MariaLeszczynska_Portrait_Bannière

Derrière les ors de Versailles, service et serviteurs de Marie Leszczynska

Entretien avec Jehanne Fleury, archiviste paléographe (promo. 2023), qui a soutenu le jeudi 1er juin 2023 sa thèse d’École des chartes intitulée Servir la reine. La Maison de la reine Marie Leszczynska (1725-1768). Cette thèse a été dirigée par M. Olivier Poncet, professeur d’archivistique, diplomatique et histoire des institutions de l’époque moderne à l’École nationale des chartes (ENC), et Mme Pauline Lemaigre-Gaffier, maîtresse de conférences en histoire moderne à l’Université Versailles-Saint-Quentin (UVSQ)1. Propos recueillis par Luc Grosshans (AP2).


Comment en es-tu arrivée à Marie Leszczynska ?

De façon assez classique, à vrai dire ! Je savais que je voulais travailler sur le monde de la cour J’avais déjà en tête depuis la prépa l’idée d’un travail de recherche portant sur le règne de Louis XV, parce que j’avais le sentiment qu’il n’était pas assez connu, en tout cas qu’il n’avait pas été aussi étudié que ceux de Louis XIV et de Louis XVI. J’avais particulièrement envie de travailler sur les femmes à la cour, alors je me suis intéressée, dans un premier temps, à la Maison de Mesdames, filles du roi. Marie Leszczynska n’est pas tout de suite celle sur qui j’avais porté mon dévolu ! Quand, au cours de la premi, j’ai contacté Mme Pauline Lemaigre-Gaffier, j’ai appris qu’un mémoire de master venait d’être soutenu, sous sa direction, portant justement sur la Maison de Mesdames2. M. Olivier Poncet et Mme Pauline Lemaigre-Gaffier m’ont alors invitée à regarder du côté des archives de la Maison de leur mère, Marie Leszczynska, qu’a priori personne n’avait exploitées en tant que telles. En les découvrant, j’ai pu mesurer l’intérêt qu’elles comportaient et j’ai été très heureuse de ce nouveau sujet de recherche.

Les premières boîtes d’archives que j’ai consultées contenaient des registres de provisions, de charges et de retenue. Même s’il s’agissait en fait d’une sobre succession de charges en face desquelles étaient inscrits les noms de ceux qui allaient les pourvoir, je trouvais passionnant de constater matériellement que la vision de la vie de cour que l’on se fait généralement, avec le roi, son épouse, la famille royale, entourés de courtisans nobles, est largement à nuancer. Plus de 90% des noms qui figuraient sur ces registres m’étaient totalement inconnus ! Et pourtant ils avaient largement contribué à faire fonctionner le monde de la cour. Même la consultation des comptes ne m’a finalement pas déplu, car je m’interrogeais depuis un certain temps sur les coûts de fonctionnement de cette vie au château de Versailles. Je suis en tout cas infiniment reconnaissante envers mes deux directeurs de m’avoir aiguillée vers ce sujet.

Justement, quelles ont été les sources que tu as utilisées dans tes recherches ?

Les principales sources que j’ai pu consulter et analyser sont conservées aux Archives nationales, dans la sous-série O1, celle de la Maison du roi. Les articles concernant la Maison de Marie Leszczynska s’étendent de la cote O1 3717 à la cote O1 3742. Ce fonds comporte en très grande part (jusqu’à la cote O1 3741) les fameux registres de provisions, de charges et de retenue évoqués précédemment. Vingt-cinq registres nous sont restés des quarante-trois années de règne de Marie Leszczynska (1725-1768), ce qui est conséquent et permet de se faire une bonne idée de ce qu’a été sa Maison. D’emblée, cela m’a permis de bien pouvoir cerner quel était le personnel qui entourait la reine, quelles étaient ses dépenses et la façon dont tout cela était géré. De manière un peu plus anecdotique, j’ai pu retrouver quelques lettres de Marie Leszczynska qui, même si elles étaient très procédurières, parce que contraintes par le cadre administratif, permettaient de voir un peu la reine derrière son administration. Le carton O1 3742 contenait de nombreux documents très divers sur la Maison, les états, les dépenses, des lettres, sans doute rassemblés et en partie copiés par les officiers de Marie-Antoinette, lorsqu’elle est devenue dauphine et qu’il s’est agit d’organiser sa propre Maison. Ce vrai travail d’historien avant l’heure représente une somme considérable : j’en ai fait près de deux mille photos ! Avec ces registres et ce carton, je partais déjà avec beaucoup de travail.

