Imaginer le Grand Nord depuis Strasbourg. Pratiques d’un philologue comparatiste

Entretien avec Hugo Forster, archiviste paléographe (promo. 2023), auteur d’une thèse d’École des chartes intitulée Frédéric-Guillaume Bergmann (1812 – 1887). Une pratique strasbourgeoise de la philologie comparée. Son travail a été dirigé par M. Thomas Mohnike, professeur d’études scandinaves à l’Université de Strasbourg et Mme Christine Bénévent, professeure d’histoire du livre et de bibliographie à l’École nationale des chartes (ENC). Propos recueillis par Colette Loutrel, élève archiviste paléographe de troisième année.


Comment en es-tu arrivé à étudier Frédéric-Guillaume Bergmann ?

J’ai construit mon objet de recherche très progressivement. Dès les prémisses de mon travail, j’ai souhaité aborder une thématique culturelle sous l’angle d’une certaine problématique, celle de l’histoire des représentations, ou autrement dit, de la réception culturelle. L’idée m’est venue de lectures faites à la fin de mes classes préparatoires, notamment La Culture au pluriel de Michel de Certeau, qui m’est resté comme boussole méthodologique. Dans ce recueil de textes publiés autour de Mai-68, le philosophe évoque en particulier la métamorphose que font subir le folkloriste ou l’anthropologue aux faits de cultures vivants qu’ils examinent et dissèquent, ce que de Certeau appelle « la beauté du mort ». Ce type de mutations d’objets intangibles, représentations variant selon la période ou le groupe social qui en est le réceptacle, me fascinent. C’est d’ailleurs du fait de cette curiosité que je me suis engagé, il y a désormais sept ans, sur la voie professionnelle de la conservation en bibliothèque. J’ai essayé de conjuguer cet intérêt conceptuel à ce qui était pour moi une forme de tropisme touchant à la Scandinavie. J’allais donc travailler sur les représentations du « grand Nord ». Il m’a fallu, au fil du temps, analyser mes motivations pour évacuer la part de fantasmes qui interférait avec mon travail de recherche. En m’établissant en examinateur critique des imaginaires, je devais évidemment prendre en compte ma propre subjectivité. Du reste, dans un premier temps, il me fallait au moins un référent attirant pour me donner le courage de me lancer.

Une deuxième étape a consisté à trouver des fonds d’archives qui se prêtent à une étude de l’imaginaire scandinave. C’est là une autre paire de manches. Beaucoup de matière a déjà été traitée, et le sujet a suscité beaucoup d’intérêt ces dernières années. Pensons par exemple aux multiples essais critiques et expositions sur l’influence de Tolkien et de la fantasy en général : les univers de George R. R. Martin (dont l’adaptation audiovisuelle Games of Thrones, publiée 2011 à 2019), le très boréal cinquième volet des jeux de rôle Elder Scrolls (2011) ou encore la série Vikings (2013 – 2020), ont inauguré une vague de productions très grand public recourant allègrement à une esthétique convoquant la splendeur écrasante des éléments naturels comme espace d’aventures illimitées. Je me suis retrouvé tout petit face à une grande quantité de travaux, un peu terrorisé à l’idée d’aborder un terrain ambitieux sans l’outillage méthodologique nécessaire. Je me suis également confronté à une contrainte de temps. L’une de mes premières idées était par exemple de travailler sur les images du Nord véhiculées par la littérature contemporaine scandinave traduite en français. Ce sujet aurait demandé trop de compétences que je n’avais pas alors, et j’allais sans doute trop longtemps tâtonner. J’ai pu me canaliser avec l’aide de Mme Christine Bénévent, qui m’a recommandé de m’appuyer davantage sur les enseignements donnés à l’École des chartes. On n’y est certes pas ignorants des industries culturelles contemporaines, mais, il faut le dire, notre expertise touche surtout aux pratiques de l’écrit plus anciennes. Les pistes que m’a alors proposées ma directrice de recherche, orientées vers des fonds d’archives relativement identifiés, m’ont alors fourni une base sur laquelle je pouvais me sentir en sécurité. J’ai pu penser que mon étude allait être moins ambitieuse, à tort ou à raison.

Frontispice de la première édition imprimée (Josse Bade, Paris, 1514) de la « Gesta Danorum » (Danorum Regum heroumque Historiæ), par l’humaniste danois Christiern Pedersen. Domaine public.
L’étude des conditions d’élaboration de cet ouvrage et de sa réception fournissait une piste de recherche finalement abandonnée.

