GritIll00

Le roi avant la foi. Parcours d’un diplomate « politique » face aux guerres de Religion

Entretien avec Clément Grit, archiviste paléographe (promo. 2023), auteur d’une thèse d’École des chartes intitulée Le roi avant la foi. Philippe Canaye de Fresnes (1552 – 1610), un politique humaniste au service du Très Chrétien, et lauréat du prix Auguste-Molinier, récompensant chaque année la meilleure thèse de la promotion. Ce travail a été dirigé par MM. Lucien Bély, professeur d’histoire moderne à l’Université Paris-Sorbonne (Paris-IV) et Olivier Poncet, professeur d’archivistique, diplomatique et histoire des institutions de l’époque moderne à l’École nationale des chartes (ENC). Propos recueillis par Hugo Forster, archiviste paléographe (promo. 2023).


La figure de Philippe Canaye de Fresnes (1552 – 1610) évoque une riche historiographie de la diplomatie à l’époque moderne, bien qu’elle se tienne dans les marges de ces études. Comment t’es-tu progressivement emparé de ton sujet de recherche ?

Dès mes classes préparatoires, j’ai souhaité travailler sur les guerres de Religion, et en particulier sur la diplomatie à l’époque moderne. Je me suis alors déjà tourné vers M. Lucien Bély, spécialiste de ce domaine historiographique et enseignant à Paris-IV, pour sonder l’existence de sujets d’étude encore en friche. Il m’a alors recommandé de travailler sur un évènement que je connaissais mal, à savoir la paix de Lyon de 1601, entre la France et le Duché de Savoie. Il existe à son propos un fonds de lettres et d’ambassades produits par les négociateurs du traité, notamment du point de vue savoyard : la correspondance et les mémoires de René de Lucinge (1553 – 1615), résident du duc Charles-Emmanuel à la cour de France, passé à la postérité comme l’un des principaux artisans de la « légende noire » d’Henri III, décrivant alors Paris comme un lieu de débauche, et faisant le portrait d’un monarque Valois démoniaque pactisant avec les protestants. Les sources relatives à cette figure assez méconnue, valorisées et rendues accessibles par l’association des amis du château des Allymes, fief de Lucinge, étaient particulièrement abondantes. Pour autant, mon projet de recherche a encore eu le temps de mûrir avant que je ne m’y attelle effectivement.

GritIll01
Anonyme, Henri IV et la guerre de Savoie, v. 1600, huile sur toile, 83 x 11 cm, Pau, Musée national du Château de Pau.

Mon admission à l’École des chartes et les conseils de M. Olivier Poncet m’ont accordé une année supplémentaire pour définir mon sujet. J’ai alors nourri mes lectures de la bibliographie sur la diplomatie de l’époque moderne, dans laquelle j’ai remarqué une certaine carence dans le traitement de la période des guerres de Religion. Ce moment souffre notamment de la comparaison avec la Renaissance d’une part, et d’autre part avec l’historiographie de la diplomatie westphalienne, qui lie les puissances européennes dans les suites des guerres de Trente Ans et de Quatre-Vingt Ans. La dynamique impulsée par les traités de Westphalie (1648) se prolonge sous Louis XIV, histoire largement étudiée, entre autres par Lucien Bély. Pendant les guerres de Religion en revanche, on a longtemps considéré que la France était alors trop embourbée dans ses conflits internes pour animer une réelle représentation à l’étranger. Pour autant, plusieurs travaux existent, tels ceux de Fabrice Micallef ou de Camille Desenclos, traitant du personnel diplomatique de la fin des guerres de Religion. Bien loin de constituer une sorte de temps mort pour la diplomatie française, cette période fut au contraire marquée par une effervescence décisive pour les décennies à venir. Les recherches déjà menées à son sujet montrent notamment comment, entre 1590 et 1610, les agents des Valois eurent à s’intégrer dans la clientèle du nouveau Henri IV, entre rupture et continuité d’allégeance.

S’est ensuite posée la question de la figure précise sur laquelle tu allais construire ton travail monographique.

La période et son souvenir sont dominés par une certaine « triade henricienne », pour reprendre les termes de Sylvio de Franceschi. Celle-ci est d’abord animée par le cardinal d’Ossat (1537 – 1604), ambassadeur auprès du Pape, et négociateur féroce du retour d’Henri IV dans la foi catholique, modèle du diplomate prudent et sage, qui a laissé une généreuse correspondance, très appréciée de ses successeurs, dont Richelieu, qui la tiennent même pour lecture de chevet. Au nombre de ce triumvirat figurait également le Président Jeannin (1540 – 1623), ambassadeur aux Pays-Bas, important acteur de la résolution de la guerre de Quatre-Vingt ans, et également un auteur très apprécié pour les qualités littéraires de ses écrits. Enfin, pour compléter cette « triade », on peut citer le cardinal de Joyeuse (1562 – 1615), prélât proche du cardinal d’Ossat, et qui a lui aussi contribué à créer cette image d’un « âge d’or » de la diplomatie henricienne. L’action de ces trois figures peut s’inscrire dans ce qui a plus tard été qualifié à tort de « grand dessin de Sully », le compagnon d’armes puis conseiller d’Henri IV qui souhaitait que la France s’établisse en arbitre de toute la chrétienté – évidemment au détriment des Habsbourg –, dans un mouvement réorganisateur des puissances européennes.

