Crimes sexuels et société à la fin de l’Ancien Régime. Le viol à Auxerre et à Sens au XVIIIe siècle

Entretien avec Enora Peronneau Saint-Jalmes, archiviste paléographe (prom. 2020), qui a soutenu sa thèse intitulée « Crimes sexuels et société à la fin de l’ancien régime. Le viol à Auxerre et à Sens au XVIIIe siècle », soutenue sous la direction d’Olivier Poncet, professeur d’archivistique et de diplomatique de l’époque moderne à l’École des chartes, et de Reynald Abad, professeur d’histoire moderne à Sorbonne Université. Propos recueillis par Léo Davy.


Comment et pourquoi as-tu choisi ce sujet de thèse ?

La question des crimes sexuels marie des disciplines qui m’intéressent tout particulièrement, en raison de leurs méthodes, de leurs objets respectifs et de la multitude de thèmes et de champs scientifiques qu’elles permettent de croiser : l’histoire du droit, l’histoire sociale et culturelle, l’histoire des femmes, voire du genre et, plus à la marge finalement dans ma thèse, ce qu’on appelle la civilisation matérielle. Faire du viol et des autres formes de violences sexuelles les principaux enjeux de ma thèse s’est donc fait assez naturellement. J’ai cependant eu quelques hésitations au moment de formuler mon titre. Non pas que l’aspect potentiellement polémique de mon sujet m’ait rebutée, bien au contraire. On ne peut nier en effet qu’il s’agit d’un thème délicat à aborder en histoire puisqu’il semble presque omniprésent dans le paysage médiatique contemporain. J’ai pris garde néanmoins à ce que mon travail ne verse ni dans le politique, ni dans le militantisme. Mon intérêt pour le sujet est d’ailleurs antérieur au mouvement #MeToo, qui a pris de l’ampleur à partir de 2016-2017, au moment même où j’ai dû officiellement arrêter mon sujet de thèse. Mon mémoire de master, rendu l’année dernière, tournait autour de ce que j’avais appelé « les archives du viol ». Mon principal objectif était alors de redessiner les représentations judiciaires et sociales de ce crime. Le terme de représentations, qui peut être considéré comme relativement passe-partout, a toutefois le mérite de lier, grâce aux archives judiciaires, des points très concrets et terre-à-terre et des éléments plus abstraits, relatifs aux mentalités individuelles et collectives. Ma thèse brasse aussi ces deux visions des crimes sexuels : d’une part un regard très institutionnel, fondé sur les enjeux juridiques et la place de ce type de crimes au sein du système judiciaire, et d’autre part une volonté de démontrer le rôle crucial de la communauté tout entière – je me risquerais même à employer la notion d’opinion publique – dans la considération et le traitement des affaires sexuelles. J’ai par conséquent décidé, dans le titre de ma thèse, de placer la société au centre de ma problématique, à égalité avec les crimes sexuels. Bien que je me tourne également vers d’autres formes de violences qui étaient poursuivies devant les tribunaux de l’époque, comme l’inceste spirituel, la sodomie, la séduction suivie de grossesse, etc., le viol, qu’il soit tenté ou consommé, occupe une place centrale au cœur de ma réflexion. La première partie de mon travail s’avère très institutionnelle et juridique. J’y inscris le viol et les autres crimes de nature sexuelle dans le paysage judiciaire d’Ancien Régime. Ma deuxième partie démontre le rôle crucial de la communauté dans le traitement des affaires sexuelles, tant au niveau local qu’à l’échelle plus abstraite des représentations collectives. Ma troisième et dernière partie dépasse les cadres temporel et archivistique du procès et s’enquiert du destin des justiciables.

Pourquoi avoir choisi particulièrement les villes d’Auxerre et de Sens ? De même pour le choix du XVIIIe siècle ?