C’est à la suite de ces échanges que j’ai osé m’adresser à un chercheur que j’avais « rencontré » par mes premières lectures, M. Thomas Mohnike, directeur du département d’études scandinaves de l’université de Strasbourg. Ce qui est devenu notre collaboration m’a opportunément rapproché du pôle universitaire dans lequel j’avais fait mes premières années d’études supérieures et avec lequel je gardais de nombreuses attaches.  Thomas Mohnike avait eu l’occasion d’aborder dans un article publié il y a une dizaine d’années le personnage de Frédéric-Guillaume Bergmann, un érudit local, méconnu de l’historiographie, qui avait enseigné les « littératures étrangères » à la Faculté des lettres de Strasbourg tout au long du XIXe siècle, et  qui était présenté par certains de ses contemporains comme le pionnier de la « scandinavistique » en France. Pour autant, mon futur directeur de recherches n’avait pu traiter exhaustivement ce sujet, et des sources demandaient encore à être découvertes après un siècle et demi de sommeil. Plusieurs facettes de ce personnage ont suscité mon intérêt : il s’inscrivait dans l’histoire des sciences et de l’éducation, était strasbourgeois… Mais honnêtement, ce qui m’a permis de trancher avec d’autres sujets tenait de l’anecdote, comme cette amitié – centrale, mais alors mal connue – qui liait Bergmann avec l’anarchiste Pierre-Joseph Proudhon.

Comme on l’entend dans mes propos, mon travail s’annonçait alors comme une étude biographique, tout ce qu’il y a de plus traditionnel – peut-être même d’un peu dépassé ? – très loin en tout cas de mes premières ambitions. Pourtant, l’horloge tournait, et je finissais ma première année à l’ENC. Pouvoir commencer à dépouiller des fonds d’archives bien identifiés se présentait à moi comme quelque chose de rassurant, me permettant d’avancer, de me faire la main et d’expérimenter, quitte à changer de direction si mon exploration n’était pas concluante. Aujourd’hui, je peux dire que j’ai beaucoup apprécié ce moment de la recherche, très dépaysant. Notre formation d’archiviste paléographe nous permet une immersion complète dans nos sources, et je crois que cela est de plus en plus rare et précieux dans la formation des jeunes chercheurs en sciences humaines, qui n’ont souvent cette opportunité qu’au moment de leur doctorat, et encore sous une contrainte de temps aigüe.

Portrait de Frédéric-Guillaume Bergmann, professeur de germanistique (1872).
Album der professoren der Kaiser-Wilhelms-Universität Strassburg, 1872 – 1918, vol. 1, Strasbourg : Kaiser-Wilhelms-Universität, 1872 – 1896. Photographie au format carte de visite, 8,5 x 5,5 cm (détail)
Source : numistral.fr / BNUS

Tu commences donc par les sources. Quelle est la nature du fonds d’archives que tu as exploité ?

L’article de Thomas Mohnike s’intéressait quasi exclusivement à la partie de l’œuvre publiée de Bergmann traitant des littératures scandinaves. Il avait alors identifié une collection assez importante d’ouvrages et de papiers savants conservée dans le fonds patrimonial des bibliothèques de Strasbourg1, sans avoir eu l’occasion d’en évaluer le volume exact ni le contenu. Cette collection, composée d’une dizaine d’épais manuscrits (brouillons de cours, notes de lectures, épreuves) et d’une vingtaine d’exemplaires d’ouvrages de Bergmann annotés par lui, témoigne très concrètement des pratiques du savant. On l’y voit au travail dans son cabinet d’études, rassemblant la matière de ses livres, renonçant à une grande partie de son érudition pour produire des synthèses accessibles à ses lecteurs… Il est probable que Bergmann lui-même, ou sa fille, ait fait don de cette collection à Rodolphe Reuss – dont Bergmann était proche, via son père Édouard Reuss –, conservateur de la bibliothèque municipale après la guerre franco-prussienne de 1870. Je n’ai cependant rien trouvé qui permette de l’assurer positivement, mais on peut commencer à esquisser quelques interprétations en remarquant que la collection de Bergmann n’a pas été versée à la Kaiserliche Universitäts- und Landesbibliothek2: la bibliothèque municipale aurait-elle constitué un conservatoire strasbourgeois face à l’Université allemande ?

Ce fonds ne pouvait pas pour autant se suffire à lui-même, et j’ai tâché de recenser toutes les occurrences de Bergmann dans d’autres institutions de conservation européennes. Il fallait d’abord se tourner vers les Archives nationales qui conservent les dossiers professionnels du professeur3. Aux archives d’Alsace, le fonds de la Faculté des lettres dont Bergmann a été le doyen pendant une dizaine d’années renseigne ses activités pédagogiques et administratives. Une autre piste consistait à chercher la trace de Bergmann dans les relations qu’il entretenait avec d’autres intellectuels, dont la renommée a valu à leurs archives des campagnes de collecte et de conservation plus actives. C’est le cas notamment de certains membres de l’Institut de France, tels Sainte-Beuve, Ernest Renan, Claude Fauriel ou Alfred Maury, mais surtout de Proudhon, dont la bibliothèque et les papiers sont généreusement valorisés par la bibliothèque d’étude et de conservation de Besançon. On y trouve des volumes dédicacés par Bergmann, des prises de note qui témoignent de l’imprégnation des idées du philologue dans l’esprit du polémiste, et surtout, une magnifique correspondance (partiellement éditée à la mort de Proudhon, mais caviardée) ; mais ce sont surtout les lettres écrites par Proudhon qui ont fait l’objet d’une conservation. La parole de Bergmann, beaucoup plus ténue, s’est malheureusement en grande partie égarée. Enfin, le dépouillement de la presse locale ou spécialisée, largement facilité par leur numérisation (encore incomplète), m’a permis de relever quelques mentions de mon personnage, notamment dans le cadre de recensions d’ouvrages. D’une certaine manière, la mémoire de Frédéric-Guillaume Bergmann ne peut aujourd’hui plus se lire qu’à travers le prisme de ses interlocuteurs et de ses lecteurs. Cela oriente nécessairement mon propre regard, estompant l’individualité de Bergmann et l’insérant dans un réseau dense de sociabilités et d’échanges savants. C’est ce qui m’a poussé à qualifier mon sujet, toujours avec l’aide de Michel de Certeau (L’invention du quotidien), de « héros ordinaire, personnage disséminé », et à délaisser l’approche biographique traditionnelle.

