L’apparition des vedettes sportives dans la France de l’Entre-deux-guerres

Entretien avec Pierre-Marie Bartoli, élève archiviste paléographe en quatrième année, qui vient d’achever sa thèse d’École intitulée Les dieux du kiosque. L’apparition des vedettes sportives et les enjeux de leurs représentations dans la presse illustrée française de 1924 à 1939, sous la direction de Christophe Gauthier (École nationale des chartes) et de Bertrand Tillier (Université Paris I Panthéon-Sorbonne). Propos recueillis par Loïc Pierrot.

Comment en es-tu venu à travailler sur les rapports entre médias et sportifs ?

À l’origine, j’étais parti sur un sujet bien chartiste comme on les aime : de l’histoire moderne sur une région dans laquelle j’ai des racines familiales. Il s’agissait de travailler sur la Corse au XVIIIe siècle. Le problème, c’est qu’il y a plein d’historiens corses et que nombreux sont ceux qui ont déjà eu l’idée, puisque la période est très intéressante, avec la création d’un État éphémère dont la constitution faisait saliver les philosophes de Lumières. En même temps, j’ai beaucoup échangé avec un autre élève de l’École, Adrien Barbé, qui finissait sa thèse sur les actualités cinématographiques du Tour de France pendant les deux décennies suivant la Seconde Guerre mondiale (Fenêtre sur Tour). Je suis moi-même passionné de sport et j’avais envisagé à une époque de devenir journaliste sportif. En première année, j’ai aussi été très intéressé par les cours de Christophe Gauthier sur l’histoire de la presse. Quelque part pendant l’hiver de cette année-là, les connexions se sont faites et j’ai trouvé le sujet qui pourrait m’intéresser. Il repose sur deux questions très simples, sinon naïves. La première : on connaît l’importance de la propagande sportive dans les régimes totalitaires, dont l’exemple le plus célèbre est le film de Leni Riefenstahl, Les Dieux du stade : quid de la France, est-ce que le sport était aussi le support de discours idéologiques dans ce pays démocratique qui est en proie à des luttes féroces entre les différents bords politiques ? La seconde : en tant que spectateur assidu de nombreux sports, j’ai été amené à m’interroger sur la célébrité protubérante des plus grandes stars, celles qui gagnent des millions d’euros par an, dont le simple droit d’utiliser l’image coûte un bras et surtout, qui sont des exemples, du moins des idéaux rêvés, pour des millions de personnes. Cela m’a conduit à m’intéresser à cette médiatisation croissante des vedettes sportives dans la presse de l’Entre-deux-guerres. Il existe bien quelques vedettes sportives avant la période de mon corpus, établie entre 1924 et 1939, mais le phénomène se généralise au cours de celle-ci, notamment grâce aux titres que j’étudie.

Sur quelles sources t’appuies-tu pour mener ta recherche ?

Les deux sources primaires, dont j’ai dépouillé l’ensemble à partir de 1924, sont les deux grands hebdomadaires illustrés omnisports : Le Miroir des Sports et Match-l’Intran. Le premier a pris la suite du Miroir en 1920, qui était généraliste et avait notamment été très populaire pendant la guerre grâce aux nombreuses photographies du conflit qu’il partageait. Il s’agit du supplément du quotidien Le Petit Parisien. Match-l’Intran a été créé en 1926 comme supplément du quotidien du soir L’Intransigeant, avant d’être racheté en 1938 par Léon Prouvost, propriétaire de Paris-Soir, pour devenir un magazine généraliste. Après la Seconde Guerre mondiale, il devient Paris-Match. Par sondages, je me suis aussi appuyé sur d’autres titres. Tout d’abord Vu, un magazine généraliste, célèbre pour son utilisation abondante de la photographie dont se sont inspirés toute une série de titres illustrés, notamment l’américain Life. Ensuite Regards, un hebdomadaire proche du parti communiste français. Ces deux titres obtiennent la contribution de photographes célèbres, comme Robert Capa, Henri Cartier-Bresson et Germaine Krull. Enfin, j’ai voulu étudier le quotidien utilisant le plus la photographie, Paris-Soir. Repris par Prouvost en 1930, ce journal du soir est devenu le principal quotidien à la fin de la décennie et sa rubrique sportive a même pu concurrencer le grand quotidien sportif de l’époque, L’Auto. Étant donné le temps limité qui nous est donné pour une thèse d’École des chartes, j’ai préféré laisser de côté la plupart des quotidiens, y compris L’Auto. Ce quotidien sportif n’utilisait pas beaucoup de photographies, et j’ai préféré me concentrer sur un corpus cohérent de titres dont les illustrations sont le cœur de leur formule, des journaux qui sont plus destinés à être regardés qu’à être lus.