L’attention des historiographes s’est longtemps portée sur ces trois acteurs majeurs, au détriment d’autres figures. En témoignent les premiers écrits des théoriciens de la diplomatie, tels ceux d’Abraham de Wicquefort, à la fin du XVIIe siècle, qui dressent état des correspondances diplomatiques faisant preuve de qualités littéraires particulières, et qui rejettent les autres dans l’oubli. La correspondance de Philippe Canaye de Fresnes y est par exemple qualifiée de « pitoyable », en dépit de ses qualités politiques certaines.

Quelles sont les parts d’originalité ou de représentativité de Philippe Canaye ? Quels traits particuliers t’ont invité à le choisir parmi d’autres ?

Progressivement, l’historiographie a mis Canaye au rang de ces figures oubliées de la diplomatie henricienne, aux côtés de profils très variés. Lui-même fait montre d’un parcours de pur diplomate magistrat, tandis que d’autres se sont illustrés en tant que gens d’épée, de chefs de guerre, tels que son collègue et ami Nicolas Harlay de Sancy (1546 – 1629), sur lequel on dispose d’une bonne quantité de sources. Malgré les différences qui séparent les extractions de ces deux personnages, il a été intéressant d’examiner les moments, nombreux, où leurs chemins se croisent, et la proximité pouvant alors exister de fait entre la noblesse de robe et la noblesse d’épée.

Si j’ai choisi Philippe Canaye, alors que c’est celui sur lequel on dispose des sources les moins abondantes, c’est pour tout un faisceau de raisons. La première est parfaitement subjective : l’héritage littéraire le plus connu de Canaye aujourd’hui, ne correspond pas du tout à ses lettres d’ambassade, ni à son leg de diplomate, mais plutôt au mémoire d’un voyage de jeunesse qu’il a entrepris au lendemain de la Saint-Barthélemy à Constantinople, dans une démarche – rare pour l’époque – que l’on pourrait qualifier, avec Marie-Christine Gomez-Géraud, de quasi touristique. Ce « voyage du Levant », édité à la fin du XIXe siècle par Henri Hauser, montre chez le jeune homme une forme d’idéal humaniste, de vision positiviste du monde faisant preuve d’une grande modernité. Canaye analyse la société ottomane dans une disposition très lointaine de celle qu’adopterait un huguenot extrémiste qui ne verrait que « midi à sa porte ». Cette attitude, Canaye la partageait en fait avec toute une communauté de jeunes gens issus du milieu parlementaire parisien, éduqué dans l’humanisme tardif, qui se pose comme héritière naturelle de ce mouvement modéré, aussi appelé mouvement des « moyenneurs », des premières années des guerres de Religion, représenté par le chancelier Michel de L’Hospital, conseiller de la reine Catherine de Médicis. J’ai pris un grand plaisir intellectuel à la lecture de ce récit de voyage, ce qui m’a encouragé à mener une étude approfondie du personnage, des milieux desquels il est issu, et de sa trajectoire.

GritIll02
Carte de la Thrace de Nicolaus Sophianus, utilisée et corrigée par Fresnes-Canaye lors de son voyage à Constantinople, reproduite en annexe de l’édition de son Voyage du Levant (1897) réalisée par Henri Hauser. Détail. Source : Domaine public. Wikimedia Commons.

Une dernière impulsion, un peu plus tardive, qui m’a mis sur le chemin de cette recherche, tient de la « légende noire » qui entoure Philippe Canaye de Fresnes. Celle-ci prend ses sources dans l’historiographie protestante. Canaye est issu d’une famille de huguenots : ses parents, héritiers d’un clan de teinturiers parisiens proche des Gobelins, ont beaucoup contribué à la diffusion de la Réforme protestante en France. Son père lui-même a été inquiété dans l’affaire des placards de 1534. Deux de ses oncles sont morts dans les conflits de Religion, le troisième ayant dû s’enfuir en liquidant toutes ses activités industrielles parisiennes dans les suites de la saint Barthélemy. Malgré cela, et en dépit de son expérience politique, qui l’a mis au fait de l’évolution de la situation confessionnelle, et notamment des divisions qui scindaient le camp protestant, Canaye a fini par modérer sa position, et à épouser une forme de troisième voie qui admettrait un retour au catholicisme romain, avec certaines limites. Sa propre conversion, en 1601, a été décriée par ses pairs et les historiographes modernes comme une grave apostasie, une trahison envers son monde d’origine, motivée par une ambition dévorante. Les historiens protestants du XIXe siècle en particulier, notamment les frères Émile et Eugène Haag, sont allés jusqu’à juger que Canaye faisait partie des « mauvais génies » d’Henri IV, qui l’avaient amené à se détourner de la foi protestante – ce qui ne fait, soit dit en passant, aucun sens dans le cas de Canaye, puisque ce dernier s’est converti huit ans après le roi.