F.-G. Bergmann, Les peuples primitifs de la race de Iafète (1852), exemplaire annoté, fonds patrimonial des bibliothèques de Strasbourg, Ms 502.
Source : photographie auteur / FBPS.
Un exemplaire appartenant à l’auteur, complété toute sa vie durant de précisions philologiques et de références de lectures complémentaires.

Tu évoques néanmoins un chercheur qui a constitué un fonds documentaire et l’a transmis à la fin de sa vie à une bibliothèque. N’était-ce pas là une façon pour lui de cultiver sa propre histoire intellectuelle ?

Il existe en effet dans le fonds de manuscrits de Bergmann un volume particulièrement intéressant, relevant avant l’heure de la pratique du « scrapbook » (Ms 1130). Celui-ci donne à voir un Bergmann constituant son autoportrait par le biais de coupures de presse, de courtes notes biographiques, des listes de ses accomplissements universitaires – et même cette feuille surréaliste où il relate son dernier rêve, dans lequel il rencontre par une journée pluvieuse, aux abords de la manufacture de tabacs de la Krutenau, l’empereur Napoléon III qui lui propose de s’abriter sous son parapluie… On constate dans ce document que Bergmann a pu à plusieurs reprises écrire ses propres notices biographiques, dont une qu’il a envoyée à l’encyclopédie allemande de référence « Ersch & Grüber ». Cela ne relève pas d’une culture particulièrement originale, mais témoigne de la difficulté du philologue strasbourgeois de confirmer sa reconnaissance auprès de ses pairs.

Le temps de ta recherche a été marqué par la pandémie. Cela a-t-il infléchi les modalités de l’accès à tes sources ? As-tu rencontré des limites particulières ?

J’ai été plutôt chanceux en termes d’agenda. J’ai terminé ma première phase de dépouillements début 2020, et souhaitais alors me lancer dans une étude approfondie du « fonds Bergmann », à Strasbourg, en parallèle d’un stage que je commençais à la BNUS. La survenue brutale du Covid – d’autant plus virulent à ce moment en Alsace – a sonné tout le monde ; tout était à l’arrêt pendant quelques semaines, avant que la virtualisation du travail ne rentre vraiment dans les habitudes. J’ai eu la chance de vivre cet étrange et ensoleillé printemps 2020 dans un bon entourage, trop accueillant cependant pour qu’il me laisse consacrer beaucoup de temps à ma thèse au-delà de quelques lectures. La mise en place au plus dur de la pandémie d’accès facilités, gratuits et quasi-illimités, aux ressources numériques des bibliothèques universitaires a alors joué un rôle crucial, non seulement pour garder cette fenêtre ouverte sur le monde, mais aussi pour ne pas perdre entièrement le fil d’un travail qui se construit quotidiennement, pas à pas. À l’automne suivant, la situation avait beaucoup changé : loin de la bulle protectrice du premier confinement, le travail avait repris pour chacun dans une ambiance de combat contre des conditions implacablement dégradées. Mon inscription en Master 2 à l’Université de Strasbourg était bousculée, ne me laissant aujourd’hui le souvenir que de quelques visioconférences, sans aucune rencontre ni émulation avec des étudiant·e·s qui me sont resté·e·s inconnu·e·s. De mon côté, je passais mes journées à décortiquer l’œuvre de Bergmann, en grande partie numérisée sur Gallica. Cet accès a été essentiel, mais je suis bien obligé d’évoquer le soulagement que j’ai ressenti quelques mois plus tard, en cherchant enfin des volumes de papier à la banque de prêt de la BNU. Le plaisir de la recherche historique se fonde pour beaucoup, selon moi, dans un rapport sensoriel avec l’archive, encore décuplé face à des manuscrits – on y perçoit la main du scripteur, avec laquelle on se familiarise, comme on reconnaîtrait le timbre évoluant dans le temps d’une voix. Dans mon étude, le support numérique devait être un supplétif, facilitant et accélérant les choses, mais dans un second temps seulement.

