“Conserver la santé des gens de mer”. La littérature médicale française sur les marins à la fin de l’époque moderne.

Entretien avec Alexandre Couturier (prom. 2021), qui a soutenu en juin dernier sa thèse  intitulée« “Conserver la santé des gens de mer”. La littérature médicale française sur les marins (XVIIIe siècle – début du XIXe siècle) », sous la direction d’Olivier Poncet, professeur d’histoire des institutions, diplomatique et archivistique modernes à l’École nationale des chartes (ENC), et de Joël Coste, directeur d’études d’histoire de la médecine à l’École pratique des hautes études (EPHE). Propos recueillis par Giulia Ceccarelli.


Comment et pourquoi as-tu choisi ce sujet de thèse ?

Je souhaitais travailler sur l’histoire de la médecine, sans avoir de prédilection pour une période. Lors d’une visite à Rochefort, au Musée de médecine navale, j’ai discuté avec les conservateurs sur place et j’ai pu entrevoir un sujet. Au départ, je voulais travailler sur l’école de chirurgie de Rochefort, qui était un centre de formation dès le début du XVIIIe siècle pour les chirurgiens embarqués sur les navires du Roi. Je voulais m’intéresser au fonctionnement et à la pédagogie de ces écoles, inédites à l’échelle européenne. Toutefois, plusieurs travaux avaient déjà été consacrés à ce sujet et les archives étaient ténues sur ces aspects, ce qui m’a beaucoup fait hésiter. J’ai décidé de continuer de travailler sur la médecine des marins à l’époque moderne et, pour des raisons archivistiques, mes recherches se sont concentrées sur le XVIIIe siècle : les sources sont en effet plus rares et parcellaires pour les périodes antérieures.

Comment as-tu construit ton travail ?

À l’EPHE, j’ai rencontré Joël Coste, qui a notamment travaillé sur le livre médical, par exemple sur les écrits imprimés de peste1 ou bien sur le corpus des « erreurs populaires »2. À la suite de cet échange, j’ai décidé de m’orienter vers l’étude des ouvrages dits de « conservation des gens de mer ». Au départ, il fallait constituer un corpus représentatif pour tout le XVIIIe siècle et la première moitié du XIXe siècle. Je me suis donc focalisé sur la période de la marine à voile militaire et j’ai repéré vingt-cinq ouvrages. Sachant que je voulais traiter le contenu de ces imprimés en profondeur, et en analyser la matière médicale, j’ai compris que je n’aurai pas à ma disposition suffisamment de temps pour analyser l’ensemble de ces ouvrages dans les délais prévus pour la thèse d’école. J’ai alors réduit mes bornes chronologiques : le premier ouvrage est daté du début du XVIIIe siècle, et le dernier titre de mon corpus est un traité de 1817, c’est-à-dire issu d’une période marquée par la fin des guerres napoléoniennes. J’ai remarqué qu’il y avait à ce moment des changements éditoriaux et rhétoriques, qui pouvaient justifier le découpage chronologique que je me proposais. J’aurais toutefois aimé étudier les écrits qui traitent de la santé des gens de mer travaillant sur les grands bâtiments de guerre jusqu’à la fin de la marine à voile militaire. J’ai principalement consacré mon mémoire de master à la rhétorique des ouvrages, ainsi qu’à leur contexte de rédaction et d’édition, ce qui m’a amené à examiner mon corpus à travers la notion de genre littéraire. J’ai ensuite souhaité, dans le cadre de ma thèse d’école, mettre en avant leur contenu, et notamment les connaissances médicales qui y sont développées.

Pages de titre des ouvrages d’Antoine Poissonnier-Desperrières (1780) et de Mauran (1786)3.

Comment as-tu réussi à articuler ton travail entre les aspects scientifiques de la médecine navale et les aspects éditoriaux des livres que tu étudiais ?

Au vu de la formation dispensée par l’ENC, il était intéressant d’étudier le livre, sans forcément envisager de faire une thèse d’histoire du livre. Mon objectif était de replacer de manière méthodique les ouvrages dans leur contexte éditorial et scientifique, mais aussi d’en comprendre les finalités. Au centre de mon intérêt, il restait tout de même l’histoire de la médecine et l’histoire des idées. Cependant, quand on n’est ni marin ni médecin, on ressent immédiatement un manque de légitimité. Joël Coste m’a encouragé à faire des lectures, pour me plonger dans les théories médicales de l’époque. Cela a été une difficulté aux premiers abords puisqu’on se demande dans quelle mesure on doit connaître l’anatomie et la pathologie, telles qu’elles sont conçues aujourd’hui mais aussi telles qu’elles étaient appréhendées à l’époque. Mais cela s’est effectué graduellement, en fonction de mes besoins. J’ai dû de manière épisodique ouvrir un manuel de médecine moderne, par exemple pour me renseigner davantage sur une maladie spécifique. En parallèle, j’ai suivi des cours à l’EPHE sur la médecine médiévale et sur la médecine moderne, ainsi que sur des problématiques relatives aux épidémies contemporaines. En histoire de la médecine, il faut constamment revenir aux auteurs de la médecine antique, qui ont largement irrigué ces savoirs pendant presque vingt siècles, comme Hippocrate ou Galien.

