Hercule à la cour des ducs de Bourgogne : fortune et représentations du chevalier à la massue

Entretien avec François Bouquet, élève archiviste paléographe en quatrième année, qui soutiendra le 9 juin 2020 sa thèse intitulée « L’Avènement du chevalier à la massue. Écriture, incarnations et appropriation de l’Hercule bourguignon de Philippe le Hardi à Philippe le Beau (1363-1506) », rédigée sous la direction de Philippe Plagnieux, professeur d’histoire de l’art du Moyen Âge à l’École nationale des chartes, et de Chrystèle Blondeau, maître de conférences en histoire de l’art médiéval à l’Université Paris-Nanterre. Propos recueillis par Léo Davy.


Comment et pourquoi as-tu choisi ce sujet de thèse ?

La place dans un Moyen Âge christianisé des œuvres antiques, littéraires comme artistiques, m’intriguait. Si l’art médiéval s’est imposé comme une évidence lors du choix de mon sujet de recherche, il me fallait toutefois déterminer quelle part de l’héritage antique je souhaitais étudier et l’aire géographique sur laquelle me pencher. J’avais été marqué par la lecture de l’Énéide en classe préparatoire et la permanence des écrits classiques au Moyen Âge ainsi que leur adaptation par les artistes m’intéressaient particulièrement. Philippe Plagnieux m’a proposé de mener une étude iconographique en m’attachant à un héros antique, ce qui me permettait de déterminer la fortune de ce personnage au Moyen Âge : en partant des manuscrits médiévaux et tout d’abord des textes, œuvres classiques ou médiévales, je pouvais y examiner les représentations figurées qui en forment une première adaptation, puis élargir à d’autres supports iconographiques. J’ai tout d’abord discuté avec Charlotte Denoël, conservatrice en chef au Département des manuscrits de la BnF, dont la thèse porte sur le culte et l’iconographie de saint André. Par son intermédiaire, j’ai rencontré Chrystèle Blondeau qui a travaillé sur le personnage d’Alexandre le Grand à la cour de Bourgogne et m’a indiqué qu’Hercule semblait également y occuper une place particulière. C’est autant la richesse et la subtilité du mythe d’Hercule que mon intérêt pour les commandes artistiques de ces ducs flamboyants qui m’ont attiré vers ce sujet de recherche.

Quel rôle a joué la figure d’Hercule dans la symbolique développée par les ducs de Bourgogne ?

Sous le règne des deux premiers ducs Valois, Philippe le Hardi (1363-1404) et Jean sans Peur (1404-1419), Hercule connaît un sort identique aux autres héros antiques : sa place à la cour se confine à la bibliothèque ducale. Puisqu’il s’agit d’un personnage qui a connu une heureuse fortune durant toute la période antique et qui a gagné les faveurs de nombreux auteurs médiévaux, il apparaît aussi bien dans de nombreux textes classiques, lus et parfois traduits en français au Moyen Âge, que dans des œuvres médiévales. Hercule est ainsi connu des lecteurs, et probablement des ducs, mais il ne reste encore qu’une figure au milieu de la longue galerie de portraits héroïques hérités des Anciens.

Feuillet frontispice du « Tite-Live de Charles V » réalisé vers 1370 et décoré par le Maître de la Bible de Jean de Sy et son atelier pour le roi Charles V
Ce manuscrit est entré dans la bibliothèque ducale entre 1420 et 1467.
Paris, Bibliothèque interuniversitaire Sainte-Geneviève, ms. fr. 777, fol. 7r (Gallica)
Détail de la marge inférieure.
Tandis que les médaillons de la grande peinture présentent l’histoire originelle de Rome, la marge abrite l’épisode du vol des bœufs d’Hercule par Cacus que Tite-Live situe sur le lieu de fondation de la future cité.

L’avènement véritable d’Hercule à la cour bourguignonne survient durant le règne du duc Philippe le Bon pour lequel est composé en 1464 le Recoeil des histoires de Troyes. Ce roman n’est pas une simple narration du riche cycle troyen que son auteur, Raoul Lefèvre, entreprenait de compiler : il annonce dans le prologue faire le récit des deux premières destructions de la cité troyenne opérées par Hercule, puis la fameuse guerre de Troie et enfin l’ultime ruine de la ville sous la République romaine. Hercule a finalement pris le pas sur le projet initial, si bien que l’ouvrage remis au duc est en réalité consacré à la vie du héros à la massue et à ses nombreux exploits, ses deux expéditions troyennes ne constituant plus que des faits d’armes parmi tant d’autres. Sous la plume de Lefèvre, Hercule devient l’incarnation du conquérant, prince philosophe, bâtisseur et courtois : sa léonté se mue en armure en peaux de lions et ses travaux innombrables sont l’action d’un roi qui met sa force exceptionnelle au service du bien et de la justice.