JFleury_O13720
Première page du registre 01 3720.

En plus de cela, j’ai découvert assez vite, à la Bibliothèque de l’Arsenal, les archives du marquis de Paulmy qui avait été, en plus d’être le fondateur de cette institution, le chancelier de Marie-Antoinette. Dans ses papiers personnels j’ai donc pu trouver des papiers sur la gestion plus purement administrative de la Maison, avec des états au vrai des dépenses3 et des correspondances de commis et de secrétaires – en somme, tout ce qui pouvait compléter le fonds des Archives nationales. En parallèle, je suis également allée voir du côté des archives du secrétariat de la Maison du roi, qui intervient régulièrement dans les paiements effectués pour la reine et parce que tout officier doit recevoir le « bon du roi »4 pour exercer.

Pour étudier les familles d’officiers, les pensions et les actes notariés, conservés au Minutier central, les registres paroissiaux – heureusement publiés en ligne ! – m’ont été très utiles. J’ai même pu effectuer quelques sondages dans les archives de la Prévôté de l’Hôtel du roi, dont le fonds est aujourd’hui aux Archives départementales des Yvelines, pour essayer de nuancer l’idée d’une cour où tout n’est que fastes, même si mes recherches de côté-là n’ont pas été très fructueuses, en raison de l’ampleur considérable du fonds, qui nécessiterait un travail à part entière.

Tu as aussi convoqué des sources imprimées…

En effet, parmi les premières sources que j’avais envisagées se trouvaient les diverses publications des listes d’officiers du roi, largement diffusées sous l’Ancien Régime, les États de la France, l’Almanach de Versailles et l’Almanach royal. Mais je me suis vite rendue compte qu’ils étaient assez fautifs, qu’ils continuaient à mentionner certains officiers alors que ceux-ci n’étaient déjà plus en charge, en somme qu’ils n’étaient pas toujours fiables. Je ne les ai pourtant pas abandonnées, mais je les étudiais toujours avec précaution. Les mémorialistes sont également importants quand on parle de Versailles. Je pense aux mémoires de Luynes, plus particulièrement parce que son épouse était dame d’honneur de Marie Leszczynska et qui est donc très au fait des changements au sein de la Maison de la reine. Ces mémoires ont été largement convoqués par l’historienne polonaise, Katarzyna Kuras, dans une thèse où elle souhaitait présenter la Maison de la reine comme un espace de pouvoir et s’est donc concentrée sur la question des interactions entre les grands officiers de la reine et le reste de la cour5. Pour ma part, je souhaitais plutôt regarder du côté des autres officiers, moins élevés dans la hiérarchie de cour et qui, de fait, n’apparaissent que peu sous la plume de Luynes, ou alors de façon détournée.

Évoquer le service de la reine, c’est s’attaquer à la question de ce qu’« être un officier » veut dire. Tu as bien montré que la notion telle que comprise au XVIIIe siècle ne coïncide pas toujours avec celle qu’en ont les historiens. Peux-tu revenir sur ce point ?

