La représentation des divertissements dans les gravures alsaciennes du XVIIIe siècle de l’Alsatia illustrata de Jean-Daniel Schoepflin

À l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine 2019 tournée vers les « Arts et divertissements », la Bibliothèque de l’École nationale des Chartes a ouvert ses portes en proposant six ouvrages au public. L’un d’entre eux, l’Alsatia Illustrata de Jean-Daniel Schoepflin (1694-1771), allie l’histoire alsacienne, l’histoire politique, des gravures et la représentation des divertissements. Article rédigé par Maxime Challon, étudiant de deuxième année du master Technologies numériques appliquées à l’histoire en spécialité Livres et medias.


Le XVIIIe siècle est riche d’histoires provinciales au service de l’historiographie royale : parmi elles, une histoire de Provence (BEnC, FR7) en 1723, une histoire du Languedoc (BEnC, FH16) entre 1730 et 1745, ou l’Alsace illustrée, Alsatia illustrata (BEnC, FH5), de J.-D. Schoepflin, entre 1751 et 1761. Bien que ces histoires ne soient pas destinées à l’évocation du divertissement, celui-ci est tout de même perceptible dans les gravures de l’œuvre de J.-D. Schoepflin. Jean-Daniel Schoepflin (1694-1771) est un Alsacien à l’époque des Lumières, professeur à l’université de Strasbourg dès 1720, contribuant à l’ « âge d’or » de cette université1. En 1740, il devient historiographe de France et du roi. Lorsqu’il publie l’Alsatia illustrata en 1751 et 17612, il attire l’admiration de ses contemporains par l’utilisation de la démonstration mathématique pour toutes ses analyses historiques, permettant ainsi de surpasser ses homologues européens écrivant eux aussi, sur le modèle de l’Italia illustrata de Biondo3 en 1438, l’histoire de leur pays ou de leur ville, d’un point de vue topographique, archéologique et historique.

Le tome II de l’Alsatia illustrata étudie l’Alsace de 870 à son époque, mais la partie post-1648 est brève pour des raisons politiques4. Dans la « geographica politica » qui suit, il étudie chaque ville en les accompagnant de gravures représentant ces villes, avant et après la domination germanique en Alsace. La troisième partie de ce tome est consacrée à la généalogie des princes et des grandes familles de la région. Les plans et les gravures insérés dans le tome permettent de détecter diverses formes de divertissements, pour chaque milieu social.

Page de titre et marque d’imprimeur

Les lieux de divertissements populaires sont très peu nombreux. Seul le plan permet de découvrir que Strasbourg, « sub Germanis »5, lors de sa période germanique, disposait d’un « theatrum anatomicum » au numéro 34. Lieu d’enseignement créé en 1670 à Strasbourg, ce théâtre anatomique accueille principalement des étudiants et leurs professeurs autour de dissections humaines. Mais c’est également un lieu de divertissement ; les curieux s’y pressent pour assister, en plus de la dissection, aux nombreux banquets, pièces de théâtre et concerts donnés à cette occasion : après le dégoût viennent le plaisir et les fantasmes qui tranchent avec la vie quotidienne. Ces structures de bois urbaines sont devenues des salles de spectacle où le visiteur doit payer sa place, pour assister à un cours d’anatomie.
Le numéro 35 indique quant à lui un « specula astronomicum », un miroir pour l’astronomie, fonctionnant sur le même principe que le théâtre d’anatomie. Les divertissements urbains de Strasbourg apparaissent donc comme principalement liés à l’université de la ville.

Plan de la ville de Strasbourg sub Germanis

À l’inverse, les gravures des villes alsaciennes de Johannes Striedbeck et Jean Martin II Weiss, burinistes strasbourgeois reconnus, montrent un autre aspect du divertissement bourgeois et aristocrate. Sur les gravures « Colmarianova » , ou bien « Argentina, Versus Septentr. »6, on constate la représentation d’un couple bourgeois, ou aristocrate, se promenant sur les chemins de la campagne, ombrelle à la main, avec leur chien. Issus d’un milieu aisé, les habits (corset, robe, …) sont ici la preuve de leur rang social. Le graveur place cette représentation sociale dans plusieurs de ses gravures, le couple se promenant toujours dans la campagne alsacienne, avec ou sans leur chien7. On peut également apercevoir sur la représentation de Strasbourg un peintre, reportant à l’aide de sa longue vue le paysage sur sa toile. Ces personnages ajoutés par le graveur ne sont que des représentations d’un milieu social, mais on y aperçoit quelques uns des divertissements de la bourgeoisie et de l’aristocratie urbaine.

