L’avènement des hephtalites et la première diffusion des étriers en fer vers l’Asie centrale 嚈噠的興起鐵馬鐙初傳中亞

Le 4 octobre 2018, Maliya AIHAITI a, dans le cadre des conférences Arkhéo PSL, présenté ses recherches. Cet article est issu de sa conférence. Il a été rédigé par LIN Meicun (林梅村), Professeur à l’Institut d’archéologie et de muséologie de l’Université de Pékin, et Maliya AIHAITI (馬麗亞·艾海提), Doctorante en recherche à l’Institut d’archéologie et de muséologie de l’Université de Pékin, et traduit par Adrien DUPUIS (顔典)


Les Hephtalites (Yeda 嚈噠) et les Xianbei du Liaodong 遼東鮮卑 partagent des origines communes. Ils proviennent des peuples dits Donghu 東胡 et parlent une langue altaïque de branche mongole. Ils se firent connaître des sources occidentales sous le nom de « Hephthalitai »1. À la fin du premier siècle ap. JC, suite à leur défaite contre la coalition formée entre les Han de l’Est et les Xiongnu du Sud, les Xiongnu du Nord se déplacèrent vers l’ouest, en Asie centrale. Les tribus Hephtalites et Xianbei du Liaodong en profitèrent pour migrer vers l’ouest et s’installer dans les steppes du Saibei (actuellement au nord de la Grande Muraille en Mongolie Intérieure). En 126, les huit grandes tribus hephtalites migrèrent des steppes du Saibei au piedmont septentrional des Tianshan. Ils assistèrent les Han de l’Est dans leur contre-attaque contre la tribu Huyan 呼衍 des Xiongnu du Nord aux monts Altaï. Ils étaient alors connus sous le nom de « huit Hua » (Ba Hua 八滑). Au piedmont septentrional des Tianshan, les Hephtalites côtoyèrent longtemps leurs voisins les tribus arrières des Jushi 車師, ce qui amena les chroniques historiques à décrire les Hephtalites comme une « autre sorte de Jushi ». Alors que les forces principales des Hephtalites se soient déplacées à l’ouest, des tribus résiduelles étaient restées dans les steppes du Saibei. Ceux-là étaient devenus, avec les tribus Gaoche 高車 de la vallée Chilechuan 敕勒川 des monts Yangshan 陽山 (actuels monts Daqingshan 大青山 en Mongolie Intérieure), des voisins de longue date, pour cela ils furent désignés dans les chroniques historiques comme une « autre sorte de Gaoche »2 . En 235 les Hephtalites quittèrent le piedmont septentrional des Tianshan pour migrer au sud des Jinshan 金山 (piedmont méridional des Altaï). Vers 460 ils s’imposèrent, depuis les monts Altaï, sur la vallée de l’Oxus (Amu-Daria) en Asie centrale. Étant alors la garde rapprochée du khagan des Rouran, les Hephtalites firent de nombreuses expéditions armées en Asie centrale, ils y prirent le contrôle de la route de la soie. Ainsi, les verres centrasiatiques offerts par les émissaires rouran aux Yan du Nord (Beiyan 北燕) provenaient des Hephtalites. Dans le même temps, au travers du khaganat rouran ou des échanges commerciaux de la route de la soie, ces derniers mirent la main sur les étriers, une invention xianbei. Ceux-ci permirent ainsi de renforcer considérablement la force de frappe de leur cavalerie. Cet article s’appuie sur les découvertes archéologiques et les recherches déjà menées. Il discute des vestiges laissés par les Hephtalites dans les monts Altaï et de la première diffusion des étriers en fer dans les steppes d’Asie centrale.

1. Les vestiges hephtalites au sud des Jinshan (Altaï)

En l’an 235, le Khanat xianbei se disloqua. Les Hephtalites se saisirent de cette occasion pour migrer vers le nord, occuper le sud des Jinshan et réunifier les tribus Xianbei de l’Altaï. Dans le même temps Yiduoza 壹多雜, le souverain des Jushi, unifia le piedmont septentrional des Tianshan pour former les « Six pays au nord des montagnes » (liuguo shanbei 六國山北). Au milieu du IIIe siècle, les Hephtalites fixèrent leur centre aux monts Altaï, et ils s’associèrent au royaume des Jushi des Tianshan pour lancer des campagnes de harcèlement répétées contre les États des oasis du Xiyu 西域 (Territoires occidentaux). En Xianning 咸寧 1 (275), « au 6e mois, (…) Ma Xun 馬循, le commandant responsable des colonies militaires du Xiyu, envoya l’armée contre des Xianbei et les écrasa. Il fit exécuter leur meneur3. » En Xianning 2, « au 7e mois en automne, (…) Aluoduo des Xianbei et d’autres menèrent des pillages aux frontières, et Ma Xun, le commandant responsable des colonies militaires du Xiyu, les réprima. Il fit trancher plus de 4000 têtes et capturer vivant plus de 9000 personnes, et par conséquent il les fit se soumettre4. » Les Hephtalites étant des Yifu-Xianbei 乙弗鮮卑 à l’origine, ils ont pu être ici désignés comme « Xianbei ». Le commandant responsable des colonies militaires du Xiyu avait à charge le royaume « avant » des Jushi de Gaochangbi 高昌壁 (actuelle vieille cité de Gaochang à Tulufan). Ainsi, les « Xianbei » que Ma Xun a soumis devaient être les nomades des steppes des monts Altaï : les Hephtalites.

En l’an Tianxing 天興 5 (402), sous les Wei du Nord, le chef des Xianbei, Shelun 社侖, s’autoproclama Qiudoufa 丘豆伐 khan et écrasa les tribus du Chile (Gaoche). Il finit par atteindre les steppes riches des rivières Orkhon et Tula, et il écrasa les tribus Xiongnu au Nord-Ouest du plateau mongol. Il finit par les annexer et par fonder le Khanat rouran. La « chronique des Ruanruan » (Ruanruan zhuan 蠕蠕傳) du Beishi 北史 nota à propos de la tribu xiongnu des Yu du plateau mongol :

Ils furent finalement fédérés à Shelun (le khagan rouran). Leur appellation était alors celle de « puissants et riches » (qiangsheng 強盛), ils suivent les eaux et les plaines pour faire paître leur bétail. À leur frontière occidentale commence le territoire des Yanqi 焉耆 ; à leur frontière orientale s’ouvre le territoire coréen ; à leur frontière septentrionale il y a, une fois le désert traversé, des étendues vastes et pauvres ; leur frontière méridionale donne sur le grand désert de sable. Ils se réunissent souvent en un grand conseil, au nord de Dunhuang et de Zhangye (actuelle vallée de l’Orkhon en Mongolie). Les petits États souffrent tous de leurs raids et de leurs efforts pour les tenir en état de vassalité.