Je me suis appuyée sur le travail très précis de Sophie de Laverny6, sur les domestiques commensaux du roi sous Louis XIV, qui montre bien qu’au sens strict l’officier est celui qui a reçu une provision d’office7. Dans la Maison de la Marie Leszczynska je n’en ai trouvé que très peu dans ce cas, la très grande majorité sont, en fait, pourvus par une lettre de retenue – ce qui ne consiste donc pas en un office au sens propre. Mais de fait, ils se font bien appeler « officiers », peut-être par abus de langage. Je pense cependant que cet usage n’est pas tout à fait impropre, ce qui m’a amené à donner une définition plus large de ce qu’est un officier, en considérant comme tel ceux qui étaient inscrits dans l’état de la Maison de la reine, puisqu’il s’agit bien là du personnel pérenne au service de Marie Leszczynska. Mais il est vrai aussi que, dans les registres paroissiaux, j’ai pu trouver des cas plus curieux de personnes qui se présentaient comme des « officiers », mais que l’on ne retrouve pas dans les états. Cela peut s’expliquer par le fait qu’il y avait un grand nombre de garçons d’office qui sont beaucoup plus difficiles à cerner, parce qu’il n’y a pas de liste exhaustive de tout ce personnel subalterne servant principalement dans le département de la Bouche de la reine. Peut-être que certains d’entre eux font partis de ces « officiers » non recensés. Cela me paraît étonnant : en effet, les garçons d’office sont généralement assez précis lorsqu’il s’agit de décrire leur activité.

Je me souviens également d’un exemple tout à fait déconcertant : il s’agissait d’un individu, Louis Dagest, se qualifiant d’« officier de la reine, de la dauphine et de Mesdames », alors qu’il ne se retrouve nulle part à cette date-là. En l’occurrence, son père, Gabriel Dagest, était coiffeur de Marie Leszczynska, occupant la charge de perruquier, baigneur, étuviste de la reine, et peut-être servait-il auprès d’autres princesses avec l’assistance de son fils. Louis apparaît tout de même officiellement dans les états de la cour quelques années plus tard. Difficile d’y voir bien clair tant la pratique semble plastique. Il faut également ajouter le fait que le statut d’officier est important dans la société d’Ancien Régime, ce qui pourrait également expliquer une telle appropriation. On peut aussi se demander dans quelle mesure l’administration formalise un état de fait, ce qui pourrait être la raison de ces latences entre le moment où un individu se déclare officier et le moment où il est indiqué comme tel dans les registres de la Maison de la reine.

JFleury_CaptureRegistre
Page de registre paroissial des mariages de la paroisse Saint-Louis de Versailles, 1760, 4E 3692 où apparaît l’« officier de la reine, de la Dauphine et de Mesdames », fol. 25v.

Tu viens d’évoquer l’administration et, en effet, on l’oublie souvent, mais derrière le faste de la cour, il y a une véritable machine administrative, dont l’étude rejoint l’histoire institutionnelle et les questions archivistiques, qui sont au cœur des enseignements de l’École nationale des chartes, peux-tu nous en parler ?

L’administration de la Maison de la reine n’est pas toujours aisée à cerner. Il existait des instances qui encadraient sa gestion. En particulier le Conseil de la reine, qui se réunissait une fois par an. Sous Marie Leszczynska, il n’était pas aussi puissant qu’il avait dû l’être sous Anne d’Autriche, puisque cette dernière possédait des terres provenant de sa dot que le Conseil devait gérer. Ce qui n’est pas le cas de Marie Leszczynska : le Conseil se borne alors à de l’administration pure de la Maison de la reine, notamment au contrôle de ses dépenses. Il est composé d’officiers, essentiellement honorifiques, comme le chancelier, chargés d’entériner les comptes qu’ont réalisés les commis et les secrétaires à leur service.

L’autre activité administrative, et qui n’est pas des moindres puisqu’elle représente près de la moitié des dépenses de la Maison, consiste en la gestion des services de la Bouche, autrement dit les cuisines, charge supportée par le Bureau de la reine. Ses membres, des contrôleurs généraux en particulier, suivent de très près les fournisseurs de la Maison de la reine, appelés les pourvoyeurs. La chambre aux deniers, qui regroupe les dépenses consacrées à la Bouche, a d’ailleurs fait l’objet d’un règlement très intéressant, que j’ai retranscrit en intégralité en annexe de ma thèse, décrivant très précisément le fonctionnement du Bureau ainsi que la manière dont doivent être tenus leurs registres.

À ce propos, peux-tu nous en dire plus sur la production des archives administratives de la Maison de la reine ?