Je peux d’abord répondre pour la période. Travailler sur ce siècle s’est imposé presque aussi naturellement que mon sujet. Le XVIIIe siècle me passionne, sans que je puisse exactement me l’expliquer ou l’expliquer à d’autres personnes. Au bout du compte, c’est un choix qui s’est révélé utile et payant, tant du point de vue historique que pour des raisons méthodologiques. Mais se consacrer à un seul siècle, et à ce siècle en particulier, est un défi. Période clef entre l’époque moderne et l’époque contemporaine, le XVIIIe siècle se révèle un moment charnière de l’histoire des institutions. Pour des raisons d’unicité du développement et par mesure de « facilité », mon sujet se restreint à l’Ancien Régime. Il ne traite pas par conséquent des mutations induites par les vagues révolutionnaires, dont l’introduction du premier Code pénal en 1791 et celle du Code des délits et des peines en 1795. La Révolution française a en effet ouvert la voie à de nombreuses mutations, notamment dans le domaine législatif et pénal. Le XVIIIe siècle est en définitive souvent lu et interprété uniquement au prisme de la Révolution. Outre un penchant personnel pour cette période de l’histoire de France, le choix d’une étude consacrée au XVIIIe siècle n’est donc au demeurant pas anodin. Beaucoup de préjugés persistent sur la vie quotidienne sous l’Ancien Régime. On considère également le XVIIIe siècle comme le siècle de la naissance de l’individu, de la vie privée et de la sensibilité. La violence quotidienne et sexuelle y semble de moins en moins acceptée. Parler d’un siècle de déplacement de la sensibilité reste cependant compliqué. Ces potentielles transformations occultent des archaïsmes toujours sous-jacents dans la société, perceptibles dans l’instruction des affaires et dans les propos des justiciables.

Mon projet de recherche est délimité dans le temps et circonscrit dans l’espace. Les nombreuses questions soulevées par le viol et les crimes sexuels dans la société m’ont conduite à resserrer ma problématique autour d’un axe monographique. La monographie se prête plus volontiers à la micro-histoire et à l’histoire locale bien que les deux notions ne doivent pas être confondues. La micro-histoire délaisse les masses et les classes pour s’intéresser à des individus mineurs au regard de l’histoire. L’histoire locale désigne les travaux dédiés à des territoires particuliers. Ma thèse, qui marie l’analyse d’un phénomène et d’un événement précis – les crimes sexuels –, un nombre limité de cas – quelques procès – et un espace prédéfini – une partie de l’Yonne actuelle – réunit les composantes essentielles d’une monographie. Il est toujours passionnant de croiser des noms et des lieux parvenus jusqu’à nous et qui résonnent parfois familièrement à nos oreilles. Cela permet d’enraciner le sujet et de le rendre plus concret mais complexifie en même temps le travail de l’historienne ou de l’historien et le choix de ses sources. L’angle monographique, qui vise les bailliages d’Auxerre et de Sens, contribuait selon moi à une lecture moins désincarnée du traitement des affaires de viol. Écrire un pan de l’histoire des crimes sexuels au XVIIIe siècle n’exclut en effet pas de s’intéresser à l’environnement vécu et aux destins des justiciables. Avant de formuler ma problématique et de définir ma zone de recherche, j’avais envisagé de travailler à partir des archives du parlement de Paris. Cette cour souveraine concentre d’importants volumes d’archives judiciaires et réunit des cas traités en première instance et d’autres remontés en appel. L’intervention de M. Olivier Poncet (mon directeur de thèse) a sur ce point été salvatrice. Les fonds parlementaires ont déjà été abondamment fouillés. Ils privilégient de plus une vision centralisatrice de la justice du XVIIIe siècle et freinent de facto l’approche de l’exercice de la justice à un niveau local. Je me suis alors mise en quête d’un fonds d’archives départementales. Ma rencontre avec les fonds anciens de l’Yonne découle d’un heureux hasard. Cela peut paraître surprenant mais je n’ai aucune attache personnelle dans le département de l’Yonne ou sur le territoire « icaunais ». J’ai d’ailleurs découvert l’existence de cet adjectif, relatif aux habitants de l’Yonne. Je ne me serais jamais tournée vers ce département si les consignes données dans le cadre d’un devoir à l’École nationale des chartes à la fin de l’AP1 ne m’avaient pas menée jusqu’au site internet de son service d’archives en juin 2017. Ce site brille par la facilité d’accès et de manipulation de ses instruments de recherche en ligne. La proposition d’une bourse de recherche – que j’ai obtenue – pour explorer ces fonds a agi comme un coup de pouce du destin.

Quelles sources as-tu utilisées ?

