La diplomatique contemporaine de Dakar à la Sorbonne : Itinéraire franco-africain d’une science des archives

Article rédigé par Yaboul Banwame, archiviste diplômé de l’École de Bibliothécaires, Archivistes et Documentalistes (EBAD) de l’Université cheikh Anta Diop de Dakar et étudiant en Master Technologies numériques appliquées à l’histoire (TNAH) à l’École nationale des chartes.


Science de la critique interne et externe des actes sous le rapport de leur forme, de leur tradition et de leur genèse1, la diplomatique née en 1681 à l’issue de controverses entre Dom Jean Mabillon2 et Daniel Van Papenbroeck sur l’authenticité ou non de certaines chartes de l’abbaye de Saint-Denis, a été appliquée exclusivement à des sources d’archives médiévales à ses débuts. C’est dire en termes clairs que pendant au moins les deux premiers siècles suivant la naissance de la diplomatique, le discrimen veri ac falsi3 ne portait que sur des corpus médiévaux4. Cependant, la diplomatique sortira peu à peu de sa médiévalité exclusive et s’intéressera aussi à des sources d’archives issues de l’époque moderne avant de s’étendre lentement et progressivement aux archives contemporaines. Ainsi, pouvons-nous distinguer trois grandes branches de la science diplomatique si nous nous basons sur des considérations purement temporelles : il s’agit des diplomatiques médiévale, moderne et contemporaine.

Si de nos jours toutes ces branches de la diplomatique sont inclues dans les curricula de formation des archivistes-paléographes diplômés de l’École nationale des chartes, il n’en demeure pas moins que leur intégration auxdits curricula n’est pas faite au même moment. En effet, les diplomatiques médiévale et moderne ont su très vite se gagner une place à la Sorbonne ; ce n’est que plus tard, dans les années 1980, que la diplomatique contemporaine, bien que contestée par certains universitaires à cette époque, aura droit à une partie de la nouvelle chaire consacrée à l’histoire des institutions et à l’archivistique contemporaines confiée à un éminent chartiste connu de la majorité des archivistes africains. Qui est cet éminent chartiste en question ? Qu’est-ce qui pourrait bien expliquer son intérêt vis-à-vis de la diplomatique contemporaine ? Comment est née cette branche de la diplomatique et que dire de son extension à l’échelle mondiale ?

Dans le présent article consacré à l’histoire de la diplomatique contemporaine, il sera essentiellement question de retracer succinctement l’itinéraire franco-africain suivi par ladite science, de ses origines à nos jours.

I- Aux sources de la diplomatique contemporaine

L’histoire de la diplomatique contemporaine en tant que science remonte à 1973, année où l’archiviste-paléographe Bruno Delmas, après s’être pleinement investi pendant deux ans dans une mission de création d’Archives nationales en Côte d’Ivoire à la demande de l’UNESCO, s’est vu affecté à Dakar en vue de contribuer par ses savoir et savoir-faire, à la formation des archivistes africains au sein de l’École de Bibliothécaires, Archivistes et Documentalistes (EBAD) créée en 1967. C’est précisément au sein de cette école que naîtra quelques mois plus tard, la diplomatique contemporaine, mais dans quelles circonstances exactement ?

Avant tout, il convient de signaler ici que nous nous inspirons essentiellement des témoignages de Bruno Delmas lui-même, le 15 novembre 2017 à Dakar, dans le cadre du colloque sur le cinquantenaire de l’EBAD5. À la lumière des témoignages de Bruno Delmas, la diplomatique est une science née de la compréhension des erreurs faites inconsciemment par des étudiants de l’EBAD dans le cadre d’une séance de travaux pratiques d’archivistique. Aux pages 27 et 28 de l’acte dudit colloque, nous pouvons lire in extenso un témoignage porté par Bruno Delmas sur les circonstances de la genèse de la diplomatique contemporaine :

