Pierrot_Banniere

Espace et mémoire dans l’Ordre franciscain à la fin du Moyen Âge. Le “Provinciale ordinis fratrum Minorum” de Paolino da Venezia

Entretien avec Loïc Pierrot, archiviste-paléographe, qui a soutenu le 30 mai 2022 sa thèse d’École des chartes intitulée Espace et mémoire dans l’Ordre des frères mineurs à la fin du Moyen Âge. Étude et édition critique du Provinciale ordinis fratrum Minorum de Paolino da Venezia. Cette thèse a été dirigée par M. Olivier Guyotjeannin, professeur de diplomatique et d’archivistique médiévales à l’ENC, et Mme. Isabelle Heullant-Donat, professeure d’histoire du Moyen Âge à l’Université de Reims Champagne-Ardennes.1 Propos recueillis par Hugo Forster (AP4).


Le titre de ta thèse montre un objet d’études circonscrit à l’extrême, que l’on pourrait hâtivement résumer à une seule source. Peux-tu, en guise d’introduction, nous expliquer comment ton parcours de formation t’a amené à traiter ce document particulier dans le cadre de ta thèse d’École ?

En entrant à l’École des chartes (ENC) et à l’École normale supérieure (ENS) en 2018, je n’avais pas fait beaucoup de latin mais je savais que je voulais travailler sur l’histoire du Moyen Âge. J’étais prêt à me former rapidement, ce que me permettait mon parcours. Sur la suggestion de ma directrice de recherche, j’ai d’abord choisi de travailler sur les origines de la custodie franciscaine de Terre sainte. Après quelque temps, j’ai finalement voulu changer de sujet. Isabelle Heullant-Donat, ma directrice de recherches, m’a alors proposé d’éditer et d’étudier le Provinciale ordinis fratrum Minorum, un texte dont elle avait eu connaissance en préparant sa thèse de doctorat consacrée aux chroniqueurs franciscains Paolino da Venezia et Elemosina da Gualdo. Ce sujet m’a séduit parce qu’il touchait à l’histoire culturelle et religieuse du Moyen Âge et à l’histoire de la réception et de l’érudition moderne. C’était aussi l’occasion de mettre en application les savoirs critiques enseignés à l’École des chartes.

Qu’est-ce que ce document, et qui en est l’auteur ?

Le Provinciale ordinis fratrum Minorum est une liste de couvents et de saints franciscains rédigée vers 1334. Son auteur est Paolino da Venezia, un personnage haut en couleur.

Né vers 1274, Paolino fut un franciscain ambitieux. Après avoir été enseignant, inquisiteur et custode dans son ordre, il servit le Sénat de Venise, puis devint pénitencier apostolique2 à la cour d’Avignon. À sa mort, en 1344, il était évêque de Pouzzoles et familier du roi Robert d’Anjou, dont il fréquentait la cour à Naples.

Mais Paolino était aussi un érudit soucieux d’être reconnu comme auctor, c’est-à-dire comme une autorité savante. Il rédigea trois chroniques universelles au cours de sa vie. Pour sa dernière compilation historique, intitulée la Satyrica historia, il composa plusieurs petits traités qu’il conçut comme des annexes. Le Provinciale ordinis fratrum Minorum est l’un de ces traités. Il prend la forme d’une énumération – assez aride – de plus de mille quatre cent cinquante lieux et de près de cent cinquante frères. Il s’agit à ce jour de la plus ancienne liste prétendant recenser exhaustivement les couvents de l’Ordre des Frères mineurs.

Par quelles pièces d’archives cette source est-elle transmise, et quelles sont les institutions de conservation auxquelles tu as recouru ?

Il existe quatre témoins du Provinciale ordinis fratrum Minorum. Un manuscrit est conservé en Italie, à la Bibliothèque apostolique du Vatican3. Les trois autres se trouvent de l’autre côté des Alpes : on en trouve un à Bamberg4, un autre à Dresde5, et un dernier à Prague6. Les trois premiers manuscrits ont été bien étudiés par les chercheurs qui se sont intéressés à Paolino da Venezia. En revanche, je suis l’un des premiers à avoir analysé le manuscrit de Prague, dont l’existence avait été signalée par David Anderson7 en 1996. Quatre manuscrits en tout, c’est peu.

