BannièreHF_BibNum

La bibliothèque numérique de Paris, une alliée pendant la pandémie

Hugo Forster (AP3) a réalisé au printemps 2021 un stage de deux mois au sein du Service du Document et des Échanges (SDE), rattaché au Bureau des Bibliothèques et de la Lecture (BBL) du réseau des 72 bibliothèques publiques de la Ville de Paris. Profitant de cette occasion pour explorer les enjeux que soulève un service central tel que le SDE, il propose ici une présentation de la jeune Bibliothèque Numérique parisienne,  base de prêt dont les usages connaissent de profondes mutations depuis le début de la pandémie de Coronavirus.


Dans la conjoncture inédite du confinement du printemps 2020, les pratiques culturelles des Français ont connu des mutations dont on ne sait pas encore à quel point elles s’avèreront pérennes, mais qui auront au moins eu le mérite de mettre au jour quelques clés de lecture des dynamiques en cours, notamment dans le domaine de la lecture numérique.
Sans surprise, la lecture – numérique ou non – a durant la crise sanitaire confirmé sa place centrale dans les loisirs culturels des Français. Là où il y a du nouveau, c’est dans la diversification des usages de la lecture : 20% des « lecteurs » actuels de livres audio numériques ont inauguré leur pratique dans le premier semestre de 2020, et 20% des personnes qui incluaient déjà le livre dans leur paysage culturel habituel ont acheté au moins un équipement permettant la lecture numérique pendant la durée du confinement1.

La question de l’accès au livre numérique s’est posée de façon d’autant plus prégnante que son public semble s’être rajeuni et diversifié socialement. Les grandes surfaces, plateformes en ligne et librairies (notamment quand elles disposent d’e-shops) prédominent sur ce terrain, mais elles sont solidement épaulées par les bibliothèques publiques2.

À Paris, la Bibliothèque Numérique du réseau des bibliothèques de la Ville a connu des records de fréquentation. Alors qu’elle comptait déjà 200 à 300 prêts quotidiens au début de l’année, plus de 1000 titres étaient empruntés chaque jour pendant le premier confinement.

Une bibliothèque numérique n’est pas une simple base de données

La Bibliothèque Numérique parisienne compte environ 20.000 titres à son catalogue de prêt, essentiellement constitué de romans, d’essais et de bandes dessinées. Si son fonds a d’abord été construit sur une base de titres appartenant au domaine public, – donc accessibles gratuitement et légalement ailleurs – elle a confirmé ses particularités depuis 2015, en orientant sa politique documentaire en direction d’un public adulte, par l’acquisition de nouveautés de littérature francophone et étrangère, avec un large pan dédié à la littérature de genre.
Cette appétence pour l’activité éditoriale la plus récente ne relève pas entièrement d’un choix. D’une part, contrairement au livre papier, les éditeurs peuvent choisir de ne pas proposer leurs livres numériques au prêt. D’autre part, seule une fraction de la production littéraire et documentaire paraît au format numérique3, et la plupart des maisons d’édition n’y ont consacré un effort conséquent que récemment. Ainsi, la grande majorité des livres publiés avant 2015 n’ont pas pour le moment bénéficié de conversions numériques.
La présence de livres audio au catalogue de la Bibliothèque Numérique parisienne est une nouveauté de la fin d’année 2019. Au vu du succès de ce fonds pendant la pandémie, une bonne part du budget a été allouée à son développement sur l’année 2021.


Panorama rapide de la Bibliothèque Numérique parisienne en 2020 4

Usagers ayant fait au moins un emprunt  : 28.551 (+79% par rapport à 2019).
Nombre de prêts numériques depuis l’ouverture : 579.500.
Nombre de prêts  en 2020 : 212.500 (+63.5% par rapport à 2019).
Intensité d’utilisation :
– 59,5% d’occasionnels (1 à 4 emprunts),
18,5% de réguliers (5 à 10 emprunts),
11,5% d’usagers intensifs (11 à 20 emprunts),
– 10,5% de grands lecteurs (plus de 20 emprunts).