« […] Je confiais à chaque élève, chacun le sien, des dossiers de la présidence de la République, dossiers assez volumineux pour avoir une ordonnance. L’étudiant devait les reclasser en expérimentant, à cette échelle, le principe de respect des fonds, en donner la structure, en faire l’analyse et mettre au-dessus du dossier, dans une chemise à part, les documents dont ils préconisaient l’élimination. Une fois les étudiants partis, je reprenais le soir et le jour suivant, un à un, tous ces dossiers. Travail assez long mais pédagogiquement tellement riche ! La semaine suivante je donnais la correction des dossiers, un à un, et tirais de ces exemples l’illustration concrète des principes et des règles générales enseignés, et donnais des conseils de méthode. La première fois que je fis cet exercice, j’eus un choc. Dans les chemises des documents à éliminer, les futurs archivistes proposaient de conserver les pelures dactylographiées, documents « propres », des pièces expédiées et détruire les manuscrits, annotés, raturés : ainsi les documents mis au rebut étaient des autographes de Senghor ou de Lamine Geye. Je pris alors conscience que ce qui paraissait pour moi une évidence, ne l’était pas forcément pour les étudiants et qu’il manquait à notre enseignement de l’archivistique un cours de diplomatique sur les documents administratifs contemporains et pas seulement sur les minutes notariales et l’état civil. Ainsi j’inaugurais ce nouvel enseignement, que je développais avec mes homologues qui me succédèrent : Baïla Wane, trop tôt disparu et dont l’amphithéâtre de l’École porte le nom, Antoine Tendeng6, tragiquement disparu dans le naufrage du Diola, et Ousmane Sané, futur directeur de cette école. Un an et demi plus tard, lorsque je fus appelé à créer le cours d’archivistique contemporaine à l’École des chartes, j’introduisis la diplomatique contemporaine dans mon enseignement. […] »

Eu égard à ces témoignages de Bruno Delmas, l’origine africaine de la diplomatique contemporaine se révèle comme étant incontestable. En d’autres termes, si la diplomatique contemporaine était un fleuve, on dirait d’elle sans se tromper qu’elle prend sa source à Dakar et s’étend jusqu’à Paris avant d’atteindre les quatre coins du monde. Mais, son entrée et son intégration à la Sorbonne ont-elles été aussi aisées qu’on puisse le penser ?

 

II- La diplomatique contemporaine de Dakar à la Sorbonne

L’année 1976 marque le retour en France de Bruno Delmas après sa mission archivistique africaine qui, à l’en croire, lui a été plus que riche en expériences. Fort de ces expériences à la fois de mise en place d’Archives nationales en Côte d’Ivoire et d’enseignement à l’EBAD de Dakar, il candidata au concours de recrutement du titulaire de la chaire commune d’archivistique, diplomatique et histoire des institutions de l’époque contemporaine qui venait d’être ouverte au sein de la prestigieuse École nationale des chartes en pleine période de réformes.

Ces réformes tant pédagogiques qu’administratives étaient suscitées sans doute par la mise en cause par certains depuis le XIXe siècle déjà, de la capacité de l’École à former des professionnels . Si certains pensent qu’on ne peut pas former des érudits et des fonctionnaires en même temps au sein de l’École des chartes et qu’il faille mettre carrément en place une autre école destinée à la formation professionnelle des archivistes, d’autres estiment que concilier formation professionnelle et érudition au sein du même établissement est bien possible. Dans la seconde moitié du XXe siècle, cette affaire chartiste était devenue un secret de polichinelle dont tout le monde parlait et cela n’a bien évidemment pas laissé indifférente l’Association amicale professionnelle des archivistes français7 qui a clairement exprimé sa position à ce sujet au cours d’une assemblée générale tenue à Paris du 18 au 19 octobre 19688.

Quoiqu’il en soit, le doute sur ces capacités de formation professionnelle de l’École nationale des chartes perdurait à telle enseigne que les pouvoirs publics ont jugé nécessaire d’intervenir à des fins d’arbitrage en menant des actions concrètes ; c’est justement dans ce contexte que des procédures seront enclenchées plus tard en vue de la création d’une École nationale du patrimoine.

À l’École nationale des chartes, en cette fin des années 1970, alors que Robert-Henri Bautier et Bernard Barbiche s’occupaient des archivistique, diplomatique et histoire respectivement pour les époques médiévale et moderne, c’est Bruno Delmas qui est élu en 1977 pour diriger la nouvelle chaire spécialisée en études contemporaines ; ce dernier fut donc le tout premier à administrer cette chaire avant que Christine Nougaret et Édouard Vasseur9 ne lui succèdent. L’édification et la consolidation de la diplomatique contemporaine tout comme la lutte pour sa reconnaissance en tant que science enseignée à l’École nationale des chartes ont été avant tout l’affaire de Bruno Delmas. La défense de la scientificité de cette diplomatique contemporaine a déjà commencé aux premières heures de son entrée en tant que professeur à l’École des chartes ; cet état de chose est perceptible à travers ce court dialogue entre lui et Robert-Henri Bautier10, qu’il n’a pas hésité à rapporter dans ses témoignages aux pages 28 et 29 des actes du colloque de l’EBAD :

