Tous les articles par Alice Laforêt

Archiviste paléographe et conservatrice stagiaire des bibliothèques.

La sirène dans le livre imprimé de l’époque moderne

Rencontre avec Lou Delaveau, élève de quatrième année, qui soutiendra le 13 juin sa thèse intitulée « Le revers de l’écaille. La sirène, entre nature et lecture, dans le livre imprimé à l’époque moderne (1475-1691/1692) », sous la direction de Christine Bénévent (École nationale des chartes) et de Michel Pastoureau (École pratiques des hautes études). Propos recueillis par Alice Laforêt.


Ta thèse s’intitule « Le revers de l’écaille. La sirène, entre nature et lecture, dans le livre imprimé à l’époque moderne (1475-1691/1692) » Sur quel corpus t’es-tu appuyée pour tenter de circonscrire une définition livresque de la sirène ?

Savoir ce qu’est une « sirène » dans la production textuelle de l’époque moderne est la grande problématique de mon travail. J’avais été frappée par le fait que certains travaux antérieurs plaquaient rétrospectivement sur des représentations de monstres féminins hybrides le nom de « sirènes » en suivant un processus de reconnaissance qui me paraissait discutable. Cet étonnement en tant que lectrice a sans doute joué un rôle déterminant dans la définition du périmètre de mes recherches, qui portent donc sur la réception des portraits de la sirène offerts aux lecteurs de la première modernité. Tenter de circonscrire une définition s’avère en effet particulièrement complexe, la sirène étant un monstre à la fois hybride et mouvant. C’est par cette approche critique de la terminologie et la prise en compte du livre comme une source à part entière que j’ai souhaité rendre ma thèse originale.
Pour constituer un corpus cohérent et le plus exhaustif possible, j’ai avant tout établi une liste d’ouvrages zoologiques et tératologiques, et retenu ceux qui évoquaient la sirène après avoir consulté leurs tables des matières et leurs index. Je me suis également appuyée sur des encyclopédies ou traités de référence qui accordent à l’époque une large place aux monstres marins en général. Pour le versant numérique de mes explorations, j’ai effectué une recherche d’images dans diverses bases de données afin de retrouver les livres qui les comportaient. Enfin, j’ai travaillé à partir de Google Livres : j’ai établi un formulaire de recherche à partir de vingt-deux orthographes différentes du terme « sirène », ce qui a fait remonter un certain nombre d’ouvrages que mes méthodes précédentes n’avaient pas permis de repérer – notamment des livres qui ne constituaient pas des traités zoologiques ou tératologiques en tant que tels, mais qui pouvaient comporter une définition de la sirène. L’un des enjeux de la constitution de ce corpus était de ne pas plaquer un regard anachronique sur cette créature complexe : le corollaire a été de constituer un corpus de textes documentaires traversant assez largement ce que l’on considérerait aujourd’hui comme des disciplines différentes.

Continuer la lecture de La sirène dans le livre imprimé de l’époque moderne

Innover en bibliothèque : le congrès de l’Association des Bibliothécaires de France

Le 62e congrès de l’Association des Bibliothécaires de France s’est tenu cette année du 9 au 11 juin à Clermont-Ferrand (notons que le dernier congrès à s’être déroulé dans cette ville date de mai 68 – faut-il y voir un signe des temps ?) Le congrès de 2015 avait eu lieu à Strasbourg, et avait pour thème « Bibliothèques en tension. » Cette année, c’est sous le signe plus optimiste de l’innovation en bibliothèque que l’association avait souhaité placer cette rencontre.

Continuer la lecture de Innover en bibliothèque : le congrès de l’Association des Bibliothécaires de France

Représenter l’arbre dans les herbiers : l’exemple du gattilier

Le Moyen Âge nous a légué de nombreux herbiers enluminés, réalisés pour la plupart aux XIVe et XVe siècles. Ces manuscrits sont parsemés de centaines d’illustrations de plantes et sont une source privilégiée pour l’historien de la botanique.