Comme le fit remarquer Yu Taishan, le passage « territoire des Yanqi » (Yanqi zhi di 焉耆之地) est corrigé dans le douzième chapitre des «  Défenses frontalières » (bianfang shier 邊防十二) du Tongdian 通典 comme « au nord des Yanqi » (Yanqi zhi bei 焉耆之北)5. Les Hephtalites étaient à l’époque l’un de ces petits pays du Xiyu tenus comme des vassaux du Khanat rouran.
Certains chercheurs pensent qu’au début des années 370, les principales forces hephtalites se mirent à migrer depuis les monts Altaï jusqu’à la Transoxiane. En fait les Hephtalites, alors la garde rapprochée des khagan rouran, étaient entrés en conflit avec les États d’Asie centrale : la Sogdiane (Sute 粟特), la Bactriane (Daxia 大夏), les Kiradites (Jiduoluo 寄多羅), la Perse sassanide et d’autres pays. Les principales tribus hephtalites n’avaient à l’époque pas encore migré en Asie centrale. La « biographie des barbares rong du Nord-Ouest » (Xibei zhurong zhuan 西北諸戎傳) dans le Liangshu 梁書 note6 :

Lorsque les Yuan-Wei 元魏 étaient installés au Sanggan 桑乾, les Huayou 滑猶, un petit pays vassal des Ruirui 芮芮 [autre appellation des Rouran], se mirent à gagner un peu en grandeur et en puissance. Ils soumirent les États voisins comme la Perse, le Panpan 盤盤, le Cachemire (Jibin 罽賓), les Yanqi, Qiuci 龜茲, Kashgar (Shule 疏勒), Gumo 姑墨, Khotan (Yutian 于闐), Qupan 句盤 et bien d’autres. Ils étendirent ainsi leur territoire de plus de mille li.

« Lorsque les Yuan-Wei étaient installés au Sanggan » désigne ici la période à laquelle les Wei du Nord avaient établi Pingcheng 平城 comme capitale (actuelle Datong au Shanxi, de 398 à 494). Il est donc évident que les tribus hephtalites du Ve siècle, qui nomadisaient dans les Altaï, était l’un des petits royaumes vassaux du Khanat rouran.
À partir de la migration des Turks Ashina 阿史那 vers l’ancien territoire hephtalite des monts Altaï, il n’est pas difficile de déterminer spécifiquement la période à laquelle les Hephtalites ont migré en Asie centrale. La « biographie des Turks » (Tujue zhuan 突厥傳) du Beishi indique7 :

Les Turks sont issus du métissage des barbares hu 胡 de Pingliang 平涼, leur nom xing 姓 est Ashina. Lorsque l’empereur Taiwu des Wei 魏太武 anéantit les Qushi 渠氏, les Ashina prirent cinq cent foyers et passèrent aux Ruanruan (Rouran). Ils se fixèrent au sud des Jinshan et devinrent forgerons au service des Ruanruan. Parce que les Jinshan ressemblent à des barbutes (doumou 兜鍪), la coutume a fait de « barbutes » une appellation des Turks, c’est pour cette raison qu’ils sont ainsi désignés.

C’est en Tianyan 天延 5 (439) que l’empereur Taiwu des Wei anéantit les Liang du Nord et les Qushi. Après la chute des Liang du Nord, les hommes restants établirent un royaume des Liang du Nord de Gaochang (Gaochang Beiliang 高昌北涼) dans le bassin de Turfan. Celui-ci subsista jusqu’à l’an Heping 和平 1 (460) des Wei du Nord, année où le Khanat rouran l’anéantit. Tout cela indique clairement que les Hephtalites ont migré vers l’Oxus aux alentours de l’an 460. Après que les Rouran aient anéanti le royaume des Liang du Nord de Gaochang, les Ashina du piedmont septentrional des Tianshan menèrent cinq cent foyers et se joignirent au Khanat rouran, ils s’établirent directement au sud des Jinshan, dans l’ancien territoire des Hephtalites, devenant ainsi les « esclaves-forgerons » (duannu 鍛奴) du khagan rouran.

Au 11e mois de l’année Tianan 天安 2, « les Hephtalites et le pays de Pulan 普嵐 (également transcrit « Fulin » 拂菻, i.e. l’Empire romain d’Orient) furent reçus en audience par l’empereur8. » Ce fut la première fois que les Hephtalites présentèrent le tribut à la cour, ce qui marqua également le début de leurs échanges avec les royaumes de la Plaine centrale. À ce moment-là, les plus puissantes tribus hephtalites avaient déjà migré en Transoxiane et contrôlaient le Tokharistan9. Par conséquent, la migration des Hephtalites, depuis l’Altaï jusqu’en Asie centrale, doit dater d’avant 456. Depuis leur déplacement vers le nord, aux monts Altaï en l’an Qinglong 青龍 3 (235) des Cao-Wei 曹魏, jusqu’à leur migration vers le Tokharistan en l’an Heping 1 des Wei du Nord, les Hephtalites se développèrent et prospérèrent pendant 221 années dans les Altaï. Ils ont nécessairement laissé à cet endroit les reliques de leur culture.

La tombe à fosse verticale contenant un cercueil en bois, mis au jour en 2006 par les fouilles du Centre de recherches patrimoniales et archéologiques du Xinjiang (Xinjiang wenwu kaogu yanjiusuo 新疆文物考古研究所) au cimetière de Suke’erte 塑柯爾特, dans le comté de Fuyun 富蘊, correspond à un ancien tombeau hephtalite (fig. 1). La forme et le mobilier funéraire de cette tombe suivent le même schéma que celles des tombes hephtalites découvertes au piedmont septentrional des Tianshan. Il convient de remarquer que les fosses étaient pour la plupart destinées aux chevaux sacrifiés, et que les harnachements adoptés étaient en fer forgé. Ils étaient tout à fait différents des étriers de fer forgé adoptés par les Turks, qui sont en forme de « 8 »10 . Par ailleurs, quelques artefacts hephtalites ont été découverts au piedmont méridional des monts Altaï. À Fuyun ont été mis au jour une marmite de bronze à anses latérales (fig. 2. A) et une lance en fer, s’ajoutent à cela une épée en fer et des étriers de fer forgé à manche droit (fig. 2. B) découverts à Chaganguoleng 查乾郭楞, dans le comté de Qinghe 青河11. En 1965, à Xiguan Yingzi 西官營子, dans le comté de Beipiao 北票 au Liaoning, fut découverte la tombe de Feng Sufu 馮素弗, datée de l’an Taiping 太平 7 (415) des Yan du Nord (Beiyan 北燕). Le mobilier funéraire comprenait une marmite de bronze à anses (fig. 2. D), les ornements d’une coiffe jinbuyao 金步搖, des étriers en bois à manche droit cerclés de cuivre doré, des objets en verre occidental, entre autres 470 autres artefacts. Les étriers en bois à manche droit recouverts d’une couche d’or et de cuivre retrouvés dans la tombe de Feng Sufu (fig. 2. E) ont une hauteur de 23 cm et sont larges de 16,8 cm. Ils sont les plus anciens exemplaires physiques d’étriers connus au monde12.