« On ne m’ôtera pas de l’idée que la réflexion faite sur le programme de l’EBAD avait inspiré la réforme de Bautier [la création de trois chaires chronologiques distinctes à l’École des chartes] et que mon expérience à l’EBAD a joué dans cette élection. Pourtant le croisant au début d’un de mes tout premiers cours, il me dit :
– Au fait Delmas, qu’allez-vous leur enseigner ?
– la diplomatique contemporaine, lui répondis-je sans hésiter
– mais ça n’existe pas !
– si ça existe, je croyais que vous m’aviez élu pour cela !
Il sourit en agitant la tête à son habitude et dit : « ah bon ! ah bon ! ah bon ! »

À l’analyse de ce dialogue entre deux chartistes à la Sorbonne en 1977, il est clair que la diplomatique contemporaine n’est pas totalement la bienvenue à l’École nationale des chartes bien qu’on lui ait consacré une chaire. La lutte pour sa reconnaissance va de ce fait être encore plus rude et s’accélérer avec de multiples rencontres scientifiques organisées sous l’égide de Bruno Delmas qui, pour confirmer son désir de voir émerger ce nouveau paradigme, a publié en 1996 son fameux « Manifeste pour une diplomatique contemporaine. Des documents institutionnels à l’information organisée »11 , article considéré par certains comme l’acte fondateur de la diplomatique contemporaine. Cette lutte menée par Bruno Delmas a-t-elle eu gain de cause ?

 

III- Extension de l’enseignement en diplomatique contemporaine à travers le monde

À partir des années 1980, la diplomatique contemporaine connaît une grande extension à travers le monde. On assiste d’ailleurs dans des pays comme l’Allemagne, l’Italie12 et le Canada13, à la naissance d’un mouvement visant à la promotion d’une authentique diplomatique contemporaine dissociée de l’archivistique contemporaine.
De l’EBAD de Dakar à l’École nationale des chartes, la diplomatique contemporaine a connu du succès et s’est imposée dans la formation de plusieurs générations d’archivistes de par le monde entier.
En Afrique par exemple, outre l’EBAD qui accorde une place importante à la nouvelle discipline, il est à noter que des cours de diplomatique contemporaine figurent dans les programmes de formation des archivistes à l’Université Norbert Zongo de Koudougou au Burkina-Faso voire à l’Institut supérieur de Documentation de Tunis, etc.
En Amérique du Nord, l’École de Bibliothéconomie et des Sciences de l’Information (EBSI) de Montréal au Canada dispose également d’un module de formation dédié à la diplomatique contemporaine.
En Europe, et plus particulièrement en France, les responsables de master d’archivistique semblent avoir pris conscience de l’importance capitale que revêt la diplomatique dans la formation de tout archiviste. En guise d’exemple, les masters d’archivistique à Angers et à Mulhouse accordent une bonne place à la diplomatique en général, et à celle contemporaine en particulier. En Allemagne, la diplomatique contemporaine est aussi enseignée notamment à l’École d’Archivistique de Marburg.
À l’École nationale des chartes, cette discipline se développe davantage et est même intégrée à la maquette pédagogique des étudiants du master Technologies numériques appliquées à l’Histoire.

Si l’École nationale des chartes est mondialement reconnue comme étant l’un des lieux par excellence d’apprentissage des sciences diplomatiques, il n’en demeure pas moins que l’École de Bibliothécaires, Archivistes et Documentalistes de Dakar en est un véritable laboratoire pour l’Afrique. En effet, après le retour en France de Bruno Delmas, des Africains contribueront autant que faire se peut, à la consolidation et à l’enracinement de la diplomatique contemporaine à l’EBAD. Il est à signaler ici que jusqu’à l’année universitaire 1983-1984, les notions de diplomatique contemporaine n’étaient données aux étudiants de l’ancienne section Archives de l’EBAD qu’en deuxième année et ce, dans le cadre d’un cours de traitement des archives historiques dispensé par Baïla Wane.