Un certain nombre des registres que j’ai eu à étudier semblent avoir été rédigé au fil de l’eau. Mais la plupart, au contraire, au vu de l’uniformité de l’écriture sur une période pourtant très longue, de 1730 à 1760, paraît avoir été réalisée à un moment bien précis. Les années 1760 apparaissent ainsi comme une période de rationalisation de l’administration de la Maison de la reine. Cette évolution administrative induit sans doute les lacunes que j’ai pu observer pour les années s’écoulant entre l’arrivée de Marie Leszczynska, en 1725, et 1739.

JFleury_Registre3738
Première page du registre O1 3738.

Les documents conservés sous la cote O1 3742 ont aussi été rassemblés et recopiés à un moment bien précis : on s’interrogeait, en effet, sur celle qui, entre la surintendante ou la dame d’honneur, devait avoir la préséance sur l’autre. Or, dans ce carton, j’ai pu retrouver un règlement sur le sujet datant de Louis XIV, recopié six ou sept fois. Le nombre de copies est un bon indicateur de l’intérêt porté par l’Ancien Régime à certaines questions ! De telles atrophies dans nos sources doivent également éveiller notre attention car elles peuvent induire des visions assez arbitraires sur la réalité de la Maison de la reine. Par exemple, le carton O1 3742 comporte une copie très exhaustive de tous les comptes et de tous les états de l’année 1742, mais uniquement de l’année 1742 ! Il se trouve qu’à cette date, cela fait un an que la surintendante de la reine est décédée, je pense donc que les administrateurs ont voulu constater le fonctionnement de la Maison sans surintendante, peut-être, une fois encore, pour préparer l’organisation de la Maison de Marie-Antoinette. Par ailleurs, ces comptes sont une véritable manne, puisqu’ils sont bien plus détaillés que les états au vrai que j’avais trouvés jusque-là dans les archives du marquis de Paulmy et qui ne transcrivent que les sommes générales dépensées par les départements.

Tu le montres bien dans ta thèse, étudier une Maison royale, et ici la Maison d’une reine, d’autant plus sur une période aussi longue que celle de la vie de Marie Leszczynska n’est pas une sinécure. Quelles ont été tes méthodes pour saisir, traiter et raconter un nombre aussi conséquent de figures ?

J’avoue avoir commencé à concevoir un tableau de données textuelles assez peu praticable, avec lequel je me suis quelquefois battue ! En fait, mon stage de deuxième année m’a permis de mettre les choses bien à plat. Je l’ai réalisé au Centre de recherche du château de Versailles, où j’étais en charge de l’enregistrement des officiers dont j’avais trouvé la trace dans la base de données que le Centre est en train de mettre place : Prosocour. C’est un outil informatique très pratique, qui permet de visualiser les liens entre les différents individus recensés et de confronter leurs notices biographiques. Celles-ci sont bien-sûr normalisées et comprennent leur identité, leur office ou leur charge, les dates durant lesquelles ils ont été en exercice et enfin les références aux sources qui ont permis la rédaction de leur notice. Il existe des fiches par charges permettant de constater l’évolution de leurs détenteurs. Certains extraits des registres paroissiaux y sont même recensés. C’est à travers la base Prosocour que j’ai notamment pu étudier de manière plus approfondie la famille de Jean Condé, chef de paneterie bouche, dont les trois filles sont toutes mariées avec un officier de la cour. Cela m’a permis de bien rendre compte du réseau commensal de cette famille, qui lui a permis d’établir ses filles.

JFleury_Prosocour
Capture d’écran de la page d’accueil de la base de données “Prosocour”.

Marie Leszczynska n’est pas la première figure à nous venir à l’esprit lorsque l’on pense à Versailles. Ces dernières années ont tout de même été marqué par un regain d’intérêt pour cette reine. Es-tu parvenue à dévoiler un peu de sa personnalité à travers l’étude de sa Maison ?

C’est un peu le paradoxe de ma thèse : j’ai travaillé sur la Maison de Marie Leszczynska, mais je n’en ai finalement que peu appris sur sa personne ! La moitié des dépenses, comme je le disais précédemment, est consacrée à sa Bouche et le reste aux coûts de fonctionnement, le financement des gages des officiers, les dépenses pour les écuries. Mais, pour elle-même, pas grand-chose ! Les quelques dépenses de sa part consistent en des pensions, des gratifications et des aumônes. Ce qui est néanmoins intéressant en soi. S’il y en a certaines qui sont très convenues, comme les pensions qu’elle accorde aux grands officiers de sa Maison, fait extrêmement banal, d’autres laissent au contraire entrevoir la personnalité très pieuse de la reine.