Hercule sauve Hésione, la fille du roi de Troie Laomédon, vouée au sacrifice à un monstre marin.
Exemplaire probablement autographe du Recoeil des histoires de Troyes, illustré après 1470 par Loyset Liédet
Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, ms. 9261, fol. 198r.

Grâce à ce roman, qui est la première œuvre – du moins en langue française – consacrée à ce héros, Hercule acquiert une notoriété nouvelle et intègre le panthéon héroïque des ducs. L’association symbolique du pouvoir ducal avec le héros à la massue est ouvertement revendiquée lors des noces de Charles le Téméraire, qui lui-même possédait son propre manuscrit du Recoeil exécuté dans les mêmes années que celui de son père. En effet, parmi les festivités qui marquent son union en 1468 à Marguerite d’York, des entremets mettant en scène les douze travaux d’Hercule sont présentés aux convives. Ces petites scènes, jouées par des acteurs muets et agrémentées de riches décors ainsi que d’éléments animés, forment un divertissement grandiose dont les descriptions par les chroniqueurs contribuent à l’image fastueuse des brillantes fêtes bourguignonnes. La morale présentée au terme de chacun des douze entremets invite à suivre l’exemple du chevalier à la massue dont les vertus en font un alter ego du jeune duc.

Hercule combat les trois lions en forêt de Némée.
Exemplaire probablement réalisé pour Philippe le Bon du Recoeil des histoires de Troyes, illustré entre 1464 et 1467 par le Maître d’Antoine de Bourgogne et son atelier
Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, ms. 9262, fol. 5r.

Dans un contexte de menace que la couronne française fait peser sur l’héritage bourguignon, l’appropriation d’Hercule par les ducs de Bourgogne devient véritablement politique. Olivier de la Marche, mémorialiste et certainement auteur des entremets des douze travaux, présente au petit-fils du Téméraire, Philippe le Beau († 1506), le héros grec comme le fondateur du pouvoir dont les ducs ont hérité : en exhumant un récit antique qui conte son passage en Gaule, il en fait le premier roi de Bourgogne. Du règne de Philippe le Hardi à celui de Philippe le Beau, en cinq générations et près d’un siècle et demi, Hercule devient le chevalier à la massue, un illustre héros bourguignon et même un lointain ancêtre de la maison ducale.

Quelles sources (archivistiques, livresques, iconographiques, autres) as-tu utilisées ?

Je me suis tout d’abord appuyé sur les inventaires de la bibliothèque ducale dressés à la mort des ducs et des duchesses, qui sont très bien étudiés, afin de déterminer quels ouvrages ils possédaient. Grâce aux éditions des différents textes, j’ai pu identifier, parmi ceux qui se trouvaient dans leur librairie, lesquels mentionnaient Hercule. Les abondants travaux menés sur la bibliothèque des ducs de Bourgogne m’ont permis de suivre les manuscrits préservés jusqu’à leur lieu de conservation actuel : de cette manière, j’ai procédé au dépouillement des exemplaires illustrés afin d’y rechercher les représentations d’Hercule.

Le cœur de mes recherches a consisté à composer plusieurs corpus iconographiques « concentriques » autour des ducs. Après avoir circonscrit la place d’Hercule dans leur bibliothèque et l’iconographie du héros dans leurs manuscrits, je me suis penché sur ses autres manifestations à la cour. Les comptes ducaux, mais surtout les chroniqueurs bourguignons et leurs descriptions m’ont apporté de nombreux renseignements, notamment sur les entremets des douze travaux dont on ne conserve aucune trace matérielle.

En considérant la place centrale du Recoeil des histoires de Troyes et son rôle majeur dans le renouvellement de la connaissance et des représentations d’Hercule, j’ai décidé d’étudier les copies manuscrites de ce roman qui s’est diffusé à travers toute l’Europe occidentale et dont il subsiste une vingtaine d’exemplaires. J’ai également examiné les gravures créées pour certaines éditions imprimées de ce texte qui est très tôt passé sous presses, à tel point que l’une de ses adaptations est la première œuvre imprimée en Angleterre en langue anglaise.

