À l’entrée du Soleil en Bélier. Les prédictions astrologiques annuelles latines dans l’Europe du XVe siècle, par Alexandre Tur

Rencontre avec Alexandre Tur (prom. 2014), actuellement conservateur au département des manuscrits de la BnF et responsable de la base d’enluminures Mandragore, autour de sa thèse intitulée « À l’entrée du Soleil en Bélier. Les prédictions astrologiques annuelles latines dans l’Europe du XVe siècle (1405-1484) » (sous la dir. de Jean-Patrice Boudet et Olivier Guyotjeannin). Propos recueillis par Ewen Thual.

« À l’entrée du soleil en Bélier ». Pourrais-tu nous en dire plus sur ce titre ?

Cette formule désigne en astrologie le moment de l’équinoxe de printemps. L’année est rythmée par la course (apparente) du soleil sur l’écliptique, divisée en douze signes astrologiques égaux, le soleil mettant à peu près un mois pour parcourir un signe. Le Bélier est le premier de ces signes : « l’entrée du soleil en Bélier », c’est le moment qu’on regarde pour voir comment va se dérouler l’année à venir, la base d’une prédiction astrologique annuelle.

Comment en es-tu venu à l’astrologie ? Ce thème est-il à la mode chez les médiévistes ?

L’astrologie m’intéressait et je souhaitais travailler sur la période médiévale. La combinaison des deux me permettait d’allier les compétences techniques acquises à l’École des chartes (paléographie, codicologie, édition de texte et latin médiéval en premier lieu) et les enseignements tirés du séminaire « Sciences et magie » de l’Université d’Orléans que j’ai suivi dans le cadre de mon master 2. Dans les pratiques scientifiques et magiques médiévales, l’astrologie tient une petite place, tout comme les prédictions annuelles, mais dans l’ensemble j’ai pu mettre à profit certaines réflexions développées dans ce contexte pour un travail de recherche.

La question est aujourd’hui d’actualité et intéresse beaucoup, mais les recherches qui étaient engagées autour des prédictions annuelles ont souvent du mal à prendre en compte les manuscrits.

Un certain nombre de chercheurs, notamment anglo-saxons, se sont penchés sur ce thème d’étude, en lien notamment avec Copernic – la question était de savoir si le savant avait été influencé par ce genre de prédictions ou non – mais il était parfois difficile pour eux d’avoir accès aux sources originales. Ils se sont concentrés avant tout sur les incunables et les premiers imprimés du XVIe siècle, plus facilement lisibles et plus souvent numérisés.

Concrètement, qu’est-ce qu’une prédiction astrologique annuelle au XVe siècle ?

À partir du XIIe siècle, les textes classiques d’astrologie – une discipline scientifique enseignée à l’université dès le siècle suivant – distinguent quatre grands genres astrologiques, c’est-à-dire quatre sortes de prédictions portant sur un sujet donné. Les nativités décrivent la vie d’un individu à partir de sa naissance. Il y a aussi les interrogations – les réponses d’un astrologue à une question donnée –, les élections – qui définissent le moment propice pour entreprendre une action – et les révolutions ou prédictions annuelles. Mon travail porte sur ce dernier genre astrologique qui consiste pour un astrologue à dire ce que sera l’année à partir de l’état du ciel au moment de l’équinoxe de printemps, qui marque le début de l’année astronomique.

Comme tout texte scientifique, une prédiction astrologique annuelle respecte certains passages obligés et il est possible d’en établir le modèle pour le XVe siècle.

Toute prédiction commence par une introduction qui prend souvent la forme d’un prologue dans lequel l’auteur livre des éléments divers, du contexte de production de la prédiction au public à laquelle elle s’adresse.

Dans une deuxième étape, l’astrologue précise les données lui ayant permis d’établir sa prédiction, qu’il s’agisse de la position des planètes, des calculs qu’il a réalisés et de tout indicateur qu’il a jugé pertinent.

Arrive ensuite la prédiction proprement dite, qui porte sur plusieurs types de sujets. Elle peut livrer des indications thématiques – l’agriculture et le prix des victuailles, les guerres, les maladies, etc. –, d’autres plus particulières avec plus ou moins de détails – par prince, par royaume, etc. – et également selon les catégories de population – par exemple, le fait que telle année, les marchands se porteront mieux que les guerriers. Selon les cas, la prédiction est plus ou moins défendable face aux détracteurs de l’astrologie : en principe la prédiction annuelle relève d’une astrologie « naturelle », bénigne – par exemple, les conditions météorologiques sont un phénomène naturel, prévisible à condition d’accepter que la toute-puissance divine peut éventuellement rendre caduque la prédiction – mais plus les prédictions concernent précisément des êtres humains, plus il peut y avoir soupçon de ne pas réellement respecter la doctrine du libre-arbitre.

Enfin, la prédiction se termine souvent par une table ou une liste de jours « critiques », établie à partir des conjonctions et des oppositions du soleil et de la lune, notamment des périodes de pleines lunes, nouvelles lunes, éclipses, etc. Ces tables servent avant tout à livrer des indications météorologiques (ex. tel jour, le temps va se refroidir et il va pleuvoir) et médicales (ex. telle période est un bon moment pour faire une saignée).