Tu me permets également d’évoquer une certaine frustration. En engageant ma recherche, je pensais que l’état des sources provisoires que j’avais établi dans les premiers mois allait grandement évoluer. En réalité, malgré mes efforts en direction de différentes institutions patrimoniales étrangères, la « récolte » de matériel intéressant est restée très maigre. Trois lettres à Jacob Grimm à Berlin, une mention d’appartenance à une société savante, la Nordisk Oldskriftselskab à Copenhague… Pas davantage. J’attendais beaucoup du rapprochement permis par mon stage de quatrième année à la bibliothèque royale du Danemark, voisine de la Société arnamagnéenne dont les travaux philologiques ont été si importants pour l’œuvre de Bergmann, mais j’en suis là aussi rentré bredouille. Déjà estompées à Strasbourg, les traces de Bergmann ont presque entièrement disparu dans les lieux qu’il n’a pas personnellement fréquentés.

Est-ce que ce sont justement ces lacunes matérielles qui t’ont poussé à t’intéresser davantage à la posture de Bergmann en tant que savant, à sa philosophie des sciences en quelque sorte ?

Il est probable qu’une certaine gêne face à mon état des sources m’ait encouragé à m’engager dans une méthodologie atypique. Je pars du postulat que l’historien doit rester humble à l’égard de son travail, et se souvenir qu’il ne peut regarder le passé qu’à travers des sources qui existent dans sa propre contemporanéité. On a déjà évoqué la part d’entropie qui nous empêchera toujours d’avoir à disposition un état intégral du passé ; il faut ajouter à cela les mutations successives que font connaître les efforts de conservation et de recherche aux « sources » historiques. Cela revient à dire avec Jacques Le Goff que l’historien n’a pas affaire dans sa quête de sources à des documents neutres, mais à des monuments construits. D’une certaine manière, le travail de l’histoire consiste lui aussi en une activité de réception et de médiation culturelle. J’ai donc pensé que la manière la plus intéressante de traiter mes sources serait, plutôt que d’en extraire de force une biographie linéaire de Bergmann, les aborder par le biais de l’anthropologie des savoirs, pour y voir l’universitaire, le linguiste au travail. Je pouvais ainsi déterminer la documentation que Bergmann avait à sa disposition, les manipulations et expériences qu’il appliquait à sa matière première, mais aussi des choses très diverses tels que son usage particulier de l’oralité – critère d’exclusion sur fond de la montée des nationalismes quand les inspecteurs d’académie pointent son accent alsacien ou ses lourdeurs d’élocution.

« Rapport d’inspection de F.-G. Bergmann, du recteur Chéruel, du 25 avril 1867 », Archives nationales, F17 20142, f. 9. Détail.
Source : photographie auteur / Archives nationales.
Rapport annuel, mêlant considérations sur les dispositions intellectuelles et sociales du professeur. Il est fait mention ici d’un « accent alsacien ».

Rivée à ces sources, attachée aux relations dans lesquelles le philologue strasbourgeois s’insérait, mon approche de Bergmann devait fortement prendre en compte le caractère très localisé de ses activités scientifiques, civiques, sociables… J’ai ainsi maintes fois recouru à la définition que donne Christian Jacob des « lieux de savoir », « lieux successifs occupés par des acteurs individuels ou collectifs sur une carte institutionnelle, disciplinaire, politique (…) institués par des interactions vivantes (…) [mais] aussi [par d]es lieux matériels, (…)[d]es instruments, [d]es outils (…) qui accompagnent les gestes de la main ». Les mots de Bruno Latour, qui ouvre la porte du laboratoire des neuroscientifiques qu’il examine en anthropologue, ont également été importants.

L’enjeu de leur application au cas de Bergmann était de comprendre la façon dont ce philologue local avait rassemblé une masse de livres pour sa documentation, dans un pôle qui restait étranger aux littératures du Nord en particulier et à la philologie comparatiste en général. Je me suis notamment proposé d’établir une « bibliothèque théorique » de Bergmann dans mon volume d’annexes, imaginant les rayonnages que le savant avait à sa disposition à la bibliothèque académique ou dans son propre cabinet d’étude. Je me suis fondé sur des mentions plus ou moins explicites, et sur un travail de critique génétique, à la façon dont le critique littéraire peut comparer un texte édité avec les brouillons de son auteur·ice. Certains ouvrages sont des classiques littéraires et historiographiques, très génériques, mais pour tout ce qui concerne l’orientalisme, les littératures scandinaves ou la poésie de Dante, qui sont les sujets de prédilection de Bergmann, on constate d’importantes originalités. Le philologue puise beaucoup dans la documentation allemande, sans se contenter d’un travail de « passeur » univoque. J’ai pu émettre l’idée, au fil de mes analyses, que tout en s’inscrivant par sa pratique dans une relative normalité, Frédéric-Guillaume Bergmann cultivait à son échelle une identité intellectuelle singulière, appuyée sur certains groupes de la société strasbourgeoise, bénéficiant d’une audience auprès de certains profils d’intellectuels, mais suscitant également – et cela de manière de plus en plus sensible au fil du XIXe siècle – des clivages autour de questions épistémologiques, identitaires et confessionnelles.