On sait qu’il y eut d’autres copies du texte qui ne nous sont pas parvenues. On conserve aussi plusieurs manuscrits qui transmettent uniquement la Satyrica historia, ou bien la chronique avec seulement quelques traités, sans le Provinciale. Les commanditaires et les copistes des manuscrits ont parfois écarté certains traités parce qu’ils ne leur semblaient pas utiles, sans doute aussi parce que la cohérence de l’œuvre de Paolino da Venezia n’était plus comprise. Cela semble particulièrement vrai pour le Provinciale qui, lorsqu’il n’a pas été écarté au moment de la copie, n’a pas fait l’objet d’un effort notable de mise en page, en comparaison avec celui fourni à l’attention de la chronique universelle. Il ne semble pas non plus avoir retenu l’attention de ses lecteurs, puisque les annotations en marge du texte sont peu nombreuses dans les quatre manuscrits.

Pierrot_Prague01_Rescaled
Paolino da Venezia, “Provinciale ordinis fratrum Minorum” – Prague, Knihovna Národního Muzea, XVI A 8, fol. 325v. Tous droits réservés.

En quoi un travail d’édition critique était-il demandé par ce traité ? Quelle est l’historiographie de ta source ?

Le Provinciale ordinis fratrum Minorum a été délaissé et oublié dès la fin du Moyen Âge, mais il a intéressé les érudits franciscains à partir du XVIIIe siècle. Certains frères, dont le plus fameux fut Luke Wadding, entreprirent d’éditer des listes franciscaines afin de démontrer l’ancienneté des implantations de leur ordre et retracer son expansion. En 1771, le frère Francesco Antonio Righini publia la première édition du Provinciale à partir du manuscrit du Vatican. C’était la première fois qu’un antiquaire avait accès à une liste franciscaine aussi ancienne. Au cours des décennies suivantes, plusieurs savants italiens et allemands identifièrent l’auteur de cette liste et découvrirent d’autres témoins du texte. En 1892, Konrad Eubel publia une nouvelle édition du Provinciale à partir des manuscrits du Vatican et de Bamberg. Il la corrigea partiellement en 1898 et son travail attira l’attention d’autres érudits, comme le père Girolamo Golubovich. L’édition d’Eubel devint celle de référence. Cependant, elle ne correspond pas aux normes méthodologiques actuelles : Eubel n’a recensé que deux témoins sur quatre, n’a vraiment consulté qu’un manuscrit sur les deux collationnés et a commis plusieurs fautes de transcription et d’identification des lieux. Mais, surtout, Eubel a mutilé le texte en enfouissant tous les frères, avec leurs miracles évoqués dans la liste, en notes en bas de page. L’éditeur ne s’intéressait qu’à la reconstitution d’une organisation administrative des couvents de l’Ordre. Ce faisant, il a orienté le sens de la source et lui a donné un apparat critique qui a déconcerté bon nombre d’historiens.

Construire une nouvelle édition critique du Provinciale était nécessaire pour retrouver l’intégrité de la source et proposer aux chercheurs une édition fiable. Jusqu’à présent, le Provinciale a été utilisé essentiellement pour servir à une histoire institutionnelle ou administrative. Certains chercheurs, comme Luigi Pellegrini8 ou Roberto Paciocco9, ont souligné l’intérêt d’une réédition à partir des années 1980. Il a fallu attendre les années 2010-2020 pour que deux projets d’édition critique voient le jour : celui de Philipp Burdy et Michele Spadaccini10, encore inachevé, et le mien, que je viens de soutenir.

Comment comprends-tu ton rôle d’historien dans l’édition d’une telle source ? Te considères-tu par exemple comme un passeur ou comme un témoin fidèle ? Ou bien encore comme un archéologue exhumant une version en quelque sorte cachée d’un texte prétendument originel ?

L’historien est peut-être un archéologue des textes : c’est une image qu’on emploie parfois et qui n’est pas inexacte. En revanche, je ne prétends pas être un témoin, ni être tout à fait fidèle, et encore moins révéler un sens caché. L’ecdotique11 est un exercice d’équilibre. L’éditeur doit mesurer son degré d’intervention, sans tomber dans l’excès d’Eubel, et trouver un compromis entre un apparat critique trop chétif et un autre surabondant où la glose risquerait de recouvrir le texte. C’est difficile dans le cas d’un texte comme le Provinciale où chaque toponyme peut faire l’objet d’une variante d’un manuscrit à l’autre et où chaque frère mentionné appelle une note explicative. Le travail d’édition est partial en ce qu’il reflète les choix de son auteur, en dépit des critères scientifiques qui garantissent sa fiabilité. C’est pourquoi je pense qu’on ne peut pas vraiment parler de fidélité absolue en matière d’édition critique. Un historien qui construit une édition a toujours une idée en tête et il n’est d’ailleurs jamais à l’abri de commettre une faute de transcription ou un contre-sens. Quant à l’interprétation d’un texte, elle peut toujours être débattue entre chercheurs.