L’ensemble de ces éléments a nourri mon intérêt pour ce personnage particulier : tout en m’intéressant à une pensée humaniste, je me proposais de « réhabiliter » partiellement le personnage, avec toute la prudence qui était bien sûr de mise dans pareil exercice. Je devais en effet ne pas rester aveugle au programme de politique ainsi qu’à l’ambition sous-jacente que cultivait Canaye, qui ne sont pas strictement propres à son parcours, mais qui demeurent très éloquents quant aux évolutions politiques et confessionnelles de l’époque, vers le gallicanisme et l’absolutisme « à la Richelieu ».

Tu as évoqué la rareté des travaux d’histoire de la diplomatie sur la période de la fin des guerres de Religion. Quelles sont les spécificités des acteurs de ce moment ?

Les diplomates, et autres membres du personnel transitant des clientèles d’Henri III à celle d’Henri IV, ont suivi des trajectoires difficiles, mais leur travail de conciliation a permis à la France de retrouver rapidement une place assez appréciable sur la scène internationale, après une trentaine d’années d’un très relatif retrait. Ce renouveau prépare la seconde phase du règne d’Henri IV, après l’abjuration et la reconquête militaire. On en connait l’imagerie stéréotypée du « bon règne », et les quelques figures iconiques qui l’accompagnent : Sully, Villeroy, Barthélemy de Laffemas… Ces conseillers-là, dans le roman national français, ont complètement éclipsé les diplomates, seulement récemment remis au jour par une nouvelle génération de chercheuses et de chercheurs, héritière d’Arlette Jouanna ou de Denis Crouzet.

Leurs travaux s’intéressent non seulement à la réalité des guerres de Religion à l’intérieur du pays, mais aussi à la dimension internationalisée des conflits, qui peuvent passer à certains égards comme un prélude aux évènements qui agitent l’Allemagne avant les traités de Westphalie. L’un des apports de cette historiographie est d’avoir mis au jour la part de continuité existant entre les guerres de Religion et la diplomatie « modernisée » et institutionnalisée du XVIIe siècle, qui prend encore en compte cette « société des princes » chère à Lucien Bély, mais qui s’appuie désormais sur un appareil d’ambassadeurs en titre. Ces derniers seront par la suite plus à même de se reposer sur des rouages politiques, un personnel entretenu autour d’eux, ainsi que sur une société de secrétaires qui garantissent l’existence d’un appareil d’ambassades permanentes inscrit durablement dans l’ensemble des cours européennes. À l’inverse, avant la période westphalienne, on avait plutôt affaire à des rapports extrêmement personnalisés, dans lesquels chaque diplomate, chaque agent jouait sa carte, et faisait intervenir ses propres réseaux familiaux, sociaux, érudits, humanistes, dans une économie de la diplomatie européenne finalement encore largement tributaire des rapports issus de la sphère privée.

GritIll03
Anonyme, Henri IV s’appuyant sur la religion pour donner la paix à la France, v. 1590, huile sur bois, 33 x 25 cm, Pau, Musée national du Château de Pau.

Sur le plan politico-religieux, le « politique » Canaye se place dans l’héritage des modérés, qui ont tellement souffert durant les guerres de Religion – qu’ils soient catholiques ou protestants – des conflits et de leurs conséquences, qui se sont montrés si meurtris de la façon dont l’État était mis à la dérive, qu’ils ont proposé au lendemain de crises un complet renouveau politique. Leur système est centré autour d’une soumission calculée à un monarque absolu, catholique mais capable de négociations avec les protestants, père d’un nouvel esprit de concorde incarné par l’édit de Nantes. Ce monarque serait également garant d’une certaine autonomie à l’égard de Rome tout en reconnaissant l’ « utilité » du Pape, dans une forme de proto-gallicanisme. Par son profil autant que par son action d’ambassadeur et de magistrat, Fresnes-Canaye fut un acteur important de ces mutations.

Par quelles sources as-tu commencé à saisir le parcours de Philippe Canaye de Fresnes ? Une historiographie existait-elle déjà à son égard ?