Pour en revenir à ta première problématique, comment Bergmann transmet-il un certain imaginaire du Nord ?

Dans le cadre de mon mémoire de Master 2 en études médiévales interdisciplinaires, j’ai particulièrement insisté sur la partie publiée de l’œuvre de Bergmann la plus volumineuse, qui touche à la littérature de la Scandinavie médiévale. Bergmann a en particulier publié, traduit et commenté ce que l’on appelle aujourd’hui de la poésie eddique, à matière mythologique, tout en allant puiser son érudition dans d’autres sources éditées en Scandinavie et en Allemagne (pierres runiques, sagas, poésie scaldique, chroniques chrétiennes…).

« Notes ethnographiques / Ethnographica », fonds patrimonial des bibliothèques de Strasbourg, Ms 1033, f. 23r, détail.
Source : photographie auteur.
Les langues nordiques et extrême-orientales cohabitent naturellement dans les ouvrages de travail de Bergmann, attestant de la vigueur et de la systématicité de sa méthode comparatiste. Sous quelques notes tirées de la lecture des Asiatick researches figurent ici quelques idéogrammes chinois.

La carrière de Bergmann est en effet lancée par la publication de ses Poèmes islandais en 1838. Cette étude est encouragée et financée par d’éminents orientalistes membres de la Société asiatique de Paris, tels Silvestre de Sacy, Claude Fauriel et Eugène Burnouf. Cela peut paraître étonnant au regard des canons esthétiques véhiculés par l’orientalisme tel que décrit par Edward Saïd, mais il faut comprendre par-là que la philologie en tant que discipline scientifique moderne cherche encore ses contours : on est alors encore loin de parler de comparatisme, mais c’est bien ce qui est en jeu dans cette l’étude de Bergmann, qui finit sa traduction par un essai de glossologie dépassant largement les seuls idiomes norrois. L’étude du sanscrit par les colons anglais, puis l’hypothèse que cette langue soit mère d’un certain groupe indo-européen est encore toute fraîche, importée depuis l’Asiatick Society de Calcutta une trentaine d’années seulement auparavant. Cette publication coïncide avec les créations au niveau national des premières chaires de littérature étrangère ; les membres de la Société asiatique entretenant des liens étroits avec le personnel de la monarchie constitutionnelle, le nom de Bergmann est retenu pour Strasbourg. Tout en obtenant une place désirable, le philologue peine en réalité, pendant bien des années, à développer ses études, entièrement mobilisé par des enseignements traitant de littérature contemporaine, de ci de là anglaise, allemande, italienne ou espagnole. Ce n’est que très progressivement qu’il revient à la linguistique, en donnant sur son temps libre un rare cours de sanscrit, et parvenant enfin à faire éditer davantage de traductions et de commentaires de littérature scandinave, longuement accumulés dans ses manuscrits. Sans nécessairement trouver son public. La guerre de 1870, et l’option de Bergmann pour la nationalité allemande, marquent un pivot dans sa production, qui s’intensifie et se systématise, cette fois en langue allemande. Dans ce nouvel espace scientifique, bien que les travaux de Bergmann trouvent un lectorat renouvelé, ils n’ont plus grand-chose de novateur, si ce n’est dans ses originalités méthodologiques et rhétoriques alors accusées de faire « trop français ».

Le regard porté par Bergmann sur la Scandinavie est-il original ?

Bergmann montre une intention de rigueur à l’égard d’un rétablissement « objectif » d’une certaine « réalité historique » des textes et de leur interprétation. Bien avant la théorie de la réception, le philologue dresse une analyse critique de la réception des sources du Nord, depuis les réceptions médiévales préchrétienne et missionnaire, suivie par celle, plus sélective, de l’époque moderne qui met en exergue des valeurs morales scandinaves dans une perspective nationaliste. Notre propre imaginaire en est encore directement tributaire ; c’est par exemple sous la plume de l’historien danois Thomas Bartholin (1659 – 1690) que l’on trouve pour la première fois le motif de la mort glorieuse des guerriers, du suicide digne des vieillards, ou de la pratique de trinquer avec les crânes de ses ennemis, éléments culturels érigés en valeurs morales. Le regard critique de Bergmann s’en démarque, tout en en étant en partie tributaire de l’imaginaire qui se déploie à la fin de l’époque moderne, animé d’abord par Montesquieu qui cherche dans le Nord le berceau de la démocratie (De l’esprit des lois), et encore plus profondément par Germaine de Staël (De l’Allemagne), qui fait entrer en France toute la panoplie romantique. Au-delà des motifs esthétiques, le Nord est exploité dans le contexte post-révolutionnaire comme une influence propre à fonder une nouvelle idée philosophique des sociétés libérées de l’emprise absolutiste dans la politique, du « goût » dans l’art, de la révérence dans la foi. On porte aux nues l’indépendance et l’individualisme supposés des colons islandais d’avant l’an mil. Les académiques français se revendiquant de la critique littéraire et linguistique ne sont pas indifférents à ces motifs, à l’instar de Jean-Jacques Ampère ou de Xavier Marmier qui, jusque dans leurs cours à l’Université ou au Collège de France, exploitent le filon sensualiste du récit de voyage. L’intérêt pour les ruines, la brume, la mélancolie, les couchers de soleil sur la mer du Nord, les fjords qui cristallisent la notion de « sublime », de dépassement de soi et de la petitesse de l’individu, sont extrêmement prégnants dans leurs pages, en résonnance par exemple avec les toiles du danois Johan Christian Dahl.

