Tous les articles par Claire Daniélou

Archiviste paléographe, promotion 2017, conservatrice stagiaire des bibliothèques (DCB27).

Les films fixes, un média obsolète à redécouvrir (2) : quelles ressources ?

Ce billet complète l’article précédent intitulé “Les films fixes, un média obsolète à redécouvrir (1) : historique” dans lequel je m’intéressais à l’histoire de ce média, à ses formes et à ses usages.

Les films fixes, un média obsolète à redécouvrir (1) : historique

Il m’a paru opportun, dans un but de valorisation, de rendre également compte des ressources disponibles sur le sujet, à la fois des sources primaires et de la bibliographie existante. Ce billet résulte donc de trouvailles – sur les appareils et sur les films fixes en eux-mêmes -, découvertes et interrogations, principalement à partir de bibliothèques numériques et de publications en ligne.

Les appareils de projection

Il faut évidemment s’intéresser aux appareils de visionnement des films fixes pour en comprendre l’usage. Plusieurs collections d’appareils (Pathéorama, Camérafix…) sont identifiables en ligne. L’intérêt, c’est de découvrir, outre l’aspect des visionneuses, qui a fortement varié dans le temps, les caractéristiques techniques de l’objet : dimensions, poids, manière d’insérer la bobine ou encore malette de transport…

Continuer la lecture de Les films fixes, un média obsolète à redécouvrir (2) : quelles ressources ?

Les films fixes, un média obsolète à redécouvrir (1) : historique

C’était un drôle d’objet. Une petite boîte de métal aux coins irrégulièrement arrondis, avec une ouverture rectangulaire au milieu et en face d’elle une minuscule lentille, de la taille d’un euro. On devait glisser par le haut un morceau de film – du vrai film, avec perforations – que pressait une roulette de caoutchouc, et en tournant un bouton relié à la roulette le film se déroulait image par image. À vrai dire chaque image représentait une scène différente, de sorte que le spectacle s’apparentait plus à une lecture de diapositives qu’à du home cinema, mais ces scènes étaient des plans, magnifiquement reproduits, de films célèbres, Chaplin, Ben Hur, le Napoléon d’Abel Gance… Si on était riche on pouvait introduire la petite boîte dans une espèce de lanterne magique et projeter sur le mur (ou sur un écran, si on était très riche). Je devais me satisfaire de la version minimale : appuyer l’œil sur la lentille, et regarder. Ce bidule aujourd’hui oublié s’appelait Pathéorama.

Chris Marker, “C’était un drôle d’objet”.
Extrait de La Jetée (1962) de Chris Marker.

D’après la définition donnée de la Cinémathèque Robert-Lynen, les films fixes sont des “rouleaux de pellicule 35 mm (…) qui comportent majoritairement des photos, mais aussi des dessins ou encore des cartes de géographie et parfois accompagnés de textes. Ils étaient destinés à accompagner des cours, des conférences, etc. D’apparence, on pourrait les identifier à des pellicules de type Kodak, mais contrairement à ces dernières, les vues d’un film fixe sont positives et non en négatif”1.

Continuer la lecture de Les films fixes, un média obsolète à redécouvrir (1) : historique

  1. Site de la Cinémathèque Robert-Lynen, consulté le 8 mars 2019. []

La bibliothèque, outil de rénovation urbaine ? Compte-rendu d’une session du 64e congrès de l’ABF

Du 7 au 9 juin derniers, j’ai eu la chance de me rendre au 64e congrès de l’Association des Bibliothécaires de France qui a eu lieu à La Rochelle, en tant qu’élève conservatrice à l’Enssib. Si ce congrès était l’occasion de découvrir La Rochelle et sa BM-BU ainsi que d’assister à de multiples sessions, je souhaitais surtout rendre compte ici d’une table-ronde qui m’a paru illustrer avec pertinence ce que peut la bibliothèque — thème à l’honneur du congrès cette année1, autour de la question de la rénovation urbaine. Animée par Pascal Ferri, la table-ronde faisait entendre des points de vue variés : lecture publique à Champigny-sur-Marne, enseignement supérieur et recherche au campus Condorcet et en dernier lieu un regard rétrospectif sur l’architecture des bibliothèques publiques des trente dernières années.

Continuer la lecture de La bibliothèque, outil de rénovation urbaine ? Compte-rendu d’une session du 64e congrès de l’ABF

  1. Le thème de cette édition 2018 étant “À quoi servent les bibliothèques ?”. []

“Les sources inédites en histoire”, journée de jeunes chercheur.se.s

L’association Chroniques chartistes et les doctorants du Centre Jean Mabillon organisent, avec le concours de l’École nationale des chartes et du Centre Jean-Mabillon, une journée d’étude qui se propose d’aborder la question des sources inédites en histoire et de permettre à de jeunes chercheur.se.s de réfléchir ensemble à un des enjeux méthodologiques de leur travail.

Elle se tiendra à l’École nationale des chartes les 25 et 26 mai 2018, en salle Jules Quicherat.

Le présent appel à communication s’adresse aux archivistes paléographes diplômé.e.s ou en formation, aux étudiant.e.s et diplômé.e.s des masters de l’École nationale des chartes et aux doctorant.e.s du Centre Jean-Mabillon. Les propositions de communication sont à adresser avant le 1er décembre 2017 aux adresses mentionnées dans le texte joint à cette annonce.

Culpeper, Virginia. La conservation de l’audiovisuel à la Bibliothèque du Congrès

Le vendredi 14 octobre dernier, dans le cadre de mon stage de 3 mois à Baltimore aux Sheridan Libraries de l’Université Johns Hopkins, j’ai eu la chance de visiter un centre de conservation de la bibliothèque du Congrès dont les missions, l’histoire et l’architecture sont très particulières : le National Audio-Visual Conservation Center (NAVCC) sur le campus de Packard1Il s’agit du principal site sur lequel la bibliothèque du Congrès conserve des documents audiovisuels de formats et supports variés : du film, mais aussi de la vidéo, la télévision, la radio, des enregistrements sonores ainsi que des jeux-vidéos, qui forment une collection forte de près de 6,2 millions de documents.

Continuer la lecture de Culpeper, Virginia. La conservation de l’audiovisuel à la Bibliothèque du Congrès

  1. Du nom de David W. Packard, fils du co-fondateur de la société Hewlett-Packard, mécène très actif pour la conservation des supports d’images animées, qui a financé le site. []