MichelCapot00

Lire Bergson par l’œil de la textométrie ; une analyse des concepts de ‘possible’ et de ‘virtuel’

Michel Capot, diplômé du master « Humanités Numériques » (HN) de l’École des Chartes (prom. 2021), a soutenu en juin dernier un mémoire intitulé Possibilité et virtualité dans l’œuvre d’Henri Bergson : approche textométrique. Son travail a été dirigé par M. Dan Arbib (maître de conférences en philosophie à l’ENS) et M. Jean-Baptiste Camps (maître de conférences en HN à l’ENC) . Michel Capot revient dans cet entretien sur son travail, et sur les enjeux d’une approche interdisciplinaire recourant aussi bien aux méthodes de la philosophie qu’aux outils numériques. Propos recueillis par Émilien Arnaud (M2 HN) et Hugo Forster (élève archiviste-paléographe en 3è année (AP3)).


Dans quel parcours d’études ton intégration au master Humanités Numériques de l’École des chartes s’insère-t-elle ? Quelle réflexion as-tu suivie pour définir ton sujet de recherches ?

Mon analyse des concepts de virtuel et de possible dans l’œuvre de Bergson découle avant tout d’une volonté personnelle de combiner astucieusement la recherche entre sciences humaines et mathématiques. Le lien entre ces disciplines peut ne pas paraître évident ; pour le comprendre, il faut connaître les possibilités qu’offre la recherche en humanités numériques.

J’ai commencé mes études supérieures par une année de classe préparatoire B/L, qui me permettait d’étudier les mathématiques en même temps que les sciences humaines, mais cela dans des enseignements tout à fait cloisonnés, ce qui m’intéressait peu. J’ai donc choisi d’intégrer une licence MIASHS1, assez poussée dans le domaine mathématique, mais qui cultivait encore un fort cloisonnement des disciplines. Les seules applications des méthodes “dures” dans les sciences “souples” relevaient de cas d’école peu motivants. L’un de nos principaux travaux en la matière consistait par exemple à classifier différents fromages en suivant une analyse mathématique de leurs caractéristiques. Les sciences humaines étaient encore trop absentes, à mon goût, de nos apprentissages.

Au terme d’une année sabbatique, que j’ai employée à m’interroger sur mon parcours d’études tout en multipliant mes lectures personnelles, j’ai découvert le master « Humanités Numériques » (HN) de l’ENC, que j’ai intégré sans y projeter d’attentes particulières. Je savais simplement que je voulais en profiter pour explorer des thématiques philosophiques.

Je n’ai dans ce domaine d’études aucune légitimité académique. Je n’ai jamais suivi de formation touchant proprement à la philosophie ; mon seul résultat universitaire, au bac, s’élève à 8/20… Peut-être que je peux tout de même revendiquer un « bagage de base » assez dogmatique, acquis durant mon année de prépa. Mes connaissances en philosophie, je les tire en fait de lectures personnelles. Bergson en particulier est un auteur qui m’est familier, et mes appétences ont largement orienté mes premières pistes pour la définition d’un sujet de recherches.

Et qu’en est-il, en particulier, des deux concepts dont tu proposes une analyse dans ton mémoire ?

Mon sujet précis a émergé au courant d’un séminaire sur Bergson dirigé en 2020-21 par M. Dan Arbib, maître de conférences à l’ENS Ulm, qui a par la suite accepté de diriger ma recherche. Nous y discutions en particulier de l’essai Le possible et le réel (1920). Dan Arbib m’a lancé sur la seule question du possible, concept central de la pensée de Bergson, mais dont les définitions sont fluides, voire contradictoires selon les périodes de l’œuvre de Bergson que l’on soumet à l’analyse. Il s’agissait d’essayer d’apporter une clarification sur ce concept.

Il y avait de sa part, à l’instar de nombreux autres philosophes, une réelle méfiance à l’égard des outils numériques. Néanmoins, mon premier mémoire de M1 lui a semblé digne d’intérêt. C’est cependant de ma propre initiative (mais avec son aval) que j’ai décidé d’approfondir ma recherche dans la direction de la notion de virtuel, comme pivot de celle de possible. Malgré les retours positifs que j’ai obtenus sur mon travail, je ne me suis pas pleinement senti encouragé : j’espérais que cette approche nouvelle susciterait un engouement plus grand.

