Codice A, ASCT

À la découverte d’un manuscrit inédit : une histoire retrouvée de la Custodie franciscaine de Terre sainte à la fin du Moyen-Âge

Entretien avec Geneviève Roumier (Alday), archiviste-paléographe, qui a soutenu le 30 mai 2022 sa thèse d’École des chartes intitulée Défense et illustration de la Custodie de Terre sainte à la fin du XVe siècle. Les privilèges pontificaux au prisme d’un traité juridique. Cette thèse a été récompensée par le prix Molinier. Elle a été dirigée par M. Olivier Guyotjeannin, professeur de diplomatique et d’archivistique médiévales à l’ENC, et Mme Catherine Vincent, professeure d’histoire médiévale à l’université Paris-Nanterre.1 Propos recueillis par Giulia Ceccarelli (AP3).


Comment as-tu choisi ce sujet ?

Lors de mon stage aux archives historiques de la Custodie de Terre sainte (ASCTS), à Jérusalem en février 2020, l’archiviste de l’institution m’avait demandé la transcription d’un manuscrit latin inédit2, dont il voulait avec sa communauté découvrir le contenu. En l’étudiant de plus près, je me suis rapidement rendu compte de son intérêt. J’ai ainsi pris la décision, à la fin de la deuxième année de ma scolarité, de changer de sujet de recherche pour me consacrer à l’édition de ce manuscrit. Ce stage au sein même des archives m’a également permis d’effectuer des rencontres personnelles enrichissantes, d’échanger avec les frères qui se trouvent encore aujourd’hui à Jérusalem et de pouvoir finalement mieux cerner le document sur lequel je comptais travailler. Du fait de l’intérêt croissant que je trouvais à ce document inédit, j’ai ensuite décidé d’enrichir l’édition critique que constituait mon mémoire de master 2 par une étude du manuscrit mis en relation avec le fonds de bulles pontificales et de bullaires conservés aux archives de la custodie.

L’énigmatique Codice A : premier bullaire de la Custodie de Terre sainte datant de la fin du XVe siècle et entièrement rédigé en latin. Il contient le traité sur les privilèges composé par Christophe de Varèse (vers 1420-1491). Cote actuelle : ASCTS, CC, Copiari pontifici, 1. (Photographie : Geneviève Roumier).

S’agit-il d’un manuscrit totalement inédit ?

Le manuscrit, composé d’environ soixante feuillets, n’avait jamais été édité intégralement : il est fait mention de ce texte dans les répertoires des sources sur l’Orient franciscain, rassemblés dès la fin du XIXe siècle par des frères érudits, mais ces derniers n’en citent que des passages très succincts. Le lieu même de sa conservation, les archives de la custodie, n’a pas facilité l’accès à cette source. Avant la fin du XXe siècle, l’accès y était encore assez restreint pour les chercheurs, alors qu’à l’heure actuelle on a créé des inventaires et de nouveaux outils pour classer et mieux connaître les archives de la custodie, ce qui témoigne d’une nouvelle ouverture au monde de la recherche. L’objectif premier du travail qui m’avait été demandé était en effet de mettre ce texte peu connu à disposition de la communauté franciscaine, puis des historiens médiévistes s’intéressant à l’histoire de la Terre sainte et de l’ordre franciscain.

Que peut-on trouver dans ce manuscrit ? Quelles sont les informations importantes et nouvelles qu’il contient ?

Il s’agit d’un manuscrit composé dans les années 1470 par Christophe de Varèse (vers 1420 – 1491), un frère mineur de l’Observance, disciple de Jean de Capistran. Il se compose d’une part d’un bullaire, c’est à dire un recueil de bulles pontificales, qui accordent et confirment les privilèges dont bénéficiaient les frères de la Custodie de Terre sainte, et de l’autre d’un traité de droit canonique commentant ces privilèges. Les deux parties sont à peu près équivalentes en nombre de feuillets. Le traité est juridique et scolastique dans sa conception : l’auteur classe les droits de sa communauté en treize chapitres thématiques et, par un raisonnement fait de « quaestio » et de « responsio », il justifie ces privilèges accordés par les papes entre le XIIIe et XVe siècle.

