La promotion 1900 : un chantier du projet ThENC@

La bibliothèque de l’École des Chartes, après la mise en ligne du portail HAL-ENC, poursuit son projet de valorisation des thèses des anciens élèves, appelé ThENC@.
Depuis 1849, plus de 3000 thèses ont été soutenues par les élèves de l’École nationale des Chartes en vue de l’obtention du diplôme d’archiviste-paléographe. Ces thèses sont versées de manière systématique aux Archives Nationales depuis 1961. Toutefois, les plus anciennes sont dispersées et ont parfois été conservées dans des institutions très différentes. Ce projet, qui a déjà porté à la création d’un site, a pour objectif de créer un accès unifié aux thèses, aux positions de thèse ainsi qu’à toutes les publications autour de celles-ci.

Dans ce cadre, Mme. Amandine Postec, responsable scientifique du projet et adjointe à la directrice de la bibliothèque de l’École des Chartes, a alors proposé aux élèves de participer et mettre en jeu leurs capacités pour contribuer activement à l’enrichissement d’une bibliographie Zotero réunissant toutes les références jusqu’ici trouvées pour la promotion 19001.

Avec Sébastien Biay (M1TNAH) et Nathanaël Laffont (AP1), nous avons alors cherché d’abord à retrouver la publication des thèses des dix-sept élèves de cette promotion, avant de recenser des publications traitant du même sujet, qui peuvent représenter des ressources supplémentaires. Nous avons aussi tenté de retrouver les exemplaires de soutenances. Nous devions méthodiquement importer nos données sur le groupe Zotero, qui est une application permettant de générer une bibliographie, autant dans le cadre d’un usage individuel que dans celui d’un travail collectif. Les notices du Catalogue général de la BnF, ainsi que celles de Gallica (pour les ouvrages numérisés) ou bien de Persée (pour les périodiques numérisés), s’importent très facilement et garantissent un transfert de la plupart des métadonnées.

Nous avons rapidement compris que les élèves dont la thèse n’a jamais été publiée n’apparaissent souvent pas dans les bases de données comme IdRef, qui est une base de données qui permet d’interroger plusieurs catalogues, ce qui permet d’avoir des résultats plus complets, ou bien Data-BnF, bases dans lesquelles nous avons par ailleurs systématiquement vérifié si l’identité du résultat correspondait avec l’archiviste-paléographe recherché. À titre d’exemple, nous avons ainsi rencontré des difficultés à retrouver l’identifiant de Paul Denis, nom qui présente un risque élevé d’homonymie. Cela a, en effet, porté à notre attention une erreur de catalogage : la thèse de Paul Denis du Péage n’avait pas été attribuée à son auteur, mais bien à un autre archiviste de la ville de Nancy.

Ainsi, un quart des élèves archivistes-paléographes n’ont pas de notice IdRef, et un tiers de ceux-ci n’ont pas laissé de traces sur Data-BnF. Une source complémentaire, liée directement à l’École, est celle du Livret de l’École des chartes ((Livret de l’École des chartes : 1821-1966, Paris, École nationale des chartes, 1967)), qui contient des courtes notices bibliographiques pour certains des élèves de la promotion 1900. Nous avons aussi trouvé des informations utiles sur l’annuaire prosopographique mis en ligne par le CTHS, qui contient les données concernant la Société de l’École des Chartes. Toutefois, seuls deux élèves de cette promotion sont repérés dans cet annuaire par une fiche biographique à leur nom.

Des données très intéressantes ont surgi concernant la publication des thèses de la promotion des archivistes-paléographes 1900. Plus de la moitié de ceux-ci, 9 sur 17 élèves, ont vu leur thèse publiée, ce qui témoigne de l’excellente réception de la part de la communauté scientifique de ces travaux. Parmi ceux-ci, six sont aujourd’hui disponibles en ligne. Au fil des promotions, cette donnée va croître grâce à l’accélération de la numérisation, ainsi qu’à l’entrée de ces œuvres dans le domaine public. Nous avons trouvé de nombreuses traces de ces thèses dans des publications au sein de revues savantes, comme, par exemple, la thèse de Félix de Coussemaker qui a connu une publication dans la revue régionale des Annales du Comité Flamand de France2. D’autres projets de numérisations ont profité aux thèses de cette promotion : ainsi l’ouvrage de Jacques Boulenger, intitulé Les protestants à Nîmes au temps de l’Édit de Nantes, est disponible aujourd’hui gratuitement en e-book grâce au Projet Gutenberg.