Ma thèse ne se réduit pas à une vaste synthèse bibliographique. Elle s’appuie sur un matériau essentiel : les archives judiciaires. Si la bibliographie montre une prise de conscience tardive des enjeux de la question du viol – j’y reviendrai tout à l’heure – elle signale surtout le manque de sources pour les périodes antérieures à l’époque contemporaine. Les archives judiciaires, du Moyen Âge jusqu’à la première moitié du XVIIe siècle, sont très peu ou mal conservées et peu accessibles. Les crimes sexuels n’ont par conséquent pas laissé de traces spectaculaires dans les archives anciennes. Tous fonds et toutes périodes confondus, plusieurs travaux, généraux ou spécialisés, ont déjà démontré la faible représentativité quantitative de ce type de crimes au sein des archives criminelles1. Au début du XXe siècle, Edmond Locard repère 49 dossiers au parlement de Paris entre 1540 et 1692. Georges Vigarello en dénombre 14 durant les Grands Jours d’Auvergne. Françoise Huard-Hardy enquête sur 32 viols traités sous Louis XV dans les arrêts du parlement de Paris. 23 affaires traitées à Genève entre 1650 et 1815 concentrent l’attention de Michel Porret. Stéphanie Gaudillat Cautela signale 2 plaintes par an entre les années 1490 et 1559 dans un sondage au dixième au sein des archives de la justice communale de Dijon, etc. L’Ancien Régime, et plus particulièrement le XVIIIe siècle, s’avère cependant loin d’être ignoré par les chercheurs. Les fonds criminels créent pourtant un sentiment de frustration chez les chercheurs intéressés par la compréhension des violences sexuelles. Il est rare que des archives liées spécifiquement à des crimes sexuels servent donc de sources primaires. Cela comportait un avantage indéniable : j’étais assurée du caractère relativement inédit de mon travail. Ce constat présentait néanmoins un inconvénient majeur : il n’existe à ce jour aucun corpus d’archives judiciaires qui rassemble exclusivement des dossiers de procès instruits pour des cas de crimes sexuels. Deux solutions s’offraient donc à moi pour travailler sur de telles affaires. La première aurait consisté en l’exploitation des résultats et des dépouillements réalisés en amont par d’autres chercheurs. La seconde, que j’ai retenue, était de procéder moi-même au dépouillement de fonds criminels d’Ancien Régime. Mais par où commencer ?

Après le choix du fonds départemental est venue l’épreuve des instruments de recherche. J’ai eu le réflexe de procéder d’emblée à une recherche par mots-clefs dans les inventaires en ligne de la série B des AD de l’Yonne, dédiée aux cours et juridictions d’Ancien Régime. J’ai alors pris conscience du faible nombre d’affaires immédiatement accessibles et de ce fameux « chiffre noir » évoqué dans l’historiographie.

Première étape de la recherche en archives : les instruments de recherche, en ligne ou format papier. Une épreuve de patience et d’ingéniosité quand on s’attaque à des crimes peu répandus dans les fonds criminels.

Le territoire de l’Yonne ne m’était de plus absolument pas familier. En amont de mes dépouillements et à partir de l’état des fonds de la série B des archives départementales, j’ai ensuite procédé à la reconstitution de son paysage juridictionnel à la fin de l’Ancien Régime. Auxerre et Sens incarnent les deux épicentres de ma problématique. J’étais initialement persuadée de maximiser mes chances de trouver des affaires intéressantes en passant en revue les archives des tribunaux de ces villes majeures. De façon plus légitime et logique, eu égard à mon objet d’étude, Auxerre et Sens, qui ressortent du parlement de Paris, étaient aussi chacune le siège d’un bailliage et siège présidial. Cette juridiction royale jugeait par préséance des affaires de viol.

« Carte de l’Yonne avec la répartition des anciens bailliages sur son territoire dressée et dessinée par Charles Porée » (extraite du Bulletin de la Société des Sciences Historiques et Naturelles de l’Yonne, Auxerre, 1909, 63e volume).

Appuyée sur ma connaissance accrue de la toponymie icaunaise du XVIIIe siècle, une recherche plus approfondie dans d’autres répertoires numériques en format papier de la série B s’est ensuite révélée plus qu’utile. Les premier et deuxième suppléments de la série B se sont avérés de véritables mines d’or. Ces petits fonds regorgent pour une raison inconnue d’affaires liées à des atteintes aux mœurs. Les liasses répertoriées, décrites presque pièce à pièce, y sont de plus moins nombreuses que dans la série B classique. J’ai ainsi pu « inventer » facilement mon corpus. J’ai cependant dû renoncer à l’étude quantitative que j’envisageais au début, trop chronophage étant donné le temps qui m’était imparti et en prévision des résultats que je supposais, peut-être à tort, limités. Ce revirement a été bénéfique : mon corpus privilégie finalement un plus petit nombre d’affaires. Si le caractère infra-représentatif de mon échantillon limite l’usage quantitatif des données recueillies, il s’attache davantage aux trajectoires particulières et donne à chaque affaire une plus large résonance.