Les bulles pontificales copiées dans ce bullaire étaient précieusement conservées par la communauté dans la « boîte des privilèges », elle-même rangée dans la chambre du supérieur de la communauté, le custode du Mont Sion. Les frères avaient inventé un système de cotation pour archiver leurs propres bulles. En effet, dans les marges du manuscrit, on peut trouver une lettre constituant une cote alphabétique pour chaque bulle copiée, que l’on retrouve, dans la majorité des cas, parmi les notes dorsales figurant au verso de la bulle copiée. Au début d’une bulle, le pape énonce souvent l’évènement qui a poussé la custodie à demander un privilège, ce qui aide également à reconstituer l’histoire de la communauté, insérée dans le contexte politique et social complexe du Proche-Orient médiéval.

Alors que la plupart des bulles étaient déjà connues et éditées dans les bullaires de l’ordre franciscain, le déchiffrement et l’édition du traité ont été réellement nouveaux, et de ce fait plus ardus, puisqu’il est inédit et tend à devenir presque illisible pour nous aujourd’hui :  en effet, au Moyen-Âge, les juristes abrégeaient à outrance les références aux corpus du droit civil et du droit canonique, de sorte qu’elles devenaient très succinctes et absconses. Cela m’a donc demandé un long travail de recherches pour reconstituer l’intégralité du texte. Le droit canonique est très présent dans ce texte car, en tant que législation de l’Église médiévale, il sert à justifier les privilèges qui étaient accordés à la custodie.

Premières pages du traité (fol. 16v-17) : après l’adresse au custode, l’auteur intègre une table des treize chapitres de son traité. Il entame ensuite le premier chapitre portant sur les privilèges attachés aux couvents de la Custodie avec la copie de l’une des deux bulles par lesquelles le pape Clément VI entérina en 1342 la fondation de la Custodie et ses prérogatives comme représentante de la papauté au Proche- Orient. (Photographie : Geneviève Roumier)

Dans quel contexte s’inscrit la rédaction de ce manuscrit ?

Ce traité s’inscrit dans une période de mutations à plusieurs niveaux. Il faut d’abord souligner une crise interne à l’ordre franciscain. La diffusion de l’Observance depuis le début du XVe siècle avait rapidement créé au sein de ce dernier une scission importante, et il était nécessaire pour les frères de l’Observance d’affirmer leur prééminence par rapport aux conventuels.

Les franciscains avaient ensuite besoin d’affirmer leur rôle vis-à-vis des autres communautés religieuses présentes en Terre sainte, dont certaines étaient alors jalouses de ces privilèges exceptionnels. Par concession du pape, ils jouissaient en effet du droit d’administrer les sacrements aux chrétiens habitant au Proche-Orient, ainsi que d’héberger et de guider les pèlerins qui visitaient la Terre sainte. Il s’agissait donc, pour la communauté franciscaine, d’un enjeu important de conservation de ces privilèges. Rassembler ces derniers dans un seul manuscrit permettait ainsi d’en faire mémoire et de les conserver, au cas où les bulles originales venaient à être détruites ou perdues.

Enfin, à la fin du XVe siècle, l’Orient latin redoute l’arrivée des Ottomans, après la chute de Constantinople en 1453. Les frères avaient réussi à s’établir et à faire reconnaître leurs droits par le pouvoir mamelouk ; ils craignaient donc qu’après un renversement de pouvoir ils ne puissent plus jouir des mêmes privilèges.

Quelle est la diffusion de ce manuscrit ?

Après avoir étudié le texte du traité dans ce contexte troublé de sa rédaction, j’ai souhaité prolonger mon étude dans le temps, pour évaluer sa réception et son influence à l’époque moderne.

Le traité a été diffusé très peu de temps après sa rédaction puisqu’il se trouve copié dès le début du XVIe siècle dans un manuscrit polonais qui se trouve aujourd’hui conservé dans la bibliothèque de Kórnik, en Pologne3 , où Christophe de Varèse avait longuement séjourné et où l’on retrouve d’autres écrits de sa main. Le manuscrit est ensuite cité dans l’œuvre d’un chroniqueur franciscain, Francesco Quaresmio (1583-1650)4 , dès la fin du XVIe siècle, qui le présente comme la référence essentielle pour connaître les privilèges de la Custodie de Terre sainte.

