Tous les articles par Rédaction

Compte administrateur du carnet

Soutenances des mémoires de master « Technologies numériques appliquées à l’histoire » 2020

Les soutenances des mémoires de master « Technologies numériques appliquées à l’histoire » de la promotion 2019 se dérouleront du vendredi 16 octobre au vendredi 23 octobre 2020.  Les soutenances sont accessibles en ligne via le lien indiqué dans le planning.

Vendredi 16 octobre

10h-11h30 : Gwenaëlle Patat, sous la direction de Jean-Baptiste Camps et de Dominique Stutzmann, « L’étude des livres d’heures à la lumière du numérique. Le cycle de vie des données et des métadonnées – Analyser, Modéliser, Structurer, Visualiser ».

14h-15h30 : Maxime Challon, sous la direction de Thibault Clérice et de Gautier Poupeau, « Les référentiels en institutions patrimoniales : évolution des pratiques et repositionnement. L’exemple des référentiels de l’Institut national de l’Audiovisuel ».

16h-17h30 : Agathe Floderer, sous la direction de Thibault Clérice et de Bernadette Litzschgi,  » La valorisation numérique du fonds patrimonial d’une bibliothèque municipale – Le cas du Fonds patrimonial de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg ».

Lundi 19 octobre

9h30-11h : Jean-Damien Généro, sous la direction de Vincent Jolivet et d’Alix Chagué, « Valoriser le traitement automatique des données : le cas des Ouvriers des deux mondes« .

10h30-12h : Chloé Fize, sous la direction de Jean-Baptiste Camps et de Christopher Kermovant, « Archives et intelligence artificielle : pour un traitement inédit des données historiques, application à la recherche et au patrimoine privé ».

11h15-12h45 : Lucas Terriel, sous la direction de Thibault Clérice et d’Alix Chagué, « Représenter et évaluer les données issues du traitement automatique d’un corpus de documents historiques. L’exemple de la reconnaissance des écritures manuscrites dans les répertoires de notaires du projet LectAuRep ».

10h30-12h : Rebacca Britstow, sous la direction de Gautier Poupeau et d’Oliver Marlet, « Conserver et diffuser les données de la recherche archéologique : le cas de la base de données ICERAMM et
l’application des principes FAIR ».

 

Mardi 20 octobre

15h-16h30 : Caroline Corbières, sous la direction de Thibault Clérice et de Béatrice Joyeux-Prunel,  » Du catalogue au fichier TEI : Création d’un workflow pour encoder automatiquement en XML-TEI des catalogues d’exposition ».

 

Vendredi 23 octobre

10h-11h30 : Alexandre Bartz, sous la direction de Thibault Clérice et de Simon Gabay, « Un corpus de textes français classiques à l’épreuve de la philologie numérique ».

13h-14h30 : Paul Robert, sous la direction de Thibault Clérice et d’Ammar Ayoub, « Le traitement automatique du langage chez Google. Word2vec, un algorithme de machine learning ».

 

Soutenances privées

Morgane Rousselot sous la direction de Thibault Clérice et de Louisa Torres, « Décrire et étudier des collections de collectionneurs. Élaboration d’un modèle de données à partir des manuscrits du marquis de Paulmy. »

Lucie Slavik, sous la direction de Thibault Clérice, Arthur Provenier, Rémy Heme de Lacotte, « L’édition numérique de correspondance, à travers deux applications sur des corpus du XIXe siècle : la correspondance de Frédéric Le Play (CRHXIX) et ELICOM (Labex
OBVIL) ».

Auriane Quoix, sous la direction d’Ariane Pinche et de Béatrice Joyeux-Prunel, « Interopérabilité et diffusion de données en histoire de l’art : implémentation de IIIF au sein du projet VISUAL CONTAGIONS ».

Anne Brunet, sous la direction de Vincent Verdese et de Fabien Zepparelli, « La (ré)informatisation des services d’archives : enjeux et améliorations des reprises de données ».