Mon corpus d’étude repose finalement sur 31 affaires criminelles traitées entre 1695 et 1780 par les justices royales et seigneuriales des environs d’Auxerre et de Sens. Les archives liées à ces procès sont conservées sous forme de liasses dans la série B et ses suppléments aux archives départementales de l’Yonne.

Quelques types de documents retrouvés dans les minutes des procès : des plus courantes (informations) aux plus rares (actes royaux).

 

Ce corpus initial, composé de sources judiciaires exclusivement locales, est complété par d’autres documents d’archives issus de dépouillements ultérieurs, réalisés spécifiquement pour la thèse à l’issue du mémoire. Les fonds criminels du parlement de Paris aux Archives nationales renferment, sous les cotes X2A et X2B, plusieurs arrêts dans le cadre de procès jugés en première instance puis en appel. J’ai pu remonter jusqu’à ces arrêts grâce à leur enregistrement par les tribunaux icaunais, ainsi que par le biais des pourvois en appel des représentants du ministère public mentionnés à l’extrême fin des dossiers dépouillés à Auxerre. Un acte notarié, repéré dans la série E des Archives départementales de l’Yonne, démontre une forme alternative de traitement des conflits. Les registres paroissiaux et d’état civil, numérisés et disponibles en ligne, m’ont finalement permis de retracer la vie de victimes et d’accusés au sein de leur famille et de leurs communautés, en s’affranchissant du court terme du procès et du cadre spatial des tribunaux.

Quel était l’état de l’historiographie sur ce sujet au moment où tu as commencé tes recherches et maintenant ?

Je ne dirais pas que je suis partie de zéro mais presque. L’historiographie est encore balbutiante sur la question parce l’histoire des violences sexuelles est encore très récente. Elle est née à l’aube des années 1970 quand des autrices, essentiellement nord-américaines, ont remis en cause le silence qui entourait les violences sexuelles, passées comme présentes. Je peux notamment citer l’essai fondateur de Susan Brownmiller intitulé Against Our Will: Men, Women, and Rape, paru en 1975. Les exemples cités sont presque exclusivement contemporains mais le viol est pour la première fois au cœur de la réflexion. En témoigne le titre de la traduction française de son ouvrage : Le viol (1976). Plusieurs historiens, sans remettre en question la portée de ce nouveau sujet d’étude, ont très tôt mis en garde contre la subjectivité des résultats obtenus et critiqué les partis pris journalistiques et féministes. L’intérêt des sciences sociales pour les crimes sexuels n’a néanmoins pas cessé. La tradition anglo-saxonne, souvent à l’avant-garde dans le traitement des thèmes sociétaux, a monopolisé durablement les travaux sur la sexualité et la violence. L’ouvrage d’un historien français a fini par renverser cet équilibre. L’Histoire du viol : XVIe-XXe siècle de Georges Vigarello, parue en 1998, incarne la seule étude diachronique dédiée exclusivement et sans propos politique sous-jacent à la question du viol. L’historien part d’un postulat très simple qui figure dès la première ligne de son introduction : « L’histoire du viol n’est pas écrite ». En tant que spécialiste de l’histoire des pratiques corporelles, de l’hygiène et de la santé, ses travaux démontrent l’influence de la société dans les mutations historiques qui traversent les représentations du corps. « Son » histoire du viol s’inscrit dans cet axe de recherche. L’auteur déroule et explique le processus culturel qui conduit à l’explosion du nombre de plaintes à l’extrême fin du XXe siècle. L’analyse se construit autour de mutations juridiques et mentales cruciales pour comprendre le changement de statut du viol au sein du champ criminel et plus globalement de la société. La majeure partie des travaux parus depuis cet ouvrage incontournable se concentrent sur l’époque contemporaine, à l’image de Viols en temps de guerre de Raphaëlle Branche et Fabrice Virgili, publié en 2011. Sans être foisonnante, la littérature sur le sujet est malgré tout abondante, à condition de ne pas se restreindre aux productions qui incluent le terme de viol dans leurs titres. Ce crime est en effet rarement étudié pour lui-même. Il sert souvent de support à une exploration de l’exercice de la justice, de la place des femmes dans la société, des relations sociales et du lien familial, de la sexualité ou du régime de la violence à l’époque moderne. Les gender studies, plus récentes, s’en sont emparé à leur tour. Ma thèse, consacrée aux relations tissées entre la société et les crimes sexuels à la fin de l’Ancien Régime, s’appuie sur cette riche bibliographie. Celle-ci recontextualise le recours judiciaire et les représentations liées à la violence et à la sexualité. Ces travaux antérieurs, réalisés par des tenants de l’histoire du droit et de l’histoire sociale et culturelle, permettent de se replonger, à plusieurs siècles de distance, dans l’univers physique et mental propre au XVIIIe siècle. Les colloques, journées d’étude et ouvrages collectifs tournés désormais vers la question des archives judiciaires se multiplient. Ces événements qui ponctuent la discipline historique valorisent ces sources et participent à une meilleure compréhension des violences sexuelles dans les sociétés passées.