Malgré leur nature fondamentalement scientifique (pour l’époque), le caractère évolutif de ces textes doit être pris en compte. Parfois, des astrologues qui font des prédictions d’une année sur l’autre reviennent sur la prédiction de l’année précédente et expliquent pourquoi ils se sont trompés. Un bon astrologue au XVe siècle n’est pas un prophète : c’est un scientifique qui reconnaît ses erreurs et accepte de les expliquer. Il reconnaît qu’il y a énormément de facteurs d’influence qu’il ne peut pas tous prendre en compte, qu’il peut se tromper et que les événements peuvent toujours être infléchis par Dieu ou par des hommes « sages », grâce à leur libre arbitre.

Première page de la prédiction pour 1487 d’Albertus de Brudzewo, copiée par un étudiant en astrologie à Cracovie
Première page de la prédiction pour 1487 d’Albertus de Brudzewo, copiée par un étudiant en astrologie à Cracovie.

Comment expliquer que des prédictions valables pour une année spécifique aient été conservées ?

À l’instar des calendriers actuels, les prédictions annuelles devenaient obsolètes une fois l’année de leur application écoulée. Quelle que soit l’importance qu’on y accordait, il était logique de finir par les jeter.

Certains astrologues écrivaient leurs prédictions comme une publicité et la diffusaient largement : c’était un moyen pour eux de se faire connaître auprès de patrons, pour éventuellement s’attacher au service d’un prince et ensuite lui fournir tous les types de prédictions astrologiques qu’il désirait. Cependant, même s’ils ne sont pas tous anonymes, les textes portant un nom d’auteur ne sont pas toujours aisément attribuables à un astrologue en particulier : certaines prédictions conservées sont par exemple signées par un certain « Marcus Scribanarius de Bologne », mais il s’agit là d’un nom très commun parmi les notaires bolonais. Cela n’aide pas à identifier précisément l’auteur de la prédiction, même si la fréquence de ce nom traduit une certaine notoriété du personnage.

À l’existence de prédictions attribuées à un auteur s’ajoute le fait que l’essentiel de ces prédictions a été réalisé dans un cadre universitaire, ce qui a permis de mettre à profit les circuits de conservation bien rodés de ces institutions. Les statuts de la faculté des arts de Bologne insistent ainsi sur l’obligation pour le professeur d’astrologie de produire annuellement une prédiction annuelle et de la présenter au public. Certains étudiants ont pris en notes ces prédictions publiques qui ont été recopiées par la suite, y compris par l’intermédiaire de systèmes assez classiques comme la pecia, ce qui a permis à ces textes manuscrits de connaître une assez bonne diffusion, malgré leur caractère périssable.

Toutefois, une grande partie des prédictions astrologiques annuelles a été perdue : ainsi, de 1470 (date de la première prédiction imprimée conservée) jusqu’en 1488, on conserve rarement plus d’un exemplaire par édition. Or, la production d’un seul exemplaire n’était évidemment pas viable économiquement pour un imprimeur. Au contraire, on sait qu’ils se servaient de ces ouvrages courts pour financer des éditions plus « sérieuses », plus volumineuses et plus rentables. Pour cela, on peut estimer que les tirages des prédictions annuelles devaient être au moins trois cents par édition, alors qu’on n’en conserve plus qu’un ou deux exemplaires aujourd’hui.

Quelles sont les principales difficultés que tu as rencontrées ?

Elles tiennent tout d’abord à l’étendue du sujet : j’ai choisi de travailler sur l’Europe entière en raison de l’insuffisance des sources en France et par souci de cohérence, les réseaux de savants bercés en astrologie à l’époque médiévale se développant à l’échelle européenne. Deux éléments m’ont permis de dépasser cette première difficulté. Le choix du latin, en premier lieu, qui recouvre une réalité documentaire – il existe peu de prédictions en langue vernaculaire avant la fin du siècle – et l’existence de recensements de l’ensemble des textes scientifiques médiévaux en latin, qui m’ont donné l’essentiel de mon corpus et m’ont permis de repérer quelques fonds1. J’ai également bénéficié des dépouillements de David Juste dont le premier volume du catalogue des manuscrits astrologiques latins, sur la Bayerische Staatsbibliothek de Munich2, est paru au moment où je rédigeais ma thèse, suivi de près par un deuxième volume sur la BnF.

L’accès aux documents n’a pas toujours été facile non plus. J’avais parfois la possibilité de produire moi-même des clichés pour travailler à distance, mais cela dépend beaucoup des institutions. Dans les bibliothèques françaises, à commencer par la BnF, on a relativement peu accès à l’original s’il existe une reproduction, mais une fois l’original sous les yeux, la prise de photographies se fait sans problème. En Allemagne, on a assez facilement accès à l’original mais pas le droit de le photographier ; il faut donc commander des reproductions ou dépouiller intégralement sur place. C’est parfois compliqué : lors de ma première visite à Munich, j’avais vingt manuscrits à consulter dont deux recueils de trois cents feuillets chacun ; j’avais prévu un week-end pour tout dépouiller. Il s’avérait que c’était largement surestimer mes capacités paléographiques et ce qui était véritablement réalisable en trois jours. J’y suis revenu plus tard en choisissant une autre solution, passant par des reproductions et des microfilms.

