KongeligeBibliotek01

La Bibliothèque royale danoise : le Diamant Noir et les autres pierres de la couronne

Hugo Forster (AP4) a réalisé à l’automne 2022 un stage de deux mois au sein de la Bibliothèque Royale Danoise (Det Kongelige Bibliotek). Basé dans le monumental « Diamant Noir » (Den Sorte Diamant) de Copenhague, son stage lui a donné l’opportunité de découvrir les nombreuses adresses de cette bibliothèque désormais présente dans l’ensemble du pays.


Aux prémices de mon voyage d’études au Danemark, il y a la préconception, partagée parmi les bibliothécaires français·e·s, d’un certain « idéal scandinave ». Animé en France par une volonté de faire évoluer la philosophie institutionnelle des bibliothèques vers une ouverture plus grande, à la fois en termes de supports culturels, de variété d’usages ou de publics – ou même plus trivialement d’horaires d’ouverture –, ce discours tient les politiques culturelles des pays scandinaves comme pourvoyeuses de fonds larges, qui permettent aux bibliothécaires de remodeler leurs services en fonction des usages réels qu’en ont les lecteurs·ices.

Un stage de deux mois à la Bibliothèque Royale du Danemark m’a permis d’interroger la pertinence et les fondements d’une telle idée. Au fil d’un dense programme de visites dans l’ensemble du pays, et d’entretiens avec les directeurs·ices des principaux départements de la Bibliothèque, j’ai été mis en contact avec des professionnels issus d’horizons variés, dans un paysage institutionnel tout récemment remodelé.

*

À ce jour, la Bibliothèque Royale du Danemark résulte de la fusion effectuée en 2016 de six établissements. Si ces derniers ont pour partie conservé leurs anciennes identités et fonctions, ils participent aujourd’hui à part entière à un travail commun, autour d’une stratégie et d’outils partagés. On dénombre :

  • Le site historique de la Bibliothèque Royale, installé depuis 1650 dans le centre de pouvoir de Copenhague, Slotsholmen. Il est la plupart du temps désigné par le nom de son extension de 1999, le « Diamant Noir ». Cette adresse comprenait déjà depuis 1989, en plus de ses missions de bibliothèque nationale, les fonctions de bibliothèque de l’Université de Copenhague (KUB : København Universitets Bibliotek) .
  • La Statsbibliotek d’Aarhus (1, Victor Albecks Vej). Alors que la deuxième ville du pays partageait déjà avec Copenhague une partie du dépôt légal et de la conservation des collections spécialisées, elle avait également la fonction de bibliothèque de l’Université d’Aarhus.
  • La bibliothèque nationale d’art (Danmarks Kunstbibliotek), qui a sa principale adresse à Nyhavn, le canal de toutes les cartes postales copenhagoises.
  • La bibliothèque administrative (Det Administrative Bibliotek), destinée à répondre aux demandes des fonctionnaires danois·es.
  • La bibliothèque du centre danois de recherche et d’informations sur le genre, l’égalité et la diversité (KVINFO).
  • Les fonctions du groupe de travail sur les ressources électroniques des bibliothèques de recherche danoises (DEFF : Danmarks Elektroniske Fag- og Forskningsbibliotek).
KongeligeBibliotek02
“Holmen”, l’aile ancienne de la bibliothèque, achevée en 1906. Vue depuis le “Bibliotekshave”. Durant sa construction, l’emplacement de la verrière actuelle constituait en fait la « porte d’entrée » des livres des collections royales, acheminées par rail de l’autre côté du jardin. Un imposant pont de fortune reliait les deux bâtiments. L’accès ayant été scellé, il est aujourd’hui d’autant plus difficile de faire sortir les ouvrages des magasins de “Holmen”.
Photo : News Øresund – Johan Wessman (CC-BY 3.0).

En plus de l’intégration de ces composantes, la Bibliothèque Royale a alors absorbé les bibliothèques des différentes Facultés de Copenhague et d’Aarhus, les rendant de facto indépendantes des Universités auxquelles elles fournissent leurs services. Chacune des institutions citées pouvant compter plusieurs adresses (salles de lecture, équipements de stockage…), on peut imaginer « la » Bibliothèque Royale comme un immense ensemble de 130.000 m², contre quelque 35.000 m² seulement pour le site de Slotsholmen. Elle emploie autour de 700 ETP, contre plus de 2150 pour la BnF en 20211, différence d’échelle assez réduite, si on la compare à l’écart démographique séparant le Danemark de la France.