Mathilde Daugas, sous la direction de Vincent Verdese et d’Isabelle Dion, « Le projet de base de données sur le personnel colonial français des archives nationales d’outre-mer : classement et harmonisation des données ».

Edward Gray, sous la direction de Julien Pilla et de Viviane Cattane, « La conservation et la valorisation du patrimoine audiovisuel dans les bibliothèques des écoles d’art : le cas des captations des ateliers de rencontres de l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs ».

Jean-Luc Mirepoix, sous la direction de Thibault Clérice et de Padraic Moran, « Gloss Engine: Construire un projet d’étude collaborative des gloses. »

Programme de la journée d’étude ENC/EPHE 2020

Formuler l’hypothèse, établir la preuve :
du travail sur les sources à l’écriture de l’histoire

Journées de jeunes chercheurs
28 et 29 octobre 2020

 

MERCREDI 28 OCTOBRE

Centre de colloques du Campus Condorcet
salle 100, place du Front Populaire, 93322 Aubervilliers cedex

9h : Accueil des participants

9h30 : Introduction par Michelle Bubenicek, directrice de l’ENC ; Présentation générale par les organisateurs

10hConférence inaugurale par Xavier Prévost (Université de Bordeaux, Institut universitaire de France)

 

10h45 : L’historien face à la question de la preuve juridique

Modérateur : Xavier Prévost (Université de Bordeaux, Institut universitaire de France)

10h50 : Enora Peronneau Saint-Jalmes : Les archives du viol au XVIIIe siècle : de la preuve juridique à   l’hypothèse historique.

11h25 : Allan Deneuville : Forensic Architecture, constituer l’archive, établir la preuve.

11h50   : Discussion

12h20  : Pause déjeuner

 

14h30 : Les interprétations à l’épreuve de la recomposition et du silence des documents

Modérateur : Marc H. Smith (ENC/EPHE)

14h35 : Pierre Fabry : De l’usage des preuves juridiques comme sources historiques.   Écriture et réécriture de l’histoire en Provence médiévale.

15h00 : Nadège Corbière : La question in aula et le problème d’identification des questions   universitaires médiévales.

15h25 : Rémi Demoen : Consigner la parole municipale : les registres délibératifs   amboisiens face aux évènements de la Conjuration de 1560.

15h50  : Discussion

16h20 : Fin de la première journée

 

JEUDI 29 OCTOBRE

École nationale des chartes
salle Léopold-Delisle
65 rue de Richelieu, 75002 Paris

9h30 : Accueil

9h55 : Quelles hypothèses et preuves possibles en histoire de   l’art ?

Modérateur : Nathalie Montel (École des Ponts Paris Tech)

10h00  : Baptiste Roelly : La preuve par le style ? Histoire de l’art et probatio diabolica à l’exemple de Hans Leu le Jeune.

10h25  : Olimpia Ratto Vaquer : Les dessins de Giuliano Da Sangallo comme source d’investigation pour les antiquités : relecture et re-analyse des   reliefs et des représentations.

10h50 : Joséphine Grimm : Éclairer la réalité d’une pièce : démystifier et redéfinir le boudoir du XVIIIe siècle.

11h15 Camille Napolitano : Écrire une histoire de l’architecture à l’épreuve de l’éphémérité. Les pavillons d’expositions universelles et internationales.

11h40  Discussion

12h10  Pause déjeuner

 

14h30 : Réécriture de l’histoire et déconstruction des preuves

Modérateur : Jean-Marie Moeglin (EPHE)

14h35 : Julien Régibeau et Alexandre Goderniau : Méthode indiciaire et cas limite : deux approches des sources de la   première Modernité pour faire pièce à l’usage de la source comme exemple.

15h00 : José Simoes : Déconstruire la mémoire des espaces. Approche scientifique et méthodologique d’un travail autour de l’historiographie médiévale.