Fig. 1 : Tombe hephtalite du cimetière de Suke’erte (Fuyun, Xinjiang)

Par ailleurs, nous avons remarqué la découverte, dans le Territoire de l’Altaï, une plaque décorative en bronze en forme de cheval tenant un cerf sur son dos et sans monture quadrangulaire (fig. 2. C). Son style est semblable aux plaques à décor de cheval en bronze ou en or des Xianbei (fig. 2. F)13. Suivant les investigations de Lin Yun, enseignant à l’Université du Jilin, ils étaient des ornements cousus sur les vêtements, spécifiques des populations xianbei à une période située entre la fin des Han de l’Est et l’époque des Wei et des Jin14. Si on suit cette supposition, alors les plaques d’ornement décorées d’animaux dans le style xianbei découvertes dans les Altaï seraient des reliques des Hephtalites. Les chercheurs ont également remarqué que ces plaques d’ornement avec décor chevalin, en bronze ou en or, correspondaient aux modèles de la culture xianbei15. Ce qu’il faut en conclure est que cette sorte de plaque ornementale fut diffusée dans les Altaï, devenant l’un des ornements de bronzes préférés des Hephtalites.

Fig. 2 : Reliques hephtalites découvertes dans les monts Altaï et mobilier funéraire de style xianbei découvert dans la tombe de Feng Sufu

2. Les objets en verre d’Asie centrale de la tombe de Feng Sufu

Les Yan du Nord comptent parmi les « Seize royaumes des Cinq barbares hu » (wuhu shiliuguo 五胡十六國), en 407 le Murong-Xianbei 慕容鮮卑 Feng Ba 馮跋 mit un terme à la dynastie des Yan postérieurs (Houyan 後燕) et fonda la sienne, installant sa capitale à Longcheng 龍城 (actuelle Chaoyang, au Liaoning). En 436 ils furent anéantis par les Wei du Nord. Les Yan du Nord et les Wei du Nord étant ennemis mortels, les émissaires des premiers, pour rejoindre les États du Xiyu, étaient donc contraints de traverser le plateau mongol du Khanat rouran et les steppes centrasiatiques des Hephtalites. À propos des relations entretenues entre ces derniers et les Yan du Nord, les sources transmises ne donnent aucune information. Cependant, elles ont retenu que les Rouran étaient entrés à trois reprises en contact avec les Yan du Nord16. La première d’entre-elles se produisit peu après la montée sur le trône du khagan Hulü 斛律 des Rouran, il envoya en 411 des émissaires aux Yan du Nord pour proposer un mariage. Cependant, Feng Sufu duc du Liaoxi 遼西公 s’opposa à une union matrimoniale, c’est pourquoi les émissaires rouran apportèrent de nombreux présents pour gagner les faveurs du grand ministre17. La deuxième fois fut lorsque Hulü khagan désira donner sa fille en mariage à Feng Ba (414), son fils aîné Buluzhen 步鹿真 et le grand ministre Shuli 樹黎 préparèrent un complot pour y exiler le père et la fille. Buluzhen s’autoproclama alors khagan et toute la famille de Hulü arriva chez les Yan du Nord. Plus tard il demanda à revenir en son pays, mais il fut assassiné à mi-chemin, sur le retour18. La troisième fois se produisit lors du règne du khagan rouran Datan 大檀 (414-429), quand il envoya 3 000 chevaux et 10 000 moutons aux Yan du Nord19. Les objets occidentaux en verre retrouvés dans la tombe de Feng Sufu sont donc des cadeaux amenés par les émissaires rouran.

An Jiayao, du Centre de recherche archéologique de l’Institut chinois des Sciences sociales (Zhongguo shehui kexueyuan 中國社會科學院), a déjà écrit deux articles à propos des verres de la tombe de Feng Sufu. Elle écrit, dans son article « Zhongguo de zaoqi boli qimin » (Les premières verreries de Chine), que « parmi les cinq objets en verre découverts dans la tombe de Feng Sufu, les analyses sur leur composition chimique ont seulement été réalisées sur les bols rapiécés, qui sont en verre sodocalcique. Leur composition basique est semblable à celle des verres romains, à l’exception d’un taux plus élevé de potassium et de magnésium. En somme, ces cinq objets en verre pourraient être des verres provenant de l’Empire romain, déterminer leur lieu de production exact demande une recherche plus approfondie20. » Pour écrire son article dans l’ouvrage Beiyan Feng Sufu mu fajue baogao, An Jiayao dût procéder à une nouvelle expertise sur ces objets en verre. Elle fit pour sa recherche une comparaison avec les verres romains et se rendit compte que les techniques ayant permis de les fabriquer étaient similaires. Les deux étaient produits par soufflage sans moule, à travers l’adoption du soufflet en fer et du pontil, permettant de leur donner une forme circulaire de l’intérieur à travers l’ouverture. Ces techniques étaient toutes fréquemment utilisées par les verriers de l’Empire romain. La façon dont la pièce de verrerie en forme de canard a été décorée l’est également. D’après les mesures réalisées à la sonde électronique au Centre de recherche sur les métaux de l’Institut chinois des sciences (Zhongguo kexueyuan jinshu yanjiusuo 中國科學院金屬研究所), ces quelques artefacts étaient tous faits de verre sodocalcique normaux. Ils sont donc classifiables comme verres romains, très probablement produits dans le nord-est de l’empire21.

Des académiciens internationaux se sont appuyés sur les analyses chimiques pour diviser les verreries anciennes, occidentales comme orientales, en trois grandes catégories : les verres sodocalciques (nagai boli 鈉鈣玻璃), les verres de plomb et baryum (qianbei boli 鉛鋇玻璃) et les verres de potassium et calcium (jiagai boli 鉀鈣玻璃). Les verres sodocalciques peuvent encore être séparés en deux sous-catégories selon le fondant utilisé : les cendres végétales et le carbonate de sodium (ou natron). Le fondant pour la verrerie « à cendres végétales » utilise le plus souvent les dépôts résultant de la combustion de plantes. Son utilisation commença lors de l’Âge du bronze tardif en Égypte et en Mésopotamie, puis plus tard après l’avènement du royaume des Parthes et des Sassanides, et ensuite au sein des empires arabes. C’est en Asie centrale que les cendres végétales étaient utilisées dans la verrerie, le taux dioxyde de potassium (K2O) y était différent de celui des verres produits suivant ce même procédé chez les Sassanides et dans le monde islamique. Du côté romain, la composition chimique des verres produits dans le bassin méditerranéen était très homogène, l’emploi du carbonate de calcium y occupait une place prépondérante22. La verrerie en calcium-potassium était répandue en Inde ancienne, mais elle était également fondue dans les Guangdong, Guangxi et Jiaozhi 交趾 (actuellement le nord du Vietnam) du temps des Han. Le rapport entre les verreries de ces régions et de l’Inde ancienne n’est pour le moment pas encore établi avec clarté23. La verrerie chinoise et les verres sodocalciques d’Occident utilisaient des fondants différents. La première utilisait une technique de fabrication des verres avec du plomb et du baryum. Cela fut la cause du manque de transparence de leurs verres, ces derniers sont traditionnellement appelés liaoqi 料器24.

