Louis XIV et le masque de fer

À l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine 2019 consacrée au thème « Arts et divertissements », la Bibliothèque de l’École nationale des Chartes a ouvert ses portes en proposant six ouvrages au public. Le troisième article consacré aux collections de la BEC issu de cette série concerne Louis XIV et le Masque de fer, ou Les princes jumeaux de Jérôme Le Grand (1748-1817), publié en 17921. Article rédigé par Lou Delaveau, archiviste paléographe (prom. 2019) et élève conservatrice des bibliothèques.


Fig. 1. Page de titre (f. A1r). La tâche d’encre, indélébile, n’a pas pu être effacée lors de la restauration entreprise par la bibliothèque.

Louis XIV et le Masque de fer est emblématique de la production théâtrale révolutionnaire. En effet, la loi du 13 janvier 1791 lève la censure touchant les spectacles et permet à tout citoyen d’ouvrir un théâtre public. Les salles se multiplient d’autant plus vite que les représentations sont investies d’une mission citoyenne et réputées influencer l’esprit du peuple. Avocat élu député du Tiers aux État généraux de 1789, Jérôme Le Grand est l’auteur de manifestes politiques et de textes administratifs, mais un dramaturge peu prolifique2. Cette pièce est jouée pour la première fois le 24 septembre 1791 à Paris, au Théâtre de Molière3, la première salle ouverte grâce à la nouvelle libéralisation de la vie théâtrale. Le directeur du théâtre, le « patriote » Boursault-Malherbe4 et le libraire parisien Limodin5 seront par ailleurs eux-aussi investis en politique pendant la Révolution. La Bibliothèque de l’École des chartes conserve la deuxième édition de Louis XIV et le Masque de fer (1792). Celle-ci se caractérise par la présence d’un bandeau ornemental représentant une allégorie de la tragédie. La xylographie met notamment en scène des regalia (sceptre et couronne) : ces symboles traditionnels font allusion à la noblesse du genre mais entrent aussi en résonnance avec l’effervescence politique de l’époque.

Fig. 2. Bandeau gravé montrant une allégorie de la tragédie composée d’un putto en pleurs, d’un rideau de théâtre, d’un poignard et d’emblèmes royaux faisant référence au style noble (f. A2r).

La pièce, jouée une trentaine de fois entre 1791 et 1792, présente une variation littéraire autour d’un épisode historique véridique quoique mal connu : l’incarcération pour raison d’État d’un soi-disant prisonnier masqué dont l’existence aurait mis en péril le pouvoir de Louis XIV. Si des œuvres précédentes avaient déjà popularisé ce personnage en croyant y reconnaître un dangereux opposant, un fils bâtard, ou encore un frère cadet illégitime – à l’instar du Siècle de Louis XIV de Voltaire (chapitre 25) – plusieurs publications de la fin du XVIIIe siècle ancrent dans les esprits l’hypothèse d’un frère jumeau, double exact du Roi et victime de la fatalité. Le Grand opte pour ce choix à la mode et le justifie en plaçant en annexe de la pièce une copie d’un mémoire apocryphe investie d’une valeur de preuve.

Fig. 3. Double page d’annexes montrant à gauche les variantes des scènes (p. 40) et à droite la copie d’un extrait de mémoire récemment publié et attribué à Louis-François-Armand de Vignerot Du Plessis, duc de Richelieu (p.41).

Le cadre tragique permet à Le Grand de pointer les dérives de l’absolutisme d’Ancien Régime incarné par le Roi Soleil : pourtant les dilemmes du personnage, déchiré entre son devoir de souverain et l’amour fraternel, nuancent dans un premier temps cet emploi de tyran, interprété à l’époque par le directeur Boursault lui-même. Néanmoins, il ne fait aucun doute que le véritable héros de la pièce est bien le prisonnier, réchappé d’une exécution mais finalement condamné à vie à l’obscurité de sa cellule. L’acte V télescope d’ailleurs les époques en plaçant dans la bouche du personnage un monologue prophétisant la prise de la Bastille (V, 2, p. 33) :

Un jour, quelques Français pleins d’une ardeur guerrière
Franchissant de ce fort l’impuissante barrière […]
Sauront, par les efforts d’un sublime héroïsme
Arborer sur ces murs, remparts du despotisme,
L’étendard de la gloire et de la liberté […].