15h25  : Discussion                    

15h55  : Conclusion

 

Comité d’organisation sous le contrôle scientifique de d’Olivier Poncet, professeur à l’École nationale des chartes : Marie Bolot (ENC); Alice Crowther (EPHE) ; Léo Davy (INP) ; Elisa Lonati (EPHE) ; Camille Napolitano (EPHE) ; Loïc Pierrot (ENC) ; Andrea Pistoia (EPHE) ; Olimpia Ratto Vaquer (EPHE) ; Emmanuel Roumier (CJM).

Image d’illustration : Portrait d’un chercheur ou Archimède, Domenico Fetti, 1620, Dresde, Musée Alte Meister.

Soutenances des thèses de la promotion 2020

Les soutenances des thèses de la promotion 2020 des archivistes paléographes auront lieu entre le 2 et le 10 juin 2020. Elles seront présidées par Pascal Ory, professeur émérite à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Contrairement aux années précédentes, elles ne seront pas publiques en raison du contexte sanitaire actuel, mais elles se tiendront à distance, en visioconférence.

Mardi 2 juin

9h-10h30 Mme Sarah Rigaudeau : Rédiger son testament selon le droit canonique au Moyen Âge (XIIe-XVe siècle) MM. Patrick Arabeyre et Franck Roumy
11h-12h30 Mme Louise Gousseau-Kotwica : Le Décor et le Métier. Lucien Aguettand-Blanc, architecte-décorateur de cinéma (1901-1969) M. Christophe Gauthier et Mme Pascale Goetschel
14h15-15h45 Mme Clémence Becquet : La Compagnie de Fives-Lille. Heurs et malheurs d’un fleuron de l’industrie mécanique et métallique française (1861-1958) MM. Édouard Vasseur et Dominique Barjot
16h15-17h45 Mme Claire Colin-Bazin : Une épopée jésuite sur la Genèse. Traduction et commentaire des trois premiers livres de la Sarcotide de Jacob Masen parue en 1654 MM. François Ploton-Nicollet et Marc Smith

Jeudi 4 juin

9h-10h30 M. Julien Portal : Une paraphrase poétique des miracles du Christ à l’époque de la Réforme catholique : le Thevrgicon sive de miracvlis Christi (1644) de François Vavasseur M. François Ploton-Nicollet et Mme Émilie Seris
11h-12h30 M. Quentin Schoumacher : Le Duc, le Châtelain et le Territoire. La châtellenie d’Allinges-Thonon sous le règne du duc de Savoie Charles II (1504-1536) MM. Guido Castelnuovo et Laurent Perrillat
14h15-15h45 Mme Pia Ragaldiès : Italie, design et politique : fabrique d’un modèle et transferts culturels vers la France (1964-début des années 1990). Étude fondée sur les archives de Gruppo Strum et Studio 65 à Turin  Mmes Agnès Callu et Elena Dellapiana

Vendredi 5 juin

9h-10h30 Mme Alice de Brémond d’Ars : Eugène Renduel : parcours d’un éditeur au siècle des Romantiques MM. Christophe Gauthier et Jean-Charles Geslot 
11h-12h30 M. Pierre-Marie Bartoli : Les Dieux du kiosque. L’apparition des vedettes sportives et les enjeux de leurs représentations dans la presse illustrée française de 1924 à 1939 MM. Christophe Gauthier et Bertrand Tillier
14h15-15h45 Mme Alissar Lévy : Du quadrivium aux disciplinae mathematicae : histoire éditoriale d’un champ disciplinaire en mutation (1480-1550). Une recherche de bibliographie matérielle et d’histoire sociale du livre à Paris au XVIe siècle Mmes Christine Bénévent, Joëlle Ducos et Isabelle Pantin

Lundi 8 juin

9h-10h30 M. François Mottais : Haec qvaliacvmqve svnt […] pvblicvm accipiant : la réception des Silves de Stace chez les poètes de l’Antiquité tardive MM. François Ploton-Nicollet et Vincent Zarini

