Bertillon ou la naissance de la police scientifique aux Archives nationales

Depuis le 14 septembre 2019 et jusqu’au 18 janvier 2020, les Archives nationales consacrent une exposition à Alphonse Bertillon et à ses inventions sur le site de Pierrefitte-sur-Seine. Intitulée « La science à la poursuite du crime : Alphonse Bertillon, pionnier des experts policiers », cette manifestation se donne pour but de retracer l’évolution des pratiques policières et des méthodes d’identification des individus au tournant des XIXe et XXe siècles. C’est en effet à ce moment que naît la police scientifique en France. Le commissariat scientifique de l’exposition est assuré par Pierre Piazza, maître de conférences en sciences politiques à l’Université de Cergy-Pontoise.

Intérieur de l’exposition du site de Pierrefitte-sur-Seine.

La salle d’exposition du site de Pierrefitte-sur-Seine propose au visiteur un parcours clair et efficace. Il nous est donné à voir près de 200 objets et documents originaux allant du matériel de relevé de traces aux photographies de scènes de crime, en passant par des articles de presse illustrée, des meubles de classement, des rapports d’expertise ou encore des pièces de l’affaire Dreyfus. Les fonds exposés appartiennent principalement aux Archives nationales, aux Archives de la préfecture de police de Paris, à la collection Pierre Piazza et à l’École nationale d’administration pénitentiaire. Le curieux est accompagné tout au long de sa circulation entre les objets par des cartels efficaces qui l’aident à suivre pas à pas les inventions de Bertillon et leur réception par la presse et le pouvoir. C’est en effet tout l’enjeu de l’exposition : il s’agit, par-delà la pure recension des procédés élaborés par cet employé de police devenu chef du service de l’Identité judiciaire de Paris, d’éclairer les enjeux de l’identification et de la classification des individus par l’État. Cette problématique, qui fait un écho lointain à notre actualité, donne ainsi à réfléchir sur l’efficacité, les limites et les abus du système né avec le « bertillonnage ».

Fiches anthropométriques d’Octave Garnier et Antoine Gauzy, membres de la bande des « anarchistes en auto » menés par Jules Bonnot et actifs entre 1911 et 1912. Archives de la préfecture de police de Paris, Y B 2.

Alphonse Bertillon (1853-1914) entre à la préfecture de police de Paris comme employé en 1879. Il se voit chargé de la copie et du rangement des fichiers des prévenus. Il constate alors l’approximation des procédés d’identification et le mauvais classement des dossiers de police. Issu d’une famille de scientifiques, il se distingue une première fois en proposant un système de classement des individus selon une dizaine de mensurations osseuses réalisées sur le corps humain. Son procédé, testé au Dépôt du Palais de justice de Paris, aboutit à l’inculpation d’un délinquant récidiviste dissimulant son identité. Il fait sensation. Pour comprendre le succès de Bertillon, il faut remettre son invention en contexte. En matière judiciaire, la Troisième République s’est très tôt engagée dans la lutte contre le récidivisme, considéré comme une « plaie sociale » par bon nombre de journaux de l’époque. La loi du 27 mai 1885, qui condamne les récidivistes à la « relégation » dans les bagnes de Guyane et de Nouvelle-Calédonie, implique de pouvoir réaliser l’identification sûre d’un prévenu d’une arrestation à l’autre. En permettant une classification systémique des individus arrêtés par la police parisienne, l’invention de Bertillon répond à une attente institutionnelle. Par la suite, il élargit le champ de ses expérimentations en cherchant les preuves dans les traces matérielles : dactyloscopie, graphologie, empreintes humaines aussi bien digitales que plantaires, ou encore empreintes d’outils d’effraction. Les expérimentations de Bertillon intéressent singulièrement la police, qui cherche à perfectionner ses pratiques d’investigation et de surveillance.

