Le retour des « fonds de Moscou » en France

Les Presses universitaires de Rennes et le Service historique de la Défense ont publié en 2019 un ouvrage consacré aux archives françaises désignées sous le nom des « fonds de Moscou ». Il s’agit de sept km d’archives saisies en France durant la Seconde Guerre mondiale par l’Allemagne nazie, puis par les armées soviétiques, et conservées en URSS pendant près de quarante ans. Leur restitution et leur rapatriement en France se sont étalés sur plusieurs années, entre 1991 à 1998, à cause de différentes péripéties, coups d’arrêt et reprises. Les auteurs de cette synthèse sont autant des archivistes que des historiens, ce qui rend leurs contributions croisées d’autant plus intéressantes pour apporter un éclairage neuf sur les conditions de saisie et de traitement par les autorités allemandes et russes, et surtout sur les choix de traitement effectués par les autorités françaises à leur retour.


La première partie traite du retour et du traitement des archives rapatriées de Russie et introduit le sujet par le témoignage de Monique de Nomazy, conservateur du patrimoine en poste à l’époque, qui éclaire le rôle du ministère des Affaires étrangères dans le rapatriement des archives de Moscou. Le Service historique de la Défense (SHD) a été le principal bénéficiaire de ces retours. En effet, sur les 7 km d’archives saisies, 3 lui ont été restitués. Cette masse énorme, ayant entraîné un doublement du volume des archives conservées par l’armée de Terre, a posé de nombreux problèmes aux archivistes. Leur rapatriement s’est effectué en deux fois, d’où le nom de Moscou I pour désigner l’arrivage de 1993-1994, et de Moscou II pour l’arrivage de 1999-2000. Le pari retenu par les archivistes fut de traiter ces fonds comme des versements ordinaires, et donc d’y effectuer des tris et des éliminations : 1 kml a donc été éliminé, soit un tiers des fonds militaires provenant de Russie. Thierry Sarmant explique ce choix en raison des contraintes matérielles (stockage et main d’œuvre) et du choix de privilégier des matériaux à fort contenu historique pour les chercheurs.

Toutefois, les fonds de Moscou ne sont pas le premier cas de restitution d‘archives de la Russie à la France : une première restitution eut lieu en 1966, concernant quatre fonds d’archives privées relatifs à la résistance (ceux d’André Maurois, de Julien Cain, de Bernard Lavergne et d’Edmond Vermeil). Une autre restitution eut lieu en 1969, celle des fonds des postes diplomatiques et consulaires français antérieurs à 1919, comme l’explique Berangère Fourquaux. Enfin, en 1976 et 1979, le ministère des Affaires étrangères récupéra des archives emportées par les nazis et restées en Pologne, un fonds géographique ancien et des fragments de correspondance politique. En 1992, la Russie remit quatre fonds de représentations françaises en Russie antérieurs à 1919 (ambassade de Saint-Pétersbourg, consulat de Kiev, consulat de Saint-Pétersbourg et consulat de Tflis). Le développement s’attarde sur le traitement archivistique reçu par les archives lors de leur séjour à Moscou, dont elles portent encore la trace. Le tableau récapitulatif des archives des postes français en Russie antérieures à 1924 rapatriées depuis 1919 présenté en annexe est d’une grande utilité.

