Parcours d’une étudiante, du berceau des civilisations aux outils numériques – Léa Maronet (Humanités Numériques)

Depuis leur création, les Chroniques chartistes se proposent de créer des liens entre les promotions, en favorisant les partages d’expériences préprofessionnelles ou de recherches, et en incitant les échanges entre jeunes chercheurs. Il est pourtant parfois difficile de trouver un premier terrain d’entente, lorsque l’on connait encore mal son interlocuteur : et pour cause, nos étudiants en Master proviennent souvent d’horizons tout à faits variés… En vous proposant la présente série d’articles, nous cherchons à tracer quelques-uns de ces Parcours d’étudiants, dont la diversité étend les perspectives de la recherche dans les murs de l’école des chartes1.

Ce premier Parcours résulte d’une rencontre avec Léa Maronet, étudiante en Master 2 Humanités numériques (HN). Portrait réalisé par Vincent Sarbach-Pulicani.


Actuellement étudiante en deuxième année de Master « Humanités numériques » (HN), Léa Maronet se distingue par un parcours universitaire déjà bien rempli. Titulaire d’un baccalauréat économique et social (Bac ES), elle a accompli une année préparatoire en arts (Prépa Arts) à l’Atelier de Sèvres. Elle a par la suite intégré une licence en Histoire de l’art et en archéologie, à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, où elle a entamé une spécialisation en archéologie de l’Extrême-Orient.

Explorations artistiques et archéologiques dans le sud indien

Léa a décidé d’approfondir ce domaine d’études en rejoignant l’EPHE, et le Master de recherche « études asiatiques ». Elle réalise dans ce cadre un mémoire sur La représentation des dieux serpents dans les premières écoles bouddhiques en Inde : textes et traditions sculptées. Au sein de sa formation d’historienne de l’art, elle a l’occasion d’étudier son terrain en se rendant en Inde au courant de l’année 2020, où elle réalise également un stage de deux mois au sein du musée affilié au site archéologique d’Arikamedu à Pondichéry. Là-bas, elle travaille notamment sur la concrétisation d’une documentation scientifique (réalisation des cartels, des textes, des explications, etc…) au sujet de la production de perles dans la région, qui n’est pas encore publiée.

Extérieur de l’un des sanctuaires bouddhiques (caitya) de Bhājā, Mahārāṣtra, début de notre ère. Source : L. Maronet

Depuis deux ans, Léa travaille également, en parallèle de ses études, au sein de l’École française d’Extrême-Orient. Elle est affectée dans un premier temps à la bibliothèque où elle côtoie les archives d’Angkor. Elle rejoint dans un second temps la photothèque pour travailler sur les fonds photographiques de chercheurs indianistes. À cela s’ajoutent des missions de fouilles sur des sites archéologiques au cours de sa licence.

Symboles bouddhistes et hindouistes sous la lumière du numérique

Le choix que Léa a fait d’intégrer en 2020 le Master HN de l’école des chartes (ENC) peut paraître inattendu. Peu familière de l’emploi des technologies numériques en sciences historiques, Léa s’est d’abord informée sur ce cursus nouveau grâce à une amie à elle, diplômée il y a quelques années du Master TNAH. Mais c’est sa prise de contact avec Peter Stokes, directeur d’études à l’EPHE et intervenant au sein du Master HN à l’ENC, qui a fini de la convaincre de déposer sa candidature. Ayant terminé son Master en études asiatiques assez tardivement, Léa s’est décidée assez rapidement dans le choix de son orientation, et n’a pas hésité a postuler, malgré les retours favorables que lui avaient valu sa candidature en Master de conservation du patrimoine à l’université Paris-Sorbonne 4.

Le nouveau travail de recherche dans lequel s’est lancé Léa adopte une forme de continuité avec ses études précédentes. Elle met désormais en œuvre les technologies de réseaux de neurones et d’intelligence artificielle pour permettre une reconnaissance automatique de motifs religieux indiens : la fleur, la roue, ou encore le triratna, symbole des trois “joyaux” primordiaux dans le jaïnisme, le bouddhise et l’hindouïsme. L’objectif du mémoire de Léa Maronet est d’établir une étude comparative entre le Nord et le Sud de l’Inde, par l’identification d’éventuelles influences et ressemblances.

 

Fleur de lotus et pilier, Gandhāra, IIe-IIIe siècle.

Des horizons ouverts dans la recherche en histoire de l’art et en archéologie

Léa ambitionne, au terme de son Master HN, d’obtenir un contrat doctoral afin de continuer ses recherches en élargissant son panel de motifs reconnus par ses outils. Outre dans le cadre des cours dispensés à l’ENC, Léa a pu parfaire certaines compétences en HTR (reconnaissance automatisée de l’écriture manuscrite, ou handwirtten text recognition) grâce à un stage de deux mois au laboratoire de l’EPHE eScriptorium, où elle a travaillé sur le sujet de la transcription automatique de textes sanskrits.

Dieu serpent (nāgarāja), Amarāvatī, Andhra Pradesh, environ du IIe siècle. Source : Musée Guimet

Avant d’intégrer l’école, Léa ne connaissait l’école des chartes qu’à travers les témoignages des différent·e·s conservateur·ice·s du patrimoine avec lesquel·le·s elle a travaillé. En revanche, elle ignorait absolument que l’établissement proposait des Master dédiés à l’enseignement des méthodes numériques. Dans l’ensemble, elle se montre très satisfaite des enseignements proposés dans le cadre du Master « Humanités numériques » ; son seul regret concerne les cours de mathématiques ou de code (notamment en langage Python), qu’elle juge trop rares… Au contraire, la grande diversité des enseignements remporte largement son adhésion, d’autant plus qu’elle est renforcée par l’attachement que manifestent les professeurs du cursus « Humanités numériques » de l’ENC à approfondir les liens existants entre technologies numériques et sciences humaines et sociales, et à multiplier les nouvelles perspectives de recherche.



Citer ce billet
Vincent Sarbach-Pulicani (2022, 4 janvier). Parcours d’une étudiante, du berceau des civilisations aux outils numériques – Léa Maronet (Humanités Numériques). Chroniques chartistes. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mpj3

  1. Image de bannière : intérieur de l’une des grottes de Kānherī, Mahārāṣtra. Source : L. Maronet []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.