant avant tout aux problématiques techniques que soulèvent les outils numériques. Je n’avais encore jamais engagé de véritables recherches scientifiques, et encore moins sur le sujet particulier de la littérature de science-fiction (SF).

Continuer la lecture de Appliquer le ‘machine learning’ à la littérature de science-fiction pour écrire une histoire des représentations futuristes

  1. Image en bannière : James Rosenquist, U-turn into Tomorrow, 1974. © ADAGP – Paris 2017 / Bridgeman Images) []

Lire Bergson par l’œil de la textométrie ; une analyse des concepts de ‘possible’ et de ‘virtuel’

Michel Capot, diplômé du master « Humanités Numériques » (HN) de l’École des Chartes (prom. 2021), a soutenu en juin dernier un mémoire intitulé Possibilité et virtualité dans l’œuvre d’Henri Bergson : approche textométrique. Son travail a été dirigé par M. Dan Arbib (maître de conférences en philosophie à l’ENS) et M. Jean-Baptiste Camps (maître de conférences en HN à l’ENC) . Michel Capot revient dans cet entretien sur son travail, et sur les enjeux d’une approche interdisciplinaire recourant aussi bien aux méthodes de la philosophie qu’aux outils numériques. Propos recueillis par Émilien Arnaud (M2 HN) et Hugo Forster (élève archiviste-paléographe en 3è année (AP3)).


Dans quel parcours d’études ton intégration au master Humanités Numériques de l’École des chartes s’insère-t-elle ? Quelle réflexion as-tu suivie pour définir ton sujet de recherches ?

Mon analyse des concepts de virtuel et de possible dans l’œuvre de Bergson découle avant tout d’une volonté personnelle de combiner astucieusement la recherche entre sciences humaines et mathématiques. Le lien entre ces disciplines peut ne pas paraître évident ; pour le comprendre, il faut connaître les possibilités qu’offre la recherche en humanités numériques.

Continuer la lecture de Lire Bergson par l’œil de la textométrie ; une analyse des concepts de ‘possible’ et de ‘virtuel’

La bibliothèque numérique de Paris, une alliée pendant la pandémie

Hugo Forster (AP3) a réalisé au printemps 2021 un stage de deux mois au sein du Service du Document et des Échanges (SDE), rattaché au Bureau des Bibliothèques et de la Lecture (BBL) du réseau des 72 bibliothèques publiques de la Ville de Paris. Profitant de cette occasion pour explorer les enjeux que soulève un service central tel que le SDE, il propose ici une présentation de la jeune Bibliothèque Numérique parisienne,  base de prêt dont les usages connaissent de profondes mutations depuis le début de la pandémie de Coronavirus.


Dans la conjoncture inédite du confinement du printemps 2020, les pratiques culturelles des Français ont connu des mutations dont on ne sait pas encore à quel point elles s’avèreront pérennes, mais qui auront au moins eu le mérite de mettre au jour quelques clés de lecture des dynamiques en cours, notamment dans le domaine de la lecture numérique.
Sans surprise, la lecture – numérique ou non – a durant la crise sanitaire confirmé sa place centrale dans les loisirs culturels des Français. Là où il y a du nouveau, c’est dans la diversification des usages de la lecture : 20% des « lecteurs » actuels de livres audio numériques ont inauguré leur pratique dans le premier semestre de 2020, et 20% des personnes qui incluaient déjà le livre dans leur paysage culturel habituel ont acheté au moins un équipement permettant la lecture numérique pendant la durée du confinement1.
Continuer la lecture de La bibliothèque numérique de Paris, une alliée pendant la pandémie

  1. Pour plus de données statistiques sur la lecture numérique pendant le confinement du printemps 2020 : Baromètre sur les usages du livre numérique : édition spéciale « confinement », enquête menée par OpinionWays et dirigée par le SNE, la SOFIA et la SGDL. []

Sur les traces d’un lignage médiéval : la maison de Baux

Entretien avec Pierre Fabry, archiviste paléographe (prom. 2020), qui a soutenu le 9 juin 2020 sa thèse intitulée « La maison de Baux. Construction politique et culture lignagère (milieu XIIe – début XIVe siècle) », rédigée sous la direction d’Olivier Guyotjeannin, professeur d’histoire des institutions, diplomatique et archivistique médiévales (ENC), et de Jacques Chiffoleau, directeur d’études émérite de l’EHESS et titulaire de la chaire d’histoire de la religion, du droit et des institutions médiévales. Pierre est lauréat du prix Auguste-Molinier, qui récompense la meilleure thèse de la promotion. Propos recueillis par Hugo Forster[1].


Tes recherches portent sur l’histoire des Baux, une maison aristocratique provençale. Comment t’es-tu porté vers ce sujet d’études ?

Je savais que je voulais travailler sur l’histoire de la Provence au Moyen-Âge, du fait d’attaches personnelles. Ma première approche était celle d’une histoire religieuse et sociale. Quand M. Jacques Chiffoleau a accepté de suivre mes travaux, nous avons essayé de repérer des fonds documentaires, inédits et intéressants, qui pourraient être exploités dans ce domaine.
Je me suis ainsi porté, dans un premier temps, vers un corpus de testaments relativement nombreux de la maison de Baux. Un travail in situ, aux Archives Départementales des Bouches-du-Rhône et dans les bibliothèques locales, m’a permis de prendre connaissance des difficultés auxquelles j’allais me confronter dans la recherche documentaire. De là, mon sujet a extrêmement évolué.
Mon premier travail a été une prospection : il s’agissait de pister les testaments des Baux, dispersés au cours de l’histoire entre de très nombreux fonds d’archives.
Très progressivement, au fil de mon enquête, l’idée de reprendre à fond l’histoire de la maison de Baux m’est venue, en exploitant des filons archivistiques prometteurs.

Continuer la lecture de Sur les traces d’un lignage médiéval : la maison de Baux