Le château de Montceaux-lès-Meaux : architecture, ameublement et vie sociale sous Catherine de Médicis, Gabrielle d’Estrées et Marie de Médicis (1556-1642)

Entretien avec Marguerite-Marie Luquet (prom. 2021), qui a soutenu en juin dernier sa thèse intitulée « Le château de Montceaux-lès-Meaux : architecture, ameublement et vie sociale sous Catherine de Médicis, Gabrielle d’Estrées et Marie de Médicis (1556-1642) », sous la direction de Thierry Crépin-Leblond, chargé de cours à l’École des chartes et conservateur en chef du patrimoine, directeur du Musée de la Renaissance au château d’Écouen, ainsi que Guillaume Fonkenell, chargé de cours à l’Ecole des Chartes et conservateur chargé de la sculpture et architecture au château d’Écouen. Propos recueillis par Giulia Ceccarelli (AP2).


Pourquoi as-tu choisi ce sujet de thèse ?

Tout est parti d’abord d’une envie : je rêvais de pouvoir travailler dans un domaine touchant à l’histoire de l’art. Après les écrits du concours, un voyage m’a ouvert les yeux : j’ai visité les châteaux de la Loire et j’ai rapidement compris que je voulais travailler dans le domaine de l’architecture ou bien sur un sujet qui touche à la vie de château. A la rentrée à l’École des Chartes, j’ai immédiatement voulu en parler avec M. Crépin-Leblond, qui connaît parfaitement le champ d’étude que je voulais traiter. Par un coup de chance, j’ai rencontré le fils des propriétaires du château de Monceaux-lès-Meaux à l’orchestre de PSL qui m’a ébloui avec l’histoire de cette demeure dont je n’avais entendu parler que pour la surprise de Meaux qui s’y est déroulée en 1567.

Vue des vestiges de la façade extérieure du pavillon d’entrée

Jamais aucune monographie n’avait été réalisée sur ce château ; ça a été une occasion à saisir pour mon travail de recherche. Ce château a, en effet, appartenu à Catherine de Médicis (entre 1556 et 1589), à Gabrielle d’Estrées (vers 1596 jusqu’à sa mort en 1599) et à Marie de Médicis (dès 1601), qui ont donc été au centre de mon intérêt pour mes recherches. Toutefois à cause de la rareté des sources, j’ai aussi dû étendre le sujet en amont et en aval de ces occupations, jusqu’au XIXe siècle, période de la destruction du château, effective en 1849.

Comment as-tu construit ton sujet ?

Dans les années 1950, un long article1 , ainsi qu’un chapitre d’ouvrage2 avaient été écrits au sujet du château par l’historienne anglaise, Rosalys Coope. Mais aucune étude ne lui avait été consacrée : nous ne trouvons que quelques articles ou quelques notices, notamment sur les architectes qui ont travaillé sur le château, comme Philibert Delorme.
Au début de mes recherches, j’avais beaucoup d’espoirs et je croyais pouvoir trouver un fonds inexploité. Toutefois, progressivement, l’absence de sources sur le château même m’a déconcertée. Je me suis alors rendue compte que, notamment dans le domaine de l’histoire de l’architecture, je ne pouvais pas apporter beaucoup, faute de nouveautés.

J’ai alors décidé de m’intéresser également aux sources des XVIIIe et XIXe siècles, ainsi que d’étendre les champs de recherche et de ne pas seulement me focaliser sur l’architecture. Par exemple, j’ai étudié les séjours, ce qui m’a permis de m’intéresser à l’histoire sociale ; dans ce domaine, j’ai notamment pu exploiter des sources déjà connues, mais sous un angle nouveau.

Vue des vestiges de la façade extérieure du pavillon d’angle nord-ouest, dit « pavillon du roi ».

Quelles ont été les sources principales pour ton travail ?

