Représenter l’arbre dans les herbiers : l’exemple du gattilier

Le Moyen Âge nous a légué de nombreux herbiers enluminés, réalisés pour la plupart aux XIVe et XVe siècles. Ces manuscrits sont parsemés de centaines d’illustrations de plantes et sont une source privilégiée pour l’historien de la botanique.

Les savants médiévaux mènent une réflexion approfondie sur les catégories du monde végétal. L’agnus castus (Vitex Agnus Castus selon la nomenclature de Linné, gattilier en français moderne) en est un bon exemple. Il s’agit d’un arbuste pouvant atteindre des tailles très variables et qui pousse surtout à la faveur du climat méditerranéen. Ses fleurs, bien reconnaissables, forment des épis bleu violacé ou rose. L’identité de cette plante varie beaucoup d’un texte à l’autre : certains encyclopédistes la qualifient d’herbe, d’autres d’arbre, d’arbrisseau, de « petit arbret », ou de « plante qui est de la grandeur des arbres… ». Les autorités antiques elles-mêmes ne sont guère déterminées sur la nomenclature à associer à ce végétal, ce qui laisse une certaine liberté d’interprétation aux compilateurs médiévaux.

L’iconographie botanique relaie les hésitations terminologiques concernant cette plante. L’agnus castus est souvent représenté comme une plante herbacée (figure 1), de petite taille, ramifiée dès la base : c’est le modèle dominant. Cependant, d’autres manuscrits donnent à voir une image bien différente de cette plante (figure 2) : elle peut être représentée comme un arbre, au tronc bien apparent et planté en terre. L’iconographie scientifique n’est donc pas toujours tributaire de modèles antérieurs, mais s’attache à mettre en place des solutions qui lui sont propres pour ordonner le monde végétal.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.