La deuxième partie concerne les archives du renseignement et de la surveillance, principales composantes des fonds de Moscou. Parmi celles-ci, les archives de la direction de la Sûreté constituaient les trésors de guerre conservés entre 1945 et 1994 aux Archives spéciales centrales d’État à Moscou, représentant 10 000 cartons, soit 2,5 kml d’archives produites entre 1880 et 1940. Ces archives du Ministère de l’Intérieur arrivèrent au Centre des archives contemporaines de Fontainebleau où le directeur, Gérard Naud, fit le choix de conserver l’état matériel des fonds afin de respecter leur histoire mouvementée. Aucune entreprise de reclassement ou d’élimination ne donc fut faîte, contrairement au Service historique de l’Armée de Terre. Une traduction et un microfilmage des inventaires russes, un récolement général et un tableau de concordance avec les cotes françaises furent réalisés. Le travail de reprise des inventaires fut nécessaire car la description des archivistes russes étaient très superficielles et ne détaillait que le contenu des premiers documents sans faire une synthèse du dossier. De plus, elle ne correspondait pas aux nouvelles normes internationales de description, nouvellement en vigueur au cours des années 1990, et certains termes étaient trop marqués par l’idéologie soviétique. Gérard Naud entama également une procédure de dérogation pour permettre la communication rapide du fonds, mais celui-ci ne fut ouvert aux chercheurs qu’en 2000, à l’expiration du délai de 60 ans de la loi de 1979. Lors du transfert du fonds de Fontainebleau à Pierrefitte-sur-Seine, les archives de la Sûreté retrouvèrent les fonds non spoliés et demeurés en France. Mais aucune fusion ne fut ordonnée, chacun des deux fonds gardant son état propre. En compensation, fut entrepris la rédaction d’un instrument de recherche commun, un inventaire méthodique, dans le cadre du Projet scientifique, culturel et éducatif des Archives nationales en 2013, publié en 2014. La grande particularité de ce fonds de la Sûreté est d’être constitué de documents qui auraient été détruits réglementairement s’ils avaient été collectés dans des conditions normales, l’échantillonnage étant prescris pour cette typologie que sont les dossiers individuels. Il s’agit donc d’un « fossile archivistique » selon les mots de Gérard Naud. Paradoxalement, le fichier central est ainsi un contre-exemple de fonds d’archives conservé dans son intégralité grâce à la guerre, et non pas détruit.

À la suite du chapitre sur leur traitement, Jean Vigreux, professeur d’histoire contemporaine de l’Université Bourgogne Franche-Comté, présente un projet de valorisation qu’il a mené sur ces archives : le projet Paprika@2F (Portail Archives Politiques Recherches Indexation du Kominterm et des Fonds Français) en collaboration avec le département de la Justice et de l’Intérieur des Archives nationales. Il constitue un outil d’accès aux inventaires de fonds éparpillés dans plusieurs lieux de conservation des archives de l’Internationale communiste, avec une documentation numérisée (la presse), en ligne depuis 20161. Ce projet a permis à trois étudiants de poursuivre leurs recherches dans le cadre d’une thèse de doctorat et de procéder à un renouvellement des connaissances sur l’histoire politique de l’entre-deux-guerres.

D’autres fonds importants des archives du renseignement firent partie des archives saisies puis rapatriées :
– celui de la Préfecture de police de Paris (compris entre 1871 et 1942) dont Pascale Étiennette, conservateur en chef du patrimoine, raconte les nombreuses péripéties. En prévision de l’avancée allemande, le préfet de police Roger Langeron fit procéder au déménagement des cartons d’archives vers plusieurs endroits éloignés de la capitale : les dossiers des directions administratives vers Saintes en camion, les dossiers des renseignements généraux et de la police des étrangers vers Nevers par deux péniches. La première péniche se saborda avant de tomber aux mains des Allemands. Mais elle fut rapidement renflouée et les dossiers mis à sécher dans une papèterie, les documents irrécupérables réduits en pâte à papier. Au bout d’un mois, les dossiers furent reconstitués et renvoyés à Paris. La seconde fut interceptée par les Allemands qui renvoyèrent les dossiers à Paris où ils subirent les affres de l’humidité. Les archives furent alors mises à sécher et recopier : cela représentait un million de dossiers et trois millions de fiches. Elles furent ensuite acheminées en Allemagne pour y être traitées par l’administration. En 1945, les cartons furent pris par les Soviétiques qui les envoyèrent à Moscou où ils restèrent jusqu’en 2000, date de leur retour au sein des archives de la Préfecture de police.

– celui des Renseignements généraux qui, à son retour à Paris, fut reclassé et réintégré dans les fonds déjà conservés par le service, en retirant tout élément d’identification possible sur leur parcours, et même au sein de dossiers créés postérieurement. De leur côté, les archives du bureau en charge des étrangers de la Direction de la police générale sont constituées des dossiers individuels et d’un fichier. Un dossier individuel est plus particulièrement développé car il concerne une personne célèbre. Il s’agit en l’occurrence de Pablo Picasso dont le dossier fut créé par la police dès son arrivée à Paris en 1901, car elle le surveilla de près en raison de ses supposées sympathies anarchistes. Le dossier révéla une information inédite : la demande de naturalisation que fit l’artiste en avril 1940. Alors que l’enquête conclut à un avis favorable et que sa demande fut signalée au préfet, sa naturalisation ne fut pas accordée et Picasso n’en parla jamais au cours du reste de sa vie.

