Tous les articles par Charles Viaut

Sandby Borg. Archéologie d’un massacre

Charles Viaut (prom. 2018) a effectué son stage de 4e année d’École des chartes, entre août et octobre 2017, au département d’archéologie du musée du comté de Kalmar, Museiarkeologi Sydost. Il a notamment participé à une fouille sur le site exceptionnel de Sandby Borg, situé sur l’île d’Öland.

L’île d’Öland, située dans la mer Baltique et séparée des terres par le détroit de Kalmar, (Kalmarsund) est un haut lieu de l’archéologie scandinave. Et pour cause : sur cette île, dont la moitié sud est classée au patrimoine mondial de l’UNESCO pour ses paysages culturels, abondent les monuments préhistoriques et les sites archéologiques. Parmi ceux-ci, de nombreux habitats fortifiés datés de la période des Migrations (folkvandringstid, ca. 400-550 ap. J.-C.) parmi lesquels les célèbres sites d’Ismantorp et d’Eketorp, ce dernier totalement reconstruit. Le site de Sandby Borg est lui resté jusqu’à une date récente dans un anonymat relatif.

Continuer la lecture de Sandby Borg. Archéologie d’un massacre

Museiarkeologi Sydost : le département d’archéologie du musée de Kalmar

Charles Viaut (prom. 2018) a effectué son stage de 4e année d’École des chartes, entre août et octobre 2017, au département d’archéologie du musée du comté de Kalmar, en Suède, Museiarkeologi Sydost. Il a notamment participé à la fouille du site exceptionnel de Sandby Borg, situé sur l’île d’Öland.

La ville de Kalmar, située dans la région historique du Småland au sud de la Suède, est une des plus anciennes villes du royaume. Port de la Baltique, elle possède notamment un château prestigieux où fut signée en 1397 l’union des royaumes de Suède, Norvège et Danemark, ainsi qu’un port industriel faisant face à l’île d’Öland, séparé par le détroit de Kalmar, (Kalmarsund). En tant que chef-lieu de comté (län), Kalmar possède également un institut dédié à l’étude, à la conservation et à la valorisation du patrimoine du comté tout entier : le Kalmar Länsmuseum1.

Le port de Kalmar et l’île d’Öland à l’horizon. Photo Charles Viaut

Installé dans un ancien moulin industriel bâti au XIXe siècle sur le port, le musée du comté de Kalmar abrite des expositions permanentes et temporaires dédiées à l’histoire et à l’archéologie de la région, notamment les vestiges du Kronan, navire de guerre suédois coulé au XVIIe siècle au large de la ville, qui fait encore aujourd’hui l’objet de la plus vaste fouille sous-marine au monde. Mais contrairement à ce que l’on peut observer en France, les missions du musée vont bien au-delà de la conservation et de la valorisation de collections : en effet, le musée gère également des missions de protection et de restauration des monuments historiques et d’archéologie préventive et programmée à l’échelle du comté de Kalmar. Contrairement à ce que son nom pourrait laisser penser au lecteur francophone, Museiarkeologi Sydost, où j’ai effectué un stage entre août et octobre, est ainsi un service de recherche archéologique situé dans les locaux du musée de Kalmar.

Comptant une douzaine d’archéologues à temps plein, Museiarkeologi Sydost effectue des missions similaires à celles de ses homologues français. En tant que service d’archéologie rattaché à une institution publique, il a notamment la responsabilité des diagnostics chargés de déceler le potentiel archéologique d’un site avant certains chantiers de construction. Très récemment, le chantier d’une voie rapide en périphérie de Kalmar a ainsi permis la mise au jour d’une route et de vestiges d’habitat d’époque viking (Vikingatid, ca. 800-1100 en Suède). Lors de la prescription d’une fouille archéologique après un diagnostic positif, le service peut également s’occuper de la fouille préventive des sites, sous réserve de remporter l’appel d’offres lancé par l’aménageur du terrain à fouiller. Le service s’occupe également de la post-fouille, qui comprend l’étude du mobilier, la formalisation des données de terrain et la rédaction du rapport final d’opération. Là encore, les systèmes d’archéologie préventive suédois et le système français sont très similaires, à ceci près que la Suède ne possède pas d’établissement national comparable à l’Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives). Le Museiarkeologi Sydost peut en revanche être comparé à un service d’archéologie préventif de collectivité territoriale, comme il en existe plusieurs en France, notamment dans les départements et les métropoles.