Mardi 9 juin

9h-10h30 M. François Bouquet : L’Avènement du chevalier à la massue. Écriture, incarnations et appropriation de l’Hercule bourguignon de Philippe le Hardi à Philippe le Beau (1363-1506)  M. Philippe Plagnieux et Mme Chrystèle Blondeau
11h-12h30 Mme Hortense de Reviers de Mauny : Le Maître du retable de Beaussant. Redécouverte d’un enlumineur angevin du XVe siècle M. Philippe Plagnieux et Inès Villela-Petit
14h15-15h45 M. Pierre Fabry : La Maison de Baux, construction politique et culture lignagère (milieu XIIe – début XIVe siècle) MM. Olivier Guyotjeannin, Florian Mazel et Jacques Chiffoleau
16h15-17h45 Mme Élisabeth Charron : Le Lion et la Couronne. Les Estouteville, le roi et le royaume de France, vers 1350 – vers 1480  MM. Olivier Guyotjeannin et Olivier Mattéoni

Mercredi 10 juin

9h-10h30 M. Aurélien Arnaud : Les Chemins de l’exode : l’évacuation des collections publiques françaises pendant la Seconde Guerre mondiale. L’exemple des musées des beaux-arts de Lille, Cambrai et Valenciennes Mme Laurence Bertrand-Dorléac et M. Arnaud Bertinet
11h-12h30 Mme Enora Peronneau-Saint-Jalmes : Crimes sexuels et société à la fin de l’ancien régime. Le viol à Auxerre et à sens au XVIIIe siècle MM. Olivier Poncet et Reynald Abad
14h15-15h45 Mme Florine Jaosidy : Une mystique du cœur à l’âge baroque. L’exercice des dix jours du père Joseph du Tremblay M. Olivier Poncet et Benoist Pierre
16h15-17h45 M. Nathanaël Valdman : Sur les chemins de l’Empire. Voyages princiers, politique et lien social dans le Saint-Empire (XVIe-XVIIe siècles)  M. Olivier Poncet et Christophe Duhamelle

Le De arte rhetorica (Venise, 1521)

À l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine 2019 consacrée au thème « Arts et divertissements », la Bibliothèque de l’École nationale des Chartes a ouvert ses portes en proposant six ouvrages au public. Le quatrième article consacré aux collections de la BEC issu de cette série concerne l’ouvrage De arte rhetorica, publié à Venise en 1521 par Alde Manuce et Andrea Torresano1. Article rédigé par Alissar Lévy.


In hoc volumine haec continentur. Rhetoricorum ad C. Herennium lib. IIII. M.T. Ciceronis de inventione lib. II. Ejusdem de oratore ad Quintum fratrem lib. IIII. Ejusdem de claris oratoribus, qui dicitur Brutus : lib.I. Ejusdem orator ad Brutum lib. I. Ejusdem topica ad Trebatium lib I. Ejusdem oratoriae partitiones lib. I. Ejusdem de optimo genere oratorum praefatione quaedam. Index rerum notabilium, quae toto opere continentur, per ordinem alphabeti. (Venetiis in aedibus Aldi, et Andreae soceri mense octobri M. D. XXI).
Venise : Alde Manuce et Andrea Torresano, 1521, in-4.
262 f. ch. : [16] 1-245 [1] ; sign. *-**8, a-k8, l4, m-z8, A-G8, H10.

Page de titre

Entre la fin du Moyen Âge et la Renaissance, les étudiants de la Faculté des arts représentent une part considérable du public de l’imprimé : technologie récente qui se développe principalement dans les villes universitaires, les centres épiscopaux et les carrefours marchands. Beaucoup de libraires-imprimeurs consacrent une part importante de leur production à la publication des textes scolaires, qui peuvent être aisément commercialisés et qui sont pour cette raison avantageux sur le plan financier.