Il existe en effet une historiographie ancienne concernant Canaye, à laquelle j’ai recouru comme on étudierait une source historique. Il s’agit de ses lettres et ambassades, dont la partie relative à la période qui suit sa conversion de 1601 a été éditée – partiellement – par Robert Regnault en 1635, date de l’entrée en guerre de la France de Richelieu contre l’Espagne. Philippe Canaye s’étant posé comme opposant radical à la Ligue catholique animée par l’Espagne et, partant, aux Habsbourg eux-mêmes, il était alors opportun pour le pouvoir de donner un lustre posthume à sa figure. Le problème de cette source tient à son caractère parcellaire, qu’on ne peut compléter du fait que la plupart des lettres citées sont aujourd’hui perdues, mais aussi à son caractère partial, vu le biais consistant à présenter Canaye comme un bon catholique repenti de ses erreurs, qui aurait été dévoyé de la foi romaine dès le début de sa vie par ses parents huguenots (il a été baptisé catholique par prudence : son père n’a semble-t-il pas renoncé au calvinisme après son abjuration lors de l’affaire des placards). Surtout, cette édition gomme totalement les contacts maintenus par le diplomate entre 1601 et 1607 avec d’anciens coreligionnaires protestants. L’autre gros défaut de cette source provient, indépendamment du fait religieux, de la façon dont Regnault traite les questions diplomatiques : il ne tient pas compte des pratiques, et ne s’intéresse qu’à leur résultat. L’ensemble des détails personnels – les lettres de Canaye à sa famille, à ses serviteurs, relatives à son entourage ou à ses voyages – a été éludé, sauf quand cela était porteur, selon Regnault, d’une valeur d’anecdote historique.

Quant à l’historiographie contemporaine, sans que Canaye ait jamais fait l’objet d’une étude complète, le diplomate a été assez fréquemment abordé dans des sujets transverses, qui pouvaient concerner tantôt l’Europe humaniste, les entourages henriciens en général ou le personnel diplomatique en particulier (Hugues Daussy, et son élève thésard Alexis Vuillez), la « crise de l’interdit » entre Rome et Venise (Jessica Dalton, Sylvio de Franceschi) ; ou les relations de voyage au Levant (Anna Bettoni).

Le caractère méconnu de la figure de Canaye suppose une certaine rareté des sources d’archives le concernant. Quelles sont-elles, et quels enjeux ont fait peser leur dispersion sur ton travail de jeune chercheur ?

Sur les conseils de M. Olivier Poncet, j’ai commencé mon travail par la consultation des quelques sources dont ce dernier avait connaissance, dans les archives notariales. Cela représentait en réalité très peu de choses, du fait même de la place relativement marginale tenue par Canaye de Fresnes de son vivant. Celui-ci n’était pas particulièrement riche, ne possédait pas beaucoup de terres, n’exerçait pas une influence particulière à la cour… Il ne dirigeait pas une puissante clientèle, et n’était pas non plus lui-même inséré dans des réseaux de clientélisme importants. Bien plutôt, il ne se référait qu’au roi lui-même, directement. C’est d’ailleurs l’une des causes de son isolement et de sa faillite. Cette discrétion fait qu’il n’a que laissé peu de sources, carence accentuée par l’ « entropie » naturelle à laquelle sont soumis les fonds d’archives…

Un débat qui a vu le jour dès le début de ma recherche : devais-je élargir mon étude à l’ensemble de la vie de Canaye de Fresnes, ou plutôt me concentrer sur son activité politique ? J’ai finalement décidé d’approfondir les aspects privés du personnage dans le cadre de ma thèse, après avoir concentré mon mémoire de Master à Paris-IV sur les questions diplomatiques. Sa famille, ses années de formation, mais également ses liens avec la République des Lettres ont concentré mon attention.

Les sources notariales, dans ce cadre, m’ont fourni quelques compléments. J’ai dû traquer mon personnage dans le Minutier central des Archives nationales, qui conserve des inventaires après décès de lui et de son épouse, ainsi que quelques autres sources parcellaires. Quand Canaye commence sa carrière au Parlement de Paris, il ne plaide quasiment jamais : les mentions de son nom dans des actes ne laissent pas nécessairement présager que Canaye y ait joué un rôle d’importance… Cela eut certain pouvoir déceptif lors du dépouillement.

Pour la période 1589 – 1593, durant laquelle Philippe Canaye de Fresnes a été ambassadeur en Allemagne, les minutes de sa correspondance active sont conservées à la BnF (Département des manuscrits), fonds incomplet qui représente de six à sept cent lettres. Cette source inédite est particulièrement précieuse pour évaluer à quel point la main de l’éditeur Regnault a été lourde sur les correspondances ultérieures.

Il me faut encore citer les Archives d’État de Genève, où Philippe Canaye dont le dépouillement s’est malheureusement avéré décevant, puisqu’il ne m’a pas permis de retracer le parcours mobilier et immobilier des époux Canaye. Seuls quelques éléments de correspondance privée sont reparus dans ces fonds.

GritIll04
Armes de Philippe Canaye de Fresnes, telles que figurées sur sa tombe de l’église Saint-Éloi de Fresnes (Val-de-Marne).