Naissance et jeunesse d’Hercule (accouchement d’Alcmène, étranglement des serpents et institution des Jeux olympiques), tapisserie tissée à Tournai (?) vers 1470-1480
Bruxelles, Musées Royaux d’Art et d’Histoire (inv. 3645) ; © MRAH

Pour finir, j’ai étendu mon étude de l’iconographie d’Hercule à la tapisserie flamande puisque cet élément de décor très apprécié à la fin du Moyen Âge a également donné lieu à l’adaptation du récit des exploits de ce héros. Si je sais grâce aux chroniqueurs bourguignons que les ducs ont au moins possédé une pièce le figurant, je n’ai pu identifier aucune tapisserie d’Hercule issue de leurs collections. En revanche, j’ai regroupé un ensemble d’une quinzaine de pièces dont j’ai entrepris de déterminer les sources d’inspiration littéraires et, avec prudence, l’origine.

As-tu pu reconstituer la bibliothèque des ducs de Bourgogne ?

La bibliothèque des ducs de Bourgogne est relativement bien connue et son contenu a été analysé dans des études qui font date depuis plus d’un siècle. Les mentions d’inventaires qui décrivent sommairement les manuscrits ont ainsi été explicitées et mises en relation avec des exemplaires aujourd’hui conservés dans les collections patrimoniales. Mon travail sur la librairie bourguignonne s’est principalement concentré sur la matière herculéenne : je me suis employé à délimiter le corpus des ouvrages mentionnant le héros à la massue pour parvenir, en travaillant en entonnoir, aux manuscrits illustrés issus de cet ensemble textuel.

Hercule met à mort le roi de Troie Laomédon et détruit la cité pour la seconde fois.
Exemplaire de Louis de Bruges du Recoeil des histoires de Troyes, illustré entre 1470 et 1480 par le Maître de la Chronique d’Angleterre
Paris, BnF, ms. fr. 59, fol. 161v.

Plus que la bibliothèque des ducs de Bourgogne, ce sont des corpus iconographiques que j’ai reconstitués. En examinant les quarante-huit manuscrits conservés contenant des textes relatifs à Hercule, j’ai réuni plus d’une trentaine de miniatures le représentant, dont près de la moitié se trouve dans les trois exemplaires ducaux du Recoeil des histoires de Troie. Quant au Recoeil, j’ai abordé pour la première fois l’ensemble des cycles iconographiques déployés dans les manuscrits conservés afin de suivre la diffusion de cette œuvre bourguignonne et les variations que connaissent ses illustrations. J’ai ensuite étendu mes recherches et mes comparaisons iconographiques et stylistiques aux gravures des incunables du Recoeil ainsi qu’aux tapisseries flamandes.

Quel était l’état de l’historiographie sur ce sujet au moment où tu as commencé tes recherches et quel est-il maintenant ?

Les recherches portant sur Hercule au Moyen Âge sont peu nombreuses, probablement en raison d’un effet de seuil provoqué par la focalisation des études sur cette figure à la Renaissance. Je me suis principalement appuyé sur les travaux de Marc-René Jung, notamment son ouvrage sur Hercule dans la littérature française du XVIe siècle : de l’Hercule courtois à l’Hercule baroque publié en 1966 et finalement peu loquace sur Hercule à la cour de Bourgogne. Aucune étude globale de la tradition littéraire médiévale du personnage d’Hercule n’a été encore publiée, une déficience qu’est appelée à effacer Laura Endress, doctorante à l’université de Zurich et à l’École des chartes dont la thèse porte sur « Les trajectoires textuelles de l’Hercule médiéval. De la mythographie à l’historiographie et au-delà. Avec une nouvelle édition du livre IX de l’Ovide Moralisé. »

Bien que l’édition du texte du Recoeil des histoires de Troyes ait été publiée par Marc Aeschbach et que certains des manuscrits de ce texte aient fait l’objet de notices très développées, aucun examen croisé de l’ensemble de leurs illustrations n’avait été mené jusqu’alors. Le rapprochement de cette œuvre littéraire et de l’iconographie à laquelle elle a donné lieu avec certaines tapisseries flamandes avait parfois été tenté mais, là encore, l’historiographie était parfois très ancienne, toujours centrée sur des pièces et des manuscrits particuliers. Il faut d’ailleurs souligner la complexité de l’étude de ces tapisseries aux origines et à l’histoire mal connues, auxquelles s’ajoutent les questions du centre de production et de la circulation des modèles ; la thèse d’Anne-Sophie Laruelle « La figure d’Hercule dans l’art de la tapisserie à la Renaissance (c. 1450-1565). Fortune iconographique et usages politiques » en instance de publication, devrait apporter quelques éléments de réponse.

