La vida de Savary de Mauléon dans le chansonnier provençal I (BnF ms.fr. 854, f° 152r)

Au sein de la littérature médiévale de langue d’oc, la vida est un texte en prose racontant la vie d’un troubadour. La majorité de ces œuvres fut rédigée au XIIIe siècle, après l’apogée de la littérature occitane. Nombre d’entre elles ont été copiées dans les manuscrits dits « chansonniers provençaux ». Ces compilations de lyrique occitane, dont une grande partie est conservée au département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, furent pour la plupart composées en Italie du Nord au XIIIe siècle et au XIVe siècle. L’Italie fut en effet la principale terre d’élection des faidits ou « exilés », seigneurs méridionaux, parmi lesquels de nombreux troubadours, qui durent quitter leur terre après la croisade des albigeois. C’est pour cette raison qu’au bas Moyen Âge, l’Italie est devenue le centre de gravité de la littérature de langue d’oc, tant en ce qui concerne la composition que la compilation de textes antérieurs.

Parmi ces recueils, le chansonnier provençal I, probablement réalisé en Vénétie dans le dernier quart du XIIIe siècle1, de même que son « jumeau », le chansonnier provençal K, lui aussi conservé à la BnF.  Au sein des nombreuses vidas et œuvres de troubadours des XIIe et XIIIe siècles, on trouve notamment celle de Savary de Mauléon, seigneur poitevin du XIIIe siècle, sans doute composée par le troubadour Uc de Saint-Circq2.

Savary de Mauléon, né vers 1180 et mort en 1233, est un puissant seigneur poitevin, maître de nombreuses seigneuries, dont celle de Talmont. Il joue un rôle de premier plan dans la vie politique de son époque : vassal du roi d’Angleterre à une époque où le conflit fait rage entre Plantegenêts et Capétiens, il combat alternativement pour l’un puis pour l’autre, à l’image du reste de la noblesse poitevine contemporaine, très indépendante3. C’est toutefois au Plantegenêt qu’il rend hommage le plus souvent, étant à plusieurs reprises nommé sénéchal de Poitou et Gascogne pour le roi d’Angleterre. Il participe aussi à la croisade des Albigeois en 1211, à la rescousse du comte de Toulouse Raimond VI. Il est également troubadour : on lui doit deux partimens4 au sujet de la châtelaine du château de Benauges, en Gascogne, et une cobla5 dédiée à Éléonore de Barcelone, l’épouse de Raimond VI, dans la tradition de la lyrique occitane toute acquise à la fin’amor ou amour courtois. Savary est un seigneur pleinement intégré à la vie culturelle de son époque : le vicomte de Thouars, en Poitou, s’adresse à lui en 1207 par un sirventès6, tout comme le fils de Bertran de Born, le célèbre troubadour limousin ; protecteur des troubadours, on trouve à sa cour Gaucelm Faidit et Uc de la Bacalaria, ainsi que le prévôt de Limoges7.

Comme en témoigne cette vida d’un seigneur poitevin, le Poitou du XIIIe siècle, s’il se trouve en effet entre la zone d’influence des Plantegenêts et des Capétiens, n’est pas moins divers d’un point de vue culturel : la langue vernaculaire est partagée entre le poitevin d’oïl, qui gagne du terrain au cours du Moyen Âge, et l’occitan. Cette dernière langue y est encore au XIIIe siècle celle de la littérature et de la poésie. La cour de Poitiers fut en effet l’un des plus grands foyers de création littéraire d’oc du XIIe siècle, et son prestige rayonne encore sur le Poitou plantegenêt au temps de Savary.

Dans cette vida, Savary fait l’objet d’un portrait stéréotypé de grand baron (avec la liste de ses fiefs) et de parfait chevalier : « rics baros de Peitieu », « Bels cavaliers fo e cortes et enseingnatz e larc sobre totz los larcs », c’est-à-dire large, la largueza étant une des valeurs courtoises cardinales. Tout ceci le place dans une catégorie bien particulière de troubadour. En effet, parmi les nobles auteurs de la lyrique occitane, l’époque fait une distinction de fortune entre les barons et les paubres cavalliers8.

Savary est représenté dans l’initiale du texte ci-dessus (un dialogue poétique avec les troubadours Gaucelm Faidit et Uc de la Bacalaria) à cheval avec lance, écu armorié et heaume, ce qui indique clairement son statut de seigneur combattant, et rappelle par la même occasion ses nombreuses prouesses militaires. L’équipement est un élément important. Par sa richesse ou son indigence, l’illustrateur cherche à distinguer simples chevaliers, châtelains, rois et princes. Savary appartient à la haute noblesse : il porte un heaume, et des armoiries sont représentées sur son écu et sur la housse du cheval. Ces armoiries sont fantaisistes et ne correspondant pas à la réalité : il s’agit de montrer qu’il  a des armes, et de faire la différence avec les paubres cavalliers à l’écu plain. Il faut noter que le soin héraldique augmente avec le rang du personnage : en ce qui concerne les rois et les princes, ce sont leurs véritables armoiries qui sont représentées. De même, le pennon de la lance signifie qu’il s’agit d’un seigneur de châteaux et non d’un vulgaire chevalier.

En somme, la vida et l’enluminure se répondent pour brosser le portrait d’un idéal-type conforme aux critères de la société courtoise. Savary de Mauléon est riche et puissant, mais c’est aussi un chevalier idéal, courtois, prodigue, amant et guerrier, d’après sa vida ; sa représentation symbolique le place d’emblée dans la haute noblesse, celle des barons et des princes.

  1. CAMPS (Jean-Baptiste), Les Manuscrits occitans à la Bibliothèque nationale de France, mémoire pour le diplôme de conservateur des bibliothèques, 2 t. , ENSSIB, 2010, t. 2, p. 8-9 []
  2. CAO CARMICHAËL DE BAGLIE (Martine), « Savary de Mauléon, chevalier troubadour poitevin, traîtrise et société aristocratique », in Le Moyen-Âge, revue d’histoire et de philologie, n°2, 1999, t. CV, p. 290 []
  3. LEDAIN (Bélisaire), « Savary de Mauléon ou la réunion du Poitou à l’unité française », in Mémoires de la société des Antiquaires de l’Ouest, 2e série, t.13, 1891, pp. 19-45 []
  4. Dialogues poétiques []
  5. Poème en une strophe []
  6. Poème satirique ou politique []
  7. CAO CARMICHAËL DE BAGLIE (Martine), op.cit., p. 287-295 []
  8. CAMPS (Jean-Baptiste), « Peirols si fo uns paubres cavalliers, lire les troubadours dans les chansonniers A, I et K », in Medioevo Romanzo, 2012, 36 (2), p. 310-347 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.