Tous les articles par Rédaction

Compte administrateur du carnet

Soutenances des thèses de la promotion 2019

Les soutenances de thèse de la promotion 2019 des archivistes paléographes auront lieu du 4 au 14 juin 2019. Elles seront présidées par M. Olivier Matteoni, professeur d’histoire médiévale à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, dans la salle Léopold-Delisle de l’École des chartes (65 rue de Richelieu, 75002 Paris).

Le vendredi 14 juin se tiendront, à 9h, la réunion plénière du jury, et à 10h30, la réunion du Conseil scientifique. Ces réunions auront lieu en Sorbonne (salle des Commissions, 47, rue des Écoles). À 12 h seront proclamés les résultats.

Mardi 4 juin
10h30-12h M. Léo Davy : Devenir connoisseur : figures, stratégies et pratiques de l’amateur non académique chez Louis Petit de Bachaumont (1690-1771)  MM. Guillaume Fonkenell et Dominique Poulot
14h-15h30 M. Emil Joubert : Deux « papyri mythologiques » funéraires de la BnF  Mme Chloé Ragazzoli et M. Youri Volokhine
15h30-17h Mme Aurélie Massie : La police du Châtelet de Paris (vers 1560 – vers 1610). Compétences, identités et pratiques des commissaires et sergents MM. Patrick Arabeyre et Olivier Poncet
17h-18h30 M. Paul Bastier : Louis XV chef de guerre. Cérémonial de cour et commandement (1741-1748) MM. Olivier Poncet et Olivier Chaline
Mercredi 5 juin
14h-15h30 Mme Marion Lavaux : Une aventure artistique “à toutes les gloires de la France” : préfiguration, mise en place et postérité du musée historique de Louis-Philippe (1794-1892) MM. Alexandre Maral et Alexandre Gady
15h30-17h Mme Anne-Sophie Grollemund : Charles E. Bohlen, l’homme-clé des relations franco-américaines à l’heure du grand malentendu transatlantique (1962-1968) MM. Jean-Pierre Bat et Olivier Forcade
Jeudi 6 juin
9h30-10h30 Mme Hombeline Aubigny : D’une affaire menacée à un commerce florissant : Les premiers pas de la maison de joaillerie Mellerio en république (1870-1914)  M. Éric Anceau et Mme Lydwine Scordia
10h30-12h Mme Hélène Fuchs : C’est mon journal » ? Le bimensuel Femina de la Belle Epoque aux Années folles (1901-1922) MM. Christophe Gauthier et Dominique Kalifa
14h-15h30 M. Jean Bernard : « Pour servir et profiter au seigneur commandeur ». L’architecture des commanderies des Templiers et des Hospitaliers en Franche-Comté  MM. Philippe Plagnieux et François Blary
Vendredi 7 juin
9h-10h30 Mme Florence Köll : Le « résumé de Paris » ? Le Palais-Royal de 1780 à 1815 : commerces, logements, divertissements  M. Guillaume Fonkenell et Mme Dominique Massounie
10h30-12h Mme Joséphine Grimm : Entre pièce intime et espace fantasmé. Formes, décor et usages du boudoir de 1726 à 1802 M. Guillaume Fonkenell et Mme Dominique Massounie
14h-15h30 Mme Julie Glodt : Carne amictus. Vêtir le prêtre, parer l’autel au temps de l’hyperréalisme eucharistique (fin XIIIe-début XVIe siècles) MM. Philippe Plagnieux et Alain Rauwel
15h30-17h Mme Axelle Goupy : Un miroir de la mission canoniale et épiscopale au XIIIe siècle. Les vitraux légendaires du chœur de la cathédrale de Rouen (1225-1230) Mme Karine Boulanger et M. Philippe Plagnieux
Mardi 11 juin
11h-12h30 Mme Jeanne Sébastien : Des chameaux et des hommes. Les voyages d’Odette du Puigaudeau en Mauritanie (1933-1961) Mmes Hélène Blais et Eve Netchine
14h-15h30 M. Gaëtan Lemaître : Le De Partibus Aedium de Francesco Maria Grapaldo. La pierre et l’eau. Édition critique et traduction du livre I, chapitres I et II. Mme Béatrice Charlet-Mesdijan et M. François Ploton-Nicollet
15h30-17h Mme Constance Langlade de Montgros : « Ad majorem Virginis Mariae gloriam ». Visages d’une tradition confraternelle immaculiste à Saint-Séverin (XIVe – XXe siècles)  MM. Olivier Poncet et Stefano Simiz
17h-18h30 M. Clément Dussart : Les graffitis de la période médiévale et de la première modernité. L’exemple du château de Selles à Cambrai MM. Nicolas Melard, Marc Smith et Mme Cécile Trefford
Mercredi 12 juin
9h-10h30 M. Thomas Martel : Stratégie et politique pendant la guerre du Rif (1921-1926) MM. Jérôme Pellistrandi et Pierre Vermeren
10h30-12h M. Antoine Boustany : L’œuvre des Capucins français à Constantinople. Aux confins des ambitions romaines et des politiques françaises en Orient (1881-1901)  Mmes Chantal Verdeil et Catherine Mayeur- Jaouen
14h-15h30 Mme Aude Ginestet : Gabrielle Réjane (1856-1920), comédienne et directrice de théâtre à la Belle Époque  M. Christophe Gauthier et Mme Pascale Goetschel
15h30-17h Mme Manon Lecaplain : De l’impudeur esthétique à l’obscénité artistique : les premières revues de modèles photographiques de nu à destination des artistes (1902-1914) Mme Sylvie Aubenas et M. Bertrand Tillier
Jeudi 13 juin
14h30-15h30 M. Jérémy Chaponneau : La librairie Millanges à Bordeaux au début du XVIIe siècle. Édition et étude de l’inventaire après décès de Jacques Millanges (1624) Mme Christine Bénévent et M. Jean-Dominique Mellot
15h30-17h Mme Marion Blocquet : L’imprimerie franciscaine de Jérusalem au service de la Terre sainte (1846-1969) Mme Christine Bénévent et M. Vincent Lemire
17h-18h30 Mme Lou Delaveau : Le revers de l’écaille. La sirène, entre nature et lecture, dans le livre imprimé à l’époque moderne (1475-1691/1692) Mme Christine Bénévent et M. Michel Pastoureau