Quelles sont les principales conclusions de ton travail ?

Premièrement, le viol couvre au XVIIIe siècle un champ pénal plus vaste qu’aujourd’hui. En l’absence d’une hiérarchie légale des crimes, il faut distinguer le viol des autres violences sexuelles qui étaient alors prises en considération. Les dispositions royales, la jurisprudence et les commentaires des criminalistes, à condition d’être lus avec précaution et confrontés à des cas réels, m’ont permis de saisir les différentes nuances de l’ancien droit et la définition de « crimes sexuels », dénomination purement contemporaine et qui ne reflète pas la réalité du XVIIIe siècle ou la mentalité des juristes, des juges ou même des simples sujets. Deuxièmement, ni la littérature de fiction ni les écrits des philosophes des Lumières ne constituent les sources les plus fiables pour aborder les crimes sexuels. Les accusés sont loin par exemple du grand seigneur libertin qui sévit dans les villes et les campagnes. Les archives judiciaires permettent également de brosser un tableau plus équilibré de la condition des accusés et du régime de l’arbitraire alors en vigueur. Finalement, et ce sera peut-être ce que je retiendrai le plus de mes recherches et ce que je voudrais que les potentiels lecteurs de ma thèse retiennent, c’est que l’Ancien Régime ne recèle aucun élément permettant de confirmer l’hypothèse d’une banalisation institutionnelle des crimes sexuels, voire d’une culture du viol. Un constat pourrait venir infirmer d’emblée cette conclusion : environ la moitié des affaires que j’ai dépouillées et analysées ne sont pas résolues sans raison apparente et les déclarations et les réactions des témoins, des accusés, du personnel judiciaire, voire des victimes elles-mêmes, puisent dans un terreau de représentations que l’on pourrait aisément qualifier de misogynes et sexistes. La société du XVIIIe siècle n’est pourtant pas foncièrement brutale ou cruelle. Elle n’est pas totalement indifférente non plus à la violence sexuelle ou à la souffrance, physique ou émotionnelle, qu’elle suscite. L’environnement social peut toutefois s’avérer plus ou moins attentiste. Je n’ai donc pas été en mesure de mettre en évidence le laxisme supposé de la justice et de la société à l’égard du viol. J’ai en revanche pu constater que la qualification du crime sexuel résulte de la convergence d’un faisceau de preuves que l’enquête, diligentée conjointement par le magistrat en charge de l’instruction et le ministère public, doit mettre en évidence. Le fait que la victime féminine soit souvent préjugée coupable n’implique pas que la justice conduise son enquête dans les règles. Les mentalités, les circonstances troubles des crimes et l’habilité de certains acteurs du procès complexifient toutefois la découverte de la vérité et orientent selon moi l’issue des procès et le verdict des juges, souvent, il faut bien l’avouer, peu sévère à l’endroit des accusés au regard des sentences rendues de nos jours mais aussi préconisées à l’époque par la jurisprudence.

Le sujet des crimes sexuels faisant aujourd’hui l’objet de beaucoup de débats et d’un grand intérêt, as-tu été invitée à des projets scientifiques ou de communication autour de tes recherches ? 