Peux-tu dresser brièvement ta méthode et nous parler de tes perspectives de recherche ?

La première étape consistait en un dépouillement systématique des prédictions identifiées, en essayant de consigner le maximum d’informations. J’ai ensuite exploité ces données en réalisant un catalogue relativement complet, comprenant en partie des champs normés et du texte littéral.

Un autre aspect de mon travail a consisté dans l’édition de trois prédictions, que j’ai choisies à la fois pour leur aspect représentatif et leurs particularités. Une transcription simple aurait peut-être permis de rendre accessible plus de textes, mais le sujet est relativement compliqué : j’ai donc préféré réaliser une édition critique, qui mêle à la fois des explications et permet d’établir des liens avec d’autres textes.

J’ai décidé avec mon directeur de recherche d’essayer de poursuivre ma thèse d’École en doctorat. J’ai plusieurs objectifs d’améliorations sur le fonds et sur la forme, que je n’atteindrai probablement pas tous ; dans l’absolu j’aimerais notamment faire évoluer ces éditions et ce catalogue vers une publication électronique, ce qui rendrait ces travaux plus aisément accessible qu’une thèse d’École des chartes ou même qu’une publication papier classique. Un catalogue numérique permettrait aussi de l’enrichir. D’autres chercheurs s’intéressent à cette thématique, il me semble dès lors plus judicieux de rendre mon catalogue plus accessible, pour que leurs propres apports et mes recherches contribuent à l’élargir. Et bien entendu, il reste certaines sources à dépouiller, certains points à éclaircir ou à développer.

Quelle est la fortune de ces textes au-delà du Moyen Âge ?

À partir de la fin du XVe siècle, avec l’essor de l’imprimerie, des prédictions réduites tendent à se diffuser, qu’on appelle « petit jugement » : il s’agit concrètement d’une prédiction astrologique annuelle à laquelle toutes les justifications astrologiques ont été retirées, se résumant le plus souvent à des formules synthétiques ou à de simples tables. Elles s’adressent alors à un public plus large et moins réservé aux astrologues, seuls capables de comprendre les justifications scientifiques. Progressivement, probablement pour répondre aux attentes de ce nouveau public, les prédictions s’éloignent de la science universitaire, se mêlent à des textes prophétiques, annoncent complaisamment des déluges par le feu. Il y a une vraie rupture entre les pronostications médiévales et modernes, que l’on peut dater assez précisément entre 1484 et 1493.

Les prédictions astrologiques annuelles perdurent au-delà du Moyen Âge, mais après Copernic (1473‑1543) et surtout à partir du XVIIe siècle, on sait qu’elles ne sont plus viables scientifiquement. Elles ne sont en effet plus conformes à l’astronomie telle qu’on la pratique à l’époque moderne, puisque l’astrologie reste sur un système hérité de Ptolémée dans lequel la Terre est au centre du système solaire et autour de laquelle tournent les planètes. Il apparaît dès lors de plus en plus difficile de prendre ces prédictions au sérieux, même si certaines universités ont conservé une chaire d’astrologie assez tardivement, jusqu’au XVIIIe voire jusqu’au début du XIXe siècle.

 À plus long terme, parmi les genres astrologiques, les prédictions annuelles ont progressivement cédé la place aux nativités, sous la forme d’horoscopes de naissance. De nos jours, dans l’astrologie populaire, le critère essentiel est le signe astrologique (c’est-à-dire le signe dans lequel se trouve le soleil au moment de la naissance), alors qu’au Moyen Âge ce n’était pas l’indicateur le plus intéressant.

Pour aller plus loin : 

  • Position de thèse d’Alexandre Tur.
  • Jean-Patrice Boudet, Entre science et nigromance : astrologie, divination et magie dans l’Occident médiéval (XIIe-XVe siècle), Paris, Publications de la Sorbonne, 2006.
  • Monica Azzolini, The Duke and the stars : astrology and politics in Renaissance Milan, London, Harvard University Press, 2013.
  • Jonathan Green, Printing and prophecy : prognostication and media change (1450-1550), Ann Arbor, University of Michigan Press, 2012.
  • Gerd Mentgen, Astrologie und Öffentlichkeit im Mittelalter, Stuttgart, A. Hiersemann, 2005.
  • Robert Westman, The Copernican Question : prognostication, skepticism, and celestial order, Berkeley, University of California Press, 2011.
  1. Par exemple, Pearl Kibre et Lynn Thorndike, A catalogue of incipits of mediaeval scientific writings in latin [1937], éd. revue, Cambridge, The Mediaeval Academy of America, 1963.] []
  2. Les manuscrits astrologiques latins conservés à la Bayerische Staatsbibliothek de Munich, éd. David Juste, Paris, CNRS Éditions, 2011. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.