Ma démarche est donc inédite dans la mesure où elle embrasse l’ensemble des formes de représentations d’Hercule issues d’un centre littéraire et artistique spécifique, et tout particulièrement sur la période qui s’étend de la seconde moitié du XIVe siècle à l’aube de la Renaissance. Mes recherches interrogent la spécificité de l’Hercule bourguignon et sa diffusion à travers l’Europe occidentale, ainsi que son appropriation par un pouvoir qui trouve en lui l’incarnation d’un idéal chevaleresque prôné à la cour.

Quelles sont les principales conclusions de ton travail ?

Plusieurs éléments relatifs à Hercule à la cour de Bourgogne avaient été jusque-là mis en lumière : l’écriture du Recoeil des histoires de Troyes, la mise en avant des exploits de ce héros au cours des noces du Téméraire, le rattachement de cette figure à la maison ducale par un lien généalogique… Toutefois, suivre sur la durée l’évolution de la présence du héros à la massue dans la librairie ducale, et plus largement à la cour, n’avait jamais été entrepris. J’ai pu, de cette manière, rétablir la chronologie de la valorisation d’Hercule qui était indistinctement attribuée à l’ensemble des ducs : depuis le règne de Philippe le Hardi jusqu’à celui de Philippe le Beau, il acquiert une renommée telle que, de simple figure historique, voire légendaire, il remporte l’intérêt du pouvoir ducal, en devient d’abord un modèle, puis une incarnation pour finalement être présenté comme un illustre ancêtre.
Le rôle de Philippe le Bon apparaît essentiel dans l’avènement d’Hercule à la cour : l’inflation de la matière herculéenne au sein de la bibliothèque ducale, portée à plus de neuf cents ouvrages à sa mort, intervient en grande partie sous son règne, si bien qu’à son terme, près d’un ouvrage sur dix contient au moins un passage relatif à ce héros. C’est également à ce duc qu’est dédié le Recoeil des histoires de Troyes qui offre au chevalier à la massue les moyens de ses ambitions et lui assure une fortune considérable à travers toute l’Europe occidentale. Par la suite, les liens anglo-bourguignons incarnés par l’union de Charles le Téméraire avec Marguerite d’York favorisent tout particulièrement l’exportation de cette figure en Angleterre.

Hercule combat les trois lions en forêt de Némée.
Exemplaire réalisé pour le roi Édouard III du Recoeil des histoires de Troyes, illustré entre 1470 et 1480 par le Maître aux inscriptions blanches
Londres, British Library, ms. Royal 17 E II, fol. 148r ; © The British Library

Outre l’intérêt pour ce héros au destin singulier et le récit de sa vie, plusieurs raisons semblent avoir concouru à sa valorisation : une attirance renouvelée pour la matière antique, l’association d’Hercule à Jason, particulièrement mis en avant avec la fondation de l’Ordre de la Toison d’or, la résonance des expéditions en Orient du héros à la massue et des destructions de Troie avec l’idéal de croisade exalté à la cour, la multiplicité des exploits d’un héros que ses failles rendent malgré tout humain.

Je pense que l’un des apports principaux de ma thèse est la réunion, pour la première fois et de manière quasi exhaustive, de l’ensemble des représentations d’Hercule à la cour de Bourgogne et leur comparaison avec la production artistique contemporaine. Le dépouillement des manuscrits illustrés de la bibliothèque ducale, qui constitue un échantillon renommé des ouvrages lus et appréciés à la fin du Moyen Âge, m’a permis d’estimer l’évolution de l’image de ce héros depuis la naissance du duché de Bourgogne jusqu’aux derniers feux de la cour flamboyante des princes Valois. À ce titre, le Recoeil des histoires de Troyes occupe une place centrale dans le renouvellement de l’image d’Hercule qui se fixe sur le modèle du chevalier courtois. En étudiant l’ensemble des manuscrits de cette œuvre et les gravures qui illustrent certaines de ses éditions imprimées, j’ai constaté la diffusion des représentations du chevalier à la massue, notamment au sein des collections de grands bibliophiles en Bourgogne, en France et en Angleterre. La connaissance de ces cycles iconographiques et la compilation préalable des textes en circulation concernant Hercule ont guidé mon analyse de la tapisserie flamande. Grâce à l’étude de leurs sujets et aux comparaisons iconographiques, j’ai pu déterminer, pour ces pièces tissées entre le milieu du XVe siècle et le premier tiers du XVIe siècle, leurs inspirations littéraires au sein desquelles le Recoeil des histoires de Troyes est en bonne place, preuve de son influence sur la production artistique, dès son écriture et jusqu’au premier tiers du XVIe siècle.

