Programme de la journée d’études des jeunes chercheurs ENC 2022

« La violence est ce qui ne parle pas » :
les traces matérielles de la violence dans l’histoire

Programme de la journée d’études pour jeunes chercheurs

Inscription par mail à l’adresse suivante (sous réserve des places disponibles):
jejc.chartes.2022@gmail.com

Mercredi 22 juin 2022 en salle Léopold Delisle


9h
Introduction par le comité d’organisation

9h10
Intervention inaugurale
Michelle Bubenicek, historienne et directrice de l’École nationale des chartes : « Femme et violence, au Moyen Âge »


Séance 1 | La violence dans les traces écrites : une source immuable d’informations


Modération : Antoine Follain, professeur des universités à l’Université de Strasbourg

9h50
Oriane Déchand, doctorante à l’Université de Toulouse Jean-Jaurès :
« Les procès du tribunal ecclésiastique de Lima (XVIIe siècle) : lieu d’expression de la violence, lieu d’exercice de la violence »

10h15
Arsène Donada-Vidal, élève archiviste-paléographe à l’École nationale des chartes : « “On n’aurait pitié d’eux…”. Écrire la violence pendant la guerre : expliquer, censurer, mythifier ou dénoncer ? Analyse critique des témoignages des soldats français à Taïwan et en Chine pendant l’expédition de Formose (1884 – 1885) »

10h40
Marilena Polosa, doctorante à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne et à l’Institut pontifical d’archéologie chrétienne : « Conflit des communautés : la violence religieuse au VIe siècle de notre ère. Témoignages épigraphiques et littéraires de la région sud-arabe et axoumite »

11h20-11h30
Pause


Séance 2 | Images violentes ou violence des images ? La question de la représentation

Modération : Dimitri Vezyroglou, maître de conférences en histoire culturelle du cinéma à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne

11h35
Hugo Chaillou, doctorant à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne : « Fixité et mobilité de l’image antisémite en France : une violence visuelle multiforme (fin XIXe siècle à 1945) »

12h
Louise De Wilde-Calmettes, masterante à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne et à Sciences Po Grenoble : « “I cant believe the news today”. Raconter le Bloody Sunday (1972) par l’image dans la presse nord-irlandaise »

12h40-14h
Pause déjeuner


Séance 3 | Sévices passés et lectures postérieures : interpréter les sources de la violence

Modération : Katia Weidenfeld, historienne et professeure d’histoire du droit contemporain à l’École nationale des chartes

14h05
Hugo Fresnel,  doctorant à l’Université de Caen-Normandie : « Que faire de la violence ? Réécritures des violences vikings dans le monde anglo-normand »

14h30
Jean-Baptiste Lucq, élève archiviste-paléographe à l’École nationale des chartes : « Récit et expressions de la violence au temps des guerres de religion : l’exemple des livres V-VII des Commentaires de Blaise de Monluc »

15h10-15h25
Pause


Séance 4 | Approches méthodologiques : sources, violences et jeunes chercheurs

Modération : Michelle Bubenicek, historienne et directrice de l’École nationale des chartes

15h30
Léa Maronet, masterante à l’École nationale des chartes : « Pierres de héros et pierres de satī : célébration du sacrifice de soi dans l’Inde médiévale (VIe-XIIIe siècles) »

15h55
Table ronde
Félix Bréteau,  doctorant à l’Université de Caen-Normandie et Hippolyte Souvay, masterant à l’École nationale des chartes : « Limites et difficultés des sources de la violence »

16h20-16h40
Pause


16h45
Intervention de conclusion
Roberto Rossi, doctorant à l’Université de Milan et à l’École  des hautes études en sciences sociales : « Violence ou dialogue ? Victimes et bourreaux à travers les récits des historiens : à partir d’un débat épistémique sur les sources de la violence »

17h10
Mots de fin de la part du comité d’organisation


Pour toute demande d’informations supplémentaires, contactez-nous à l’adress mail évoquée au début de l’article.

Comité scientifique : Patrick Arabeyre, professeur d’histoire du droit civile et du droit canonique à l’ENC et Jean-Baptiste Camps, maître de conférences à l’ENC.

Comité d’organisation : Martin Bugnicourt, élève archiviste paléographe de 3e année à l’ENC ; Margaux Faure, étudiante en 2e année de Master “Technologies numériques appliquées à l’histoire” à l’ENC ; Lisa Lafontaine, doctorante à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne ; et Vincent Sarbach-Pulicani, étudiant en 1ère de Master “Humanités numériques et computationnelles” à l’ENC.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.