Après la prise de fonction d’Ahmeth Ndiaye en ces débuts des années 1980, l’enseignement de la diplomatique sera fait dans le cadre du cours d’initiation au classement et à l’inventaire qui visait à faire connaître les différents types de documents et leurs spécificités. Au cours de l’année universitaire 1984-1985, il a été question de mettre en place un véritable cours de diplomatique contemporaine et ceci fut l’œuvre d’Ahmeth Ndiaye qui a été profondément inspiré par son passage à l’Ecole nationale des chartes en tant qu’auditeur libre, après une thèse de Doctorat de troisième cycle d’histoire à l’Université de Poitiers en 1982. C’est donc entre 1982 et 1983 que cet universitaire fort de son expérience d’ancien khâgneux au Lycée Camille Guérin de Poitiers, a su très vite apprendre la diplomatique aussi bien médiévale, moderne que contemporaine, avec l’aide de son tuteur-enseignant Bruno Delmas et d’autres spécialistes de la discipline tels que Robert-Henri Bautier et Bernard Barbiche qui, comme nous le signalions plus haut, s’occupaient respectivement des époques médiévale et moderne.

Suite à une riche expérience chartiste, l’éminent universitaire rejoignit son Sénégal natal pour y contribuer à la formation de plusieurs générations d’archivistes africains. Dans le cadre de ses missions d’enseignement et de formation à l’EBAD, Ahmeth Ndiaye mit en place en 1984 un cours de diplomatique en première année, cours qui évoluera et connaîtra un succès fulgurant jusqu’à nos jours. Avec l’avènement du numérique qui s’impose et implique de nouvelles compétences, cet universitaire sénégalais, grâce à ses savoirs et savoir-faire en diplomatique essentiellement acquis au cours de sa formation à la carte au sein de la prestigieuse École nationale des chartes à Paris, mais aussi grâce à ses acquis méthodologiques dans le cadre de sa thèse de troisième cycle d’histoire à Poitiers, développa et fit introduire à la fin des années 2010 dans les curricula de formation des archivistes à l’EBAD, un cours de diplomatique numérique qu’il confia au début de l’année universitaire 2019-2020 à Mohamed Lat Soukabè Diop, l’un de ses anciens étudiants devenu enseignant-chercheur.

Il est important de signaler qu’outre Bruno Delmas qui a fortement influencé l’intérêt d’Ahmeth Ndiaye pour la diplomatique en général et celle contemporaine en particulier, Jean Glénisson et Robert-Henri Bautier ont été également des précurseurs de cette discipline en Afrique, dans la mesure où ils ont eu à dispenser à l’EBAD en tant qu’experts, des cours ayant rapport avec la diplomatique, avant l’arrivée de Delmas qui y développa l’aspect contemporain de cette science. En définitive, il ressort clairement que la lutte de Bruno Delmas, de ses successeurs et d’autres universitaires à l’échelle mondiale pour la cause de la diplomatique semble porter de bons fruits. Cependant, il reste encore du chemin à faire pour un essor plus fulgurant de cette science au service du vrai.

 

Bibliographie sélective

– Assemblée générale de l’association [amicale professionnelle des archivistes français], 18-19 octobre 1968. In : La Gazette des archives, n°63, 1968. pp. 299-314, [En ligne] :  www.persee.fr/doc/gazar_0016-5522_1968_num_63_1_2040 (consulté le 3 avril 2020)

– Barbiche (Bernard), « La diplomatique des actes de l’époque moderne, XVIe-XVIIe siècle. Bilan et perspectives. » In: La Gazette des archives, n°172, 1996. De la diplomatique médiévale à la diplomatique contemporaine (actes du colloque organisé par l’École nationale des chartes et la Bentley historical Library de l’université de Ann-Arbor [Michigan, États-Unis], Paris, 6-10 juillet 1992 et Ann-Arbor, 5-9 juillet 1993) pp. 19-36. [En ligne] : www.persee.fr/doc/gazar_0016-5522_1996_num_172_1_3387 (consulté le 3 avril 2020).

– Bartlett (Nancy), « Peut-on appliquer la diplomatique à la photographie ? » In : La Gazette des archives, n°172, 1996. De la diplomatique médiévale à la diplomatique contemporaine (actes du colloque organisé par l’École nationale des chartes et la Bentley historical Library de l’université de Ann-Arbor [Michigan, États-Unis], Paris, 6-10 juillet 1992 et Ann-Arbor, 5-9 juillet 1993) pp. 94-102. [En ligne] : www.persee.fr/doc/gazar_0016-5522_1996_num_172_1_3392 (consulté le 3 avril 2020).