Fig. 4. Liste des rôles et comédiens. On remarque Boursault, directeur du théâtre Molière, dans le rôle du Roi Soleil (f.A1v).

Au XIXe siècle, l’important développement que consacre Alexandre Dumas au prisonnier dans Le Vicomte de Bragelonne (1847) assure la postérité littéraire du personnage. De nombreux cinéastes s’inspireront du roman pour porter l’épisode du Masque à l’écran. Il est encore possible, aujourd’hui, de visiter l’une des cellules du prisonnier sur l’île Sainte-Marguerite, non loin de Cannes6. Les historiens férus de divertissement et autres curieux pourront enfin tenter d’échapper au triste sort du Masque de fer en jouant à l’un des trois escape games7. dont la trame repose sur cette captivité : ils témoignent du pouvoir de fascination qu’exerce encore cet épisode mystérieux.

Bibliographie sélective

André Tissier, Les spectacles à Paris pendant la Révolution : répertoire analytique, chronologique et bibliographique, I, Genève, Droz, 1992, p. 240-253, not. p. 243, n°1998.
Michèle Sajous D’Oria, « Le répertoire du Théâtre Molière. 11 juin 1791-31 octobre 1791 », Studi Francesi, 169 (LVII | I), 2013, p. 40-56 [version en ligne, URL : http://journals.openedition.org/studifrancesi/3279, § 37-43.
Anissa Bennaili, « La fabrique d’un roi: les représentations de Louis XIV pendant son enfance et sa première jeunesse (1638-1661) » dans La fiction littéraire en France de la Révolution à Alexandre Dumas, [PhD., Mary Immaculate College, University of Limerick] 2016, p. 27-39 [version en ligne, URL : https://dspace.mic.ul.ie/handle/10395/2069.

  1. Bibliothèque de l’École des chartes, 8R248 []
  2. Notice Idref en ligne : https://www.idref.fr/02971327. Tous les liens ont été vérifiés au 20/12/2019. []
  3. L’indication figure sur la page de titre de la première édition (1791), numérisée par la BnF : https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb37239902n. Disponible sur Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k483116. Il ne faut pas confondre ce théâtre avec la Comédie Française : il est situé passage des Nourrices (actuel passage Molière). Le théâtre est fermé une première fois en 1807, définitivement en 1832 et détruit en 1992. []
  4. Notice Data BnF en ligne : https://data.bnf.fr/fr/12462294/jean-francois_boursault-malherbe/. []
  5. Notice Idref en ligne : https://www.idref.fr/071213430. []
  6. .Musée de la mer, Cannes : http://www.cannes.com/fr/culture/musee-de-la-mer/a-voir-au-musee.html []
  7. Escape games (jeux d’évasion immersifs) sur la thématique du Masque de fer au 29/08/2019 : « Le masque de fer » (Captive, à Clichy, https://www.escapegame.fr/clichy/captive/masque-de-fer/) ; « Le secret du masque de fer » (Engrenage Escape game, à Versailles, https://www.escapegame.fr/versailles/engrenage-escape-game/le-secret-du-masque-de-fer/) ; « La prison du Masque de fer » (Planet expérience à Antibes : https://www.escapegame.fr/antibes/planet-experiences/la-prison-du-masque-de-fer/). Notons que deux de ces jeux d’évasion ont un rapport avec le patrimoine local (Versailles, non loin du château et Antibes, non loin de l’île Sainte-Marguerite) []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.