92% des ouvrages proposés ont été empruntés au moins une fois.
La fiction représente 80% des emprunts (dont 9% pour les BD), contre 20% pour les documentaires. Les audiolivres représentent 4% de l’ensemble.


Mais la Bibliothèque Numérique de Paris n’est pas qu’une importante base de données stockée dans les serveurs des bibliothèques publiques parisiennes.
Elle est présente physiquement dans les 57 bibliothèques de prêt du réseau à travers une flotte de plus d’un millier de liseuses et de tablettes. Celles-ci, pré-chargées avec une collection de 1250 œuvres appartenant au domaine public, mais également chargeables avec des œuvres disponibles au prêt numérique, répondent autant à la problématique d’un accès le plus large possible aux nouveautés éditoriales, qu’aux besoins en supports de lecture numérique. La diversification et la multiplication de l’offre questionnent l’interopérabilité des appareils5 (capacité à lire de façon ergonomique un même document simultanément sur différents systèmes).

Aussi la Bibliothèque Numérique parisienne n’est-elle pas absente du terrain de l’action culturelle et éducative, qui, depuis la pandémie, fourmille un peu moins dans les bibliothèques. Les inscrits peuvent accéder gratuitement à du soutien scolaire en ligne, à des ressources pour l’autoformation à la bureautique, aux langues ou au code de la route.
Son rôle est d’aider les bibliothèques de prêt à faire fonctionner, en consultation sur place, des tablettes sur lesquelles ont été préalablement installées des applications, en lien avec le jeu et la lecture, surtout à destination des plus jeunes – applications pour lesquelles un comité de veille spécifique se rassemble d’ailleurs chaque mois au SDE.
La production de tutoriels et de guides numériques permet par ailleurs d’accompagner les inscrits dans leur usage de l’informatique. Des formations assurées par les agents de la Bibliothèque Numérique de la Ville de Paris auprès des bibliothécaires du réseau garantissent une transmission efficace des savoirs pratiques.

Si la Bibliothèque Numérique parisienne n’a que peu d’activités dans le domaine du multimédia, son catalogue de livres numériques coexiste avec des ressources numériques supervisées, comme la bibliothèque numérique, par le SDE : elles comprennent des accès aux collections de la Philharmonie de Paris, à Storyplay’r (collection numérique de 1500 albums jeunesse à lire, regarder ou écouter), ou encore à Les Yeux Doc , service de films documentaires piloté par la BPI (Bibliothèque Publique d’Information) et administré au SDE.

Le Prêt Numérique en Bibliothèque (PNB), une solution technique mise en cause

La notion même de « prêt numérique » est en fait problématique, et ne peut se comprendre qu’au regard des solutions techniques choisies par la plupart des bibliothèques françaises pour la mise à disposition de livres numériques. Comme pour tous les objets non-livresques proposés en bibliothèque, la loi est hésitante. Elle en traite tantôt par le biais d’un rapprochement avec le prêt des livres-papier, tantôt par le biais d’une législation sur le droit d’auteur… mais sans avoir encore cherché à définir un droit particulier pour les livres numériques.


La législation du livre numérique et du “prêt numérique”

La législation sur le prêt des livres6, qui organise la rémunération des auteurs par l’État, par le versement d’une somme forfaitaire annuelle, ne s’applique pas au numérique.
En l’absence de cadre plus précis, la pratique légale pour les bibliothèques publiques est d’acheter via la plateforme PNB (Prêt Numérique en Bibliothèque), selon des conditions fixées par les éditeurs ou diffuseurs. Le cadre légal qui a cours est donc purement contractuel.

Il est d’autant plus difficile de plaider, dans les débats actuels pour la modification de la législation, en faveur d’une équivalence entre prêt papier et prêt numérique, quand le droit international s’oppose à des usages par ailleurs ancrés en France : la TVA réduite, acceptée sur les livres imprimés grâce au principe d’exception culturelle, est par exemple refusée aux livres numériques par la commission européenne.