– Bautier (Robert-Henri), « Leçon d’ouverture du cours de diplomatique à l’École des chartes (20 octobre 1961) », In: Bibliothèque de l’école des chartes. 1961, tome 119. pp. 194-225, [En ligne] : www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_1961_num_119_1_449619 (consulté le 3 avril 2020).

– Blouin (Francis), « Cadre de réflexion pour la prise en compte de la diplomatique dans l’environnement électronique », In: La Gazette des archives, n°172, 1996. De la diplomatique médiévale à la diplomatique contemporaine (actes du colloque organisé par l’École nationale des chartes et la Bentley historical Library de l’université de Ann-Arbor [Michigan, États-Unis], Paris, 6-10 juillet 1992 et Ann-Arbor, 5-9 juillet 1993) pp. 71-87. [En ligne] : www.persee.fr/doc/gazar_0016-5522_1996_num_172_1_3390 consulté le 3 avril 2020).

– Carucci (Paola), Il documento contemporaneo: diplomatica e criteri di edizione, Volume 1 de Beni culturali : Ed. La Nuova Italia scientifica, 1987, 199 p.

– Chabin (Marie-Anne), « Peut-on parler de diplomatique numérique ? », in : Vers un nouvel archiviste numérique, sous la dir. de V. Frey et M. Treleani, L’Harmattan, 2013 (table ronde de l’INA, 25 nov 2010) [En ligne] : http://www.marieannechabin.fr/diplomatique-numerique/ (consulté le 3 avril 2020).

– Delmas (Bruno), « Manifeste pour une diplomatique contemporaine. Des documents institutionnels à l’information organisée. » In: La Gazette des archives, n°172, 1996. De la diplomatique médiévale à la diplomatique contemporaine (actes du colloque organisé par l’École nationale des chartes et la Bentley historical Library de l’université de Ann-Arbor [Michigan, États-Unis], Paris, 6-10 juillet 1992 et Ann-Arbor, 5-9 juillet 1993) pp. 49-70. [En ligne] : www.persee.fr/doc/gazar_0016-5522_1996_num_172_1_3389 (consulté le 3 avril 2020).

– Delumeau (Jean), « Dom Mabillon, le plus savant homme du royaume. » In: Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 151ᵉ année, N. 4, 2007. pp. 1597-1604. [En ligne] : www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_2007_num_151_4_91566 (consulté le 3 avril 2020).

– Duranti (Luciana), « Pour une diplomatique des documents électroniques », In: Bibliothèque de l’école des chartes, 2003, tome 161, livraison 2. pp. 603-623, [En ligne] : www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_2003_num_161_2_463631 (consulté le 3 avril 2020).

– École de Bibliothécaires, Archivistes et Documentalistes de Dakar. Les sciences de l’information documentaire au service de la recherche, de la formation, de l’intégration et du développement durable, Actes du Colloque international à l’occasion de la célébration du Cinquantenaire de l’EBAD, 2017, 529 p., [En ligne] :  http://www.ebad.ucad.sn/publications/Actes%20du%20Colloque%20du%20Cinquantenaire%20EBAD.pdf (consulté le 3 avril 2020).

– Guyotjeannin (Olivier), « La diplomatique médiévale et l’élargissement de son champ. » In: La Gazette des archives, n°172, 1996. De la diplomatique médiévale à la diplomatique contemporaine (actes du colloque organisé par l’École nationale des chartes et la Bentley historical Library de l’université de Ann-Arbor [Michigan, États-Unis], Paris, 6-10 juillet 1992 et Ann-Arbor, 5-9 juillet 1993) pp. 12-18. [En ligne] : www.persee.fr/doc/gazar_0016-5522_1996_num_172_1_3386 (consulté le 3 avril 2020).