À ce sujet, les fonds de la série S (S3555 et S3585) des Archives nationales, livrent quelques détails sur la seigneurerie de Fresnes (gare aux homonymes !), sans éclairage exhaustif. Cette seigneurerie a connu un âge d’or dans la génération suivant Canaye, lorsqu’elle a été rattachée au patrimoine des Brulart de Sillery, qui en ont fait avec le terroir de Berny une terre agricole extrêmement prospère, sur laquelle seront ensuite construits plusieurs châteaux imaginés par le jeune Mansart. Pour autant, à l’époque de Canaye, cette terre est largement dévastée par les conflits religieux. Canaye lui-même n’entretenait qu’un rapport très distant avec ses possessions, et n’en tirait que de modestes rentes. Le chapitre cathédral de Paris, empire immobilier, en sapait en vérité l’essentiel des revenus.

La charge d’ambassadeur suppose pourtant, dans l’imaginaire véhiculé par le célèbre tableau d’Holbein, une certaine richesse !

Un inventaire après décès donne un aperçu des biens de Canaye à la fin de sa vie, alors qu’il se présente comme partagé entre disgrâce et ruine financière, malgré son extraction aisée. Canaye s’est notamment débarrassé, tout au long de sa vie, de nombreuses rentes ou de possessions immobilières, en quête de liquidités. Ces transactions ne sont que documentées entre les lignes dans les correspondances et ambassades de Canaye – qui ne sont, on le rappelle, que partiellement éditées, et dont la plupart des détails triviaux ont été gommés : envois de bijoux, cadeaux à son épouse, ressources complémentaires… Le propre des diplomates henriciens de l’époque est d’être toujours en quête de ressources, et de ne pas réussir à tenir leur rang avec les seules moyens qui leur sont allouées (du moins, selon leurs déclarations). Canaye en particulier s’en plaint fréquemment à son entourage ou aux conseillers du roi, en comparant sa propre situation, relativement modeste, au faste déployé par ses rivaux, espagnols notamment.

Pour autant, l’inventaire après décès mentionne un trésor dormant absolument mirobolant, constitué de bijoux, de vêtements luxueux, d’argenterie et de plusieurs dizaines de milliers de perles, qui proviennent évidemment de pots de vin ou de cadeaux diplomatiques en tous genres… Alors que, dans le même temps, Canaye s’est largement endetté à la fin de sa vie, par exemple pour doter sa dernière fille. Ce trésor a servi à éponger, au moment de sa mort, l’ensemble de ses dettes, pour nettoyer l’ardoise de ses héritiers. Ces derniers, plus assez riches pour se maintenir au service direct de la monarchie, se sont peu à peu réfugiés dans une forme de noblesse d’épée rurale, avant de disparaître corps et biens. On peut supposer que ce trésor avait, du vivant de Canaye, une véritable utilité, à mettre au titre de l’importance du « paraître » dans les fonctions d’ambassadeur.

En effet, Canaye se met en scène en permanence. À la lecture des sources écrites, il est impossible de s’assurer de ce qu’il pense vraiment, à part peut-être au détour de lettres qu’il adresse à ses anciens coreligionnaires protestants, avec lesquels il manifeste plus facilement le fond de sa pensée. En tant qu’ambassadeur en poste, Canaye sait qu’il est systématiquement scruté, notamment par les Espagnols, qui ouvrent son courrier quand celui-ci passe par Milan, puisqu’il représente l’émanation directe de la diplomatie henricienne. De ce fait, il redouble de vigilance, développant des chefs d’œuvre de protestation de sa nouvelle foi catholique, non sans duperie. Cela lui vaudra même une absolution directe de la part du pape, avant une résurgence des tensions avec Rome dans le cadre de la « crise de l’interdit » vénitien.

Au-delà du patrimoine mobilier et immobilier de Philippe Canaye de Fresnes, tu as été en mesure de documenter son paysage intellectuel. Quelles sont les conclusions – et leurs limites – que tu peux tirer de l’influence de l’humanisme dans le parcours du diplomate ?

Au sein de l’inventaire après décès de Philippe Canaye de Fresnes figurent un inventaire général de sa bibliothèque, ainsi qu’un inventaire réduit de quelques livres et manuscrits que le défunt souhaitait préserver de la mise à l’encan, pour les transmettre à ses enfants. Leur typologie est extrêmement intéressante, bien que le travail d’investigation se soit parfois avéré complexe, en raison de l’orthographe hasardeuses des titres, ou de mentions trop peu explicites, évoquant des ouvrages par leur seul aspect matériel.

