Bannière_EntretienPF

Sur les traces d’un lignage médiéval

Entretien avec Pierre Fabry, archiviste paléographe (prom. 2020), qui a soutenu le 9 juin 2020 sa thèse intitulée « La maison de Baux. Construction politique et culture lignagère (milieu XIIe – début XIVe siècle) », rédigée sous la direction d’Olivier Guyotjeannin, professeur d’histoire des institutions, diplomatique et archivistique médiévales (ENC), et de Jacques Chiffoleau, directeur d’études émérite de l’EHESS et titulaire de la chaire d’histoire de la religion, du droit et des institutions médiévales. Pierre est lauréat du prix Auguste-Molinier, qui récompense la meilleure thèse de la promotion. Propos recueillis par Hugo Forster[1].


Tes recherches portent sur l’histoire des Baux, une maison aristocratique provençale. Comment t’es-tu porté vers ce sujet d’études ?

Je savais que je voulais travailler sur l’histoire de la Provence au Moyen-Âge, du fait d’attaches personnelles. Ma première approche était celle d’une histoire religieuse et sociale. Quand M. Jacques Chiffoleau a accepté de suivre mes travaux, nous avons essayé de repérer des fonds documentaires, inédits et intéressants, qui pourraient être exploités dans ce domaine.
Je me suis ainsi porté, dans un premier temps, vers un corpus de testaments relativement nombreux de la maison de Baux. Un travail in situ, aux Archives Départementales des Bouches-du-Rhône et dans les bibliothèques locales, m’a permis de prendre connaissance des difficultés auxquelles j’allais me confronter dans la recherche documentaire. De là, mon sujet a extrêmement évolué.
Mon premier travail a été une prospection : il s’agissait de pister les testaments des Baux, dispersés au cours de l’histoire entre de très nombreux fonds d’archives.
Très progressivement, au fil de mon enquête, l’idée de reprendre à fond l’histoire de la maison de Baux m’est venue, en exploitant des filons archivistiques prometteurs.

PF01
Pister les Baux dans un chartrier ecclésiastique revient parfois à chercher une aiguille dans une botte de foin. Ici le chartrier (relié) de l’abbaye cistercienne de Sénanque (Archives départementales de Vaucluse, série 9 H)

 

Quels fonds documentaires ont attiré ton attention ?

Ma porte d’entrée pour ce sujet a été le chartrier dit « des comtes de Provence ». Son appellation est abusive ; il a en effet été intégré dès la fin du Moyen-Âge dans le fonds de la Chambre des comptes du comté de Provence. Elle avait alors recueilli toutes les archives des dynasties comtales, mais aussi d’autres entités politiques, comme les communes d’Arles ou d’Avignon, soumises au pouvoir comtal, et peut-être même de lignées aristocratiques comme celle des Baux. La documentation qu’offre le chartrier est extrêmement riche ; il comprend beaucoup d’originaux, ou de copies médiévales et il est encore complété par différents registres et cartulaires confectionnés par les gens de la Chambre des comptes d’Aix.
Une autre source que j’ai privilégiée est relativement classique, s’agissant d’histoire de l’aristocratie médiévale. Je pense ici aux archives ecclésiastiques[2]. Mon enquête consistait surtout à « partir à la pêche » aux mention des Baux dans les cartulaires et les chartriers.
Le fonds le plus original que j’ai exploité est celui des « chartriers de la maison de Baux ». À vrai dire, ces chartriers seigneuriaux, soumis à d’innombrables pertes et démembrements, ont surtout impliqué une démarche de reconstruction. Ce travail de rassemblement d’un matériau épars mais capital pour comprendre l’histoire de la maison de Baux n’avait été jusqu’alors qu’ébauché. C’est sans doute un des apports les plus neufs de mes recherches à la connaissance de ce lignage et de l’aristocratie méridionale plus généralement. Avec ce corpus documentaire, je me suis posé la question du legs archivistique de la maison de Baux. Ses archives ont pour partie été captées par les autres pouvoirs, mais on conserve encore de nombreuses copies d’actes provenant du chartrier de la branche aînée, seigneurs des Baux, ainsi que des inventaires de celui-ci. Des épaves du chartrier de la branche cadette que sont les princes d’Orange ont aussi survécu aux vicissitudes de l’histoire. Quand la lignée des Baux princes d’Orange s’est éteinte au début XVe siècle, elle a transmis tout son patrimoine à la maison de Chalon-Arlay, originaire de Franche-Comté. Quand elle s’est elle-même éteinte au XVIe siècle, ses archives ont été récupérées par les Nassau devenus Orange-Nassau – dynastie qui règne encore aujourd’hui sur les Pays-Bas. Transmises entre diverses maisons, une bonne partie des titres des princes d’Orange a été mise en sûreté à Bréda et à La Haye à l’époque moderne[3]. J’ai donc dû me rendre à La Haye, aux Archives Nationales et dans les archives privées de la famille royale qui recèlent des lambeaux du chartrier primitif des Baux princes d’Orange.