– celui des services spéciaux englobant les bureaux chargés du renseignement et de la lutte contre l’espionnage ennemi. Après l’armistice, ces services spéciaux n’ont pas été supprimés mais leur activité de renseignement fut interdite pour l’Allemagne et l’Italie. Après la Libération et jusque dans les années 1970, un récit résistancialiste se développa en faisant des agents des renseignements les premiers résistants ayant capturé et exécuté des espions allemands et fourni des renseignements aux alliés. Les activités de contre-espionnage étaient en fait réduites aux activités antiallemandes, alors que les activités des services spéciaux recouvraient également le renseignement des autres pays, le renseignement technique et surtout la surveillance du territoire contre les gaullistes, les communistes, les étrangers. Les archives de Moscou ont permis de remettre en lumière ces activités passées sous silence : ces bureaux donnaient leur avis sur les dossiers de naturalisations, les demandes de passage de la ligne de démarcation, les dénonciations, les écoutes téléphoniques, la surveillance des usines. Ce sont donc des activités de répression politique des personnes jugées hostiles et livrées à la police.

La troisième partie détaille les fonds d’archives privées relatifs au monde politique, syndical et associatif ayant connu les mêmes tumultes archivistiques. Parmi ceux-ci figurent les fonds du Grand Orient de France (fondée en 1773, ce qui fait d’elle la plus ancienne loge existante) et de la Fédération française du Droit humain (fondée en 1893 et la première à avoir initié des femmes). Ces fonds représentent chacun 225 ml et 7,5 ml et ont été tous les deux rapatriés à Paris en 2000. Alors que la Fédération française du Droit humain décida de déposer ses archives aux Archives nationales, ce qui permit un reclassement complet et la rédaction d’un inventaire de recherche, le Grand Orient décida de conserver ses archives en interne et de faire traduire les inventaires russes, ce qui a conduit à laisser ces archives mal classées et mal organisées en raison de leur grande hétérogénéité, d’où une exploitation difficile.

Les archives syndicales de la Confédération générale du travail (CGT) étaient centralisées jusqu’en 1940, date à laquelle elles ont été saisies par les Allemands. Les inventaires russes ont été considérés comme des objets historiques, liés à l’histoire des fonds, et non pas comme des outils archivistiques pertinents pour les archivistes et pour les lecteurs. Tous les fonds n’ont pas encore été classés et inventoriés. Ce travail encore à faire promet de belles perspectives de renouvellement historiographique des mouvements syndicalistes du XXe siècle autour des thèmes du tourisme et vacances, de la prévention des maladies professionnelles, de l’éducation ouvrière, de l’accueil des enfants d’Espagne, ainsi que de l’engagement des femmes. Toutefois certaines limites sont apparues : les archives présentent des manques au cours des années 1920, sous-représentées, ainsi que pour les événements de mai-juin 1936. Elles sont désormais conservées par l’Institut CGT d’histoire sociale, association loi 1901 fondée en 1982, responsable des archives de la confédération CGT et de ses fédérations.

Deux personnalités importantes de l’entre-deux-guerres ont vu leurs archives confisquées par les Allemands, puis par les Russes : celles de la militante Cécile Brunschvicg (1877-1946) et celles de l’homme politique Léon Blum (1872-1950). Aujourd’hui conservées au Centre des archives du féminisme d’Angers, les archives de Cécile Brunschvicg représentent 10 ml de documents s’étalant des années 1890 à 1940. Il s’agit d’un fonds à la typologie documentaire variée et aux natures d’archives différentes : elles sont à la fois des archives personnelles, des archives associatives en raison de l’engagement de Cécile Brunschvicg dans l’Union française pour le suffrage des femmes à partir de 1913, et publiques pour les archives provenant de ses activités de sous-Secrétaire d’État à l’Éducation nationale dans le gouvernement de Léon Blum entre juin 1936 et juin 1937. Il constitue un fonds à la hauteur d’une figure majeure du féminisme français de la première moitié du XXe siècle. De son côté, le fonds Léon Blum a été scindé en deux lieux de conservation entre le Centre d’histoire de Sciences Po depuis 2001, après un dépôt par ses héritiers, et les Archives nationales (570 AP). Ses archives avaient été reclassées une première fois par les Allemands après leur saisie. Le classement des archivistes soviétiques a été conservé en lui apportant quelques corrections : l’inventaire a été traduit, des erreurs de compréhension rectifiées, mais le parti pris a été de garder les « soviétismes ».