Les savants médiévaux mènent une réflexion approfondie sur les catégories du monde végétal. L’agnus castus (Vitex Agnus Castus selon la nomenclature de Linné, gattilier en français moderne) en est un bon exemple. Il s’agit d’un arbuste pouvant atteindre des tailles très variables et qui pousse surtout à la faveur du climat méditerranéen. Ses fleurs, bien reconnaissables, forment des épis bleu violacé ou rose. L’identité de cette plante varie beaucoup d’un texte à l’autre : certains encyclopédistes la qualifient d’herbe, d’autres d’arbre, d’arbrisseau, de « petit arbret », ou de « plante qui est de la grandeur des arbres… ». Les autorités antiques elles-mêmes ne sont guère déterminées sur la nomenclature à associer à ce végétal, ce qui laisse une certaine liberté d’interprétation aux compilateurs médiévaux.

L’iconographie botanique relaie les hésitations terminologiques concernant cette plante. L’agnus castus est souvent représenté comme une plante herbacée (figure 1), de petite taille, ramifiée dès la base : c’est le modèle dominant. Cependant, d’autres manuscrits donnent à voir une image bien différente de cette plante (figure 2) : elle peut être représentée comme un arbre, au tronc bien apparent et planté en terre. L’iconographie scientifique n’est donc pas toujours tributaire de modèles antérieurs, mais s’attache à mettre en place des solutions qui lui sont propres pour ordonner le monde végétal.

L’arbre et le livre au Moyen Âge par Alice Laforêt

Rencontre avec Alice Laforêt, élève de 4e année, autour de sa thèse intitulée « L’arbre et le livre au Moyen Âge. Encyclopédies et herbiers : les arbres dans le savoir botanique occidental XIIIe-XVe siècle ». Propos recueillis par Pierre Pocard.

Pour commencer, qu’est-ce qu’un arbre au Moyen Âge ?

L’arbre du savoir livresque médiéval est bien sûr différent de celui d’aujourd’hui. Nombreuses sont les plantes qu’un lecteur contemporain trouverait étonnant de qualifier d’arbres ! L’un des enjeux de ma thèse était de s’interroger sur l’identité même de l’arbre, au sens des naturalistes médiévaux, et donc d’analyser l’organisation du monde végétal dans les textes savants. Tout d’abord, l’arbre s’oppose à l’herbe – il s’agit des deux grandes catégories que distingue le savoir botanique au Moyen Âge. L’archétype de l’arbre médiéval est plutôt proche de l’arbre contemporain : un végétal de haute taille, qui dispose d’un tronc solide, de racines et d’une large ramure.

Continuer la lecture de L’arbre et le livre au Moyen Âge par Alice Laforêt

La Wellcome Library (Londres)

Présentation de la Wellcome Library à Londres, où Alice Laforêt a effectué un stage d’un mois début 2015.


Un aperçu de l’institution

Située au 183 Euston Road, à quelques minutes à pied de la British Library, la Wellcome Library est beaucoup moins connue du public français que cette dernière. Il s’agit pourtant d’une institution de taille dans le paysage culturel britannique. Ses collections en font l’une des plus grandes bibliothèques au monde pour l’histoire des sciences et de la médecine, tout comme la National Library of Medicine américaine, et la Bibliothèque Interuniversitaire de Santé à Paris. Cette bibliothèque est l’héritière de la collection d’Henry Wellcome, fondateur d’une grande société pharmaceutique et collectionneur frénétique de la première moitié du xxe siècle : dans les années 20, ses dépenses annuelles destinées à l’acquisition de livres et d’artefacts dépassaient celles du British Museum1 . Son intérêt ne se limite pas à l’histoire de la médecine mais englobe le plus souvent l’histoire des sciences dans un sens très large.

Continuer la lecture de La Wellcome Library (Londres)

  1. Cures and Curiosities : inside the Wellcome Library, éd. Tony Gould, p. 9. []