La politique des fusions : quelle stratégie nationale ?

Le récent mouvement de fusions de bibliothèques à travers tout le pays découle d’une politique de grande échelle chargée de réduire les redondances administratives à travers le territoire. En 2007, le gouvernement danois implémente une réforme structurelle qui redessine la carte du pays, fusionnant les 271 municipalités existantes en 98 nouvelles collectivités. Elle met un terme à l’existence des amter (départements) par la création de 5 régions.2 Cette réforme devait en premier lieu permettre de rationaliser les services hospitaliers, en concentrant les établissements et en fermant ceux de taille modeste. La logique s’est étendue dans un second temps aux autres services publics.

C’est d’abord le secteur de l’enseignement qui a été touché par les conséquences de la réforme de 2007. De vingt au début du XXIe siècle, les Universités danoises passent à huit, dominées par cinq grandes universités compétitives à l’échelle internationale et concentrant les postes de chercheurs·euses, y compris une partie de ceux qui ne faisaient jusqu’ici pas partie de l’Université3. Elles sont soutenues par trois universités plus petites, également le fruit de centralisations4. Ce sont ces mêmes universités et centres de recherches qui ont décidé, en concertation avec le Ministère de la Culture, de fusionner leurs bibliothèques dans la seule Bibliothèque Royale.

Le principal attrait de cette réforme est financier. Elle mise sur des économies d’échelles, rendues à la fois possibles et nécessaires par le contexte de numérisation (et de délocalisation) des services de bibliothèques. Les nouvelles technologies impliquent une réévaluation à la baisse de l’importance des prestataires des services traditionnels de bibliothèque, en même temps qu’elles poussent à la centralisation, la généralisation et l’uniformisation de ces services. Il va sans dire que le déclin de la part du livre imprimé au profit d’autres supports dans les services rendus par les bibliothèques de recherche est fondateur dans les motivations d’une telle réforme. D’autre part, des services tels que la communication de documents non numérisés sont facilités par l’existence au Danemark d’un système règlementé5 de prêts entre bibliothèques extrêmement performant, et gratuit pour les lecteurs·ices.6

Les activités de la nouvelle Bibliothèque Royale se déploient ainsi sur plusieurs axes tirant profit des fusions. Les établissements fusionnés ont pris part à un SIGB7 partagé (Alma – ExLibris), qui se traduit pour les utilisateurs sous la forme d’un catalogue commun. Ne se contentant pas seulement de la Bibliothèque Royale, ce système inclura à terme toutes les bibliothèques de recherche du pays, Roskilde8 et Aalborg ayant déjà versé leurs catalogues. En plus d’économies d’échelles sur le temps de travail dédié à la gestion du système, la directive est profitable aux utilisateurs·ices, qui bénéficient désormais d’un accès étendu et simplifié aux ressources, aussi bien électroniques que matérielles… malgré des premiers mois de mise en œuvre du nouvel SIGB qui ont en 2019 soulevé d’importantes difficultés, depuis résolues. Les collections matérielles des bibliothèques fusionnées jouiront bientôt d’un équipement de stockage standardisé à climat contrôlé, installé à Vinge, à environ 40km de Copenhague. Ce projet ambitieux n’aurait pu être imaginé dans l’ancien paysage des bibliothèques de recherche danoises. Au moment de mon stage, les collections quittaient les étagères pittoresques mais inadéquates du site de Slotsholmen pour définitivement rejoindre cet équipement distant, qui doit paradoxalement garantir une meilleure accessibilité.

L’autre intérêt majeur des fusions réside dans le fait de doter les bibliothèques de recherche d’un poids accru dans la négociation des ressources électroniques auprès des éditeurs. Si cette mission était déjà relativement centralisée, puisque les « gros contrats » d’acquisition de licences étaient négociés par la groupe de travail DEFF (Bibliothèque électronique de recherche), les fonctions transférées à la Bibliothèque Royale prennent une dimension supérieure.