Comment as-tu réussi à prendre en compte la vie quotidienne des marins de l’époque ?

C’est un aspect auquel j’ai été sensible dès le début de mon travail. Je voulais rester au « ras des hommes ». À Rochefort, on peut visiter l’Hermione, une frégate française reconstituée, et l’on ressent à son bord la nécessité de savoir comment ces hommes vivaient. Ces aspects quotidiens sont justement assez présents dans les ouvrages que j’ai étudiés. Il faut alors connaître tout le lexique du marin. La description du quotidien des marins se fait par le biais du récit du personnel qui les encadre et les soigne, c’est-à-dire le point de vue de « dominants ». Il ne s’agit pas de témoignages directs, mais j’ai tenté de décrypter le regard des médecins sur ces hommes.

Quelles ont été les sources principales pour ton travail ?

J’ai tout d’abord constitué un corpus d’une quinzaine d’ouvrages français qui traitent de la santé des marins en général. Je n’ai pas choisi de comptes rendus de campagne ou de pharmacopées4 destinées aux navires. En recherchant le contexte de création de ces ouvrages, j’ai consulté les archives de plusieurs institutions, notamment des sociétés savantes et académiques, comme l’Académie royale de chirurgie, la Société royale de médecine ou encore l’Académie de marine. Ces sociétés s’intéressaient régulièrement aux problématiques sanitaires en mer. Dans leurs archives, on trouve des mémoires manuscrits qui peuvent éclairer les questions que les professionnels se posent sur le moment. Parmi les autres sources institutionnelles, j’ai travaillé sur les archives du secrétariat d’État, qui se trouvent aux Archives nationales pour le XVIIIe siècle, ainsi que sur les archives des ports, notamment celui de Rochefort, puisque le fonds à Brest est beaucoup plus lacunaire. On y trouve des correspondances entre les intendants et les secrétaires d’État, mais aussi des documents de gestion des hôpitaux, par exemple.

Pages de titre des ouvrages de Pierre Lebeschu de La Bastays (1788) et de François-Vincent Pallois (1801). Pallois semble être le premier à utiliser les termes d’« hygiène navale ».5

Quel était l’état de la bibliographie au début de tes recherches ?

Une énorme différence existe entre l’historiographie française et anglo-saxonne. Entre les années 1990 et 2015, très peu de travaux ont été réalisés sur ces thématiques en France. Sous l’influence de recherches menées dans le monde anglo-saxon sur les espaces coloniaux et le rapport avec les populations autochtones d’un point de vue médical, de nombreux chercheurs français se sont peu à peu intéressés à la médecine coloniale. J’ai choisi de centrer le sujet sur les marins et non pas sur la médecine coloniale, même s’il est indéniable que les deux sujets sont liés. J’ai voulu mettre en évidence les différences selon les pays (principalement le Royaume-Uni et la France), notamment en ce qui concerne le recrutement des hommes ou la structure du système de santé. En effet, au Royaume-Uni, un militaire doit nécessairement prendre la mer, ce qui fait que les chirurgiens militaires ont aussi de l’expérience sur les navires. Dans l’espace français, cela est beaucoup plus cloisonné : des chirurgiens militaires peuvent n’avoir jamais exercé sur les navires, mais on trouve également des chirurgiens navigants qui ont fait une partie de leur carrière en mer et qui ont ensuite pu s’installer sur la terre ferme. La comparaison entre les deux systèmes a été très féconde et cela m’a permis de voir si les conclusions concernant l’espace britannique pouvaient aussi être valables pour l’espace français. Par exemple, en ce qui concerne les chiffres de mortalité à bord des navires, les statistiques ont été récoltées de manière quasi systématique en Angleterre, et il était intéressant de comparer ces chiffres avec la situation française, où ces données manquent largement.

Quelles sont les principales conclusions que tu as pu tirer de tes recherches ?