Un fonds aux Archives Nationales est dédié à ce château, dans la sous-série O1, mais il regroupe des documents assez tardifs par rapport à ma thèse, notamment du XVIIIe siècle. J’ai tout de même exploité ce fonds, ce qui m’a permis de trouver des informations utiles. Cependant, mon travail s’est essentiellement basé sur les les registres et actes du Minutier central des notaires de Paris ou bien sur les minutes des notaires conservées aux archives départementales de Seine-et-Marne. On connaissait aussi les plans du château ainsi que les vues de celui-ci, mais ces documents datent aussi du XVIIIe siècle. J’ai alors dû supposer un état de l’architecture à la fin de la période de ma thèse, en particulier grâce à une des rares vues du château de l’époque, réalisée par l’architecte italien Scamozzi, qui voyage de Paris à Venise, en accompagnant un ambassadeur. Pendant son séjour à Monceaux-lès-Meaux en 1600, il réalise le croquis de deux ailes qui viennent alors d’être construites. Nous avons aussi conservé un procès verbal de visite dans le cadre du règlement de la succession de Marie de Médicis en 1645, qui offre une description précise des lieux et des caractéristiques qui ajoutent de la valeur au domaine – on se retrouve donc encore à la fin de mes bornes chronologiques. Je voulais aussi travailler sur la période de Catherine de Médicis, mais je n’ai pu travailler que sur quelques documents, grâce aux conseils de M. Étienne Faisant, post-doctorant à l’université Paris-Nanterre. Cependant, pour cette période, nous n’avons pas assez d’éléments. J’ai alors appris à accepter l’absence de sources et la possibilité de ne pas trouver de réponses à mes interrogations. M. Crépin-Leblond m’avait immédiatement signalé l’inventaire après-décès des biens de Gabrielle d’Estrées, une source déjà connue mais qui n’avait jamais été éditée.

Extrait de l’inventaire après décès de Gabrielle d’Estrées à Montceaux (5 au 8 mai 1599), chapitre des « Mirouers » (Archives nationales, KK 157)

Je me suis alors occupée de l’édition de ce texte pour la partie qui concerne le château, ce qui représente une bonne moitié de l’inventaire. Ce document a été alors une source de renseignements essentielle au sujet de l’ameublement, mais aussi en ce qui concerne l’architecture. Pour cette édition, j’ai beaucoup travaillé sur la typologie de l’ameublement et des objets d’arts princiers des XVIe et XVIIe siècles, et ce travail m’a considérablement plu.

Comment as-tu réussi à reconstituer une image du château au XVIIe siècle, à partir des seules ruines qui subsistent aujourd’hui ?

Vue reconstituée du château de Montceaux, d’après Gabriel Pérelle3

Dès le XVIIIe siècle, la demeure a été laissée relativement à l’abandon. À la Révolution, le château a fait l’objet de la vente des biens d’immigrés. Il a été détruit, à partir de cette date-là, de manière plus systématique. Au XIXe siècle, les pierres ont été vendues pour des constructions ferroviaires. Le château est aujourd’hui réduit à l’état de ruines. J’ai tenté de décrire par le texte les différents états du château, n’ayant pas eu le temps de créer des modélisations visuelles. Il a aussi fallu comparer ces états avec les vues reconstituées tardivement, travail que j’ai beaucoup apprécié. J’ai essayé le plus possible de décrire et d’analyser l’architecture, les façades et leurs décors sculptés, ainsi que la distribution intérieure, pour tenter de rendre une forme intelligible à cette grande demeure.
De même pour l’ameublement de Gabrielle d’Estrées. Par exemple, à partir de plusieurs inventaires et comptes de dépenses de la famille de Guise, j’ai pu décrire plus précisément un ensemble de pièces d’orfèvrerie alors en la possession de la maîtresse de Henri IV, que j’ai pu identifier à partir d’un bassin d’argent doré représentant la ville de Calais, sans doute commandé suite à la victoire de François de Guise à la tête de l’armée royale en 1558.
Cela m’a donné la possibilité de rendre ces objets “réels” et de les doter d’une description plus rigoureuse. Une autre annexe que j’ai réalisée était celle de la carte des séjours d’un des comtes de la suite de Catherine de Médicis, ce qui m’a permis de reconstituer son itinéraire, et de mieux comprendre le déroulement d’un séjour royal.

Tes recherches portent sur les trois femmes qui ont possédé ce château. As-tu pu relever des caractéristiques qui feraient de Monceaux-lès-Meaux un château féminin ?

Le petit château de 1556 est dû à Jean Laguette, notaire et secrétaire du roi, et accaparé par Henri II, qui l’a offert à Catherine de Médicis. Pour Gabrielle d’Estrées puis Marie de Médicis, c’est Henri IV qui leur donne successivement les moyens financiers pour acquérir ce bien. L’objectif était pour moi de chercher en quoi un château royal pourrait être féminin. A l’issue de mon travail, je peux affirmer que certains caractères formels, notamment dans l’architecture, peuvent être identifiés comme féminins. Par exemple, l’ordre d’architecture choisi pour les pilastres colossaux est l’ordre ionique, qui dans les traités de Delorme – inspirés de Vitruve – est désigné comme un ordre proprement féminin en raison de ses proportions et des exemples antiques. Cependant, nous n’avons pas la preuve que le choix de cet ordre pour Montceaux soit initialement relié à la notion de féminité.