Le personnel le plus ancien évoque encore avec une certaine méfiance la fusion de leurs anciens établissements à la Bibliothèque Royale, mais certaines garanties ont désamorcé jusqu’aux critiques les plus vives. Les établissements fusionnés ont ainsi pu, pour ceux qui en avaient l’utilité et la capacité, conserver leurs collections, a fortiori patrimoniales, et parfois mêmes leurs salles de lecture spécialisées.

KongeligeBibliotek07
L’entrée du site principal et historique de la “Danmarks Kunstbibliotek”, dans le palais de Charlottenborg, à Nyhavn – lieu qui héberge également l’Académie Royale Danoise des Beaux-Arts, ainsi que la galerie d’art qui lui est attachée. L’ensemble de ses services a été fusionné à la Bibliothèque royale, bien que l’institution garde effectivement une identité marquée.
Photo : Orf3us, via Wikimedia Commons (domaine public).

Il en va ainsi de la bibliothèque d’art, qui a versé ses collections numériques au système commun et qui, soulagée d’une grande charge de son travail administratif, conserve ses salles de lecture (et donc son public) à son adresse historique, tout en bénéficiant de ressources plus large pour animer sa salle de lecture spécialisée de Søborg, en périphérie de Copenhague, où elle donne accès à des documents devant être manipulés avec des précautions particulières (dessins et maquettes d’architecture notamment). On peut trouver une situation comparable dans un tout autre domaine à la bibliothèque universitaire du campus de Frederiksberg9, qui conserve encore une forte attache à ses collections patrimoniales touchant aux sciences naturelles, à l’agronomie, aux formations des vétérinaires et au paysagisme (nombreux dessins, reproductions, photographies, et même artefacts conservés sous formol et éthanol).

Une philosophie professionnelle en mouvement

Une visite de différentes adresses de la Bibliothèque Royale donne un aperçu d’une conception de la bibliothèque différente de celle partagée en France, et parfois même de crises de conscience qui traversent le milieu professionnel.

a. Le site de Slotsholmen : une « bibliothèque sans livres » ?

La « Diamant Noir » de Copenhague, imposant monument penché sur le port, témoigne d’un glissement dans l’imaginaire de la bibliothèque nationale.

La première approche de l’édifice a quelque chose d’intimidant. Depuis la place Kierkegaard, l’œil n’accroche à aucune voie d’accès dans ce monolithe vitré, laissant une impression héritée du projet architectural de 1999, alors que l’établissement pouvait encore être présenté comme une figure de proue du « coffre-fort du patrimoine national ». Ce sentiment est pourtant vite contredit, une fois passés les tourniquets, par une entrée en douceur dans un sas aux dimensions chaleureuses, où se côtoient lecteurs·ices solitaires, groupes en conversation, client·e·s de la boutique-librairie gérée directement par la Bibliothèque et consommateurs·ices du café. Ce sas bruissant d’activités s’ouvre sur un atrium ouvert sur 30m, entièrement vitré face au port, coupé seulement par une rampe oblique, un puits contenant des espaces d’exposition, et des balcons courbes avoisinant les salles de lecture à tous les niveaux. Cet atrium donne un accès direct à la Dronningesalen, grande salle de concerts et de conférences, et à deux vastes espaces d’exposition souterrains. Cependant, la plupart des visiteurs·euses empruntent la rampe, qui achemine au Kirkebybroen, passerelle décorée d’une fascinante fresque de 210m² réalisée par le peintre-géologiste Per Kirkeby, chargée de faire le lien entre le « Diamant » et les édifices plus anciens de la Bibliothèque Royale, Holmen et Hansen, ouverts respectivement en 1906 et 1969.

KongeligeBibliotek03
Le sas d’entrée du Diamant noir, partiellement occupé par un café. On constate l’aspect très confiné, induit par les plafonds bas, malgré le pourtour du hall entièrement vitré, qui permet une entrée en douceur dans la bibliothèque, mais peut aussi tendre aussi à renforcer, depuis l’extérieur, son aspect monolithique et inaccessible.
Photo : News Øresund – Johan Wessman (CC-BY 3.0)

Nul portique, nul gardien : les espaces invitent à la libre circulation, dans le calme certes, mais en toute décontraction. Dans les anciens bâtiments, en dehors de la Gamle Læsesal réservée à l’étude silencieuse, les lecteurs·ices sont invité·e·s à s’approprier les espaces et à en déplacer le mobilier léger selon leurs besoins. Dans la partie plus moderne, les usages ont été reconfigurés au fil du temps.