PF02
Une séance de consultation au Nationaal Archief (Archives nationales des Pays-Bas, La Haye).

 

La prospection des sources semble représenter un travail d’envergure. Qu’as-tu tiré des difficultés rencontrées au cours de tes investigations ?

Au cours des premiers mois, j’avais l’impression de lancer des hameçons à droite à gauche. Je fouillais les inventaires, scrutais les index de thèses relatives à l’histoire de Provence, pistais les Baux dans leurs moindres manifestations. Mes efforts ont été souvent infructueux, mais ils m’ont parfois mis sur la piste de phénomènes documentaires qui avaient déjà pu être rencontrés par les historiens, mais jamais envisagés depuis la perspective de la maison de Baux en tant que telle.
Il a été intéressant de s’interroger pourquoi les testaments de la maison sont conservés dans des fonds qui n’intéressaient pas directement la famille. Mon objet d’étude devait être examiné de façon problématique, en sachant que les Baux affleuraient dans des fonds documentaires qui n’avaient pas vocation originelle à témoigner de leur histoire. La médiatisation des archives princières et ecclésiastiques est loin d’être neutre pour la connaissance de la maison de Baux.

PF03
Un exemple typique : un testament d’un seigneur des Baux de la branche de Berre connu par sa copie postérieure (vidimus) dans un acte délivré par l’official de l’archevêque d’Aix, aujourd’hui conservé dans la série 2 G (fonds du chapitre Saint-Sauveur d’Aix) des Archives départementales des Bouches-du-Rhône.

Ainsi les « briques » que j’ai employées pour la construction de l’histoire des Baux ont d’abord dû être extraites de montages archivistiques qui sont ceux des comtes de Provence ou des archevêques d’Arles par exemple : leurs chartriers existaient avant tout pour justifier leurs propres droits.
L’historiographie provençale n’avait jusqu’à ce jour pas assez pris garde au biais induit. Étant donné que les institutions génératrices et détentrices de ces archives sont les rivales des Baux, il est inévitable qu’elles livrent sur ces derniers un éclairage non seulement ponctuel mais encore orienté et intéressé. Le résultat de ce processus de sédimentation archivistique et historique est tel qu’on ne perçoit souvent l’image des Baux qu’en creux, dans les conflits et les luttes qui les opposent aux pouvoirs supérieurs.

 

Lorsque tu as entrepris tes travaux, où en était la connaissance de la maison de Baux ?

En tant que telle, elle a d’abord été étudiée par le chartiste Raymond Collier, dans sa thèse restée dactylographiée, Le Domaine de la Maison des Baux (1947). Collier s’est surtout intéressé à leur seigneurie. Son étude, féodale et seigneuriale, est restée prisonnière de ses sources. Il fallait dès lors revoir l’histoire de la maison sous une lumière plus positive, en critiquant les biais dont j’ai parlé plus haut.
Edwin Smyrl, élève de Georges Duby, a remonté l’histoire du lignage jusqu’à ses premières apparitions dans la documentation, au Xe siècle, et l’a suivie jusqu’au XIIe siècle. Son décès accidentel l’a empêché de finaliser ses travaux. Je me suis appuyé sur ses recherches pour définir mes propres bornes chronologiques.
Bien que sa thèse ne porte pas sur les Baux, mais sur les Porcelet, lignage originaire d’Arles, je dois mentionner Martin Aurell[4]. Le cas qu’il a examiné met en lumière des dynamiques pour ainsi dire contraires à celles que suivent les Baux, et éclairent par-là même ces dernières. Les Porcelet sont des alleutiers, qui connaissent au XI-XIIe siècles une ascension sociale fulgurante, au service des archevêques d’Arles et des comtes de Provence, tandis que les Baux s’affirment bien plus par leur stratégie d’autonomie.
Enfin, j’insiste sur l’importance de la thèse de Florian Mazel dans l’élaboration de mon travail, La noblesse et l’Église en Provence, fin Xe-début XIVe siècle : l’exemple des familles d’Agoult-Simiane, de Baux et de Marseille. Cette étude a profondément renouvelé l’historiographie des rapports entre noblesse et Église au Moyen Âge. L’étude des Baux y est très poussée, mais essentiellement dans le sens de cette problématique.

 

Peux-tu nous situer rapidement les Baux dans leur contexte historique ?