Johan Christian Dahl, Vinter ved Sognefjorden, 1827 ; huile sur toile.
Conservé au Nasjonalmuseet for kunst, arkitektur og design, Oslo. Droits réservés.
Si les toiles peintes par J. C. Dahl se démarquent de l’outrance romantique des représentations de scènes mythologiques telles qu’on peut les trouver chez le suédois Marten Eskil Winge ou chez le suisse Johann Heinrich Füssli, elles n’en représentent pas moins une version idéalisée des paysages réels, à des fins d’exaltation du caractère national norvégien. Le tertre posant opportunément le premier plan renvoie à un imaginaire évident dans l’esprit des compatriotes de Dahl ; la trace archéologique y convoque le récit mythologique.

En opposition, l’approche critique de Bergmann ne se fonde aucunement sur une expérience de l’aventure : il ne s’est lui-même jamais rendu dans les contrées qu’il évoque. Son savoir est de papier, purement construit sur la base de lexiques étymologiques et de grammaires, à force de comparaisons de sources éditées, sans presque aucun accès aux manuscrits « originaux ».

Malgré cette position critique, Bergmann semble pourtant extrapoler sa lecture des sources scandinaves ; ne les utilise-t-il pas pour analyser sa propre époque ?

Pour Bergmann, le devoir du philologue est d’abord un devoir d’honnêteté envers les mânes des auteurs anciens. C’est une science dure, rigoureuse et méthodique qui travaille à partir de matériaux fiables. On pourrait ainsi croire qu’il a évacué toute perspective idéologique de son propos, mais le travail technique du philologue est parfois tout de même mis au service d’une image préconçue du Nord et de sa société. La brève explication que je m’apprête à faire n’a pas vocation à résumer la « politique » de Bergmann, mais peut servir d’illustration. Tout d’abord, sans partager la vision romantique de ses contemporains, Bergmann se place dans la continuité de Montesquieu et de sa théorie sensualiste du climat, qui établit une dichotomie Nord/Sud, froid/chaud, dur/mou, masculin/féminin, libre/servile, démocratie/monarchie, protestant/catholique, et ainsi de suite, comme l’a efficacement décrit Bourdieu sous la formule d’ « effet Montesquieu ». Cette trame contamine les descriptions que fait Bergmann des peuples nordiques, avec des arguments mélioratifs à l’endroit des sociétés patriarcales, d’un prétendu « esprit d’initiative et d’entreprise » les rendant autonomes. Conscient du caractère glissant de ces propos moraux, le philologue se défend plusieurs fois de faire le tableau d’un idéal, sans s’en départir dans les faits. Ses cours, de même que les discours qu’il tient dans les sociétés savantes, montrent une plus grande liberté de ton à cet égard que les publications scientifiques autorisées, sans pour autant contredire une continuité entre les différents canaux d’expression.

J’ai poussé mon examen critique jusqu’à montrer que dans sa pratique de la philologie, Bergmann cherchait donner une vision complète du monde, et en particulier à se positionner face à la société bourgeoise et patriarcale qu’il observe autour de lui, dans le Strasbourg du XIXe siècle. Ce cadre répond parfaitement à son éthique protestante libérale, et lui permet de trouver des réponses à la fois face aux courants socialistes naissants – il condamne par exemple clairement les envolées de Proudhon –, aux courants conservateurs catholiques qui sévissent sous le Second Empire, mais surtout en réaction au Réveil protestant venu d’Allemagne et d’Angleterre. Face à cette nouvelle « orthodoxie », Bergmann, qui a fait ses premières études au Séminaire protestant de Strasbourg, plaide pour une conception intime de la foi, laissant une grande latitude dans l’interprétation des textes sacrés, réduits au statut de métaphores ou de « témoignages historiques erronés » des mentalités encore sous-développées des sociétés du passé. Dans le fait que le père de famille scandinave gère le culte à l’échelle de son foyer, Bergman retrouve ses propres convictions, tout en accusant le caractère violent et arriéré des cultes préchrétiens, « corrigés » par une christianisation partiellement aculturée. La clé de voûte de la philosophie de Bergmann tient dans sa perception d’une histoire linéaire, mue par une évolution en progrès constant. Par degrés, l’humanité se porte selon lui vers un idéal, et ses manifestations les plus récentes sont donc forcément les plus parfaites… jusqu’à l’accession inévitable à un nouveau degré de perfection. Sur ce plan, le philologue lit la christianisation de la Scandinavie comme un programme de pacification de la société et de résolution des injustices, tout en rappelant, par l’évocation des famines et des épidémies qui ont ravagé l’Islande colonisée par le Danemark à l’époque moderne, que bien des difficultés restent à dépasser. À titre d’illustration, je peux citer l’interprétation que Bergmann donne de la Völuspa, poème apocalyptique probablement composé au moment de la christianisation de l’Islande. Le philologue strasbourgeois prête au poète islandais un message crypto-chrétien, chargé de faire passer sous des images païennes le message de paix de l’Évangile : Thor ou Odin y seraient érigés comme des contre-modèles de la force ou de la ruse, menant à leur perte et à la fin du monde.

