Tous les articles par Rédaction

Compte administrateur du carnet

Les vitraux légendaires du chœur de la cathédrale de Rouen

Entretien avec Axelle Goupy (promotion 2019), auteure d’une thèse soutenue en juin dernier, intitulée Un miroir de la mission canoniale et épiscopale au XIIIe siècle. Les vitraux légendaires du chœur de la cathédrale de Rouen, préparée sous la direction de Philippe Plagnieux, professeur d’histoire de l’art du Moyen Âge à l’École des chartes, et de Karine Boulanger, ingénieure d’études au CNRS et membre du Centre André Chastel. Propos recueillis par Léo Davy. Relecture et photographies de Julie Glodt.


Comment et pourquoi as-tu choisi ce sujet ?

J’avais été impressionnée par une conférence de Jean-Paul Deremble sur la verrière de saint Lubin à la cathédrale de Chartres, quand j’étais en classe préparatoire. Il expliquait que le vitrail n’est pas une simple transcription des textes bibliques ou légendaires, mais le reflet de la volonté d’un commanditaire, l’évêque ou le chapitre canonial dans le cas présent. C’est une fenêtre ouverte sur une partie de la pensée de cette époque. Travailler sur le vitrail me permettait aussi de me familiariser avec la conservation des monuments historiques, qui est la voie que j’envisage de poursuivre. Par l’intermédiaire de Philippe Plagnieux, Claudine Lautier m’a conseillé de me rendre dans un atelier de restauration pour apprendre à analyser des verrières et en faire la critique d’authenticité. Les vitraux de la cathédrale de Rouen se sont ensuite imposés en raison de leur beauté, d’abord, mais aussi parce qu’ils avaient été très peu étudiés, contrairement aux vitraux contemporains et infiniment plus célèbre de Chartres ou de Bourges.

Continuer la lecture de Les vitraux légendaires du chœur de la cathédrale de Rouen

Louis XIV et le masque de fer

À l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine 2019 consacrée au thème « Arts et divertissements », la Bibliothèque de l’École nationale des Chartes a ouvert ses portes en proposant six ouvrages au public. Le troisième article consacré aux collections de la BEC issu de cette série concerne Louis XIV et le Masque de fer, ou Les princes jumeaux de Jérôme Le Grand (1748-1817), publié en 17921. Article rédigé par Lou Delaveau, archiviste paléographe (prom. 2019) et élève conservatrice des bibliothèques.


Fig. 1. Page de titre (f. A1r). La tâche d’encre, indélébile, n’a pas pu être effacée lors de la restauration entreprise par la bibliothèque.

Continuer la lecture de Louis XIV et le masque de fer

  1. Bibliothèque de l’École des chartes, 8R248 []

La représentation des divertissements dans les gravures alsaciennes du XVIIIe siècle de l’Alsatia illustrata de Jean-Daniel Schoepflin

À l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine 2019 tournée vers les « Arts et divertissements », la Bibliothèque de l’École nationale des Chartes a ouvert ses portes en proposant six ouvrages au public. L’un d’entre eux, l’Alsatia Illustrata de Jean-Daniel Schoepflin (1694-1771), allie l’histoire alsacienne, l’histoire politique, des gravures et la représentation des divertissements. Article rédigé par Maxime Challon, étudiant de deuxième année du master Technologies numériques appliquées à l’histoire en spécialité Livres et medias.


Le XVIIIe siècle est riche d’histoires provinciales au service de l’historiographie royale : parmi elles, une histoire de Provence (BEnC, FR7) en 1723, une histoire du Languedoc (BEnC, FH16) entre 1730 et 1745, ou l’Alsace illustrée, Alsatia illustrata (BEnC, FH5), de J.-D. Schoepflin, entre 1751 et 1761. Bien que ces histoires ne soient pas destinées à l’évocation du divertissement, celui-ci est tout de même perceptible dans les gravures de l’œuvre de J.-D. Schoepflin. Jean-Daniel Schoepflin (1694-1771) est un Alsacien à l’époque des Lumières, professeur à l’université de Strasbourg dès 1720, contribuant à l’ « âge d’or » de cette université1. En 1740, il devient historiographe de France et du roi. Lorsqu’il publie l’Alsatia illustrata en 1751 et 17612, il attire l’admiration de ses contemporains par l’utilisation de la démonstration mathématique pour toutes ses analyses historiques, permettant ainsi de surpasser ses homologues européens écrivant eux aussi, sur le modèle de l’Italia illustrata de Biondo3 en 1438, l’histoire de leur pays ou de leur ville, d’un point de vue topographique, archéologique et historique.