Je ne tiens pas à dérouler ici chronologiquement l’histoire très dense de ce lignage prolifique. Néanmoins il est essentiel d’expliquer que la maison des Baux s’organise en trois sous-lignées à partir de la fin du XIIe siècle : la branche aînée des seigneurs de Baux, qui conserve le castrum éponyme, entre Arles et Avignon ; la branche seigneurs de Berre, stratégiquement implantée autour de cet étang de Berre et dans la campagne aixoise ; la lignée des princes d’Orange plus au Nord.

PF04
Vue sur les vestiges du château des Baux, perché sur un contrefort des Alpilles (Bouches-du-Rhône). Crédit photographique : LucT, Wikimedia commons, licence creative commons.

Ces trois branches jouissaient de droits très larges, presque souverains, dans ou à proximité de tous les grands pôles urbains provençaux. Ils étaient par exemple coseigneurs de quartiers d’Arles, héritiers de droits importants de la vicomté de Marseille… La branche d’Orange qui s’implante dans la ville du même nom invente une principauté et étend sa domination entre Comtat Venaissin et Dauphiné.
Dès leur apparition dans la documentation au Xe siècle, les Baux sont de grands aristocrates, qui enracinent leur puissance et leur légitimité assez loin dans le temps. Ils ne se mettront jamais au service du prince ou des prélats sans retirer un surcroît de puissance et d’honneur. L’historiographie provençale leur prête l’image de grands barons tentant de contrecarrer les pouvoirs centraux, tout en s’efforçant d’être autonomes dans leur contrée.

 

On croit déjà entrevoir un lignage belliqueux, mais tes explications quant aux biais de représentation induits par la nature des sources tempère cette intuition. Qu’as-tu compris de leurs stratégies de pouvoir ?

La division de la maison en trois branches n’a entraîné ni de véritable morcellement de son patrimoine ni une dilution des solidarités lignagères. Au contraire, j’ai même observé entre les trois sous-lignées une stratégie, et une culture lignagère collective.
Les Baux n’étaient pas nécessairement « rebelles à », ni « opposants de » et ne se concevaient pas non plus de cette manière. Par leur implantation seigneuriale très étendue, ils ont certes constamment été confrontés aux pouvoirs supérieurs (comtes de Provence, marquis de Provence, seigneuries épiscopales), mais ne sauraient être réduits à de simples vassaux turbulents. Eux-mêmes se sont affirmés comme vassaux directs de l’empereur, souverain en Provence. J’ai étudié la maison des Baux plus positivement comme un réseau de parenté qui, socialement et culturellement, se construit et gage son succès et son ambition politique et seigneuriale sur le lignage lui-même. Lors des guerres, des alliances, les trois sous-lignées s’appuient toujours les unes sur les autres pour accroître ou maintenir leur autonomie.
Le lignage des Baux n’est pas une reconstruction historiographique, mais véritablement le produit d’un fait social et culturel – alors que dès le milieu du XIIIe siècle, les trois lignées sont biologiquement très éloignées.

 

Quelles traces t’ont permis d’en arriver à ces conclusions ?

Les textes en témoignent. De façon récurrente, les membres du lignage sont qualifiés par l’appellation collective de Baucenses (littéralement, « Baussencs ») dans les actes de la pratique ou de aqels del Bautz (« ceux des Baux ») dans les chansons de troubadours. Sur le plan politique, ils peuvent apparaître comme une « hydre à plusieurs têtes » : quand on s’attaque à l’un, on s’attaque à tout le « pack » ; les sous-lignées alignent volontairement leur stratégie politique.
L’étude du gouvernement seigneurial des Baux m’a aussi réservé des découvertes intéressantes. L’appareil administratif et judiciaire qu’ils ont développé sur leurs seigneuries, pour sembler réduit, n’a pas été moins efficace. J’ai trouvé d’importants témoignages de son essor en pistant les mentions de notaires, en examinant la façon dont ils scellaient leurs actes, ou en étudiant l’essor et la défense de leur juridiction.