Sur les quelque trois cent livres de la bibliothèque de Canaye – un chiffre modeste par rapport à d’autres politiques et penseurs contemporains (son ami de Thou, son collègue Jacques Bongars, etc.) –, je n’ai pu qu’en identifier précisément autour de 60%. Cela suffit tout de même à poser le personnage comme un véritable bibliophile. Malheureusement, l’inventaire après décès ne donne qu’un aperçu de l’état final de la bibliothèque, et invisibilise toute la part de mouvement qui anime le parcours de Canaye. J’ai tenté, grâce aux correspondances qui ont été conservées, de reconstituer les dons et dédicaces d’ouvrages qui ont pu lui avoir été faits au long de sa carrière. À nouveau, cet examen a montré que la bibliothèque était un outil de représentation. Dès la conversion de Canaye, des références comme des bréviaires catholiques romains, voire même des ouvrages pamphlétaires écrits entre autres par des jésuites contre certains de ses anciens coreligionnaires et amis sincères, prennent une place de choix dans sa bibliothèque. Dans une dynamique semblable, on peut considérer que c’est à Venise, grande plaque tournante du commerce du livre au début du XVIIe siècle, que s’est constitué l’essentiel de l’état final de la collection de Canaye. Pour autant, quelques références protestantes y persistent, tels des ouvrages fournis par l’humaniste protestant Isaac Casaubon (1559 – 1614), qui se trouve par ailleurs être un excellent ami de Canaye, même après sa conversion.

GritIll05
“La Bible qui est toute la Saincte Escriture du Vieil & du Nouveau Testament”, Genève, 1588, in-fol., au nom et aux armes de Philippe Canaye de Fresnes, collection du Musée du Désert de Mialet (Gard).

À travers cette portion de bibliothèque que Canaye a transmis à ses enfants pour leurs études se dessine une culture biface, cherchant dans la modération irénique une troisième voie. Elle témoigne également d’une culture diplomatique au sens large qui s’appuie largement, chez les protestants comme chez les catholiques, sur des réseaux littéraires et privés qui ne font pas de distinction entre les différents milieux confessionnels et sociaux.

Canaye a également fait preuve d’une activité de critique vis-à-vis des publications de ses pairs, avec lesquels il échange, plaidant toujours pour la modération. Au contraire de certains de ses collègues comme Jacques Bongars (1554 – 1612), éminent diplomate et humaniste, il n’a cependant pas les moyens financiers pour animer d’importants réseaux d’échanges de manuscrits et pour participer pleinement à l’activité d’édition philologique qui a alors cours. La contribution de Canaye est donc modeste, bien que constante. Ses compétences d’helléniste transparaissent dans certains travaux, comme cette édition princeps d’une traduction complète en français de l’Organon (1589) d’Aristote, rédigée surtout pendant son exil en Suisse. Travail rare, puisque son occupation de diplomate ne lui laisse que peu de temps pour des activités savantes.. Il a surtout participé à des œuvres collectives, en philosophie, arithmétique, logique ou poésie. Sa femme Renée est d’ailleurs une cousine éloignée de Ronsard, qui fréquente les Canaye malgré leurs dissensions confessionnelles.

La culture humaniste de Canaye est comme une frontière entre le privé et le public, et permet de comprendre les stratégies qui ont orienté sa carrière, tant sur le plan de la représentation diplomatique que dans son parcours d’honnête homme, qui cherche des relations pour se démarquer dans la société politique et savante, pour placer sa descendance, etc.

Es-tu parvenu à te défaire entièrement de l’imaged’ambitieux cynique que l’historiographie traditionnelle avait appliquée à Canaye de Fresnes ? Quel est son programme politique ?

Il existe une cohérence relative qui guide tout le parcours politique de Philippe Canaye, qui vient casser, ou tout du moins modérer, cette image tenace d’opportunisme construite par l’historiographie. Un temps particulier de la vie de Canaye est très intéressant, entre son ambassade en Allemagne (1589 – 1593), et son ambassade à Venise (1601 – 1607), au moment où Henri de Bourbon prend Paris et où le rapport de force entre le pouvoir royal et la Ligue s’inverse, mouvement de reconquête qui s’accompagne d’une pacification du pays, bien étudiée par Denis Crouzet et d’autres historiennes et historiens du protestantisme. C’est une période d’assemblées et de débats religieux, qui préparent l’édit de Nantes, accompagnée de pardons collectifs. Il devient alors important de ne plus parler des conflits, des divisions qui avaient généré la violence. Dans ce temps consacré de réconciliation et de concorde, Canaye retrouve un rôle de grand magistrat, en tant que président de la Chambre mi-partie de Castres, en Languedoc (étudiée dans sa thèse d’École des chartes par Stéphane Capot), dans laquelle les juges avaient à se prononcer sur les nombreuses affaires liées à la réparation des guerres de Religion, siégeant de façon paritaire entre foi catholique et protestante, dans ce Midi particulièrement touché par les divisions confessionnelles. À cette charge, Canaye participe à un programme de modération et d’arbitrage des dernières querelles religieuses, quitte à déjà marquer son opposition aux excès de ses propres coreligionnaires.