On sait, par exemple, que dans les années 1760, à l’occasion d’un voyage à Commercy qu’elle effectuait pour rendre visite à son père, Stanislas Leszczynski, elle fait de très nombreux dons qui à un infirme, qui à un mendiant, qui à un fou ! C’est vraiment à travers ce genre de dons, que l’on peut entrevoir les choix de Marie Leszczynska. Étonnamment, les dépenses des Menus plaisirs de la reine sont vraiment peu élevées. Cela s’explique assez bien par le fait que ce sont les Menus plaisirs du roi qui les prennent très largement en charge, notamment s’agissant des Concerts de la reine. Ce sont des rendez-vous hebdomadaires très importants à la cour, bien étudiés déjà par David Hennebelle8. Au début j’avais interprété cette mainmise du roi sur des dépenses de la reine comme une illustration du peu de libertés accordées à la reine, comme une tentative d’encadrement de cette dernière. En discutant avec Mme Pauline Lemaigre-Gaffier, s’est finalement dessinée une autre interprétation, sans doute plus nuancée et plus juste. Il s’agit, en fait, de renverser les choses : plutôt qu’une mainmise, il faudrait y voir, au contraire, une percée de la reine dans les dépenses du roi, peut-être témoignage de la confiance que Louis XV a accordée à son épouse en lui délégant une partie de la programmation musicale de la cour.

MariaLeszczynska_Portrait2
Portrait de Marie Leszczynska,par Alexis Simon Belle, vers 1730. Conservé au château de Versailles, MV4439. © Photo RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot.

Au final, je ne sais pas si je connais bien plus Marie Leszczynska qu’avant de m’être plongée dans les archives de sa Maison ! Il y a d’autres pistes, par exemple du côté de la correspondance qu’elle entretient avec le président Hénault, surintendant de la Maison de la reine, qui était un de ses grands amis. On n’y trouve pas d’informations cruciales, malheureusement : il s’agit essentiellement de lettres du quotidien, dans lesquelles elle lui demande des nouvelles le concernant lui et sa santé. On apprend qu’elle était ainsi très attentionnée à l’égard de certains de ses officiers, mais cela ne va guère plus loin ! Sa personnalité reste encore bien mystérieuse pour moi. Je pense qu’elle a été tellement soucieuse de remplir sa fonction de reine qu’elle s’est, peut-être, un peu oubliée elle-même.

Ta thèse est au cœur des enjeux de l’actualité historiographique : tu as choisi un sujet qui te permettait une approche sociale invitant à nuancer l’idée d’une cour qui ne serait habitée que par des nobles, mais également de mettre en lumière les femmes qui forment cette cour. Peux-tu nous parler de ces choix et de ce que ces approches ont contribué à révéler ?

Je voulais me replacer dans la continuité des travaux de William Ritchey Newton sur la « Petite cour »9 et ainsi montrer que ceux qui faisaient vivre le château de Versailles n’étaient pas les grands officiers, mais justement leurs subalternes, les moyens officiers. Concernant l’orientation vers les gender studies, cela semblait une approche assez normale, dans un premier temps, rien que du fait que j’étudiais la Maison et les serviteurs d’une femme. Je me suis rapidement rendue compte que près de 90% de la Maison de Marie Leszczynska est masculine, en fait. Des femmes, il y en a cependant : la Maison comporte 430 personnes, parmi lesquelles ont compte environ 40 femmes. Ces dernières sont essentiellement des nobles qui occupent les places parmi les plus importantes, en tout cas ce sont elles qui entourent directement la reine. Il existe déjà un ouvrage placé sous la direction de Caroline zum Kolk et Kathleen Wilson-Chevalier consacré justement aux questions de la place et des charges féminines à la cour10 : c’est donc une voie historiographique encore prometteuse.