Comment ton apprentissage des usages et du potentiel des outils numériques a-t-il orienté ta problématique et ton approche épistémologique ?

Je n’avais alors pas encore d’idée particulière de ma problématique. Je constatais seulement que j’avais à disposition, d’un côté, des textes de Bergson, et de l’autre, des outils numériques qui me permettraient de les traiter exhaustivement, d’un seul coup. De là, étant surtout intéressé par le style de Bergson, je me suis posé la question classique du rapport entre fond et forme. Je me suis interrogé sur la façon dont le style de Bergson floute les contours pour faire passer en définitive une matière puissante dans ses thèses. On peut en effet, comparativement, décrire le style de Bergson comme “flou”, “imagé” ; il tranche sur bien des aspects avec le “jargon” habituel de la philosophie, assez inaccessible à ceux qui n’ont pas encore absorbé tout un conséquent bagage théorique dans cette discipline.

Mes premières pistes manquaient de précision. J’ai profité de mes travaux de M1 pour défricher le terrain des rapports possibles entre études philosophiques et humanités numériques. Personne n’avait encore proposé de recherches dans cette direction-là. Le principal problème consistait à établir la correspondance entre le chercheur en SHS et l’ingénieur, le data-scientist. Non pas qu’il n’existe aucun logiciel d’analyse de corpus textuels, mais plutôt parce qu’il est difficile de faire un accord entre les professions, non seulement sur le point des méthodes employées, mais également quant à ce que chacun des acteurs attend de ce type de recherche.

Les premiers espoirs apportés par les outils numériques dans la recherche philosophique proposaient des facilités d’accès au texte, plutôt qu’un véritable renouveau de la lecture. On travaillait alors avec des systèmes informatisés d’index, pas encore avec des calculs statistiques poussés. Les outils numériques ouvraient une belle perspective, mais encore trop limitée.

La double compétence que je proposais en m’engageant dans un travail entre mathématiques et philosophie suggère un contrecoup : je ne suis spécialiste dans aucun des deux domaines, et l’on peut facilement me faire tomber dans une forme de crise de légitimité face aux deux disciplines sur lesquelles je m’appuie. Je suis donc allé suivre des cours de philosophie à l’ENS Ulm, où j’ai craint d’être malmené, de ne pas arriver à suivre le contenu des conférences et des séminaires. En définitive, comme je connaissais déjà bien l’œuvre de Bergson, et que par ailleurs je cultivais mes notions générales en philosophie française, tout s’est plutôt bien passé.

Pour ce qui est de l’influence des outils numériques sur mon approche philosophique, je dirais qu’il faut distinguer des degrés intermédiaires entre une prévalence totale de l’un sur l’autre. Certains outils me procurent essentiellement des facilités d’accès : TXM2 fonctionne comme un “Ctrl + F”3 surpuissant, et me permet une vision globale de mon corpus, tout en m’aidant à ne pas perdre, dans mon analyse rapprochée, le fil de la pensée de Bergson.

J’ai d’autre part employé des outils qui produisent un surcroît qualitatif dans la recherche. Certains relèvent de l’interprétation, de la visualisation d’analyses. Ils permettent de cerner d’un seul coup un ensemble de phénomènes complexes, qui ont d’importantes répercussions à l’échelle de l’ensemble de mon corpus. Le simple fait d’avoir à disposition un diagramme exprimant les rapports qu’entretiennent entre eux les différents champs lexicaux employés par Bergson livre une compréhension des textes renouvelée. Dans les graphes de cooccurrence, notamment obtenus avec l’aide de LexNet, outil que j’ai développé en langage Python l’année dernière4, les idées s’associent d’une manière inédite. Sur ce point, j’ai senti que mon travail apportait quelque chose de nouveau aux discours qu’avait jusqu’ici générés la méthode philosophique traditionnelle.