La quatrième partie porte un éclairage sur les différentes valorisations dont ont fait l’objet les archives militaires. Deux exemples sont particulièrement développés : celui des archives des constructions navales, et celui des archives des fortifications terrestres et côtières. Les archives des constructions navales étaient conservées en Russie, puis en République démocratique allemande à partir des années 1970. Elles ont été parmi les premières à être rapatriées en France après la chute du mur de Berlin, et sont désormais conservées au Centre des archives de l’armement et du personnel civil de Châtellerault et sur le site du SHD à Vincennes. Ce fonds, baptisé « fonds de Potsdam », représente 143 ml. Il a été reclassé à partir de l’organisation des Allemands et des Soviétiques et les doublons ont été éliminés. Une reprise de l’inventaire a été récemment réalisée pour la mise en conformité avec les normes archivistiques. Parmi les valorisations du fonds figure un usage tout particulier de ces documents sur l’histoire navale : la société de jeu vidéo Wargaming.net a fait numériser une partie des plans de construction à l’usage de son jeu World of Warships.

Le fonds des archives des fortifications terrestres et côtières fit l’objet d’une valorisation plus classique à travers une exposition intitulée « Plans de fortifications de l’espace germanique ou les archives militaires retrouvées, 1698-1870 », organisée au SHD en 2001. L’article 7 de la convention d’armistice franco-allemande du 22 juin 1940 autorisait les Allemands à récupérer les archives concernant toutes les fortifications terrestres et côtières. Les archives de l’inspection générale du génie et du service des matériels de la fortification, du service électromécanique du génie ou de directions subordonnées. Les fortifications concernaient étaient celles des territoires annexés : l’Alsace et la Loraine. Les fonds furent envoyés à Berlin en novembre 1941 et mai 1942. Ces derniers sont constitués de reconnaissances, relevés topographiques, plans de masse, plans de détail, coupes et élévations dont la qualité esthétique est grande.

La valorisation des fonds de Moscou bénéficia également des techniques audiovisuelles. Ils furent en effet le sujet de plusieurs documentaires télévisuels à sujets historiques, connaissant un succès croissant auprès du public. L’ECPAD (Établissement de communication et de production audiovisuelle de la Défense) a réalisé plusieurs de ces documentaires qui laissent une place de choix au témoin dont la parole est devenue la source la plus prisée par le public2.

La cinquième partie s’intéresse à l’autre versant de l’histoire des spoliations, les saisies d’archives allemandes. En effet, en miroir des archives françaises saisies par les Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale se trouvent les archives allemandes conservées dans les services d’archives français. La grande partie des archives allemandes produites au cours de l’Occupation sont conservées au sein du département militaire des Archives fédérales de Fribourg-en-Brisgau. La recherche d’archives allemandes par les Alliés commença dès 1942 afin de documenter les crimes de guerre. À la Libération, les archivistes des Archives nationales trouvèrent des documents dans les principaux lieux de pouvoir allemands situés à Paris. Mais les Allemands avaient préparé l’évacuation des archives les plus importantes dès 1943, craignant un débarquement. L’essentiel des archives était donc situé sur le territoire allemand au moment de la capitulation. Les archives de l’occupation allemande de la France rassemblées à Marbourg et à Cassel ont été rapatriées en France et versées aux Archives nationales en avril 1946. Mais ces documents ne concernaient en réalité que les activités économiques, alors que les archives à caractère politique et militaire avaient déjà été détruites ou étaient aux mains des Américains. En 1956, un chargé de mission du Comité d’histoire de la Seconde Guerre mondiale fut envoyé aux États-Unis afin d’y microfilmer les archives allemandes concernant la France.