J’ai eu pour l’instant l’occasion d’évoquer mon travail lors d’une conférence donnée à Auxerre dans le cadre du cycle « Retour aux sources » organisé par l’équipe des archives départementales de l’Yonne. Cela fut extraordinaire. Je pense que mon sujet retient l’attention d’un public peut-être plus vaste que celui des chercheurs traditionnels. Lors de ma conférence en petit comité, il y avait des habitués de la salle de lecture des archives mais aussi des sages-femmes ! La portée monographique et parfois prosopographique de mon étude intéresse aussi les chercheurs locaux et les généalogistes. Qui sait, je pourrais un jour publier le résultat de mes recherches ? … J’aimerais beaucoup présenter, défendre et discuter mes conclusions, tant devant un public amateur d’histoire que devant des historiens chevronnés, que ce soit à l’oral ou à l’écrit. J’aurai l’occasion de le faire lors de la prochaine journée d’étude coorganisée par l’ENC et l’EPHE, consacrée aux thèmes de l’hypothèse et de la preuve en histoire et qui se tiendra à la fin du mois d’octobre. Mon sujet me passionne, même s’il est parfois difficile à placer dans une conversation. Il rend facilement l’interlocuteur mal à l’aise et implique presque systématiquement de revenir aux débats qui agitent aujourd’hui l’opinion publique. Je veux que mon travail soit apprécié pour lui-même, à sa juste valeur, et pour ce qu’il apporte modestement à l’historiographie.

Quelles ont été les difficultés que tu as pu rencontrer ?

Les documents que j’ai dépouillés sont pour la majorité très bien conservés. Certains sont cependant parfois difficilement lisibles ou compréhensibles.

Graphie du scribe, passages vitaux raturés, transparence des pages et encre qui bave, déchirure ou pliure du papier frustrante, ficelle reliant les feuillets mal placés, etc. : être une archiviste-paléographe motivée ne permet pas de pallier toutes ces difficultés.

Il m’est aussi arrivé de me rendre compte trop tard, une fois un de mes brefs séjours à Auxerre écoulé, que j’avais oublié de prendre en photo une page d’un feuillet, le plus souvent celle qui comportait un nom ou un fait important pour l’enquête et mon interprétation de l’affaire… C’était à s’arracher les cheveux ! Le dépouillement puis l’analyse des documents n’ont pas non plus été de tout repos : il m’a fallu faire des choix stratégiques que reflète ma méthodologie. Les archives judiciaires, et en particulier les archives criminelles, sont riches en informations et loquaces, à condition de les faire parler. Le vocable juridique ne fait parfois que survoler la véritable nature du délit. Le ou les chefs d’inculpation ne peuvent pas non plus être systématiquement établis avec précision ni certitude, pour trois raisons majeures. Le terme employé par les acteurs du procès ne correspond pas toujours aux faits tels qu’ils sont décrits dans les plaintes et dépositions ; les juges et les parties, voire les victimes elles-mêmes, ne nomment pas clairement le crime qui est présumé avoir été commis ; les annotations sur les couvertures des dossiers sont souvent l’œuvre des archivistes et non des greffiers de l’époque, ce qui peut induire le chercheur en erreur. Pour établir mon corpus, j’ai en substance croisé plusieurs données : la mention figurant dans les instruments de recherche, celle apposée sur les dossiers par les archivistes, celle du greffier, les sentences des juges – qui explicitent plus ou moins duquel chef d’accusation le condamné est « dûment atteint et convaincu » –, les faits tels qu’ils sont décrits par les parties, et enfin, quand ils existent, les rapports des experts médico-légaux (médecins, chirurgiens, matrones et sages-femmes). Pour des cas qui donnaient matière à interprétation, je me suis arrêtée sur le chef d’accusation le plus adéquat, quitte à ce que mon choix définitif soit remis en cause ultérieurement par d’autres chercheurs, voire par le lecteur à la lumière des informations que j’expose au fil de mon argumentation. Pour des faits au contraire « évidents » mais pour lesquels les juges se refusaient alors à employer un qualificatif précis, j’ai opté pour un vocabulaire contemporain plus parlant, bien que celui-ci puisse paraître anachronique aux yeux de l’historien du droit. Pour des faits uniques ou qui ne semblent pas relever d’un crime distinct, j’ai pris le parti de créer une catégorie à part, comme en témoigne le cas de harcèlement suivi d’une tentative de suicide. J’ai également inventé un terme inédit, propre à ma thèse et introuvable ailleurs : la séduction avec violence suivie de grossesse. J’ai effectivement fait le choix d’inscrire dans mon corpus 4 procédures liées à des grossesses illégitimes, sous la forme de procès intentés contre les séducteurs présumés par les filles dites séduites. Le choix d’introduire ces affaires de séduction, en sélectionnant celles qui pourraient être le résultat d’un viol et en écartant celles qui pourraient avoir été le résultat d’un acte sexuel consenti, paraît délicat, spécialement parce que ce tri semble fait sur le vu des déclarations de la victime, qui n’a aucun intérêt à reconnaître un consentement. L’obtention d’un dédommagement financier constitue certes le principal motif de ces procès. En relisant attentivement certains dossiers, j’ai de fait écarté plusieurs affaires que j’avais retenues au préalable dans le cadre de mon master. Dans d’autres cas, les propos concordants des déclarantes, des pères biologiques et de témoins m’ont semblé suffisamment univoques pour compter ces premières parmi les victimes de violences sexuelles, aux côtés par exemple des victimes de viol.