Continuer la lecture de La représentation des divertissements dans les gravures alsaciennes du XVIIIe siècle de l’Alsatia illustrata de Jean-Daniel Schoepflin

  1. Voir : Voss, Jürgen, et Bernard Rolling. « Jean-Daniel Schoepflin (1694-1771) : un Alsacien de l’Europe des Lumières ». Société savante d’Alsace, 1999. https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb370791963. []
  2. L’écart de dix ans entre la publication des deux volumes s’explique par les longues recherches requises par ce travail, et par l’action de la censure royale sur le deuxième volume qui évoque la période récente de 1648-1761. []
  3. Biondo, Flavio, (1392-1463), historien, humaniste et archéologue de la Renaissance italienne. Il publie l’Italia illustrata en 1438, reprenant ses voyages personnels et décrivant l’histoire des 18 provinces italiennes depuis la République romaine à travers l’archéologie, l’histoire, l’histoire de l’art, la géographie et la littérature, s’inscrivant dans la Renaissance humaniste et la redécouverte de la langue et de la littérature latines. []

L’avènement des hephtalites et la première diffusion des étriers en fer vers l’Asie centrale 嚈噠的興起鐵馬鐙初傳中亞

Le 4 octobre 2018, Maliya AIHAITI a, dans le cadre des conférences Arkhéo PSL, présenté ses recherches. Cet article est issu de sa conférence. Il a été rédigé par LIN Meicun (林梅村), Professeur à l’Institut d’archéologie et de muséologie de l’Université de Pékin, et Maliya AIHAITI (馬麗亞·艾海提), Doctorante en recherche à l’Institut d’archéologie et de muséologie de l’Université de Pékin, et traduit par Adrien DUPUIS (顔典)


Les Hephtalites (Yeda 嚈噠) et les Xianbei du Liaodong 遼東鮮卑 partagent des origines communes. Ils proviennent des peuples dits Donghu 東胡 et parlent une langue altaïque de branche mongole. Ils se firent connaître des sources occidentales sous le nom de « Hephthalitai »1. À la fin du premier siècle ap. JC, suite à leur défaite contre la coalition formée entre les Han de l’Est et les Xiongnu du Sud, les Xiongnu du Nord se déplacèrent vers l’ouest, en Asie centrale. Les tribus Hephtalites et Xianbei du Liaodong en profitèrent pour migrer vers l’ouest et s’installer dans les steppes du Saibei (actuellement au nord de la Grande Muraille en Mongolie Intérieure). En 126, les huit grandes tribus hephtalites migrèrent des steppes du Saibei au piedmont septentrional des Tianshan. Ils assistèrent les Han de l’Est dans leur contre-attaque contre la tribu Huyan 呼衍 des Xiongnu du Nord aux monts Altaï. Ils étaient alors connus sous le nom de « huit Hua » (Ba Hua 八滑). Au piedmont septentrional des Tianshan, les Hephtalites côtoyèrent longtemps leurs voisins les tribus arrières des Jushi 車師, ce qui amena les chroniques historiques à décrire les Hephtalites comme une « autre sorte de Jushi ». Alors que les forces principales des Hephtalites se soient déplacées à l’ouest, des tribus résiduelles étaient restées dans les steppes du Saibei. Ceux-là étaient devenus, avec les tribus Gaoche 高車 de la vallée Chilechuan 敕勒川 des monts Yangshan 陽山 (actuels monts Daqingshan 大青山 en Mongolie Intérieure), des voisins de longue date, pour cela ils furent désignés dans les chroniques historiques comme une « autre sorte de Gaoche »2 . En 235 les Hephtalites quittèrent le piedmont septentrional des Tianshan pour migrer au sud des Jinshan 金山 (piedmont méridional des Altaï). Vers 460 ils s’imposèrent, depuis les monts Altaï, sur la vallée de l’Oxus (Amu-Daria) en Asie centrale. Étant alors la garde rapprochée du khagan des Rouran, les Hephtalites firent de nombreuses expéditions armées en Asie centrale, ils y prirent le contrôle de la route de la soie. Ainsi, les verres centrasiatiques offerts par les émissaires rouran aux Yan du Nord (Beiyan 北燕) provenaient des Hephtalites. Dans le même temps, au travers du khaganat rouran ou des échanges commerciaux de la route de la soie, ces derniers mirent la main sur les étriers, une invention xianbei. Ceux-ci permirent ainsi de renforcer considérablement la force de frappe de leur cavalerie. Cet article s’appuie sur les découvertes archéologiques et les recherches déjà menées. Il discute des vestiges laissés par les Hephtalites dans les monts Altaï et de la première diffusion des étriers en fer dans les steppes d’Asie centrale.