Le libraire-imprimeur humaniste Alde Manuce est l’un des plus célèbres éditeurs de textes scolaires de la Renaissance. Il exerce à Venise de 1494 à 1515, et est connu entre autres pour avoir inventé la typographie italique. Il est reconnaissable par sa marque à l’ancre et au dauphin, et par sa devise qui dit « hâte-toi lentement ». Homme d’érudition, Alde Manuce échange avec nombre d’auteurs savants de son temps, rédige des textes et prépare lui-même des publications destinées aux étudiants de l’université. Il est ainsi à l’origine d’un recueil de textes de Cicéron sur la rhétorique, qu’il imprime pour la première fois en 1514 avec son beau-fils, Andrea Torresano. L’ouvrage est précédé d’une préface d’Alde à Andrea Navagero, poète italien et homme politique qui participe plus tard à la libération de François Ier en 1526, prisonnier de Charles Quint à Madrid2. Comme d’autres publications scolaires de succès, ce recueil de textes sur la rhétorique est plusieurs fois réédité, en 1518, 1521, 1533 et ainsi de suite. L’édition que nous avons ici est celle de 1521.

En effet, même si Venise n’est pas une ville universitaire, elle est un pôle commercial important, qui produit des livres et les diffuse dans toute l’Europe. Les éditions italiennes sont de manière générale connues pour leur qualité esthétique et leurs influences humanistes, préférant par exemple aux caractères gothiques les typographies romaines et italiques. En outre, les libraires-imprimeurs italiens sont les premiers à faire de l’imprimerie un métier à part entière, au même titre que les autres métiers, avec des droits et des devoirs encadrés par les autorités : le « privilège », ancêtre du copyright anglais, apparaît pour la première fois à Venise en 1469, pour interdire, à la demande du libraire-imprimeur, la reproduction d’un matériel d’impression, et plus tard, d’un livre imprimé. Dans cet ouvrage, au bas de la page de titre, une mention rappelle l’existence d’un privilège pontifical successivement accordé par Alexandre VI (le pape Borgia), Jules II et Léon X, interdisant la reproduction des caractères italiques inventés par Alde, utilisés dans cette publication.

Dès le vivant d’Alde Manuce, les éditions aldines sont très prisées. Certains exemplaires de la première édition de ce texte furent par exemple imprimés sur vélin, comme des objets de luxe, à côté des exemplaires plus ordinaires, imprimés sur papier. Ces exemplaires de luxe n’étaient certainement pas destinés aux étudiants, mais à des prestigieux correspondants que le libraire-imprimeur souhaitait présenter. Dans le même temps, des libraires-imprimeurs aux pratiques douteuses contrefaisaient des éditions aldines, en imitant la marque et l’adresse d’Alde Manuce, pour mieux commercialiser des livres d’une moindre qualité, ce qui aurait amené l’imprimeur Vénitien à publier une affiche contenant les instructions pour bien reconnaître ses éditions.

Sur le long terme, les éditions aldines font parfois l’objet d’un véritable entretien bibliophilique, comme en témoigne cet exemplaire aujourd’hui conservé à la bibliothèque de l’École des chartes. Il s’agit en effet à l’origine d’un exemplaire ordinaire, à en croire les mentions manuscrites du XVIe siècle, peut-être apposées par des étudiants, et la reliure en parchemin souple, courante elle aussi sur les livres scolaires. Ensuite, entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle, l’ouvrage intègre la bibliothèque du collectionneur Charles Claude-Marie Casati (1833-1919), qui a fait estamper son nom en lettres dorées sur le plat de la reliure. Or Casati a donné un grand nombre de livres anciens à l’École des chartes et nous savons qu’il ne faisait pas graver son nom sur tous les ouvrages qu’il possédait.