Les nouveaux médias, comme la radio, partagent-ils l’engouement de la presse écrite pour le sport ?

Tout à fait. La radio est écoutée par de nombreux Français et devient un média de masse pendant l’Entre-deux-guerres. Ce succès permet à des stations de proposer des journaux radiophoniques relatant notamment les événements sportifs et surtout de les retransmettre en direct. Les postes émetteurs pénètrent les stades au début des années 1920. À partir de 1930 environ, même le Tour de France est ainsi suivi, avec des interviews avant et après les étapes et des points de passage sur le parcours. Les actualités cinématographiques sont le moyen de découvrir en images animées les derniers événements sportifs, et le restent jusqu’à ce que, peu à peu, la télévision se démocratise dans les foyers français, dans les années 1960. C’est ce qu’a étudié Adrien Barbé. Pour ma part j’ai pu étudier des films de matchs de boxe et des sujets de L’Éclair-Journal grâce aux ressources du CNC, mais il s’agissait de dépouillements périphériques, ces sources mériteraient un travail bien plus exhaustif, notamment prenant en compte les archives Gaumont-Pathé. J’avais aussi prévu de travailler plus en profondeur ces ressources en mars, mais les circonstances en ont jugé autrement… Leni Riefenstahl révolutionne la manière de filmer le sport dans Les Dieux du stade, sur les Jeux olympiques de Berlin en 1936 mais achevé en 1938, avec des innovations techniques tels que le travelling sur rail pour filmer les courses. Cependant, ce n’était pas le premier grand film documentaire sur une Olympiade, puisque par exemple, dès 1924, Jean de Rovéra réalise des films sur les Jeux d’hiver à Chamonix et ceux d’été à Paris.

« La joie de la victoire », Le Miroir des Sports, n°1 000, 26 avril 1938, p. 1.

Comment le sport devient-il un spectacle ?

Les premières activités appelées « sport » en France au milieu du XIXe siècle, à l’imitation de l’anglais, sont la vénerie et surtout l’hippisme. Pour les courses de chevaux, on construit des hippodromes : le sport se situe autant sur le circuit, où le cheval et son jockey cherchent à gagner la course, que dans les tribunes, où les bookmakers prennent les paris des spectateurs. Autre exemple totalement différent : aux origines de sports de combat se trouve la lutte. Peu codifiée jusqu’au milieu du XIXe siècle, celle-ci se dispute en milieu forain. Il s’agit d’une attraction, d’un spectacle, et là aussi les spectateurs parient sur le vainqueur. Par la suite, des codifications vont permettre de légitimer des disciplines de combat en tant que sports à part entière. D’un côté, la boxe française, qui sera étouffée au début du XXe siècle par le succès de la boxe anglaise, et de l’autre, la lutte gréco-romaine et le catch. Mais ces sports sont donc, dès l’origine, associés à la notion de spectacle et de public. Pour ce qui est des jeux de balle, comme le football et le rugby, l’aspect spectaculaire prend un peu de temps à se mettre en place. Georges Vigarello rapporte qu’à la fin du XIXe siècle, dans des matchs de football, l’espace de jeu n’était pas encore spécialement délimité et les quelques spectateurs étaient debout à côté des joueurs. Mais rapidement, on construit des gradins autour des terrains pour accueillir les spectateurs. En 1900, Paris a déjà construit plusieurs équipements sportifs permanents pour les deuxièmes Jeux olympiques modernes qui s’y tiennent en même temps que l’Exposition universelle, comme le vélodrome de la Cipale au bois de Vincennes qui peut encore être visité de nos jours. Pendant l’Entre-deux-guerres, le sport attire déjà des foules nombreuses : plusieurs pays se dotent de stades de près de 100 000 spectateurs, comme le Royaume-Uni, les États-Unis, l’U.R.S.S., l’Italie, l’Allemagne et même la Belgique, mais l’État français ne souhaite pas investir dans une telle installation et le plus grand stade de France reste le stade olympique de Colombes, avec une capacité de 50 000 places.