C’est dans ce contexte qu’il se brouille, au cours d’une scène magistrale, avec Agrippa d’Aubigné, lors d’une des dernières réunions préparatoires à l’édit de Nantes. À ce moment, Canaye a déjà une réputation de suppôt du roi, qui renoncerait à tout y compris sa foi, par ambition, pour complaire au monarque. D’Aubigné l’insulte ni plus ni moins devant l’assemblée ; l’accusé s’offusque par des protestations outrées (« Dans quel monde sommes-nous ?»), avant de se faire répondre par le polémiste, en latin : « Nous sommes là où les rats rongent le fer ». D’Aubigné ferait ici référence à l’influence dont Canaye jouirait auprès du roi, et qui lui aurait permis d’orchestrer une partie des disgrâces prononcées par Henri IV, dont celle de d’Aubigné – fait qui n’est pas encore historiquement avéré.

Cette période se termine juste avant la conversion de Canaye par la conférence de Fontainebleau (1600), dernière grande dispute licite où s’affrontent Duplessis-Mornay, « le pape des huguenots » (1549 – 1623), grand théologien calviniste et compagnon d’armes de Henri IV, et Jacques Davy du Perron, évêque d’Évreux (1556 – 1618), acteur principal de l’abjuration et du couronnement du roi. Ces deux docteurs en théologie s’affrontent dans une mise en scène globale de la victoire définitive du parti catholique. L’évènement est orchestré : les arguments de Duplessis-Mornay ne sont pas écoutés, ses fiches truquées… À la demande du roi, Fresnes-Canaye aurait été mandé comme organisateur, mais se serait finalement retrouvé malgré lui aux rangs des juges protestants aux côtés de son ami Isaac Casaubon. Après la « défaite » de Duplessis-Mornay, alors que l’assemblée se disperse, le roi serait resté à Fontainebleau, en la seule présence de l’orateur défait… et de Philippe Canaye. Cet évènement en particulier a contribué à la légende noire du diplomate, attestant toutefois de la proximité privilégiée entre le monarque et son fidèle.

En réalité, les sept années de présidence de la chambre de Castres (1594 – 1600), malgré cet interlude de Fontainebleau, résultent plutôt en droite de ligne du vécu de Canaye des divisions confessionnelles, dans sa famille comme lors de sa mission en Allemagne, où il fait l’expérience des dissensions radicales entre princes d’Empire calvinistes, luthériens ou anabaptistes qui refusent de collaborer pour lutter contre la montée de la Ligue en Europe, et plus particulièrement en France sous l’impulsion des Guise. Ceux-ci utilisent comme prétexte la Religion, argument de façade à leurs divisions toutes politiques et personnelles. Canaye vit mal cette première mission diplomatique, dans laquelle il se sent délaissé, comme le révèlent les nombreuses plaintes qu’il formule dans sa correspondance de l’époque. Il n’y cite pas son personnel, semble seul. Cela témoigne du fait, connu par d’autres historiens de la diplomatie, qu’au moment de l’avènement d’Henri IV, l’heure était à la recomposition des réseaux diplomatiques, à la fois sur la base de ses anciens serviteurs « navarrais », protestants, mais aussi avec l’aide de catholiques jusqu’ici au service d’Henri III. Cette période de recomposition génère d’importantes concurrences, parfois des émulations, mais permet également une gestion complémentaire des ambassades : des protestants sont envoyés auprès des princes protestants, des catholiques auprès des catholiques… Canaye, lui, sortant relativement dégoûté de son expérience allemande, se met en retrait du protestantisme, créant des aspérités avec certains de ses anciens coreligionnaires, comme Théodore de Bèze (1519 – 1605).

GritIll06
Émile-Henri Blanchon (v.1845-1920), “Philippe Duplessis-Mornay à la conférence de Fontainebleau”, 1894, huile sur toile, 54 x 73 cm, Pau, Musée national du Château de Pau.

Canaye aboutit in fine à un programme politique réfléchi, qui commence à définir l’absolutisme. Il n’envisage pas son service au roi comme une dévotion gratuite, mais plutôt comme une mission motivée auprès d’un monarque ayant fait ses démonstrations de sagesse, de modération, de sens politique, et d’indépendance à l’égard de Rome. Canaye se constitue comme un trait d’union à la fois entre les confessions, mais également entre ce milieu des parlementaires parisiens très soucieux du pouvoir des corps intermédiaires et les théoriciens de l’absolutisme à venir, sous les règnes de Louis XIII et de Louis XIV.

Chez les Politiques et héritiers des « moyenneurs » à l’instar de Philippe Canaye de Fresnes, la chose publique dépasse le confessionnel. L’inverse, durant la seconde moitié du XVIsiècle, a coûté trop de drames profonds. L’absolutisme est une façon pour Canaye de réguler l’exercice du pouvoir religieux, mettant, pour ainsi dire, le roi avant la foi. On distingue dans ce point la grande actualité des enjeux auxquels pouvaient être confrontés les diplomates de l’époque moderne, et la part d’enseignement que l’on peut tirer, encore aujourd’hui, de cette période des guerres de Religion, à l’heure où les questions confessionnelles ressurgissent sur la place publique et où s’aiguise le débat sur la laïcité. C’est cette observation qui a fait dire à Francis Thomas, historien amateur et descendant de Canaye de Fresnes que son aïeul diplomate pouvait être considéré comme un « inventeur de la laïcité ».