MichelCapot01
Ce graphe représente l’union des champs lexicaux des substantifs “conscience”, “avenir” et “action” sur un extrait de La Conscience et la Vie (1906, p. 6) : à chaque nature grammaticale correspond une couleur ; toutes les cooccurrences impliquant ces termes sont matérialisées par un arc dont l’épaisseur est proportionnelle à la significativité statistique.

 

Existait-il une bibliographie conséquente sur le sujet que tu t’apprêtais à aborder ? As-tu créé toi-même ta propre démarche expérimentale ?

Du côté de la philosophie, il n’existait que très peu de choses5. On doit à Mark Alfano, un philosophe australien, un défrichement de la problématique de l’apport du numérique à la réflexion philosophique grâce à sa revue de l’arsenal technique à disposition des chercheurs6. Son travail a notamment mis l’accent sur la production de graphes et autres visualisations des données extraites des textes de philosophie : il en avait conclu l’intérêt de pouvoir représenter d’un seul coup un grand ensemble d’enjeux sur une même figure, et de rompre avec de longues explications fastidieuses en paragraphes successifs. Ce dont parle Alfano me semble, au fond, tout à fait correspondre à la philosophie de Bergson, qui accordait un rôle à l’important à l’image dans la communication de ses thèses philosophiques.

Pour autant, j’ai en grande partie dû créer ma méthode tout seul, et de façon empirique. À tâtons, j’essayais successivement plusieurs outils, pour m’assurer de ce qui fonctionnait ou non. Malheureusement, sur cette question également, et malgré les comptes-rendus de recherche que je produisais régulièrement, l’accompagnement m’a manqué. J’ai alors dû partir du principe qu’une absence de réponse devait être interprétée comme un feu vert… sans pour autant avoir de garantie que j’allais finalement être bien accueilli. En somme, c’était à la fois stimulant d’être pionnier sur ce terrain vierge, et à la fois très inquiétant de n’avoir aucun point de repère.

N’as-tu pas trouvé de soutien parmi les chercheurs en HN de l’école des chartes ? En quoi tes recherches diffèrent-elles de leurs travaux ?

Mon corpus est particulier, en cela qu’il ne couvre qu’un seul auteur. À l’école, Jean-Baptiste Camps et Florian Cafiero7 ont, par exemple, construit leur recherche en textométrie sur des outils de comparaison très puissants. Quand il s’agit au contraire d’identifier des tendances propres à un seul auteur, à une seule pensée particulière – et non à un courant de pensée où l’on pourrait délimiter plusieurs individualités – on a moins de ressources à notre disposition…

TXM8 permet de gérer, de façon générique, tout type de corpus. Avec l’aide de ce logiciel, j’ai donc pu apprendre à naviguer dans l’ensemble des textes de Bergson avec une facilité accrue ; j’ai pu en tirer rapidement les informations pertinentes pour définir ma problématique.

La question de la lemmatisation9 est intéressante, et déjà largement défrichée par J.-B. Camps et Thibault Clérice. Elle n’est pas centrale dans mon travail, mais m’a tout de même permis de filtrer les mots pris en compte dans les calculs (c’est-à-dire de ne considérer que les mots porteurs de sens en laissant de côté les déterminants, les prépositions…) et d’identifier des tendances divergentes dans l’emploi des notions que j’étudie. À nouveau, je ne suis pas “parti de zéro”, mais l’établissement du cadre théorique et technique propre à mon sujet m’a demandé un travail de personnel conséquent.

Ton mémoire porte-t-il sur l’ensemble du corpus bergsonien, ou seulement sur quelques œuvres ? Peux-tu décrire quelques tendances qui se dégagent de ton corpus ? As-tu favorisé une lecture qui conserve rigoureusement les contextes d’édition, ou, au contraire une lecture « distante » de tes textes ?

Mon travail de M1 ne portait que sur un essai de Bergson, considéré comme son œuvre principale : L’évolution créatrice (1907). Les résultats obtenus étaient encourageants, mais très limités. Il fallait que j’étende mon analyse à l’ensemble du corpus bergsonien : la significativité des résultats statistiques augmente avec le volume de données, et la succession chronologique des œuvres permet d’observer l’évolution de tendances thématiques et linguistiques.