Pour conclure sur la question de la présence féminine dans la Maison de Marie Leszczynska, celle-ci est tout à fait paradoxale puisque dans sa représentation, le service de la reine apparaît uniquement féminin. À table, ce sont les femmes de chambre qui servent Marie Leszcynska ! Mais derrière ce cérémonial, les domestiques chargés de préparer tout cela sont principalement des hommes. Malgré cela, les femmes ont indéniablement du pouvoir à la cour. Pour certains couples, ce sont les femmes qui tiennent les rênes de la situation à la cour, en ayant une charge éminente, alors que leur mari ne s’en sort pas toujours aussi bien. Je pense donc que la cour est un milieu où les femmes peuvent véritablement avoir un pouvoir qu’elles n’ont pas toujours ailleurs. Mais de fait, les places sont très limitées, puisqu’il y a la nécessité d’avoir la présence d’une Maison féminine, et Marie Leszczynska reste pendant longtemps la seule femme entourée d’une Maison à la cour. Ensuite, elle est rejointe par ses belles-filles, les deux dauphines successives, et par ses propres filles, Mesdames, ce qui permet à des profils plus diversifiés de s’agréger à la cour, et cela est encore plus sensible sous le règne de Louis XVI.

Quelles sont tes pistes pour la suite de ton étude ?

Dans ma thèse de doctorat, je souhaiterais ouvrir mon champ d’investigation aux Maisons des dauphines, qui sont nombreuses à se succéder sous le règne de Louis XV : la dauphine d’Espagne, la dauphine de Saxe et Marie-Antoinette, bien sûr, qui, somme toute, étaient vraiment traitées comme des reines. Pourquoi une telle voie ? Tout simplement parce qu’en regardant les registres des Maisons de ces trois dauphines, je me suis rendue compte que de nombreux noms que j’avais trouvés du côté de la reine étaient également en service chez les dauphines. Les trois quarts des officiers de Marie Leszczynska se retrouvent ainsi chez Marie-Antoinette, ce qui instaure une sorte de pérennité de fait, qui n’existe normalement que pour la Maison du roi. Il semble également y avoir une habitude chez les officiers de la reine de placer leurs enfants dans la Maison de la dauphine. Il y a donc des phénomènes de continuité entre toutes ces Maisons, ce qu’il me semble intéressant et logique d’intégrer à mon étude. Pouvoir mettre en comparaison la Maison de Marie Leszczynska avec celles d’autres grandes figures pourrait également permettre de voir surgir des particularités dans son règne et donc d’éclairer sa personnalité. J’ai, par exemple, constaté que les dépenses de Marie-Antoinette ne sont pas du tout du même type que celles de Marie Leszczynska : dans les années 1770 on a donc une multiplication par trois des dépenses pour la reine de France par rapport au règne précédent ! Et, en effet, on voit de nouvelles lignes apparaître, Marie-Antoinette paie ainsi l’entretien de ses jardins, ce qui n’est pas le cas de Marie Leszczynska. J’aimerais également pouvoir reprendre la question du cérémonial de cour un peu plus à fond. Je me suis rendue compte qu’on ne connaissait pas grand-chose de la journée de la reine : on connaît bien le déroulé pour le roi, on connaît le lever de la reine à l’époque de Marie-Antoinette parce qu’il est raconté par Mme Campan, mais pour le reste, c’est encore un peu mystérieux.