 

Programme de la journée d’étude jeunes chercheurs ENC-EPHE

Les élèves et étudiants de l’École nationale des chartes et de l’École pratique des hautes études organisent les 20 et 21 mai 2019 une journée d’études de jeunes chercheurs sur le thème : “Tradition, transition, innovation”. Elle se tiendra dans la salle Delisle de l’École des chartes, au 65 rue de Richelieu.

Continuer la lecture de Programme de la journée d’étude jeunes chercheurs ENC-EPHE

Louis XV sur le front de la Guerre de Succession d’Autriche

Entretien avec Paul Bastier, élève de quatrième année qui soutiendra au mois de juin prochain sa thèse intitulée « Louis XV chef de guerre. Cérémonial de cour et commandement (1741-1748) » préparée sous la direction d’Olivier Chaline, professeur d’histoire moderne à Sorbonne Université, et d’Olivier Poncet, professeur des institutions et sources d’archives de l’époque moderne à l’École nationale des chartes. Propos recueillis par Léo Davy1.

Comment et pourquoi as-tu choisi ce sujet ? Avait-il déjà fait l’objet d’études historiques ?

L’expression « chef de guerre » s’inspire du titre d’un ouvrage sur César de Yann Le Bohec mais aussi d’un numéro de la Revue Historique des Armées sur ce thème. De 1744 à 1747 en particulier, Louis XV est véritablement un « chef de guerre » puisqu’il dirige nominalement l’armée royale. Le sous-titre de la thèse tempère ce portrait surprenant de Louis XV en guerrier : il s’agit de montrer l’intrication signifiante entre cérémonial de cour et commandement. C’est drapé dans le cérémonial et l’étiquette que Louis XV tient la main à la direction de la Guerre.