Je préfère prévenir : les résultats que je vais exposer sont rarement neufs. Il y a cela de frustrant dans les HN, d’avoir souvent l’impression “d’enfoncer des portes ouvertes” ; on dépense d’importants efforts pour coder ses modules, pour analyser les données, et on retombe à terme sur des choses connues. Bien sûr, l’analyse par les outils numériques permet d’objectiver des intuitions, mais dans mon cas, j’ai en bonne partie rejoint les canons que la recherche en philosophie ressassait sur l’œuvre de Bergson depuis des décennies. C’est ce genre de limites qui génèrent souvent du scepticisme à l’égard des outils numériques (alors qu’il est déjà prometteur de parvenir grâce à eux à des affirmations correctes, fussent-elles connues).

Mon analyse m’a permis de prouver que la conceptualisation de la notion de possible ne s’est vraiment faite que dans les dernières années de l’œuvre de Bergson. Rien d’étonnant à cela, puisque Le possible et le réel (1920) est directement construit autour de la notion de possible. Pour autant, on lit cette tendance dans l’ensemble du corpus bergsonien : progressivement, le mot « possible » n’apparait plus seulement sous sa forme adjectivale (son usage courant), mais également sous sa forme substantive. C’est le signe qu’il se passe quelque chose au niveau conceptuel ; le mot courant, la qualité, sont réifiés, et deviennent concepts philosophiques. Il est cependant difficile d’aller plus loin, avec les seuls outils textométriques, que cette analyse sommaire.

Pour ce qui est de la structure de mon corpus, j’ai travaillé à partir des textes bruts de Bergson, dont une partie était déjà océrisée10. J’ai néanmoins souhaité conserver la structure matérielle et intellectuelle des ouvrages : j’ai reproduit, en XML11, la pagination, les paragraphes, les chapitres… Il me tenait en effet à cœur de préserver un rapport étroit avec les éditions de référence : ainsi, les chercheurs en philosophie non nécessairement versés dans les outils numériques pourront profiter de mon travail, et le consulter livre en main, avec les outils qui sont les leurs. Ces manipulations m’ont également permis de rappeler systématiquement de quel type d’ouvrages provenaient les extraits analysés : recueils d’articles, conférences, essais… Ce travail d’encodage, je l’ai mené de façon semi-automatisée, ce qui m’a largement soulagé compte-tenu de la taille imposante du corpus. Pour la pagination, cependant, j’ai dû tout recréer manuellement.

Comment es-tu parvenu à désambiguïser les différents usages du mot « possible » ?

Dans le prolongement du travail de structuration de mon corpus, il fallait que je poursuive sa mise en forme jusqu’au niveau des mots eux-mêmes. C’est là qu’intervient la lemmatisation, qui m’a permis de distinguer les usages adjectivaux et substantivés du mot « possible », ainsi que d’identifier quelques formules figées dans lesquelles le terme intervient. L’usage substantif de possible est détaillé par Bergson dans Le possible et le réel, alors que son emploi comme qualité (adjectif) s’apparente davantage à son usage courant. Si la distinction semble nette, il existe des « passerelles » entre les deux usages, qu’une analyse plus fine révèle.

Il est en effet possible de désambiguïser les usages de la notion en l’examinant dans son contexte d’apparition. C’est ici que l’analyse du concept de virtuel m’a permis de donner un pivot au concept de possible. Il faut rappeler que ce que l’on connait d’abord du possible chez Bergson, c’est la critique qu’il en fait en tant que concept, et la révocation sa légitimité métaphysique, comme “fiction rétrospective” préexistant idéalement (comme lorsque l’on se dit à soi-même : « j’aurais pu faire ça… », et que l’on raisonne donc à reculons). Bergson représente l’expérience du choix comme un chemin que l’on parcourt, qui soudain se divise en deux voies distinctes ; selon lui, dire qu’une chose “était possible”, c’est supposer que l’on peut revenir sur nos pas vers le carrefour, et qu’aucun des chemins n’en serait pour autant changé. Pour Bergson, la proposition a beau se confirmer dans le règne de la matière, elle reste fausse en psychologie, car le temps s’écoule irréversiblement. Le philosophe veut restreindre la validité du possible à son usage pragmatique, à son utilité dans le raisonnement : on dit qu‘une chose est possible lorsqu’elle n’implique pas de contradiction logique. Le possible lui permet de ce fait de raisonner dans des cas-limites, de réfuter des thèses adverses (« ceci n’est pas possible… »). Selon lui, la faute à ne pas commettre est la transposition du possible dans le domaine métaphysique, où il ne correspond à aucune réalité.