Mon intention était simple : j’ai voulu proposer une édition susceptible de servir à d’autres chercheurs, ce qui fait peut-être de moi un passeur. Pour ce faire, j’ai édité méthodiquement le texte en prenant en compte tous les témoins. J’ai choisi de proposer une localisation pour chaque locus, ce qui fut particulièrement laborieux. J’ai décidé de joindre à l’édition latine une traduction française car les éditions traduites donnent aux sources une plus grande accessibilité, notamment à destination de la nouvelle génération de médiévistes, qui n’est pas toujours familière du latin. Enfin, j’ai voulu joindre une étude du texte à l’édition, car le Provinciale n’avait pas encore été étudié pour lui-même.

Pierrot_Dresde01
Tabule de Sanctis de Heremicolis. SLUB Dresden / Mscr.Dresd.L.7, fol. 444v.
SLUB. Digitale Sammlungen Dresden

Peux-tu évoquer les problématiques historiques qui sous-tendent ton étude du Provinciale ?

Comme pour l’édition, les manuscrits forment le point de départ de l’étude du Provinciale. Avant même de s’interroger sur le sens de la liste, il fallait tenter de reconstituer l’histoire des manuscrits et de leurs possesseurs. Pourquoi trouve-t-on aujourd’hui un manuscrit en Italie et trois autres par-delà les Alpes ?

Isabelle Heullant-Donat a démontré en 1994 que la Satyrica historia avait été copiée en plusieurs exemplaires à Naples au cours des années 133012. En 1348, le roi Louis de Hongrie mena une expédition contre le royaume de Naples et ordonna le démembrement de la bibliothèque du roi Robert d’Anjou. C’est à cette occasion que les manuscrits paoliniens furent dispersés. Le manuscrit du Vatican passa de mains en mains dans les réseaux humanistes, fut emporté à Florence avant de gagner Rome au XVIe siècle.

En revanche, l’histoire des manuscrits passés par-delà les Alpes était mal connue. J’ai analysé chaque manuscrit et pisté chaque possesseur pour comprendre que plusieurs manuscrits dispersés en 1348 furent emportés jusqu’en Bohême, plus précisément à Prague. Les trois manuscrits par-delà les Alpes ont été copiés dans cette ville, entre 1380 et 1410, à partir d’au moins un antigraphe13 conservé au chapitre cathédral de Prague, aujourd’hui perdu. À l’exception du manuscrit de Bamberg dont le premier possesseur fut Albrecht Fleischmann, un prêtre allemand venu étudier à Prague, les manuscrits bohémiens ont pour commanditaires des chanoines de Prague et d’Olomouc dotés d’une solide culture historique et juridique. Par la suite, j’ai identifié plusieurs variantes dans le Provinciale qui m’ont permis de proposer une révision de la tradition des manuscrits paoliniens. Le manuscrit du Vatican transmet une version de la liste et les trois manuscrits bohémiens en donnent une seconde, légèrement différente. Le manuscrit italien est le plus ancien de tous et les manuscrits bohémiens forment une famille de manuscrits distincte, dans laquelle – sans entrer dans le détail – les manuscrits de Bamberg et de Prague sont plus proches qu’ils ne le sont respectivement du manuscrit de Dresde.

Pierrot_Bamberg01
Paolino da Venezia, “Provinciale ordinis fratrum Minorum”. Staatsbibliothek Bamberg. Msc.Hist.4/2, fol. 13r.
Photographie : Gerald Raab

Mais comment expliquer l’existence de deux versions du Provinciale ? Pour le savoir, il était nécessaire de s’intéresser à la genèse du traité. Je vais épargner à nos lecteurs le détail de mes investigations. Les anciennes éditions du Provinciale ont isolé le traité du reste de l’encyclopédie de Paolino da Venezia, alors que la liste n’a jamais été copiée séparément de la chronique et des autres traités additionnels. L’enjeu était de re-situer le Provinciale dans l’encyclopédie historique. Paolino da Venezia fut un compilateur infatigable : Boccace, qui ne manquait pourtant pas d’être odieux envers lui, le qualifia même d’« hystoriarum investigator permaximus »14.