Les activités du service s’étendent désormais non seulement au comté de Kalmar, mais également à d’autres régions de la Suède. Le service possède en effet des antennes à Växjö, dans le comté voisin du Kronoberg, ainsi qu’à Uppsala, dans le centre de la Suède, et travaille en étroite collaboration avec le musée du Småland à Växjö ; de plus des agents du service fouillent actuellement des vestiges médiévaux à Göteborg, deuxième ville du pays, sur la côte ouest de la Suède. La concurrence imposée sur le marché de l’archéologie préventive par des sociétés privées pousse en effet les services rattachés aux musées à diversifier leurs activités et leurs zones d’action.

Mais l’archéologie préventive n’est que la principale activité de Museiarkeologi Sydost. En effet, son rattachement à un musée et la présence d’une importante université dans la ville de Kalmar (Linnéuniversitetet-Université Linné) lui permettent une implication directe dans la valorisation des résultats de l’archéologie grâce à la présentation d’expositions temporaires et programmées, ainsi que dans la formation des étudiants. Helena Victor, directrice du service, et Ludvig Papmehl-Dufay, archéologue, animent un séminaire universitaire dédié à la fouille d’un site devenu la vitrine du service : Sandby Borg. Un pommeau d’épée découvert sur ce site est ainsi devenu le logo de Museiarkeologi Sydost.

Pommeau d’épée, site de Sandby Borg. Photo Daniel Linskog.

 

Museiarkeologi Sydost, logo.

Ce site de l’île toute proche d’Öland est daté du Ve siècle de notre ère, soit l’ère des Migrations (folkvandringstid) selon la chronologie de l’âge du fer scandinave. Il est déjà surnommé « le petit Pompéi suédois » par certains ; en effet, les circonstances peu communes de l’abandon de ce site vers l’an 480, mises au jour depuis le début de la fouille en 2010, en font un site exceptionnel à tout point de vue, tant en ce qui concerne les vestiges mis au jour que les méthodes d’études employées et les questionnements historiques, éthiques et méthodologiques qui en découlent. La campagne 2017 a été effectuée entre le 18 septembre et le 14 octobre.

Sandby Borg, état actuel (cliché Sebastian Jakobsson)
 

Pour en savoir plus :
-Site internet du musée : http://kalmarlansmuseum.se/
-Site internet de l’université Linné : https://lnu.se/
-Site internet de Museiarkeologi Sydost : http://kalmarlansmuseum.se/arkeologi/
-Site internet du projet Sandby Borg : http://www.sandbyborg.se/en/home/
-Article de la revue Archaeology Magazine, par Andrew Curry, consacré à Sandby Borg : « Öland, Sweden. Spring, A.D. 480 » : https://www.archaeology.org/issues/207-1603/features/4158-sweden-sandbyborg-massacre

 

  1. Illustration de couverture : Photo Charles Viaut []

Le Matenadaran, sanctuaire des manuscrits d’Arménie

Au nord de la capitale arménienne, Erevan, se trouve un lieu à mi-chemin entre musée et bibliothèque. Et pour cause, le Matenadaran (մատենադարան), c’est à dire le “dépôt de manuscrits” en arménien ancien, relève des deux catégories : il s’agit du sanctuaire où sont conservés et partiellement exposés les trésors manuscrits de l’Arménie. Si le lieu est singulier, il succède pourtant à des dépôts ainsi nommés qui avaient été créés dans les monastères depuis la création de l’écriture arménienne au début du Ve siècle de notre ère. Le bâtiment actuel est récent ; l’idée de rassembler les manuscrits en un même lieu date de l’ère soviétique. Le bâtiment de béton, dont l’allure trahit autant l’architecture fonctionnaliste soviétique que la référence aux églises médiévales arméniennes, est achevé en 1957 et inauguré en 1959. Au bout de la grande avenue portant son nom, la statue de Mesrop Machtots, (Մեսրոպ Մաշտոց ), inventeur révéré de l’alphabet arménien aux alentours de 405, accueille le visiteur.