Continuer la lecture de Louis XV sur le front de la Guerre de Succession d’Autriche

  1. Photo de couverture : Le siège et la prise de Fribourg-en-Brisgau, 1744, Pierre Lenfant, Château de Versailles []

Appel à communication : Journées des jeunes chercheurs ENC-EPHE 2019


« Tradition, transition, innovation »


“Comme la vie elle-même, l’histoire nous apparaît un spectacle fuyant, mouvant, fait de l’entrelacement de problèmes inextricablement mêlés et qui peut prendre, tour à tour, cent visages divers et contradictoires” (Fernand Braudel, Écrits sur l’histoire, Paris : Flammarion, 2013, p. 20).

Tradition, transition et innovation. Ces trois mots touchent à l’évolution même des sociétés humaines depuis leurs origines et dans tous les aspects que celles-ci ont développés : organisation sociale, politique et institutions, idées religieuses et philosophiques, économie, arts et cultures, sciences et techniques, littératures et langages. Ils sont donc directement et entièrement en prise avec l’histoire. Leur succession pourrait laisser croire qu’ils résument grossièrement les différentes phases temporelles traversées par ces sociétés : passé, présent, futur. Or, c’est bien leur sens problématique qu’il s’agit d’interroger. Ces termes posent en effet des questions de la transmission et de la valeur de l’héritage qu’un individu, qu’une génération, ou qu’un pays transmettent. Ils interrogent donc les modes de réappropriation et d’adaptation, les notions de changement, de continuité, de progrès et de rupture, les courants novateurs et précurseurs et les forces de résistance ou d’opposition à l’œuvre. Ce sont également les multiples variations, parallèles et superposées, du temps qui entrent dans ce jeu complexe, tel que Fernand Braudel l’a mis en valeur au moyen des concepts de longue durée et de temporalité étagée. Ces évolutions peuvent se dérouler sur des siècles entiers, rester sourds aux oreilles des contemporains, et n’être révélés que par le travail a posteriori de l’historien, ou se manifester autour d’une chronologie resserrée de quelques mois ou années et marquer profondément la postérité. Le chercheur en histoire est lui-même au carrefour de ces questions : fils de son temps, ses intérêts, ses méthodes et ses références auront quelque incidence sur son travail. C’est donc à une réflexion sur le sens que peut revêtir une querelle des Anciens et des Modernes que cette journée invite.

Par ailleurs, il n’y a rien de plus concerné par cette réflexion que la dimension littéraire et philologique des textes, parce que les auteurs ont toujours relevé le défi de la comparaison avec leurs modèles, ainsi qu’avec la postérité. On est constamment confrontés à une tradition, nani gigantum humeris insidentes comme le disait Bernard de Chartres au XIIe siècle : qu’on la transmette ou qu’on la refuse, il s’agit de la renouveler. Cela vaut par exemple pour l’héritage de la littérature classique. Sa reprise, avec d’autres modèles, tels que la Bible ou les Pères de l’Eglise, croise les enjeux historiques de toutes les époques. Chaque étape entraîne de nouvelles innovations, d’autant plus quand l’évolution touche le changement de langage, comme pour le latin et les langues vulgaires, qui s’entremêlent et s’hybrident à partir du Moyen Âge. Quelle que ce soit la nature de l’échange, le rapport entre le passé, le présent et le futur se joue entre deux dimensions : la transmission intellectuelle et la transmission matérielle. Les textes sont copiés, souvent remaniés, ils voyagent avec les érudits, assurant la circulation des idées et un lien constant avec les ancêtres. C’est ainsi que la tradition se constitue, se déroule au fil des siècles, se réinvente dans une chaîne qui arrive jusqu’à nous.
Il en est exactement de même pour les œuvres d’art, sous n’importe quelle forme et quel que soit le contexte de création : l’évolution des matériaux, des techniques, des méthodes d’enseignement, du goût des commanditaires et du public, la diffusion des modèles et la mobilité des artistes concourent, chacun, à définir les modalités de la réception des traditions, de déroulement des transitions et d’élaboration des innovations dans un nœud particulièrement complexe, mais stimulant à comprendre.