Qu’est-ce qu’une vedette de sport durant l’Entre-deux-guerres ?

Quand on pense à ce qu’est une vedette, on sait qu’il s’agit de quelqu’un de très connu, généralement réputé pour son talent dans son activité : dans notre cas le sport. Mais cela n’est qu’une partie de la définition. Par le biais des médias, la vedette noue avec le public un lien fort et asymétrique : ceux que l’on appelle aujourd’hui les fans connaissent beaucoup de chose de la vedette, non seulement sur son aspect professionnel, ici son talent sportif, mais aussi sur sa vie privée et sa personnalité telle qu’elle est présentée dans la presse. Je me suis ainsi beaucoup intéressé aux manières qu’ont mes sources de créer cette personnalité médiatique, avec par exemple de nombreux articles qui présentent les vedettes au sein de leur famille, avec leur épouse et leur enfant, en train de travailler à leur ferme. Les journaux permettent aux lecteurs d’entrer dans l’intimité de la vie des vedettes.

Le mariage du cycliste Paul Chocque vu par Le Miroir des Sports, n°974, 26 octobre 1937, p. 16.

La célébrité de ces vedettes les amène à incarner une certaine exemplarité aussi bien sur le terrain que dans leur vie privée. Commence-t-on à parler de valeurs sportives ? S’agit-il d’une revendication ou d’une attente du public ?

En effet, ces sujets sur la vie privée des vedettes permettent d’en faire des exemples. Ce sont des récits de sportifs qui accèdent au succès non seulement grâce à leur persévérance, leur abnégation dans l’entraînement, mais aussi grâce à l’équilibre de leur vie de famille. Les épouses sont présentées comme le premier soutien de leur mari. Leurs activités extrasportives donnent l’image de personnalités actives, impliquées dans la vie de leur communauté, bricoleurs ou encore éleveurs. Le sport est donc vu comme un moyen d’éduquer la jeunesse afin qu’elle apprenne aussi ces qualités morales. Des lois, dès la fin du XIXe siècle, introduisent la gymnastique à l’école, mais un grand pas est franchi avec le Brevet Sportif Populaire, créé en 1937 par Léo Lagrange, sous-secrétaire d’État aux Sports et aux Loisirs du gouvernement du Front populaire. L’idée qu’éducations physique, morale et intellectuelle vont toutes ensemble et se fortifient l’une l’autre est très répandue. En revanche, la question se pose de savoir si ces valeurs sportives sont dans l’horizon d’attente du public qui vient regarder les matchs. Plusieurs pièces d’opinion de l’Entre-deux-guerres se plaignent du comportement du public, par exemple de son chauvinisme dans le cadre d’un match international, du fait d’être particulièrement agressif envers l’équipe adverse au lieu de simplement rechercher le beau jeu. Les spectateurs sont avant tout supporters et viennent pour soutenir leur équipe. Un sport souffre beaucoup pendant l’Entre-deux-guerres : le rugby, dont les matchs atteignent des sommets de violence en championnat comme en rencontre internationale qui conduisent à l’exclusion de la France du Tournoi des Cinq Nations en 1932. Si aujourd’hui, les « valeurs de l’ovalie » sont souvent invoquées comme publicité positive pour ce sport, le rugby, très populaire dans la moitié sud de la France, est donc marqué par la brutalité des affrontements entre les clubs.

Les femmes ne sont pas absentes de ce phénomène social et l’on est tenté de se demander, sans malice, si le sport a un genre.

