Le service de la Conservation des Œuvres d’Art Religieuses et Civiles de la Ville de Paris

Présentation du service de la Conservation des Œuvres d’Art Religieuses et Civiles de la Ville de Paris où Jean Bernard a effectué un stage de quatre mois, de janvier à mai, dans le cadre de sa deuxième année de scolarité à l’Ecole des chartes.

Un service récent pour une vaste collection

La Conservation des œuvres d’Art Religieuses et Civiles est un service de la Ville de Paris, dont la genèse progressive commence dans les années 1970, en prenant la suite du Service des Beaux-Arts. Les collections de la ville sont surtout connues à travers ses 14 musées, mais une grande partie est située dans l’espace public. On dénombre ainsi 40 000 œuvres d’art et objets mobiliers dans les édifices religieux (quelques 85 lieux de culte chrétiens, 9 temples et 2 synagogues), ainsi que 850 statues et monuments.

Ce vaste ensemble est d’une part l’héritage religieux de la longue histoire des édifices construits avant 1905, avec quelques églises reconstruites au début du XXe siècle sur un ancien emplacement (Saint-Christophe de Javel, Saint-Pierre de Chaillot). Tous ces lieux conservent donc des tableaux, des fresques, des sculptures, des vitraux et du mobilier. Les objets sont affectés au culte et proviennent du Moyen Âge pour les plus anciens, jusqu’au XXe siècle pour les plus récents. Outre la sculpture de la vierge du XIIIe siècle de Saint-Germain-des-Prés, les retables de Simon Vouet, les fresques de Delacroix ou les vitraux de Jacques Grüber, on peut encore citer le triptyque de Keith Haring, déposé à l’église Saint-Eustache.

 

La Ville de Paris elle-même a d’autre part constitué une collection d’œuvres civiles, afin de décorer des édifices et des espaces publics, parfois véritables musées en plein air (jardin Tino Rossi en bord de Seine, galerie des sculptures des Hommes Illustres de l’Hôtel de Ville). Les acquisitions, du XIXe au XXIe siècle, se font au gré des salons, des expositions universelles et des grands chantiers (des mairies d’arrondissement au tramway, en passant par les grandes places, comme celle de la République ou de la Nation). Outre les œuvres définitives en marbre, pierre, bronze ou autres matériaux, on conserve notamment pour le XIXe siècle de nombreux modèles en plâtre à différentes échelles, conservés au dépôt d’Ivry-sur-Seine.

Cette collection a d’abord été conservée dans les locaux administratifs, et gérée par le service des Beaux-Arts de la préfecture de la Seine, avant que la mairie de Paris ne soit créée dans les années 1970. Des services parallèles se sont alors constitués progressivement pour les œuvres civiles d’une part, religieuses de l’autre, avant de fusionner en 1997 dans la COARC. Cette dernière est un service de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris, au sein de laquelle se trouve également le Département des Édifices Cultuels et Historiques (DECH) qui s’occupe des travaux sur les immeubles, les cloches et les orgues. Il y a bien sûr de nombreux autres services aux missions parfois proches : Direction du Patrimoine et de l’Architecture (ponts), Direction des Espaces Verts et de l’Environnement (fontaines, cimetières). Enfin, la Direction Régionale des Affaires Culturelles de l’Île-de-France exerce un contrôle scientifique et technique sur tous les édifices et objets classés ou inscrits au titre des monuments historiques. La COARC fait donc partie d’un maillage administratif complexe, à l’image de la diversité des œuvres et des édifices de la ville.

Des missions d’inventaire, de conservation et de restauration

Ces missions variées sont remplies par une équipe assez restreinte de 12 personnes (quatre conservateurs, des photographes, documentalistes, surveillant de travaux, un pôle budgétaire, etc.), ce qui m’a  permis d’entrevoir sans peine les différents aspects d’une dense activité, au cours de mes quatre mois de stage.

L’inventaire de la collection est nécessaire, surtout lorsque les œuvres sont déplacées à l’occasion de restaurations et d’expositions. J’ai par exemple réalisé l’inventaire exhaustif des cadres présents dans les réserves.

S’y  ajoute, en cas de changement de cure, le récolement ponctuel, à distinguer de l’inventaire très complet avec prises de vues (à usage documentaire et parfois illustratif). C’est aussi l’occasion de se pencher sur certaines parties de la collection, comme les 200 esquisses sculptées pour la reconstruction de l’Hôtel de Ville de Paris après la Commune, dont j’ai également fait l’inventaire en parallèle de recherches sur les modalités de commande et de réalisation.

Cette dernière opération s’est donc accompagnée, en plus de prises de vues par les photographes, d’un reconditionnement et de mesures de conservation préventives par des restaurateurs. La COARC a en effet la particularité de mener des chantiers de restauration, parfois sur la collection en réserve, mais aussi sur des œuvres souvent monumentales dans l’espace public. On peut citer la restauration de la fresque de Delacroix dans la chapelle des Saints-Anges de Saint-Sulpice, des décors peints de Saint-Germain-des-Prés, ou du monument des Droits de l’Homme par Ivan Theimer, installé sur le Champ de Mars lors du bicentenaire de la Révolution.

Une ouverture sur la recherche et le public

La recherche fait aussi partie intégrante de l’activité de la COARC : le centre de documentation  donne accès à des ouvrages spécialisés, mais aussi à des archives précieuses pour les études et les restaurations. Ce centre accueille donc à la fois les conservateurs et les chercheurs qui le demandent. Par ailleurs, des partenariats existent avec d’autres institutions, comme le musée national Eugène Delacroix qui suit la restauration de la chapelle des Saints-Anges à Saint-Sulpice.

Enfin, la médiation auprès du public vise à rendre plus accessibles des collections parfois victimes de leur présence dans l’espace public, où elles sont vues sans être regardées. Si des panneaux de chantier lors de restaurations renseignent le public sur place, et si  des balades du patrimoine  sont proposées sur paris.fr, des partenariats avec d’autres institutions culturelles permettent aussi d’observer ces oeuvres dans un autre contexte. L’exposition au Louvre sur le Musée des monuments français a permis de réaliser un parcours dans les églises en parallèle de l’exposition, et ce fut l’occasion de nouvelles recherches et découvertes. Des tableaux du XVIIe siècle ont aussi été présentés au Petit Palais lors de l’exposition Les couleurs du ciel au musée Carnavalet, d’autres tableaux, du XVIIIe siècle le seront au Petit Palais pour l’exposition Le Baroque des Lumières, en mars 2017. Là encore, ce dernier projet en partenariat avec la COARC reflète les différentes facettes de son activité : recherches, inventaire, restauration et médiation, pour une collection au cœur de Paris .


Pour aller plus loin :


3 réflexions sur « Le service de la Conservation des Œuvres d’Art Religieuses et Civiles de la Ville de Paris »

  1. Bonjour,
    Merci de vérifier le lien « Renseignements sur le centre de documentation » qui débouche sur une page erreur 404.
    J’aimerai pouvoir consulter des documents dans votre centre.

    1. Bonjour Madame,
      Cet article n’est pas une présentation officielle du service, mais le retour d’expérience d’un étudiant.
      Le déménagement du service de la COARC, depuis la rédaction de cet article, a rendu obsolètes certains de ces liens, qui ont donc été mis à jour.
      Pour tout renseignement supplémentaire, nous vous invitons à contacter le service depuis la page officielle sur le site de la ville de Paris, ou même depuis leur page Facebook.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.