Dans les premières années du « Diamant Noir », seul le rez-de-chaussée (ou « Pôle Culture ») était entièrement public. Les étages supérieurs étant alors dédiés à un « Pôle Bibliothèque », qui partageait ses salles de lecture en fonds spécialisés : recherche générale ; journaux et périodiques ; manuscrits ; musique et théâtre ; orientalisme et judaïstique ; cartes et photographies. Le tout était alors arrangé selon une gradation censée réfléchir la noblesse supérieure de certains sujets, placés dans les plus hauts étages.

KongeligeBibliotek04
L’atrium du Diamant noir, vu depuis la passerelle du cinquième étage, et sa grande verrière donnant sur le port et les canaux de Christianshavn. On remarque la rampe connectant Kirkebybroen et le hall d’entrée, sous lequel s’ouvre un puits qui donne accès aux espaces d’exposition. De part et d’autre, les balcons donnent sur des salles de lecture entièrement vitrées.
Photo : FrDr, via Wikimedia Commons (CC-BY-SA 4.0)

Cette situation a été entièrement bouleversée autour de 2012, avec la baisse de la fréquentation des salles de lecture et de la consultation des collections physiques. La décision a alors été prise de banaliser progressivement les salles de lecture, sauf la salle de recherche Ouest aujourd’hui dédiée, en partage avec le Rigsarkivet, à la consultation sous surveillance des documents anciens, rares et précieux. Certaines des salles banalisées ont bien gardé une teinte spécialisée en raison de la présence de collections thématiques en libre-service, mais elles sont en fait fréquentées par des lecteurs·ices aux usages indifférenciés, qui y entrent sans contrôle ni carte d’accès précise. Les collections mentionnées sont conservées ici par commodité, mais en réalité très peu consultées. Aucun·e bibliothécaire n’est d’ailleurs présent·e dans ces salles de lecture banalisées. La banque de prêt elle-même, à l’origine placée sur le Kirkebybroen, a déménagé dans la boutique-librairie à l’entrée de la bibliothèque.

On constate une cohabitation d’usages variés, en même temps qu’une mutation des publics. Aujourd’hui bien plus qu’en 1999, badauds et enfants sont tolérés, et même invités dans l’enceinte de la Bibliothèque ! Cependant, malgré d’agréables scènes de vie, les mutations du « Diamant Noir » laissent planer le spectre, certes caricatural, d’une « bibliothèque sans livres ni bibliothécaires », dans une plus forte mesure encore dans le contexte de l’actuel déménagement des collections vers un équipement de stockage externe. La numérisation peut encore laisser craindre que la Bibliothèque tende à se tourner en un triste open space pour usagers·ères atomisé·e·s, travaillant chacun·e à son projet, depuis son poste de travail individuel, qui leur donne l’illusion d’un accès à l’ensemble des ressources, oubliant parfois les immenses fonds qui n’ont pas fait l’objet d’une numérisation. La programmation culturelle par ailleurs en plein essor, destinée au plus grand public, n’est malheureusement pas à même d’entièrement répondre à la déliquescence des fonctions cœur de la Bibliothèque Royale.

KongeligeBibliotek05
La Danskesal en 1956. Elle n’accueille depuis quelques l’ouverture du Diamant plus aucun·e lecteur·ice, et a été, au courant de mon stage, entièrement vidée de ses collections. Un projet de rénovation, destiné à transformer l’endroit en salles de lectures hybridées avec une salle de conférence, est actuellement mené par le cabinet A. P. Møller, déjà commissionné pour la rénovation de la bibliothèque royale d’Aarhus (Victor Albecks Vej, 1).
Photo : Det kongelige Bibliotek, Danske Sal. Vindeltrappe, 1956. Collections de la Bibliothèque royale du Danemark.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

b. Le site d’Aarhus (Victor Albecks Vej) : une grande perméabilité aux problématiques de la lecture publique.