Je n’ai pas encore suffisamment évoqué le nœud de l’œuvre de Bergmann, à savoir son volet ethnographique. Plus que l’établissement des œuvres littéraires du passé, le philologue cherche à travers celles-ci décrire les peuples qui les ont produites. À la comparaison des textes se superpose la comparaison des peuples, agencés dans une longue généalogie. Selon la taxonomie raciste que développe Bergmann, les peuples nordiques étant le fruit le plus récent de la filiation des ethnies, leur mode d’existence doit donc témoigner de l’état de civilisation le plus proche du « parfait ». Il faut ici mentionner la proximité qu’entretient le philologue avec des acteurs des sciences naturelles, alors en pleine expansion. Au tournant des années 1860, Bergmann s’intéresse aux théories évolutionnistes et finalistes de Lamarck, pour les décalquer dans son histoire des langues et des peuples. Ses propres théories linguistiques s’étoffent d’arbres généalogiques et de grandes projections, mais ce qui est perçu par ses pairs comme des digressions au-delà du champ de compétence de la philologie lui vaut d’être mal compris ou, pire, mal reçu. Quand Bergmann en vient à émettre la théorie d’une espèce biologique intermédiaire entre l’homme et le singe, nommée « anthropiske » (i. e. futur homme), c’en est trop pour les milieux conservateurs, qui requièrent du Ministère de l’instruction publique rappel à l’ordre et surveillance. Ce ne sont là que quelques esquisses des riches thématiques que soulève la critique des travaux de Bergmann, qui gagne encore en profondeur quand on la met résonnance avec le contexte particulier de Strasbourg, ville-frontière et tour à tour ville bastion de la francité, de la germanité… ou encore d’une identité locale singulière.

Le Quai des bateliers de Strasbourg, entre 1858 et 1874. L’appartement et le cabinet d’études de Bergmann se trouvaient sur cette voie, non loin de l’ancienne faculté des lettres (Hospice des orphelins, Krutenau).
Source : Numistral.fr

Pour conclure, comment ce travail t’a-t-il accompagné dans ton parcours de jeune chercheur ? Quel bilan tires-tu, sur le plan personnel, de ton expérience ?

Comme explication de tous les doutes que j’ai dû affronter dans mon parcours, je pourrais citer le caractère souvent solitaire de la recherche en sciences humaines, accentué encore par la conjoncture particulière de la pandémie. J’ai perçu mes deux premières années de travail, qui ont abouti sur un mémoire de master, comme un profond bricolage, tâchant tantôt par imitation, tantôt un peu au hasard, de monter un argumentaire cohérent. Le travail de rédaction et de soutenance, et enfin les précieux conseils de mes directeurs de recherche m’ont permis de mesurer l’importance de cette pédagogie par l’expérience. Ce n’est que dans les derniers jours précédant le rendu que je me suis rendu compte du chemin accompli, et que j’ai re-soulevé de nombreuses questions quant à la définition même de mon sujet – autant de pistes ouvertes pour prolonger mon travail en thèse d’École.

Il me fallait néanmoins prendre un plus grand recul ; l’expérience m’avait éprouvé, et je voulais aborder mon sujet d’études sous un angle nouveau. Le temps d’une année de césure, durant laquelle je me suis adonné à des préoccupations tout à fait étrangères à Bergmann, a joué son rôle. Le moment du retour s’est montré certes effrayant, mais tout à fait enrichissant. Mon prisme « nordique » avait beaucoup changé, et est passé à un plan secondaire, me permettant de réévaluer les raisons pour lesquelles je voulais traiter historiquement de Bergmann. La familiarité avec les sources, la meilleure maîtrise de mes outils méthodologiques, nourris d’un regard distancié, m’ont permis d’avancer avec confiance, et de rentrer nettement plus en profondeur dans les « alentours de Bergmann ». Ce travail de contextualisation et de comparaison confère toute sa richesse à ma thèse, renvoyant Bergmann à son statut de « héros ordinaire ». Mon attachement à Strasbourg avait lui aussi grandi – la place accordée à cette ville dans ma thèse s’en ressent –, et j’étais heureux, alors que je retournais une dernière fois consulter le fonds d’archives de Bergmann à la médiathèque André-Malraux de Strasbourg, pouvoir partager ma connaissance de cette petite parenthèse d’histoire locale avec les lecteurs·ices de passage, non spécialistes.

