Innover en bibliothèque : le congrès de l’Association des Bibliothécaires de France

Le 62e congrès de l’Association des Bibliothécaires de France s’est tenu cette année du 9 au 11 juin à Clermont-Ferrand (notons que le dernier congrès à s’être déroulé dans cette ville date de mai 68 – faut-il y voir un signe des temps ?) Le congrès de 2015 avait eu lieu à Strasbourg, et avait pour thème « Bibliothèques en tension. » Cette année, c’est sous le signe plus optimiste de l’innovation en bibliothèque que l’association avait souhaité placer cette rencontre.


Cette innovation est présentée d’emblée sous trois facettes assez attendues : territoriale, sociale et technologique. Il s’agit bien sûr de revenir sur des questions récurrentes au sein de la profession. Dès les discours d’ouverture, un certain nombre de ces problématiques sont rappelées : du point de vue territorial, les nombreuses « zones blanches » qui restent à couvrir, ou le statut des bibliothèques départementales de prêt sont évoqués. En ce qui concerne la question sociale, la part belle est faite aux questions d’accessibilité (soulignons notamment que la loi sur la création artistique et le patrimoine comporte un article censé faciliter l’accès à la lecture numérique pour les personnes en situation de handicap) ou de la jeunesse (les moins de 15 ans représentent 40% du public des bibliothèques. Rappelons que se déroulera cet été en France la deuxième édition de la fête du livre pour la jeunesse, intitulée cette année « Partir en livre ») La nécessité de déployer les activités de la bibliothèque hors les murs est aussi soulignée.

Enfin, le volet technologique de l’innovation en bibliothèque est surtout l’occasion de revenir sur des sujets désormais classiques : la question du développement du prêt numérique, bien sûr, ainsi que les questions d’ouverture et d’accès présents dans le projet de loi pour une République Numérique.

Les tables rondes et conférences qui ponctuèrent les trois jours de ce congrès se sont emparées de cette question de l’innovation, autour de notions aussi diverses que la formation, les biens communs, le management, l’accessibilité, ou encore les pratiques innovantes en matière de musique. Si certaines interventions relevaient plutôt du constat, sur l’évolution de pratiques que l’on pouvait considérer comme innovantes il y a quelques années, le congrès est un moment idéal pour un aperçu global des questionnements qui traversent la profession. Voici un petit tour d’horizon de quelques-unes de ces interventions :

L’innovation dans les collections

Collections matérielles et innovation : voilà deux termes qui ont de plus en plus de mal à rimer, dans les évolutions récentes de la profession. Néanmoins, on parle de plus en plus souvent en bibliothèques de « collections atypiques » – outils, instruments, vêtements, et autres graines font leur entrée (timide) dans les bibliothèques françaises. Le concept de « library of things » connaît depuis plusieurs années un certain succès aux Etats-Unis, à Sacramento par exemple. Mais comment les bibliothèques peuvent-elles tirer parti de ces collections bien particulières ?

Nicolas Beudon, chef du service Arts et Littératures de la BPI nous parle ainsi des collections atypiques comme d’un moyen de « rematérialiser » la bibliothèque et de reconquérir certains publics. Les bibliothèques françaises se lancent à leur tour dans le prêt d’objets : en témoigne le succès des grainothèques1 . Par ce prêt d’objets, les bibliothèques sont amenées à se réapproprier certaines de leurs missions essentielles : promouvoir le développement durable, prêter des ressources rares, créer du lien social.

La commission Labenbib et Jeux Vidéo

Les commissions ABF Jeux Vidéo en bibliothèques et Labenbib proposaient aux congressistes quatre ateliers pour initier les néophytes aux vertus du bidouillage, grâce à des sessions portant Minecraft et les imprimantes 3D, les cartes Makey Makey, ou encore une initiation au code avec Scratch… Plus largement, ces ateliers constituaient une occasion idéale de s’interroger sur la possibilité de monter des projets participatifs grâce à ces innovations en bibliothèques, afin de sensibiliser les publics à la fabrication numérique. Les deux commissions réaffirment ainsi qu’à travers la présence de Fablabs ou d’une offre de jeux vidéo, la bibliothèque assume pleinement son rôle d’accompagnement du citoyen dans l’acquisition d’une culture numérique, et de mise en avant de la diversité culturelle2

Les Questions/Réponses avec les ministères

Autre temps fort du congrès, la séance de Questions/Réponses avec les ministères – en l’occurrence, seul Nicolas Georges, directeur du Service du livre et de la lecture au ministère de la Culture et de la Communication, était présent, son homologue du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche n’ayant pu se rendre à Clermont. Parmi les questions brûlantes abordées, figurait, encore et toujours, celle de l’extension des horaires d’ouverture. Nicolas Georges a précisé les modalités de l’aide apportée par l’Etat pour élargir ces horaires d’ouverture, grâce à la dotation générale de décentralisation. Ce soutien, dont le montant sera déterminé au cas par cas selon la méthodologie de mise en place du projet, sera accordé sur cinq ans – ce qui n’est pas sans inquiéter les bibliothécaires, qui s’interrogent sur le devenir de ces projets à la fin des cinq années imparties.

L’avenir des bibliothèques départementales de prêt est également abordé. Ce fut bien sûr l’occasion de revenir sur la fermeture de la BDP des Yvelines, absorbée par le pôle de développement culturel du conseil départemental, qui avait fait débat dans la profession. Si Nicolas Georges réaffirme la nécessité de soutenir les BDP, en s’appuyant notamment sur le rapport 2014 de l’IGB sur le sujet, le futur immédiat et les nouvelles formes que pourront être amenées à prendre les bibliothèques départementales demeurent assez floues. Certains bibliothécaires expriment leur inquiétude sur l’avenir de leur BDP, située dans un département où les réductions budgétaires mettent en péril le service rendu aux communes, ou sur un territoire marqué par l’apparition du fait métropolitain, qui risque de remettre en cause la pertinence de leur intervention auprès des communes périurbaines (comme c’est le cas à Lyon).

Les « sujets qui fâchent »

La dernière journée du congrès fut enfin l’occasion de revenir sur certains sujets qui divisent. La relation avec les élus, ou l’offre de livre numérique, figurent sans surprise au menu. Une session fut plus particulièrement consacrée à la dimension militante des bibliothèques, à travers la question des crises humanitaires. Les expériences de la bibliothèque Vaclav Havel, à Paris, et de la médiathèque Abdelmalek Sayad (bibliothèque de la Cité de l’Immigration), présentées respectivement par Lola Mortain et Stéphanie Alexandre, furent l’occasion de revenir sur les différents types d’initiatives prises par les bibliothèques en matière d’accueil du public de migrants, et sur les difficultés rencontrées dans ce processus. Pour en savoir plus, voir entre autres : http://pro.bpi.fr/2-inclusion/laccueil-du-public-de-migrants-a-la-bibliotheque-vaclav-havel .

Retrouvez le programme du congrès (ainsi que les comptes rendus prochainement mis en ligne) sur le site de l’ABF.

  1. Voir le fil du BBF []
  2. https://www.actualitte.com/article/monde-edition/bibliotheques-pourquoi-jeu-video-et-fablab-ne-sont-pas-qu-un-coup-de-jeune/65445 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.