Au cours des années 1880, Alphonse Bertillon se distingue par son activité débordante. Tout individu arrêté par la police à Paris ou dans ses environs fait l’objet d’un examen et d’une classification systématiques : c’est la rationalisation des « fiches parisiennes ». Cette entreprise d’identification par le classement s’étend même aux morts. En 1884, Bertillon conduit des essais anthropométriques à la morgue de Paris pour tenter de révéler l’identité des cadavres inconnus retrouvés dans la capitale. Le succès de ses tentatives sont reconnues par une circulaire ministérielle du 23 décembre 1903, adressée aux procureurs généraux, procureurs et juges d’instruction et précisant les éléments que doivent fournir les parquets au service parisien de l’Identité judiciaire afin d’identifier les cadavres inconnus – à savoir les photographies, les empreintes digitales et le signalement de marques particulières. Par ailleurs, Bertillon théorise et défend son approche. Il publie l’Identification anthropométrique. Instructions signalétiques en 1885 dans laquelle il s’attache, à la manière d’un botaniste, à caractériser et classifier chaque partie du visage à l’aide d’un vocabulaire technique spécifiquement créé à cette fin. Cette classification morphologique se double, qui plus est, d’une classification chromatique (cheveux et iris). Le bertillonnage est une rupture méthodologique dans le sens où l’expert établit une caractérisation des régions du corps, et non plus la description d’un tout.

La période qui s’ouvre avec les années 1890 marque un temps de développement et d’institutionnalisation des méthodes de Bertillon. Elle ne s’achève qu’à la mort de celui-ci en 1914. Après avoir contribué à l’identification et à l’arrestation de l’anarchiste Ravachol en 1892, Bertillon est nommé chef du service de l’Identité judiciaire de Paris l’année suivante. Sous sa direction, les procédés classificatoires connaissent un nouvel effort de rationalisation. Il met en place un double classement des fiches parisiennes : au classement phonétique, permettant de retrouver le dossier d’un prévenu qui ne ment pas sur son identité, s’ajoute un classement anthropométrique permettant de retrouver le dossier d’un prévenu qui aurait menti. Dans le même temps, de nouveaux locaux spécifiques sont aménagés sous les combles du Palais de Justice. Alphonse Bertillon met son service et ses archives à disposition des institutions répressives. Celui qui avait écrit en 1879 que l’anthropométrie judiciaire était « la marque indélébile et sans torture »1 contribue ainsi à constituer une mémoire judiciaire d’État. Il pérennise son entreprise en créant un « cours de signalements et de reconnaissances anthropométriques » à destination de la police en 1895, puis un cours technique de trois mois englobant toutes ses méthodes à partir de 1912. En 1902, au cours de l’affaire Scheffer, il est le premier expert au monde à identifier un meurtrier absent des lieux du crime grâce à sa classification des empreintes digitales. En 1907, il est à l’origine de la création du service photographique de la direction de la Sûreté resté célèbre pour ses photographies effectuées de face et de profil. Bertillon met aussi au point « l’appareil plongeur » pour photographier les victimes sans les bouger et la « photographie métrique » permettant de documenter la scène de crime à l’échelle centimétrique.

Album d’étude des lettres initiales constitué par Bertillon comme expert graphologue au procès en révision de Dreyfus, à Rennes en 1899. Archives nationales, BB/19/197.

Cependant, le système Bertillon ne tarde pas à atteindre ses limites et à faire débat. Plus encore que l’échec de l’identification de Vincenzo Peruggia dans le cadre de l’affaire du vol de la Joconde en 1913, c’est l’affaire Dreyfus qui a le plus d’incidence sur la carrière d’Alphonse Bertillon. Placé à la tête du « laboratoire d’identification graphique » de la préfecture de police de Paris nouvellement créé en 1895, l’expert s’intéresse aux caractéristiques des écritures et à leur tracé. Cette nomination a notamment été permise par l’expertise qu’il réalise pour « l’Affaire ». En octobre 1894, Bertillon s’est vu confier l’examen du bordereau du capitaine Dreyfus. Convaincu de la culpabilité de l’officier juif, il a élaboré la thèse de « l’autoforgerie » selon laquelle Dreyfus aurait contrefait sa propre écriture. Le Conseil de guerre, convaincu lui aussi et ne saisissant pas toutes les subtilités de Bertillon, s’est fié à ses conclusions et a condamné l’officier au bagne pour intelligence avec puissance étrangère. L’expert policier s’est ainsi fait un nom en matière de graphologie judiciaire. Il va jusqu’à publier La comparaison des écritures et l’identification graphique en 1898, où il plaide pour l’agrandissement photographique des écritures et pour la systématisation des formes de tracé des lettres. Mais, quand s’ouvre le procès en révision du capitaine Dreyfus en 1899, Bertillon subit à bon droit les attaques des dreyfusards. Une partie de la presse l’attaque sévèrement. Certains élus du conseil municipal de Paris voient en lui tous les excès de la préfecture de police et réclament sa démission. Bertillon est reconduit in extremis dans ses fonctions, mais il se voit écarté de toute responsabilité en matière d’identification graphique. Le rôle de l’« expert » dans le processus judiciaire est mis à mal pour la première fois en France.