En compulsant un nombre important d’œuvres et de documents pour rédiger sa chronique, Paolino consulta plusieurs listes générales des couvents et des catalogues de saints franciscains. Il s’agit de deux genres documentaires distincts en dépit de certains points communs : le premier est un document administratif, le second une compilation hagiographique. Avec le Provinciale, le chroniqueur combine et synthétise ces deux genres : il construit une carte textuelle des couvents de l’Ordre franciscain, qu’il s’attache à peupler de saints frères. Au fur et à mesure qu’il eut connaissance de nouveaux documents, Paolino tint sa liste à jour. Or, c’est précisément l’actualisation du Provinciale après la copie du manuscrit du Vatican qui donna lieu à une deuxième version de la liste. Les nouveautés introduites dans les manuscrits bohémiens sont mineures mais suffisent à distinguer ces derniers du manuscrit italien.

Pierrot_Bamberg02
Paolino da Venezia, “Provinciale ordinis fratrum Minorum”. Staatsbibliothek Bamberg. Msc.Hist.4/2, fol. 13v.
Photographie : Gerald Raab

La troisième et dernière question abordée dans mon étude, que j’ai déjà commencé à esquisser plus tôt, est celle du sens du Provinciale et de sa postérité. Pris séparément et délesté de ses fragments hagiographiques, le Provinciale donne l’illusion d’être la copie d’un document institutionnel, ce qui fit la joie des érudits franciscains du XIXe siècle. Mais une fois resitué dans l’encyclopédie, il retrouve son rang de traité en liste, aux côtés des autres œuvres de Paolino da Venezia.

Le traité est conçu en trois dimensions – administrative, hagiographique et géographique – et ces trois dimensions définissent trois fonctions. Le Provinciale retrace l’expansion du monde franciscain depuis ses origines par l’énumération des lieux et des frères et par des renvois à la chronique universelle : c’est sa fonction historique. Il promeut aussi un modèle de sainteté par la sélection des frères mentionnés dans la liste. Le traité est ainsi doté d’une fonction mémorielle. Il penche du côté des frères « conventuels » face aux frères « spirituels » au sein des luttes intestines que connaît l’Ordre au XIVe siècle. En comparant le Provinciale avec d’autres catalogues de saints franciscains, j’ai constaté que ce parti pris n’était pas partagé par tous les rédacteurs de ces compilations assez originales. J’ai aussi remarqué, à la suite d’Anne Reltgen-Tallon15, que ces catalogues franciscains avaient des points communs avec les catalogues de frères illustres dominicains. Enfin, la dernière fonction est spéculative : le Provinciale parcourt le monde franciscain selon un mode de description géographique promu par Paolino da Venezia dans un autre de ses traités, le De mapa mundi. Par la combinaison de ces trois fonctions, le Provinciale confère une trajectoire historique à l’Ordre des Frères mineurs. Le traité donne l’image d’un ordre stabilisé et universel, appelé à s’enraciner dans les terres de mission où certains frères cherchent déjà le martyre. Pour autant, le Provinciale fut l’un des traités paoliniens qui eut le moins de succès. Il n’eut aucune postérité dans l’Ordre franciscain, pas plus que chez les chanoines.

Peux-tu évoquer quelques aspects pratiques de ton travail liés à cette expérience de recherche internationale, dans le contexte particulier de la crise sanitaire ?

J’ai commencé à travailler sur mon sujet peu avant le premier confinement. J’ai été confronté à des restrictions d’accès aux bibliothèques, comme beaucoup d’autres chercheurs. Il est arrivé que des institutions de conservation étrangères soient contraintes de fermer au moment où la France n’était pas confinée, et inversement. Dans cette situation, je n’aurais pas pu continuer ma recherche sans l’excellent travail de numérisation lancé par les bibliothèques patrimoniales européennes. Il faut aussi saluer la disponibilité des personnels des bibliothèques, sans qui les chercheurs ne pourraient pas faire grand-chose. À titre personnel, je leur suis reconnaissant.

As-tu des projets de prolongement ou de publication de tes travaux ?

