Compte rendu de l’Arkhéoconf “Il faut sauver le soldat Hinard : une enquête archéologique” par Martin Jaillet

Martin Jaillet, doctorant de l’EPHE, est venu présenter un travail collectif de recherche et d’édition d’une correspondance complète d’un soldat du Premier Empire, pour la 1e mini-Arkhéoconf d’ArkhéoPSL (club d’archéologie de PSL).


Un corpus inattendu

C’est par une découverte fortuite que cette grande enquête sur un soldat de la Grande Armée a commencé. En juin 2018 Martin Jaillet s’est rendu compte qu’il avait fait l’acquisition d’un lot de papiers de famille, essentiellement constitué de lettres :

  • 51 lettres écrites par D.-F. Hinard à R. Passelais (1803-1807)
  • 1 lettre de H. Hinard (1877-1954) à sa femme et à son fils du 10/06/1936
  • 1 lettre d’A. Hinard (1912-2010) du 27/06/1936
  • Plusieurs faire-part de décès des années 1950-1960

L’examen matériel des lettres datées de la fin du Consulat et du Premier Empire montre qu’il s’agit de lettre-enveloppes, de quatre pages (dont une pour l’adresse), avec une écriture particulièrement soignée et régulière, généralement cachetées et timbrées. La plupart sont datées, et leur régularité prouve qu’il s’agit bien d’une correspondance suivie (bien qu’à sens unique).

Fig. 1 – Vue d’une lettre, dont l’une des quatre pages mentionne l’adresse (Photo Martin Jaillet).

Trois perspectives

Dès lors se posent trois questions (et se dessinent autant d’axes de recherche) :

  • Qui sont les acteurs impliqués dans ces lettres ? (Biographie)
  • Quelle est leur place dans l’Histoire ? (Histoire militaire, histoire des circulations postales, des sociabilités en contexte conflictuel…)
  • Existe-t-il des descendants ? (Généalogie)

Un travail collectif

Dès l’été 2018 se constitue un groupe de recherche, qui se répartissent les 53 lettres pour les transcrire (selon des normes communes : une version avec l’orthographe originale, et une version modernisée), et rédiger l’apparat critique. Ce travail commun permet notamment, par la superposition des images des fragments de cachets, de reconstituer le cachet utilisé par D.-F. Hinard.

Fig. 2 – Accueil du site « Mémoire des hommes » du Ministère des Armées (en ligne).

Des ressources en ligne

La recherche d’identité est facilitée par la base de données « Mémoire des Hommes » du Ministère des Armées, qui donne accès à des informations essentielles : le prénom (Dominique-François), le régime (40e régiment d’infanterie), le grade (officier) et surtout la date et le lieu de naissance (25 janvier 1780 à Coutances).

Ces deux derniers éléments permettent de chercher des actes dans l’état-civil. Le site des Archives départementales de la Manche, comme la plupart des autres services d’archives, donne accès à l’état-civil en ligne, et si l’acte de naissance n’est pas conservé (les archives ont été partiellement détruites pendant la Deuxième Guerre Mondiale), l’acte de baptême et les tables décennales sont disponibles, ainsi que l’acte de mariage avec Rosalie Passelais le 16 septembre 1799 (elle a 24 ans, et lui 19). Cet acte précise la formation de Dominique-François Hinard : employé au greffe du tribunal civil.

Fig. 3 – Formulaire de recherche dans l’état-civil des Archives départementales de la Manche (en ligne).

Une fin en suspens

La dernière lettre, datée du 7 janvier 1807, laisse les chercheurs sur leur faim, et leurs espoirs : Hinard est-il mort en campagne, ou a-t-il poursuivi sa carrière dans l’armée, à moins qu’il ne soit retourné à Coutances ? Mais un document inattendu révèle une fin prévisible : un acte de décès dressé à Coutances le 27 février 1830 seulement, à l’initiative de Rosalie Passelais, précise que celle-ci apporte un acte de décès du 12 février 1807. Dominique-François Hinard est mort à Varsovie, hôpital de Poniatowsky où il était rentré le 27 janvier, des suites d’une fièvre. Dans sa dernière lettre datée, il annonçait pourtant qu’il venait d’être nommé sous-lieutenant.

Ce décalage de 23 ans pour dresser l’acte de décès pose question, peut-être s’agissait-il d’une démarche administrative (obtention d’une pension ?). Rosalie Passelais est en tout cas décédée le 25 octobre 1850 à 77 ans, en vivant comme couturière-lingère.

Un corpus cohérent et précis, qui ouvre différentes pistes d’analyse

Il n’est pas courant de disposer d’un ensemble de lettres aussi complet, de la première (lors du départ de Coutances) à la dernière (quinze jours avant l’entrée d’Hinard à l’hôpital, et un mois avant sa mort). La deuxième moitié de la correspondance, c’est-à-dire les réponses de Rosalie Passelais, manquent cependant cruellement.

Si cette matière est sensible et intime, et pose la question du rapport entre le chercheur et son sujet, elle se prête également à des analyses plus larges. La précision des lieux et des dates permet ainsi de cartographier les déplacements d’Hinard, mais aussi d’étudier les circulations postales, grâce à l’étude des timbres.

Il est également possible d’étudier la sociabilité de Coutances, qu’Hinard maintient en donnant systématiquement des nouvelles de ses compagnons, présents dans le même régime que lui, mais ne sachant pas tous lire et écrire.

Fig. 4 – Vue d’une lettre, calligraphiée avec soin (Photo Martin Jaillet).

Quel avenir pour cette mémoire ?

Si la recherche des descendants vise à recréer une mémoire familiale, il s’agit surtout de donner une autre dimension à ces textes par leur édition et valorisation, afin d’offrir à un public varié un nouveau témoignage de la vie en campagne entre 1803 et 1807 (descriptions de batailles comme Austerlitz, vie militaire quotidienne, sociabilité entre l’armée et les familles…), qui présente de plus pour l’historien l’intérêt de voir un soldat du rang gravir les échelons. La publication papier, plus difficile, présente des avantages de diffusion et de visibilité, mais la possibilité d’une publication en ligne, avec l’aide de la Fondation Napoléon, garantit l’exhaustivité du texte et facilite les liens vers d’autres ressources.

Une dimension créative est également donnée par un projet envisagé avec l’École Estienne, l’École des arts et industries graphiques (imprimerie, typographie, arts du livre, photographie, design de communication…). Les étudiants pourraient travailler, dans le cadre de leurs travaux annuels, sur des lettres, prises comme objets graphiques (travail sur la calligraphie, la signature, le cachet, le tampon, la tache d’encre, le portrait…).

Quel bilan pour cette aventure en cours ?

En décembre 2019, presque toutes les lettres étaient transcrites, scannées, et dotées d’une version modernisée et d’un apparat critique. Le lot sera à terme versé aux Archives départementales de la Manche, et les projets d’édition avec la Fondation Napoléon et de création avec l’École Estienne sont en cours.

Au 20 février 2020, l’intégralité des lettres a été transcrite !

Cette aventure collective est donc le fruit de la rencontre entre un groupe de recherche (Corentin Hamet, Martin Jaillet Ladislas Latoch, François Mathou, Claire Mercier, Nils Renard, Julie Richard d’Alsace, Clémence Roger) et 3 institutions : les AD de la Manche, l’École Estienne, et la Fondation Napoléon.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.