Toutefois, le texte est rapidement tombé dans l’oubli par la suite. J’ai pu trouver dans les archives de la custodie à Jérusalem trois bullaires recueillant les privilèges de l’ordre franciscain en Terre sainte. Outre le premier, auquel j’ai consacré ma thèse, deux autres bullaires ont été rédigés au XVIIIe et au XIXe siècle5 , et ceux-ci ne mentionnent étrangement pas le traité. Il est difficile d’évaluer avec précision les raisons de cette absence. Ces deux bullaires successifs ont été rédigés à cause des difficultés que les frères rencontraient pour comprendre les textes originaux, alors qu’ils avaient toujours besoin de prouver les privilèges liés à leur stabilité en Terre sainte : cela explique la nécessité de nouvelles éditions de ces textes. Les bullaires de l’époque moderne et de l’époque contemporaine ne prennent pas en compte le travail de compréhension des privilèges produit par Christophe de Varèse dans son traité, ce qui pousse à penser que ce dernier avait probablement perdu de son intérêt aux yeux des membres de la custodie, ou bien qu’il était devenu illisible.

Quels étaient les privilèges dont bénéficiait la communauté franciscaine en Terre sainte et pourquoi la papauté avait-elle spécifiquement choisi cet ordre ?

La communauté franciscaine était pour la papauté la gardienne des lieux saints, garante de la présence chrétienne en Orient. Les frères étaient d’abord chargés de dire la messe et d’administrer les sacrements. Dans le Proche-Orient médiéval, on ne trouve pas un maillage épiscopal aussi dense que celui qu’on peut trouver en Occident ; c’est pourquoi les frères mineurs bénéficiaient de prérogatives presque épiscopales et, par conséquent, d’une autorité supérieure à celle des autres communautés chrétiennes. Il leur revenait également d’accueillir les pèlerins en Terre sainte et de les guider dans les principaux lieux saints. Ils devaient notamment s’occuper de l’attribution des indulgences, ces grâces de pardon fortement recherchées par les pèlerins se rendant à Jérusalem et en Terre sainte. Ainsi, la plupart de leurs privilèges étaient d’ordre spirituels et ecclésiastiques, à l’exception du droit de transporter du fer et du bois en Orient, accordé par les papes pour permettre aux frères de réparer leurs couvents et les sanctuaires construits sur les lieux saints.

Il semble assez difficile de déterminer les raisons exactes du choix de cet ordre franciscain pour remplir ces missions si importantes pour la papauté et l’Église médiévales. On sait que le fondateur, saint François d’Assise, a toujours eu des liens directs avec l’autorité pontificale et a voulu faire reconnaître son ordre par Rome rapidement après sa fondation. En outre, saint François avait voyagé en Terre sainte et rencontré le sultan Malik al-Kâmil dès 1219, montrant un certain attachement pour ces régions non chrétiennes ; attachement qui s’est transmis après sa mort à tout l’ordre franciscain. Dans un contexte où les ordres mendiants se trouvent fortement favorisés dans l’Église du XIIIe siècle, les papes décident de confier la garde des lieux saints à une seule communauté pour éviter les conflits entre communautés. Ainsi, c’est notamment grâce à la protection du pape et des rois de Naples au début du XIVe siècle que les frères mineurs sont parvenus à s’implanter durablement dans la région, jusqu’à devenir les représentants de l’Église latine au Proche-Orient.

Reproduction annotée des folios 1v et-2 du manuscrit
Reproduction annotée des folios 1v et-2 du manuscrit : les copies des bulles se succèdent dans cette première partie du bullaire, classées selon l’ordre alphabétique de leur cote. Plusieurs interventions postérieures sont visibles, qu’il s’agisse de la cotation numérique ou des annotations placées en marges, que l’on doit à des frères de la Custodie à l’époque moderne. (Photographie : ASCTS)

A partir de ce traité, que peut-on déduire sur le fonctionnement de la communauté franciscaine en Terre sainte ?