MichelCapot02
Ce diagramme en barre cumulées représente, pour chaque texte, le pourcentage de locutions “toutes faites” incluant le lemme “possible” (parmi toutes les occurrences de ce lemme) : on s’aperçoit ainsi de l’importance de l’usage pragmatique de ce terme. Les textes où cette proportion est plus faible sont ceux où “possible” revêt une connotation plus spécifiquement philosophique, qu’il soit critiqué en tant que concept (La Pensée et le Mouvant, 1934) ou qu’il contribue à l’édification des théories psychologiques bergsoniennes (Matière et Mémoire, 1896).

L’étude du contexte d’apparition du mot « possible », dans son rapport avec le virtuel ou avec d’autres termes plus imagés, n’appartenant pas au “jargon philosophique” classique, m’a permis de nuancer cette première acception. J’en ai mis en lumière un nouveau versant, qui touche davantage à la poésie, à l’image, et qui avait très peu été pris en compte jusqu’ici dans les études bergsoniennes.

Dans l’ensemble de l’œuvre de Bergson, le lemme possible revient à 487 occurrences. Le terme se classe à la 65e position des lemmes les plus utilisés. Le possible et le virtuel se rangent bien entendu derrière des concepts beaucoup plus centraux dans les thèses de Bergson (mouvement, temps, vie, intelligence, action, souvenir…). Le possible conceptualisé n’apparaît, comme on l’a dit plus haut, que tardivement ; virtuel, quant à lui, n’est jamais conceptualisé explicitement (et apparaît donc presque toujours sous sa forme adjectivale). Si ce dernier mot apparaît généralement dans son sens courant, il sert fréquemment de pivot à possible, dont il précise le sens.

MichelCapot03

MichelCapot04
Ces deux graphes, respectivement extraits de l’Essai sur les Données Immédiates de la Conscience (§117) et de Matière et Mémoire (§18), illustrent deux emplois divergents de “possible”. Dans le premier, le possible s’inscrit dans le cadre d’un raisonnement logique (à travers son antonyme “impossible”, le quantificateur “quelconque”) visant des idées génériques (“chemin”, “direction”). Dans le second, il conserve son inclination intellectuelle (à travers les termes “rapporter”, “certain”, “déterminer”, “système”) tout en se rapprochant de la réalité vécue dans “l’action” et le “corps” grâce à l’adjonction du virtuel (dont on reconnaît le lexique évocateur propre : “ombre”, “reflet”).

Quel est, à terme, ton apport à la compréhension de la définition bergsonienne du possible ?

Comme j’ai déjà pu le dire, j’ai surtout objectivé des intuitions qui ont été formulées avant mon travail. J’ai majoritairement rejoint les interprétations de Gilles Deleuze, formulées dans le Bergsonisme (1966). Deleuze, lui aussi en opposition au mécanisme et au finalisme, cherche d’autres manières d’appréhender l’avenir que par le possible récusé par Bergson ; le virtuel lui rend ce service, en cela qu’il ne prétend pas que l’avenir est saisissable, mais peut être entrevu par l’intuition. L’avenir n’est donc pas intellectualisable, mais on peut l’effleurer (à nouveau, on entrevoit les images poétiques auxquelles Bergson recourt…). Deleuze prolonge le virtuel esquissé par Bergson en le rattachant à ses propres théories de l’évolution et de la mémoire : il analyse ainsi les réminiscences et les causes du retour d’un souvenir dans notre esprit, en réaction à tel ou tel évènement. Il s’interroge sur la façon dont la mémoire virtuelle s’actualise progressivement, du fait des besoins que demande l’action, et comment un raisonnement s’enrichit petit à petit d’évènements qui se tenaient en périphérie pour les remettre au cœur de la vie psychologique.