En 2005, paraissait à Shanghai l’ouvrage intitulé Zhongguo gudai boli jishu de fazhan 中國古代玻璃技術的發展 (L’avènement de la verrerie en Chine ancienne), rédigé principalement par l’académicien Gan Fuxi 乾福熹. Les données résultant des analyses chimiques effectuées sur la verrerie de la Chine ancienne publiés dans ce livre montrent que les bols de couleur vert clair découverts dans la tombe de Feng Sufu (fig. 3. C) ne sont pas comme les verres fabriqués avec du carbonate de sodium dans l’Empire romain, mais bien des verres centrasiatiques utilisant des cendres végétales25. En 2015 parut à Beijing le rapport complet des fouilles archéologiques entreprises pour la tombe de Feng Sufu, y fut publié un rapport donnant les résultats des analyses chimiques menés sur tous les verres trouvés dans la tombe. Suivant les données des analyses fournis, quatre pièces du mobilier funéraire en verre présentent un taux de dioxyde de calcium situé entre 4 et 10%26. Selon les recherches de Robert Brill, spécialiste de la verrerie ancienne au Corning Museum of Glass (États-Unis), les verres dont les analyses relèvent de tels taux sont les verres « à cendre végétale » centrasiatiques27. Il est donc maintenant connu que les verres de la tombe de Feng Sufu ne sont pas, comme on le pensait autrefois, d’origine romaine. Les analyses montrent que cette verrerie occidentale a été fabriquée entièrement en Asie centrale, et il est manifeste qu’ils aient été introduits dans le Khanat rouran par les Hephtalites, puis qu’ils avaient été offerts en cadeau par les diplomates rouran aux Yan du Nord.

Fig. 3 : Verres centrasiatiques « à la cendre végétale » mis au jour dans la tombe de Feng Sufu

3. Les étriers en fer hephtalites découverts dans la steppe centrasiatique

Après que les émissaires rouran aient fait parvenir les verres d’Asie centrale aux Yan du Nord, ces derniers offraient en retour pour le khagan les étriers en fer et les chaudrons de bronze aux pieds ronds chantournés, inventions des Xianbei, et autres. Tout comme l’avait indiqué Lynn White Jr., les étriers avaient été l’une de ces inventions qui firent entrer la civilisation humaine dans une ère nouvelle28.
En 2001 la chercheuse Wang Tieying 王鐵英 rédigea l’article « Madeng de qiyuan » 馬鐙的起源 (L’apparition des étriers), ce fut la première fois qu’une recherche fut menée sur un corpus de plusieurs centaines d’étriers découverts à travers toute l’Eurasie. Elle les classa, pour une période comprise entre le IVe et le XIIIe siècle, en quatre catégories : les étriers à manche droit (zhibing hengchuan xing madeng 直柄横穿形馬鐙), les étriers en pot (hudeng 壺鐙), les étriers à manche en « T » (T xing bing jinshu madeng T形柄金屬馬鐙) et les étriers en « 8 » (8 zi xing madeng 8字形馬鐙). Bien que ces quatre formes ne soient pas sans rapport l’une à l’autre, leur dispersion montre clairement qu’elles étaient chacune spécifiques à un territoire. Wang Tieying pense que, même si les étriers de monte (d’un seul côté du cheval), ou proto-étriers, ont été inventés très tôt, on ne pouvait pas les utiliser pour cavaler. Ils ne rentrent donc pas dans la catégorie des étriers au sens propre du terme et donc y être associés dans l’analyse29. Après elle, Chen Ling 陳凌 et Tian Likun 田立坤 se chargèrent d’approfondir de manière exhaustive les analyses historiques sur l’apparition des étriers à travers leurs articles30.

De ce que nous savons jusqu’à présent, c’est la catégorie des étriers à manche droit qui, parmi les quatre autres recensées est apparue la première. C’est le cas des étriers de bois cerclés de cuivre doré (liujin tongpi muxin madeng 鎏金銅皮木芯馬鐙) de la tombe de Feng Sufu (fig. 4. A) et de ceux découverts dans la tombe korguyo n°96 du site de Qixingshan à Ji’an, actuellement conservés au Musée national de Chine (fig. 4. B)31. Cependant ces étriers pourraient être des objets dédiés au mobilier funéraire, et non pas des objets réellement utilisables. Les plus anciens étriers fonctionnels connus à ce jour ont été découverts en Chine : ce sont les étriers en bronze doré (liujin zhutong madeng 鎏金鑄銅馬鐙) de la période des Seize royaumes, mis au jour à Qingzhou au Shandong. Ils ne sont formés que d’un anneau ovale raccordé à un manche droit, leur hauteur est de 24 cm (fig. 5. A). C’est également le cas des étriers découverts dans une tombe des Wei du Nord, à Guyuan au Ningxia, qui sont en fer et à manche droit, eux aussi constitués d’un anneau ovale attaché à un manche droit, et l’extrémité de ce manche possède une boucle rectangulaire. Ils mesurent 18,7 cm de hauteur (fig. 5. B). Ces deux paires se présentent sous une forme très similaire aux étriers en bois de la tombe de Feng Sufu32. La tombe Wei du Nord de Guyuan présente une forme similaire à la tombe de Sima Jinlong 司馬金龍. Si on s’en réfère à son inscription funéraire, Sima Jinlong fut enterré en Taihe 8 (484)33, les étriers à manche droit ne peuvent donc pas être plus tardifs que la fin du Ve siècle.

Fig. 4 : Pièces de harnachement en bois cerclé de cuivre doré (A. Yan du Nord ; B. cité royale de Korguyo, Ji’an)

En 436 l’État de Korguyo profita de l’incapacité des Yan du Nord à résister aux Wei du Nord, et s’empara par la force de dizaines de milliers de foyers qu’il fit déporter sur son territoire, gagnant ainsi un gigantesque atout économique34. Les pièces de harnachements des Yan du Nord et les étriers sont donc entrées dans la péninsule coréenne à cette période, comme le montre les étriers à manche droit et les étriers en bois cerclés de cuivre doré découverts à Hwangnam Daechong, près de Gyeongju. À la fin du Ve siècle et au début du VIe siècle, les étriers en fer à manche droit produits par les Wei du Nord commencèrent à se diffuser dans la péninsule coréenne. Une paire a été mise au jour à Wolsongli Josan, au district de Haenam en Corée du Sud et aujourd’hui conservée au Musée national de Gwangju. Les chercheurs ont pu établir qu’ils provenaient de vestiges de l’époque de Baekje, entre la fin du Ve et le début du VIe siècle (fig. 5. C)35. Peu après, ces étriers de fer passèrent de la péninsule coréenne au Japon, cela s’illustre par les étriers en fer forgé datant de la période Kofun, et conservés aujourd’hui au Musée national à Tōkyō (fig. 5. D). Les chercheurs japonais les désignent sous le nom « d’étriers circulaires » (waabumi 輪鐙) et les font remonter au VIe siècle36.