La principale antenne aarhusienne de la Bibliothèque Royale ne laisse rien voir de semblable au statut monumental du « Diamant Noir ». Sise au point culminant de la ville, elle est dominée par sa « tour des livres » construite dans les années 1950 – 1960, et progressivement entourée au XXe siècle d’un campus qui partage avec elle son style architectural en briques jaunes. La bibliothèque a connu une rénovation majeure en 2018, dans la foulée de sa fusion dans la Bibliothèque Royale.

KongeligeBibliotek06
La tour des livres d’Aarhus, vue depuis le parc du campus universitaire. L’ensemble des bâtiments du campus est construit dans le même style architectural, et avec les mêmes briques jaunes, couvertes de lierre, que l’on peut observer sur la tour, donnant une identité remarquable au quartier.
Photo : RhinoMind, via Wikimedia Commons (CC-BY-SA 4.0)

L’ambiance générale de la bibliothèque est effervescente, dans une dimension beaucoup plus familière, bien qu’elle se réserve de nombreux espaces studieux. Sur cinq étages, elle accueille une multitude de salles de lecture aux ambiances diverses, comprenant des salles de réunion ou de travail en commun, des ateliers, des espaces de détente, un café, et même, au rez-de-chaussée, une grande salle hybridant les fonctions de travail et de réfectoire, selon l’heure de la journée. En remontant les étages depuis le sous-sol, les plateaux s’ouvrent progressivement en terrasses, mezzanines et alcôves, les vastes salles communes se voyant remplacées par des espaces beaucoup plus informels, comme ce fragment du parc environnant apporté au centre de la bibliothèque. Les différentes fonctions semblent cohabiter sans conflit, pour la plus grande joie des étudiant·e·s affluant des résidences voisines, et de toutes les facultés – chacune étant pourtant déjà dotée de bibliothèques de qualité.

À nouveau, l’aménagement intérieur permet une cohabitation d’usages divers. La plupart des lecteurs·ices sont bien entendu des étudiant·e·s, mais, comme dans toutes les bibliothèques de recherche danoises, nul besoin d’être inscrit pour espérer trouver une place en journée – alors que la ville est par ailleurs très bien dotée en bibliothèques publiques, quelques habitant·e·s retraité·e·s semblent apprécier quotidiennement l’alcôve destinée à la presse quotidienne, placée stratégiquement près de distributeurs de boissons chaudes en libre-service.

KongeligeBibliotek07
Au premier étage de la bibliothèque d’Aarhus (Victor Albecks Vej, 1), le “Biblioteks Have” transpose sous une verrière un fragment du parc environnant, fontaine comprise.
Photo : Villy Fink Isaksen, via Wikimedia Commons (CC-BY-SA 4.0)

Si, pour des raisons de sécurité touchant à une trop une forte proximité entre les magasins et les salles de lecture, cette adresse-ci ne peut être qu’ouverte dix heures par jour, en présence de bibliothécaires, une grande partie des autres bibliothèques du campus restent accessibles aux employé·e·s et aux étudiant·e·s en dehors des heures de présence du personnel, sous réserve de présenter une clé magnétique à l’entrée. Cette mesure ne garantit certes pas l’accès à l’intégralité des services de bibliothèque 24h/24, mais elle répond à une carence de lieux de travail, en solitaire ou en commun, dans le reste de l’université, ainsi qu’aux besoins de sociabilisation des étudiant·e·s.

Elle reprend de ce fait à son compte une partie de l’ambition chère aux bibliothèques publiques, en France comme au Danemark, de se constituer en « tiers lieux », propres à favoriser les échanges, les rencontres informelles ou organisées. Aussi cherche-t-elle, par l’adjonction à ses services d’espaces performatifs sur le modèle des fablabs et maker spaces, à favoriser l’implication et la créativité de ses usagers.ères. En un mot, elle se constitue en un espace de « vivre ensemble », en dehors du lieu de travail et du domicile. Il reste que, dans le cas particulier des étudiant·e·s, la frontière entre ces trois types de « lieux » est étroite. Dans le même ordre d’idée, on peut constater, à vue d’œil, qu’une partie considérable des usagers·ères des bibliothèques publiques d’Aarhus faisant le choix de fréquenter l’établissement sur des périodes moyennes à longues est en fait constitué d’étudiant·e·s.