J’ai encore tâché de dépasser les propositions de Deleuze en mettant en lumière certains points d’achoppement dans développements bergsoniens de possible et de virtuel, dont les acceptions semblent varier dans le temps. J’apporte ces nuances dans une partie dédiée de mon mémoire, consacrée aux « conflits du virtuel » (pp. 46-51).

Les outils numériques m’ont permis d’articuler la première critique bien connue de Bergson avec d’autres théories plus larges (y compris celles de Deleuze). J’ai exprimé, par eux, des tendances. Je me suis bien gardé d’énoncer des classifications absolument tranchées, que ne permettent pas les méthodes auxquelles j’ai recouru, du moins pas à ce stade-là de l’analyse de textes. L’apport de mon travail a donc surtout consisté en la présentation d’un panorama global de toutes les facettes des deux concepts. Selon moi, le fait de parvenir à articuler toutes ces acceptions est crucial pour se faire une opinion complète, qui ne soit pas partiale, de la notion de possible. Elle ne peut être comprise que comme l’articulation de différents pôles, qui coïncident plus ou moins.

Tu nous parlais plus haut d’une trop nette séparation encore cultivée dans les enseignements numériques entre l’apprentissage des outils techniques et l’investigation sur le terrain d’application que constituent les sciences sociales. As-tu l’impression d’être parvenu à dépasser ce clivage par ta recherche ?

J’ai souhaité dépasser les limites que je perçois dans l’emploi des seules méthodes numériques. La dernière partie de mon mémoire consiste en une proposition philosophique libre plutôt qu’en une analyse rigoureusement statistique des propos de Bergson (pp. 53-73). Mon analyse textométrique se fait ici discrète. C’est important, selon moi, lorsque l’on travaille dans le domaine des HN, de ne pas s’interdire cela : on cherche parfois jusqu’à l’absurdité à intégrer partout du code, des algorithmes, au risque d’utiliser les outils numériques d’une façon peu pertinente. J’avais envie d’exploiter, dans cette partie, certaines tournures de phrase rencontrées chez Bergson, et de les mettre en relation avec la pensée d’autres auteurs, qui n’entretiennent pas nécessairement, a priori, un rapport évident avec l’œuvre de Bergson. Ma proposition a été bien reçue lors de ma soutenance.

L’idée de cette partie, c’est de s’interroger sur la possibilité de fusionner, faire converger les deux concepts de possible et de virtuel, pour mieux comprendre d’autres thèses de Bergson, et édifier une philosophie de l’appréhension de l’avenir plus générale. Cette partie réflexive reste sujette à l’interprétation de mes lecteurs : je n’y prétends pas faire un pur compte-rendu de ce que j’ai trouvé dans mon corpus ; bien plutôt, j’examine sur cette base-là de nouvelles pistes, ouvertes à ma propre initiative.

Comptes-tu poursuivre ton travail en HN sur la philosophie de Bergson ? Ou, si tu souhaites poursuivre la recherche, diversifieras-tu le champ d’application de tes connaissances en HN ?

Honnêtement, cela m’intéresserait beaucoup de pousser encore davantage mon travail sur Bergson. Je suis heureux du résultat de ma recherche, mais pas encore tout à fait contenté : tout cela ne représente encore qu’un état transitoire d’une recherche vers quelque chose de plus rigoureux, qui me demanderait un recul plus important. Ma méthodologie s’est construite étape par étape, et, malgré mes critères rigoureux, elle s’inscrit encore, dans l’état actuel de mon travail, dans un processus d’ajustement empirique.

J’aurais aimé poursuivre la recherche en HN : c’est un champ porteur, qui réclame beaucoup de travail, et il m’a profondément stimulé intellectuellement. J’ai été peu encouragé à aller plus loin, malgré le bon résultat de mon mémoire, et les diplômes du supérieur en philosophie me font toujours défaut. Aujourd’hui, j’utilise le versant technique de ma recherche pour devenir ingénieur data scientist dans le privé. Je n’exclus pas, d’ici quelques années, de revenir vers la recherche, lorsque davantage de projets liant HN et philosophie auront éclos.