Le modèle prédominant en France, choisi notamment par les bibliothèques de Paris, est très différent de ce que proposaient déjà en 2010 les pays anglo-saxons, alors que les bibliothèques numériques françaises en étaient à leurs débuts.
Cette solution, appelée Overdrive, consiste en un abonnement à différents éditeurs qui mettent à disposition l’intégralité de leurs catalogues numériques, auxquels les lecteurs accèdent en streaming (flux)7. ) . Les bibliothécaires n’ont que peu de marge de décision dans les choix de ces documents qu’ils proposent sans acquérir ; une grande partie des enjeux de la politique documentaire était mise en cause… Aussi le coût de l’abonnement à ces ressources, qui représentait environ 10% du budget d’acquisition total des bibliothèques, interdisait-il d’explorer parallèlement d’autres solutions de « prêt » numérique. Mais cette solution en streaming avait l’avantage d’une mise en œuvre aisée : en 2015, les trois quarts des bibliothèques publiques américaines étaient dotées d’une bibliothèque numérique. Pour autant, une évaluation de leur usage reste incertaine : toujours en 2015, plus de 50% des Américains ignoraient que la bibliothèque dans laquelle ils étaient inscrits proposait ce genre de services numériques.

Capture d’écran du portail de la Bibliothèque Numérique parisienne. Quelques exemples de valorisations ponctuelles.

Pour éviter les difficultés rencontrées dans les pays anglo-saxons, le choix a été fait en France d’une solution par téléchargement, dans le cadre du système sobrement baptisé « Prêt Numérique en Bibliothèque » (PNB). Ce dernier fait le choix de la stabilité en recréant des conditions similaires à celles du prêt papier ; ce n’est donc que par analogie que l’on parle de « prêt » pour le numérique.
PNB doit avant tout organiser les transactions entre éditeurs, et permettre une structure de relations originale dans laquelle les libraires et les bibliothécaires sont pleinement intégrés. Le grand avantage de PNB sur Overdrive est qu’il encourage l’achat par titre et non par bouquet. Un bibliothécaire peut donc pleinement être aux commandes d’une bibliothèque numérique dont les acquisitions répondent à une politique documentaire définie en amont, et sont soutenues par une activité de veille éclairée8.
Aussi l’activité de valorisation est-elle remise au centre des missions des bibliothécaires chargés des collections numérique, puisque ces derniers peuvent mettre en avant les collections qu’ils constituent avec des programmes « Coup de cœur », ou par un suivi des « temps forts » des réseaux sociaux et de l’actualité médiatique.

Pour autant, PNB donne une grande marge de contrôle aux éditeurs : ils décident des prix librement, ainsi que des conditions d’accès aux documents numériques.

La forme d’échange qui règne est celle de l’acquisition de licences limitées dans le temps9 et dans le nombre de lectures : un certain nombre de « jetons », correspondant à autant de téléchargements par les utilisateurs, est acheté pour chaque document ; après épuisement des jetons ou de la durée de la licence, le document disparaît du catalogue. Pour qu’il y soit à nouveau disponible, il doit être racheté. La Bibliothèque Numérique parisienne favorise la simultanéité : plusieurs utilisateurs peuvent emprunter au même moment chacun des titres présents dans son catalogue.
Ainsi, les bibliothèques participant à PNB sont indirectement facturées au nombre d’emprunt de livres numériques. Son budget étant limité, il existe un risque qu’un engouement soudain pour la Bibliothèque Numérique de Paris limite le nombre de titres qu’elle peut proposer.
C’est sur cette double pression subie par les bibliothèques que portent les critiques à l’encontre de PNB, vives dès ses premières années10.