Fig. 5 : Étriers en fer à manche droit découverts pour les Seize royaumes (A), les Yan du Nord (B), Korguyo (C) et le Japon (D)

L’apparition des étriers à manche droit en Asie centrale est la plus importante contribution des Hephtalites à la civilisation centrasiatique. En 2014 l’archéologue russe Pavel P. Azbelev écrivit un article intitulé « Encore une fois à propos des premiers étriers ». Il discerna au sein des étriers de fer mis au jour dans les steppes centrasiatiques une série d’étriers turks anciens37. Au Ve siècle les Hephtalites étaient encore en train de nomadiser dans le territoire steppique des monts Altaï, ainsi les « étriers turks anciens » d’Azbelev devaient être hephtalites. Parmi eux figurent les découvertes faites dans la tombe située sur les rives de l’Aleï dans le kraï de l’Altaï (fig. 6. A)38, celle de Kok-Pash près de Gorno-Altaïsk (fig. 6. B), celle située près des rives de l’Ob à Novossibirsk (fig. 6. C) et celle de Zolotarvovka, sur le cours moyen de la Volga (fig. 6. D)39. Ils contrastent clairement avec les étriers en « 8 » mis au jour dans une tombe turk du cimetière de Sawudiege’er, au piedmont méridional des Altaï (fig. 6. E)40. La forte différence entre ces pièces et celles à manche long et droit découvertes dans la tombe Wei du Nord à Guyuan mérite d’être remarquée. L’adoption de techniques de forge résulta en l’apparition des étriers à manche court (aussi dits en forme de gui « 圭 »).

Fig. 6 : Étriers en fer hephtalites découverts dans les monts Altaï et étriers en « 8 » découverts dans une tombe turk (Fuyun, Xinjiang)

Nous nous sommes rendus à l’été 2015 voir des vestiges au kraï de l’Altaï en Russie. Dans l’exposition du musée de Gorno-Altaïsk nous avions aperçu une série d’objets provenant des anciens nomades, parmi lesquels une paire d’étriers de fer en forme de gui qui correspond à une paire d’étriers hephtalites (fig. 7. A). Cette forme d’étriers a également été découverte dans une tombe à Ulugh Khorom, dans la République de Touva (fig. 7. B)41, lesquels sont des reliques laissés par le passage de ce peuple dans la région de l’Altaï.
Dans les années 1990 a été découvert dans la vallée de la Chu au Kirghizistan des tombes de nomades datées des Ve et VIe siècles. Parmi elles, la tombe 3 du cimetière II (Kurgany Plemen II Tomb 3) contenait des étriers de fer en forme de gui (fig. 8, en bas à droite)42. Il est semblable à celui qui a été découvert au xian de Qinghe, au Xinjiang (fig. 2. B). A été également découvert parmi le mobilier funéraire de cette tombe un pot en terre cuite à une anse latérale (fig. 8, en haut à gauche), lequel est similaire à un autre pot conservé parmi les objets hephtalites du musée de Gorno-Altaïsk (fig. 7. A). Ils (les étriers de Kurgany) constituent pour notre recherche les plus anciens exemplaires connus d’artefacts hephtalites dans la région du Sémirétchié (Sept-Rivières) en Asie centrale, ainsi que les plus anciens étriers retrouvés dans cette région.

Fig. 7 : Reliques hephtalites conservées au musée de Gorno-Altaïsk et mobilier funéraire d’une tombe hephtalite de Ulugh Khorom (Touva)
Fig. 8 : Étriers en fer forgé et la tombe hephtalite de la vallée de la Chu en Asie centrale

Pour synthétiser le propos du présent article, il nous semble possible d’en faire ressortir quelques points de conclusion :

Premièrement, en 235 lorsque le Khanat xianbei s’effondra, les Hephtalites migrèrent au sud des Jinshan (Altaï) et unifièrent sous leur coupe les tribus xianbei des monts Altaï. Ils laissèrent alors dans les steppes situées entre les Tianshan et les Altaï des tombes et des objets de style xianbei, comme la tombe hephtalite à cercueil en bois et fossé droit de Suke’erte à Fuyun au Xinjiang.
Deuxièmement, entre le IIIe et le Ve siècle les principales tribus hephtalites nomadisaient dans le massif de l’Altaï. Ils fournissaient l’escorte du khagan rouran et attaquèrent à maintes reprises la Sogdiane en Asie centrale. Ils forcèrent la Perse sassanide à s’humilier et leur donner le tribut, et ils avancèrent vers le sud jusque dans la vallée de l’Indus. Cependant ce n’est qu’à la fin de cette période que les principales unités politiques hephtalites migrèrent en Transoxiane, laissant derrière eux dans les monts Altaï un grand nombre de tombes et d’objets. Le chaudron en bronze et la lance en fer découverts à Fuyun et les épées et étriers en fer découverts à Chaganguoleng en sont des exemples.
Troisièmement, les étriers en fer, à manche en forme de gui (ou à manche court), les plus anciens découverts jusqu’à présent dans les steppes centrasiatiques, sont d’un style identique aux étriers en bois cerclé de cuivre doré de la tombe de Feng Sufu et à ceux découverts à Qingzhou au Shandong. Ils sont clairement différents des étriers en forme de « 8 » développés par les Turks. Notre enquête a montré que les étriers à manche en gui étaient les premiers à être arrivés dans les steppes centrasiatiques, et que cela avait un rapport direct avec l’activité des Hephtalites dans les monts Altaï.

Bibliographie :

Sources premières éditées :
Beishi 北史, de Li Yanshou 李延壽, Beijing, Zhonghua shuju, 1974.
Jinshu 晉書, de Fang Xuanling 房玄齡, Beijing, Zhonghua shuju, 1974.
Liangshu 梁書, de Yao Silian 姚思廉, Beijing, Zhonghua shuju, 1973.
Weishu 魏書, de Wei Shou 魏收, Beijing, Zhonghua shuju, 1974.