Vue de Colmar

Le milieu princier est également présent à travers les gravures, notamment avec celle de la corne8, sur une double page. Cette corne gravée est accompagnée d’un long texte explicatif sur son origine, ses utilisations, et ses différents propriétaires ; J.-D. Schoepflin prend également soin de citer toutes ses sources. La corne présente une inscription en son milieu, nous informant sur son origine, « Notus sit omnibus cornu istud aspicientibus quod comes Albertus Alsatiensis langgravius de Habispurg natus sacris reliquiis cornu istud ditavit hec acta sunt anno MCXCVIIII ». A ses extrémités, des figures sont gravées: un homme armé d’une haste fait face à divers animaux dans un bois, qui semblent être un bouc, et une figure mythologique crachant un serpent9 ; la corne est aussi couverte de motifs de grappes de raisin, rappelant la corne d’abondance antique. Sa facture ainsi que sa taille (plus d’un “pes franc.”) indiquent que cet objet est d’origine princière, et était à destination de la chasse.

Représentation gravées de la corne offerte par Albert de Habsbourg en 1199 au monastère de Muri, en Suisse.

Mais le texte explicatif apporte d’autres usages, qui renvoient à l’ensemble des divertissements princiers du Moyen-Age et de l’époque moderne. Cette corne a été offerte par Albert de Habsbourg en 1199 au monastère de Muri, en Suisse, avant d’être donnée au Trésor de Vienne en 1738, où Schoepflin l’a vue. “Venatorium cornu communiter dicitur” confirme l’usage de la corne à la chasse. Mais cette corne a également un aspect pastoral, pieux, remarquable à l’utilisation des fruits d’abondance, “veterum imitatione”, destinés à apporté au prince les fruits sacrés plutôt que des reliques. Les autres usages énoncés sont nombreux: la corne servait de coupe chez les Danois, les Grecs et les Bretons, dans les jeux équestres et dans la guerre.

  1. Voir : Voss, Jürgen, et Bernard Rolling. « Jean-Daniel Schoepflin (1694-1771) : un Alsacien de l’Europe des Lumières ». Société savante d’Alsace, 1999. https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb370791963. []
  2. L’écart de dix ans entre la publication des deux volumes s’explique par les longues recherches requises par ce travail, et par l’action de la censure royale sur le deuxième volume qui évoque la période récente de 1648-1761. []
  3. Biondo, Flavio, (1392-1463), historien, humaniste et archéologue de la Renaissance italienne. Il publie l’Italia illustrata en 1438, reprenant ses voyages personnels et décrivant l’histoire des 18 provinces italiennes depuis la République romaine à travers l’archéologie, l’histoire, l’histoire de l’art, la géographie et la littérature, s’inscrivant dans la Renaissance humaniste et la redécouverte de la langue et de la littérature latines. []
  4. Les traités de Westphalie de 1648 mettent fin à la guerre de Trente Ans et actent le rattachement de l’Alsace au royaume de France []
  5. Schoepflin, Jean-Daniel, Alsatia illustrata, 1751-1761, t.II, p.288 []
  6. Ibid. []
  7. Il est également intéressant de remarquer la différence de traitement de l’environnement de la ville entre l’ « ancienne » et la « nouvelle » : des champs vides et une campagne désertée caractérise chaque gravure de ville « vetus », alors que des champs prospères et une campagne vivante animent chaque ville « nova », signifiant de ce fait que l’Alsace vit mieux sous domination française que sous domination germanique. La symbolique de la grande gravure de Strasbourg va dans le même sens, en proposant des amphores d’où sortent le flot du Rhin, et des gerbes de blé, pour évoquer la prospérité de la ville à cette époque. []
  8. Schoepflin, Jean-Daniel, Alsatia illustrata, 1751-1761, t.II, p. 512 []
  9. La représentant du chasseur tenant une haste et une corne lors de la chasse est courante. Voir par exemple: Penni, Luca. « La chasse de Diane ». Image fixe, 1556 1500. https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb409135590 , Gallica https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84191222/f1.item . []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.