Mon corpus d’une quinzaine d’ouvrages sur la « conservation des gens de mer » est constitué d’écrits de longueurs variables utilisés dans les ports, dans des formats permettant de les avoir toujours sur soi. Ce sont alors des livres peu illustrés, de facture modeste et vendus à bas prix. Ce sont des ouvrages destinés à un public assez large : aux officiers – qui sont d’ailleurs très souvent interpellés par les auteurs des ouvrages –, aux soignants, mais aussi de manière moins fréquente mais plus étonnante à l’ensemble des marins. La multiplicité de ces finalités se ressent dans le contenu des ouvrages, puisque ce sont avant tout des écrits de prévention.
Au XVIIIe siècle se diffuse en effet une forme de « pessimisme thérapeutique », puisque les techniques médicales appliquées durant les XVIe et XVIIe siècles se révèlent souvent inefficaces voire néfastes. L’objectif devient surtout de prévenir les maladies. Il s’agit d’une écriture normative permettant de guider les soignants, pour par exemple encourager la ventilation des ponts et la propreté du navire. Ma thèse a notamment permis de montrer que les innovations techniques, par exemple la ventilation, sont perçues comme des solutions qui permettent véritablement d’améliorer la vie à bord et de réduire les ravages de la maladie. C’est là une préfiguration de « l’interventionnisme hygiénique » qui se développe dans les villes et les campagnes du XIXe siècle. Les auteurs des ouvrages de mon corpus prennent aussi en considération le régime de vie des marins, notamment leur régime alimentaire, mais aussi la dureté physique du travail en mer et l’épuisement qui peut en découler chez ces hommes.

Coupe d’un vaisseau montrant les différentes installations utiles à la salubrité de l’air.6

Tout cela repose sur un système médical qui met en avant des causes environnementales : les maladies peuvent se répandre par l’intermédiaire de l’air, ce qui implique par exemple des débats sur les moyens d’éviter des contagions sur les navires. C’est assez clair pour les soignants que ce n’est pas le milieu maritime qui engendre les maladies, mais les conditions de vie sur le navire, ainsi que les circonstances du débarquement à terre. Il faut aussi remarquer que ces ouvrages se concentrent sur les maladies épidémiques, plutôt que sur des maladies qui touchent isolément un individu ou sur des blessures. La place des blessures et des accidents est, en effet, moindre pour plusieurs raisons. Tout d’abord, les auteurs partent du principe que les chirurgiens sont suffisamment formés à la chirurgie quand ils embarquent et n’ont pas besoin de rappels. Ensuite, les blessures liées au combat sont de toute manière bien moins fréquentes par rapport aux atteintes liées aux maladies épidémiques. L’historiographie a tendance à oublier cet aspect : la mort à bord arrive beaucoup plus fréquemment à cause du scorbut qu’à cause de blessures de guerre. Pour l’historien du livre, ces recherches permettent de mettre en lumière ces ouvrages pratiques, qui n’avaient pas été très étudiés, et qui étaient un outil essentiel pour les soignants et pour les hommes de mer. Il s’agit d’une littérature qui était bien répandue et qui aujourd’hui est plus citée que réellement connue.

Quelle a été ta réponse à la rareté du matériau iconographique dans les ouvrages que tu as pris en compte ?

J’ai eu besoin de chercher des images pour m’aider à une meilleure compréhension des environnements dont parlent les traités, par exemple, pour comprendre la structure des navires et l’organisation de la vie à bord. J’ai pu retrouver des images, non pas dans mon corpus, mais ailleurs, notamment dans l’ouvrage fondamental de Jean Boudriot7, qui reconstitue un navire type, le vaisseau de 74 canons. En ce qui concerne la médecine navale, le contenu des ouvrages porte principalement sur la prévention et non pas sur l’anatomie. Le besoin du recours à l’illustration est donc moins présent. Pour ce qui est de la représentation du chirurgien navigant et de ce qu’il fait à bord, les gravures étaient totalement absentes.

Comment as-tu pu déduire la diffusion de ces petits ouvrages ?

Dans les périodiques, on retrouve parfois la mention du prix de ces ouvrages lors de leur sortie et cela peut être un élément pour en comprendre la diffusion. Un chirurgien navigant du XVIIIe siècle gagne en moyenne entre 25 et 40 livres par mois et ces ouvrages sont vendus entre 2 et à 4 livres. On peut en déduire que les chirurgiens avaient les moyens de s’en procurer, puisqu’il ne s’agit pas d’éditions très onéreuses. Les tirages dépendent essentiellement des éditions : parfois, l’ouvrage n’est connu que par un unique exemplaire, tandis que les ouvrages de référence ont bénéficié de plusieurs réimpressions et étaient diffusés sur l’ordre du Roi. Par le biais de la Compagnie des Indes ou du secrétariat d’État, la monarchie en achetait pour les distribuer auprès des professionnels. Dans ce cas, nous retrouvons par exemple les ouvrages d’Antoine Poissonnier-Desperrières.