BIBLIOGRAPHIE SÉLECTIVE

  • CASTELLUCCIO (Stéphane), La noblesse et ses domestiques au XVIIIe siècle, Saint-Rémy-en l’Eau : Éditions Monelle Hayot, 2021.
  • COSANDEY (Fanny), La reine de France : symbole et pouvoir. XVe-XVIIIe siècle, Paris : Gallimard, 2000.
  • COSANDEY (Fanny), Le rang : préséances et hiérarchies dans la France d’Ancien Régime, Paris : Gallimard, 2016.
  • DA VINHA (Mathieu), Au service du roi : les métiers à la cour de Versailles, Paris : Tallandier, 2018.
  • HERREWYN (Anaëlle), La Maison de Mesdames, filles de Louis XV, Mémoire de master 2 en histoire, dir. P. LEMAIGRE-GAFFIER, Université de Versailles Saint-Quentin, 2020.
  • HOROWSKI (Leonhard), Die Belagerung des Thrones. Machtstrukturen und Karrieremechanismen am Hof von Frankreich 1661-1789, Ostfildern : Thorbecke, 2012 ; Au coeur du palais : pouvoir et carrières à la cour de France, 1661-1789, trad. Serge Niémetz, Rennes / Versailles : Presses universitaires de Rennes, Centre de recherche du Château de Versailles, 2019.
  • HOURS (Bernard), Louis XV et sa Cour : le roi, l’étiquette et le courtisan, Paris : PUF, 2002.
  • KURAS (Katarzyna), Dwór królowej Marii Leszczyńskiej. Ludzie, pieniądze, wpływy, Cracovie : Historia Iagellonica, 2018.
  • KURAS (Katarzyna), « Les Polonais à la cour de Marie Leszczyńska », dans Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles, 18/2021.
  • LAVERNY (Sophie de), Les domestiques commensaux du roi de France au XVIIe siècle, Paris : Presses de l’Université Paris-Sorbonne, Centre Roland Mousnier, 2002.
  • LEMAIGRE-GAFFIER (Pauline), Administrer les menus plaisirs du roi : l’État, la cour et les spectacles dans la France des Lumières, Ceyzérieu : Champ Vallon, coll. « Époques », 2016.
  • LEVRON (Jacques), Marie Leszczynska : madame Louis XV, Paris : Perrin, 2006.
  • NEWTON (William Ritchey), La petite cour : services et serviteurs à la cour de Versailles au XVIIIe siècle, Paris : Fayard, 2006.

Les positions des thèses d’école des chartes soutenues en 2023 sont consultables au format papier, en attendant leur publication en ligne au courant de l’année 2024. Le dépôt des thèses et leur diffusion, en format électronique ou papier, se fait à la discrétion de leurs auteurs·ices.



Citer ce billet
lgrosshans (2023, 24 juillet). Derrière les ors de Versailles, service et serviteurs de Marie Leszczynska. Chroniques chartistes. Consulté le 15 avril 2024, à l’adresse https://chartes.hypotheses.org/9528

  1. Image en bannière : portrait de Marie Leszczynska,par Alexis Simon Belle, vers 1730. Conservé au château de Versailles, MV4439. © Photo RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot. Détail. []
  2. Anaëlle Herrewyn, La Maison de Mesdames, filles de Louis XV, Mémoire de master 2 en histoire, dir. P. Lemaigre-Gaffier, Université de Versailles-Saint-Quentin (UVSQ), 2020. []
  3. Document administratif faisant état de l’ensemble des dépenses une fois les opérations financières effectuées. []
  4. Agrément donné par le roi prenant, le plus souvent, la forme de l’annotation « Bon », portée par le souverain en marge des mémoires qui lui sont transmis. []
  5. Katarzyna Kuras, Dwór królowej Marii Leszczyńskiej. Ludzie, pieniądze, wpływy, Cracovie : Historia Iagellonica, 2018. []
  6. Sophie de Laverny, Les domestiques commensaux du roi de France au XVIIe siècle, Paris : Presses de l’Université Paris-Sorbonne, Centre Roland Mousnier, 2002. []
  7. Lettre patente scellée de cire jaune délivrée en Grande Chancellerie par laquelle un office est pourvu. Pour en savoir plus, on renverra à l’article de Caroline Le Mao, « Une source à revisiter : les lettres de provision de charges (1643-1715) », dans Histoire, économie & société, 2012/1, p. 37-51. []
  8. David Hennebelle, Les concerts de la Reine (1725-1768), Symétrie : Lyon, 2015. []
  9. William Ritchey Newton, La petite cour : services et serviteurs à la cour de Versailles au XVIIIe siècle, Paris : Fayard, 2006. []
  10. Femmes à la cour de France. Charges et fonctions, XV-XIXe siècle, dir. Caroline zum Kolk, Kathleen Wilson-Chevalier, Villeneuve-d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion, 2018. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.