Schéma auteur

Les défauts que rend a priori évidents une comparaison du PNB avec le prêt papier sont à nuancer. D’une part, le coût légèrement supérieur du livre numérique est contrebalancé par les coûts induits, avec le livre papier, par ses coûts de distribution, d’équipement, de restauration… D’autre part, quelle bibliothèque de prêt pourrait se vanter de proposer des nouveautés trois jours après leur sortie, de permettre des  emprunts simultanés par plusieurs utilisateurs, ou d’être ouvertes 24 heures sur 24 ?
Aussi le prêt traditionnel n’ignore-t-il pas les problématiques liées à la disponibilité limitée d’un ouvrage dans le temps ou dans le nombre de ses emprunts : le nombre de « jetons » par titre a été déterminé en fonction du nombre d’emprunt moyen d’un document avant pilonnage : de 20 à 30 pour les livres textuels, et de 50 à 80 pour les bandes-dessinées.

Trouver une impulsion dans le choc de la crise sanitaire

PNB est finalement parvenu à faire montre depuis 2015 d’une certaine souplesse, même sous les affluences soudaines que le confinement du printemps 2020 et la forte médiatisation des ressources numériques gratuites ont causées. La Bibliothèque Numérique parisienne, régulièrement réapprovisionnée en « jetons », ne s’est pas écroulée, contrairement à ce que les plumes les plus critiques du PNB craignaient.
Partout, des semaines record ont été enregistrées, dès la moitié du mois de mars. Les offres numériques ont certes dû être adaptées à cet afflux soudain, mais les aménagements sont le plus souvent allés dans le sens d’une croissance des services.

Temporairement – et cette adaptation à encore cours aujourd’hui –, la Bibliothèque Numérique parisienne a augmenté le nombre de prêts mensuels possibles11, au risque de générer une tension dans les disponibilités en « jetons ». Il a alors fallu inciter les lecteurs à rendre au plus vite leur exemplaire une fois leur lecture finie, pour que le titre soit renouvelé et maintenu à disposition des autres inscrits.
Aussi faut-il accompagner à distance les utilisateurs nouveaux-venants, et leur faire connaître l’existence de ressources souvent insoupçonnées. D’où un certain nombre d’initiatives numériques, dans le domaine des inscriptions à distance et de la rédaction de guides et tutoriels. Il est encore nécessaire de renforcer la présence des bibliothèques en ligne, sur les réseaux sociaux ou sur les services personnalisés de questions-réponses.

Partout en France, la tendance des budgets alloués aux bibliothèques numériques est à la hausse… parfois au détriment des budgets d’acquisition de documents physiques12.
Surtout, l’utilisation accrue des ressources numériques a permis de mieux cerner les besoins des usagers. De nombreuses bibliothèques françaises ont par exemple profité des ressources numériques proposées gratuitement, à titre d’essai, par les éditeurs ; elles ont pu décider au terme du confinement de s’y abonner ou non, en fonction du succès observé auprès des lecteurs.

Le choc de la pandémie a donné un certain crédit aux bibliothécaires en charge des collections numériques, qui ont confirmé que leurs activités, soudain portées sur le devant de la scène, sont indispensables.
Ce gain d’attention est un atout politique qui laisse présager des changements prochains dans les relations entre éditeurs, bibliothécaires et pouvoirs publics, plus à même de revendiquer maintenant une modification des pratiques, et de demander aux législateurs la création d’un cadre juridique défini pour le « prêt numérique ».

*

Certes, en attendant des évolutions de la législation, PNB passe pour le « choix du moins pire ». Sans même compter les inconvénients bibliothéconomiques évoqués plus haut, la seule défiance des lecteurs à son encontre devrait suffire à convaincre. PNB impose d’importants verrous numériques13 pour lutter contre le piratage, et ces derniers le rendent difficile d’usage : nombre d’utilisateurs renoncent devant les configurations particulières auxquelles ils doivent soumettre leurs appareils, ou abandonnent quand l’application permettant de lire un livre numérique emprunté via PNB « plante ».