Plat de reliure avec le nom latinisé de Charles Casati

 

 

 

  1. Bibliothèque de l’École des chartes, 2xe 8R178 []
  2. Chevallier Raymond, « Un panorama de l’archéologie espagnole au XVIe siècle : note sur le Voyage en Espagne d’Andrea Navagero (1524-1526) », Mélanges de la Casa de Velázquez, tome 27-1, 1991, p. 139-147. []

La diplomatique contemporaine de Dakar à la Sorbonne : Itinéraire franco-africain d’une science des archives

Article rédigé par Yaboul Banwame, archiviste diplômé de l’École de Bibliothécaires, Archivistes et Documentalistes (EBAD) de l’Université cheikh Anta Diop de Dakar et étudiant en Master Technologies numériques appliquées à l’histoire (TNAH) à l’École nationale des chartes.


Science de la critique interne et externe des actes sous le rapport de leur forme, de leur tradition et de leur genèse1, la diplomatique née en 1681 à l’issue de controverses entre Dom Jean Mabillon2 et Daniel Van Papenbroeck sur l’authenticité ou non de certaines chartes de l’abbaye de Saint-Denis, a été appliquée exclusivement à des sources d’archives médiévales à ses débuts. C’est dire en termes clairs que pendant au moins les deux premiers siècles suivant la naissance de la diplomatique, le discrimen veri ac falsi3 ne portait que sur des corpus médiévaux4. Cependant, la diplomatique sortira peu à peu de sa médiévalité exclusive et s’intéressera aussi à des sources d’archives issues de l’époque moderne avant de s’étendre lentement et progressivement aux archives contemporaines. Ainsi, pouvons-nous distinguer trois grandes branches de la science diplomatique si nous nous basons sur des considérations purement temporelles : il s’agit des diplomatiques médiévale, moderne et contemporaine.

Si de nos jours toutes ces branches de la diplomatique sont inclues dans les curricula de formation des archivistes-paléographes diplômés de l’École nationale des chartes, il n’en demeure pas moins que leur intégration auxdits curricula n’est pas faite au même moment. En effet, les diplomatiques médiévale et moderne ont su très vite se gagner une place à la Sorbonne ; ce n’est que plus tard, dans les années 1980, que la diplomatique contemporaine, bien que contestée par certains universitaires à cette époque, aura droit à une partie de la nouvelle chaire consacrée à l’histoire des institutions et à l’archivistique contemporaines confiée à un éminent chartiste connu de la majorité des archivistes africains. Qui est cet éminent chartiste en question ? Qu’est-ce qui pourrait bien expliquer son intérêt vis-à-vis de la diplomatique contemporaine ? Comment est née cette branche de la diplomatique et que dire de son extension à l’échelle mondiale ?

Dans le présent article consacré à l’histoire de la diplomatique contemporaine, il sera essentiellement question de retracer succinctement l’itinéraire franco-africain suivi par ladite science, de ses origines à nos jours.

Continuer la lecture de La diplomatique contemporaine de Dakar à la Sorbonne : Itinéraire franco-africain d’une science des archives

  1. Définition donnée par le Vocabulaire international de la diplomatique : https://www.cei.lmu.de/VID/ []
  2. Delumeau (Jean), « Dom Mabillon, le plus savant homme du royaume. » In: Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 151ᵉ année, N. 4, 2007. pp. 1597-1604, www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_2007_num_151_4_91566 []
  3. Distinguer le vrai du faux, finalité première du diplomatiste. []
  4. Guyotjeannin (Olivier), « La diplomatique médiévale et l’élargissement de son champ. » In: La Gazette des archives, n°172, 1996. De la diplomatique médiévale à la diplomatique contemporaine (actes du colloque organisé par l’École nationale des chartes et la Bentley historical Library de l’université de Ann-Arbor [Michigan, États-Unis], Paris, 6-10 juillet 1992 et Ann-Arbor, 5-9 juillet 1993) pp. 12-18. www.persee.fr/doc/gazar_0016-5522_1996_num_172_1_3386 []