Le bâtiment principal du Matenadaran. Crédits photo : Charles Viaut

Continuer la lecture de Le Matenadaran, sanctuaire des manuscrits d’Arménie

Archéologie d’un site castral : l’exemple poitevin du château de Talmont

Entretien avec Charles Viaut, élève de quatrième année, qui termine cette année sa thèse d’École des chartes portant sur Du lieu de pouvoir à l’espace vécu. Pouvoirs, société, espaces bâtis et vie quotidienne au château de Talmont (XIIIe-XVe siècles), réalisée sous la direction de Nicolas Prouteau, maître de conférences en archéologie médiévale à l’université de Poitiers, et de Philippe Plagnieux, professeur d’histoire de l’art médiéval à l’école1.  Propos recueillis par Léo Davy.

Sur le même sujet on peut consulter le premier article consacré à cette recherche, publié sur Chroniques chartistes en date du 9 février 2016, afin de comparer les deux états de la recherche.

Comment as-tu choisi ce sujet ?

Je « pratiquais » déjà l’archéologie longtemps avant d’intégrer l’École, surtout sur le terrain. Pour le choix du sujet de thèse, j’ai eu, en première année, plusieurs idées de sujets portant sur des périodes antérieures, mais je me suis ensuite décidé pour la période médiévale. En début de deuxième année j’ai contacté Nicolas Prouteau en lui expliquant que je voulais travailler sur le Moyen Âge selon une méthode interdisciplinaire. Il est lui-même archéologue et prône cette approche plurielle des méthodes. C’est lui qui m’a proposé de travailler sur le château de Talmont qui faisait l’objet d’une opération de fouilles programmées et d’un projet de recherche commun entre l’université de Poitiers et l’INRAP. Il y avait une grande lacune archéologique sur la connaissance du château entre le second tiers du XIIIe siècle et le début du XVIe siècle : les données archéologiques étaient bien là, mais les bâtiments en élévation et le corpus documentaire des sources archivistiques et iconographiques étaient peu étudiés.

Continuer la lecture de Archéologie d’un site castral : l’exemple poitevin du château de Talmont

  1. Crédit photo de couverture : Julien Boureau, Conseil départemental de la Vendée []

La vida de Savary de Mauléon dans le chansonnier provençal I (BnF ms.fr. 854, f° 152r)

Au sein de la littérature médiévale de langue d’oc, la vida est un texte en prose racontant la vie d’un troubadour. La majorité de ces œuvres fut rédigée au XIIIe siècle, après l’apogée de la littérature occitane. Nombre d’entre elles ont été copiées dans les manuscrits dits “chansonniers provençaux”. Ces compilations de lyrique occitane, dont une grande partie est conservée au département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, furent pour la plupart composées en Italie du Nord au XIIIe siècle et au XIVe siècle. L’Italie fut en effet la principale terre d’élection des faidits ou “exilés”, seigneurs méridionaux, parmi lesquels de nombreux troubadours, qui durent quitter leur terre après la croisade des albigeois. C’est pour cette raison qu’au bas Moyen Âge, l’Italie est devenue le centre de gravité de la littérature de langue d’oc, tant en ce qui concerne la composition que la compilation de textes antérieurs.

Parmi ces recueils, le chansonnier provençal I, probablement réalisé en Vénétie dans le dernier quart du XIIIe siècle1, de même que son “jumeau”, le chansonnier provençal K, lui aussi conservé à la BnF.  Au sein des nombreuses vidas et œuvres de troubadours des XIIe et XIIIe siècles, on trouve notamment celle de Savary de Mauléon, seigneur poitevin du XIIIe siècle, sans doute composée par le troubadour Uc de Saint-Circq2.

Continuer la lecture de La vida de Savary de Mauléon dans le chansonnier provençal I (BnF ms.fr. 854, f° 152r)

  1. CAMPS (Jean-Baptiste), Les Manuscrits occitans à la Bibliothèque nationale de France, mémoire pour le diplôme de conservateur des bibliothèques, 2 t. , ENSSIB, 2010, t. 2, p. 8-9 []
  2. CAO CARMICHAËL DE BAGLIE (Martine), « Savary de Mauléon, chevalier troubadour poitevin, traîtrise et société aristocratique », in Le Moyen-Âge, revue d’histoire et de philologie, n°2, 1999, t. CV, p. 290 []