Toujours en prêtant attention à la matérialité et au contenu de sources variées, j’ai pu mettre en lumière le dynamisme du lignage sur le plan des représentations. Le discours auto-légitimant de la branche des princes d’Orange est particulièrement éloquent. Une formule en apparence aussi compassée que « moi, Guilhem de Baux, par la grâce de Dieu prince d’Orange », remise en contexte, relève en fait d’une invention politique audacieuse, entre imitation des pouvoirs supérieurs et affirmation d’un discours de légitimation… et on manque facilement d’y prêter attention.
Ces mêmes princes d’Orange laissent dans leur sillage nombre d’images de propagande. Dans un effort d’appropriation culturelle, le lignage adopte comme emblème héraldique le cor de chasse lié (cornet), qui renvoie à la figure épique de Guillaume d’Orange alias Guilhem al cort nes. On retrouve ce cornet de chasse sur leurs sceaux, sur les bornes délimitant la principauté d’Orange, ou sur les monnaies frappées dans la principauté. Il n’est pas anodin que les princes d’Orange tiennent chez eux des cours poétiques : les troubadours se chargent encore d’affirmer leur légitimité.
Les cousins des princes d’Orange ne sont pas en reste : les seigneurs de Baux adoptent comme armoiries l’étoile à seize rais, bientôt reprise par tout le lignage, se plaçant orgueilleusement dans la descendance des rois mages, qui furent guidés par une étoile selon l’évangile de Matthieu. À la faveur d’héritages ou d’acquisitions, eux aussi se parent d’une titulature princière, tel le puissant Bertran III de Baux, qui se dit à la fin du XIIIe siècle « Bertran, par la grâce de Dieu seigneur des Baux, comte d’Avellino et seigneur de Pertuis et de sa baronnie ».

PF05
Un témoin de la culture lignagère des Baux, le sceau de Raimon IV de Baux (1220), seigneur de Berre, où figurent aussi bien l’étoile à seize rais que le cornet. Reproduction à l’aquarelle tirée d’un manuscrit de l’érudit Nicolas Fabri de Peiresc (Bibliothèque Inguimbertine de Carpentras, collection Peiresc).

Un axe majeur de ma thèse d’école expose ainsi comment les Baux ont développé et promu avec succès une culture du pouvoir originale, qui participe pleinement d’un processus de construction politique et lignagère.

 

Au terme de ces trois années de recherches, qu’as-tu tiré de ton expérience et des enseignements donnés à l’école des chartes ?

La thèse d’école a été pour moi une opportunité pour mener d’une part une enquête en archives – ce qui n’est pas une fin en soi – au cours de laquelle je me suis frotté à des documents très différents, me suis fait l’œil, ai pu aborder la question épineuse de la tradition des fonds documentaires médiévaux…
J’ai remarqué des fonds qui auraient mérité pour le chercheur d’être, sinon reclassés, du moins dotés d’un meilleur instrument de recherche.  C’est ce genre d’expériences qui ont encore plus motivé ma vocation pour le concours de l’INP, spécialité archives, que je prépare en ce moment.
La formation pluridisciplinaire de l’école des chartes m’a donné l’opportunité d’une approche variée de mon objet d’étude. J’y ai intégré la diplomatique seigneuriale, la sigillographie, la numismatique, un peu l’histoire de l’art (appliquée aux monuments funéraires et fresques qu’ont laissés les Baux), sans oublier l’édition de textes avec l’édition de 15 testaments des Baux étalés de 1177 à 1314… Il a été essentiel pour moi de n’avoir à cloisonner ni mon approche historienne ni mon approche archivistique.

 

Ta thèse a été honorée par ton jury par le prix Auguste-Molinier. Comptes-tu poursuivre ta recherche en doctorat ?

Je compte effectivement poursuivre plus tard en doctorat. Il serait naturel de repousser la borne chronologique de l’étude jusqu’aux XIVe et XVe siècle. L’histoire de la maison des Baux dépasse largement la Provence, quand elle s’implante, dans le sillage des comtes de Provence, dans le royaume de Naples dans le dernier tiers du XIIIe siècle.
Une autre piste qui reprendrait les éléments les plus neufs de ma recherche, serait un examen encore plus approfondi des pratiques de l’écrit et de la culture du pouvoir de ces grands seigneurs. Je pense ainsi pouvoir mettre au jour de stimulants phénomènes d’histoire culturelle, d’histoire des représentations, et d’histoire des pratiques de l’écrit. Je suis convaincu que l’histoire de ce formidable lignage provençal réserve encore des questions passionnantes et de belles découvertes.

 

 

[1] Scène de bataille de la conquête du royaume de Sicile par Charles d’Anjou. On reconnaît dans le deuxième cavalier en partant de la droite Bertran de Baux, seigneur des Baux, qui s’est illustré à la bataille de Bénévent (1266). Peinture du 3e étage de la Tour Ferrande, début XIVe siècle, Pernes-les-Fontaines (Vaucluse).

[2] Principalement les séries G et H des Archives Départementales des Bouches-du-Rhône et de Vaucluse.

[3] Une autre partie est cependant restée sur place ou a été renvoyée à Orange, elle est aujourd’hui conservée aux Archives départementales de Vaucluse.

[4] Martin Aurell, Une famille de la noblesse provençale au Moyen Âge : les Porcelet, Avignon, 1986.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.