Cette journée d’études interdisciplinaire est organisée par l’association Chroniques chartistes et les doctorants du Centre Jean-Mabillon de l’École des chartes et de l’école doctorale de l’EPHE. Elle est à destination de tous les jeunes chercheurs. Toutes les disciplines des sciences humaines et sociales sont envisagées : l’histoire en premier lieu, mais également l’histoire de l’art, l’archéologie, l’histoire du droit, la philologie, les lettres et la sociologie. De même, toutes les époques et toutes les régions géographiques peuvent être abordées. Les journées auront lieu les lundi 20 et mardi 21 mai 2019, dans les locaux de l’École des chartes, au 65 rue de Richelieu.

Les propositions de communication sont à envoyer avant le 14 janvier 2019 à l’adresse suivante :

chroniques.chartistes@chartes.psl.eu.


Les propositions peuvent être rédigées en français ou en anglais, et doivent être accompagnées des informations suivantes :
• Nom, prénom et courriel ;
• Titre de la communication et résumé en 400 mots maximum ;
• Cinq mots clés ;
• Une brève bio-bibliographie.

Comité d’organisation sous le contrôle scientifique de Frédéric Duval et de Patrick Arabeyre, directeur et directeur adjoint du Centre Jean-Mabillon : Linda Papi (EPHE), Elisa Lonati (EPHE), Alice Crowther (EPHE), Angela Cossu (EPHE), Laura Endress (CJM), Nicole Bergk-Pinto (CJM), Zhihuan Zhou (EPHE), Emmanuel Roumier (CJM), Léo Davy (ENC), Ewen Thual (ENC). 

Gouverner au nom du roi entre Renaissance et Guerres de Religion : Guy Chabot de Jarnac, gouverneur de La Rochelle

Élisabeth Sosson, archiviste paléographe (prom. 2018), a soutenu en juin dernier, sous la direction de MM. Olivier Poncet (Énc) et Laurent Bourquin (Le Mans Université), une thèse d’École des chartes consacrée à l’édition et à l’étude de la correspondance de Guy Chabot de Jarnac, protestant et gouverneur de La Rochelle (1559-1572). Propos recueillis par Claire Daniélou. 

Pour commencer : Qui est Guy Chabot de Jarnac ? Quelle a été sa formation ? Quels sont ses réseaux (familiaux, politiques…) ?

Guy Chabot serait né en 1508 et mort en 1584. Pour l’anecdote, il est l’auteur du « coup de Jarnac », expression qui l’a fait passer à la postérité. Il est issu d’une vieille famille de l’Ouest de la France, qui a connu une ascension sociale au cours des derniers siècles du Moyen Âge au service des princes locaux et des rois de France. Il fait ainsi partie de ce qu’on appelle la noblesse seconde, groupe à part d’envergure provinciale mais à l’influence importante.

C’est Philippe Chabot, amiral de Brion (v. 1492-1543), son oncle, qui devient son mentor. Guy Chabot effectue auprès de lui son apprentissage politique et guerrier. Il le suit sur les champs de bataille comme dans les intrigues de la Cour et assiste même son oncle en Angleterre où ce dernier est brièvement ambassadeur. Cette formation lui permet donc de s’intégrer dans un réseau de compagnons de guerre, notamment à la faveur des guerres d’Italie de François Ier et d’Henri II.

Continuer la lecture de Gouverner au nom du roi entre Renaissance et Guerres de Religion : Guy Chabot de Jarnac, gouverneur de La Rochelle