–  Ndiaye Ahmeth. « L’EBAD à la recherche d’une voie africaine de l’archivistique » In : Actes du Colloque international à l’occasion de la célébration du Cinquantenaire de l’EBAD, 2017, pp. 33-50, [En ligne] : http://www.ebad.ucad.sn/publications/Actes%20du%20Colloque%20du%20Cinquantenaire%20EBAD.pdf (consulté le 3 avril 2020)

  1. Définition donnée par le Vocabulaire international de la diplomatique : https://www.cei.lmu.de/VID/ []
  2. Delumeau (Jean), « Dom Mabillon, le plus savant homme du royaume. » In: Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 151ᵉ année, N. 4, 2007. pp. 1597-1604, www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_2007_num_151_4_91566 []
  3. Distinguer le vrai du faux, finalité première du diplomatiste. []
  4. Guyotjeannin (Olivier), « La diplomatique médiévale et l’élargissement de son champ. » In: La Gazette des archives, n°172, 1996. De la diplomatique médiévale à la diplomatique contemporaine (actes du colloque organisé par l’École nationale des chartes et la Bentley historical Library de l’université de Ann-Arbor [Michigan, États-Unis], Paris, 6-10 juillet 1992 et Ann-Arbor, 5-9 juillet 1993) pp. 12-18. www.persee.fr/doc/gazar_0016-5522_1996_num_172_1_3386 []
  5. Colloque dont les actes sont disponibles en ligne via le lien : http://www.ebad.ucad.sn/publications/Actes%20du%20Colloque%20du%20Cinquantenaire%20EBAD.pdf []
  6. Le Professeur Antoine Tendeng fut l’un des doyens du corps professoral de l’EBAD. Enseignant d’archivistique et d’histoire, il doit sa célèbre réputation à sa rigueur scientifique, à sa sagesse, à sa générosité, à son esprit d’ouverture mais aussi et surtout à sa gentillesse et à sa disponibilité vis-à-vis des uns et des autres. Bienveillant gardien des traditions archivistiques les plus pures et promoteur de l’utilisation tous azimuts des nouvelles technologies de l’information et de la communication …» selon les Actes du colloque de l’EBAD (2001) , ce scientifique de haut niveau rendit l’âme le 26 septembre 2002 lors du naufrage du bateau de Jola. []
  7. Qui change de dénomination suite à une assemblée générale tenue à Rennes le 25 juin 1969 et devient donc l’Association des Archivistes français. []
  8. Dans le procès-verbal de l’assemblée générale de l’Association des archivistes français de 1968, on pouvait lire à la page 305 des critiques sur l’insuffisance de la formation professionnelle des archivistes sur les archives contemporaines et des propositions d’approches de solution à ce problème : « Assemblée générale de l’association, 18-19 octobre 1968 », In : La Gazette des archives, n°63, 1968. pp. 299-314. www.persee.fr/doc/gazar_0016-5522_1968_num_63_1_2040 []
  9. Données biographiques disponibles sur http://www.chartes.psl.eu/fr/christine-nougaret et http://www.chartes.psl.eu/fr/edouard-vasseur []
  10. Il est à signaler que déjà en 1961, Robert Henri-Bautier ouvrait la piste d’une diplomatique étendue à la période contemporaine : Bautier (Robert-Henri), « Leçon d’ouverture du cours de diplomatique à l’École des chartes (20 octobre 1961) », In: Bibliothèque de l’école des chartes, 1961, tome 119. pp. 194-225, www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_1961_num_119_1_44961 []
  11. Delmas (Bruno), « Manifeste pour une diplomatique contemporaine. Des documents institutionnels à l’information organisée. », In: La Gazette des archives, n°172, 1996. De la diplomatique médiévale à la diplomatique contemporaine (actes du colloque organisé par l’École nationale des chartes et la Bentley historical Library de l’université de Ann-Arbor [Michigan, États-Unis], Paris, 6-10 juillet 1992 et Ann-Arbor, 5-9 juillet 1993) pp. 49-70, www.persee.fr/doc/gazar_0016-5522_1996_num_172_1_3389. Il s’agit en fait de la publication d’un colloque qui s’est tenu à Ann Arbor en 1993 (suite à un 1er colloque à Paris en 1992). Notons aussi que Luciana Duranti avait publié en1989 un article sur la diplomatique contemporaine : https://archivaria.ca/archivar/index.php/archivaria/article/view/11567. []
  12. Se référer à l’ouvrage de Paola Carucci : Il documento contemporaneo : diplomatica e criteri di edizione, Volume 1 de Beni culturali : Ed. La Nuova Italia scientifica, 1987, 199 p. []
  13. La série célèbre d’articles de Luciana Duranti sur la diplomatique contemporaine. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.