Le sport, non, certains sports, oui ! La première grande vedette féminine est Suzanne Lenglen, un champion puis une championne de tennis qui finit sa carrière en 1926. J’ai bien dit une « championne » : c’est principalement grâce à elle que le mot champion a reçu un féminin. À partir de 1917, une fédération organise les sports féminins, animée par la figure d’Alice Milliat. Cela fait partie du mouvement d’émancipation féminine enclenché à la fin de la Première Guerre mondiale, après que des femmes ont pris la place des hommes partis au front dans de nombreux métiers, comme les fameuses munitionnettes. Dans les mentalités, cela a en partie décloisonné les stéréotypes de genre. Un exemple de cette éclosion et de la réaction qu’elle suscite dans les années 1920 est le football. En 1920, deux matchs internationaux entre la France et l’Angleterre rassemblent plus de 10 000 spectateurs : une affluence assez incroyable, qu’on retrouve difficilement jusqu’à la récente Coupe du monde en France ! Dès 1921, la fédération anglaise de football interdit à ses clubs de permettre aux femmes de pratiquer sur leurs terrains. En France, sans qu’il y ait une telle interdiction, de nombreuses voix s’élèvent dans les années 1920, notamment celles fort écoutées de Pierre de Coubertin, le père des Jeux olympiques modernes, et Henri Desgrange, le directeur du Tour de France. Ils s’indignent de voir des femmes pratiquer des sports inélégants, boueux, disgracieux comme le football, et surtout de le faire devant un public. Le football féminin dépérit peu à peu pendant la période, et il lui faudra une seconde naissance dans les années 1960 pour que les femmes puissent à nouveau jouer le sport préféré des hommes. Par contre, il n’est quasiment jamais refusé aux femmes le fait de pratiquer des sports : il faut seulement que cela n’aille pas à l’encontre de la tenue que leur féminité leur impose. Le tennis, ce sport où les meilleures joueuses sont comparées à des danseuses, fait évidemment partie du lot. La natation, ce sport où les corps dénudés progressent par des mouvements gracieux, permet d’introduire un certain érotisme dans les pages illustrées des magazines sportifs destinés, rappelons-le, à un lectorat majoritairement masculin. Les disciplines d’athlétisme sont aussi acceptées ; la pratique du fleuret est recommandée car elle est bonne pour l’abdomen, et donc l’enfantement. Si des sports ont un genre masculin (football, rugby, boxe), deux sports sont particulièrement féminins, au point que les pratiquants mâles sont assez invisibilisés dans la presse illustrée : la danse et le patinage artistique. La grande vedette dans ce dernier cas, la Norvégienne Sonja Henie, est surnommée « la fée des glaces » et devient une actrice hollywoodienne à la fin des années 1930.

« Sonja Henie, championne d’Europe », Vu, n°201, 20 janvier 1932, p. 96.

Dans la presse écrite, l’illustration semble davantage mise en valeur que le commentaire sportif. Est-ce bien le geste sportif que l’on montre ou le corps de celui qui le pratique ?

Petite précision : ce n’est pas un fait dans l’ensemble de la presse écrite. Pour mon travail, j’ai effectivement choisi de me concentrer sur des titres qui utilisaient la photographie et, dans une moindre mesure, le dessin, au cœur de leurs pages. Ces magazines ne peuvent à l’époque qu’être hebdomadaires, puisque de tels procédés seraient trop chers à mettre en œuvre dans un quotidien. Même Paris-Soir n’utilise essentiellement la photographie que sur sa Une. De ce fait, le commentaire sportif reste primordial dans un quotidien comme L’Auto et dans les périodiques spécialisés qui reposent moins sur l’illustration et plus sur l’expertise, comme Football dirigé par Marcel Rossini, qui écrit aussi pour Match-l’Intran. Par contre, ce qu’offrent des magazines spécialisés comme ce dernier ou comme Le Miroir des Sports, ou encore un périodique généraliste comme Vu, c’est une information bâtie en effet autour d’un ancrage visuel. Pour Regards, c’est un peu différent puisqu’il s’agit d’un titre très militant, mais la photographie y tient aussi une place majeure. Pour répondre à la question, donc, ce sont les deux. Un cas que j’ai relevé est celui des pages extérieures de Match-l’Intran. La première et la quatrième de couverture sont conçue de la même manière, avec le titre du journal, les informations habituelles (prix, date, etc) et une grande photographie : ce magazine est donc conçu avec deux Unes. Généralement, l’une d’entre elles est un portrait d’un sportif et l’autre est une action, un fait de jeu. D’une certaine manière, cela permet de promettre au lecteur que le journal va autant couvrir l’actualité sportive que proposer des sujets en profondeur sur quelques vedettes. Bien entendu, la photographie peut montrer les deux en même temps : proposer une grande photographie du boxeur vedette des années 1930, Marcel Thil, en train de porter un coup à son adversaire, le montre autant en action qu’elle met en valeur son corps, notamment par un procédé tel que la contre-plongée qui accentue la dimension impressionnante de sa musculature.