Je ne poursuivrai pas cette recherche en doctorat puisque j’ai obtenu un contrat doctoral spécifique normalien pour traiter un sujet différent, sous la codirection d’Isabelle Heullant-Donat (Université de Reims Champagne-Ardenne) et Cécile Caby (Sorbonne Université). Ce sujet ne sera pas sans rapport avec ma thèse d’École des chartes, étant donné qu’il sera consacré aux figures du martyre dans l’Italie du Quattrocento. Cela dit, j’ai bien l’intention de publier mon édition critique du Provinciale ordinis fratrum Minorum, si possible avec sa traduction et les propositions d’identification des loci. Dans l’immédiat, j’ai déjà plusieurs projets d’articles concernant la genèse et les enjeux du Provinciale, mais aussi la tradition des manuscrits de Paolino da Venezia. J’aurai également le plaisir d’être invité au séminaire de l’École franciscaine de Paris pour parler de mon travail en avril 2023.


Les positions des thèses d’école des chartes soutenues en 2022 sont consultables au format papier, en attendant leur publication en ligne au courant de l’année 2023. Le dépôt des thèses et leur diffusion, en format électronique ou papier, se fait à la discrétion de leurs auteurs·ices.



Citer ce billet
Hugo Forster (2022, 17 octobre). Espace et mémoire dans l’Ordre franciscain à la fin du Moyen Âge. Le “Provinciale ordinis fratrum Minorum” de Paolino da Venezia. Chroniques chartistes. Consulté le 28 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mpjd

  1. Image de bannière : Staatsbibliothek Bamberg. Msc.Hist.4/2, fol. 13r. Détail. Photographie : Gerald Raab. []
  2. La Pénitencerie apostolique est une institution du gouvernement de l’Église romaine chargée de centraliser et contrôler les demandes d’absolution, de dispense et de licence adressées au pape. Elle est placée sous la direction d’un cardinal pénitencier majeur, assisté de clercs pénitenciers mineurs et de scribes. Paolino da Venezia porta le titre de pénitencier mineur à partir de 1321. []
  3. Cité du Vatican, Biblioteca Apostolica Vaticana, Vaticanus latinus 1960. []
  4. Bamberg, Staatsbibliothek, Hist. 4/2. []
  5. Dresde, Sächsische Landes- Staats- und Universitätsbibliothek, Dresd. L. 7. []
  6. Prague, Knihovna Národního muzea, XVI A 8. []
  7. ANDERSON David, « Fra Paolino’s De Providentia et fortuna », Das Mittelalter, 1, 1996, p. 51-74. []
  8. PELLEGRINI Luigi, Insediamenti francescani nell’Italia del Duecento, Rome, Laurentianum, 1984. []
  9. PACIOCCO Roberto, « Coscienza agiografica e organizzazione territoriale : i catalogi sanctorum fratrum minorum del ‘300 », Laurentianum, 31, 1990, p. 504-533. []
  10. SPADACCINI Michele, BURDY Philipp, « Das Provinciale ordinis fratrum Minorum (Italien, 14 Jh.). Neuedition und Analyse : Mitteilungen zu einem Forschungsprojekt », Picenum Seraphicum, 32, 2021, p. 179-188. []
  11. L’ecdotique est la science de l’édition des textes anciens suivant une méthode critique. []
  12. HEULLANT-DONAT Isabelle, Ab origine mundi. Fra Elemosina et Paolino da Venezia, deux franciscains italiens et l’histoire universelle au XIVe siècle, thèse de doctorat de l’Université Paris X Nanterre sous la direction du Pr. André Vauchez, 3 volumes, 1994. []
  13. On qualifie d’antigraphe une copie, conservée ou perdue, sur laquelle est copié un manuscrit donné []
  14. Évoquant une dispute sur les origines de la poésie à laquelle Paolino da Venezia participa à la cour de Naples, Boccace écrit : « Quos inter Venetus, Puteolanus episcopus, hystoriarum investigator permaximus, erat asserere consuetus dicacitate prolixa, poesim Moyse longe antiquiorem, ut puta Nembroth temporibus ortam » (Boccace, Genealogie deorum gentilium libri, éd. Vincenzo Romano, Bari, Laterza, 1951, livre XIV, chapitre 8, p. 702). []
  15. RELTGEN-TALLON Anne, La mémoire d’un ordre. Les « hommes illustres » dans la tradition dominicaine, XIIIe-XVe siècles, thèse de doctorat de l’Université Paris X Nanterre sous la direction du Pr. André Vauchez, 2 volumes, 1999. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.