« Un expert dangereux. Assez de Bertillonnades ! », L’Humanité, 17 novembre 1909, n°2040. Archives de la préfecture de police, E A 167.

La dernière partie de l’exposition souligne judicieusement les abus et la part de légende autour du bertillonnage. L’idée selon laquelle les méthodes développées par Bertillon auraient été infaillibles vient de l’expert lui-même. Bertillon s’est évidemment défendu dans chacune de ses publications, qui ont fait dès son vivant l’objet de traductions et de recensions en anglais, en allemand, en italien ou encore en roumain. Il organise son autopromotion à l’occasion de démonstrations publiques aux expositions universelles de Paris (1889 et 1900), de Chicago (1893) et de Liège (1905). Par ailleurs, l’envoi par les autorités françaises d’agents spécialisés auprès des polices étrangères – comme à Constantinople en 1898 – contribue à exporter le système Bertillon et à l’ériger en modèle. Le bertillonnage fait aussi partie des sujets de discussion lors du premier Congrès international de police judiciaire à Monaco en 1914. Cette promotion intense du travail de Bertillon, parfois insoupçonnée aujourd’hui, lève le voile sur un autre impensé. Si la police française tire un grand intérêt des expérimentations de Bertillon, l’État français y trouve aussi son compte d’une manière générale. Les méthodes d’identification, efficaces contre les prévenus, sont aussi utilisées par le gouvernement contre les « indigènes » des colonies et les migrants. La loi du 16 juillet 1912 prise contre les « nomades » – terme d’époque pour désigner les gens du voyage – les oblige à toujours détenir avec eux un carnet anthropométrique d’identité et une plaque d’immatriculation spécifique. Le système de surveillance et de contrôle rendu possible par Bertillon sort du cadre de la délinquance pour s’étendre à des populations plus larges et strictement définies par le politique.

Le sarcasme des cartes postales : un exemplaire parodiant la prédiction avec le bertillonnage, au début du XXe siècle. Collection Pierre Piazza.

Les Archives nationales nous proposent ainsi une vision éclairante de la figure d’Alphonse Bertillon et de son travail. Elle permet à tout un chacun de mieux saisir la naissance technique et institutionnelle de la police scientifique à travers des fonds archivistiques et matériels sortant du commun des expositions. Cette démarche ne se départit pas d’un esprit critique qui nuance la légende d’infaillibilité du bertillonnage et propose une comparaison des points de vue de l’institution policière et de la presse. Ce même esprit critique n’hésite pas, quand l’occasion s’y prête, à interroger notre présent et les pratiques répressives actuelles. C’est donc une exposition aussi riche par ses documents que par sa réflexion que nous présentent aujourd’hui les Archives nationales.

Pour aller plus loin : Piazza (Pierre) et Marlet (Richard), La science à la poursuite du crime, d’Alphonse Bertillon aux experts d’aujourd’hui, Paris : Éditions de La Martinière, 2019, 336 pages.


Illustration d’en-tête : tirages de plaques photographiques de « nomades » par le Musée national de l’histoire de l’immigration. Archives nationales, F/7/16319 à 16324.

1 L’anthropométrie judiciaire permet de « rechercher l’état civil d’un individu cent ans après sa mort. En un mot, c’est la marque, mais la marque indélébile et sans torture ». Extrait de la correspondance d’Alphonse Bertillon adressée au préfet de police de Paris en date du 1er décembre 1879. Archives de la préfecture de police de Paris, 191.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.