Peut-on alors parler d’une photographie sportive ?

Oui, sans doute. Le sport est dès lors un sujet qui encourage les photographes à la créativité. Il faut photographier une action et en produire un instantané fidèle, ce qui est toujours un peu paradoxal. Des photoreporters sont spécialisés dans ce genre d’événements et des moyens importants sont déployés, déjà, pour pouvoir par exemple photographier un match important sous tous ses angles : sur des plans larges, on peut voir les masses de photographes sur les touches et derrière les buts. La photographie de sport invente ses propres codes. Évidemment, il ne faut pas penser qu’il s’agit d’un monde à part : dans les différents sujets dont ils peuvent s’emparer (sport, mode, guerre, cinématographie), les photographes peuvent emprunter dans les différents modèles de représentation. Les portraits de sportifs sont parfois inspirés de ceux d’acteurs, et vice versa, notamment quand le cinéma propose des films sur des sujets sportifs, voire intègre en son sein d’anciennes vedettes sportives, comme le boxeur américain Max Baer et la patineuse norvégienne Sonja Henie.

La médiatisation des sports entraîne un rapport nouveau au corps masculin et féminin. Peut-on considérer que c’est à cette époque que le culte du corps musclé devient populaire ?

Ce culte se construit, ou du moins s’amplifie, au début du XXe siècle. André Rauch explique comment la popularité de la boxe française, la savate, fond rapidement face à la concurrence de la boxe anglaise dans les années 1900. On passe, pour schématiser, du modèle du boxeur technique et vif à celui du boxeur puissant et musclé. La boxe anglaise compte des catégories de poids, donc il ne s’agit pas de dire que les petits gabarits n’y ont plus leur place, mais les principaux combats de l’Entre-deux-guerres, ceux qui passionnent les Français même s’ils ne comptent aucun représentant hexagonal, sont entre poids lourds dont on peut dire qu’ils représentent l’archétype du boxeur. Match-l’Intran partage chaque année le résultat du prix du plus beau sportif, et ce sont toujours des hommes à la musculature particulièrement développée et saillante qui sont élus, à l’image d’André Rolet. Dans les régimes totalitaires allemand, italien et soviétique, les propagandes mettent largement en valeur les corps musclés. Ceux-ci sont le symbole du redressement de ces nations, d’une régénération qui améliore aussi les corps des hommes – le revers de la médaille consistant à exclure voire exterminer ceux dont les corps ne refléteraient pas cet idéal, comme les handicapés et les Juifs dont les stéréotypes dépeignent des corps malades. En France, cette problématique existe aussi. Nombreuses sont les voix qui s’inquiètent de la dégénérescence de la « race » française, qui se verrait dans la mauvaise natalité du pays et dans ses médiocres performances sportives sur la scène internationale. Ceci dit, on parle bien ici des corps masculins. Pour les corps féminins sportifs, on attend plutôt un équilibre hygiénique et non des muscles saillants. Le corps sportif féminin parfait, l’exemple à suivre, est élancé, mais doit conserver une grâce féminine supposée à l’encontre de laquelle irait une musculature trop visible.

« Le plus bel athlète de France » André Rolet, Match-l’Intran, n°490, 3 décembre 1935, p. 16.