Vue des vestiges de la façade intérieure (sur cour) de l’aile d’entrée.

Un autre exemple est celui des chiffres de Gabrielle d’Estrées mêlés à ceux de Henri IV, qui ornaient les façades du château et côtoyaient ceux de Marie de Médicis. Par ailleurs, un certain caractère féminin peut être étudié sous l’angle de l’histoire sociale, ainsi que l’histoire des pratiques. Toutefois, je n’ai pas remarqué de caractère typiquement féminin, puisqu’il est difficile de déterminer dans quelle mesure ces femmes ont pu apporter leur touche dans le déroulement des séjours. On sait que Henri IV a choisi la plus grande partie du personnel du château habité par Gabrielle d’Estrées. Il s’occupe aussi d’ordonnancer les dépenses et de commander la plupart des œuvres d’art, ce qui témoigne d’une gestion féminine plus en retrait. Pour ce qui concerne les séjours, que j’ai inventoriés par le biais de correspondances et des livres de compte, Catherine de Médicis décide des moments où elle se rend à Monceaux-lès-Meaux ; c’est aussi elle qui choisit ses accompagnants. Mais quand elle est reine, elle doit suivre le roi, et quand elle est régente, elle accompagne son fils et représente le monarque. A nouveau, je n’ai donc pas pu dégager vraiment un caractère féminin marqué. Celle dont les séjours furent les plus nombreux est Gabrielle d’Estrées, qui n’avait pas une position tout aussi affirmée que les autres propriétaires dont c’était le seul château. Néanmoins, son comportement relève davantage d’une quête de pouvoir. J’ai aussi comparé l’histoire de Monceaux-lès-Meaux avec celles d’autres châteaux féminins, comme Chenonceau.

Vue des vestiges du corps de logis (pavillon de l’escalier, à gauche) et de l’aile nord (à droite).

Quelles ont été les difficultés que tu as rencontrées dans la réalisation de tes recherches ?

À la différence de la méthode choisie par la plus grande partie des chartistes, j’ai choisi mon sujet sans avoir encore un corpus établi, ce qui m’a demandé plus de temps pour en constituer un. Notamment, pour ce qui concerne le fonds du Minutier central, où tous les actes ne sont pas référencés, ce qui demande un long temps de recherche. De plus, j’aurais aimé pouvoir dresser comme un tableau comparatif systématique pour chaque propriétaire, dans le but de pouvoir confronter les trois états successifs du château dans tous les domaines traités par ma thèse. Mais l’état des sources a rendu impossible ce travail, ce qui a été très frustrant. On connaît par exemple parfaitement l’ameublement sous Gabrielle d’Estrées, mais on ne dispose de presque aucun document pour Catherine de Médicis. Une autre difficulté a été la paléographie, puisque le milieu du XVIIe siècle a produit des documents qui ont été très difficiles à exploiter.

Vue aérienne d’une partie de l’ancien domaine de Montceaux [Google Maps, légendé].

Quels sont les principaux apports de ta thèse ?

Sur l’histoire du château, du XVe au XIXe siècle, j’ai fait tout ce qui était possible. J’ai aussi exploité tous les documents que j’ai pu trouver concernant les séjours. Cela m’a permis de réaliser des sondages sur la durée des séjours des différents personnages, par exemple. J’ai réussi à élucider les modalités, ainsi que les étapes et les personnages qui participent et s’occupent des séjours royaux. En architecture, j’ai réussi à préciser l’état du château de Marie de Médicis (commencé sous Gabrielle d’Estrées), mais aussi la distribution intérieure et l’agencement des pièces. Mais un certain nombre de mes conclusions restent des hypothèses puisque ce travail s’appuie sur des plans et des vues tardives ainsi que sur des comparaisons avec d’autres châteaux contemporains. Grâce aux inventaires de Gabrielle d’Estrées et de Marie de Médicis, j’ai réussi à démontrer la continuité de l’ameublement, puisque l’épouse de Henri IV a récupéré beaucoup de meubles de la maîtresse décédée. Un autre élément important est celui de la grotte de Montceaux, qui est un pavillon adossé à une colline, que Catherine de Médicis fait construire. Nous avons le devis de construction de Philibert Delorme en 1557, qui prévoit au demi sous-sol une grotte artificielle et au-dessus, plusieurs pièces, dont l’usage reste incertain. J’ai réussi à établir que ce pavillon a bien été réalisé, et je propose une localisation dans le domaine, sans toutefois réussir à en expliquer sa disparition.