Mais le choix de PNB plutôt qu’une solution par streaming, a le grand mérite d’affirmer que l’activité des bibliothèques numériques françaises ne peut être réduite à une simple gestion technique. Véritable bibliothèque dématérialisée, avec ses politiques documentaire et culturelle propres, elle porte, dans l’âge de gestation dans lequel elle se trouve encore, les responsabilités intellectuelles et morales que suppose tout travail de définition d’un modèle.
Une bibliothèque numérique se doit donc d’être administrée par des bibliothécaires, qui y garantissent le respect de la déontologie de leur profession.

À Paris, son intégration au service central qu’est le Service du Document et des Échanges (SDE) garantit un échange constant avec les comités de veille documentaire, et une familiarité avec les problématiques communes au réseau, honorant ainsi une certaine complémentarité avec les établissements de lecture publique.


Avec une simple carte de lecteur des bibliothèques de Paris, gratuite, vous pouvez accéder à la Bibliothèque Numérique et à toutes les ressources numériques complémentaires en suivant ce lien.


 

  1. Pour plus de données statistiques sur la lecture numérique pendant le confinement du printemps 2020 : Baromètre sur les usages du livre numérique : édition spéciale « confinement », enquête menée par OpinionWays et dirigée par le SNE, la SOFIA et la SGDL. []
  2. 11% des lecteurs ou auditeurs de livres numériques déclarent privilégier les bibliothèques numériques pour l’accès à leurs ressources culturelles. 34% des lecteurs de plus de 15 ans auraient effectué du prêt numérique durant le confinement ; 19% auraient découvert ou intensifié leur pratique. Environ 30% des lecteurs et auditeurs de livres numériques indiquent recourir aux bibliothèques publiques numériques, en privilégiant néanmoins, parfois, d’autres canaux, dont le téléchargement illégal qui constitue 2% des canaux privilégiés signalés. []
  3. On observe depuis deux ans une évolution notable dans le domaine de la fiction littéraire : la quasi-totalité des nouveautés sont proposées à la vente numérique ; les trois quarts sont proposés aux collectivités. []
  4. Données issues du rapport d’activité « La Bibliothèque Numérique en chiffres en 2020 » fourni par Jaoo Maciel, gestionnaire de la Bibliothèque Numérique []
  5. Environ 20% des Français possèdent à la fois un ordinateur, une tablette et un smartphone. Cette profusion en équipements électroniques chez certains ne doit cependant pas occulter la carence en équipement chez  une partie de la population, et l’illectronisme, encore plus présent (il concernerait un quart de la population française) mais aussi plus difficile à mesurer. Voir BRYGO Julien, « Peut-on encore vivre sans Internet ? », le Monde Diplomatique, août 2019, pp. 1, 18-19, ainsi que l’ « Enquête sur l’illectronisme en France », menée par CSA Research en mars 2018. []
  6. Loi n° 2003-517 du 18 juin 2003 relative à la rémunération au titre du prêt en bibliothèque []
  7. L’accès à chaque document reste limité à un lecteur par bibliothèque à la fois []
  8. Voire notre article à venir sur la veille documentaire dans le réseau des bibliothèques de prêt parisiennes []
  9. La plupart des licences sont accordées pour 6 à 10 ans ; certaines ne sont pas limitées dans le temps. []
  10. Le collectif SavoirsCom1 s’est inquiété à l’ouverture de la Bibliothèque Numérique parisienne de l’équilibre instable de PNB, et a cherché à sensibiliser les professionnels des bibliothèques avec une campagne de « chasse aux jetons », consistant en un téléchargement massif de documents proposés au prêt, censée démontrer par le fait la fragilité du système. []
  11. Poussé de 3 à 6 prêts cumulés par mois, pour 4 livres numériques empruntés simultanément. []
  12. Enquête « confinement et offres numériques des bibliothèques » adressée en juin 2020 au Ministère de la Culture, mise à disposition par Jaoo MACIEL, gestionnaire de la Bibliothèque Numérique. []
  13. Appelés DRM, pour Digital Rights Manager. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.