Sources secondaires :
An Jiayao 安家瑶, « Zhongguo de zaoqi boli qimin » 中國的早期玻璃器皿, Kaogu xuebao, n°4, 1984.
——, « Feng Sufu mu chutu de boliqi », dans Liu Cong et Chen Xingcan (dir.), Taoli chengxi ji. Qingzhu An Zhimin xiansheng bashi shouchen, Hong Kong, Xianggang zhongwen daxue zhongguo kaogu yishu yanjiu zhongxin, 2004, p. 377-387.
Azbelev, Pavel P., « Eshcho raz o rannih stremenah », RAE, n°4, Saint-Pétersbourg, 2014.
Brill, Robert H. et Martin, John H. (éd.), « Scientific Research in Early Chinese Glass », Proceedings of the Archeometry of Glass Session of the 1984 International Symposium on Glass, New York, The Corning Museum of Glass, 1991.
——, « Chemical Analysis of Early Glasses », The Corning Museum of Glass, New York, The Corning Museum of Glass, 1999.
Brill, Robert, « Paozhuan yinyu. 2005 nian Shanghai guoji boli kaogu “Sichou zhi lu gu boli” zhuanti yantaohui kaimuci » 拋磚引玉——2005年上海國際玻璃考古“絲綢之路古玻璃”專題研討會開幕詞, dans Gan Fuxi 乾福熹 (dir.), Sichou zhi lu shang de gudai boli yanjiu 絲綢之路上的古代玻璃研究, Shanghai, Fudan daxue chubanshe, 2007, p. 30-47.
Chen Ling 陳凌, « Madeng qiyuan jiqi zai zhonggu shiqi de chuanbo xinlun » 馬鐙起源及其在中古時期的傳播新論, Ouya xuekan, n°9, Beijing, Zhonghua shuju, 2009, p. 180-214.
——, Tujue hanguo yu Ouya wenhua jiaoliu de kaoguxue yanjiu 突厥汗國與歐亞文化交流的考古學研究, Shanghai, Shanghai guji chubanshe, 2013.
Cheng Qian 成倩, « Sichou zhi lu qiemo guguo mudi chutu boli chengfen tedian yanjiu » 絲綢之路且末古國墓地出土玻璃成分特點研究, Boli yu tangci, n°2, 2012.
Gan Fuxi 乾福熹 et alii, Zhongguo gudai boli jishu de fazhan 中國古代玻璃技術的發展, Shanghai, Shanghai kexue jishu chubanshe, 2005.
Grach, V. A., « Srednvekove vpuskne pogrebeniya iz kurgana-hrama Ulug-Horum v Yuzhnoj Tuve », Arheologiya Severnoj Azii, Novosibirsk, 1982, p. 156-168.
Guoli Guangzhou bowuguan 國立光州博物館 et Baiji wenhua kaifa yanjiuyuan 百濟文化開發研究院, Hainan Yuesongli Zaoshan gufen 海南月松里造山古墳, Gwangju, Sanhe wenhuashe, 1984.
Guyuan xian wenwu gongzuozhan 固原縣文物工作站, « Ningxia Guyuan Beiwei mu qingli jianbao » 寧夏固原北魏墓清理簡報, Wenwu, n°6, 1984.
Isahaya Naoto 諫早 直人, « Kodai tōhoku Ajia niokeru bagu no seisaku nendai » 古代東北アジアにおける馬具の制作年代, Shirin, n°91, fascicule 4, 2008.
Li Yaobo 黎瑶渤, « Liaoning Beipiao xian Xiguan Yingzi Beiyan Feng Sufu mu » 遼寧北票縣西官營子北燕馮素弗墓, Wenwu, n°3, 1973.
Liaoning sheng bowuguan 遼寧省博物館, Beiyan Feng Sufu mu 北燕馮素弗墓
Lin Yun 林沄, « Xianbei zu de jin, tong maxing paishi » 鮮卑族的金、銅馬形牌飾, dans Jilin daxue bianjiang kaogu yanjiu zhongxin 吉林大學邊疆考古研究中心, Bianjiang kaogu yanjiu 邊疆考古研究, vol. 3, Beijing, Kexue chubanshe, 2015.
Liu Ning 劉寧, « Beiyan-Rouran yu caoyuan sichou zhi lu. Cong Feng Sufu mu chutu de boliqi tanqi » 北燕柔然與草原絲綢之路——從馮素弗墓出土的玻璃器談起, Beifang minzu kaogu, vol. 2, Beijing, Kexue chubanshe, 2015.
Liu Yunquan 劉允泉, « Shandong Qingzhou chutu Shiliuguo shiqi liujin tong madeng » 山東青州出土十六國時期鎏金銅馬鐙, Wenwu, n°2, 2018.
Maliya Aihaiti 馬麗亞·艾海提 et Lin Meicun 林梅村, « Saibei Yedaren mudi kao. Jianlun Hua Mulan de minzu guishu » 塞北嚈噠人墓地考——兼論花木蘭的民族帰屬, Zhongyuan wenwu, n°5, 2017.
Pan Ling 潘玲 et Sarenbilige 薩人畢力格, « Xianbei maxing paishi de laiyuan » 鮮卑馬形牌飾的來源, dans Jilin daxue bianjiang kaogu yanjiu zhongxin, Bianjiang kaogu yanjiu, vol. 2.
Qi Xiaoshan 祁小山 et Wang Bo 王博 (éd.), Sichou zhi lu. Xinjiang gudai wenhua 絲綢之路——新疆古代文化, Ürümqi, Xinjiang renmin chubanshe, 2008.
Shanxi sheng Datong shi bowuguan 山西省大同市博物館 et Shanxi sheng wenwu gongzuo weiyuanhui 山西省文物工作委員會, « Shanxi Datong Shijiazhai Beiwei Sima Jinlong mu » 山西大同石家寨北魏司馬金龍墓, Wenwu, n°3, 1972.
Sin Gyeongcheol 申敬澈, « Madeng kao » 馬鐙考, Liaohai wenwu xuekan, traduit du coréen au chinois par Yao Yitian 姚義田, n°1, 1996.
Shi Meiguang 史美光 et Wang Liyun 王禮雲, « Shijie gu boli de huaxue chengfen » 世界古玻璃的化學成分, Boli, n°4, 1987.
Shulga, Petr I., et Gorbunov, Vadim V., « Stremya rannego tipa iz Alejckoj stepi », Snaryazhenie verhovogo konya n Altae v rannem zheleznom veke i srednevekove, Barnaul, 1998.
Su Huihe 蘇會合, Gao Wei 高薇 et Liu Ning 劉寧, « Feng Sufu mu chutu boli qiwu chengfen de dianzi xianweijing jiance baogao » 馮素弗墓出土玻璃器皿成分的電子顯微鏡, dans Liaoning sheng bowuguan 遼寧省博物館, Beiyan Feng Sufu mu, Beijing, Wenwu chubanshe, 2015, p. 246-265.
Tabaliev, K., Kurgany Srelnevekovykh Kochevykh Plemen Tian-Shania, Bishkek, 1996.
Tian Likun, « Gudeng xinlun », Wenwu, n°11, 2013.
Wang Linshan 王林山 et Wang Bo 王博 (éd.), Zhongguo A’ertaishan caoyuan wenwu 中國阿爾泰山草原文物, Ürümqi, Xinjiang meishu sheying chubanshe, 1996.
Wang Tieying 王鐵英, « Madeng de qiyuan » 馬鐙的起源, Ouya xuekan, n°2, Beijing, Zhonghua shuju, 2001, p. 76-100.
White, Lynn T. Jr., Medieval Technology and Social Change, Oxford, Oxford University Press, 1962.
Xinjiang wenwu kaogu yanjiusuo 新疆文物考古研究所, « Fuyun xian Suke’erte mudi kaogu fajue baogao » 富蘊縣塑柯爾特墓地考古發掘報告, dans Xinjiang wenwu kaogu yanjiusuo (éd.), Xinjiang Aletai diqu kaogu yu lishi Wenji 新疆阿勒泰地區考古與歴史, Beijing, Wenwu chubanshe, 2015.
——, « Xinjiang Fuyun xian Sawudiege’er mudi kaogu fajue baogao » 新疆富蘊縣薩烏迭格爾墓地考古發掘報告, Xinjiang wenwu, n°1, 2015
Xue Haibo 薛海波, « Shilun Beiyan yu Gaogouli de zhengzhi guanxi » 試論北燕與高句麗的政治關係, Dongbei shidi, n°6, 2010.
Yang Hong 楊泓, « Zhongguo gudai maju de fazhan he duiwai yingxiang » 中國古代馬具的發展和對外影嚮, Wenwu, n°9, 1984.
——, « Feng Sufu mu madeng he Zhongguo maju zhuangkai de fazhan » 馮素弗墓馬鐙的中國馬具裝開的發展, dans Ma Baojie (dir.), Liaoning sheng bowuguan guankan, Shenyang, Liaohai chubanshe, 2010.
Yu Taishan 余太山, Yeda shi yanjiu 嚈噠史研究, Jinan, Jilu shushe, 1986.
——, « Hanwen shiji guanyu Yeda de jizai (shang) » 漢文史籍關於嚈噠的記載(上), Guizhou shifan daxue xuebao, n°1, 2016.
Zhao Kuanghua 趙匡華, « Shitan Zhongguo chuantong boli de yuanliu ji liandanshu zai qijian de gongxian » 試探中國傳統玻璃的源流及鍊丹術在期間的貢獻, Ziran kexueshi yanjiu, n°2, 1991.