Une comparaison avec la situation de la BnF permet de constater quelques parallèles entre les directives récemment prises en France, et celles qui ont déjà produit leurs fruits au Danemark. Le site Mitterrand donne à voir, avec sa nette séparation entre haut-de-jardin et rez-de-jardin, une organisation semblable à celle de la Bibliothèque Royale du Danemark à l’inauguration du « Diamant Noir » en 1999. Activités de médiation culturelle à destination de tous les publics10 et accès aux collections pour les chercheurs·euses sont nettement séparés. L’ouverture des différentes adresses de la Bibliothèque Royale Danoise est désormais nettement plus grande, et, si le site Mitterrand ne semble pas prêt à revoir en profondeur ses modalités d’accueil des publics, il faut remarquer le changement de statut significatif qu’ont apporté à l’institution les travaux de rénovation de son site Richelieu. Ce dernier ouvre ses portes depuis septembre 2022 à un large public, grâce au percement d’une « rue » dans l’historique forteresse du « Quadrilatère », donnant accès à tou·te·s d’une part à des espaces d’exposition (payants), d’autre part à une grande salle « de lecture et de détente »11, gratuite et pour tous les âges, mettant à libre disposition du public des « bornes de médiation numériques », des ouvrages de références en lien ou non avec les collections spécialisées de la BnF, un corpus de littérature française, et une imposante collection de bandes dessinées. Les salles de recherche du site Mitterrand gardent quant à elles leurs anciennes fonctions et conditions d’accès.

L’expérience démontrera ou non le succès, en France, du rapprochement de publics et d’usages divers au sein de la Bibliothèque Nationale.

*

Mon voyage d’études au Danemark a éveillé en moi, bibliothécaire que j’espère devenir, une impression singulière. J’ai témoigné d’un profond remaniement du métier auquel j’aspire, lié à la numérisation galopante des services ; je n’avais peut-être pas encore pris l’exacte mesure de l’étendue de ses effets. J’ai rencontré durant mon parcours dans la Bibliothèque Royale du Danemark autant de « bibliothécaires de formation », encore attachés aux services traditionnels, que de « spécialistes de l’information » aux parcours variés, qui parviennent à récuser par l’approche moderne qu’ils ont de leur travail la crainte de services « désincarnés » parce que centralisés.

Le Danemark est un pays qui se flatte de faire jouir ses citoyens de droits étendus, en échange d’une forte contribution des individus à l’effort commun, par le biais des impôts. Bien qu’il n’existe au Danemark pas d’Allemandsret12 donnant légalement le droit d’user des espaces naturels entièrement gratuitement (même privés) et d’y cueillir librement baies et champignons, les contributeurs danois peuvent fréquenter tout type de bibliothèque, et en utiliser l’ensemble des ressources.

Le contexte général de l’accès à l’information et les réponses institutionnelles qui lui sont apportées sont cependant semblables au Danemark à la conjoncture que traversent bien des pays occidentaux : bouleversements dus à la poussée du numérique, et rétrécissement des finances publiques. Si les observateurs étrangers ont commodément érigé dans leurs discours un certain « idéal danois » pour mieux recommander une ouverture de la philosophie de leurs propres bibliothèques, il est à l’expérience assez difficile de constater aujourd’hui des écarts de fond majeurs entre l’idée de la bibliothèque qui dirige les nouveaux projets danois, et les initiatives des autres pays européens.

Le dépaysement que rencontrera un bibliothécaire en voyage d’études au Danemark tiendra plutôt aux dotations toujours comparativement généreuses accordées par l’État les collectivités, ou encore à l’existence unique de certains modes de gestion, qui induisent d’importantes spécificités dans l’organisation et les usages des bibliothèques danoises. À ce titre, le système de prêts entre bibliothèques performant et gratuit à l’échelle nationale, ainsi que le catalogue commun sur lequel il s’appuie, sont peut-être les exemples les plus frappants d’une certaine « particularité nordique »…

Second article à suivre.