Je pense que mon mémoire a matière à intéresser d’autres chercheurs. Il faut néanmoins que des tenants de disciplines bien installées osent s’engouffrer dans les HN, ce qui n’est pas évident, étant donné le bagage important de connaissances et de compétences requis tant du côté de la philosophie, que des outils numériques.

Il y aurait matière à traiter des corpus de philosophie plus volumineux, recouvrant des espaces temporels et géographiques étendus. On pourrait par exemple suivre l’évolution et la diversité d’expression de concepts précis au sein d’un énorme corpus de philosophie européenne contemporaine, examiner la façon dont les idées circulent, comme le contexte d’apparition d’une idée évolue12… Il existe une nécessité prégnante d’élargir la matière sur laquelle on travaille, à l’aide des outils numériques. On gagnerait, selon moi, à ratisser large avec l’aide des outils de la data-science, peut-être en allant jusqu’à invoquer des outils de génération de textes, de création supervisée, d’intelligence artificielle… Grâce à eux, on peut espérer décrire plus finement la diversité qui anime des courants philosophiques d’apparence unitaire, reconnaître des liens encore inconnus entre plusieurs textes, requestionner les classifications actuellement en vigueur…

Les outils numériques, pour autant, n’ont aucune vocation à remplacer l’analyse qualitative rapprochée des textes, dites “traditionnelle”, que les philosophes mènent avec succès. L’atout des outils numériques est d’abord de dégager des tendances globales : plus on aura à disposition des données étendues dans le temps et dans l’espace, plus on pourra actionner « à fond » les leviers numériques… tout en se laissant la possibilité de refuser certains outils, qui risqueraient de nous amener à commettre des contresens.

 

Le mémoire de Michel Capot est librement consultable en ligne.

  1. Mathématiques et Informatique Appliquées aux Sciences Humaines et Sociales []
  2. Logiciel open-source de textométrie, c’est-à-dire de traitement et d’analyse automatisée du langage []
  3. Raccourci employé dans la plupart des logiciels pour ouvrir un menu de recherche plein-texte. []
  4. Module générant, à partir d’un texte annoté en lemmes et nature grammaticale, un graphe de cooccurrences pondéré par leur significativité statistique (calculée avec l’indice de Lafon). []
  5. Quelques projets de recherche dont je n’avais alors pas connaissance s’engageaient sur ce terrain, en particulier une analyse de la philosophie à travers les outils numériques (Corpus Descartes, ANR 2009-2014, Université de Caen). Désormais, je peux encore citer un travail entrepris sur Nietzsche par Paolo d’Iorio, chercheur à l’ENS (Nietzsche Source). []
  6. M. ALFANO & A. HIGGINS, “Natural Language Processing and Network Visualization for Philosophers”, dans Methodological Advances in Experimental Philosophy, 2019. []
  7. Auteurs de “Why Molière most likely did write his plays”, étude sur la paternité de l’œuvre de Molière, parfois controversée, et attribuée en partie à Corneille. []
  8. Cf. note n°2. []
  9. “Lemmatiser”, c’est réduire les mots à leurs formes canoniques. Selon le degré de précision souhaité dans la lemmatisation, on pourra réduire toutes les formes d’un « lexème à flexion », par exemple un adjectif (en genre et en nombre) à une seule forme singulière neutre. Le “lemme” aimer correspond entre autres à toutes les formes qui suivent : aimons, aimerez, aimât, avez aimé []
  10. Du sigle OCR (Optical Character Recognition), qui désigne l’interprétation automatisée d’images-textes et textes numériques. []
  11. eXtensible Markup Language (langage de balisage extensible) : forme d’encodage des textes dans laquelle l’ingénieur décide librement de la syntaxe de ses « balises », reconnaissables par leur encadrement dans des chevrons < … >. []
  12. Caterina Zanfi, chercheuse au CNRS, a par exemple entrepris une étude des transferts d’idées autour de la philosophie germanique contemporaine à l’époque de la Première Guerre mondiale ; la taille du corpus sur lequel elle s’appuie peut l’amener à recourir à des outils numériques. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.