Continuer la lecture de L’avènement des hephtalites et la première diffusion des étriers en fer vers l’Asie centrale 嚈噠的興起鐵馬鐙初傳中亞

  1. Yu Taishan, Yeda shi yanjiu, Ji’nan, Jilu shushe, 1986, p. 10. []
  2. Maliya Aihaiti et Lin Meicun, « Saibei Yedaren mudi kao. Jianlun Hua Mulan de minzu guishu », Zhongyuan wenwu, n°5, 2017. []

Journée d’étude de l’Ademec : « intelligence artificielle et institutions patrimoniales »

L’Association des diplômés et des étudiants de master de l’École nationale des chartes (Ademec) organise, avec le soutien de l’École et de la Bibliothèque nationale de France, une journée d’étude intitulée « Intelligence artificielle et institutions patrimoniales : enjeux, défis et opportunités ». Cette journée aura lieu le 11 décembre de 9h30 à 17h45 sur le site François Mitterrand de la Bibliothèque nationale de France.

Les inscriptions sont à réaliser à cette adresse.


Programme prévisionnel

9h30-10h Ouverture de la journée par Michelle Bubenicek, directrice de l’École nationale des chartes et Nola N’Diaye, présidente de l’Ademec
10h-10h45 Conférence introductive « Intelligence artificielle et apprentissage automatique : des outils pour l’analyse et la valorisation du patrimoine », par Mathieu Aubry, chercheur à l’École des Ponts ParisTech
10h45-13h « Quand les institutions s’emparent de l’IA : les projets en cours »
10h45-11h30 Intervention à déterminer
11h30-12h15 « Data&Musée, l’analyse artificielle du big data au service du secteur culturel », par Jean-Claude Moissinac, maître de Conférences dans le groupe Multimédia au sein du département Image, Données, Signal de Télécom ParisTech
12h15-13h « Himanis, HIstorical MANuscript Indexing for user-controlled Search », par Jean-François Moufflet, conservateur du patrimoine aux Archives nationales
14h30-16h « Sessions parallèles : ateliers pratiques et conférence »
14h30-16h Conférence (Petit auditorium) « Panorama de l’intelligence artificielle et de ses outils », par Gautier Poupeau, architecte des données à l’Institut national de l’audiovisuel
14h30-16h Atelier 1 « IA et traitement de l’image », par Jean-Philippe Moreux, expert scientifique Gallica, Bibliothèque nationale de France
14h30-16h Atelier 2 « IA et traitement du texte », par Jean-Baptiste Camps, maître de conférences à l’École nationale des chartes
16h-16h15 Pause
16h15-17h30 Table ronde « Stratégies métier et perspectives institutionnelles : comment anticiper l’utilisation des Intelligences Artificielles dans nos institutions ? », animée par Gildas Illien, directeur des bibliothèques du Muséum d’Histoire Naturelle, avec la participation de Arnaud Beaufort, directeur général et directeur des services et réseaux (Bibliothèque nationale de France), Agnès Magnien, directrice déléguée aux collections (Institut national de l’audiovisuel), Pierre Ouzoulias, chargé de recherche au CNRS et sénateur, et Vincent Perrin, Technical Leader (Watson AI IBM France)
17h30-17h45 Conclusion de la journée