Joaquin Gomez de la Cortina, bibliophile espagnol du XIXe siècle

Dans le cycle des « Pépites de la BEC », la bibliothèque de l’ École expose chaque mois quelques ouvrages remarquables issus de ses collections, choisis et présentés par un élève ou un étudiant de l’École nationale des chartes. En mars 2020, ce sont quelques exemplaires ayant appartenu à Joaquin Gomez de la Cortina, bibliophile espagnol du XIXe siècle, qui sont présentés au niveau 0 de la bibliothèque. Exposition organisée et article rédigé par Maxime Challon, étudiant en deuxième année du master Technologies numériques appliquées à l’histoire en spécialité Livres et médias à l’École des chartes.


Ouvrages présentés :
– Salutati COLUCCIO, Lini Colucii Pierii Salutati cancellarii florentini epistolae…, Florence, 1741 et 1742 8R217(1), 8R217(2)
– Gregorio MAYANS Y SISCAR, Gregorii Majansii […] tractatus de Hispana progenie vocis ur …, Madrid, 1779 8D72
– Giovanni Gioviano PONTANO, Ioannis Iovanni Pontani […] opera quae soluta oratione composuit…, Bâle, 1538 4R26(1)
– André SCHOTT, Hispaniae illustratae…, Francfort, 1603 FID4(1)

Joaquin Gomez de la Cortina est l’un des plus grands bibliophiles espagnols du XIXe siècle, pilleur des « plus beaux sujets bibliophiliques » de France, d’après Guigard1. Né au Mexique en 1805, et mort en 1868 à Madrid, tombé de l’échelle de sa bibliothèque, il accumule de très nombreuses charges2 dans le royaume d’Espagne, devient docteur en droit à l’université de l’Alcala puis recteur, et se passionne pour les livres.
Barbieri estime que 60 % (75000 livres) de ses revenus étaient directement destinés à l’achat des livres3. Ce sont 25 000 ouvrages, soit plus de 120 000 volumes, qui sont rangés dans la bibliothèque du marquis de Morante à Madrid. Trois salles sont dédiées à cette bibliothèque, dallées de marbre, avec une galerie circulaire pour la plus grande, et une hauteur sous plafond nécessitant une échelle4. Loin d’être un bibliophile compulsif, Joaquin Gomez de la Cortina n’achète que les ouvrages dont il a besoin pour ses études, sans toutefois refuser des ouvrages d’exception (par leur reliure, leur rareté, leur édition). Passionné de latinité, il possède un nombre considérable d’ouvrages de Virgile, Horace, et Cicéron, ainsi que de latinistes humanistes plus récents5).
Passionné, le marquis catalogue systématiquement chacun de ses ouvrages dans son Catalogus librorum doctoris D. Joachim Gomez de La Cortina, march. de Morante. qui in aedibur suis extant. Ce catalogue, tiré à seulement 500 exemplaires, permet de retrouver la trace des quatre livres présentés à la bibliothèque, avec un commentaire du marquis sur chacun d’eux, ainsi qu’une estimation de leur valeur6.
À la mort du marquis, sa bibliothèque est vendue aux enchères à l’hôtel Drouot, à Paris, sur trois ventes entre 1872 et 1873 par le libraire parisien Jean-Antoine Bachelin (1835-1896) et maître Bachelin-Deflorenne. Le catalogue conservé à la Bibliothèque nationale de France7 possède des notes manuscrites relevant le prix de vente de chaque livre, souvent assez faible, ce que l’on peut expliquer par la quantité importante d’ouvrages arrivant, en trois ventes, sur le marché du livre. Les ventes de la bibliothèque du marquis de Morante se révèlent un échec, et Bachelin et Ellis (un libraire londonien) sont finalement les plus gros acquéreurs de ces ouvrages. En 1875, une autre vente est organisée par Bachelin pour vendre ces livres, mais face à l’échec, quatre autres ventes sont organisées en 1878 et 1879.

La plupart des volumes de la collection sont reliés aux armes de Joaquin Gomez de la Cortina, par les plus grands libraires et relieurs, souvent parisiens8. Le marquis de Morante appréciait les reliures sobres, ainsi qu’on peut le voir sur les exemplaires présentés. Au contraire, ses armes sont complexes, en lien avec ses multiples charges et titres en Espagne9. Elles sont souvent entourées d’un ruban portant l’inscription « J. Gomez de la Cortina et amicorum », ainsi que celle « Fallitur hora legendo » (Lire fait oublier l’heure).

4R26. Armes sur cuir au contreplat.
FID4(1). Armes sur cuir au contreplat.