  1. Yu Taishan, Yeda shi yanjiu, Ji’nan, Jilu shushe, 1986, p. 10. []
  2. Maliya Aihaiti et Lin Meicun, « Saibei Yedaren mudi kao. Jianlun Hua Mulan de minzu guishu », Zhongyuan wenwu, n°5, 2017. []
  3. Jinshu, juan 3, Beijing, Zhonghua shuju, 1974, p. 65. []
  4. Idem, p. 66. []
  5. Yu Taishan, Yeda shi yanjiu, p. 193. []
  6. Liangshu, juan 54, Beijing, Zhonghua shuju, 1973, p. 812. []
  7. Beishi, juan 97, p. 3286. []
  8. Weishu, juan 7, Beijing, Zhonghua shuju, 1974, p. 115. []
  9. Yu Taishan, « Hanwen shiji guanyu Yeda de jizai (shang) », Guizhou shifan daxue xuebao, n°1, 2016, p. 66. []
  10. Xinjiang wenwu kaogu yanjiusuo, « Fuyunxian Suke’erte mudi kaogu fajue baogao », dans Xinjiang wenwu kaogu yanjiusuo (éd.), Xinjiang Aletai diqu kaogu yu lishi wenji, Beijing, Wenwu chubanshe, 2015, p. 61-106, images 1 et 2. []
  11. Wang Linshan et Wang Bo (éd.), Zhongguo A’ertaishan caoyuan wenwu, Ürümqi, Xinjiang meishu sheying chubanshe, 1996, p. 27-28. []
  12. Li Yaobo, « Liaoning Beipiaoxian Xiguan Yingzi Beiyan Feng Sufu mu », Wenwu, n°3, 1973. []
  13. Qi Xiaoshan et Wang Bo (éd.), Sichou zhi lu. Xinjiang gudai wenhua, Ürümqi, Xinjiang renmin chubanshe, 2008, p. 351, fig. 5. []
  14. Lin Yun, « Xianbeizu de jin, tong maxing paishi », dans Jilin daxue bianjiang kaogu yanjiu zhongxin, Bianjiang kaogu yanjiu, vol. 3, Beijing, Kexue chubanshe, 2015, p. 147-151. []
  15. Pan Ling et Sarenbilige, « Xianbei maxing paishi de laiyuan », dans Jilin daxue bianjiang kaogu yanjiu zhongxin, Bianjiang kaogu yanjiu, vol. 2, p. 387-400. []
  16. À propos des relations entre Yan du Nord et Rouran, voir : Liu Ning, « Beiyan-Rouran yu caoyuan sichou zhi lu. Cong Feng Sufu mu chutu de boliqi tanqi », dans Beifang minzu kaogu, vol. 2, Beijing, Kexue chubanshe, 2015, p. 215-216. []
  17. Jinshu, juan 125, p. 3130 : « Hulü le Brave des Rouruan envoya ses émissaires demander la fausse princesse de Lelang, fille de [Feng] Ba, en mariage. Il offrit pour cela 3000 chevaux. Ba ordonna à ses subordonnés d’en discuter. Sufu et d’autres dirent à ce propos : “Pour les dynasties précédentes et dans les affaires anciennes, ils ont tous donné une des filles de leur clan à marier aux Six barbares yi. Il n’est donc autorisé de les marier qu’aux filles des concubines, la princesse de Lelang ne peut être rabaissée à un niveau qui n’est pas le sien.” Ba répondit : “Si les femmes doivent suivre leur mari, comment est-il possible qu’un millier de li peut lui paraître lointain ? Nous croyons en des mœurs qui sont étrangères [à cette terre], comment pouvez-vous ainsi leur manquer de respect !” Alors cela fut autorisé. Il envoya ses généraux à Qindu, suivis de 2000 cavaliers, pour envoyer sa fille aux Rouruan. » []
  18. Jinshu, juan 125, p. 3132 : « Hulü des Rouruan fut chassé par son frère cadet Dadan, et toute son clan s’exila chez [Feng] Ba. Ils furent installés dans la commanderie du Liaodong et traités comme des invités. Ba prit sa fille comme zhaoyi (concubine de premier rang). Pendant trois mois il ne plut pas, jusqu’au 5e mois en été. Hulü présenta un rapport dans lequel il exprima son désir de retourner au Saibei. Ba dit : “Ton pays abandonné est à une dizaine de milliers de li, et tu n’y as aucun contact interne. Si nous envoyons avec toi une puissante armée, les provisions ne pourront pas suivre. Si j’envoie peu de gens, leur force ne suffira pas à te garantir la sécurité. De plus, nos ancêtres avaient des difficultés à attaquer des pays situés à mille li. Ici c’est de plusieurs milliers de li dont nous parlons !” Hulü s’entêta dans sa demande : “Pour ne pas fatiguer un grand nombre d’hommes, j’aimerai que vous me donniez 300 cavaliers, cela suffira. Quand je rejoindrai le pays des Chile, les hommes se réjouiront et m’accueilleront. ” Alors cela fut accordé. On envoya Wan Ling, assistant avant du chanyu, à la tête de 300 cavaliers pour l’y envoyer. Ling craignait d’être assigné dans un endroit si lointain, quand la troupe arriva au Heishan, il assassina Hulü et s’en retourna. » []
  19. Cet événement n’est pas daté précisément, les Zizhi tongjian 資治通鑑 et Jinshu le mentionnent comme étant postérieur à l’assassinat de Hulü par Wan Ling 萬陵. Jinshu, juan 125, p. 3133 : « Dadan des Rouruan envoya des émissaires offrir 3000 chevaux et 10 000 moutons. » []
  20. An Jiayao, « Zhongguo de zaoqi boli qimin », Kaogu xuebao, n°4, 1984. []
  21. An Jiayao, « Feng Sufu mu chutu de boliqi », dans Liu Cong et Chen Xingcan (dir.), Taoli chengxi ji. Qingzhu An Zhimin xiansheng bashi shouchen, Hong Kong, Xianggang zhongwen daxue zhongguo kaogu yishu yanjiu zhongxin, 2004, p. 377-387. []