Il faut admettre que le contexte dans lequel un chercheur développe son travail façonne en partie son esprit critique. Si je n’avais pas approché Bergmann par le prisme – qui lui est pourtant tout à fait étranger ! – de ma réception de la musique de Sigur Rós, du film Hjartasteinn (Guðmundur Arnar Guðmundsson, 2016), de l’imaginaire des Gens indépendants de Halldór Laxness (1934) ou d’Homo sapienne de Niviaq Korneliussen (trad. 2017), je n’aurais sûrement même pas choisi pas choisi de m’intéresser à sa vie. L’expérience de recherche est une expérience sensible. Cela peut être mon message à destination des élèves entrant à l’École, pressés de définir un sujet le sujet de recherche qui les accompagnera au moins sur les quatre années de leur formation.


BIBLIOGRAPHIE INDICATIVE :

  • BECKER Howard Saul, Les ficelles du métier : comment conduire sa recherche en sciences sociales, trad. fr. Jacques Mailhos, Paris : La Découverte, 2002.
  • BLUMENBERG Hans, La raison du mythe, trad. fr. Stéphane Dirschauer, Paris : Gallimard, 2005.
  • BOURDIEU Pierre, « Le Nord et le Midi : Contribution à une analyse de l’effet Montesquieu », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n° 35/1, 1980, pp. 21 – 25.
  • CASTLETON Edward, « Une anthropologie téléologique : fins et origines des peuples et des hommes selon Pierre-Joseph Proudhon », dans BOURDEAU Vincent & MACE Arnaud (dir.), La Nature du socialisme : pensée sociale et conceptions de la Nature au XIXe siècle, Besançon : PUFC, 2017, pp. 197 – 242.
  • CERTEAU Michel de, La culture au pluriel, éd. Luce Giard, Paris : Seuil, 1993 [1974].
  • CERTEAU Michel de, L’invention du quotidien I : Arts de faire, éd. Luce Giard, nouv. éd., Paris : Gallimard, 2010 [1980].
  • CLUNIES-ROSS Margaret, MCKINNELL John & LINDOW John (dir.), The pre-Christian religions of the North : research and reception, 2 vol., Turnhout : Brepols, 2018 – 2019.
  • DI FILIPPO Laurent, Du mythe au jeu. Approche anthropo-communicationnelle du Nord : des récits médiévaux scandinaves au MMORPG Age of Conan : Hyborian Adventures, thèse pour le doctorat, Metz : Université de Lorraine, 2016.
  • ESPAGNE Michel, Le paradigme de l’étranger : les chaires de littérature étrangère au XIXe siècle, Paris : Cerf, coll. « Bibliothèque franco-allemande », 1993.
  • FAULKES Anthony (éd.), Edda : prologue and Gylfanning, nouv. éd., Londres : Viking Society for Northern Research, 1988.
  • JACOB Christian, Qu’est-ce qu’un lieu de savoir ?, Marseille : OpenEdition Press, 2014.
  • JAUSS Hans Robert, Pour une esthétique de la réception, trad. fr. Claude Maillard, Paris : Gallimard, 1990.
  • LATOUR Bruno, La science en action : introduction à la sociologie des sciences, trad. fr. Michel Biezunski, nouv. éd., Paris : La Découverte, 2010 [1987].
  • LE GOFF Jacques (dir.), Histoire et mémoire, Paris : Gallimard, 1988 [1977].
  • LIVINGSTONE David N., Putting Science in its Place : Geographies of Scientific Knowledge, Chicago : UCP, 2003.
  • MOHNIKE Thomas & GRAGE Joachim (dir.), Geographies of Knowledge and Imagination in 19th Century Philological Research on Northern Europe, Newcastle upon Tyne : Cambridge Scholars Publishing, 2017.
  • MOHNIKE Thomas, Géographies du Germain : les études nordiques à l’Université de Strasbourg, 1840-1945, Strasbourg : PUS, 2022.
  • SAID Edward W., L’Orientalisme : l’Orient créé par l’Occident, trad. fr. Catherine Malamoud, nouv. éd., Paris : Seuil, 1997 [1978].

Les positions des thèses d’école des chartes soutenues en 2023 sont consultables au format papier, en attendant leur publication en ligne au courant de l’année 2024. Le dépôt des thèses et leur diffusion, en format électronique ou papier, se fait à la discrétion de leurs auteurs·ices.



Citer ce billet
Colette Loutrel (2023, 6 novembre). Imaginer le Grand Nord depuis Strasbourg. Pratiques d’un philologue comparatiste. Chroniques chartistes. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mpjp

  1. Collection consultable à la médiathèque André-Malraux de Strasbourg. []
  2. Actuelle bibliothèque nationale et universitaire (BNU) de Strasbourg, refondée par la bibliothécaire Karl August Barack (1827 – 1900), missionné depuis Berlin par les autorités allemandes pour compenser les destructions de 1870. []
  3. En vertu d’une politique de transfert, le dossier allemand de Bergmann a été versé il y a quelques années depuis les archives nationales de Berlin aux archives d’Alsace. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.