Bien que composé à Jérusalem, soit dans un contexte proche-oriental, le traité traduit le visage fortement occidental de la communauté franciscaine du Mont Sion. Les frères n’étaient appelés à servir en Terre sainte que pour une période restreinte – même si certains pouvaient ensuite choisir de rester plus longtemps sur place – ce qui freinait sans doute leur intégration au monde proche-oriental. La plupart des frères étaient italiens, notamment du fait du prestige du saint d’Assise et de son ordre dans la péninsule italienne. Le traité lui-même porte les marques d’un regard occidental sur la Terre sainte : la langue du texte, le latin, témoigne que celui-ci n’est adressé qu’aux frères, et non aux habitants locaux. Si, au début du traité, l’auteur souligne que les privilèges pontificaux sont envoyés dans les contrées non latines, il fait toutefois rarement mention du contexte oriental dans lequel son traité se trouve ancré. Il est donc difficile de comprendre comment ces privilèges étaient appliqués en réalité, puisque le traité se cantonne à une œuvre de commentaire des lettres pontificales et des textes de droit sur un plan théorique. Les archives qui pourraient nous éclairer sur ces sujets se trouvent dans les sources locales rédigées en langue arabe. La question demeure donc encore ouverte, et il reste sans doute des découvertes à faire dans ces archives.

Il est plus difficile d’avoir accès aux requêtes que les frères adressaient au pape qu’aux privilèges concédés par le Saint Siège. Cela témoigne de la place prépondérante de la papauté dans la société médiévale au niveau international, pour utiliser des termes contemporains. Les frères de la custodie, bien que résidant en Orient, et donc placés sous la juridiction du sultan mamelouk, contournent effectivement les autorités locales et s’adressent directement au pape, qui seul peut leur accorder des privilèges spirituels et ecclésiastiques.

Quelles sont les principales conclusions de ton travail ?

Grâce aux différents aspects du manuscrit, le bullaire et le traité juridique, j’ai pu appréhender la nature et l’étendue des droits exceptionnels accordés par la papauté à l’ordre franciscain, durant les trois derniers siècles du Moyen-Âge. J’ai dû croiser ce manuscrit avec des sources complémentaires, notamment les actes originaux et les bullaires postérieurs, ce qui m’a permis de me faire une idée plus précise de la présence franciscaine en Terre sainte. Avoir accès au bullaire médiéval m’a permis de déduire les principaux besoins des frères à cette époque et la manière dont la papauté répondait à ceux-ci.

J’ai pu constater une évolution des droits entre le XIIIe et le XVe siècle. Alors que certains privilèges se trouvent simplement confirmés à plusieurs reprises par les papes, d’autres sont amplifiés et étendus à de nouveaux couvents et sanctuaires. Cela permet de comprendre leur efficacité, mais aussi l’évolution constante des besoins et, par conséquent, des droits des frères. Enfin, j’ai pu me consacrer à la dimension mémorielle de ce manuscrit, en étudiant la manière dont un frère mineur canoniste observe et défend sa propre communauté à la fin du Moyen-Âge, en sollicitant encore et toujours l’autorité des actes pontificaux.

L’ordre franciscain, dont un des piliers est la pauvreté mais qui jouit malgré tout de nombreux privilèges, veut rester implanté en Terre sainte et a besoin de s’affirmer dans un contexte d’instabilité politique. Les frères justifient leurs privilèges en s’appuyant exclusivement sur le droit canonique, qui ne peut être reconnu comme valable que par les autres communautés chrétiennes, tandis que le droit de la société mamelouk n’est pas mentionné par Christophe de Varèse ; auprès du sultanat et de ses représentants, c’est l’autorité pontificale qui semble garantir la légitimité de la custodie. Cette dernière est chassée du Mont Sion au milieu du XVIe siècle par les juifs qui réussissent ainsi à récupérer le tombeau de David. La communauté franciscaine est encore aujourd’hui implantée à Jérusalem, mais a depuis cette date perdu ce lieu hautement symbolique.

Quelles ont été les principales difficultés rencontrées au cours de ton travail ?

Sans doute, avant tout, la pandémie de la COVID-19 et ses conséquences. En effet, j’aurais aimé retourner plusieurs fois à Jérusalem pour me familiariser davantage avec les sources de la custodie. Les archives conservent notamment 54 bulles pontificales pour la période que j’ai étudiée et 11 actes non pontificaux, et la consultation de ces derniers aurait pu compléter et enrichir mon travail.

