Mise en ligne et valorisation des thèses d’École des chartes : où en est-on ?

Dans un article précédent, nous présentions les modalités d’accès aux thèses d’École des chartes. Ces conditions de consultation vont très bientôt évoluer grâce aux efforts de la Bibliothèque pour mettre à disposition plus aisément tant les travaux récents que les thèses les plus anciennes1.

Comme nous l’avions déjà mentionné, la typologie des thèses d’École constitue, pour l’heure, une limite à leur diffusion : ni mémoires de master (aujourd’hui archivés dans DUMAS), ni thèses de doctorat (archivés dans HAL), ces travaux passent sous le radar des dispositifs nationaux d’archives ouvertes. Ils représentent pourtant une manne non négligeable à exploiter pour la communauté scientifique : depuis 1849, 2 864 thèses ont été soutenues.

Logo-HAL

En coopération avec le Centre Jean-Mabillon, l’Urfist de Paris, le CTHS, mais aussi avec les Archives nationales, la Bibliothèque est actuellement engagée sur plusieurs chantiers, comme celle d’une archive ouverte institutionnelle. Cela consistera, pour l’année 2020, en deux portails, un portail HAL-ENC, permettant le dépôt de tout type de production scientifique réalisée à l’École des chartes, l’autre en un portail d’accès dédié exclusivement aux thèses d’École.

Le dépôt des thèses dans HAL

Le portail HAL-ENC a vocation à rassembler en un portail institutionnel la production scientifique de l’École, du centre Jean-Mabillon, ainsi que de l’Urfist de Paris et du Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS). Déjà alimenté par cette communauté, ce portail peut maintenant recevoir les thèses d’École, typologie récemment ajoutée au portail. Fruit d’échanges et d’un travail entre la Bibliothèque et le CCSD, opérateur de HAL, sur les métadonnées des thèses d’École des chartes, le dépôt, bien qu’exclusif à ce portail institutionnel2, devient enfin possible.

Le Conseil scientifique de l’Enc de juillet 2019 a d’ailleurs pris la décision de rendre obligatoire le dépôt électronique des thèses soutenues en 2020, coexistant pour l’heure avec un dépôt papier. Cette mesure a également été proposée à titre transitoire aux archivistes paléographes de la promotion 2019. Pour accompagner cette évolution, l’équipe de la Bibliothèque a ainsi proposé des séances d’accompagnement au dépôt électronique, dans le cadre de l’Open Access Week 2019, qui auront vocation à être réitérées. Si ces décisions s’appliquent en premier lieu aux promotions actuellement à l’École, un dépôt rétrospectif sera désormais également possible par les auteurs des promotions antérieures, que l’on encourage à prendre contact avec la bibliothèque s’ils veulent un accompagnement à la démarche de dépôt.

Le choix de la diffusion des travaux, comme dans tout dépôt sur une archive ouverte, reste évidemment celui des auteurs : allant de la consultation d’une version numérique in situ à la bibliothèque ou à distance depuis un intranet, à la diffusion en ouverte, en passant par une possibilité d’embargo d’une durée définie.

La valorisation des thèses dans un portail dédié

Outre le dépôt et l’archivage des thèses, l’autre enjeu est celui de leur valorisation. C’est l’objectif du deuxième portail que prépare la bibliothèque, en lien avec la mission Projets numériques, le service de la communication et les Éditions de l’École. Un effort important a été réalisé sur les thèses anciennes : ce sont ainsi 350 travaux qui ont fait l’objet d’une numérisation en 2019, par le biais notamment d’un financement du pôle Ressources et savoirs l’Université PSL, dans le cadre d’un marché collectif de numérisation des thèses dans les différents établissements membres. Les thèses « anciennes » ne représentent cependant qu’une petite part du corpus numérisé – un quart du total –, la majorité étant constituée des thèses produites entre 1961 et 2000, pour lesquelles les autorisations des auteurs ont été obtenues.

Les positions de thèse, publiées ont quant à elles été numérisées en 2018. Les chercheurs pourront par exemple découvrir des thèses prestigieuses, comme celle de Léopold Delisle3.

L’objectif est de mettre en lien sur une même plateforme la thèse, document initial, et les publications qui en sont dérivées, ce qui permettrait de donner accès à des ensembles documentaires riches.

Alors que se prépare le bicentenaire de l’École, pour l’année 2021, ces projets permettront tant d’offrir aux chercheurs un accès à des travaux anciens, ayant un intérêt historiographique et, pour certains une valeur patrimoniale, que d’améliorer la visibilité des travaux plus récents.

  1. Je remercie Mesdames Camille Dégez-Selves, directrice de la bibliothèque, et Amandine Postec, adjointe de la directrice,  de m’avoir reçue afin de mettre à jour ces renseignements sur les thèses []
  2. Les thèses ne seront donc pas signalées dans le portail général de HAL. []
  3. Léopold Delisle, Essai sur les revenus publics en Normandie au XIIe siècle, 1849 []

Une réflexion sur « Mise en ligne et valorisation des thèses d’École des chartes : où en est-on ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.