Hercule sacrifie le tyran Busiris sur un bûcher.
Détail d’une gravure de l’édition du Recoeil des histoires de Troyes de Michel Topié et Jacques Herenberck (1490)

Détail de la tapisserie dite de « La prise de Calydon » tissée à Tournai (?) vers 1515
BnF, Rés-Y-169, fol. 94r ; Glasgow, The Burrell Collection (inv. 46.84) © CSG CIC Glasgow Museums Collection
Tapisserie désormais identifiée comme « La prise de la cité de Memphis et le sacrifice du tyran Busiris » (?)
La comparaison des cycles gravés des incunables et de cette tapisserie m’a conduit à en proposer une nouvelle interprétation.

En rapprochant miniatures, gravures, tapisseries et même la description des entremets des douze travaux, j’ai pu mettre en évidence l’interpénétration des différentes formes de représentation d’Hercule qui constituent de nombreuses variations de l’image d’un même héros visiblement apprécié des riches commanditaires, bien au-delà de la Bourgogne. L’Hercule bourguignon, présenté au duc Philippe le Beau dans un ouvrage destiné à son éducation, incarne l’idéal du prince chevalier qui a essaimé et prospéré en Europe occidentale. Mais à l’aube du XVIe siècle, alors que l’héritage bourguignon se retrouve fragmenté et que l’Hercule antique est exalté par la Renaissance italienne, le chevalier à la massue semble céder sa place à son avatar classique dont il a très certainement préparé le succès.

Quelles ont été les difficultés que tu as pu rencontrer ?

Mes premières difficultés ont concerné les méthodes de travail et la constitution des corpus textuels et iconographiques. Comment, depuis la liste des ouvrages qu’ont possédés les ducs, isoler les textes de la librairie ducale relatifs à Hercule et descendre jusqu’à l’identification des manuscrits aujourd’hui conservés ? Quelles tapisseries flamandes inclure dans mon étude étant donné que les critères chronologiques ne sont pas pertinents et que le renouvellement du goût des commanditaires à l’aube de la Renaissance est une donnée éminemment subjective ?

Je pense que le principal obstacle à cette forme de thèse fondée sur la compilation de nombreuses sources iconographiques et sur leur comparaison réside dans leur multiplicité et leur dispersion. Les manuscrits ducaux restent relativement faciles d’accès : ils sont principalement répartis entre la Bibliothèque royale de Belgique et la Bibliothèque nationale de France. En revanche, les exemplaires du Recoeil sont dispersés à travers toute l’Europe : je ne pouvais pas me déplacer à Rome, Londres, Vienne, Wolfenbüttel… Obtenir des reproductions de bonne qualité des miniatures de ces manuscrits – parfois mal voire absolument pas décrits dans les catalogues des bibliothèques qui les conservent – tenait véritablement des douze travaux d’Hercule. D’autant plus quand on y ajoute les tapisseries qui, elles, sont disséminées aux quatre coins du monde. Dans leur cas, comme il s’agit de pièces qui ont parfois voyagé au gré des ventes de collections privées, il a fallu retracer leur parcours depuis les lieux indiqués dans les publications anciennes jusqu’à leurs propriétaires actuels.

La Mort d’Hercule
Tapisserie tissée dans le sud des Pays-Bas actuels vers 1515-1535
New York, The Metropolitan Museum of Art (inv. 35.79.4)
J’ai eu l’opportunité de voir cette pièce dans les réserves du Met en compagnie d’une restauratrice spécialisée dans les œuvres textile durant mon stage à l’étranger aux Cloisters en décembre 2019.

Souhaites-tu poursuivre tes recherches en doctorat ?

Dans le prolongement de ma thèse d’école, j’ai préparé un article pour le numéro 86 de la revue Histoire de l’art intitulé « Grèce(s) » qui s’inscrit dans le cadre du bicentenaire de l’insurrection grecque et qui interroge la place de la Grèce dans les arts. Dans « L’Hercule des ducs de Bourgogne : le chevalier à la massue du Recoeil des histoires de Troyes » je reviens sur la dualité de ce roman aux confins de la mythologie et du récit réaliste, mais surtout sur cet avatar médiéval du héros le plus fameux du panthéon grec : un Hercule qui n’est plus soumis aux douze travaux mais qui multiplie avec dévouement les exploits, un chevalier grec dont les vertus en font un véritable idéal du souverain.

Je pense revenir plus tard sur mes recherches, notamment à la lumière des travaux en attente de parution afin de confronter mes conclusions à celles des thèses en cours. Je souhaiterais également compléter mon catalogue et tenter de mettre la main sur certains manuscrits que je n’ai pas encore pu consulter. Hercule m’a occupé pendant plus de trois ans, on n’abandonne pas ainsi un pareil compagnon…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.