Les archives que j’ai dépouillées ont déjà pu être étudiées par d’autres chercheurs, notamment des étudiants sous la direction de Benoît Garnot, spécialiste de l’histoire criminelle bourguignonne. Mais mon corpus est inédit. La principale difficulté, que je pense avoir surmontée, est d’avoir su conjuguer la somme de théories liées à l’histoire criminelle et l’étude de documents d’archives. J’ai par ailleurs accordé beaucoup d’importance à la restitution des données récoltées. J’ai construit de nombreux tableaux, graphiques et schémas mais aussi des cartes et des plans. Cela n’économise pas toujours une explication détaillée mais valorise les résultats que j’ai obtenus et facilite leur lecture.

Souhaites-tu poursuivre tes recherches en doctorat ?

Je veux devenir conservatrice du patrimoine en archives et je n’ai aucunement l’intention de poursuivre mes recherches en doctorat. J’admire les gens capables de s’investir autant d’années mais en ce qui me concerne, la recherche n’est pas ma vocation. Je le savais avant d’entamer ma thèse et j’en suis aujourd’hui persuadée. J’aime pourtant le sujet auquel je me suis consacrée pendant trois ans et je sais qu’il reste encore beaucoup à faire dans l’exploration des volets judiciaire et social de la question du viol sous l’Ancien Régime. Ne pas envisager de poursuivre mes recherches dans le futur ne m’empêche donc pas de songer aux sources et problématiques qui seraient susceptibles de venir élargir mon sujet. On pourrait par exemple étendre les recherches au-delà de 1780 en intégrant au corpus de nouvelles affaires, en dépassant l’Ancien Régime et en interrogeant ces nouvelles affaires au prisme des bouleversements qui agitent la société française ainsi que ses cadres institutionnels, particulièrement aux niveaux judiciaire et juridique. Pour des raisons de continuité et de cohérence avec les autres procès, il faudrait que ces crimes se soient déroulés sur le même territoire que le reste du corpus, c’est-à-dire entre Auxerre et Sens. Mais on pourrait aussi imaginer une autre monographie, avec d’autres juges, d’autres victimes, d’autres accusés… J’ai aussi réfléchi à d’autres sources : les factums, la presse locale, les ego-documents, etc. Bref, la porte est encore grande ouverte pour de nouvelles recherches et de nouvelles découvertes !

  1. Les auteurs et chiffres suivants sont cités par Stéphanie GAUDILLAT CAUTELA dans « Le ‘’viol” au XVIe siècle : entre théories et pratiques », dans GARNOT Benoît (dir.), Normes juridiques et pratiques judiciaires, du Moyen Âge à l’époque contemporaine, Dijon, EUD, 2007, p. 103-104. LOCARD Edmond, Le dix-septième siècle médico-judiciaire, Lyon, Stock, 1902, p. 284 ; VIGARELLO Georges, Histoire du viol…, op. cit., p. 37 ; HUARD-HARDY Françoise, La répression du viol sous le règne de Louis XV d’après les arrêts du Parlement de Paris, m. d. DEA, Paris, Paris II, 1995, p. 73 ; PORRET Michel, « Viols, attentats aux mœurs et indécences : les enjeux de la médecine légale à Genève (1650-1815) » dans BARRAS Vincent et al., Médecine, lettres et politiques, Équinoxe. Revue de sciences humaines, n°8, 1992, p. 34. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.