Quels sont tes projets pour la suite de tes études ?

Je suis en train de préparer le concours des conservateurs du patrimoine afin d’intégrer l’Institut national du patrimoine (INP), dans les spécialités musées et monuments historiques. Ce sujet m’a justement permis de nourrir mon goût pour ces deux voies du concours, ce qui s’est révélé être un choix avisé. Je trouve en effet qu’il est important de choisir un sujet en lien avec son orientation et les ambitions que l’on a. Cette thèse m’a essentiellement aidé dans le champ de l’architecture, une matière qui m’a toujours fascinée par sa richesse, sa complexité et la rigueur qu’elle requiert. Mais c’est aussi une discipline qui demande des connaissances très pointues et une formation spécifique, que j’ai approfondie en prenant une année de plus pour terminer ma thèse. Pour ce qui est du sujet en soi, je vais finir d’éditer et de commenter l’inventaire après-décès de Gabrielle d’Estrées. Enfin, je suis régulièrement invitée par les propriétaires pour réaliser des conférences sur l’histoire du château. Si on trouve des nouvelles sources, il serait intéressant d’élargir le champ de mes recherches.


Image de couverture :  Détail d’un relevé du château, depuis la façade extérieure de l’aile d’entrée, par Israel Silvestre (1680, mine de plomb sur papier, reprise à la plume, 18,3 cm x 48 cm, Musée du Louvre, Département des Arts graphiques, inv. 33031)

Quelques références bibliographiques:
– Châtelet-Lange Liliane, « Philibert de l’Orme à Montceaux-en-Brie : le pavillon de la grotte », dans Architectura, n° 2, 1973, pp. 153-170.
– Babelon Jean-Pierre, Les châteaux de France à la Renaissance, Paris, Flammarion / Picard, 1989, [Montceaux-lès-Meaux, pp. 691-695].
– Baudouin-Matuszek Marie-Noëlle, « Le château de Montceaux lors de la succession de Marie de Médicis », dans Bulletin de la Société d’Histoire de Paris et d’Île-de-France, 1991, pp. 71-101.
– Châtelet-Lange Liliane, « Montceaux-lès-Meaux », dans Guide du Patrimoine d’Île-de-France, dir. Jean-Marie Pérouse de Montclos, Paris, Hachette, 1992, pp. 442-448.
Perouse de Montclos Jean-Marie, Philibert De l’Orme. Architecte du roi (1514-1570), Paris, Mengès, 2000.
– Bourel le Guilloux Christophe, « “Pour donner plaisir et contentement” : la grotta all’antica in Francia negli anni Cinquanta, l’exemple de la grotte de Meudon et de la grotte de Montceaux-lès-Meaux », dans Villa Lante a Bagnaia, dir. Sabine Frommel, collab. Flaminia Bardati, Milan, Electa, 2005, pp. 230-243.

  1. Coope Rosalys, « The Château of Montceaux-en-Brie », dans The Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, t. 22, 1959, p. 71-87. []
  2. Coope Rosalys, Salomon de Brosse and the Development of the Classical Style in French Architecture from 1565 to 1630, Londres, Zwemmer, 1972. []
  3. Anonyme, dernier quart du XVIIe siècle, gouache sur parchemin, rehaussé à l’encre, or peint, 11,5 cm x 16,4 cm, Compiègne, musée d’art et d’histoire Antoine-Vivenel, inv. L. 198 []

2 réflexions sur « Le château de Montceaux-lès-Meaux : architecture, ameublement et vie sociale sous Catherine de Médicis, Gabrielle d’Estrées et Marie de Médicis (1556-1642) »

    1. Bonjour Monsieur,
      Un grand merci pour l’intérêt que vous portez aux Chroniques chartistes. Nous venons d’avertir l’autrice de la présente thèse de votre intérêt à consulter son travail.
      Elle reviendra bientôt vers vous pour vous faire savoir si une telle communication est envisageable ou non.
      Bien à vous,
      Hugo Forster, pour les Chroniques chartistes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.