BIBLIOGRAPHIE SÉLECTIVE

Danish National Library Authority, Act regarding library services, Copenhague : Ellen Warrer Bertelsen, 2001.
LARSEN Svend, “Mergers and digital transformations in Danish research libraries“, ABI Technik, 40/4, 2020, pp. 324-331.
LARSEN Svend, « Fusions des bibliothèques de recherche au Danemark », Ar(abes)ques, n°94, 2019/3, pp. 16-17.
MÄKINEN Ilkka, « Les bibliothèques dans les pays scandinaves », dans BLIN Frédéric (dir.), Les bibliothèques en Europe. Organisation, projets, perspectives, Paris : Éd. Du Cercle de la Librairie, coll. « Bibliothèques », 2013, pp. 181-209.
STEEN Bille Larsen, « Le Diamant noir, 1999-2012 : changements fonctionnels réalisés à la Bibliothèque royale du Danemark pour répondre aux défis du numérique », dans STEEN Bille Larsen & BISBROUCK Marie-Françoise (éd.), Bibliothèques d’aujourd’hui. À la conquête de nouveaux espaces, Paris : Éd. Du Cercle de la Librairie, coll. « Bibliothèques », 2014, pp. 420-428.
THORHAUGE Jens, “Le développement des bibliothèques publiques danoises : trois vagues de changement ayant mené à un modèle“, Documentation et bibliothèques, vol. 64, 2018/1, pp. 50-55.


Image de bannière : Le Diamant Noir, monument iconique de la Bibliothèque royale du Danemark, sur Slotsholmen, le 1er juillet 2022, à l’occasion de la première étape du Tour de France. Le personnel, présent dans les passerelles reliant l’aile la plus moderne aux installations plus anciennes, se souvient avec émotion de cette journée festive.
Photo : News Øresund – Johan Wessman (CC-BY 3.0)



Citer ce billet
Hugo Forster (2022, 12 décembre). La Bibliothèque royale danoise : le Diamant Noir et les autres pierres de la couronne. Chroniques chartistes. Consulté le 28 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mpjh

  1. « La BnF en chiffres » Consulté le 16 novembre 2022. []
  2. Inderings og boligministeriet (ministère de l’intérieur et du logement), « Structural Reform ». Consulté le 16 novembre 2022. []
  3. Aarhus, Copenhague, Aalborg, Roskilde, et l’IT-Universitet (ITU) de Copenhague []
  4. L’Université Technique (DTU) sise à Copenhague, la Copenhagen Business School et l’Université du Sud-Danemark (SDU : elle comprend Odense, Esbjerg, Kolding, Slagelse, and Sønderborg). []
  5. Cf. Danish National Library Authority, Act regarding library services, 2001. Voir en particulier P2, §13. []
  6. Rappelons qu’en France, les bibliothèques participant au réseau PEB (Prêts Entre Bibliothèques) fixent elles-mêmes les conditions tarifaires s’appliquant à leurs lecteurs·ices. Les tarifs se situent entre 5 et 10€ pour le prêt d’une monographie, ou par tranche de 50 pages pour le prêt d’un périodique. Ce réseau est tout à fait indépendant de celui des bibliothèques publiques (PIB), contrairement à la situation qui a cours au Danemark. Cf : https://abes.fr/reseau-sudoc/sudoc-outils-et-services/peb/, consulté le 17 novembre 2022. []
  7. Système Informatisé de Gestion des Bibliothèques. []
  8. Au moment de mon stage, les bibliothèques de l’Université de Roskilde terminaient en fait leur fusion entière dans la Bibliothèque Royale. []
  9. Commune indépendante de plus de 100.000 habitants enclavée dans le tracé de Copenhague. []
  10. Encore que l’accès à la « Bibliothèque tous publics » du site Mitterrand soit interdite aux moins de 16 ans, et nécessite l’achat d’un titre d’accès. []
  11. https://www.bnf.fr/fr/la-salle-ovale/. Consulté le 17 novembre 2022. []
  12. Droit d’accès à la nature, accordé à tous en Norvège, Suède (allemansrätt), Finlande (jokamiehenoikeus) et Estonie (igameheõigus). []

Une réflexion sur « La Bibliothèque royale danoise : le Diamant Noir et les autres pierres de la couronne »

  1. Billet très intéressant, où l’on voit que le “rêve” scandinave n’est sans doute finalement qu’un fantasme…
    En revanche, dommage que les chartistes soient contaminés aussi par l’écriture inclusive.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.