Seulement cinq élèves ont, en revanche, publié des articles sur des sujets analogues à leur thèse. Nous avons pu retrouver ces publications notamment dans des revues spécialisées ou bien régionales. Par exemple, Léon Gauthier a écrit de nombreux articles dans la Revue des études juives, en 1904, pour plus tard publier l’intégralité de sa thèse en 19073.

Serbat, Louis (1875-1953)

Ce qui nous a causé le plus de difficultés a été la recherche des exemplaires de soutenance de ces thèses, essentiels quand la thèse n’a pas été ultérieurement publiée. Vraisemblablement, les exemplaires ont été gardés par les familles, sans dépôt auprès des services publics. Ainsi, malgré la richesse des fonds légués par Louis Serbat, major de la promotion de cette année 1900, plus tard professeur à l’École des Hautes Études, grand collectionneur et directeur de la Société de l’École des Chartes, l’exemplaire de sa thèse semble disparu. Dans son fonds conservé aujourd’hui aux Archives départementales des Pyrénées Atlantiques, il ne reste que ses cahiers de cours, ainsi que ses notes prises pour la rédaction de sa thèse. Dans le cas d’André Dreux, sa thèse, portant sur le premier divorce de Henri VIII et sur les relations entre la France et l’Angleterre de 1527 à 1534, aucune trace écrite autographe n’a été conservée, et la thèse elle-même n’a pas fait l’objet d’une publication. Toutefois, nous avons retrouvé les notes du correcteur de celle-ci, Paul Meyer, qui pourraient aider à la reconstitution de la thèse citée.

Besnier, Georges (1879-1961), archiviste du Pas-de-Calais

Pour la promotion 1900, nous avons pu, donc, repérer trois exemplaires de thèse. D’abord, la thèse de Georges Besnier, qui a été déposée aux Archives départementales du Pas-de-Calais (qui aujourd’hui ont pris le nom de ce même conservateur), où l’archiviste est entré en fonction après la soutenance. Puis, un cas distinct est celui de la thèse de Jean Gaudin, qu’il est possible de consulter aux Archives Nationales, déposée dans un fonds consacré à cette même famille d’artistes. La thèse de Paul Poinsotte, au sujet des abbés de l’abbaye de Luxeuil, ou du moins une copie de celle-ci, semblerait se trouver parmi les ouvrages conservés par l’association des Amis de Saint Colomban.

Notre chantier de recherche a ainsi permis de faire de nouvelles découvertes, qui permettent de reconstruire davantage les chemins des archivistes-paléographes du passé. Cependant, l’objectif final reste celui d’un accès plus facile à la totalité de ces travaux, qui peuvent encore beaucoup enseigner aux jeunes chercheurs. Ces données peuvent, donc, être la base de statistiques plus globales au sujet des publications des élèves de l’École nationale des Chartes. Le projet ThENC@ réserve encore de nombreuses surprises pour l’avenir.

Pour suivre le deuxième atelier ThENC@ prévu pour le 11 mai: « Numériser les travaux de recherche : panorama et retour d’expériences »


Image de couverture : Position de thèse soutenue à l’Ecole des Chartes pour obtenir le diplôme d’archiviste-paléographe, Jouön Des Longrais, Frédéric (1841-1918).

  1. Pour retrouver tous les titres des thèses soutenues depuis 1849 : http://theses.enc.sorbonne.fr/ []
  2. Aujourd’hui disponible sur Gallica : Annales du Comité flamand de France | 1901 | Gallica (bnf.fr) []
  3. Vous pouvez retrouver ici un de ses articles []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.