  22. Shi Meiguang et Wang Liyun, « Shijie gu boli de huaxue chengfen », Boli, n°4, 1987. []
  23. Brill, Robert H., « Chemical Analysis of Early Glasses », The Corning Museum of Glass, New York, The Corning Museum of Glass, 1999. Cheng Qian, « Sichou zhi lu qiemo guguo mudi chutu boli chengfen tedian yanjiu », Boli yu tangci, n°2, 2012, p. 27. []
  24. Zhao Kuanghua, « Shitan Zhongguo chuantong boli de yuanliu ji liandanshu zai qijian de gongxian », Ziran kexueshi yanjiu, n°2, 1991. Brill, Robert H. et Martin, John H. (éd.), « Scientific Research in Early Chinese Glass », Proceedings of the Archeometry of Glass Session of the 1984 International Symposium on Glass, New York, The Corning Museum of Glass, 1991. []
  25. Gan Fuxi et alii, Zhongguo gudai boli jishu de fazhan, Shanghai, Shanghai kexue jishu chubanshe, 2005, p. 247, tableau 15.6 « Analyse chimique de la verrerie importée » (jinkou boli qimin de huaxue chengfen 進口玻璃器皿的化學成分). []
  26. Su Huihe, Gao Wei et Liu Ning, « Feng Sufu mu chutu boli qiwu chengfen de dianzi xianweijing jiance baogao », dans Liaoning sheng bowuguan, Beiyan Feng Sufu mu, Beijing, Wenwu chubanshe, 2015, p. 246-265. []
  27. Brill, Robert, « Paozhuan yinyu. 2005 nian Shanghai guoji boli kaogu “Sichou zhi lu gu boli” zhuanti yantaohui kaimuci », dans Gan Fuxi (dir.), Sichou zhi lu shang de gudai boli yanjiu, Shanghai, Fudan daxue chubanshe, 2007, p. 30-47. []
  28. White, Lynn T. Jr., Medieval Technology and Social Change, Oxford, Oxford University Press, 1962, p. 38. []
  29. Wang Tieying, « Madeng de qiyuan », Ouya xuekan, n°2, Beijing, Zhonghua shuju, 2001, p. 76-100. []
  30. Chen Ling, « Madeng qiyuan jiqi zai zhonggu shiqi de chuanbo xinlun », Ouya xuekan, n°9, Beijing, Zhonghua shuju, 2009, p. 180-214 ; Tujue hanguo yu Ouya wenhua jiaoliu de kaoguxue yanjiu, Shanghai, Shanghai guji chubanshe, 2013, p. 204-238. Tian Likun, « Gudeng xinlun », Wenwu, n°11, 2013. []
  31. Liaoning sheng bowuguan, Beiyan Feng Sufu mu, p. 32, image 39. Yang Hong, « Zhongguo gudai maju de fazhan he duiwai yingxiang », Wenwu, n°9, 1984. []
  32. Liu Yunquan, « Shandong Qingzhou chutu Shiliuguo shiqi liujin tong madeng », Wenwu, n°2, 2018, image 1. Guyuan xian wenwu gongzuozhan, « Ningxia Guyuan Beiwei mu qingli jianbao », Wenwu, n°6, 1984. []
  33. Shanxi sheng Datong shi bowuguan et Shanxi sheng wenwu gongzuo weiyuanhui, « Shanxi Datong Shijiazhai Beiwei Sima Jinlong mu », Wenwu, n°3, 1972. []
  34. Le Weishu note, pour le 3e mois de l’année Taiyan 2, que les Wei du Nord avaient mené un grand raid contre les Yan du Nord : « Wentong 文通 (Feng Hong 馮弘) était dans l’urgence et demanda à la Corée son aide. Le grand général coréen Gemanlu 葛蔓盧l’accueillit avec une armée de 20 000 fantassins et cavaliers. (…) Au 5e mois, le jour yimao, Feng Wentong s’échappa de la Corée. » Weishu, juan 4, p. 86-87. Cet événement a été discuté en détail dans : Xue Haibo, « Shilun Beiyan yu Gaogouli de zhengzhi guanxi », Dongbei shidi, n°6, 2010. []
  35. Guoli Guangzhou bowuguan et Baiji wenhua kaifa yanjiuyuan, Hainan Yuesongli Zaoshan gufen, Gwangju, Sanhe wenhuashe, 1984, p. 31, 52 et 77. Sin Gyeongcheol, « Madeng kao », Liaohai wenwu xuekan, traduit du coréen au chinois par Yao Yitian, n°1, 1996. []
  36. Isahaya Naoto, « Kodai tōhoku Ajia niokeru bagu no seisaku nendai », Shirin, n°91, fascicule 4, 2008, p. 29-30. Yang Hong, « Feng Sufu mu madeng he Zhongguo maju zhuangkai de fazhan », dans Ma Baojie (dir.), Liaoning sheng bowuguan guankan, Shenyang, Liaohai chubanshe, 2010, p. 6. []
  37. Azbelev, Pavel P., « Eshcho raz o rannih stremenah », RAE, n°4, Saint-Pétersbourg, 2014, p. 297-322, fig. 13. []
  38. Shulga, Petr I., et Gorbunov, Vadim V., « Stremya rannego tipa iz Alejckoj stepi », Snaryazhenie verhovogo konya n Altae v rannem zheleznom veke i srednevekove, Barnaul, 1998, p. 99-101. []
  39. Azbelev, Pavel P., « Eshcho raz o rannih stremenah », p. 297-322, fig. 13. []
  40. Xinjiang wenwu kaogu yanjiusuo, « Xinjiang Fuyun xian Sawudiege’er mudi kaogu fajue baogao », Xinjiang wenwu, n°1, 2015, p. 66, fig. 17. []
  41. Grach, V. A., « Srednvekove vpuskne pogrebeniya iz kurgana-hrama Ulug-Horum v Yuzhnoj Tuve », Arheologiya Severnoj Azii, Novosibirsk, 1982, p. 156-168. []
  42. Tabaliev, K., Kurgany Srelnevekovykh Kochevykh Plemen Tian-Shania, Bishkek, 1996, fig. 123. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.