À partir des années 1950, le gouvernement allemand de Konrad Adenauer demanda à la France la restitution des archives allemandes saisies par les Alliés à la fin de la guerre. Alors que la France refusa catégoriquement, les États-Unis décidèrent la restitution des archives à partir de 1963. En 2002 furent publiés deux inventaires, l’un en français par les Archives nationales, l’un en allemand par l’Institut historique allemand, pour permettre aux chercheurs d’avoir un aperçu de l’intégralité des fonds restant dispersés. Les Archives nationales conservent toujours une partie importante des archives de l’administration militaire allemande en France. Mais ce n’est pas le seul centre d’archives à en conserver. La dispersion prévaut, ce qui rend la recherche complexe. Un projet d’instrument de recherche permettant une interrogation croisée de l’ensemble de ces fonds conservés en France et en Allemagne est à l’étude par l’Équipe d’accueil histoire, territoire, mémoires de l’Université Caen Normandie et l’Institut historique allemand à Paris. Là est l’intérêt de l’instrument de recherche qu’est le répertoire méthodique qui énumère les articles dans un ordre chronologique ou systématique, indépendamment de l’ordre des cotes, pour permettre une reconstitution intellectuelle des fonds éclatés en plusieurs versements ou entre différentes séries ou différents services.

Parmi les autres fonds d’archives allemandes conservées dans les services français, en l’occurrence au SHD, figurent les archives du commandement militaire allemand en France, celles de la Gestapo de Paris, Marseille et Strasbourg, celles de l’Abwehr (service de renseignement allemand), et celles de l’ambassade d’Allemagne à Paris et du consulat de Marseille. Des conventions de partenariat ont été signées entre des institutions françaises et allemandes après 2013 pour inventorier ces fonds et leur donner davantage de visibilité.

En conclusion, Hélène Servant dresse un bilan et les perspectives de l’histoire des fonds de Moscou vingt ans après leur rapatriement en France. Malgré la richesse des fonds d’archives restitués, un doute subsiste quant à l’intégralité des fonds revenus en France. Par exemple, face au très faible nombre de cartons récupérés par la Préfecture de police, n’y aurait-il pas d’autres documents conservés en Russie ? Parmi les autres fonds d’archives que les conservateurs soupçonnent d’être toujours conservées en Russie figurent des compléments du fonds du Ministère de l’Intérieur, et peut-être de la Ligue des droits de l’homme, en plus des archives « ventilées » par les archivistes russes dans les fonds diplomatiques et militaires, les archives du Parti communiste et le fonds Lénine, au mépris du respect des fonds. Au-delà de ces hypothèses, le retour des fonds de Moscou a marqué indéniablement un moment important de réflexion de l’archivistique française sur ses pratiques, en miroir des méthodes et pratiques archivistiques étrangères, qu’il s’agisse par exemple de la prévalence de la description à l’unité matérielle plutôt qu’à l’unité intellectuelle, ou à propos du reclassement systématique des fonds comme point de passage des documents produits par l’administration au statut de sources historiques pour la recherche. Ces fonds ont été et sont encore l’occasion d’échanges réguliers entre la communauté scientifique et celle des professionnels des archives de différents pays autour de fonds à l’histoire exceptionnelle, ayant connu une extraordinaire pérégrination à travers le continent européen. Ils sont un exemple flagrant des enjeux politiques et symboliques irrémédiablement attachés aux documents d’archives.

Arrivant à la suite d’une bibliographie déjà importante sur le sujet des fonds de Moscou, l’ouvrage constitue un point d’étape dans l’historiographie en ayant le mérite de proposer une véritable histoire archivistique de ces fonds d’archives. On pourrait ainsi seulement regretter l’absence d’un véritable cahier iconographique en plus des quelques photographies noir et blanc intégrées dans le texte (p. 43, 45, 47-48, 90, 93, 96-97 et 128). Des illustrations de meilleure qualité auraient donné une idée plus précise de l’état matériel des archives au moment de leur retour de Russie mais aussi après leur traitement par les archivistes des différentes institutions qui les conservent. De même, il paraît dommageable de ne pas disposer d’un index et d’une bibliographie en fin de volume, qui restent des outils d’une grande utilité pour les chercheurs.

Fonck (Bertrand), Servant (Hélène) et Cœuré (Sophie) (dir.), Les « fonds de Moscou ». Regards sur les archives rapatriées de Russie et les saisies de la Seconde Guerre mondiale, Rennes : Presses universitaires de Rennes et Vincennes : Service historique de la Défense, 2019.

  1. https://anrpaprika.hypotheses.org/ []
  2. Parmi ces documentaires, peut être mentionné celui d’Antoine Lassaigne, réalisé en 2010 en deux parties, intitulé « Carnets volés » : http://www.film-documentaire.fr/4DACTION/w_fiche_film/53433_1 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.