L’inscription « J. Gomez de la Cortina et amicorum » imitée de celle de Grolier, peut paraître piquante quand on sait que le marquis n’a jamais prêté un seul de ses ouvrages à ses amis, mêmes les plus fidèles : il préférait acheter un nouvel ouvrage à prêter plutôt que de prêter le sien.

FID4(1). Armes sur le plat en maroquin vert.

Sur le contreplat de certains ouvrages, on observe également un ex-libris imprimé à ses armes : on y lit l’inscription « Bibliotheca Cortiniana. » au-dessous de ses armes et de l’épigramme de John Owen, poète anglais du XVIIe siècle, « Egregios cumulare libros præclara supellex. » (« Une collection de livres choisis est un beau meuble »), qu’il utilise comme devise en référence à sa bibliothèque qui ne contient que des livres qui lui sont nécessaires.

8R217. Ex-libris de la Bibliotheca Cortiniana au contreplat.

Les ouvrages présentés jusqu’à la fin mars permettent d’avoir un échantillon des centres d’intérêt du marquis de Morante :
– la latinité moderne et humaniste est présente avec l’ouvrage épistolaire de Coluccio, parsemé de lettrines gravées dans le bois, et avec celui de Pontano ;

8R217. Lettrine gravée sur bois.

– les Lumières espagnoles sont représentées par le traité de Mayans y Siscar ;
– l’histoire espagnole est présente avec l’ouvrage de Schott, exemplaire rare quand il est complet, accompagné de cartes dépliantes sur l’Espagne et de culs-de-lampes très riches.

FID4(1). Extrait d’une des deux cartes d’Espagne.

Bibliographie et webographie

Barbieri, Francisco Asenjo, Notice biographique sur D. J. Gomez de La Cortina, marquis de Morante, ancien recteur de l’Université de Madrid, sénateur du royaume d’Espagne, Traduit par Gustave Pawlowski. Paris : F. Didot frères, fils et Cie, 1872.
Barbieri, Francisco Asenjo, et Paul Lacroix., Catalogue de la bibliothèque de feu M. le marquis de Morante : [vente, Paris, Drouot, 21 février-2 mars 1872 ; Maison Silvestre 20-25 mai 1872 et 20 janvier-1er février 1873, commissaire-priseur Me Delbergue-Cormont, assisté de M. Bachelin-Deflorenne, expert], 2 vol, Paris : Librairie Bachelin-Deflorenne, 1872.
Catalogus librorum doctoris D. Joachim Gomez de La Cortina, march. de Morante. qui in aedibur suis extant, 8 vol, Matriti : E. Aguado, 1854.
Guigard, Joannis, Nouvel armorial du bibliophile : guide de l’amateur des livres armoriés, 2 vol. [Ouvrages de la bibliothèque du Prince Roland Bonaparte. Paris : E. Rondeau, 1890.
http://bibliophilie.com/un-grand-bibliophile-du-xixe-siecle-joaquim-gomez-de-la-cortina/
http://histoire-bibliophilie.blogspot.com/2013/05/linavouable-fiasco-de-la-vente-morante.html

  1. Guigard, Nouvel armorial du bibliophile... []
  2. Membre du tribunal suprême, marquis de Morante en 1847, grand-croix et chevalier des ordres les plus prestigieux d’Espagne, membre de l’académie gréco-latine, et sénateur []
  3. Barbieri, Notice biographique… []
  4. Ibid. []
  5. Voir le 8R217(1 []
  6. Ces informations sont reportées sur chaque notice. []
  7. Catalogue de la bibliothèque de feu M. Le marquis de Morante,…Deuxième partie, n. Cote DELTA-19485<1>. []
  8. Barbieri []
  9. Guigard les décrit ainsi : « Coupé d’un et parti de 3, ce qui fait 8 quartiers : au premier, d’argent, à 3 fasces de gueules, à la bordure de sinople, chargée de 8 sautoirs d’argent, 3 en chef, 2 aux flancs et 3 en pointe ; au second, de sinople, à une cotice et un filet d’argent en bordure, accompagné de 2 croix vergetées du même, 1 en chef et 1 en pointe ; au trois, de gueules, au pélican de sinople en sa piété, à la bordure componée de sinople et d’azur ; au quatre, de même que le 2 ; au cinq, de gueules, à 3 fleurs de lis en fasce, une tour d’argent maçonnée de sable et donjonnée du même, en chef une cannette d’or repose sur une placette du même ; au six, de sinople à 5 étoiles d’argent, 2, 1 et 2 ; au sept, de même qu’au 1 ; au huit et dernier, coupé : au 1, d’azur à 1 tour d’argent surmontée de 3 étoiles du même mise en fasces ; au 2, de sinople, au taureau d’argent » []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.