Ensuite, le manuscrit était difficile à appréhender puisqu’il s’agissait d’une source inédite, dont l’étude demandait à la fois une grande précision et une certaine prudence. Ce sont les enseignements reçus à l’École des chartes qui m’ont permis de comprendre au mieux ce manuscrit, et j’ai pu, par le croisement des sources, en fournir une étude diplomatique et codicologique approfondie. Les professeurs que j’ai sollicités m’ont beaucoup aidée en me donnant des avis très précieux.

Les deux aspects diplomatique et juridique du manuscrit ont rendu ce travail encore plus intéressant : j’ai dû rapidement approfondir mes connaissances en droit canonique et en archivistique médiévale. Les notions évoquées sont parfaitement maîtrisées par l’auteur du texte et démontrent la hiérarchie de l’Église au Moyen-Âge. Il fallait alors replacer ce texte dans son contexte afin de comprendre la place des franciscains au sein de l’Église, mais également dans l’environnement géopolitique et religieux complexe de la Terre sainte. Pour ce faire, je me suis penchée sur l’historiographie très riche portant sur l’ordre franciscain et sur la Terre sainte, qui s’est trouvée largement renouvelée depuis 2019, grâce au huitième centenaire de la rencontre entre saint François et le sultan. Toutefois, les études consacrées spécifiquement à la custodie sont plus rares et presque exclusivement italiennes ou anglo-saxonnes.

bulle Pro zelo christiane fidei , ASCT
Reproduction de la bulle “Pro zelo christiane fidei” par laquelle, dès 1238, le pape Grégoire IX accorde aux frères missionnaires dans les régions non-chrétiennes le droit de baptiser, de prêcher, et de réconcilier hérétiques et schismatiques avec l’Église. Bon nombre des bulles pontificales conservées dans les archives de la Custodie lui ressemblent par leur format simple et leur texte succinct. (ASCTS, CC, Diplomatico, 3. Photographie : ASCTS).

Aimerais-tu poursuivre tes recherches en doctorat ?

En partant de ma thèse d’École, j’aimerais étudier les bullaires des ordres mendiants, produits entre la fin du Moyen-Âge et le début de l’époque moderne. On trouve assez peu de bullaires médiévaux manuscrits ; il serait alors intéressant d’étudier les raisons pour lesquelles les ordres mendiants ont choisi de les faire imprimer dès le début du XVIe siècle et en grand nombre. En effet, les ordres mendiants accordaient – en théorie du moins – une place assez restreinte à l’écrit et à la conservation des documents, et ce choix de l’imprimerie peut donc paraître étonnant. Les bullaires n’étaient certainement pas consultés quotidiennement, mais ils permettaient aux frères de connaître leurs droits, et de répondre aux éventuelles attaques, en fournissant les justifications nécessaires et attendues : les actes pontificaux, à la fois sources et preuves de ces privilèges.


Les positions des thèses d’école des chartes soutenues en 2022 sont consultables au format papier, en attendant leur publication en ligne au courant de l’année 2023. Le dépôt des thèses et leur diffusion, en format électronique ou papier, se fait à la discrétion de leurs auteurs·ices.



Citer ce billet
Giulia Ceccarelli (2022, 3 novembre). À la découverte d’un manuscrit inédit : une histoire retrouvée de la Custodie franciscaine de Terre sainte à la fin du Moyen-Âge. Chroniques chartistes. Consulté le 28 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mpje

  1. Image de bannière: Première page du Codice A où commencent les copies des bulles pontificales, après les pages de garde du manuscrit faites de parchemins de remploi : sur cette page figure l’introït grégorien de la messe de la nativité de saint Jean-Baptiste, fêtée le 24 juin ; la partition musicale est décorée d’une belle initiale “d” onciale ornée de rouge et de bleu. Photographie : Geneviève Roumier []
  2. ASCTS, CC, Copiari pontifici, 1 []
  3. Biblioteka Kórnicka, BK 00097, fol. 34-52v. []
  4. Francesco Quaresmio, Historica, theologica et moralis Terrae Sanctae elucidatio […], Anvers, 1639 []
  5. ASCTS, CC, Copiari pontifici, 2 ; ASCTS, CC, Copiari pontifici, 3 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.