Quelles ont été les principales difficultés que tu as rencontrées ?

Il faut tout d’abord citer les difficultés liées à la pandémie qui ont écourté les dépouillements d’archives et les perspectives de recherches dans les institutions. Ensuite, mes sources principales sont des ouvrages normatifs : je devais nécessairement comprendre l’impact et la diffusion de ces livres. Je me suis demandé si les conseils donnés étaient vraiment mis en pratique et dans quelle mesure la pratique avait influencé les normes. Pour mener cet examen, il fallait mobiliser un grand nombre de documents de la pratique, et il a été difficile d’en rassembler. Il s’agit de documents parcellaires, qui se trouvent dans des fonds dont le dépouillement est très lent et laborieux. Les journaux de navigation sont par exemple peu nombreux pour le XVIIIe siècle, ce qui demandait donc d’explorer de très nombreuses pistes de recherche.
J’ai également essayé de consulter le plus grand nombre d’exemplaires de mes ouvrages, ce qui a parfois demandé beaucoup de temps de consultation. Pour certains ouvrages, je n’ai pu compter que sur des numérisations, notamment pour les imprimés localisés à l’étranger. Cette difficulté m’a toutefois encouragé à océriser8 les textes ; j’ai donc pu y effectuer des recherches plus rapides et efficaces, ce qui a pu m’aider pour des analyses précises.

Aimerais-tu prolonger tes recherches avec un doctorat ?

J’aimerais en effet envisager un projet de doctorat dans la continuité de cette recherche, mais ce n’est pas la priorité en ce moment puisque je prépare le concours de conservateur des bibliothèques. Travailler de cette manière m’a toutefois aidé dans cette préparation, puisque j’ai appris par exemple à poser les bonnes questions à un document. À titre professionnel, il n’y a pas un grand nombre de conservateurs qui travaillent sur le livre médical, cela constitue alors une expertise qui pourrait se révéler intéressante. Être d’abord un usager et un chercheur est aussi essentiel pour comprendre quels sont les services qu’une bibliothèque (notamment universitaire) doit fournir et mettre en avant.
En ce qui concerne un possible doctorat, le sujet que je me suis proposé pour ma thèse d’école pourrait en soi constituer un projet de recherche pour une vie entière. Il serait possible de mieux évaluer la circulation de ce genre de savoirs à l’échelle européenne, puisque dans le cadre de la thèse je n’ai pu tenir compte que de la production française. En effet, si la plupart de ces ouvrages sont en langue vulgaire, on trouve également un petit nombre d’écrits en latin, dont il serait intéressant de comprendre la diffusion et la circulation. On pourrait aussi mieux confronter ce qui relève uniquement de la norme et ce qui relève de la pratique, en cherchant de manière plus systématique à détailler les conséquences pratiques de cette littérature. Aussi, certains points de la doctrine médicale, comme le lien entre l’alimentation des marins et le développement des maladies, pourraient être davantage étudiés.


Image de couverture : Charles Mosley, The Sailor’s Farewell (détail), s.d. [seconde moitié du XVIIIe siècle], National Maritime Museum, CC BY 4.0, https://www.rmg.co.uk/collections/objects/rmgc-object-127898 

  1. Il s’agit d’écrits notamment rédigés par des médecins désireux de transmettre leur expérience de la maladie aux confrères ou d’éclairer les municipalités chargées de la police sanitaire en temps de peste []
  2. Des récits de médecins qui examinent et critiquent les pratiques médicales de leurs contemporains []
  3. Alexandre Couturier-CC0 []
  4. Ouvrages encyclopédiques concernant les substances, d’abord végétales, ensuite plus largement chimiques, à usage thérapeutiques []
  5. Alexandre Couturier – CC0 []
  6. Henri-Louis Duhamel du Monceau, Moyens de conserver la santé aux équipages des vaisseaux…, Paris : Guérin et Delatour, 1759, planche I. []
  7. Le Vaisseau de 74 canons : traité pratique d’art naval, Grenoble, Éditions des Quatre Seigneurs, coll., « Archéologie navale française », 1973-1977, 4 volumes []
  8. Du sigle OCR, optical character recognition. L’ “océrisation” consiste en un procédé informatique de transcription de documents depuis un format image à un format texte []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.