La promotion de ces corps introduit-elle un changement dans la perception de la beauté ?

Les corps sportifs sont bien souvent considérés comme des idéaux physiques et ont en effet leur poids dans la perception de la beauté. Pour ce qui est de la beauté féminine, par exemple, la popularisation de vedettes sportives de ce genre a permis la promotion d’une beauté sportive, même si toujours contrainte par les impératifs d’élégance et de grâce. On assiste dans les années 1920 à de nouveaux archétypes féminins associant ces requis encore en vigueur et des idées issues de l’émancipation féminine, comme la fameuse garçonne, une femme aux cheveux courts, à l’apparence plus « masculine » selon les stéréotypes de genre. Du côté des hommes, je dirais que l’Entre-deux-guerres a permis la popularisation de l’image de vedettes sportives internationales. Entre celles-ci et, surtout, l’importance croissante des canons hollywoodiens dans la société française qui découvre les films d’outre-Atlantique, la perception de la beauté masculine a changé et s’est un peu américanisée.

Dans quelle mesure peut-on parler d’un début de consommation culturelle du sport ?

Dans l’angle que j’adopte, celui de l’histoire de la presse, l’importance du sport dans est évidente dès la fin du XIXe siècle. Les grands journaux se dotent d’une rubrique sportive, d’abord tournée vers les résultats hippiques mais qui se diversifie peu à peu. Dans la dernière décennie, plusieurs journaux créent eux-mêmes l’événement, c’est-à-dire qu’ils commencent à organiser des épreuves sportives, généralement des courses cyclistes. Le Tour de France en est l’exemple le plus célèbre, créé par L’Auto en 1903, mais l’on peut aussi citer la Coupe de France de football créée en 1917 et patronnée par Le Petit Parisien, ou encore bien plus tard, dans les années 1950, le rôle de L’Équipe dans la mise en place de la Coupe d’Europe des clubs champions. Cela signale que le sport est un produit culturel que consomment allègrement les lecteurs de ces titres, et c’est au même moment que des stades sont construits pour permettre à des milliers de spectateurs d’assister sur place aux matchs, courses et autres combats. Pendant l’Entre-deux-guerres déjà, toutes les ressources médiatiques qui peuvent l’être se saisissent du sport car sa popularité leur assure de l’audimat ou des spectateurs : presse écrite, radio, cinéma… Le sport devient aussi un produit de consommation d’un point de vue économique : non seulement par le biais des tickets d’entrée dans les stades, mais aussi par celui du pari sportif qui se développe au Royaume-Uni, ou encore par tout un ensemble d’initiatives commerciales telles que la caravane publicitaire sur la route du Tour de France à partir de 1930.

As-tu des projets de prolongement ou de publication de tes travaux ?

J’aimerais pouvoir me pencher à nouveau sur ce sujet, même si ce n’est pas ma priorité avec un nouveau concours qui se rapproche. Il est si vaste qu’une thèse d’École des chartes, avec son temps limité, ne permet pas, à mon avis, de la porter à maturité. L’idéal serait d’élargir la période et les sources du sujet. Les bornes de 1924 à 1939 étaient forcées par le manque de sources illustrées au début de l’Entre-deux-guerres. Si l’on s’intéresse aux représentations des sportifs dans la presse quotidienne, dans les actualités cinématographiques, dans les fonds photographiques des agences de presse, tant de champs que je n’ai pu regarder que subrepticement, il serait possible de faire le lien entre les deux guerres mondiales, dont leur impact sur le monde sportif est quant à lui bien documenté. C’est pourquoi je n’envisage pas une publication de mes travaux dans leur état actuel. Ils peuvent apporter leur pierre à l’édifice dans l’histoire culturelle du sport de l’Entre-deux-guerres, et c’est pourquoi je serais heureux qu’ils soient disponibles en libre accès sur HAL le plus tôt possible, mais je pense qu’il reste encore beaucoup de choses à explorer pour avoir une vision aussi complète que possible des représentations des sportifs au cours de cette période.


Illustration d’en-tête : « Le Galibier », Match-l’Intran, n° 524, 17 juillet 1936, pp. 8-9.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.