Ta thèse a été lauréate du prix Auguste-Molinier, qui distingue chaque année la thèse la plus prometteuse de la promotion. Souhaites-tu cultiver ce succès, et encore approfondir tes recherches ?

Si je me destine dans l’immédiat à me présenter aux concours des conservateurs d’État en bibliothèque, je garde néanmoins à l’esprit un projet de doctorat. Cet horizon de recherche inclura d’autres pairs de Fresnes Canaye, ce qui me permettra, je l’espère, d’éclairer encore davantage cette phase historique de la diplomatie française. La source inédite que constituent les minutes des lettres de Canaye en Allemagne est encore à traiter en profondeur, et j’y perçois déjà une importante plus-value. Ce travail permettra sans doute à d’autres chercheuses ou chercheurs de comprendre de manière plus large la question du personnel henricien. Malgré les recherches récentes, ce terrain historiographique est encore relativement en friche, et mérite l’attention d’acteurs et d’actrices de la recherche, sur les générations à venir.


BIBLIOGRAPHIE SÉLECTIVE

  • Bély Lucien et Poumarède Géraud (dir.), L’incident diplomatique, XVIe -XVIIIe siècle, Paris : Éditions A. Pedone, 2010.
  • Bettoni Anna, « Le isole dell’Archipelago nel Voyage di Philippe Du Fresne-Canaye », dans L’Europa e il Levante nel Cinquecento, Luisa Zilli (dir.), vol. II : Le isole del Mediterraneo orientale nella letteratura di viaggio, Padoue : Unipress, 2004, p.149-176.
  • Canaye de Fresnes Philippe, Lettres et Ambassades de Messire Philippe Canaye, seigneur de Fresne, conseiller du Roy en son Conseil d’Estat, Robert Regnault (éd.), Paris : Etienne Richer/Adrien Taupinart, 1635-1645, 3 t.
  • — , Le Voyage du Levant de Philippe du Fresne-Canaye (1573), Henri Hauser (éd.), Paris : Ernest Leroux, 1897.
  • Capot Stéphane, Justice et religion en Languedoc : la Chambre de l’Édit de Castres (1579-1679), Paris : École nationale des chartes, 1998.
  • Daussy Hugues, Les Huguenots et le roi. Le combat politique de Philippe Duplessis-Mornay (1572-1600), Genève : Droz, 2002.
  • Descimon Robert, Gobelin et Canaye, entrepreneurs de teinturerie en draps à Saint-Marcel (mi XVe siècle, vers 1580), mémoire de maîtrise sous la dir. de P. Villar, Université de Paris, 1969.
  • Desenclos Camille, « Diplomate huguenot ou humaniste ? Le modèle de l’agent français auprès des princes protestants de l’Empire (1589-1620) », dans L’Identité du diplomate (Moyen Age – XIXe siècle) : métier ou noble loisir ?, Indravati Félicité (dir.), Paris : Classiques Garnier, 2020, p. 31-44.
  • Diplomaties rebelles. Huguenots, Malcontents et ligueurs sur la scène internationale (1562-1629), Fabrice Micallef et Matthieu Gellard (dir.), Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2022.
  • Franceschi Sylvio de, « Les ambassades henriciennes : un âge d’or de la négociation. Les premières éditions imprimées de la correspondance des ambassadeurs de France sous Henri IV », dans De l’ambassadeur : les écrits relatifs à l’ambassadeur et à l’art de négocier du Moyen Age au début du XIXe siècle, Jean-Claude Waquet, Stefano Andretta et Stéphane Péquignot (dir.), Rome : École française de Rome, 2015, p. 379-404.
  • Gomez-Géraud Marie-Christine, Écrire le voyage au XVIe siècle en France, Paris : Presses Universitaires de France, 2000.

Les positions des thèses d’école des chartes soutenues en 2023 sont consultables au format papier, en attendant leur publication en ligne au courant de l’année 2024. Le dépôt des thèses et leur diffusion, en format électronique ou papier, se fait à la discrétion de leurs auteurs·ices.



Citer ce billet
Hugo Forster (2023, 7 août). Le roi avant la foi. Parcours d’un diplomate « politique » face aux guerres de Religion. Chroniques chartistes. Consulté le 15 avril 2024, à l’adresse https://chartes.hypotheses.org/9663

Une réflexion sur « Le roi avant la foi. Parcours d’un diplomate « politique » face aux guerres de Religion »

  1. Bonjour Monsieur, je souhaiterais dans le cadre de recherche privées et généalogiques, acquérir un exemplaire complet de la thèse de Clément Grit. Pourriez-vous m’indiquer comment faire ?
    Bien cordialement
    L. Ginestet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.